Publication des Actes de la journée d'étude 2017 V2.pdf


Aperçu du fichier PDF publication-des-actes-de-la-journe-e-d-e-tude-2017-v2.pdf - page 9/63

Page 1...7 8 9101163



Aperçu texte


5e journée d’études (2016-2017) - Les archives du pouvoir : pratiques d’hier et problèmes d’aujourd’hui

L'autre type de diplômes concerne la justice et plus particulièrement le rendu d'une
décision judiciaire : que l'on nomme jugements ou placita21.
En dehors des diplômes, se trouve des édits22. Ces écrits émanent soit de décisions
prises en commun par le roi et l'assemblée des Francs, soit par le roi en son nom seul.
Leur forme et les formules usitées ne permettent pas de les classer parmi les
diplômes23.
Enfin, troisième catégorie d'actes : les lettres, dont la forme est beaucoup moins
solennelle. On pourrait l'assimiler à la catégorie des mandements, actes plus tardifs
que nous présenterons plus loin.
Si nous restons sur la catégorie la plus importante d'actes, à savoir les diplômes, les
grandes caractéristiques sont la présence sur la première ligne du protocole initial,
avec une écriture plus importante, généralement allongée. Trois éléments constituent
ce protocole initial sous les Mérovingiens : l'invocation, la suscription, l'adresse.
L'invocation est proposée par ce signe nommé chrismon : c'est une invocation
symbolique.
Suit la suscription qui prend souvent cette forme : "N, rex francorum." suivi de deux
mots très abrégés, vraisemblablement vir inluster, formule reprise à la chancellerie
romaine.
Le protocole final est également toujours présent avec dans le cas des préceptes, la
souscription du roi, contrairement aux jugements. La souscription de chancellerie est,
elle, présente pour tous les types d'actes, à l'exception des lettres.
Enfin, juste à côté de l'emplacement de l'incision réalisée pour sceller l'acte, on trouve
une figure, que l'on peut qualifier de monogramme (toutes les lettres du mot sont
reprises dans un même signe) : Bene valete.
Enfin le dernier élément est la date, dernier élément présent sur les diplômes
mérovingiens.
Sous les Carolingiens, le premier constat est celui du nombre d'actes conservés dans
les dépôts d'archives. Ce sont ainsi près de 2 800 actes connus, dont près de 1 000
originaux, pour l'ensemble des rois carolingiens (de 751 à 987). La typologie des
documents évolue quelque peu. On retrouve les préceptes, catégorie de diplômes la
plus représentée, les jugements; puis pour les autres catégories, les capitulaires, terme
qui s'applique aux documents de portée législative ou réglementaire24, les
mandements et les lettres.

21

Terme provenant du "nom de l'assemblée statuant au contentieux", Tessier, p. 14.
Publication de 9 d'entre eux dans l'édition des Capitularia regum Francorum de Boretius.
23
Soit ils ont des similitudes propres aux jugements, soit ils se rapprochent des préceptes.
24
G. Tessier, idem, p. 58.
22

9