Quarantaine Rugissante.pdf


Aperçu du fichier PDF quarantaine-rugissante.pdf - page 4/124

Page 1 2 3 456124



Aperçu texte


n’en sache pas beaucoup plus à l’heure actuelle. Cet inventeur est
resté très discret sur toutes les possibilités qu’offre sa machine.
Mais maintenant que tu parles de rapporter du fric, dans cet ordre
d’idée, ne suis-je pas le meilleur de ma section ? N’ai-je pas fait
aboutir des contrats auxquels personne d’autre ne croyait ?
demanda Mario en haussant les sourcils tout en affichant un air
outré du plus bel effet comique.
-Cela je n’en disconviens pas, admit Chantal prenant un air pincé
et en se dressant sur la pointe des pieds afin de lui bisouter le nez.
Tu es le Number One de la boite. Mais tu n’es tout de même pas
infaillible !
-Donc, ce type…, continua Mario tout en agitant les mains afin de
mieux exposer son idée.
-Tu me raconteras tout cela ce soir ! le coupa abruptement Chantal
comme elle le faisait souvent lorsque la conversation sortait des
thèmes qui lui convenaient ou que lorsqu’elle se trouvait sur le lieu
de son travail, ces histoires n’avaient que peu ou pas de rapport
avec celui-ci. Cette discussion m’a mise en retard et je dois
absolument livrer ces dossiers à Charlotte, elle les voulait pour
quinze heures au plus tard. Je n’ai plus que dix minutes devant
moi. À ce soir, sois à l’heure, hein, tu l’as promis, n’oublie pas !
Prenant ses jambes à son cou, Chantal se dirigea vers les
ascenseurs, une fois qu’elle y parvint, elle se retourna et envoya de
la main un baiser volant en direction de son amant. En la regardant
partir, Mario se remémora les moments passés en sa compagnie,
surtout dans son appartement à elle. Puisqu’il avait pour principe
de ne jamais inviter ses conquêtes dans son intérieur, son nid
comme il le nommait. Il voulait à tout prix le préserver, le garder
pour lui et seulement lui. Jamais aucune fille ayant partagé une
tranche de sa vie n’avait pu découvrir où, et comment il vivait.
C’était un principe auquel il n’avait jamais dérogé. Si la fille ne
voulait pas l’accueillir chez elle, il louait une chambre d’hôtel afin
d’assouvir les élans de sa passion naissante ou plus simplement, il
la laissait tomber. Il était hors de question qu’elle puisse venir
l’ennuyer à son domicile quand leur relation se terminerait. Car

4