Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Nadège analyse punition .pdf


Nom original: Nadège - analyse - punition.pdf
Titre: Nadège - analyse - punition

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Pages / Mac OS X 10.11.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/02/2018 à 22:18, depuis l'adresse IP 92.90.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 76 fois.
Taille du document: 45 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Plan
I. caractéristique des sanctions
1. définition
rite, humiliation, absurdité
2. Cause : violence sociétale
II. Le regards des personnages au regard de la sanction / humiliation
1. Les émotions de la personne qui inflige la sanction
volonté d’humilié
impunité
figure d’autorité
2. Les émotions des élèves qui assistent à la sanction
3. Les émotions de l’élève qui reçoit la sanction
III. ce que devrait être l ‘école
école lieu d’apprentissage
bienveillante
équitable

L’école est un lieu d’apprentissage. Pour les auteurs, les souvenirs liés à ce lieu
sont vifs et présents. Dans son livre autobiographique, « Le premier homme », Albert
Camus relate les souvenirs qu’il possède de son professeur Monsieur Bernard et des
punitions qu’il l’administrait. Antoine Bangui décrit également le traitement que les maîtres
offraient à leurs élèves dans l’extrait issu du roman « les ombres de Kôh ». Jules Vallès
dans « L’enfant » s’emploie à nous décrire le mieux d’enfermement des enfants violents.
George Perec dans son livre autobiographique « W ou le souvenir d’enfance » fait
émerger les pensées lointaines d’un enfant juif sous l’école de l’occupation. Ses auteurs
nous livrent une vision de l’école d’antan ou sanctions corporelles et humiliations sont
choses courantes. La description et l’application des punitions en sont abondantes. Les
réactions, face à cette violence d’une part des maîtres et de l’autre, des élèves enfin une
injonction à la bienveillance transcrit implicitement de ce corpus.
L’école est un lieu de savoir mais également un lieu de sanction. Celle-ci est
retranscrit dans le texte d’Albert Camus et d’Antoine Bangui comme étant des punitions
corporelles. Le « sucre d’orge », la baguette qui sert à infliger les coups, est décrit ainsi
que la mise en scène de la sanction. La position est humiliante. Humiliation qu’on retrouve
également chez Antoine Bangui. Dans les colonies, les langues maternelles sont
sévèrement punies par l’apposition d’une boîte de conserve remplie d’excréments. On
retrouve la volonté d’humilier dans l’arrachage de la médaille sur l’habit de l’enfant qu’est
alors Georges Perec. Enfin l’enfermement, dans une pièce où le champ lexical du
désœuvrement et du vide est présent.
L’une des causes des punitions est une violence omniprésente. Comme l’exprime
A.Bangui, elle est sociétale. Injure des hommes, abus d’autorité. Il n’y a pas de refuge, les
lieux de vie comme le marché peuvent être des lieux de dommages corporels. Pour Albert
Camus, le châtiment est un mode d’éducation commun à tous cas présent dans tous les
foyers. Les personnes affligeant la violence sont des personnes d’autorité. Le surveillant
de Jules Vallès agit sur la pulsion d’une colère contrairement au maître d’Albert Camus qui
est caractérisé par des adjectifs mélioratifs, il est de « bonne humeur » avec un air
généralement « goguenard » l’impunité transparaît par la phrase « il ne se souciait
nullement d’envoyer le contrevenant chez le directeur ». Le rapport de force est
indiscutable, les enseignants n’écoutent pas comme est décrit le comportement de la
maîtresse de Georges Perec. Les élèves eux sont humiliés. Les tensions amènent les
camarades du narrateur d’Antoine Bangui à déserter les bancs de l’école, il y a de la
moquerie et de la dénonciation.
Je réalise que le temps me manque pour faire le développement prévu.
L’école n’est pas un lieu de bienveillance. Quatre auteurs, quatre regards sur l’école et ses
symboles nous amènent à percevoir ce que pourrait être l’enseignement. La bienveillance
doit permettre les apprentissages sereinement. L’école du savoir doit passer par une
équité une fraternité afin que tous puissent réussir.
Analyse en 1h45.
Je suis dégoutée car faute de temps mon développement est pauvre alors que l’analyse
brouillon est fournie…


Nadège - analyse - punition.pdf - page 1/2
Nadège - analyse - punition.pdf - page 2/2

Documents similaires


Fichier PDF nade ge analyse punition
Fichier PDF affiche
Fichier PDF affiche
Fichier PDF pierre le vigan albert camus et l ordre du monde pdf
Fichier PDF courrier senateurs avant seance par membres stop veo
Fichier PDF courrier senateurs du 6sept2016


Sur le même sujet..