Systèmes de Coordonnées cours .pdf



Nom original: Systèmes de Coordonnées_cours.pdf
Titre: (Microsoft Word - Syst\350mes de Coordonn\351es_cours.doc)
Auteur: FIZAZI@PRIVEE-EBB6C4AF

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PScript5.dll Version 5.2 / Jaws PDF Creator v3.00.1571, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/02/2018 à 21:42, depuis l'adresse IP 41.109.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 313 fois.
Taille du document: 431 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Principaux systèmes de coordonnées

36

III/ PRINCIPAUX SYSTEMES DE COORDONNEES

EE E

E EE EE E

E E

Afin de déterminer la position instantanée d’un point matériel, nous devons choisir
d’abord un repère parmi les différents repères les plus utiles. Dans ce qui suit nous allons
rappeler les principaux systèmes de coordonnées.
1/ REPERES D’INERTIE OU GALILEENS (

):

(Galilée 1564-1642)
Pour déterminer la position d’un mobile dans l’espace, nous devons choisir avant tout
un corps solide, que nous appelons référentiel, auquel nous associons des axes de
coordonnées.
Définition : tout ensemble de systèmes d’axes de coordonnées, lié à un corps solide S
qui est le référentiel (
), constitue un repère (
) lié à ce corps solide S .
Exemple : la table (référentiel) + 3 axes = repère lié à la table.
La terre (référentiel) + 3 axes quelque soit leur origine commune = repère lié
à la terre.
Les repères galiléens sont constitués d’un système libre (c'est-à-dire au repos ou en
mouvement rectiligne uniforme).
Dans un référentiel galiléen R donné, on repère une position ponctuelle M à l’aide de
trois coordonnées spatiales et une coordonnée temporelle, donc la position est définie par
quatre nombres réels comme par exemple ( X , Y , Z , t ) .
Si on note la position d’un point M par r = OM ( x, y, z, t ) au temps t , son mouvement
r (t ) .
dans le repère R est défini par l’application t
2/ PRINCIPAUX REFERENTIELS GALILEENS (
)
Repère Copernic (Copernic1473-1543)
Ce repère est défini par trois axes issus du centre du système solaire et dirigés vers
trois étoiles fixes choisies convenablement. (Figure 3.1)
Ce système est utilisé pour l’étude du mouvement des planètes et des vaisseaux
spatiaux interplanétaires.
La terre accomplit un tour autour du pôle nord-sud en un jour, sa révolution autour
du soleil est d’une année.
Le Repère géocentrique (
)
Ce repère est défini par trois axes issus du centre d’inertie de la terre et dirigés vers
trois étoiles fixes du repère de Copernic. Ce repère est utilisé pour l’étude du mouvement de
la lune et des satellites en rotation autour de la terre.
Le Repère terrestre (
)
Ce repère est défini par trois axes perpendiculaires issus de n’importe quel point
de la terre. Ce repère est utilisé pour l’étude des corps en mouvement liés à la terre. Dans ce
repère la terre est fixe, elle constitue donc un repère galiléen.

A.FIZAZI

Univ-BECHAR

LMD1/SM_ST

37

Principaux systèmes de coordonnées

Repère de Copernic

Le soleil

M’
La terre M

.

Repère géocentrique

Fig 3.1: les différents repères

3/ LES COORDONNEES CARTESIENNES (
)
a/ Le repère spatial (H IJ KLM ):
Si le mouvement s’effectue dans l’espace, il est possible de repérer la position du
mobile ponctuel M dans le repère R (O; i , j , k ) à l’aide du vecteur position OM ou bien à
l’aide des coordonnées cartésiennes ( de René Descartes 1596-1650) ou rectangulaires et qui
sont :
x : abscisse ( LO P )
y : ordonnée(S T T)
z : altitude(VLW)
Le vecteur position s’écrit alors : OM = r = x.i + y. j + z.k

(3.1)

Z
z

M

i

X

A.FIZAZI

k
O

y

j

x

Y

m

Univ-BECHAR

LMD1/SM_ST

38

Principaux systèmes de coordonnées

b/ Le repère plan (XVY
KLM )
Si le mouvement s’effectue dans le plan, il est possible de repérer la position du mobile
ponctuel M dans le repère R(O; i , j ) à l’aide des coordonnées rectangulaires x et y , ou
bien à l’aide du vecteur position OM

.

Le vecteur position s’écrit donc : OM = r = x.i + y. j

(3.2)

Y
trajectoire

y

M

r
j
O

x

i

X

Fig 3.3: Coordonnées rectangulaires

c/ Le repère rectiligne (K ZY
KLM )
Si le mouvement est rectiligne, on se contente de l’axe OX tel que le vecteur position
OM s’écrit :

OM = r = x.i

(3.3)

4/ LES COORDONNEES POLAIRES ( ! "
)
Quand le mouvement est plan, là aussi, on peut repérer la position du mobile M par ses
coordonnées polaires ( r , ) . (Fig3.4)
: Rayon polaire (H\]Z ]Z ^_ )
: Angle polaire( \]Z `a b )
Le vecteur position dans ce repère s’écrit donc :

OM = r = r.ur

(3.4)

De la même façon que nous avons obtenu la relation (2.8), nous pouvons écrire dans ce
cas :

u = i .sin + j .cos

et ur = i .cos

+ j .sin

Ainsi nous pouvons écrire le vecteur position en coordonnées polaires comme suit :

OM = r = Ar .ur + A .u

(

Où Ar , A

) représente les deux composantes de OM

(3.5)

(

dans la base ur , u

).

La relation qui lie les coordonnées rectangulaires aux coordonnées polaires est :

A.FIZAZI

Univ-BECHAR

LMD1/SM_ST

39

Principaux systèmes de coordonnées

x = r.cos

= arccos x

y = r.sin

= arcsin y

r

(3.6)

r

Y

M

r

j
u

X

x

5/ LES COORDONNEES CYLINDRIQUES ( # $
)
Si la trajectoire est spatiale, où
et oz (figure 3.5) jouent un rôle particulier dans la
détermination de la position du mobile, il est préférable de faire appel aux coordonnées
cylindriques ( , , z ) :

(BCDEFG HDEFG IJK)
: angle polaire(LMCDEFG LNOGPFG)
z : altitude (QRSFG)
: rayon polaire

Z
ligne de la coordonnée z

uz

z

r

u

M
ligne de la coordonnée

u

u

O

X

ligne de la coordonnée

m

Y

En se référant à la figure 3.5 nous pouvons écrire :

OM = r = Om + mM = r.u

A.FIZAZI

Univ-BECHAR

LMD1/SM_ST

40

Principaux systèmes de coordonnées

r = .u + z.k

D’où
De même :

u = i .cos + j .sin
Attention à ne pas confondre u et ur !!!
Nous pouvons écrire maintenant l’expression du vecteur position sous la forme :

OM = r = i . .cos + j . sin + k .z

(3.8)

OM = r = i .x + j . y + k .z

Nous pouvons transformer l’expression précédente du vecteur position OM sous la forme :

OM = r = A .u + A .u + Az .u z

(

Où A , A , Az = z

)

(3.9)

(

)

sont les composantes de OM dans la base u , u , u z = k . Pour

obtenir l’expression du vecteur unitaire u

(

il suffit de se rendre compte que les vecteurs

unitaires qui constituent la base u , u , u z = k

) sont perpendiculaires entre eux ; donc u

est

le produit vectoriel de u z et u . Ainsi :

u = uz

u = i .sin + j .cos

(3.10)

Par identification des relations (3.1) et (3.8) on en déduit les relations entre les coordonnées
cartésiennes et les coordonnées cylindriques :

x = cos
y = sin
z=z

= x2 + y2
= arctgy / x
= arccos x / = arcsin y /

(3.11)

Remarque : si z = 0 nous reconnaissons alors les coordonnées polaires qui ne sont donc
qu’un cas particulier des coordonnées cylindriques.
6/ LES COORDONNEES SPHERIQUES (
)
Quand le point O et la distance séparant M de O, jouent un rôle caractéristique,
l’utilisation des coordonnées sphériques ( r , , ) est la mieux adaptée, avec :
: rayon polaire(BCDEFG HDEFG IJK )
: azimut (WXY)

: coaltitude (ZHSFG [\X])
Nous démontrons géométriquement (figure 3.7) les relations entre les coordonnées
cartésiennes et les coordonnés sphériques :
x = cos
x = r sin cos
y = sin
y = r sin sin
(3.12)
z = r cos
= r sin

A.FIZAZI

Univ-BECHAR

LMD1/SM_ST

41

Principaux systèmes de coordonnées

r=

x2 + y2 + z2

= arccos z
= arctg y

(3.13)

r

x

Quant à la relation entre les coordonnées cylindriques et les cordonnées sphériques elle est :

= r sin

r=

=

2

+ z2

=

z = r cos

= arctg

(3.14)
z

ligne de coordonnée r

u

u

r

M

ligne de coordonées

u

ligne de coordonées

En coordonnées cartésiennes le vecteur position s’écrit : OM = r = x.i + y. j + z.k
En coordonnées sphériques on peut l’écrire :

OM = r = Ar .ur + A .u + A .u

(

Où Ar , A , A

) sont les composantes de OM

(

dans la base ur , u , u

(15.3)

)

Remarque : Pour couvrir tout l’espace en coordonnées sphériques, nous admettons les
variations :
de 0 à ,
de 0 à ,
de 0 à 2

(

Expressions des vecteurs unitaires ur , u , u

) : En se référant à tout ce qui a été dit

sur les coordonnées sphériques, nous pouvons écrire :

A.FIZAZI

Univ-BECHAR

LMD1/SM_ST

42

Principaux systèmes de coordonnées

r = r.u r = Om + mM
Om = .u =

i.cos + j sin

mM = z.k = k .r cos .
= r.sin

Nous en déduisons : r = r i.cos .sin + j.sin .sin + k .cos
Il nous apparaît clairement l’expression de u :

(3.16)

u r = i.cos .sin + j.sin .sin + k .cos

Connaissant le vecteur :

u = i .sin + j .cos

(

Il nous reste à déterminer le vecteur u . La base ur , u , u

)

étant orthogonale, le

vecteur unitaire u est donc le résultat du produit vectoriel entre u et u .

u =u

ur = i .cos cos + j .cos sin

k .sin

(3.17)

7/ LES COORDONNEES CURVILIGNES ( # #
)
Nous pouvons repérer la position du mobile sur la trajectoire elle-même à l’aide de
l’abscisse curviligne (
). Pour ce faire :
-On oriente la trajectoire au hasard,
- on choisit un point fixe 0 sur la trajectoire, comme étant l’origine des abscisses,
L’abscisse curviligne est défini comme étant la grandeur algébrique s de l’arc
appartenant à la trajectoire de 0 jusqu’à M.

OM = s

A.FIZAZI

Univ-BECHAR

(18.3)

LMD1/SM_ST



Documents similaires


5 mouvement dans le plan www stsmsth blogspot com
mvmt plan cours
3 principaux systemes de coordonnees www stsmsth blogspot com
systemes de coordonnees cours
caract mouvmt cours
4 cinematique caracteristiques du mouvement mouvements rectilignes www stsmsth blogspot com 1


Sur le même sujet..