Comment la pierre de lalune fut découverte (1) .pdf


Nom original: Comment la pierre de lalune fut découverte (1).pdfTitre: How Moonstone Was Discovered (FR)Auteur: Thibaud

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.1 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/02/2018 à 15:04, depuis l'adresse IP 88.185.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 85 fois.
Taille du document: 64 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Il  y  a  bien  des  lunes,  à  l’aube  de  la  forêt,  les  chefs  des  Clans  n’arrivaient  plus  à  
communiquer   avec   leurs   ancêtres.   Les   esprits   leur   apparurent   en   songe,   mais  
les   chefs   ne   savaient   toujours   comment   obtenir   les   réponses   à   leurs   questions.      
À  cette  époque-­‐là,  il  y  avait  un  chat  du  Clan  du  Vent,  nommé  Aile  de  Papillon.  
Elle   possédait   une   douce   fourrure   blanche   et   avait   les   yeux   verts   ;   ses   pattes  
étaient   agiles   et   elle   avait   un   cœur   noble,   mais   elle   ne   tenait   pas   en   place.  
Souvent  distraite,  elle  oubliait  facilement  les  choses.  
   Lorsqu’elle   revenait   de   la   chasse,   elle   ne   ramenait   jamais   de   proies   mais  
toujours  des  baies.  Et  quand  on  lui  demandait  pourquoi  elle  en  avait  pris,  elle  
répondait  qu’elle  ne  savait  pas,  mais  que  ça  pourrait  s’avérer  utile.  
   Plus  d’une  fois  Pelage  d’Ajoncs  –  le  lieutenant  du  Clan  du  Vent  –  aperçut  Aile  
de  Papillon  traîner  sur  les  territoires  des  autres  Clans,  là  où  elle  n’avait  pas  le  
droit   d’aller.   Pelage   d’Ajoncs   savait   quel   serait   le   prix   à   payer   si   elle   se   faisait  
prendre.  
   Un  matin,  Vent  dirigeait  une  patrouille  à  la  frontière  du  Chemin  du  Tonnerre.  
Elle  entendit  soudain  le  bruit  d’un  monstre  de  Bipède  et  regarda  derrière  elle  
en   direction   de   ses   guerriers.   Son   cœur   rata   un   battement.   Aile   de   Papillon  
était   en   train   de   traverser   le   Chemin   du   Tonnerre,   suivant   une   plume   bleue   qui  
voletait  en  direction  du  territoire  du  Clan  de  l’Ombre.  
   «  Aile  de  Papillon  !  »  
   Le   miaulement   du   chef   du   Clan   du   Vent   fut   couvert   par   le   rugissement   du  
monstre.   Au   même   moment,   Pelage   d’Ajoncs   s’élança   et   se   jeta   sur   Aile   de  
Papillon,  la  projetant  de  l’autre  côté  du  Chemin  du  Tonnerre.  
   «   Ne   bougez   pas   »,   ordonna   Vent   au   reste   de   la   patrouille   pendant   qu’elle  
traversait  le  Chemin  du  Tonnerre.  Elle  était  furieuse.  Pelage  d’Ajoncs  n’était  pas  
seulement  son  lieutenant  ;  c’était  aussi  le  père  de  ses  chatons.  
   «  Cervelle  de  souris  !  lança  Vent  à  la  chatte  blanche.  Tu  aurais  pu  être  tuée  –  
vous  auriez  pu  être  tués  tous  les  deux  !  
   —  Je  suis  désolée,  Vent,  miaula-­‐t-­‐elle.  J’avais  l’impression  qu’elle  m’appelait.  
   —  La  plume  ?  demanda  Vent.  Et  où  t’appelait-­‐elle  ?  »  
   Aile   de   Papillon   tourna   la   tête   vers   une   chaîne   de   montagnes   au   loin,   bien   au-­‐
delà  des  territoires  de  la  forêt.  
   «   Fort   bien,   miaula   Vent.   Suis   ta   plume,   garde   la   tête   dans   les   nuages,   ne  
mange   rien   d’autre   que   des   baies   ;   je   ne   m’en   soucie   plus.   Si   tu   n’es   pas  
capable  de  respecter  le  code  du  guerrier,  alors  nous  ne  pouvons  plus  t’accueillir  
dans  notre  Clan.  Va-­‐t'en.  »  
   Le  visage  d’Aile  de  Papillon  se  décomposa.  «  Mais  j’appartiens  au  Clan  du  Vent  
!  
   —  C’est  ta  punition,  Aile  de  Papillon.  »  

Accablée  par  le  chagrin,  Aile  de  Papillon  quitta  ce  qui  avait  été  son  foyer.  Elle  
marcha   toute   la   journée,   contourna   le   territoire   du   Clan   de   l’Ombre   et   se  
dirigea  vers  les  montagnes.  Au  fur  et  à  mesure  qu'elle  avançait,  l’herbe  sous  ses  
pattes  commença  à  disparaître,  le  sol  devint  rocailleux  et  les  arbres  laissèrent  
place  à  des  rochers  aussi  grands  que  le  Grand  Rocher  des  Quatre  Chênes.  
   Le  soleil  se  mit  à  décliner,  puis  se  coucha  derrière  la  montagne.  
   Aile   de   Papillon   était   en   train   de   lécher   ses   pattes   pleines   d'égratignures  
lorsqu'une   grive   sortit   d'un   buisson   et   se   mit   à   voler   au   ras   du   sol.   Elle   lui  
courut   après   mais,   ayant   remarqué   quelque   chose,   ne   vit   même   pas   l'oiseau  
s'envoler  dans  le  ciel  orangé.  Un  large  trou  s'ouvrait  dans  la  montagne.  
   Elle  entra  dans  le  tunnel.  L'obscurité  régnait  ;  elle  était  une  cible  facile  pour  les  
prédateurs.  Aile  de  Papillon  renifla  l'air  ;  elle  ne  sentit  aucune  trace  d'un  autre  
animal.   La   femelle   se   remit   à   avancer.   Elle   sentait   la   pierre   froide   sous   ses  
pattes.  
   Au  bout  d'un  moment,  elle  sentit  que  le  tunnel  devenait  de  plus  en  plus  étroit  
et  qu'il  descendait  en  faisant  des  zigzags.  
   Parfois,   elle   voyait   d'autres   passages   menant   à   d'autres   directions,   mais  
quelque   chose   la   forçait   à   ne   pas   s'écarter   du   sentier.   Elle   se   sentit   soudain  
légère,   et   sa   tête   se   mit   à   tourner.   Elle   poursuivit   pourtant   sa   descente,  
imperturbable.  
   Elle  ne  savait  combien  de  temps  elle  avait  marché  lorsqu'une  nouvelle  odeur  
parvint  à  ses  narines  :  l'odeur  de  l'air  du  dehors  et  du  gibier.  
   Aile   de   Papillon   s'arrêta.   Devant   elle,   il   y   avait   une   caverne   étincelante.   Elle  
remarqua,  au-­‐dessus  d'elle,  un  trou  qui  laissait  voir  le  ciel  étoilé  et  la  lune.  La  
lumière  de  l'astre  inondait  la  pièce  et  jaillissait  droit  sur  une  pierre  au  centre  de  
la  grotte.  
   Elle   faisait   trois   longueurs   de   queuede   hauteur   et   scintillait   comme   des  
gouttes  d'eau  sur  une  toile  d'araignée.  
   La  femelle  avança.  
   Suivant  un  instinct  qu'elle  ne  comprenait  pas,  elle  s'allongea  par  terre,  ferma  
les  yeux  et  pressa  son  museau  contre  la  surface  froide  de  la  pierre.  Lorsqu'elle  
rouvrit  les  yeux,  elle  vit  plein  de  chats  scintillants.  
   «   Bienvenue,   Aile   de   Papillon.   Tu   as   finalement   trouvé   la   Pierre   de   Lune,  
murmura  un  des  esprits.  C'est  un  lieu  sacré.  Tu  dois  faire  part  de  ta  découverte  
aux  chats  de  la  forêt.  
   —  Mais  je  ne  peux  pas  !  dit-­‐elle.  J’ai  été  bannie.  
   —   Tu   l’as   été   car   nous   avions   besoin   de   ta   curiosité,   tes   visions,   de   ton  
ouverture  aux  présages  de  l’univers...  Aile  de  Papillon,  nous  te  choisissons  pour  
devenir  la  première  guérisseuse.  »  

   Le   cœur   de   la   femelle   se   remplit   soudain   de   joie.   «   Qu’est-­‐ce   que   ça   veut   dire  
?  
   —  Tu  vas  dédier  ta  vie  à  ton  Clan  et  apprendre  à  soigner  avec  des  herbes,  à  
décrypter  les  prophéties,  tu  conseilleras  ton  chef  et  protègeras  ta  tribu.  »  
   La  femelle  secoua  la  tête.  «  Vent  ne  m’autorisera  jamais  à  revenir.  
   —  Est-­‐ce  vrai,  Vent  ?  »  demanda  un  esprit.  Aile  de  Papillon  se  retourna  et  vit  
la  silhouette  sombre  du  chef  du  Clan  du  Vent.  «  Tu  es  en  train  de  rêver,  Vent,  
chuchota-­‐t-­‐il.  Accueille  ta  guérisseuse.  »  
   Le  chef  regarda  Aile  de  Papillon  dans  les  yeux,  acquiesça  puis  disparut.  
   «   Voilà   les   chats   que   tu   devras   trouver   »,   dit   une   autre   voix.   Trois   félins  
apparurent  devant  elle,  puis  chacun  s'endormit.  
«   Pelage   Moucheté,   du   Clan   de   la   Rivière,   ronronna   un   chat   étoilé   en   se  
blottissant  contre  le  délicat  félin  écaille-­‐de-­‐tortue.  
   —   Cœur   de   Galet,   du   Clan   de   l'Ombre,   murmura   un   autre   en   poussant   le   chat  
gris  tigré  jusqu'à  ce  qu'il  grogne  dans  son  sommeil.  
   —   Et   Plume   de   Nuage,   du   Clan   du   Tonnerre   »,   dit   le   premier   esprit   en  
désignant   de   sa   queue   un   chat   au   pelage   noir,   aux   oreilles,   au   poitrail   et   aux  
pattes  avant  blancs.  
«  Tu  les  rencontreras  ici  lors  de  la  prochaine  demi-­‐lune,  murmurèrent  les  chats  
étoilés.   Nous   vous   apprendrons   tous   les   secrets   qu'un   guérisseur   doit  
connaître.  »  
   Alors  que  leurs  silhouettes  commençaient  à  s'effacer,  ne  laissant  plus  que  la  
lumière  des  étoiles  pour  l'éclairer,  Aile  de  Papillon  s'étira  puis  se  replia  sur  elle-­‐  
même,   et   s'endormit.   Cette   nuit-­‐là,   elle   dormirait   près   de   la   Pierre   de   Lune.   Et,  
le   lendemain,   elle   retournerait   dans   la   forêt   et   deviendrait   la   première  
guérisseuse  de  l'histoire  des  Clans.    
 
© Traduction :
thibaud220 (administrateur du site
http://laguerredesclans-erin-hunter.e-monsite.com)

 

TOUTE REPRODUCTION INTERDITE


Comment la pierre de lalune fut découverte (1).pdf - page 1/3


Comment la pierre de lalune fut découverte (1).pdf - page 2/3


Comment la pierre de lalune fut découverte (1).pdf - page 3/3


Télécharger le fichier (PDF)


Comment la pierre de lalune fut découverte (1).pdf (PDF, 64 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


comment la pierre de lalune fut decouverte 1
warriors eternals cycle 1 tome 2 bataille de sang
d1ze5a0
41mv98r
lgdc nd ombres
ceremonie griffe de tigre fr 1

Sur le même sujet..