Le vignoble européen .pdf



Nom original: Le vignoble européen.pdf
Titre: Le vignoble européen de Tunisie au lendemain de la guerre
Auteur: H. Isnard

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par / iText 5.0.2 (c) 1T3XT BVBA, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 07/03/2018 à 22:22, depuis l'adresse IP 197.31.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 116 fois.
Taille du document: 462 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


L'information géographique

Le vignoble européen de Tunisie au lendemain de la guerre
Hildebert Isnard

Citer ce document / Cite this document :
Isnard Hildebert. Le vignoble européen de Tunisie au lendemain de la guerre. In: L'information géographique, volume 13, n°4,
1949. pp. 159-161;
http://www.persee.fr/doc/ingeo_0020-0093_1949_num_13_4_5478
Document généré le 14/06/2016

TROISIÈME PARTIE

ENTRE

NOUS

NOS LECTEURS NOUS ÉCRIVENT...
UN EXEMPLE D'INTERDEPENDANCE DES FAITS GÉOGRAPHIQUES

:



:

partie à leur origine ardennaise. Elles dérivaient des
tourbières des Hautes-Fagnes. Jusqu'en 1918, les points les
plus hauts se trouvaient en territoire allemand. Hypnotisés
par la mode du reboisement, les forestiers du Reich avaient
entrepris de drainer la tourbière et de la transformer en
forêt. La résultat fut inattendu : les eaux perdirent en
grande partis leurs qualités précédentes. Les botanistes
belges pensent aujourd'hui que le Fagne était une formation
naturelle et qua, dès lors, il ne faut pas chercher à
contrecarrer la nature le travail de boisement a cessé. Mais
industriels varviétois vont plus loin et demandent
lde
en
aux
notamment
dans
siliceuses.
qui
une
encore
sont
et
un
'usines,
elles
1870
permit
industMais
ArLa
ie l'Angleterre,
l'incita
laBelgique,
construisant
des
textil2
qualités
précède
première
économie
sont
les
leur
quand
géographie
localisation
que
àles
Las
plus
mais
meilleures
Verviers
àcours
dès
lanieaux
eaux
lafut
vastes
les
des
laver,
nous
encore
Vesdre
réciproquement.
vue,
Gileppe.
lors
onun
sérieuse
autres
supérieur
inventée
de
eaux
botanique
d:s
sont
undécida
en
non
pour
réservoir
ilpour
très
ces
à(pH6),
énorme
usines
offre
ne
detravailler
donc
stades
seulement
Les
l'époque
favorables
rivières
dece
delapeut
que
etcependant
les
de
àVesdre
très
rivièras
genre
machine
développement
capter
matières
LedeVerviers
de2eaux
y devaient
des
centre
peu
à(achevé
millions
avoir
l'industrie
les
lade
au
régions
etles
forfait
den'ont
pédologie
àchargeas
laines
undégraissantes.
deeaux
lavage
est
travail.
lad'influence
lainier
laver
en
leurs
decurieux
divers
Gileppe
due
guère
pour
dedestinées
etde1878).
mètres
ladede
sur
qualités
roches
Aussi,
ses
avant
permettent
lalalaine,
affluents,
exemple..
Verviers,
latraversé,
calcaire;
(pH5,5)
affaires
Gileppe
directe
France
cubes,
àlaine,
taut
Plus
vers
qui
ses
en certains
le déboisement et le retour à la tourbière ! Il leur semble
que l'épuration des eaux, pour leur rendre artificiellement
leurs qualités primitives, augmenterait outre mesure leur
prix de revient.
La sécheresse de ces dernières années ajoute au problème
de la qualité, le problème de la quantité. L'année 1947 a
été presque catastrophique. Il faut donc essayer de trouver
de nouvelles quantités d'eau. On hésite entra deux projets
les Ponts et Chaussées préféreraient la construction d'un
barrage à Eupan; les industriels, l'exhaussement du barrage
de la Gileppe.
P. FLATRES et Geneviève PERQUIS.

COMPTE-RENDU DE THÈSE

LE VIGNOBLE EUROPÉEN DE TUNISIE AU LENDEMAIN
DE LA GUERRE
alors que survient la terrible crise qui terrasse la
viticulture franco-algérienne : la Tunisie prend sa part
de sacrifices en s'imposant l'arrachage de 7.600
hectares. Ainsi réduit de 15 c/c, son vignoble se trouve
ramené à 43.000 hectares en 1936, à la vaille de
l'invasion phylloxérique : il est entièrement constitué
de vitis vinifera francs de pied, comprenant les
principaux cépages adoptés en Algérie et des variétés
importées par les immigrants italiens. Quoique placée
entre les phylloxérières algériennes et siciliennes, la
Tunisie resta longtemps à l'abri de la
contamination en 1906, l'insecte fut découvert dans la région
de Souk el Khemis, mais les mesures de défense
:

C'est au cours de la première décade du xx° siècle
que la Tunisie se mit, à l'imitation de l'Algérie, à
la culture européenne de la vigne: en 1905, elle
recevait encore de sa voisine 35.886 hectolitres de
vins, mais l'importation tomba à 176 hectolitres en
Ï914. Désormais, grâce à ses 17.000 hectares de
vignes, non seulement la Régence assurait sa propre
consommation, mais elle devenait exportatrice vers
la France. Malgré le décret du 30 mars 1928 qui
limite à 550.000 hectolitres, le contingent annuel
des vins tunisiens admis en franchise de droits dans
la métropole, la superficie du vignoble continue de
croître : elle atteint 50.600 hectares en 1933. C'est

159

.. ..
. .

.. .. .
. .

..

appliquées par le syndicat général obligatoire des
viticulteurs de Tunisie créé en 1 888, parvinrent à
localiser le fléau et à entraver sa progression.
Cependant, après trente ans de lutte acharnée,
un
1er mai
important
1936 enfoyer
plein d'infection
centre viticole,
fut près
découvert
de Tunisle:
sous l'action des vents humides dominants d'Est, le
mal se propagea rapidement : 1ère des épreuves
s'ouvrait.
Quelques années plus tard, la Tunisie devenait
théâtre d'opérations de guerre : le vignoble fut
presque complètement abandonné à lui-même de
l'automne 1942, date du débarquement des
Allemands, à la fin de la campagne; les plantations des
contrôles civils de Grombalia et de Zaghouan
souffrirent durement des violents combats qui furent
livrés dans ces régions.
Partout, l'arrêt de la culture, notamment de la
lutte anticryptogamique et antiparasitaire, consécutif
à la rareté de la main-d'œuvre, à l'absence d'engrais
et de produits chimiques, provoqua des
dépérissements nombreux.
Le phylloxera et la guerre conjuguant leurs effets
de destruction contraignirent à des arrachages qui
réduisirent rapidement la superficie du vignoble tunisien :
Superficie du vignoble tunisien
42.264 ha
1942
1937. .
38.723 ha
1938. . . . 42.193 ha
1943
37.217 ha
1944
1939. . . 42.150 ha
33.613 ha
1 940 .
42.194 ha
29.894 ha
1945 .
1941 .
41.371 ha
1946 .
27.607 ha

combler
en
plants
s'accéléra
vignoble
soit
production
de
s'est
àreprésente
1945
Lente
l'hectare
1938
quoi
1938.
près
etpour
légèrement
américains
les
couvrir
jusqu'en
àtunisien
549.000
deà416.000
s'est
cette
trous
de
35
partir
20
%laeffondrée
dernière
1941
perd,
qui
laissés
relevée
hectolitres
de
consommation
hectolitres
de
hectolitres
sane1942.
grâce
en
superficie.
par
:parvenait
campagne,
de
10620.000
enleàDe
ans,
en
contre
1 1946.
phylloxera,
.950.000
lalocale;
1937
1944,
reconstitution
pas
Parallèlement,
14.657
hectolitres
un
46
Cecependant
àsoit
depuis,
qui1946,
rendement
hectolitres
lahectares
à chute
peine
elle
sur
en
laleà

160

En 1946, la structure du vignoble tunisien réalise
l'équilibre entre les différents types de propriétés :
23 % de la superficie appartiennent à de petits
propriétaires (moins de 10 hectares); 35% à des
propriétaires moyens (10 à 50 hectares); 42% a de
grands propriétaires (plus de 50 hectares). La très
grande propriété de plus de 200 hectares couvre
3.065 hectares soit 1 1 % du total. D'autre part, les
sociétés viticoles, civiles et anonymes, détiennent
plus de 6.000 hectares, c'est-à-dire 21 % des
plantation* On compte 7 caves coopératives en
fonctionnement : Béjaoua, Bordj el Amri, Chaouat, Khlédia,
M'Rira, Sidi Tabet, Schuiggui, d'une contenance
totale de 126.215 hectolitres, et une distillerie
coopérative, dans le contrôle civil de Tunis. Le
vignoble occupe 27.607 hectares dont 22.304
hectares de vignes françaises et seulement 5.303
hectares de vignes américaines, c'est donc 80 % du
total qui sont menacés d'une destruction à brève

échéance. Un seul remède à cette grave situation :
la reconstitution rapide.
Dans quelle mesure est-elle possible ?
Autorisée par le décret du 5 août 1937 qui
permet l'emploi des plants américains, elle a marché
jusqu'ici lentement : atteignant son maximum 981
hectares au cours de l'hiver 1941-1942; pendant
l'hiver 1945-1946, elle a porté sur 744 hectares.
Elle est d'abord paralysée par la difficulté de se
procurer les boutures appropriées : la Tunisie ne peut
guère compter sur l'aide de l'algérie trop occupée à
réparer les lourdes pertes subies par son propre
vignoble.
Le syndicat général obligatoire des viticulteurs de
Tunisie, devenu en 1942, le groupement obligatoire
des viticulteurs et producteurs de fruits de Tunisie
a donc décidé de consacrer les réserves financières
qu'il avait constituées pour lutter contre le
phylloxera, à la création de champs de pieds-mères des
porte-greffes les mieux adaptés au climat et au sol
tunisiens, de pépinières locales destinées à tirer parti
des bois récoltés, d'une coopérative de défoncemenf.
L'opération de la reconstitution est aussi très
coûteuse : elle est estimée en moyenne à 200.000 francs
l'hectare. La plupart des viticulteurs tunisiens
manquent de réserves; il faut leur fournir des ressources
à bon compte. Le décret du 1 9 septembre 1 946
autorise la Caisse foncière et la Caisse régionale de
Crédit mutuel agricole de Tunisie à consentir, par
l'intermédiaire des Caisses locales, aux viticulteurs,
des prêts destinés à la reconstitution de leur vignoble
phylloxéré. Le montant maximum de ces prêts est
fixé à 70.000 francs par hectare pour les
replantations ne dépassant pas 20 hectares; il est dégressif
au-dessus de cette superficie. Le plafond en est fixé
à 5.050.000 francs par emprunteur. Ces prêts sont
consentis pour une durée maximum de 1 5 années,
sans intérêts pour les premières, à 4% pour les 10
dernières. Les fonds nécessaires proviennent d'une
taxe perçue sur les vins à leur sortie de Tunisie.
En garantie du remboursement des prêts, les
emprunteurs doivent consentir une hypothèque de
premier rang sur l'ensemble du domaine portant le
vignoble à reconstituer.
Les bénéficiaires de ces dispositions sont d'autre
part tenus de respecter les clauses fixées dans un
cahier des charges établi par la Direction de
l'Economie générale; celui-ci énumère minutieusement
les conditions jugées indispensables au succès de
l'opération : des agents des services techniques
établiront d'abord la vocation viticole de la région et
l'aptitude du sol à la culture de la vigne; ensuite
la plantation devra obligatoirement être installée sur
défoncement mécanique de 0 m 60 de profondeur,
précédé ou suivi d'une jachère travaillée d'au moins
douze mois, sans aucune plante cultivée pendant
la jachère. Dans le cas où les maladies telles que le
court-noué seraient constatées, un repos de longue
durée pourrait être imposé aux terrains précédemment
plantés en vignes; le terrain sera nivelé et débarrassé
des grosses pierres roulantes; il ne devra comporter
aucune trace de végétation adventive et notamment
de chiendent et de liseron. La plantation sera
constituée obligatoirement sur plants américains et avec
des cépages qui devront appartenir aux variétés
fixées par décrets. L'encépagement pourra être
imposé en fonction de la région et de la qualité des
produits à obtenir. La densité de la plantation sera

fixée en rapport avec le climat, la qualité des terres traînerait la liberté de transaction des droits de
et des cépages; elle ne saurait excéder 3 000 ceps à reconstitution1, d'autre part, tout en maintenant la
l'hectare dans les cas les plus favorables et dans les limitation des plantations de vignes, à augmenter le
nombre des viticulteurs et à accentuer le
pJantiers spécifiquement viticoles.
Enfin, la législation tunisienne prévoit que le
morcellement du vignoble tunisien en petites et moyennes
viticulteur qui ne reconstitue pas dans les 5 ans perd exploitations.
ses droits au profit de l'Etat; d'autre part, le droit
Telles sont les mesures particulièrement heureuses
de reconstituer est attaché à la terre : le
prises en Tunisie dans le but de restaurer la
propriétaire n'a pas l'autorisation de le céder, sauf à l'Etat prospérité de la viticulture gravement compromise par la
qui s'est réservé la possibilité de le racheter à un guerre. Leur succès ne manquerait pas d'asseoir plus
cours fixé périodiquement par une commission. solidement le peuplement européen installé dans la
L'Etat pourra ensuite rétrocéder les droits de
Régence.
reconstitution qu'il aura acquis par prescription ou par
Hildebert ISNARD.
achat, à des agriculteurs qui ne possèdent pas de
vignes ou qui en possèdent moins de 20 hectares
1. Au Maroc où existe la liberté de transaction des
(décret du 7 avril 1947). Ces heureuses dispositions droits de reconstitution, les transferts d'un individu à
visent d'une part, à empêcher les spéculations
l'autre, se font sur la base de 10 à 15.000 francs l'hectare.

PARMI

LES

REVUES

:

:

:

:

tral
(1).
penseront
lesen preuves
apportées que
ne
sont
pas Beaucoup
déterminantes
on que
peutlédonien
effetétaitsupposer
la surface
originelle du1 plissement
plus élevée
que
celle dul'inverse
plateau, dec'est-à-dire
la pente étaitactuelle.
dans
l'ensemble
la pente que
topographique
Dans
l'hypothèse
d'une queévolution
purementtransversaux
structurale, quiil
faudrait
donc
prouver
les accidents
ont
guidé
le
réseau
hydrographique,
sont
pius
que les accidents longitudinaux. Est-ce possible importants
dans une
zone
la couverture
presque
complètement oùdisparu,
on doit bajocienne
prendre pourayant
repère
les marnes du
liasUnetproblème
las argilesmorphologique
du trias ? analogue a retenu l'attention
du
Cercle
d'Etudes
(Procès-verbal de la
séance
janvier géographiques
1948
rivière àdula 8 structure
du Jura).La Bienne, adaptation de la
M.conclut
A. Gioud
décrit
minutieusement
le cours àdela lastructure
Bienne
etplissée.
à une
adaptation
presque
parfaits
Mais
i
l
remarque
aussi
que
cette
structure
n'est
I. GÉOGRAPHIE PHYSIQUE
plus
la carte
géologique.
Le Bassinunede la
Biennelisible
évoquequs unsurrelief
appalachien,
c'est-à-dire
* René LEBEAU. — Le vignoble du Jura et le problème des surface
d'érosionencaissé;
dans laquelle
réseau reste
hydrographique
s'est
brusquement
mais
cele réseau
subordonné
à la
reculées (3 fig.).
structure
profonde.
Il
faudrait
donc
admettre
l'évolution
Une étude morphologique très clairement présentée et suivante : adaptation du réseau hydrographique à une
illustrée
carte etremarques
bloc diagramme.
phase du plissement, surface d'érosion imparfaite;
descriptionsde photographies,
claires et quelques
sur la Des
vie première
puis
rejeu
des dislocationsdemeurant
verticales caractéristique
selon les anciennes
humaine
témoignant
d'une
connaissance
précise
du
terroir.
directions,
l'hydrographie
d'une
On
sait
que
ce
paysage
de
petites
buttes,
allongées
région
plissée.
parallèlement à la falaise du plateau entre Salins et Lonsle-Saunier,
est le dans
résultat dezonala vigoureusement
profonde morsure
des P. RUSSO. — Contributions à l'étude de l'origine tectonique
rivières
bressannes
plissée
de(5 lafig. morphologie
le faisceau
lédonien est une
en voie de disparition après
être
et cartes). du plateau de Saint-Bonnet-de-Joux
passé
le stade
de relief. parMaisunele lame
plateau
semble par
protégé
contrede l'inversion
l'érosion régressive
de
topographie et le dessin du réseau hydrographique de
calcaire
effondrée
à une n'y
grande
profondeur
petits ce Laplateau
cristallindesde granites
Saône-et-Loire
cours d'eau
du Vignoble
pénètrent
que parles desseptcanyons
moindre
résistance
dont il s'expliquent
estNord-Ouest
surtout par aula
étroits,
les
«
reculées
».
composé;
des
pitons
granulitiques,
alignés
du
Ce réseau
hydrographique
dont les est-il
éléments
lela niveau
général
du plateau
d'une
composés
de deux
sections si —diférentes,
adaptésontà Sud-Est
centaine
dedominent
mètres;
direction
méridienne
du bombement
lacoulent
structure
?
Non,
à
première
vue,
puisque
les
cours
d'eau
tertiaire
est
bien
visible
dans
l'actuelle
ligne
de
partage
de l'Est à l'Oust, perpendiculairement à la
des eaux entre la Loire et la Saône.
dinivelant
rection du leplissement;
d'où
l'hypothèse
d'une
surface
plane
Jura occidental.
En fait l'auteur
qui reprend ici l'étude de M. Benevent P. Montlouvier
RUSSO. — (Région
Les Terrasses
alluviales
de la vallée de
de Crémieu)
(3 fig.).
sur
la
Seille,
prouve
que,
dans
leur
traversée
du
vignoble
les cours d'eau ont utilisé les ensellements des plis
longitudinaux
sur le par
plateau,
l'enfoncement
Petite calcaire
étude ded'unel'île de Crémieu.
ces vallées
Lacs qui
et marécages
échancrent té-la
originelles eta que,
été guidé
des failles;
les rivièresdes sevallées
sont falaise
donc
installées
«
à
la
surface
du
plissement
»,
elles
sont
subordonnées à la structure et l'hypothèse d'une surface
d'érosion
ne s'impose
(1) Georges
Chabot.». « Les Plateaux du Jura Central.
Cette étude
apportepas.certainement une contribution
Ktude
moi'pliogénique
Far. L/'ttves- Strasboitru.
intéressante au délicat problème des plateaux du Jura
Paris. 1927.
LES ETUDES RHODANIENNES
DE GEOGRAPHIE,
BulletinLyonnaise.
de la Société
deREVUE
Géographie
de Lyon et jointe
de la auRégion
Les XXII)
compteset 1948
rendus (vol.des XXIII,
bulletins
1947
(vol.
n"s parus
1, 2, 3)en seront
groupés dans cet ordre :
Géographie physique;
Ethnologie;
Géographie
Démogéographie.
agraire;
économique;
Pour faciliter
les recherches,
du volume
(année
1947) seront
précédés lesd'unarticles
astérisque
*. XXII

161


Le vignoble européen.pdf - page 1/4
Le vignoble européen.pdf - page 2/4
Le vignoble européen.pdf - page 3/4
Le vignoble européen.pdf - page 4/4

Documents similaires


2012 fr
chateau chauvet et talaise soft
ft 2015 fr chateau muraires ok 1
ft reaut 12 fr
130331 carte vignobles 2013
cp rhonea vinisud 2016


Sur le même sujet..