CM6 climats arides fin .pdf



Nom original: CM6-climats arides fin.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PowerPoint / Mac OS X 10.9.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/01/2018 à 19:10, depuis l'adresse IP 85.170.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 175 fois.
Taille du document: 24.8 Mo (39 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


Licence 2
Géographie-Aménagement-Environnement
Climatologie

UEF1
Climatologie

Climats arides / semi-arides (suite)

CM12
4 décembre 2017

Valérie Bonnardot
valerie.bonnardot@univ-rennes2.fr


1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique


Dans les climats arides, les mécanismes habituels qui génèrent la
pluie sont limités dans leur efficacité.
L’ascendance indispensable (saturaMon et condensaMon) est

restreinte sur une faible épaisseur.
La faiblesse des pluies est d’abord le résultat de la subsidence de
l’air (En Arabie 80% des types de temps sont anBcycloniques)
La subsidence peut :
•  être d’origine dynamique
•  résulter de faits purement thermiques
•  liée à la configuraBon géographique

1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales

C’est à ce niveau que l’extension zonale des déserts peut être
défendue :
⇒  associée à la ceinture de HP centrée +/- sur les Tropiques
⇒  localisaMon des déserts absolus
⇒  chapelet d’anMcyclones (H)

HIVER






ETE

Janvier

Barrière de hautes
pressions subtropicales

AnBcyclones :
• 
• 
• 
• 
• 

de Californie (Pacifique N)
des Açores (AtlanMque N)
de l’Ile de Pâques (Pacifique S)
de Sainte-Hélène (AtlanMque S)
des Mascareignes (O. Indien)

Janvier

HIVER






ETE

Vents et pressions moyennes de surface

« Horses » la+tudes

Juillet

ETE






HIVER

Barrière de hautes pressions subtropicales : GEOPOTENTIELS à 500hPa
⇒  Subsidence conBnue et généralisée sur une large épaisseur de la troposphère
⇒  Hautes pressions dynamiques

Janvier

Juillet

Température
à 500hPa
(Moy. -21°C)

GéopotenBels
à 500hPa
(Moy. 5550m)

⇒  Subsidence conBnue et généralisée sur une large épaisseur de la troposphère
⇒  Hautes pressions dynamiques liées

Subsidence accentuée par la
présence du jet subtropical

Cellules de HADLEY

Ceinture déserBque des 30°
30°N

+



_

30°S

+



2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales

Eté : conMnent surchauffé : ascendance
limitée aux basses couches car coiffée par
une très forte subsidence aux niveaux
supérieurs

ReprésentaMon de la ZCIT au niveau de l’Afrique de
l’ouest en été et généraMon de nuages de la
mousson (Schayes, 2000)

Champs de pression moyen sur l’Afrique



2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
Champs de pression moyen sur l’Afrique
Hiver :

La « fraîcheur » océanique ou hivernale ,
au contraire renforce la stabilité de l’air et
donc la subsidence, mécanisme renforcé
par des advecMons d’air froid issu des
moyennes laMtudes dans les basses
couches
Subsidence dynamique renforcée
par la présence du jet subtropical

1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales

Divergence de l’air dans les basses couches : étalement de l’air
⇒  mécanisme qui empêche la formaMon de nuages pluviogènes.

Dissymétrie est-ouest de part
et d’autre de l’AtlanMque
entre l’Afrique Guinéenne
humide et le nordeste brésilien
semi-aride

1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
2.2 Structure verMcale de l’alizé au-dessus des eaux froides
2.3 Rôle des facteurs topographiques
Structure de l’Alizé au large du Namib : couche
3. La diversité régionale : de l’aridité absolue aux marges plus
d’inversion vers 1000m 1500m
humides
Qui empêche le développement des pluies
3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
3.3 Le Namib : un désert frais et humide
L’écoulement de l’air dans les basses couches se fait dans un flux d’est relaMvement

constant et régulier; sur les océans il contribue à une forte évaporaMon conférant aux
masses d’air un caractère potenMellement instable et turbulent.

Mais rapidement en alMtude, l’élévaMon de cet air, même humide, est militée par la

subsidence des couches supérieures.
couche d’inversion (nappe de nuages)
⇒ 
⇒ 
StraMficaMon stérilisante pour les précipitaMons car ascendance de l’air humide
stoppée par la descente (lente mais régulière) de l’air sus-jacent réchauffé par
compression

1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
2.2 Structure verMcale de l’alizé au-dessus des eaux froides
2.3 Rôle des facteurs topographiques
Phénomène accusé là où les eaux sont
3. La diversité régionale : de l’aridité absolue aux marges plus
parBculièrement froides
Tassement de l’air refroidi au contact des
humides
courants froids.
3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
Grandes régions arides des façades ouest des
conMnents subtropicaux:
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
⇒  subsidence supérieure + refroidissement
3.3 Le Namib : un désert frais et humide
dans les basses couches lié aux eaux
anormalement froides pour la laMtude.
⇒  Déserts côMers du Namib, de l’Atacama ou
de Mauritanie (Abaissement de la surface
d’inversion, parfois à proximité immédiate
de la surface = voiles persistants de stratus
bas ou de brouillards « pesant » comme un
Al$tude de base de l’inversion de
couvercle » alors qu’il ne pleut pas.

l’alizé sur l’Atlan$que (Riehl)

1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
2.2 Structure verMcale de l’alizé au-dessus des eaux froides
2.3 Rôle des facteurs topographiques
3. La diversité régionale : de l’aridité absolue aux marges plus
humides
L’irrégularité de la surface terrestre contrarie le
3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
développement des précipitaMons (ou favorise l’aridité) à 3
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
niveaux d’échelle :
3.3 Le Namib : un désert frais et humide
•  locale
•  Régionale
•  conMnentale




1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
2.2 Structure verMcale de l’alizé au-dessus des eaux froides
2.3 Rôle des facteurs topographiques
3. La diversité régionale : de l’aridité absolue aux marges plus
humides
•  3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
Échelle conMnentale
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
•  3.3 Le Namib : un désert frais et humide
Les espaces refroidis l’hiver connaissent des hautes pressions « pelliculaires » qui
empêchent le passage des flux océaniques perturbés et humide (Asie).
•  La massivité des conMnents favorise l’aridité, l’éloignement par rapport à la mer
privant l’atmosphère de sa principale source en eau.
=> Ces déserts conMnentaux combinent les handicaps des climats conMnentaux (rudeur
et sécheresse de l’hiver) et tropicaux (chaleur de l’été): les variaMons de températures
y sont énormes aussi bien entre le jour et la nuit qu’entre les saisons.



Les déserts
d’éloignement

Au centre de conMnents arides
•  déserts froids en Asie (Karakum, Gobie)
•  ou chauds en Australie
Assèchement des masses d’air venu de la mer en traversent de
vastes conMnents (Asie ou Australie)


1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
2.2 Structure verMcale de l’alizé au-dessus des eaux froides
2.3 Rôle des facteurs topographiques
3. La diversité régionale : de l’aridité absolue aux marges plus
humides
•  3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
À moyenne échelle
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
Chaines montagneuses / cordillères
3.3 Le Namib : un désert frais et humide
=> génèrent des déserts d’abri en
aval du flux atmosphérique dominant

Dissymétrie entre les 2 versants de la chaîne

(versant sous le vent = échauffement et
assèchement de l’air par compression
adiabaMque)


La diagonale aride

ARICA au Chili
endroit le plus aride du monde
•  0,76 mm/an
•  173 mois consécuBfs sans pluie

Les déserts
d’abri

Versant exposé au vent:
•  vent chargé d’humidité
•  soulevé à l’approche d’un relief
•  détente et refroidissement
•  condensaMon et pluie


Versant sous le vent aride
Air froid et sec au passage du relief
Subsidence et réchauffement de l’air
AbsorpMon de l’humidité du sol.

Désert du Takha-Makun (Chine) (+ facteur d’éloignement)
Désert de Mojave (Californie)

Les déserts
d’abri

Désert des Mojaves ou de Mojave en Californie.
ApparMent au plus grand ensemble du désert de Sonora

è désert d'abri bordé par les montagnes Tehachapi, San
Gabriel et San Bernadino
(+ facteur zonal + courant marin froid).

1.  Un ensemble azonal plus ou moins privé d’eau
2. Des espaces marqués par une subsidence atmosphérique
conséquence de facteurs mulMples:
2.1 Barrière de hautes pressions subtropicales
2.2 Structure verMcale de l’alizé au-dessus des eaux froides
2.3 Rôle des facteurs topographiques
3. La diversité régionale : de l’aridité absolue aux marges plus
humides
•  3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
À l’échelle locale
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
3.3 Le Namib : un désert frais et humide








3. La diversité régionale :
è de l’aridité absolue aux marges plus humides
3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
3.3 Le Namib : un désert frais et humide







3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
5 000 km d'ouest en est (AtlanMque à la mer Rouge)
plus de 8,5 millions de kilomètres carrés

Ceinture de HP tropicales
Hautes pressions sahariennes (850hPa) renforcées par la circulaMon d’alMtude (Jets)
⇒  Renforcement de la subsidence

3.1 Le Sahara : du désert absolu au Sahel
Record d’aridité pour le conMnent : Wadi Halfa (Soudan) sur les bords du Lac Nasser
ERG

REG

Ex : Tamanrasset (1400m)
dans le Hoggar

Hoggar

Les marges du Sahara
Marges nord

La reprise des précipitaBons sur les marges nord du Sahara vers la
Méditerranée sont dues, non pas à la progression du flux de
mousson vers le nord en été (ou très rarement), mais surtout à la
posiMon méridionale de certaines trajectoires de perturbaMons
frontales liés à la circulaMon d’ouest de la zone tempérée, en hiver,
et à la cyclogenèse en Méditerranée (coulée d’air polaire en
alMtude).

La reprise des précipitaMons hivernale a lieu vers 27-30°N selon la
posiMon en longitude.

•  Rythme pluviométrique saisonnier caractérisBque :
è reprise des pluies hivernales caractérisBque du domaine climaBque voisin
(climat méditerranéen)

Vers 27°-30°N : volume annuel
toujours très faible (aridité) mais
reparM sur les mois d’hiver
Tindouf : Pluies de fin d’été
(« pic » sept-oct) liées à la
remontée occasionnelle du
flux de mousson vers 25°N.

El Goleao
Tindouf

Les marges déserBques
Marges sud
Au sud du Sahara, on passe du désert absolu au semi-déserMque
(Sahel). Les pluies sont dues à la progression du flux de mousson
vers le nord en été.
=> Régime pluviométrique « tropical » d’été

Ex : MOPTI (Mali)

VégétaMon clairsemée de
steppe et élevage iMnérant

Les déserts zonaux


Hémisphère Nord :
- désert Mexicain
- Sahara
- Arabie
- Sinaï


Hémisphère Sud :
- Kalahari
- Australie


Désert des Pinnacles, Australie

3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
Domaine aride du Centre de l’Asie = plus vaste ensemble déserMque de la planète
50 à 125°E et 35° à 50°N

EssenMel des anciennes
républiques URSS :
(KaraKoum, Kyzyl Koum
et Steppes de la faim

Vers l’est : Mongolie et
Chine

Régions semi-arides et
arides de Chine : 22% du
territoire avec moins de
250 mm/an
Province du Xinjiang en
totalise l’essenMel (Désert
du Takla Makan et du
bassin du Tarim)


3.2 Immensité et diversité des déserts chinois

3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
Désert du TAKLAMAKAN et le bassin du TARIM : Désert conMnental d'Asie centrale

« Mer de la mort »

Bassin endoréique du Tarim (1280km)
Lac Lop Nur

3.2 Immensité et diversité des déserts chinois
PrécipitaMons quasi inexistantes au cœur des grands fossés d’effondrement (fossé de
Turpan -155m au dessous du niveau de la mer) Moyenne annuelle < 4mm
Province du Xinjiang < 100 mm/an

Isohyète 400mm (considéré en Chine comme la limite des aires sèches (73% du territoire)
Traverse le pays du SW (ouest de l’Himalaya) à l’est de la Mandchourie.

Températures esMvales élevées
(> 25)C – 30°C) en juillet
Fort ensoleillement (3500h/an
=> 47°C sous abri (Turpan) et
67,2°C au sol

Hivers rudes du climat
conMnental : -10° à -20°C en
moyenne en janvier
Record chinois pour Turpan =
-51,5°C (laMtude similaire à
Rome)


Urumqi

3.2 Immensité et diversité des déserts chinois

Extension en laMtude; rigueur des hivers soumis aux Hautes pressions sibériennes l’hiver
Désert d’éloignement : Urumqi 4400km du Pacifique; 4300km de l’AtlanMque; 2500km de
l’ArMque et 2500km (seulement) de l’Océan Indien.


Déserts chinois fermés
Bloqués par les chaines de montagnes :
•  Altaï, Tian-Chan (Monts du ciel), Pamir = remparts face aux vents d’ouest
•  Au sud : Hind-kouch et Kara-koum stoppent la mousson
Grands bassins endoréiques parcourus par des vents asséchants foehniques violents (140
à 150j /an de tempête de sable au cœur des déserts)

AlMtude, développement de glacier qui alimentent les fleuves

3.2 Immensité et diversité des déserts chinois


Aridité génère des paysages de reg (déserts des Gobies) et d’erg (les Shamos) comme dans
le Sahara
Yardangs

3.3 Afrique australe : Le Namib, un désert frais et humide
Côte atlanMque hyper-aride (Namib) ≠ côte indienne arrosée
Intérieur semi-aride (Kalahari)
1280km N/S entre les fleuves Cunene
et Orange
Frange liˆorale de 270 000km2 entre
15°S et 32°S

Namib caractérisMque des régions
arides liˆorales:
•  Influence du courant marin froid
(Benguela) sur les précipitaMons
•  Hautes pressions subtropicales
•  Relief intérieur (“Grand
Escarpement”)

Désert de Namibie

3.3 Afrique australe : Le Namib, un désert frais et humide
Pluies rares / Enorme variabilité

Climat frais pour la laMtude

Maximum connu : 37,5°C
Moyenne du mois le plus chaud: 17,4°C

ARMA : 4,7°C amorMe par les eaux
froides

Gel inconnu (minimum connu : 3,4°C)

Fortes chaleur : vent d’est (alizé
conMnental descendant de la montagne
(fBergwinds =foehn)

Forte nébulosité (brouillards 150j/an /
stratus bas)

Stabilité de l’inversion thermique de
l’alizé

Namibie

Temp. Moy. Annuelle : 15,3°C
Amp. Ther. Moy. Annuelle : 4,7°C
Pluies 19mm/an (51j)

Les déserts côBers
ex désert du Namib



Erg du Namib

3 millions d’hectares le long de la côte atlanMque




Dunes de Sossusvlei
Patrimoine mondial Unesco (2013)

Les déserts côBers
Courants marins froids

Les déserts côBers
Hyper arides

-  désert du Namib (Afrique Australe)
- désert de l’Atacama (au nord du Chili)
-  désert du Sonoran (Californie)
-  désert de Somalie
-  désert de l’ouest australien.
Cumulent le facteur zonal
Et facteur courant marin froid
Côte pacifique (Pérou)


CM6-climats arides fin.pdf - page 1/39
 
CM6-climats arides fin.pdf - page 2/39
CM6-climats arides fin.pdf - page 3/39
CM6-climats arides fin.pdf - page 4/39
CM6-climats arides fin.pdf - page 5/39
CM6-climats arides fin.pdf - page 6/39
 




Télécharger le fichier (PDF)

CM6-climats arides fin.pdf (PDF, 24.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


cm5b climats arides
cm6 climats arides fin
newsletter1
etude detritus
tours in morocco
adventure trips in ladakh

Sur le même sujet..