Livre numérique .pdf


Nom original: Livre numérique.pdf
Titre: px
Auteur: BergerBe

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par EidosMedia Methode 6.0 / EidosMedia Methode 6.0 output driver 6.0.0.4, OM 1.6.14, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/12/2017 à 16:23, depuis l'adresse IP 160.53.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 214 fois.
Taille du document: 310 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


20 Culture

Tribune de Genève | Mardi 12 décembre 2017

Cinéma

«J’espère qu’elle acceptera
mes regrets les plus sincères»

Et les nominés sont…

Permis de visionner

Le drame fantastique «La forme de l’eau»,
du Mexicain Guillermo del Toro, mène les
nominations aux Golden Globes, qui ouvrent
la saison des prix à Hollywood.

L’Arabie saoudite a levé lundi
l’interdiction qui frappait depuis
trente-cinq ans les salles de cinéma.
Mais il y aura un comité de censure.

Josh Homme Le leader des Queens of the Stone Age
s’est excusé d’avoir donné un coup de pied à une
photographe de presse, l’envoyant à l’hôpital

REUTERS

Golden Globes

KEYSTONE

Il a dit

Lecture

Le livre numérique n’a
pas réussi sa révolution
Nulle part la liseuse ne s’est substituée au livre imprimé. La faveur demeure au papier
Benjamin Chaix
En Suisse romande comme
ailleurs (voir ci-dessous), la liseuse ne s’est pas du tout substituée au livre imprimé depuis son
arrivée il y a sept ans. Payot SA ne
publie pas ses chiffres de vente,
mais celles des tablettes proposées en magasin n’ont jamais décollé. Ce marché n’a pas dépassé
3,5% du chiffre d’affaires depuis
2011.
«Nous ne vendons pas de matériel électronique, mais nous
proposons deux modèles de livres numériques depuis leur arrivée en Suisse», explique Pascal
Vandenberghe, PDG de Payot SA.
«Les ventes plafonnent; en plus,
à chaque appareil vendu ne correspond pas un nombre important
de
téléchargements
d’œuvres. Il semblerait que la liseuse reste au repos chez pas mal
de gens.»
Les raisons de ce manque
d’appétit sont diverses. Pascal
Vandenberghe relève celle-ci:
«Le plaisir de la lecture induit généralement celui du partage par
le prêt. Qu’on revoie ou non le
volume prêté, cela va de soi de
faire ce geste. Avec le livre numérique, les possibilités de partage
sont très réduites.»
Il existe bien d’autres motifs,
comme, par exemple, la lecture
au soleil, désagréable sur écran,
la fragilité et le relatif encombrement de l’objet électronique,
alors qu’un bon vieux livre de
poche peut être déposé sans
conséquence un peu n’importe
où.

Pour cacher ce qu’on lit!
Pascal Vandenberghe remarque
qu’un titre a été particulièrement demandé sous forme numérique: la romance érotique de
E. L. James, Fifty Shades of Grey:
«Ce qui tendrait à prouver que le
livre numérique a son rôle à

La liseuse n’est pas en passe détrôner le livre papier. Mais elle en est un bon complément. P.FRAUTSCHI

jouer quand le lecteur ne souhaite pas qu’on voie quel
ouvrage il est en train de lire…»
Pour le PDG de Payot SA, la
stagnation du livre numérique en
Suisse n’est pas une surprise. «Je
n’ai jamais cru que le numérique
se substituerait au papier, du
moins dans le monde francophone», confie-t-il. «Il y avait une
bonne raison pour que la liseuse
cherche à s’imposer aux EtatsUnis et en Grande-Bretagne.
Amazon était déficitaire sur le
marché du livre imprimé, alors il
a voulu imposer le livre électronique. Aussi longtemps que le téléchargement est resté bien
meilleur marché qu’un livre imprimé, le livre électronique avait
le vent en poupe. Dès que cela n’a
plus été le cas, suite au bras de fer
sur le prix des e-books entre Hachette et Amazon aux Etats-Unis

en 2014, le marché s’en est tout
de suite ressenti.»

Attachement au papier
Pascal Vandenberghe remarque,
en revanche, que littérature et
numérique se rencontrent de
plus en plus souvent sur le terrain
de l’édition. Ainsi, des auteurs
qui ne veulent ou ne parviennent
pas à se faire éditer optent pour
ce mode de diffusion sur le Net.
Certains impriment leurs livres à
partir de leur ordinateur branché
à une imprimante. On ne peut
pas dire que ce moyen menace le
monde de l’édition.
Enfin, le PDG de Payot SA se
réjouit des résultats d’une récente étude effectuée sous les
auspices de l’UNIGE, qui faisait
ressortir que 60% des 15-34 ans
interrogés affirmaient être attachés au livre papier.

L’e-book, marché complémentaire du papier plutôt que concurrent
U Au Salon du livre de Genève
comme dans les milieux de
l’édition romande et genevoise,
l’existence du livre numérique ne
laisse évidemment personne
indifférent. Voici des réflexions
de Caroline Coutau, directrice
des Éditions Zoé à Genève,
d’Yvan Slatkine, directeur des
éditions du même nom, et
d’Isabelle Falconnier, directrice
du Salon du livre de Genève.
Caroline Coutau: «En Suisse
romande, comme en France, le
numérique ne représente pas
plus de 3,5% du marché, malgré
un prix baissé à 40%. L’ePub ne
met donc pas en péril le libraire.
Et c’était bien la question cruciale
il y a dix ans quand la liseuse est
arrivée. Car sans libraire, nous
perdons notre premier
médiateur, celui qui fait
connaître les nouveautés en les

Caroline
Couteau
Directrice des
Éditions Zoé

mettant sur table, en vitrine, avec
un mot sur la couverture du livre.
C’est lui qui conseille en fonction
de la personne qu’il a en face de
lui. C’est surtout lui qui considère
la littérature en lien avec sa
qualité et non exclusivement en
fonction d’un profit commercial.
En réalité, le libraire est bien plus
menacé par Amazon que par le
livre numérique: la puissance de
frappe de la grosse enseigne et sa
manière de casser les prix
menace sérieusement la librairie.
Et sans librairie plus de bons
livres.»

Yvan Slatkine
Directeur des
Éditions Slatkine

Yvan Slatkine: «L’apparition
de l’e-book n’a pas bouleversé le
marché du livre. Il s’agit d’un
nouveau support, d’un dérivé du
livre traditionnel comme l’est le
livre de poche. Chez nous, les
ventes d’e-books sont faibles,
moins de 1% du total des ventes,
sauf pour les best-sellers. Notre
maison a connu un gros succès
avec plus de 8000 e-books
vendus du Gang des rêves de Luca
Di Fulvio. Ce résultat s’explique
par le fait que ce roman s’est très
bien vendu sous sa forme papier
et qu’il est très volumineux (plus

Isabelle
Falconnier
Directrice
du Salon du livre
de Genève

de 800 pages), ce qui rend la
lecture sur liseuse attractive. Les
ventes de nos autres titres restent
marginales. Le livre électronique
peut être un moyen d’atteindre
un nouveau lectorat. En
conclusion, l’e-book ne change
en rien le métier d’éditeur. Il faut
l’envisager comme un marché
complémentaire du livre papier
et non comme un concurrent.»
Isabelle Falconnier: «Le livre
numérique est un outil
formidable. Il a été, il est et il sera
toujours un outil formidable. Lui
et toutes les déclinaisons de

PUBLICITÉ

THUNE DU COEUR 2017

Jusqu’à fin décembre,
Jules attend votre don à la réception
de la Tribune de Genève ou sur son compte bancaire
IBAN : CH080024024050448201K - JULIE-LA THUNE DU COEUR

Merci à tous de votre générosité !
Les bénéficiaires 2017 : Partage - Les Colis du Coeur - La Virgule

supports de lecture de romans,
essais, guides de voyage ou
contes pour enfants possibles et à
venir. Dès le départ, opposer livre
papier et numérique était une
erreur: ils sont complémentaires.
La force du Kindle d’Amazon, ou
de tout autre livre numérique,
c’est sa puissance de diffusion, la
disponibilité immédiate du
contenu, et son prix,
potentiellement plus bas que le
livre imprimé. C’est beaucoup,
mais ça ne fait pas tout, tout le
temps. Au Salon du livre de
Genève, les ados font la queue
pour obtenir une dédicace et un
selfie avec les stars du Web qui
passent quasi tous, un moment
ou l’autre, de l’étape numérique à
la case livre imprimé. La liseuse
ne menace pas le marché du livre
à Genève et en Suisse: elle fait
partie du marché du livre.» B.CH.


Aperçu du document Livre numérique.pdf - page 1/1

Documents similaires


memoire quanti cindy emond
livre numerique
fiche pratique nd0 les droits de le book gratuit 1
manuel polifile v1
comment vendre ses livres numeriques 1
newsletter2171


Sur le même sujet..