Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Fiche bactéries JJH 1 .pdf



Nom original: Fiche bactéries JJH 1.pdf
Auteur: adam

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 4.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/03/2018 à 07:03, depuis l'adresse IP 195.220.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 149 fois.
Taille du document: 275 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


BACTÉRIE JJH 1
Place des β dans le règne vivant :
- 1500 agents patho pour H donc 700 à 800 β.
- Distinction Euc/Proc
- Distinction β et archées (ø patho pour l'H)
- Procaryotes = ¾ du monde vivant
- Taille des β : de l'ordre du μm (en moyenne la taille d'une
mitochondrie, souvent plus petite qu'un noyau)
β + virus (10 à 100x < à β) sont les ppx pathogène chez H mais
pas les plus grands (parasites eucaryotes).
- Virus visible qu'en ME, n'appartiennent pas au vivant.
- 90 % des cas chez H → auto-contamination
- La majorité est des β est bénéfique.
- Archées et β se ressemblent ++ mais distinction grâce aux
ARNt !
- De plus, pas peptidoglycanes pariétales chez archées
alors que présents chez β.
- Ø D'archées pathogènes chez l'Homme.

ORGANISATION DES CELLULES EUC ET PROC
Chez les β il y a quand même un
cytosquelette.

MORPHOLOGIE BACTÉRIENNE
Arrangements caractéristiques :
Identification en fonction de la forme et de
l'arrangement caractéristique (indiv ou en groupes)
Coques
- ç individuelles +++
- Paires : diplococcus
- Chaînes : streptococcus,
Enterococcus, Lactococcus
- Amas/Grappes :
Staphylococcus
- Tétrades : micrococcus
- Sarcina : agglom° de 8 ç
- arrangement car plan de ÷

Bacilles
- Solitaires +++
- Paires ou chaînes :
Bacillus megaterium
- rapport longueur/largeur
variable : peut prêter à
confusion comme
croccobacilles courts et
larges, aspect de coques.

Autres :
Vibrions : bâtonnet incurvé en virgule
Spirilles : β spiralée avec flagelle ext à 1 ou 2 ext
Spirochètes : GRAM⁻, spirilles avec flagelle int
Actinomycètes : forme mycélum ≈ champi filamenteux.

STRUCTURE CELLULAIRE
de l'intérieur vers l'ext :
Nucléoïde :
Dans cyto, machine
ç, Granules
d'inclusion cyto
(stockage)

Paroi :

Mb çaire :

Donne à β sa forme &
protection.
Mee des 2 types de β par
coloration GRAM

≈ mb eucaryote.

Autres :
Pilis, fimbriae
Flagelles

LES COMPOSANTS OBLIGATOIRES
La membrane cytoplasmique

Le cytoplasme : cytosquelette nucléoïde
MP + contenu β = PROTOPLASTE, dans cyto :
- cytosquelette
- corps d'inclusions
- ribosomes
- nucléoïdes
- plasmides facultatifs
Tout cela dans de l'eau (= 70 % de masse de β)

Eucaryote : bicouche lipidique + prot
ext/périph/intrinsque, oligosaccharides en ext, ne
contient ø de stérols sauf les hopanoïdes.
Mésosomes etc ne sont que des artefacts
n'existant pas réellement, sans propriétés.
Cytosquelette donne la forme (il est à l'intérieur).

Cytosquelette

Les corps d'inclusions

- μfilaments, FI,
μtubules (≈ euc)

Le nucléoïde

- Formes de réserves, variant selon état
nutritionnel de la ç
- Granules Inorganiques :
- fonction ≈ euc :
→ Fe, P, S : ↑ ç, réserves E + mtb
÷, localisation prot,
→ Volutine : synt. AN, rôle mtb
donne la forme à ç... - Vacuoles gazeues : déplacement
Servent de réserves + empaqueter les mol
Ils sont inclus dans monocouche de prot et
de PL.
Si milieu riche → réserves +++
Si milieu pauvre → réserves ↓
- Granules organiques : Glycogène, PHB

- ø d'enveloppe nuc, forme irrégulière
- 1 chromosome, db d'ADN circulaire (ø toujours)
- possible bact avec +eurs chrom. ou ADN linéaire
- composition du nucléoïde :
60 % ADN, 30 % ARN, 10 % protéines
- Leptospira : 2 chrom., Borrelia : 1 chrom linéaire
- Réplication en mode thêta et ÷ par scissiparité.
- ori de réplication maintenue au niveau de MP
- Rép à partir d'ORI → rép finie → ADN reste
accrochée à MP → mvt cytosq séparent les chrom
→ septum prot sépare les ç filles.
- Mat. Extra-chrom. = plasmide → ø de système de
partition → Plasmide ø forcément répliqué.

LA PAROI BACTÉRIENNE
- Couche rigide à l'extérieure de la MP.
- Protège β du choc osmotique.
- β-lactamide désactivent la paroi → β meurent
- lui confère aussi sa forme
- contribue au pouvoir pathogène
- GRAM+ plus dures à éliminer que GRAM- car paroi
plus épaisse chez GRAM +

STRUCTURE DE LA PAROI

GRAM ⁺
- Espace périplasmique puis
couche épaisse de
péptidoglycanes.
- A. lipotéichoïque dans les
peptodoglycanes reliant ces
derniers à la couche externe de
la MP

Enveloppe : Paroi + Périplasme (ensemble des structures à ext
de MP)

Peptidoglycane : enchaînement de NAG et NAM reliés entre
eux par des tétrapeptides faits d'AA reliés par pontage direct
ou l° ester.
→ Rigidité + protection de la β
→ cible d'α-bio et du lysosyme

GRAM⁻
- MP → EP → Mb secondaire ou
mb externe.
- 1 ou 2 couches peptidoglycanes
- Mb ext souvent riche en prot
- liaisons entre petidogly et ME
- LPS sur couche ext de ME qui
peut activer le systM immunitaire

COLORATION GRAM :
1→ Coloration au violet de Gentiane (colore cyto) puis
plongée dans Lugol (fixe prot) et maintient coloration.
2→ β soumise à l'alcool qui décolore GRAM⁻ mais pas
GRAM⁺ (violettes)
3→ recoloration de GRAM⁻ avec fushine ou safranine
(apparaissent roses)
Avant d'être plongée dans OH, les 2 GRAM sont violettes

STUCTURES FACULTATIVES

LE LPS
→ ancré à Mb Ext, en 3 partie :
1 : Lipide A cytotoxique permettant
l'enchâssement dans la MP
2 : polysaccharides centraux variables
3 : Chaîne latérale O variable, peut
déclencher des ç immunitaires ou
médiateurs de l'inflammation.

La β ne peut pas avoir ces structures en même temps : soit une ou l'autre.
Couches au dessus de la paroi protégeant et jouant sur la virulence (
- Capsule : Bien organisée, compacte, homogène.
- Couche mucoïde : Diffuse, ext, sorte de mucus conditionnant le support où vont
se développer les β
- Couche S : structurée en forme de pavements réguliers
→ Donnent : Résistance à la phagocytose (capsule ++), Repousse les
substances hydrophiles toxiques, Protection vs dessiccation, attachement
aux surface solides, facilite l'attachement aux surfaces, faciliter mobilité...
Constituants de la capsule recherché comme marqueurs diagn. De l'infect°

PILI ET FIMBRIAE
- Pili < Flagelle
- Pili sexuel : échange de matériel
génétique par conjugaison
- Pili indispensable pour
rapprocher les ç.
( transfert horizontal de gènes)
- β Asexuées !
- Fimbriaes : rôle dans l'adhésion
de la ç à son hôte, donne affinité à
un tissu plus qu'à un autre.
- Pili + Fimbriae sont composés de
piline

- Matériel génétique
ne passe pas par les
pilis.
- compo° α-génique
variable d'une β à
autre.
- diamètre ≈ pour les 2

FLAGELLE ET CHIMIOTAXIE
Flagelles :
- Appendice locomoteur
- à l'ext de la MP
- Chez les β Spirochètes se trouvent aussi
entre MP et Mb ext
( donc peut être dans espace périplasmique
chez GRAM⁻, permet tortillement de β qui
avance coma)
- Flagelline ++
- rigide
- peut permettre l'identification des β
- Chimiotactisme /!\ pour le déplacement !!
- Mvt de rotation :
→ Corps basal : Gradient de proton Na⁺/H+ (ø ATP)
→ Vibrio Olginolyticus → 20-90 μm/s
Vitesse importante par rapport à dimension de β
- Sens horaire ou α-horaire :
→ détermine le sens et avancement de la β
→ Spirochètes : filament axial → tortillement de la β
- Chimiotaxie :
→ déplacement par succession de course/ culbute selon
l'environnement, contrôlé par des chimioRC
→ Substance attractive : éléments nutritifs
→ Substance répulsive + signaux environnementaux

- Si ø de flagelles, mvt est surtout dû à flottabilité
- Si flagelle : Course (longue)/ culbute (courtes) selon grandient
de substance Attractive/ Répulsive (= chimiotactisme)
- Si plusieurs flagelles : mouvements sont coordonnés
- Course : Flagelle en faisceau → déplacement en ligne droite
- Culbute : Dispersion des flagelles, arrêt + culbute, orientation aléa
→ β Peuvent se rapprocher ou s'éloigner de substances!!

LES SPORES ou ENDOSPORES
- Structure de multiplication végétative et déshydraté,
résistante ++, surtout chez les GRAM⁺
- Structure de survie
- Formation au niveau de la ÷ çaire → une des ç fille sera
donc une spore sans fonction et déshydratée !
- Résiste à Chaleur (120°), UV, Rayon γ, Désinfectant
chimique, Dessiccation( car totalement déshydratés) ,
Temps (100 000 ans)
- Élimination difficile
- Formée par Exosporium + cortex épais (peptidoglycane++)
- Sous cortex : MP + composants β déshydratés.

LES PLASMIDES
- Petite mol. D'ADN db circulaires, facultatifs et
indépendants du chromosome bact.
- Extrachromosomique
- β ø besoin des plasmides pour exercer leurs fonctions.
- Peuvent conférer de nvlles propriétés aux β
- N'ont ø de systM de partition (répartition aléatoire lors de
la ÷ cellulaire).
- Réplication autonome en continu selon 2 modes :
→ En mode Thêta ou Rolling circle
Rolling circle : coupure sur ORI sur un mb d'ADN puis
synth. Du brin à partir du parent grâce à ADNpoly, réplication
continue formant une pelote !
→ Nombre de copies variables : 1 ou +
→ Plasmides sont transférables horizontalement par
conjugaison ou transformation β → Résistance / transfert
Il y a une classification des plasmides selon les gènes portés

Plasmides résistance
- Ressemble au plasmide F mais confère une résistance
- résistance= gène qui codent pour des prot pouvant
détruire/ modifier/ inactiver des α-biotiques
- Ne sont pas intégratifs même si ils portent toutes les
info° nécessaires à la conjugaison β mais le matériel ne
s'intègre ø au chrom.
- Les plasmides euvent s'échanger entre
espèces/familles/genres totalement ≠
- Possibles accumulation de résistances chez les β, pouvant
donner un BMR (és à au moins 3 α-bio)
Plasmides de virulence
- confèrent une pathogénécité supplémentaire

Les plasmides métaboliques
- Confèrent aux β des capacités supplémentaires.
- comme dégrader des métabolites.
- Peut donc conférer un avantage sélectif !

- Sporulation a lieu dans un milieu pauvre → 1 % de la
colonie va activer la sporulation !
- Se déroule en 7 phases :
Ini : début de ÷ç, mep d'un septum qui va régresser : ø de
séparation.
Phase 1 : Formation de filament axial de mat. Nucléaire
→ ÷ inéquitable
Phase 2 : Invagination de la mb → isolement d'une partie
de l'ADN → formation de préspore
Phase 3 : Sacrifice de partie avec ADN, préspore
s'entoure d'une 2nd enveloppe (endospore
entouré par exospore)
Phase 4 : Formation du cortex (entre MP de préspore et de
l'autre ç), struc. Glycoprotéidique avec Ca²⁺ et A.
dipiconilic.
Phase 5 : exospore forme tunique puis exosporium
Phase 6 : endospore mature
Phase 7 : Destruction du sporange (ç mère) par enzymes
lytiques et libé° de la spore
Structure végétative peut revenir en arrière par 3 phases
(activation, germination, émergence)

Plasmides conjugatif
- Renferment des gènes de résistance notamment pour
les pilis sexuels
- Possèdent les gènes du Facteur de fertilité (Facteur
F)
→ codent pour la formation des pilis sexuels
- Mode de fonctionnement particulier permettant le
transfert du facteur F d'une β fertile vers une autre
qui ne l'est pas.
- Si 2 β ont le Facteur F, ø de conjugaison.
- Si c'est un plasmide intégratif, il possède des
séquences d'insertion pour s'intégrer à l'hôte par
transfert horizontal.

Les bactériocines
- Codent des prot capables d'agresser d'autres β
(formation de pores dans la mb des autres β, attaque de
leurs AN, Hydrolyse du peptidoglycane de la paroi...)
- Action seulement sur des souches bactériennes
étroitement apparentées.
- utilisé par les β pour se défendre des autres β ce qui
permet d'éviter l'implantation de β patho chez nous.
- Potentielle stratégie thérapeutique

LA TAXONOMIE
Les ≠ classifications :

Taxonomime phénotypique

Taxonomie numérique

Taxonomie moléculaire

Selon un nombre réduit de
caractères morphologique

Catalogue avec plus de 100 caractères
≠, puis classif° en fonction de ces
critères.

Hybridation ADN/ARN
ADNr : 16S (+++)

Aucun consensus n'a été établi

TAXONOMIE MOLÉCULAIRE
- C'est sur cela que repose le consensus établi :
→ Hybridation ADN/ARN : 2 espèces sont ≠ si
<70 % d'hybridation entre 2 souches
(hétéroduplex)
→ Séquence ADNr : 16S, 2 espèces sont ≠ si
ADNr 16S entre 2 souches < 99 %
d'identité : plus précis, plus utilisé.
→ classification en 13 groupes dont 5 très importants.
chlamydiae, spirochètes, proteobacteria, firmicute, actinobacteria

LIRE PAGE 35.


Documents similaires


2 10 s1 bacteries et myco bacteries
resume spongiares cnidaires et ctenaires
cours ifs etats septiques inf urinaires et cutanees v de lastours
ova c2 protistes pdf compressed
ova c2 protistes pdf c
bacteriologie 1er emd 2017


Sur le même sujet..