IE 01 Février .pdf



Nom original: IE-01-Février.pdfTitre: Mise en page 1 (Page 1)

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 12.1 / Acrobat Distiller 8.0.0 (Macintosh), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/02/2018 à 13:12, depuis l'adresse IP 194.250.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 672 fois.
Taille du document: 7.5 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public
Auteur vérifié


Aperçu du document


32e année

n°01 - Février 2018
GRATUIT

www.info-eco.fr
INFORMATIONS ÉCONOMIQUES DU POITOU ET DES CHARENTES • 1ER MENSUEL RÉGIONAL INDÉPENDANT

DOSSIER

Grand Poitiers,
terre d’innovation
CINÉMA

LE COIN DES LARDONS

“Cinémonstres”
s’expose
à Poitiers en 3D

Le Plateau installe
ses studios à Roiffé

Le Plateau est aujourd’hui une agence audiovisuelle. Son ambition est de devenir
un véritable pôle audiovisuel au carrefour de trois régions (Centre-Val de Loire,
Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine), d’attirer des tournages et de faire rayonner
ce territoire. PAGE 2


Poitiers Nord “Le Thalweg”

Cinémonstres est une exposition en 3D, qui se
découvre à l’aide de lunettes en relief. Ludique et
destinée à tous publics, elle se tient à l’Espace
Mendes France et au Local à Poitiers. PAGE 7



Immobilier d’entreprise
Investisseur ?
Rentabilité à partir de 7,5 %.

- 3 500 m² divisibles à partir de 60 m²
- Commerces / bureaux / locaux d’activités
- Première ligne Rocade Ouest,
zone République 1 à Poitiers
- Livraison : 4e trimestre 2018
Contact : Alexandra Jaubert
Joignable au 06 13 61 40 62
Mail : a.jaubert@consultimo.fr
L’immobilier d’entreprise

Vie des Territoires
I 2 I InfoEco Février 2018

Place à l'innovation
Dans ce numéro, la rédaction met à l'honneur
l'innovation. Pour les entreprises, trouver de
nouvelles solutions est un facteur clé de
compétitivité et de croissance.
En Charente-Maritime, Rescoll a imaginé un
procédé pour recycler les matériaux
composites. Getade Environnement a conçu
une aspirine végétale pour lutter contre le gel
du raisin. En Vienne, Secatol a fait de
l'innovation l'un de ses piliers pour être plus
fort face à ses concurrents internationaux. Son
bureau d'études crée de nouveaux outils pour
soulager le travail des ouvriers sur les chantiers.
Domalys co-conçoit de nouvelles solutions
pour faciliter et embellir le quotidiens des
seniors, comme des soignants. Agora fabrique
un commutateur unique pour les salles de
spectacle et les prestataires de l'industrie des
loisirs. Camille Gabylore conçoit des soins
naturels.
Si l'innovation peut s'incarner dans un produit,
elle peut également prendre corps dans un
service. Fantrippers propose d'imaginer
autrement votre voyage en visitant des lieux
cultes de films, séries, musiques, livres ou
bandes dessinées. Editeur de logiciels,
Icanopée estime que les relations entre le
médecin et le patient seront transformées
grâce au dossier médical partagé et à sa
solution Efficience. Impression Murale propose
à ses clients de créer leur propre papier peint.
Si l'innovation peut porter sur un produit ou
un service, elle peut également concerner un
process, un procédé. Pionnière dans le secteur
de la bioéconomie, Futuramat a développé des
billes de plastiques végétales. Ampelidae a
changé ses pratiques en passant en agriculture
biologique et en prônant le zéro pesticide.
Avec audace et créativité, toutes ses
entreprises ont en commun de concevoir,
créer et fabriquer pour répondre au mieux aux
changements de la société et aux
problématiques de leurs clients.
Les collectivités s'emparent aussi de ce sujet.
Grand Poitiers a été labellisé Technopole.
Cette structure doit permettre de fédérer les
acteurs de l'innovation au service des
entreprises et de leur développement. Cette
porte d'entrée unique doit permettre
d'accompagner les entreprises, de mettre en
place l’environnement et les ressources
nécessaires à leur épanouissement.
Bonne lecture !
La Rédaction d’Info-éco

INFO-ÉCO
Siège social : Public Media
7 impasse du Moulin, 86700 Payré
Informations économiques et échos du Poitou-Charentes
Fondateur : Michel Geniteau
Directeur de publication / Rédacteur en chef : Roger Anglument
Rédactrice en chef adjointe / Responsable de la rédaction :
Lydia De Abreu
Rédaction : Mathilde Wojylac
Contact :
Adresse : 48 rue Jean-Jaurès, 86 000 Poitiers
Tél. : 05 49 42 74 30
Mail : info@publicmedia.fr
Site : www.info-eco.fr
Facebook : Info-eco.fr et Twitter @infoecofr
Publicité : ComWest 2 : 06 81 14 22 06
Abonnement : 99 euros pour un an
Tél. : 05 45 31 06 05
Imprimerie : L'Éveil - 43 000 Le Puy-en-Velay

CINÉMA — NOUVELLE-AQUITAINE

Le Plateau installe
ses studios à Roiffé
Le Plateau est aujourd’hui une agence audiovisuelle. Son ambition est
de devenir un véritable pôle audiovisuel au carrefour de trois régions
et de faire rayonner ce territoire.

L

e Plateau vient de
prendre possession
de bureaux au
Carré Médicis (dans les
anciens locaux de l'Afpa),
à Roiffé, car l’agence
audiovisuelle se cherche
des locaux dans le Loudunais. Poitou Loire Anjou
Touraine Entrepreneurs
Audiovisuels Unis est une
association avec une
soixantaine de membres
et un consensus politique
de plusieurs collectivités
semble se dessiner pour
en faire la promotion. Le
Plateau s'est implanté au
croisement de trois
régions (Centre-Val de
Loire, Pays de la Loire et
Nouvelle-Aquitaine) et
quatre départements.
« L'objet est d'associer les collectivités et les professionnels
pour générer de l'activité cinématographique sur le territoire », souligne Frédéric de
Foucaud, président du Plateau, cinéaste et ancien
chef décorateur.

Etude d’opportunité
Une étude d'opportunité
économique est en cours
pour affiner les différents
axes de développement.
« L'objet est de valider le
potentiel économique du projet et les moyens pour y par-

Un consensus politique a l’air de se constituer autour de François de Foucaud (à droite) et notamment
Joël Dazas, maire de Loudun, mais aussi des élus des communautés de communes, des quatre
départements et des trois régions concernés.

venir. » Ainsi dans les projets, Le Plateau étudie la
possibilité de s'implanter
au Carré Médicis comme à
Loudun, sur l’ancienne friche Terrena. Il y dispose
déjà de bureaux, mais souhaite ouvrir des lieux de
tournage et de formations.
Les bureaux peuvent
accueillir des sociétés de
production. Deux plateaux
de 500 et 800 m2 seraient
également aménagés,
ainsi qu'une continuité
extérieure de 2 000 m 2 .
« Nous avons à disposition
des salles modulables en fonction des besoins, c'est très
intéressant. Des productions
étrangères qui fuient l'Ile-deFrance saturée, s'intéressent

D’autres activités s’installent à Roiffé
Déjà propriétaire du Domaine de Roiffé, PierreAntoine Barbot a acquis il y a quelques mois les
anciens locaux de l'Afpa, 11 000 m2 laissés à l'abandon depuis sept ans et rebaptisés Carré Médicis.
Déjà deux associés ont décidé d'installer leur sellerie. A travers Fr France, Frédéric Butet et Christian
Huet créent des selles sous la marque Renaissance.
A côté, Sabrina Brisset est en train de réaliser les
travaux pour pourvoir installer son centre de tourisme équestre : le Haras des Ouches. « Il y a encore
des bureaux pour des entrepreneurs et des cellules pour
des artisans disponibles. Si vous avez des projets, des
idées, il y a la place pour la créativité ! »
Le Domaine en profite pour étendre son offre en
matière de salles de mariage et de séminaires.
« Nous avons toutes les tailles de salles, pouvant accueillir
de 20 à 400 personnes. Et nous avons de nombreux atouts
pour attirer les entreprises. Nous sommes situés au carrefour de plusieurs régions — idéal pour rassembler plusieurs agences —, nous disposons d'un restaurant, de
260 couchages entre l'hôtel, les résidences et les gîtes,
mais aussi de patrimoine à découvrir (châteaux de la
Loire, l'abbaye de Fontevraud, la Tour carrée de Loudun ...) et de nombreuses activités à proximité (golf, karting, cheval, œnologie …). »

à des espaces comme ceux-là.
Ils ont aussi à proximité l’hébergement et la restauration.
Nous ne sommes pas loin
aussi par exemple de vignobles, de châteaux, de forêts.
Nous voulons transformer ce
territoire en destination audiovisuelle et touristique. »

Attirer des tournages
L'association a notament développé un outil :
une base logistique recensant des lieux pouvant
accueillir des tournages
dans un rayon de 40 km,
soit près de 500 décors
répertoriés autour de
Roiffé et comprenant les
ville de Thouars, Saumur,
Fontevraud, Chinon, Azayle-rideau, Loudun, Richelieu ou encore Mirebeau.
Le repérage est encore en
cours grâce à l'association
des chefs décorateurs de
cinéma et en lien avec les
trois régies-cinéma des
régions concernées. Une
base recensant les techniciens, artistes et figurants
dans les trois régions limitrophes est également
disponible. Ces éléments
permettent de mettre en
avant le territoire auprès

de réalisateurs et de sociétés de production. Ainsi, le
réalisateur Jean-Pierre
Mocky serait intéressé
pour venir tourner sur
place 20 épisodes de
26 minutes.

Formation et diffusion
Disposant d'une régieécole, le Plateau réalise des
interventions dans les écoles et des formations. Une
formation bac+1 à l'audiovisuel, en partenariat avec
le CNED et un BTS conducteur de décors, machiniste
et éclairagiste avec l'ADC
et en lien avec le bac
« cinéma et audiovisuel »
dispensé au lycée Guy
Chauvet à Loudun sont en
cours de création. Enfin, le
Plateau assure des retransmissions par exemple
pour les Foulées Loudunaises, le Meeting National
d’Athlétisme de Poitiers, le
Festival des Cousins d’Amérique ou encore le Prix
Renaudot des Lycéens,
dans le but de constituer
une webtv. ◆
MATHILDE WOJYLAC

Plus sur :
www.plateau-audiovisuel.fr.

Le Plateau s’est installé sur le Domaine de Roiffé.

Vie des Territoires
I 3 I InfoEco

Février 2018

INDUSTRIE — ROCHEFORT / 17

Rescoll, la référence discrète
des composites
Depuis Rochefort, sans bruit, l'entreprise Rescoll, spécialisée dans la recherche et développement
de nouveaux matériaux, s'est imposée au niveau national.

L

a Direction générale de l'aviation
civile (DGAC) a certifié les bancs d'essais de
Rescoll et Airbus l'a qualifiée pour la validation de
pièces détachées. Le
groupe Stelia Aerospace y
fait tester ses parties de
fuselage et de pointe avant
pour l'A350. Safran aussi
recourt à ses services. Du
coup 60 % de l'activité de
Rescoll concerne l'aéronautique. « Nous sommes
spécialisés dans les aspects
mécaniques des matériaux,
qu'il s'agisse de métal, de
polymère, de composite ou de
plastique : résistance physique à la pression, à l'étirement, au froid, au chaud ...
Nous testons tout », explique
Nicolas Vetel, directeur du
site rochefortais de Rescoll, la maison-mère se
situant à Pessac, près de
Bordeaux.

Recycler le composite
Rescoll est une entre-

tant, à cause des fibres, tout
en utilisant moins de résine.
Nous broyons pour des pièces
d'habillage pour Stelia, mais
nous sommes très limités en
quantité. En Charente-Maritime, entre la filière aéronautique et la filière nautique, le
composite est très utilisé. Il
faudrait une filière industrielle ou semi-industrielle de
recyclage. Le problème, c'est
qu'en tant que déchet, le composite ne vaut rien, alors que
construire une unité de recyclage coûterait très cher. »
Pourtant bientôt, le composite sera un déchet présent en grande quantité.
Un marché en devenir ... ◆

Nicolas Vetel
Rescoll dispose de plusieurs bancs d’essais.

prise de pointe qui a
fusionné avec le Centre
régional d'innovation et
transfert de technologie
spécialisé dans les matériaux (CRITT Matériaux)
en 2016. Nicolas Vetel était
le directeur du CRITT. Il est
désormais le responsable
du site Rescoll de Rochefort. Mais les activité de
recherche sont les mêmes.
Au fil de ses collaborations
avec l'aéronautique —

l'aile de l’avion à propulsion électrique E-Fan y a
été conçue, de même que
le constructeur d'avions
de loisirs rochelais Elixir
Aircraft a fait appel à elle
— , sans compter le nautisme et l'automobile, la
PME est devenue spécialiste du composite, qu'il
soit à base de fibre de
verre ou de carbone ou
même de lin. Au point d'être capable de le recycler.

“ Nous sommes parvenus à produire
un granulat qui allie
broyat de composite et résine vierge
sans que cela ne change
la structure de la résine ”
Pas de filière
industrielle
« Pour le réutiliser à l'infini,
nous le broyons et nous l'intégrons dans une nouvelle
résine polyester. Nous sommes parvenus à produire un
granulat qui allie broyat de
composite et résine vierge

O. G.

sans que cela ne change la
structure de la résine. Du
coup, les injecteurs — les gens
qui moulent les pièces —
n'ont aucune modification à
apporter à leurs machines
pour pouvoir l'utiliser. Et
cerise sur le gâteau, cela
donne un produit plus résis-

FICHE D’IDENTITÉ
Directeur : Nicolas Vetel
Siège : Pessac
Création : 1992
Effectif : 115 à Pessac, 20 à
Rochefort
CA : 15 millions d'euros en
2017 (+10 %)

ENVIRONNEMENT – BUSSAC-FORÊT / 17

Contre le gel du raisin,
l’aspirine végétale de Getade
La TPE de Bussac-Forêt, Getade Environnement, s'apprête à signer un important contrat
avec une multinationale espagnole pour commercialiser son aspirine végétale.

B

ernard Lachaise, ingénieur agronome et fondateur de Getade Environnement,
négocie
actuellement avec une multinationale espagnole, dont il tait le
nom, pour commercialiser son
traitement phytosanitaire biologique pour la vigne dans 82 pays
du monde.
« Cette entreprise me vend le cuivre qui compose à 60 % mon produit, le Renescence. Donc elle détient
en fait 60 % de ma solution, pointe
Bernard Lachaise. Mais elle peut
surtout le fabriquer en grande quantité. Nous, nous fabriquerions le prémix. » Spécialisée dans l'élaboration de produits phytosanitaires
homéopathiques biologiques
pour les animaux et pour les
plantes, Getade propose 27 produits en gamme agricole, sept en
gamme jardin et deux produits

élabore ses recettes en fonction
de la plante, de la nature du sol
et de la climatologie du lieu. Mais
aussi parce qu'il peaufine son
aspirine végétale depuis 2009. « Il
m'a fallu 7 à 8 ans pour quantifier
le bon dosage », indique t-il.
Ce contrat avec cette multinationale assoirait encore la réputation de Getade Environnement, qui a déjà séduit quelques
grands noms, dont Chanel par
l'entremise d'une roseraie provençale, Moët et Chandon et
quelques beaux crus bordelais. ◆

en santé animale. Mais c'est son
« aspirine végétale » qui a attiré la
firme ibérique, pour sa capacité
à fluidifier la sève et éviter ainsi
que le raisin gèle.

« Aspirine végétale »
Cette aspirine relève pourtant
d'un « heureux hasard », reconnaît
son inventeur. « Ce n'est pas sa
fonction première. Je l'ai créée pour
protéger la plante contre le mildiou
et l'oïdium. L'année dernière, des
viticulteurs de Provence ont eu la
surprise de constater que dans les
secteurs où ça a gelé, fin avril, le raisin était intact ensuite. Ils ont pourtant fait venir un expert en assurance qui leur a assuré qu'il y avait
80 % de pertes. Personne n'en doutait. Mais ils l'ont fait revenir trois
semaines après. En voyant le raisin,
il a cru que ce n'était pas les bonnes
parcelles. Finalement il a prédit entre

O. G.

Bernard Lachaise au travail dans son laboratoire.

35 et 40 hectolitres par hectare. Ils
en ont produit 38 ! En fait en mars,
ils avaient commencé un programme
de traitement Getade qui a eu d'autres effets, dont celui de fluidifier la
sève et de l'empêcher de geler,
comme de l'eau qui coule d'un robi-

net ne gèle pas. » S'il admet sa surprise lui aussi, Bernard Lachaise
ne l'est qu'à moitié. Parce que
« nos produits sont là pour amender
le sol et équilibrer la plante, ce qui
améliore sa physiologie et sa résistance à la maladie. » D'autant qu'il

FICHE D’IDENTITÉ
Dirigeant : Bernard Lachaise
Siège : Bussac-Forêt
Création : 2000
Effectif : 4 personnes

Vie des Entreprises
I 4 I InfoEco

Février 2018

NUMÉRIQUE — POITIERS / 86

Agora monte le son
à l’international
Le numérique en réseau dans le domaine du son, voilà le cœur de métier d'Agora. La société a créé Ghost,
son propre commutateur ethernet et vise les Etats-Unis.

D

ébut décembre,
Agora a fait partie
des 10 start-ups
sélectionnées par Business
France, en partenariat avec
bpifrance, pour exposer
sur le pavillon French Tech,
au salon Slush, à Helsinki
en Finlande. Cet événement incontournable de la
scène numérique mondiale a été un beau coup de
projecteur pour cette
société poitevine et la possibilité de rencontrer des
investisseurs. Agora présentait Ghost, son commutateur ethernet (un boîtier
multi-entrées) destiné aux
professionnels du spectacle et des loisirs. Il permet
de gérer une multitude de
protocoles différents sur
des réseaux audiovisuels
numériques.
La société a été créée en
2012 par Bruno Gondrecourt, aujourd'hui prési-

David Rocher travaille constamment sur l’amélioration de Ghost.

dent, et David Rocher,
directeur général. « J'étais
dans le milieu du spectacle.
Avec Agora, nous sommes
passés vendeur et installateur,
puis aujourd'hui concepteur
avec Ghost, souligne l'associé.
Tout est parti de notre expé-

rience du terrain. Cela nous
manquait dans notre travail,
nous avons donc développé ce
produit, au départ, pour notre
propre usage. » Petit à petit,
le système a été mis en
place sur leurs propres
installations, puis lancé en

2015, Ghost équipe désormais de grands noms,
comme de petites salles.
Dernièrement, la société l'a
installé dans les salles du
Confort Moderne à Poitiers. Elle travaille par
exemple pour la Maison de
la Radio à Paris, la société
d'exploitation de la Tour
Eiffel, le zoo de Beauval ou
encore le Futuroscope.
Pour le parc d'attraction de
la Vienne, Agora s'est occupée de l'intégration du système audio de l'attraction
« L'Extraordinaire voyage ».
Aujourd'hui, Ghost
répond aux besoins et aux
problématiques de nombreuses salles et prestataires de l'industrie des loisirs. « Il n'existait pas de
solution complète et orientée
réseaux. Il fallait également
que cela reste accessible à un
technicien audiovisuel du
spectacle. Avec notre produit,

tous les flux sont unifiés, tout
est transporté via cette interface unique. »

En progression
constante
L'activité de la société se
répartit en deux pôles :
l'installation de matériel
(60 % du chiffre d'affaires)
et la fabrication de produits (40 % du CA). Sur
Ghost, la société se charge
de l'assemblage, des tests,
puis de la programmation.
50 unités sortent environ
chaque mois. « Notre rôle de
fabricant devrait progresser,
notamment avec l'export qui
représente 30 % de notre chiffre d'affaires. Nous faisons de
nombreux salons à l'étranger
et nous essayons de trouver
de nouveaux distributeurs.
Nous regardons par exemple
pour exporter aux Etats-Unis,
mais avant il faut passer les
certifications nécessaires, ce

qui prévu pour 2018. » La
société travaille sur de
beaux projets. Elle devrait
ainsi assurer le transport
de tous les flux audiovisuels pour une cérémonie
d'ouverture d'un grand
événement sportif.
Aujourd'hui, l'entreprise
cherche de nouveaux
locaux, pas forcément plus
grands, mais plus adaptés
à ses activités. Agora
emploie sept personnes et
des recrutements sont prévus. « Dans cinq ans, nous
espérons être 15. » ◆
MATHILDE WOJYLAC

FICHE D’IDENTITÉ
Dirigeant : Bruno
gondrecourt
Directeur : David Rocher
Siège : Poitiers
Création : 2012
Effectifs : 7 personnes

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL — SAINT-SAUVANT / 86

SEI : l’insertion pour dynamiser
un territoire rural
Solidarité Environnement Insertion favorise le retour à l’activité économique à travers ses chantiers
d’insertion dans le bâtiment, l’entretien des espaces verts, mais aussi le tourisme et la restauration.

Q

uand un groupe
de citoyens de
Saint-Sauvant
décident d’agir pour le
développement économique, mais aussi l’embellissement de leur commune et l’insertion sociale,
c’est le point de départ de
l’association Solidarité
Environnement Insertion,
en 2011. Après le vivre
ensemble, c’est le faire
ensemble qui prévaut et il
faut bien avouer que le proverbe « l’union fait la force »
prend tout son sens.
Deux chantiers d’insertion ont ainsi pu voir le
jour. Le premier dans les
métiers du bâtiment et de
l’entretien des espaces
verts a permis de réhabiliter entièrement le gîte
rural de Saint-Sauvant de
l’Aigail qui peut aujourd’hui accueillir une quarantaine de personnes pour
des réunions familiales ou
des séminaires profession-

Amélie Closs est la dynamique directrice de Solidarité
Environnement Insertion.

nels. Divers travaux sont
opérés pour les collectivités, les associations, des
entreprises comme la
SNCF et parfois des particuliers même si la volonté
n’est évidemment pas de
faire concurrence aux
entreprises locales. D’autant qu’elles peuvent être
de futurs employeurs pour
les salariés du chantier
d’insertion. Ils sont

10 aujourd’hui. Des personnes plus ou moins éloignées de l’emploi qui peuvent ainsi remettre un pied
à l’étrier, par l’insertion
économique. « La durée
maximale dans un chantier
d’insertion est de 24 mois. Ici
c’est 15 mois en moyenne
avec un retour sur le marché
du travail de 60 %, en CDD,
CDI ou en intégrant une formation qualifiante », souli-

En 2016, SEI a remporté le Grand prix de la finance solidaire dans la
catégorie Lutte contre l’exclusion.

gne Amélie Closse, directrice de Solidarité Environnement Insertion.

Ô Poirion
Le deuxième chantier
d’insertion est le restaurant, installé place de la
mairie qui a ouvert en
février 2016. Sur les tables
d’Ô Poirion, le client est
prévenu à travers un
feuillet explicatif : « Ici vous

faites plus que vous installer
pour un repas ! Vous participez à l’économie locale ». De
quoi décupler les saveurs
qui existent déjà dans l’assiette. Huit salariés sont en
cuisine et au service. L’accueil et le ménage du gîte
rural de L’Aigail leur ont
aussi été confiés. « C’est un
support métier qui offre plus
d’opportunités aux femmes et
c’est très important sur nos

territoires ruraux. Avec le
bâtiment ou les espaces verts,
nous avons choisi des supports métiers valorisants pour
la personne et c’est évidemment majeur dans notre mission d’insertion », explique
Amélie Closse qui s’engage, pour 2018, sur le
développement commercial du restaurant et du
gîte. « Nous devons faire
connaître nos offres pour
accueillir de plus en plus de
monde. »
A travers un bail emphytéotique de 99 ans, les
locaux du restaurant ont
pu rester un bien public
tout en permettant à l’association de faire appel à
des fonds privés et publics.
Lors de travaux de réhabilitation, des mécénats de
compétences avaient été
engagés avec les entreprises locales et permis d’alléger la facture de 10 % (sur
500 000 €). ◆
M. N.

Vie des Entreprises
I 5 I InfoEco

Février 2018

AGRICULTURE — JAUNAY-MARIGNY / 86

Le domaine d’Ampelidae
va s’étendre jusqu’à Chauvigny
Précurseur sur le marché biologique, les vins Ampelidae (du grec Ampelos, la vigne)
de Jaunay-Marigny s’exportent tout en se renforçant sur le marché français.
Des vignes vont être prochainement plantées du côté de Chauvigny.

L

e fruit du succès
pour Ampelidae, ce
n’est pas seulement le raisin (quoique !),
mais aussi sa capacité à
vendre sa marque partout
dans le monde tout en
développant ses capacités
de production localement.
Installée sur un domaine
de Jaunay-Marigny et d’autres terres jusqu’aux portes
de Bordeaux, Ampelidae
s’apprête à planter 3 hectares de vignes du côté de
Chauvigny. Sa manière
aussi de renouer avec l’histoire de l’activité viticole de
la cité médiévale. Une
unité de production dédiée,
créatrice d’emplois, y sera
en outre adossée. Chez
Ampelidae, l’acquisition de
nouvelles terres est toujours à l’étude. Au total, le
domaine s’étend aujourd’hui sur près de 500 ha, en

propriété, contrat de fermage et d’approvisionnement, pour une production
annuelle de près de
2 millions de bouteilles
chaque année. Sont récoltés du Pinot noir, du Chardonnay, du Sauvignon
blanc et Gris, du Merlot, du
Cabernet Franc et du
Syrah.
Loin d’ici, les vins biologiques d’Ampelidae ont
conquis le monde. En
Suède, la marque de Frédéric Brochet est en première place avec son Sauvignon. Déjà présents dans
plus de 40 pays, ils seront
distribués dans 10 pays
supplémentaires cette
année. Ampelidae se retrouve aussi sur les plus grandes tables aussi, d’Alain
Passart à Joël Robuchon en
passant par Richard Coutanceau. Et le marché fran-

Né à Poitiers, Frédéric Brochet est œnologue de formation.
çais n’est pas oublié et va d’affaires de la société.
d’ailleurs faire l’objet d’une
attention particulière dans La viticulture
les prochains mois. « Nous de demain
avons la volonté de renforcer
La démarche de convernotre présence dans les chaî- sion au bio a débuté en
nes de distribution biologique. 2000 et Ampelidae a été
Nous sommes déjà présents certifié Ecocert en 2004.
en local et nous allons entrer
C’est donc sous un
en discussion pour le marché regard de précurseur que
national », explique Jean- l'appel à manifestation
Christophe Bernardin, d'intérêt national « Terridirecteur marketing et toires d'Innovation commercial d’Ampelidae. Grande Ambition », relayé
Objectif : doubler le chiffre par la région Nouvelle-

Il rachète le manoir de
Lavauguyot en 1996.
Aquitaine est scruté. « Nous
sommes leader et pionnier,
mais nous espèrons surtout
ne plus l’être dans quelques
années. Notre fer de lance
c’est le zéro pesticide depuis
longtemps, mais nous garantissons aussi la biodiversité
autour de nos vignes. C’est
une démarche et une volonté
face à une urgence environnementale à l’échelle mondiale.
Il était grand temps de mettre
en place ces démarches d’incitation et nous sommes ravis

que la Région soit partie prenante pour aider et soutenir
les viticulteurs à y parvenir »,
précise Jean-Christophe
Bernardin.
Car le bio, c’est aussi un
manque de volume et
donc de rentabilité pour les
viticulteurs. Ampelidae a
posé les jalons et d’emblée
misé sur l’excellence pour
pallier ces contraintes.
10 M€ ont été investis ces
dix dernières années dans
un chai aujourd’hui à la
pointe de la technologie
pour contrôler les approvisionnements. ◆
MARINE NAULEAU

FICHE D’IDENTITÉ
Dirigeant : Frédéric Brochet
Siège : Jaunay-Marigny
Création : 1995
Effectifs : 35 salariés
CA : 8M¤ en 2017

Vie pratique
I 6 I InfoEco

Février 2018

ECOSCOPE / ROLAND FORTUNIER Directeur de l'Ensma, École nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique

Construire avec Bordeaux
et se développer à Poitiers
BIO EXPRESS

Roland Fortunier

1983 Sort comme ingénieur
de l'Ecole des Mines de
Saint-Etienne
1987 Présente sa thèse à
l'INPG de Grenoble
1988 Travaille dans
l'industrie à Areva, puis
Arcelor-Mital, sur Lyon
1995 Entre en tant
qu'enseignant à l'Ecole des
Mines d'Albi
1998 Rejoint l'Ecole des
Mines de Saint-Etienne en
tant que professeur
2010 Devient directeur de
l'Ecole nationale d'ingénieur
de Saint-Etienne
2017 Passe directeur de
l'Ensma

“ Il faut être
ambitieux,
mais au bon sens
du terme.
Il faut oser
entreprendre,
oser suivre
sa voie ”

Carrière. Quelle est votre plus belle
réussite professionnelle ?
Roland Fortunier / J'ai eu des expériences diverses, mais une progression constante. D'ingénieur dans l'industrie, j'ai
évolué vers enseignant-chercheur puis
directeur d'un laboratoire de recherche,
puis directeur d'établissement. Aujourd'hui, je suis donc à la tête d'un école qui
rayonne aussi bien au niveau local qu’international (avec deux laboratoires) et
regroupe 800 élèves, dont 600 ingénieurs
et 80 enseignants-chercheurs.

à un jeune ingénieur ?
S. L. / Osez ! Il faut oser faire des choses.
Tout et ouvert. Il faut être ambitieux, mais
au bon sens du terme. De nombreuses
opportunités sont possibles pour la suite
de son parcours. Il faut oser entreprendre,
oser suivre sa voie.

Motivation. Qu'est-ce qui vous motive
dans votre travail ?
S. L. / Je suis un homme de projets.
J'aime construire et réaliser un projet
pour l'école. Mon objectif est d'emmener
tout le monde dans la même direction.

Conseil. Quel conseil donneriez-vous

QUESTIONNAIRE DE PROUST
La qualité que j’apprécie chez les autres
L'écoute
Mon principal défaut
Je suis parfois trop gentil
Mon rêve de bonheur
Etre entouré de ma famille et de mes amis
Le pays ou la région où je désirerais vivre
La Rochelle et plus globalement sur la côte, près de l'océan
Mon plat favori
Je suis plutôt dessert
Mes auteurs favoris
Je lis plutôt des romans policiers
Mon film préféré
“Le graphique de Boscop”, de Sotha et Georges Dumoulin, avec
Romain Bouteille. Je suis allé le voir au CNP Terreaux à Lyon, la
salle qui l'a diffusé pendant 34 ans
Mes peintres favoris
Plutôt Pablo Picasso
Mes chanteurs
Gérard Manset ou le groupe de rock Ange avec les frères Décamps
Le don que je voudrais avoir
L'ubiquité

Avenir. Quels sont les dossiers en cours ?
S. L. / Le premier des dossiers est de
développer l'école en Nouvelle-Aquitaine,
de construire plus de liens avec Bordeaux
tout en se développant sur Poitiers. L'objectif reste de développer l'école et en particulier à Poitiers. Pour la rentrée 2019,
nous ouvrirons des formations par
apprentissage. Développer plus de diplômes, c'est aussi avoir plus d'élèves. Nous
avons besoin de travailler avec Bordeaux,
mais nous sommes et nous resterons
implantés sur Grand Poitiers. Nous
menons également une réflexion avec
nos partenaires industriels pour irriguer

plus les entreprises du territoires, les PME
comme les grands groupes. Nous souhaitons un ancrage plus fort auprès des PME
locales. Nous faisons partie du cluster
Aéroteam et nous comptons bien développer ce partenariat. Nous voulons faciliter l'accès à l'innovation et notamment
en créant un lieu où les jeunes seraient
en proximité avec les PME, les chercheurs,
un Futurolab.

Mots croisés. Pouvez-vous nous donner trois mots pour vous définir ?
S. L. / Projet, bienveillance et positif. ◆
PROPOS RECUEILLIS PAR MATHILDE WOJYLAC

COACHING AVEC ... Pierre Fayard, professeur à l’IAE de Poitiers

Cacher dans la lumière
Auteur du best-seller “Comprendre et appliquer Sun Tzu en 36 stratagèmes” (Dunod, 2017),
Pierre Fayard est professeur émérite à l’Université de Poitiers (IAE).

C

omment
une
entreprise peut
assurer la sécurité
d’un secret ou d’une
manœuvre risquée avant
que sa maturité n’assure
sa pérennité ? Lui faut-il
impérativement élever des
barrières toujours plus
sophistiquées et plus
coûteuses ? L’option d’une
réponse rusée recommande d’en confier la
charge à ses compétiteurs
eux-mêmes ! Tel est l’objet
du premier stratagème
traditionnel chinois : Abuser l’empereur pour traverser la mer, que nous avons
traduit sous la forme d’un
paradoxe : Cacher dans la
lumière.
Dans un monde où les
rivalités se font plus rudes
et où la veille à l’égard des
concurrents s’exacerbe, un
tel procédé a de beaux

jours devant lui. Explication. Pour l’opinion générale comme pour le sens
commun, c’est dans l’ombre et la discrétion que se
trament et protègent les
projets encore fragiles ou
non avouables. C’est donc
là qu’ils peuvent être
débusqués et doublés. En
revanche, dans le confort
familier et prévisible des
routines et habitudes, la
méfiance est absente. En
faisant de cette conviction
une alliée, ce stratagème
se déploie dans deux directions complémentaires.
Plutôt que de s’épuiser
en protections là où tout le
monde la surveille, l’entreprise va renforcer chez ses
rivaux cette croyance bien
enracinée selon laquelle
ses secrets ne sauraient
qu’être dissimulés dans
des endroits appropriés.

Pierre Fayard

“ Alors que les rivaux s’évertueront
à chercher anguille sous roche,
celle-ci avancera sereinement
au beau milieu du courant ! ”
Par des comportements
adaptés, elle va communi-

quer des signes qui en
démontrent l’évidence.

Une fois la vigilance qui en
découle bien établie, l’entreprise déroulera ses
plans en pleine lumière,
l’air de rien et à visage
découvert qu’il s’agisse
d’une innovation ou d’une
association... De manière
imagée, alors que les
rivaux s’évertueront à
chercher anguille sous
roche, celle-ci avancera
sereinement au beau
milieu du courant !
Au lieu de lutter contre
une adversité qui, d’une
manière ou d’une autre
voudra percer ses intentions et anticiper ses dispositions, autant les orienter
dans le sens où elles ne
demandent qu’à être
confortées, vers l’ombre.
Cette ruse transforme en
potentiel les efforts d’intelligence de la concurrence
pour en faire le garant de la

sécurité de ce qui progresse
à découvert. Cette astuce
articule les trois ingrédients majeurs de la culture du stratagème à la chinoise : l’efficience qui use
des ressources qu’elle sait
rendre disponibles et qui
plus est de celles des autres, l’harmonie aux circonstances qui favorise
l’invisibilité et évite de livrer des points d’appuis aux
contres de la concurrence,
et le paradoxe qui permet
de se concentrer avec économie là où l’on n’est pas
attendu, en l’occurrence
dans une absence de vigilance pour la banalité du
quotidien. ◆
PIERRE FAYARD

Professeur à l’IAE de Poitiers

Le coin des Lardons
I 7 I InfoEco

Février 2018

EXPOSITION — POITIERS / 86

Agenda

Les monstres
s’exposent à Poitiers
Cinémonstres, c’est une exposition interactive en 3D, qui se découvre
à l’aide de lunettes en relief. Destinée à tous publics et très ludique,
elle se tient à l’Espace Mendes France et au Local à Poitiers.

L

es monstres ont
envahi le Lieu Multiple et le Local à
Poitiers. Mais, rassurezvous, il s’agit de ceux tirés
de la série d’albums jeunesse parus aux éditions
Sarbacane. L’exposition
“Cinémonstres” prend
place à l’Espace Mendes
France jusqu’au 1er mars et
à l’espace galerie du Local
jusqu’au 14 mars.
Ces monstres ont pris
vie sous la plume de Laurent Audouin et sont mis
en histoire par Stéphane
Tamaillon. L’exposition
présente ainsi des planches classiques et d’autres
bien étranges.
Sur plusieurs murs du

8 mars
Quand les femmes
dévoilent leurs secrets de
la réussite en entreprise
L'association Trajectoires d'entreprise au féminin organise
une soirée de témoignages le
8 mars avec une conférence
de Laurence Parisot, sur le
thème « Quand les femmes
dévoilent leurs secrets de la
réussite en entreprise ! ». La
soirée débutera par une tableronde avec plusieurs personnalités locales dont Anne de la
Sayette, directrice du CRITT
Horticole ou Janet HenonGuinaudeau, gérante d'Espace
Investissement. A partir de
19 h, à l'auditorium du siège du
Crédit Agricole, à Lagord, en
Charente-Maritime. Détails
sur : www.trajectoires17.fr.

8 mars
Générations X,Y, Z...
comment manager la
jeune génération ?

Jean-Michel Pelhâte (Le Local), Laurent Audouin, Julie Chauvin (EMF).

Lieu Multiple de grandes
bâches carrées, comme
une suite de cases de
bande dessinée, ont été
tendues. Il faut alors se
munir de lunettes anaglyphes (un verre rouge et un
verre bleu) pour bien les
observer et découvrir des
créatures fantastiques.
A travers les lunettes,
deux dessins se superposent. Avec l’œil droit, c’est
par exemple la couverture
de « L’Abominable Docteur

Le dessinateur, Laurent Audouin
Laurent Audouin vit à Poitiers, où il est né. Diplômé des Arts
Appliqués, il a publié un très grand nombre d’albums pour la jeunesse et obtenu plusieurs prix pour ces publications. Ces albums
sont traduits à l’étranger. Souvent sollicité, Laurent Audouin se
rend très souvent dans les écoles primaires et les collèges pour
transmettre sa passion en montrant les coulisses de ses albums.
En suivant une classe, il a aussi créé une série “Génial, mon école
part ...”. En 2007, il rencontre l’auteure Fanny Joly et ensemble ils
créent le personnage de Mirette, une petit enquêtrice qui parcourt le monde pour résoudre des énigmes. Plusieurs de ses
aventures ont d’ailleurs été adaptées en dessins animés. En 2010, il
rencontre l’auteure Amélie Sarn et avec elle, il donne vie à Sacré
Cœur, un jeune aventurier qui vit à Paris et auquel il arrive des
aventures rocambolesques.

Mouche » et avec l’œil gauche, c’est une plongée dans
l’aventure avec une case de
la BD. Le résultat est très
ludique et transporte le
visiteur dans un autre univers.

Hommage aux monstres
des années 50
Avec “Cinémonstres”, les
deux compères revisitent
les grands classiques de la
science-fiction des années
50 en les rendant accessibles aux enfants. « Il y a des
cycles dans la science-fiction,
régulièrement des réalisateurs

reprennent cette thématique
des grands monstres »,
indique Laurent Audouin.
A sa manière, il livre ici sa
vision de ce pan de la
science-fiction.
Treize bâches sont
installées au Lieu Multiple
et sept autres sont visibles
au Local. Il est aussi possible de se prendre en photo
avec la créature du Lagon
Maudit et de visionner des
vidéos sur les étapes de
création d’une BD.
Une exposition très originale, à ne pas manquer. ◆

Infos :
Le Local, 18 rue Saint-Pierre-lePuellier. Jusqu’au 14 mars.
Le Lieu Multiple, à l’Espace
Mendes France, 1 place de la
Cathédrale. Jusqu’au 1er mars.

Des ateliers
pour aller plus loin
L’école de l’ADN propose à
l’Espace Mendes France (pour
tous à partir de 7 ans, les vendredis 16 et 23 février à 14h30,
sur réservation) de réaliser des
collages à partir d’éléments
récoltés dans la nature (animaux, végétaux). Chacun
pourra alors créer sa propre
chimère à partir d’images
imprimées suite à l’observation de leurs trouvailles à travers un microscope.
Des ateliers de créations
sonores auront lieu au Local
(pour tous à partir de 9 ans, le
lundi 12 et mardi 13 février à
14h30, sur réservation).
Réservation à
lieumultiple@emf.ccsti.eu
ou au 05 49 50 33 08.

L'Ecole de la 2e Chance Vienne
& Deux-Sèvres et le club FACE
Poitiers-Châtellerault proposent une soirée participative
sur le thème : « Générations
X,Y, Z... comment manager la
jeune génération ? », animée
par Julien Estier, conférencier
et directeur associé Link's,
le 8 mars à 18h à l’IUT de Châtellerault (34 avenue Alfred
Nobel).

9 au 11 mars
Start-up weekend
Le SPN (le réseau des professionnels du numérique) organise le 1er Start-up weekend à
Poitiers du 9 au 11 mars. Le
principe est simple, vous avez
54h pour monter une start-up
avec toute une équipe ! Que
vous ayez une idée en tête ou
simplement envie de participer à cette aventure entrepreneuriale, venez relever ce challenge à Cobalt ! Cet
événement s’adresse aux étudiants, freelances, salariés, porteurs de projet ... Plus de
détails sur www.spn.asso.fr.

15 mars
Rebondir
Pour sa Journée RH, l'IAE de
Poitiers organise le 15 mars, à
partir de 18h, dans ses locaux,
une conférence sur la thématique “Rebondir”, avec comme
invité Philippe Croizon.

21 mars
Freelance Fair
Organisé par le SPN, le
concept est de proposer aux
freelances des temps d’échanges sur les bonnes pratiques,
des conférences, des soirées
networking ... Ce sera aussi
l’occasion pour eux de découvrir différents espaces de
coworking. A Cobalt, à Poitiers. Plus sur www.spn.asso.fr.

27 mars
Innov’Eco

La communauté d'agglomération de Grand Châtellerault et
ses partenaires invitent les
entreprises aux rencontres
Innov'éco les 27 mars (matin)
et 5 avril (fin d’après-midi). Ces
rencontres doivent permettre
d’identifier de nouvelles
opportunités d’affaires, de
transformer les déchets en
ressources, de réaliser des
économies sur les matières
premières, de trouver des
mutualisations (expertises,
compétences, équipements,
espace, logistique…) pour
réduire les coûts et d’améliorer la performance environnementale. Inscriptions sur
www.pole-ecoindustries.fr.

29 et 30 mars
Niort Numeric
Rendez-vous les jeudi 29 et
vendredi 30 mars à l’Acclameur pour Niort Numeric
2018 pour une édition consacrée à l’intelligence artificielle.
Au programme, il y aura des
rendez-vous d’affaires, un job
dating, des ateliers, un pôle
recherche et innovation, un
pôle formation et une soirée
French Tech. Tout le programme sur : www.niortnumeric.fr.

30 mars
Poitiers e-sports
meetings
L'édition 2018 de la Gamers
Assembly se positionne
comme le rendez-vous des
professionnels de l'e-sport
avec l'organisation d'un Forum
d'affaires le 30 mars à l'hôtel
de ville de Poitiers. 150 acteurs
majeurs du secteur se rencontrent sur une journée
avec 10 rendez-vous d'affaires
pré-programmés pour développer de nouveaux partenariats au sein de l'écosystème
de l'e-sport (éditeurs de jeu,
promoteurs, médias, teams,
fabricants, marques, investisseurs ...). Des sessions de keynote et workshop animés par
des experts du marché transmettront des informations utiles aux professionnels présents pour le développement
de leurs projets. Infos : festival.gamers-assembly.net.

31 mars
Poitou Bière Festival
L’association Poitou ça brasse
a décidé d’organiser le premier
festival de bières artisanales et
indépendantes à la Rotative, à
Buxerolles, le 31 mars prochain.
Plus de 25 micro-brasseries
locales, nationales et internationales seront présentes pour
faire découvrir leur production. Sur place, il y aura aussi
un espace restauration, des
producteurs, des food trucks.
Un concours de brassage amateur sera organisé, ainsi que
des concerts et des animations. Plus sur : poitoubierefestival.fr.

Culture
PORTRAIT

Gilles Ratier, fin connaisseur
e
du 9 art francophone
Le Confolentais et Limousin Gilles Ratier vient de recevoir le titre de la personnalité BD de l’année 2017,
décerné par le site ActuaBd. Une ultime récompense pour cet homme à la carrière bien remplie,
passionné par la bande dessinée.
Ratier a rejoint Confolens
en 1968 à l’âge de 10 ans
avec toute sa famille, car
son père, Camille, prenait
le poste de chef cuisinier
au lycée de Confolens. Il a
suivi tout le reste de son
cursus secondaire dans
cette Petite Cité de Caractère. C’est là qu’en 1981 il
a créé avec des copains
comme Bernard Pradignac
ou Luc Viaud, le fanzine
“Dommage” avec le soutien inconditionnel de leur
professeur de dessin,
Claude Déous. En 1983,
“Dommage” reçoit le prix
Alfred au Festival de la BD
à Angoulême. Le coup
d’essai se révèle être le
point de départ d’une
grande histoire.

Une carrière bien
remplie

Gilles Ratier a créé en 1981, avec ses copains, le fanzine “Dommage”, qui reçoit deux ans plus tard le prix
Alfred du Festival international de la BD d’Angoulême. le début d’une grande histoire.

G

illes
Ratier,
Confolentais et
Limousin dans
l’âme, vient de se voir
décerner le 1er janvier 2018
le titre de personnalité BD
de l’année 2017 par les
membres de la rédaction
du site ActuaBd, spécialisé

dans la bande dessinée,
après de grands noms du
9e art comme Catherine
Maurice, Marcel Gotlib ou
Albert Uderzo.
Pour lui, la surprise fut
grande lorsqu’il a découvert en surfant sur Facebook qu’il était honoré par

ActuaBd, derrière tous ces
illustres artistes. « J’ai été
très surpris, et très flatté bien
sûr, déclare-t-il avec un
léger sourire. Je pense qu’ils
ont voulu mettre l’accent sur
tout le travail accompli. J’en
suis très fier. »
Né à Limoges, Gilles

Devenu bibliothécaire,
Gilles Ratier se spécialise
dans la bande dessinée et
sous son influence, la
bibliothèque francophone
multimédia de Limoges
devient l’une des plus fournies de France avec plus de
50 000 ouvrages, qui occupent tout l’étage supérieur
de l’immeuble. Il a aussi l’idée de faire des piges pour
les journaux régionaux
tels que La Nouvelle République, l’Echo du Centre et
la Charente Libre. Ses
connaissances immenses
sur la BD l’amèneront à
collaborer avec différents
magazines et à être sollicité pour des milliers d’articles. Il sera aussi responsable de la collection
Jean-Michel Charlier aux
éditions Sangam.
Auteur de huit livres sur
la bande dessinée dont
«Jean-Michel Charlier vous
raconte...», Gilles Ratier a
aussi écrit une soixantaine
de dossiers pour des intégrales, une trentaine de
pages à chaque fois afin de
remettre les œuvres dans
leur contexte.
Il est actuellement
responsable de la section
Art à la bibliothèque de
Limoges où il traite de l’art,
de la musique, du cinéma

et de la bande dessinée.

Le rapport Ratier
En 1998, il publie un premier rapport sur la situation économique et éditoriale
de
la
BD
francophone, lorsqu’il est
secrétaire général de
l’ACBD (Association des
critiques et des journalistes de bande dessinée). Il
le publiera pendant 16 ans.
Mais confronté à des problèmes de santé, il décide
en 2017 de lever le pied et
laisse sa base documentaire à l’ACBD qui se chargera à l’avenir de faire
paraître ce rapport. La
charge est ardue et devant
les difficultés cette année,
il ne devrait paraître qu’après le Festival de la BD
d’Angoulême.

Un musicien
passionné
Si la BD est devenue
toute sa vie, Gilles Ratier
est aussi un musicien pas-

sionné. Il pratique l’accordéon chromatique et a
longtemps joué dans les
bals folks du Poitou-Charentes et du Limousin.
Pendant plus de 10 ans, il
a organisé la Fête de la
musique au sein du Festival de Confolens. De
grands artistes comme
Moustaki ont foulé grâce à
lui les scènes confolentaises.
Père de trois enfants et
tout jeune grand-père, il
revient régulièrement à
Confolens pour rendre
visite à son père. Lorsqu’on lui demande s’il
accepterait de venir au
Salon du livre à Confolens,
ce samedi 3 février, il
répond aussitôt : « Bien évidemment, ce sera avec un très
grand plaisir. » Alors sera-til là dans deux ans ? Car
pour cette année c’est trop
tard, il a déjà un agenda
bien trop rempli ... ◆
CHANTAL DUMASDELAGE

Bibliographie
- 1997 : European Comics : another image éditions Festival international de la bande dessinée Angoulême
- 2002 et 2005 : Avant la case : histoire de la bande dessinée francophone du XXe siècle racontée par les scénaristes, éditions PLG,
2002, réédition augmentée aux éditions Sangam
- 2011 : Bob de Moor : Barelli au cœur de la ligne claire, éditions
BD Must
- 2012 : François Craenhals : Pom et Teddy, un cirque de papier,
éditions BD Must
- 2012 : Bob de Moor : Monsieur Tric, éditions BD Must
- 2013 : Jean-Michel Charlier vous raconte… éditions Le Castor
astral
- 2014 : Le Chevalier blanc : les Funcken, hérauts du journal Tintin,
éditions BD Must
- 2014 : Jari, Raymond Reding : Jari, c’est moi, éditions BD Must.


Aperçu du document IE-01-Février.pdf - page 1/8

 
IE-01-Février.pdf - page 3/8
IE-01-Février.pdf - page 4/8
IE-01-Février.pdf - page 5/8
IE-01-Février.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


IE-01-Février.pdf (PDF, 7.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


ie 01 fe vrier
ie2 leaders
ie2mutuelles
ie2 septembre
ie2 tourisme 2015
ie avril

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.042s