Fin Travail 1992 Université001 .pdf



Nom original: Fin Travail 1992 Université001.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par / EPSON Scan, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/02/2018 à 20:17, depuis l'adresse IP 184.161.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 160 fois.
Taille du document: 2.2 Mo (6 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


en e f f e t on a longtemps c r u que l a P i e r r e du S o l e i l était une
représentation du s o l e i l , l ' a s t r e du j o u r .
C'est c e que p e n s a i t
Caso ( 1 9 5 8 : 3 3 ) .
Mais comme on l ' a v u , K l e i n (1976) a démontré
q u ' i l s ' a g i s s a i t en f a i t du S o l e i l de M i n u i t , localisé au c e n t r e de
la terre.
Le s a c r i f i c e supposément en l'honneur du s o l e i l que j e • „
v i e n s de décrire peut donc a u s s i b i e n s'interpréter, encore une I j / r ^ ^
f o i s , dans l e c a d r e d'une r e l a t i o n avec l e d i e u s o u t e r r a i n , e t l e
c^t^
c e n t r e de l a t e r r e , plutôt qu'avec l ' a s t r e d i u r n e .
/Qv^ •

3- Le b l o o d l e t t i n g chez l e s Mayas c l a s s i q u e s
Evidemment nous ne possédons p a s de témoignages d i r e c t s ,
o c u l a i r e s de t e l s r i t u e l s chez l e s Mayas c l a s s i q u e s .
Mais l e s
Mayas nous ont laissé de m u l t i p l e s b a s - r e l i e f s , des s c u l p t u r e s , des
p e i n t u r e s m u r a l e s , différents o b j e t s de céramiques, s u r l e s q u e l s l e
r i t u e l e s t c l a i r e m e n t illustré.
De p l u s , des renseignements
supplémentaires nous sont f o u r n i s p a r l e s t e x t e s en écriture maya
qui accompagnent l e s représentations.
3.1-

Qui p r a t i q u a i t l e r i t u e l ?

S e l o n t o u s l e s documents que nous possédons, e s s e n t i e l l e m e n t
l e s nobles e t l e s d i e u x . Mais c e l a n ' e x c l u t p a s du t o u t l e s nonn o b l e s : i l s l e p r a t i q u a i e n t peut-être, mais s e u l e s l e s a c t i o n s des
n o b l e s e t des d i e u x étaient représentées s u r l e s différents o b j e t s /
d ' ar t .
»<e—
h ^ ^ " f (5" ) ^ " ^ ^ ^ ^
'^'^'^^
On v o i t donc s o i t l e r o i , s o i t une de s e s différentes femmes,
différents personnages de l a c o u r , des "AHAU", des "BACABS", ou des
"CAHAL", s e p e r c e r différentes p a r t i e s du c o r p s pour en t i r e r une
quantité de sang, souvent très grande.

qui

On possède a u s s i quelques représentations où ce sont des d i e u x
a c c o m p l i s s e n t l e r i t u e l , comme p a r exemple s u r l e v a s e en
165

provenance de HUEHUETENANGO (A.D. 600-800) ( S c h e l e e t M i l l e r , 1986:
193).
3.2- P a r t i e s du c o r p s q u i étaient mutilées
E s s e n t i e l l e m e n t deux e n d r o i t s : l e s organes génitaux ( l e
pénis), e t l a langue.
Pour l e r o i , i l semble q u ' i l s e perçait
s u r t o u t l e pénis. S e s femmes évidemment s e perçaient l a langue.
L e s différents n o b l e s se perçaient s o i t l e pénis, s o i t l a langue.
S c h e l e d i t q u ' i l s se t i r a i e n t du sang de t o u t e s l e s p a r t i e s du
c o r p s , e t particulièrement de l a langue, des o r e i l l e s , e t des
organes génitaux ( S c h e l e e t M i l l e r , 1986:176). Mais d'après c e que
j ' a i pu o b s e r v e r des représentations du phénomène s u r l e s
différentes o e u v r e s des Mayas de l'époque c l a s s i q u e , r i e n n ' i n d i q u e
q u ' i l s se t i r a i e n t du sang d ' a u t r e s e n d r o i t s que de l a langue e t
des organes génitaux. A mon a v i s , l o r s q u e S c h e l e p a r l e de " a i l
p a r t s o f t h e body" ( S c h e l e e t M i l l e r , 1986:176), e l l e s e base
s u r t o u t s u r des données e t h n o g r a p h i q u e s , e t non s u r du matériel
archéologique a n c i e n .
3.3- L e s moyens utilisés pour réaliser l'opération
L e s Mayas u t i l i s a i e n t d e s d a r d s de r a i e s .
L e s l a n c e t t e s de
p i e r r e précieuse^ que l ' o n découvre s u r l e s s i t e s ne s e r v a i e n t p a s ,
s e l o n S c h e l e , ai^Q?ituels, mais étaient utilisées comme symboles du
p o u v o i r des d a r d s ( S c h e l e e t M i l l e r , 1986:176).
Pour l e s Mayas, comme pour l e s différents p e u p l e s de MésoAmérique, i l ne s ' a g i s s a i t pas seulement de s e p e r c e r une p a r t i e du
c o r p s pour provoquer un écoulement de sang, mais i l f a l l a i t a u s s i
p a s s e r au t r a v e r s de l a p l a i e quelque chose, comme une très longue
corde, hérissée ou non d'épines, ou encore des l a n g u e t t e s de
p a p i e r . L ' o b j e t c o u v e r t de sang était e n s u i t e o f f e r t aux d i e u x e t
brûlé.

166

3.4-

L e s o c c a s i o n s où on f a i s a i t l e r i t u e l

S c h e l e énumère t o u t e une série d ' o c c a s i o n s
pratiqué :

où l e r i t u e l était

"For k i n g s , e v e r y s t a g e o f l i f e , e v e r y event o f p o l i t i c a l
importance, e v e r y s i g n i f i c a n t p e r i o d ending r e q u i r e d
s a n c t i f i c a t i o n through b l o o d l e t t i n g . When b u i l d i n g s were
d e d i c a t e d , c r o p s p l a n t e d , c h i l d r e n born, c o u p l e s m a r r i e d
or t h e dead b u r i r i e d , blood was g i v e n t o e x p r e s s p i e t y and
c a l l t h e gods /into a t t e n d a n c e " ( S c h e l e e t M i l l e r , 1986:
176).
L e s o c c a s i o n s q u i donnaient l i e u au r i t u e l s sont d i f f i c i l e m e n t
d i s s o c i a b l e s des b u t s de c e s r i t u e l s .
Mais dans l e s écrits de
S c h e l e , i l e x i s t e une c e r t a i n e c o n f u s i o n , un manque de précision
q u i f a i t q u ' i l e s t très d i f f i c i l e de se f a i r e une idée c l a i r e des
o c c a s i o n s où c e s r i t u e l s étaient pratiqués, des b u t s q u i étaient
visés, e t s u r t o u t q u e l l e s sont l e s données e x a c t e s q u i ont s e r v i e s
de base aux élaborâtions de S c h e l e .
I l f a u d r a i t , f a i r e un
véritable t a b l e a u de t o u t e s l e s représentations de " b l o o d l e t t i n g " ,
déterminer l ' o c c a s i o n du r i t u e l , q u i l e p r a t i q u a i t exactement, e t
y a j o u t e r tous l e s a u t r e s renseignements q u i l e concerne, t r o u v e r
l a source e x a c t e des interprétations, o r g a n i s e r l e t o u t en une
s u i t e l o g i q u e , pour a v o i r f i n a l e m e n t une idée r e l a t i v e m e n t c l a i r e
du phénomène.
Un exemple de c e t t e c o n f u s i o n .
15,16 e t 17, e t 24,25 e t 26:

S c h e l e nous d i t des l i n t e a u x

"The scènes p o r t r a y différent p o i n t s i n t h e same r i t u a l
t h a t compose a n a r r a t i v e whole, much l i k e s e g u e n t i a l
frames i n a comic s t r i p .
The i n s c r i p t i o n s , however,
r e c o r d w i d e l y s e p a r a t e d d a t e s , i m p l y i n g t h a t t h e same
r i t u a l occured on s e v e r a l différent o c c a s i o n . " ( S c h e l e e t
M i l l e r , 1986: 177)
E l l e r e d i t l a même chose à l a page 2 1 1 : e l l e p a r l e de " t h r e e
167

r e l a t e d r i t u a l e v e n t s " . P o u r t a n t , j a m a i s e l l e ne nous d i t pourquoi
l e s t r o i s l i n t e a u x de chaque série sont reliés. S e l o n e l l e , l a
séquence e s t c l a i r e m e n t v i s i b l e s u r l e s l i n t e a u x 24,25,26: séance
de b l o o d l e t t i n g , v i s i o n , départ pour l a g u e r r e . Mais l e s l i n t e a u x
15,16,17 ne sont pas dans l e même o r d r e .
L e s d a t e s sont a u s s i
p a r f a i t e m e n t e r r a t i q u e s , l e s o c c a s i o n s des différentes scènes ne
sont
pas l e s mêmes,
des personnages sont
nommés mais
n ' a p p a r a i s s e n t p a s . F i n a l e m e n t beaucoup t r o p d'éléments manquent
ou se c o n t r e d i s e n t pour p o u v o i r a f f i r m e r comme e l l e l e f a i t q u ' i l
s ' a g i t d'une séquence.
( F i n p r o v i s o i r e du document)

sli* v L '
""^^

^ffc
• J j y^J \^
^p

'T*

vL^

''^^

^Jr* >-Ji^
"T*

^L*
^-X-* "^-^
^r* ^r* ^T*
"^^^

^JF'

^l''

xj^' ,-J •*

^Jf^

* J . * «Jf* , . J j

^V*

* Jf*

* J ^ ^J.i ^Àr'
*-|I.J'
^r*

^À/^
"T* 'T*

fcjj
"^r*
*JjJ

*I>
^f*"

^T* "^N

* J , J vt^
" i *

*jj*Jj

vi J *.^L> - - t j

*>Jj* ^ L /

sii-^ ^^X' ''^^

* J » ^ J * .-t J * J * ^ t ' ^ l.-^

sir' • t * 0 > ^1,1

"T^

'T^

* J < *.l J

^ L ' - - J , ^ *•

si*

' t * ^T*

'^f^

168

'-^

""^^

''A' ^X'
'^K

*J,' ^ /

' T ^ 'T^

yl^

vl,* ^ L '
'T* ' T *

•> *

'T^ 'T^

vL* *•

''^^ ' l *

^Lf

•j , *

J

«-L*

'T^

^T*

I.* vt ^ \

^'X'

^A/

s.

EPILOGUE

169

Z a r a t h u s t r a a n t w o r t e t e : "Was s p r a c h i c h von L i e b e i I c h bi-'inge
den Menschen e i n Geschenk!"
"Gib ihnen n i c h t s " , s a g t e der H e i l i g e .
"Nimm ihnen l i e b e r
etwas ab und t r a g e e s m i t ihnen -das w i r d i h n e n am w o h l s t e n t u n :
wenn e s d i r nur w o h l t u t !
Und w i l l s t du ihnen geben, so g i b n i c h t mehr a l s e i n Almosen,
un la& s i noch darum b e t t e l n i "
"Nein", a n t w o r t e t e Z a r a t h o u s t r a , " i c h gebe k e i n Almosen. Dazu
b i n i c h arm genug."
Der H e i l i g e l a c h t e uber Z a r a t h u s t r a und s p r a c h a l s o : "So s i e h
zu, da& s i e deine S c h a t z e annehmen!
S i e s i n d m i & t r a u i s h gegen d i e
E i n s e i d l e r und glauben n i c h t , da& w i r kommen, um z u schenken.

N i e t z s c h e , A l s o Sprach Z a r a t h u s t r a

165



Documents similaires


article futures et forward
renseignement sur diag b o x avant achat
odorat
chapitre 1 appareil reproducteurs
l appareil genital lms
article j jamar


Sur le même sujet..