RA CRID 2016 .pdf



Nom original: RA_CRID_2016.pdfTitre: Microsoft Word - RA_CRID_2016Auteur: Emilie

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / Acrobat Distiller 8.1.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/02/2018 à 15:57, depuis l'adresse IP 92.154.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 172 fois.
Taille du document: 469 Ko (19 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
RAPPORT D’ACTIVITE 
2016 

 
 
 
 
 
 

Assemblée Générale du CRID 
1er juin 2017 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID)
14 Passage Dubail, 75010 Paris, FRANCE – Tel : +33 (0)1 44 72 07 71 – Fax : +33 (0)1 44 72 06 84

SOMMAIRE

 

 
 
 

1ère  partie : Vie interne du CRID……………………………………………………………………………….………3 
 
1‐
2‐
3‐

Les membres du CRID en 2016 …………………………………………………………………………………….3 
Activités statutaires ………………………………………………………………………………………………..……3  
L’équipe du Secrétariat du CRID …………………………………………………………………………………..4 

 

2ème partie : Activités du CRID………………………………………………………………………………………...……….5 
 
1. Le CRID organise les Universités d’été de la solidarité internationale (UESI) ………………….5 
 
2. Le CRID participe au processus FSM et pilote la délégation française aux  FSM …………….6 
 
3. Le  CRID  conduit  une  réflexion  sur  le  milieu  associatif  de  la  solidarité  internationale  et 
travaille à sa dynamisation ……………………………………………………………………………………………. 7 
 
4. Le  CRID  facilite  les  échanges  et  les  convergences  entre  les  acteurs  du  mouvement  de 
solidarité internationale ………………………………………………………………………………………………… 8 
 
5. Le  CRID  coordonne  la  plateforme  française  Des  Ponts  Pas  Des  Murs  (DPPDM)  sur  les 
migrations internationales …………………………………………………………………………………………….10 
 
6. Le  CRID  anime  le  pilotage  du  Festival  des  Solidarités  (ex  Semaine  de  la  Solidarité 
Internationale) …………………………………………………………………………………………………………….. 11 
 
7. Le CRID conduit le programme Une Seule Planète (USP) ……………………………………………… 14 
 
8. Le CRID anime la coalition Action Mondiale Contre la Pauvreté (AMCP) qui contribue à la 
construction  de  l’agenda  post‐2015,  incluant  la  lutte  contre  le  changement  climatique 
……………………………………………………………………………………………………………………………………… 15 
 
 
ANNEXES ……………………………………………………………………………………………………………………..…………… 16 
 

2

 

1ERE PARTIE : VIE INTERNE AU CRID 
 
 
 
1‐ Les membres du CRID en 2016 
 
Au cours de l’année 2016, 3 membres ont quitté le CRID : AMM, ASPAL, Avenir Social. 
3  nouveaux  membres  nous  ont  rejoints :  Remed  et  Agir  Abcd,  ainsi  que  la  CASI  Bretagne  (1er 
collectif en région). 
Le total des membres en 2016 s’est donc élevé à 45. 
 
 
2‐ Activités statutaires  
 
• Assemblée générale  
 
Le CRID a tenu son Assemblée générale statutaire le 16 juin 2016. 
Sur 45 associations membres, 36 étaient présentes (29) ou représentées (7).  
L'AG  a  été  l'occasion,  au‐delà  des  discussions  institutionnelles,  d'une  réflexion  commune  sur  2 
thématiques :  
• Regard critique rétrospectif sur les grandes missions du CRID entre janvier 2014 
et juin 2016.  
• Réflexions à échéance fin 2018 sur les opportunités permettant d’améliorer les 
faiblesses  identifiées  pour  les  différentes  missions  du  CRID ;  les  moyens 
(projets)  permettant  de  mettre  en  œuvre  les  opportunités ;  les  points 
d’attentions et freins potentiels.  
 
• Conseil d’Administration et Bureau  
 
Le Conseil d’administration a été renouvelé lors de l’AG de 2016, ainsi que le Bureau (par vote du 
CA). (cf composition actualisée en annexe). 
 
• Le Conseil d’Administration s’est réuni 3 fois les : 21 janvier, 5 avril, 18 octobre. 
• Le  Bureau  s’est  réuni  4  fois  les :  11  mars,  10  mai,  13  septembre,  25  novembre  et  16 
décembre. 
 
 
3‐ L’équipe du Secrétariat du CRID 
 
Début  2016,  l’équipe  était  composée  de  9  personnes.  Mme  Martins,  la  femme  de  ménage,  est 
partie à la retraite en juillet 2016. Elle n’a pas été remplacée par un contrat de travail mais le CRID 
fait dorénavant appel à une société de nettoyage. 
Au cours de l’année, l’équipe a aussi bénéficié d’appuis ponctuels (CDD et stages). 
 

3

Composition de l’équipe permanente salariée :  
ƒ CRID général : 
‐ Pascale Quivy, déléguée Générale ; 
‐ Emilie Souchaud, chargée de gestion financière, 
‐ Camille Champeaux, chargée de projets  
ƒ Semaine de la Solidarité Internationale / Festival Des Solidarités 
‐ Sébastien Bailleul, chef de projet,  
‐  Jean‐Marc Delaunay, chargé de l'animation et du développement des réseaux,  
‐  Marion  Basquin,  chargée  de  communication,  remplacée  par  Myriam  Ezzine  à  partir  de 
mai, 
‐ Laetitia Pourchet, chargée d’animation du réseau des acteurs en Ile de France (passée en 
CDI au 1er janvier 2016) 
ƒ Projet Une Seule Planète 
Henri Lefebvre, chef de projet 
 
L’équipe a bénéficié de la venue en CDD de : 
‐ Maëlys Orellana, chargée de mission pour l’Université d’Eté des Mouvements Sociaux et 
de la Solidarité Internationale, de mars à septembre 2016 ; 
‐ Valentin Prelat, chargé de communication CUI‐CAE pour USP d’octobre 2016 à décembre 
2017.  
 
Les stagiaires et apprentis qui ont été accueillis au CRID : 
‐ Merzouk KACEL (stagiaire au FSM) d’avril à octobre,  
‐ Marion VIDAL (stagiaire à l’UEMSSI) d’avril à septembre,   
‐ Valentin PRELAT (stagiaire à USP) de mars à septembre. 
 
Le CRID n’a pas fait de nouvelle demande d’agrément afin de pouvoir accueillir des personnes en 
service civique (suite au refus de 2015). 
 
Les personnes ressources du CRID 
 
La notion de « personne‐ressource» a été validée par le CA en 2004, afin de pouvoir se reposer sur 
des compétences spécifiques pour répondre aux demandes d’interventions dans les conférences, 
séminaires et animations et pour partager ses réflexions et analyses sur certaines thématiques. 
 
En  2016,  Gustave  Massiah  a  poursuivi  son  travail  de  représentation  au  sein  du  Conseil 
International du FSM ainsi que d’animation du groupe de travail FSM et du réseau Des Ponts Pas 
Des Murs. 
 
Le  CRID  a  également  pu  compter  sur  2  personnes  ressources,  même  si  elles  n’ont  pas  été 
sollicitées durant l’année: Michel Faucon et Bernard Lachal. 
 
Remarque particulière 
Absence, pour  cause  d’arrêt maladie,  de la  déléguée  générale  Pascale  Quivy, d’août à décembre 
2016. 
 

4

 

2EME PARTIE : ACTIVITES DU CRID 
 
 
L’assemblée générale de juin 2014 a permis aux membres du CRID d’adopter un plan d’activités 
en huit chapitres. Ces huit chapitres sont ceux que l’on retrouve ci‐dessous.  
 
 

1‐ Le CRID organise les Universités d’Eté de la Solidarité Internationale 
(UESI)  
 
L’Université d’Eté des Mouvements Sociaux et de la Solidarité Internationale (UEMSSI) 
 
L’UEMSSI a eu lieu à Besançon du 6 au 9 juillet 2016. Elle a été organisée en partenariat avec le 
Recidev  (collectif  associatif  de  Franche‐Comté)  et  ATTAC.  Cette  triple  co‐coordination  a  été 
décidée suite au calendrier exceptionnel de l’été 2016, qui prévoyait un Forum Social Mondial en 
août à Montréal. Le CRID a été sollicité par ATTAC pour l’organisation d’un événement commun. 
Les instances et l’équipe du CRID ont accueilli cette proposition avec enthousiasme.  
 
La  thématique  proposée  de  cette  édition  2016  était  « Des  utopies  aux  alternatives,  agissons 
ensemble ! ».  
 
3 comités de pilotage ont été mis en place pour cette édition :  
‐ un comité de pilotage nationale composé de 5 organisations membres du CRID : Peuples 
Solidaires‐Action  Aid  France ;  Artisans  du  Monde ;  le  Mouvement  de  la  Paix ;  IPAM ;  le 
CCFD  Terre‐Solidaire. A  noter  que,  pour  la  première  fois  dans  l’histoire  des  Universités 
d’Eté, ce copil a été ouvert à des organisations non membres du CRID : Starting‐Block et 
Etudiants et Développement. 
‐ un  comité  de  pilotage  régional  composé  de :  AFDI  Bourgogne  Franche‐Comté,  AFPS 
(Besançon),  Amadéa,  Artisans  du  Monde  (Besançon),  ASUNOES,  ATTAC  Jura,  CCFD‐Terre 
Solidaire(Doubs),  Délégation  catholique  pour  la  coopération  (DC),  Franche‐Sylvanie,  Léo 
Lagrange ‐Démocratie et courage, Mouvement pour un revenu de base, Palestine amitié, 
Peuples Solidaires JURA, Solidarité Pérou, Terre des Hommes Doubs. 
‐ un intercopil, réunissant les têtes de réseaux impliquées : ATTAC, le CRID et Recidév.  
 
Les  4  journées  de  l’UEMSSI  ont  réuni  819  personnes,  dont  une  vingtaine  de  partenaires 
internationaux,  venant  de  près  de  140  structures  différentes.  105  bénévoles  ont  également  été 
impliqués sur place pour assurer le bon fonctionnement des activités.  
 
En  termes  d’activités,  12  modules  se  sont  tenus,  33  ateliers‐débats,  2  conférences  plénières,  1 
conférence  gesticulée,  4  projections‐débats,  7  expositions  et  1  village  associatif  composé  de  24 
organisations.  
 
Le budget total de l’événement s’est élevé à 129k€ (hors coordination) dont 42% étaient issus des 
inscriptions  et  des  coûts  relatifs  à  l’inscription  d’une  activité,  48%  issus  de  subventions  et  10% 
issus de fondations et bailleurs privés.  
 
Les  thématiques  abordées  sont  allées  des  questions  de  migrations  à  celles  de  l’information,  en 
passant  par  la  finance,  le  climat,  la  jeunesse,  la  paix,  la  non‐violence,  l’économie,  le  droit  des 
femmes, l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale et les droits humains.  
5

 
Comme  il  est  d’usage,  une  formation  « Construire  un  module  participatif »  a  été  proposée  en 
amont  de  l’UEMSSI,  afin  de  garantir  la  tenue  d’activités  basées  au  maximum  sur  des  principes 
d’éducation  populaire.  Cette  formation  a  été  montée  par  Starting‐Block,  Ritimo,  le  CCFD  Terre‐
Solidaire et le CRID et a été suivie  par  15 participant‐e‐s.   Cette  co‐construction de la formation 
était une première dans ce cadre et a plutôt bien fonctionné.  
 
Au final, les participant.e.s à l’UEMSSI ont été globalement ravis de l’événement, tant de la qualité 
des  activités  de  formation  que  des  débats  ou  des  animations  festives  et  culturelles.  En  ce  qui 
concerne le partenariat avec ATTAC, l’objectif initial de dépassement des 1 000 inscrits n’a pas été 
atteint,  alors  qu’une  fusion  des  deux  publics  (CRID  et  ATTAC)  aurait  pu  être  un  gage  de 
mobilisation  plus  importante  qu’à  l’ordinaire.  Les  raisons  de  cette  petite  déception  restent  à 
identifier  clairement,  mais  la  date  de  l’événement  (début  juillet)  peut  l’expliquer  en  partie,  les 
militants d’ATTAC ayant l’habitude de se réunir fin août, ainsi que la présence d’un FSM en août 
qui a divisé les forces financières et humaines sur les deux événements. Malgré cela, la rencontre 
très  concrète  de  deux  habitudes  de  travail  et  d’animation  différentes  a  été  appréciée  par  les 
personnes présentes.  
 
 

2‐ Le CRID participe au processus FSM et pilote la délégation française aux 
FSM 
 
Forum Social Mondial 2016 (Montréal) 
 
Le FSM 2016 a eu lieu à Montréal, au Québec, du 9 au 14 août. La délégation animée par le CRID 
comptait 21 organisations (dont deux syndicats) représentant au total 350 personnes. Cette taille 
réduite comparée aux deux années précédentes fut causée par la difficulté de dégager les fonds 
nécessaires à la participation au Forum, l’édition 2016 étant encore très proche du FSM 2015. De 
plus, la proximité du FSM avec l’UEMSSI a doublé les appels à mobilisation durant l’été et certains 
arbitrages ont dû être faits au sein des organisations. 
 
Par  ailleurs,  l’une  des  plus  importantes  problématiques  à  laquelle  s’est  heurtée  la  délégation 
animée  par  le  CRID  a  été  la  politique  migratoire  très  restrictive  du  Canada.  De  ce  fait,  de  très 
nombreux  partenaires  internationaux  se  sont  vus  refusés  un  visa  et  n’ont  pas  pu  se  rendre  au 
Forum.  Ainsi,  la  délégation,  prévoyant  à  la  base  d’accueillir  en  son  sein  une  cinquantaine  de 
partenaires, n’en a finalement comptée que 27. Un rapport issu de l’équipe du comité organisateur 
québécois note qu’environ 70% des demandes de visas déposés par l’ensemble des participants au 
Forum ont été refusées.
 
En  ce  qui  concerne  les  activités  menées  sur  place,  une  cinquantaine  ont  été  directement 
organisées  par  les  membres  de  la  délégation,  alliant  des  thèmes  aussi  variés  que  la  traite  des 
enfants,  l’agriculture  urbaine,  les  médias  libres  ou  encore  le  revenu  de  base  universel.  Bien 
entendu,  une  soirée  d’accueil  a  été  organisée,  permettant  les  prises  de  paroles  de  Gustave 
Massiah,  Massa  Koné,  Bénédicte  Dufour  et  Stuart  Miyow  (représentant  du  peuple  autochtone 
habitant  le  territoire  de  Montréal),  ainsi  qu’une  soirée  de  départ  ayant  permis  à  la  délégation 
d’établir un bilan à chaud de l’événement. Une soirée de bilan a aussi été organisée en octobre, à 
Paris.  
 
En  amont  du  Forum  une  journée  de  sensibilisation  au  départ  a  également  été  organisée,  qui  a 
réuni  une  quarantaine  de  personnes.  Par  ailleurs,  trois  séminaires  de  sensibilisation  aux  enjeux 
phares du FSM 2016 se sont tenus :  
6





Enjeux  et  rôles  des  peuples  autochtones  dans  les  mobilisations  sociales  et 
environnementales, en mars ; 
Les impacts sociaux et environnementaux du modèle extractiviste, en mai ; 
Déconstruction du concept de Nord/Sud, en juillet. 

 
La  communication  autour  de  l’événement  a  été  assurée  par  un  journaliste  pigiste  (partie 
intégrante de la délégation) et une personne dédiée à l’animation du site forumsocial.info. Le duo 
a  permis  au  site  d’être  très  régulièrement  alimenté  (65  articles  mis  en  ligne),  y  compris  par  les 
contributions d’un journaliste de Politis et d’une journaliste de Libération, tous deux intégrés au 
sein  de  la  délégation  française.  L’édition  d’une  newsletter  spéciale  FSM  en  amont  et  en  aval  a 
également permis une diffusion ciblée de l’information (6 newsletters). 
Pendant le Forum, 5 storify quotidiens ont été publiés (panel de tweets sur une journée au FSM, 
permettent  d’avoir  une  vision  d’ensemble  du  Forum,  de  ses  événements  et  des  réactions  qu’ils 
suscitent). Parallèlement à cela, 5 web‐TV ont été réalisées. Chacune de ces web‐TV consistait en 
une  interview  thématique  d’acteurs  français,  québécois  et  d’une  autre  nationalité  lorsque 
possible. Les thématiques traitées furent les suivantes : la souveraineté alimentaire ; la Palestine ; 
les migrations internationales ; les médias libres ; la désobéissance civile.  
Dans l’ensemble, le bilan de ce FSM pour la délégation est mitigé. Les contacts noués sur place et 
les  activités  menées  se  sont  bien  déroulés  et  se  sont  révélés  positifs.  Cela  étant,  l’absence 
remarquée des partenaires internationaux et l’ambiance très « aseptisée » du Forum lui ont donné 
un  goût  étrange,  qui  n’avait  rien  des  grands  moments  mobilisateurs  et  intenses  vécus 
habituellement  en  FSM,  comme  à  Tunis  par  exemple.  Une  réflexion  doit  donc  être  engagée  à  la 
fois sur l’avenir de l’événement (de son format, de sa périodicité…) et sur l’engagement du CRID, 
de ses membres et de ses alliés en son sein.  
 
 

3‐  Le  CRID  conduit  une  réflexion  sur  le  milieu  associatif  de  la  solidarité 
internationale et travaille à sa dynamisation 
 
Le CNDSI  
 
Bernard Salamand a siégé au Conseil National du Développement et de la Solidarité Internationale 
(CNDSI)  au  nom  du  CRID,  puis  Vincent  Brossel.  Quatre  représentants  d'associations 
administratrices du CRID ont également été présents cette année : Vaia Tuuhia pour 4D, Bernard 
Pinaud pour le CCFD‐Terre Solidaire, Claire Fehrenbach pour Oxfam France et Michel Tubiana pour 
la  Ligue  des  droits  de  l’Homme.  Pascale  Quivy  a  suivi  pour  le  CRID  la  plupart  des  réunions  de 
préparation organisées par Coordination SUD. 
 
En 2016, le CNDSI a été réuni par la ministre les 09 février, 20 juin et 12 octobre.   
Instance  avant  tout  consultative,  dont  le  volume  des  réunions  n'autorise  que  peu  de  débat,  le 
CNDSI  a  été  le  théâtre  d'échanges  sur  certaines  avancées  (ou  reculs)  de  la  politique 
gouvernementale en matière de développement et de solidarité internationale.  
 
Vous retrouverez les comptes rendus de ces réunions ici : 

http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/cr_du_6e_cndsi_9fevrier2016_cle0f4131.pdf 

http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/cr_cndsi_160620_vdef_cle0b1c54.pdf 

http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/cr_cndsi_12oct2016_vdef_cle885439.pdf 

7

 
Liens avec les collectifs en région 
 
La rencontre annuelle du CRID avec les collectifs en région s’est tenue le 15 janvier 2016. Le CRID a 
maintenu  ses  liens  avec  les  collectifs,  notamment  le  suivi  des  conséquences  de  la  réforme 
territoriale et la fusion de certaines régions, mais aussi des nouvelles majorités devant découlant 
des élections de décembre 2015 et de la montée en puissance des réseaux multi‐acteurs (RRMA). 
Une 2ème rencontre s’est tenue en octobre 2016, co‐organisée par le CRID, Coordination SUD et le 
Mouvement Associatif. Celle‐ci a permis de faire émerger un panorama des acteurs de la solidarité 
internationale dans les régions et d’envisager quelques pistes de travail pour 2017. 
 
 
Crid’Infos  
 
Au  cours  de  l’année  2016,  9  numéros  du  CRID’infos  ont  été  diffusés,  tous  selon  le  format  de  la 
nouvelle maquette éditée directement à partir du site internet du CRID. Plus de 4 000 personnes 
étaient abonnées à la liste de diffusion de la newsletter à la fin de l’année 2016. 
 
Site web 
 
Le site web du CRID a régulièrement été mis à jour en 2016.  
Au  total,  le  site  a  enregistré  235 096  visites  en  2016,  ce  qui  fait  une  moyenne  de  19 591 
visites/mois,  soit  environ  10 000  visites/mois  supplémentaires  par  rapport  à  2015.  Un  pic  de 
fréquentation est constaté aux mois de mai, juin et juillet, soit juste en amont de l’UEMSSI et du 
FSM.  
La  rubrique  la  plus  visitée  est  celle  intitulée  « ça  se  passe  en  ce  moment »,  qui  recense  les 
activités,  formations,  campagnes  et  actualités  plus  générales  du  réseau  (membres  et  alliés  du 
CRID).  
 
 

4‐  Le  CRID  facilite  les  échanges  et  les  convergences  entre  les  acteurs  du 
mouvement de solidarité internationale  
 
Les déjeuners‐débat  
 
2 déjeuners‐débat ont été organisés en 2016 :  
* Le 21 janvier sur le thème « quelle est la capacité d’influence de la société civile sur le 
débat politique et social ? », avec l’intervention de Pouria Amirshahi 
*  Le  5  avril  sur  le  thème  « Quel  renouvellement  de  la  politique ?  Quel  paysage  des 
alternatives ?  Comment  construire  un  élan  politique  pour  la  participation  citoyenne ? », 
avec l’intervention de Patrick Viveret. 
 
Les groupes de travail du CRID  
 
En  2016  le  CRID  a  continué  à  organiser  et  à  animer  des  réunions  avec  les  groupes  de  travail 
suivants :  
‐ Le groupe FSM, en vue de la préparation du FSM 2016  
‐ Le groupe DPPDM qui a notamment préparé un séminaire interne au réseau. 

8

 
 
 

L’implication du CRID dans des espaces collectifs  

9 La participation du CRID à des collectifs nationaux  
 
Coordination SUD 
Le  CRID  est  membre  (de  droit)  du  conseil  d’administration ;  en  2016,  sa  déléguée  générale  a 
poursuivi son mandat de vice‐présidente et membre du bureau (jusqu’au mois d’aout), étant ainsi 
amenée à représenter CSUD dans des rendez‐vous avec les pouvoirs publics. C’est Vincent Brossel, 
président du CRID, qui a assumé ces mandats à partir de septembre 2016. Outre la participation 
régulière  aux  réunions  de  ces  instances,  l’implication  du  CRID  en  2016  a  porté  sur  plusieurs 
chantiers et commissions tout au long de l’année. 
 
ATTAC 
Le CRID est membre fondateur et membre du CA d'Attac, bien que le mandat d'administrateur ne 
soit pas attribué. Les deux organisations ont été très impliquées dans l'animation de la Coalition 
Climat  21  en  2015,  et  ont  pris  la  décision  d'organiser  ensemble  les  Universités  d'été  des 
Mouvements  sociaux  et  de  la  Solidarité  Internationale  en  2016.  Elles  ont  œuvré  ensemble  pour 
créer une réelle dynamique collective autour de cet événement.
 
EDUCASOL 
En 2016, le CRID a participé aux Conseils d’Administration d’Educasol, aux Assemblées Générales, 
ainsi  qu’au  grands  temps  collectifs.  Il  a  appuyé  la  structure  dans  ces  activités,  en  particulier  la 
conception et la rédaction d’un ouvrage regroupant 30 expériences d’ECSI, Mobiliser le lien social 
pour  renforcer  le  pouvoir  d’agir,  édité  en  2017,  et  la  préparation  d’une  rencontre  inter‐réseaux 
autour  des  nouvelles  formes  de  mobilisation,  réalisée  également  début  2017.  Le  CRID  participe 
activement au groupe de travail international. 
 
2016  a  été  marquée  pour  Educasol  par  la  réécriture  de  son  projet  associatif  et  le  dépôt  d’une 
nouvelle demande de financement auprès de l’Agence Française de Développement. Le CRID a été 
présent dans ce processus, que ce soit par son implication dans le CA ou au travers de la Semaine 
de  la  solidarité  internationale,  membre  en  tant  que  tel  de  ce  collectif.  Les  3  prochaines  années 
seront consacrée à défendre une ECSI innovante, autour de l’analyse des pratiques des acteurs, la 
stimulation des expérimentations et l’affirmation de l’ECSI dans le débat public. 
 
 
9   La participation du CRID à des plateformes ou groupes de travail thématiques  
 
‐ Collectif Tournons la Page  http://tournonslapage.com/ 
‐ Plateforme Dette et Développement  
‐ Coalition Eau  / HTTP://WWW.COALITION‐EAU.ORG/ 
‐ Forum Citoyen pour la RSE / WWW.FORUMCITOYENPOURLARSE.ORG 
‐ Réseau France Afrique Centrale  
‐ Plateforme « Paradis fiscaux et judiciaires » / WWW.STOPPARADISFISCAUX.FR  
‐ Plateforme DESC  
‐ Collectif Ethique sur l’Etiquette / WWW.ETHIQUE‐SUR‐ETIQUETTE.ORG  
‐ Plateforme des ONG françaises pour la Palestine / WWW.PLATEFORME‐PALESTINE.ORG  

9

 

5‐  Le  CRID  coordonne  la  plateforme  française  Des  Ponts  Pas  Des  Murs 
(DPPDM) sur les migrations internationales 
 
Journée de travail interne au réseau  
 
Une  journée  de  travail  a  été  organisée  le  14  avril  2016  afin  de  permettre  aux  organisations  du 
réseau  de  repenser  leur  stratégie,  leurs  envies  de  travaux  communs  et  leurs  thématiques 
prioritaires. 23 personnes ont assistées à cette journée, venant de 14 organisations différentes.  
 
Après un rapide rappel historique de l’histoire du réseau DPPDM, une première table ronde a été 
organisée  sur  le  thème  suivant :  « Quel(s)  lien(s)  entre  la  liberté  de  circulation  et  la  liberté 
d’installation ? »  et  une  deuxième  sur :  « La  catégorisation  des  personnes  migrantes,  un  piège  à 
éviter ».  Un  débat  ouvert  s’en  est  suivi  sur  la  question  des  accords  de  réadmission,  thème 
historique de DPPDM dont il convenait de re‐questionner les façons de l’aborder.  
 
L’après‐midi de cette journée a été consacrée à des groupes de travail visant à établir une feuille 
de route 2016‐2017 pour le réseau. Force est de constater que même si cette journée a été riche 
en  échanges,  en  intérêts  de  part  et  d’autres  et  en  contenus,  elle  n’a  que  très  peu  été  suivie 
d’effets.  Ce  plan  d’action  portait  sur  4  grands  items :  une  plus  grande  réactivité  collective  à 
l’actualité ;  une  communication  de  réseau  accrue ;  une  offre  de  formations  sur  des  thématiques 
spécifiques  à  l’encontre  des  salariés  et  bénévoles  des  membres  du  réseau  et  une  production 
documentaire permettant une réflexion sur une autre politique migratoire.  
 
Conférence de presse sur les Balkans  
 
En  juillet  2016  une  partie  des  organisations  membres  de  DPPDM  ont  décidé  d’organiser  une 
conférence de presse sur la situation des routes migratoires dans les Balkans. En effet, un Western 
Balkans Summit, a eu lieu en juillet 2016 à Paris. Il s’agissait d’un Sommet traitant de divers sujets 
relatifs à la coopération entre pays frontaliers (énergie, transports….). Cependant, la question des 
personnes  migrantes  n’y  figurant  pas  en  tant  que  telle,  ce  fut  l’occasion  d’attirer  l’attention  sur 
l’événement et d’évoquer le traitement des flux migratoires dans cette zone.  
 
La  conférence de presse a donc été conjointement organisée le 4 juillet dans la Maison d’Europe 
et d’Orient. Les organisations ayant fait partie de l’organisation de cette dernière ont été : le CCFD 
Terre‐Solidaire, Emmaüs International, le Mouvement de la Paix, la FASTI, l’OCU, le Gisti et IDD.  
 
En  amont  de  la  conférence  un  dossier  de  presse  a  été  envoyé  aux  journalistes  invités,  constitué 
comme tel :   
‐ Une carte de la route des Balkans avec des « punaises » sur les lieux où des événements 
marquants de violation des droits humains se sont déroulés 
‐ Renvoi depuis ces punaises à des liens d’articles décrivant la situation dénoncée 
‐ Une frise chronologique de la situation dans les Balkans 
‐ Un listing de questions à poser aux chefs d’Etats présents à Paris lors du Sommet 
‐ Un petit répertoire de personnes‐ressources  
 
Au final une vingtaine de personnes ont assistées à cette conférence.  
 

10

Le module à l’Université d’Eté des Mouvements Sociaux et de la Solidarité Internationale 
 
DPPDM ayant décidé de tenir un module de formation sur un jour et demi durant l’UEMSSI, une 
partie de la première moitié de 2016 a été consacrée au montage de ce module. 3 organisations 
membres du réseau se sont particulièrement mobilisées à cette occasion : le FORIM, la FASTI et le 
CCFD Terre‐Solidaire. 
 
Reprenant  des  thèmes  chers  au  réseau,  ce  module  s’est  découpé  en  trois  grandes  parties :  la 
catégorisation des personnes migrantes ; la conditionnalité de l’aide au développement ; la liberté 
de circulation et d’installation.  
 
Une  cinquantaine  de  personnes  ont  assistées  au  total  à  ce  module,  qui  a  conjugué  plusieurs 
formats  d’animations  pour  en  faire  un  réel  moment  participatif :  théâtre‐forum,  intervention 
magistrale  de  François  Gemenne,  arpentage,  présentation  d’une  cartographie  et  réflexions  en 
petits groupes.  
 
Le  module  a  été  globalement  très  apprécié  des  participant.e.s,  qui  ont  cependant  regretté  sa 
durée (trop courte) et le manque de temps d’approfondissement des thématiques.  
 
L’année 2016 accuse un bilan très mitigé pour le réseau DPPDM. Malgré des discussions toujours 
riches, le réseau peine à affirmer son identité propre et à mettre en avant sa plus‐value auprès de 
ses  membres.  La  dynamique  qui  en  résulte  a  pour  effet  la  mise  en  place  d’actions  intéressantes 
mais qui n’entraînent pas tous ses membres et ne permet pas de porter DPPDM comme un réseau 
fort et très actif en tant que tel. 
 
A  noter  que  vers  la  fin  2016  certains  de  ses  membres  lancent  en  parallèle  une  nouvelle 
dynamique,  le  Sursaut  Citoyen1,  que  le  CRID  suit  et  y  apporte  une  contribution  active  pour  le 
compte du réseau.  
 
 

6‐  Le  CRID  anime  le  pilotage  du  Festival  des  Solidarités  (ex  Semaine  de  la 
Solidarité Internationale)  
 
2016 était la dernière édition de la Semaine de la Solidarité Internationale, car le projet change de 
nom pour devenir en 2017 le Festival des Solidarités. En cohérence avec les réflexions actuelles au 
CRID  sur  l’internationalisation  des  alternatives  de  transition,  cette  évolution  a  pour  objectif  de 
mieux articuler les solidarités locales et internationales, et de sensibiliser un public plus large à ces 
dynamiques. 
 
 
L’événement de novembre 
 
La 19ème édition de la Semaine de la Solidarité Internationale s’est tenue du 12 au 20 novembre 
2016. 
Plus de 2 300 structures se sont mobilisées sur cette édition pour mettre en place des animations 
dans  près  de  400  communes  dans  toute  la  France.  Ces  structures  se  répartissent  de  la  façon 
suivante :  33%  d’associations  de  solidarité  internationale,  26%  de  collectifs  (inter‐associatifs  ou 

Le Sursaut Citoyen a pour vocation de mettre en lumière les initiatives collectives, personnelles et 
associatives relatives à l’accueil des personnes migrantes en France  
1

11

pluri‐acteurs),  12%  d’associations  culturelles  ou  d’éducation  populaire,  9%  de  collectivités 
territoriales. 
Environ  4  200  animations  touchant  des  publics  variés  ont  eu  lieu.  Les  enfants  représentent  40% 
des  publics  touchés,  et  les  jeunes  13%.  Les  animations  avaient  principalement  pour  thème 
l’interculturalité et les migrations. 
Cette belle mobilisation a donné lieu à environs 1 000 retombées presse issues, pour la plupart de 
la presse régionale et locale. 
 
 
Le projet tout au long de l’année 
 
La coordination nationale de la Semaine de la solidarité internationale, et maintenant du Festival 
des  Solidarités,  travaille  tout  au  long  de  l’année  à  l’accompagnement  des  acteurs,  à  leur 
structuration et à leur valorisation, tant au niveau national que régional et local. 
C’est  ainsi  qu’en  2016,  la  Semaine  de  la  solidarité  internationale  a  pu  accompagner 
méthodologiquement et soutenir, via son dispositif Coups de Pouce, 125 collectifs locaux pour un 
total de 73 550 euros, et 12 coordination régionales, pour un total de 48 000€. 
 
La diffusion des bonnes pratiques d’animation s’est faite principalement à travers les ateliers « bon 
coin  des  animations »  lors  des  rencontres  nationales  et  régionales,  par  l’organisation  d’une 
trentaine de journées de formations sur les territoires, et par la publication d’outils pédagogiques 
dans  l’espace  ressource  du  site  internet.  Un  jeu  de  cartes  « Déconstruire  10  idées  reçues  sur 
migrations et développement » a été créé en partenariat avec le FORIM et diffusé en amont de la 
SSI 2016. 
 
La coordination nationale a multiplié les déplacements sur les territoires en 2016. La mise en place 
du fonds de soutien financier aux formations organisées sur les territoires a porté ses fruits et a 
permis  de  financer  25  formations,  dont  19  organisées  par  des  collectifs  locaux  avec  l’appui  des 
Coras.  Ces  formations  portaient  essentiellement  sur  l’acquisition  de  techniques  d’animation 
participatives et adaptées aux publics non sensibilisés, notamment dans l’espace public.  
 
Après un an d’expérimentation, 4 collectifs locaux engagés dans l’Approche Orientée Changement 
ont été accompagnés dans le suivi et l’analyse des changements observés. Des temps d’analyse et 
de capitalisation avec les accompagnateurs des collectifs, accompagnés par le F3E, ont permis de 
produire des fiches séquences et des fiches de capitalisation qui seront diffusés à partir de 2017. 
 
En Ile de France, la chargée d’animation a accompagné une quarantaine de collectifs et organisé 
différentes  rencontres  départementales  ainsi  qu’une  rencontre  régionale  mutualisées  avec 
ALIMENTERRE  (CFSI)  et  Migrant’Scène  (La  Cimade)  pour  permettre  aux  acteurs  d’échanger  sur 
leurs pratiques et les enjeux liés à leur territoire. La structuration régionale des acteurs s’oriente 
en 2017 vers l’organisation d’un événement de lancement francilien. 
 
 
Partenariats institutionnels 
 
Les différents rendez‐vous de l’année ont permis de rassurer nos partenaires institutionnels sur la 
place prépondérante que continuera à tenir la dimension internationale dans le projet, mais aussi 
de mettre en lumière la capacité du nouveau projet à impliquer de nouveaux acteurs, y compris 
d’autres  services  que  les  seuls  « services  internationaux »  des  différentes  institutions.  Ainsi,  le 
soutien de la Région Ile‐de‐France, remis en question  par le nouvel exécutif, a pu être conservé 

12

(pour 2017), en s’appuyant notamment sur l’intérêt du vice‐président en charge de la jeunesse et 
de la vie associative. 
La  coordination  nationale  a  également  soutenu  les  réseaux  en  région  dans  leurs  relations  avec 
leurs  partenaires  institutionnels  par  des  échanges  réguliers  d’information,  en  direct  ou  dans  le 
cadre des rencontres inter‐Coras.  
 
 
Partenariats associatifs 
 
L’année  2016  a  surtout  été  consacrée  à  l’accompagnement  au  changement  des  acteurs  et 
partenaires actuels du projet, mais différents jalons ont néanmoins été posés pour l’ouverture à 
d’autres réseaux nationaux. En particulier, deux rencontres ont eu lieu avec le Collectif pour une 
transition citoyenne, qui rassemble une vingtaine de réseaux nationaux tels que la Nef, Enercoop, 
Les  amis  de  la  terre,  Alternatiba  ou  encore  les  Colibris,  et  qui  porte  la  Journée  de  la  Transition 
citoyenne  qui  se  déroule  chaque  année  en  septembre.  D’importantes  convergences  ont  été 
constatées  entre  nos  projets  et  le  principe  d’un  rapprochement  a  été  formulé.  Les  modalités 
concrètes de ce rapprochement sont en cours de discussion et devraient aboutir en 2017. 
 
La coordination de la SSI a porté et co‐construit un module « A la conquête de l’espace… public », 
lors  de  l’UEMMSI  à  Besançon  en  juillet  2016,  avec  le  CCFD‐TS,  Peuples  Solidaires  –  Action  Aid 
France, Collectif Ethique sur l’étiquette. 
 
 
Partenariats internationaux 
 
Le  chef  de  projet  a  participé  aux  rencontres  européennes  de  la  Global  Education  Week, 
permettant de mieux faire connaître la SSI et le Festival des Solidarités aux acteurs européens. Le 
projet français rencontre un vif intérêt du fait de la taille importante de son réseau d’acteurs et de 
son portage par la société civile. Des ponts avec Platforma, le réseau des collectivités locales, ont 
pu être lancés lors de ces rencontres. 
Le  Forum  Social  Mondial  a  également  été  l’occasion  de  tisser  des  liens  avec  des  événements 
similaires  au  Festival  des  Solidarités  sur  d’autres  continents,  en  particulier  avec  les  Journées 
Québécoises de la Solidarité Internationale, coordonnées par l’AQOCI. 
Enfin,  l’année  2016  a  vu  l’organisation  expérimentale  de  la  première  « Semaine  de  la  solidarité 
internationale » au Cameroun, à l’initiative du réseau Terrafrik. En dépit de la vocation nationale 
qu’a toujours eue l’événement, un soutien a été apporté à cette expérimentation d’appropriation 
par un réseau d’acteurs locaux des supports et de l’identité du projet. 
Dans  le  cadre  d’un  partenariat  entre  la  région  Nouvelle  Aquitaine  et  celle  du  Plateau  central  au 
Burkina  Faso,  un  collectif  de  structures  burkinabé  prépare  également  l’organisation  en  2017  du 
Festival des Solidarités. Ces initiatives interrogent le projet sur la pertinence d’encourager ou non 
les « déclinaisons » hors de nos frontières. L’émergence de projets structurés de sensibilisation des 
citoyens dans tous les pays et le souhait de développer les liens et les échanges de pratiques entre 
les  uns  et  les  autres  sont  une  perspective  très  positive,  mais  il  restera  à  clarifier  le  cadre  dans 
lequel ces initiatives s’inscrivent, et s’il y a lieu de construire une instance de pilotage d’un Festival 
« international » des solidarités. 

13

 

7‐ Le CRID anime le programme Une Seule Planète (USP) 
 

Le programme Une Seule Planète s’est poursuivi sur 2016. Il a produit des outils et animé le réseau 
du CRID sur les enjeux des transitions depuis l’angle des alternatives locales et de la nécessité de 
lier  ces  alternatives  en  France  à  d’autres  alternatives  ailleurs.  Cette  3ème  année  du  programme 
(avant‐dernière), a été la plus intense avec de nombreuses réalisations. Le Copil de 8 structures a 
travaillé de concert tout au long de l’année, se rencontrant lors d’une dizaine de groupes de travail 
et de 5 comité de pilotage créant ainsi une dynamique forte, soudée et particulière. 
 
Auprès  des  acteurs  locaux,  sur  les  territoires  en  France,  le  programme  a  mené  de  nombreuses 
actions afin de sensibiliser aux thématiques des transitions et de déconstruire les modèles actuels. 
7 formations ont été réalisées :  
‐ .... 5 formations méthodologiques sur l’organisation de débats citoyens, 
‐ .... 1  formation  méthodologique  en  amont  de  l’UEMSSI  sur  la  construction  de  modules 
participatifs  
‐ .... 1  module  de  formation  thématique  pendant  l’UEMSSI  sur  les  enjeux  démocratiques  des 
alternatives de développement. 
De  nombreuses  actions  militantes  ont  été  accompagnées  en  France  (vacances  engagées, 
colloques,  formations…)  et  le  programme  a  été  fortement  présent  pendant  le  FSM  2016  à 
Montréal, dans l’organisation d’ateliers, de débats citoyens ou d’une formation. 
 
Le programme a valorisé une réflexion produite par les alternatives et les citoyens : 
‐ .... au travers de l’animation de 8 débats citoyens sur des thématiques aussi diverses que la 
gestion  des  forêts,  les  communs,  la  pollution  des  cours  d’eau,  les  médias  libre,  le  vivre‐
ensemble, les jeunes et la solidarité internationale, l’ESS 
‐ .... des productions documentaires ont été réalisées autour d’alternatives spécifiques comme 
les  recycleurs  de  rue  au  Brésil,  le  commerce  équitable  au  Liban  ou  les  initiatives 
citoyennes de production d’énergie renouvelables en France. 
 
2016 aura encore été marquée par la refonte complète du site Internet uneseuleplanete.org. De 
portail  d’information,  il  est  devenu  un  véritable  site  contributif  permettant  aux  associations  du 
CRID  de  construire  des  récits  numériques  sous  forme  de  webdocumentaires  afin  de  mettre  en 
valeur  leurs  thématiques  de  travail,  en  les  liant  à  des  alternatives  concrètes  menées  par  des 
citoyens du monde entier. Ce site a pour but d’être un véritable outil pédagogique permettant aux 
associations  d’impliquer  leurs  publics  dans  la  production  d’information,  mais  aussi  de  disposer 
d’un support de diffusion vers le grand public. 
3 parcours web sont sortis en 2016 au cours d’événements de lancement spécifiques au projet, les 
scènes numériques participatives, qui se sont tenues à Bordeaux et Nantes autour de la Semaine 
de la solidarité internationale. 
 
Enfin, le programme USP a diffusé largement sa documentation au travers de partenariats médias, 
avec  son  propre  site  et  ceux  des  membres  de  son  copil,  avec  Altermondes,  puis  avec  le  site 
spécialisé  Partage  des  eaux,  totalisant  une  production  de  25  articles.  Il  a  produit  plusieurs 
supports  à  destination  des  collectivités  territoriales  et  des  citoyens  et  s’est  impliqué  dans  une 
campagne  internationale  sur  la  biopiraterie.  Il  s’est  appuyé  sur  des  événements  internationaux 
importants,  comme  la  conférence  de  l’ONU  Habitat  III,  pour  affiner  ses  prises  de  positions  et 
renforcer sa documentation sur des alternatives spécifiques (webdocumentaire dédié). 
 
USP a touché directement plus de 2 000 bénévoles et 200 structures. Indirectement, ses actions et 
productions documentaires lui auront permis d’atteindre des dizaines de milliers de personnes. 

14

 

8‐ Le CRID impliqué sur la lutte contre le changement climatique 
 

 
Conférence climat de 2016 (COP22)  
 
Dès  la  fin  de  l'année  2013,  le  CRID  a  été  à  l'initiative,  avec  ATTAC  et    le  Réseau  Action  Climat 
France,  de  la  création  de  Coalition  Climat  21,  qui  a  rassemblé  plus  de  130  organisations  de  la 
société  civile  française,  de  taille  et  d’origine  très  diverses  (syndicats,  associations  de  SI  ou 
environnementales,  mouvements  sociaux,  etc.)  en  lien  avec  des  partenaires  internationaux,  afin 
de préparer les mobilisations citoyennes pour la justice climatique à l’occasion de la COP 21.  
 
En  2016,  l’implication  du  CRID  s’est  traduite  par  un  soutien  à  la  Coalition  marocaine  pour  la 
COP22.

15

 
 

ANNEXES 
 
 
 

 
 
1/ Les organisations membres du CRID en 2016 
 
2/ Composition du Conseil d’Administration élu à l’AG 2016 
 
3/ Composition du Bureau élu par le CA de l’AG 2016 
 
 

16

 

1/ Les organisations membres du CRID en 2016 

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45

Me
mb
re s



 

4D
Accueil Paysan ‐ FNAP
AGTER 
Agir ABCD 
Aide & Action
Aide Odontologique Internationale
Amis de la Terre
C4D
CARI
CCFD
CIMADE
Eau vive
Emmaus International
ENDA Europe
Fédération Artisans Monde
Foi et Justice (Réseau)
Fondation Abbé Pierre
(Fondation) Sciences Citoyenne
France ‐ Libertés
France Amérique latine
Frères des Hommes
G.R.D.R
IDD
IPAM
ISF
Les Petits Débrouillards
Ligue Droits de l'Homme
MADERA
Max Havelaar
Mouvement de la Paix
Oxfam France
OPC ‐ Organisation pour la prévention de la Cécité
Peuples Solidaires
Remed
Ritimo ‐ Monde solidaire
Secours catholique
Secours Islamique
Secours Populaire
SHERPA
SOLIDARITE
SURVIE
Terre des Hommes
Traditions pour Demain ASS
Union Juive française pour la Paix
CASI Bretagne
 

17

2/ Composition du Conseil d’Administration élu par l’AG 2016 
 

 

18

 

 

3/ Composition du Bureau élu par le CA de l’AG 2016 
 
 

 
 
19


Aperçu du document RA_CRID_2016.pdf - page 1/19
 
RA_CRID_2016.pdf - page 3/19
RA_CRID_2016.pdf - page 4/19
RA_CRID_2016.pdf - page 5/19
RA_CRID_2016.pdf - page 6/19
 




Télécharger le fichier (PDF)


RA_CRID_2016.pdf (PDF, 469 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


ra crid 2007
ra crid 2008
ra crid 2009 vf avec annexes
ra crid 2006
ra crid 2010 vf
traitunion

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.031s