merged (4) .pdf



Nom original: merged (4).pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/03/2018 à 23:13, depuis l'adresse IP 83.134.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 256 fois.
Taille du document: 1.3 Mo (24 pages).
Confidentialité: fichier public



Aperçu du document


TRAITEMENT DES NEURINOMES
ACOUSTIQUES PAR RADIOTHERAPIE
STEREOTAXIQUE HYPOFRACTIONNEE

Travail de fin d'étude présenté par
GHASSAN Hamza (s100293)
en vue de l'obtention du grade
académique de médecin

Année académique 2017-2018

Remerciements.
En remerciant toute l’équipe de radiophysique du Cyberknife, le radiophysicien David Dechambre,
le Dr Jansen et le Pr Martinive pour leur aide dans l’élaboration de ce travail.

TABLES DES MATIERES
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.

Résumé:.........................................................................................................P.2
Introduction : ................................................................................................P.3-4
Matériels et Méthodes : ................................................................................P.5-6
Résultats : .....................................................................................................P.6-7
Discussion : ...................................................................................................P.7-8
Conclusion : ..................................................................................................P.8
Références bibliographiques : ...................................................................... P.9-10
Liste des annexes:........................................................................................ P.11
Annexes (figures, photos et tableaux) : ………………….……………………………………P12-22

1

1) RESUME
Objectif. Rapporter notre experience dans la prise en charge radio-stéréotaxique par Cyberknife®(CK)
des neurinomes acoustiques (NAs) afin d’évaluer les symptômes cliniques, le contrôle tumoral et la
fonction auditive post-CK de nos patients.
Méthodes. Analyse rétrospective de 45 patients avec NAs, classifiés en localisation et taille selon
Portman-Bébéar et Koos (PBK) et traités par CK de 2010 à 2016. Les données incluant les paramètres
de traitement du CK, les signes cliniques pré- et post-CK, les volumes tumoraux pré- et post-CK et les
paramètres auditifs ont été collectées et examinées.
Résultats. 80% des symptômes cliniques décrits en pré-CK des nos 45 patients s’améliorent et 20%
s’accentuent légèrement en post-CK. 77.27% des patients, avec un follow-up d’imagerie post-CK
médian de 30.25mois, avaient un très bon taux de contrôle tumorale. Excluant 2 patients décédés en
post-CK et 8 patients avec surdité totale en pré-CK, 22 patients (62.86%) sur 35, avec un follow-up
audiométrique médian de 32.72 mois, ont maintenu un bonne stabilisation audiométrique
comparable en pré-traitement. Les treize autres patients (37.14%) ont été sujets à une dégradation
auditive (80% d’entre-eux avaient des seuils auditifs augmentés légèrement de 10 à 25 dB en
audiométrie tonal).
Conclusion. Nos données montrent que le traitement par CK offre un très bon taux de contrôle
tumoral, un bon taux de préservation auditive et une amélioration des symptômes cliniques des
patients avec NA.
Mots-clés : neurinome acoustique - Radiothérapie - Stéréotaxie

1) ABSTRACT
Objective. To report our experience in the radio-stereotactic management of acoustic neuromas
(AN), by Cyberknife® (CK), in order to evaluate the posttreatment clinical symptoms, tumor control
and post-CK auditory function of our patients.
Methods. Retrospective analysis of 45 AN patients, classified in location and size according to
Portman-Bébéar and Koos (PBK) and treated by CK from 2010 to 2016. Data including CK treatment
parameters, pre- and post-CK clinical signs, pre- and post-CK tumor volumes and auditory parameters
were collected and examined.
Results. 80% of the clinical symptoms described in pre-CK of our 45 patients improve in post-CK and
20% increase slightly. 77.27% of patients, with a mean imaging post-CK follow-up of 30.25 months,
had a very good tumor control rates. Excluding 2 patients who died in post-CK and 8 patients with
cophosis in pre-CK, 22 (62.86%) of the remaining 35 patients, with a mean audiometric post-CK
follow-up of 32.72 months, maintained an audiometric stabilization compared to pre-CK. Thirteen
other patients (37.14%) were prone to a hearing loss (80% of them had hearing thresholds slightly
increased from 10 to 25 dB in pure-tone audiometry).
Conclusion. Our data show that CK treatment provided a very good tumor control rate, an
improvement of clinical symptoms and a comparable hearing preservation rate in AN patients.

Keywords : Acoustic neuroma - Radiotherapy - Stereotactic treatment

2

2.INTRODUCTION
Le neurinome acoustique (NA) est une tumeur bénigne dérivant des cellules de Schwann intéressant
le nerf crânien VIII (vestibulo-cochléaire) [Image1] et compte parmi 6 à 10% de toutes les tumeurs
intracrâniennes.
En général, le NA est unilatéral sauf chez les patients ayant une maladie génétique, où l'on peut
observer des formes bilatérales notamment dans la neurofibromatose de type II (NFII).
Quand les tumeurs grandissent, elles peuvent comprimer le nerf V (trijumeaux), VII (facial), VIII
[Image2], le cervelet ainsi que le tronc cérébral avec comme conséquence clinique : acouphènes,
surdités, vertiges, nausées, vomissements, parésies faciales, troubles de l'équilibre [1, 2].
Gal TJ et al. [3] et Tos M et al. [4, 5] ont montré que depuis les années 70, l'incidence du NA était en
augmentation linéaire : 1 à 2 NAs par 100000 habitants. L'augmentation serait liée à l'acquisition de
nouvelles méthodes diagnostiques notamment la résonance magnétique (IRM).
Aujourd'hui, les différentes options de traitement des NAs incluent soit l’abstention ; avec suivi
régulier du NA par IRM et traitements symptomatiques selon la clinique du patient; soit la
microchirurgie réalisée par les neurochirurgiens et/ou les ORLs soit la radiochirurgie stéréotaxique
(SRS). L'indication optimal de chacune d'entre elles doit être déterminée sur la base de la taille de la
tumeur, la localisation de celle-ci ainsi que sur le niveau d'audition et l'âge du patient [6, 7].
Il y a quelques décennies, la radiochirurgie stéréotaxique (SRS) ; procédure où des faisceaux étroits
de rayonnements ionisants sont délivrés en une séance et à une dose élevée ; était d'habitude
utilisée pour traiter des patients avec des NAs de petites tailles (inférieur à 2cm) avec comme but le
contrôle tumoral [7, 9]. Avec les nouvelles technologies de SRS mono-fractionné type
GammaKnife®[Image3], Coucke PH et al. [10] ont expliqué que celles-ci ont été démontrées comme
des alternatives efficaces à la microchirurgie pour des NAs de petites à moyennes tailles (inférieur à
3.5cm) avec un taux de contrôle tumorale de 89 à 96 %. Cependant, le taux de préservation auditive
(TPA) post-thérapeutique s'élève de 33 à 79 % et donc encore insatisfaisant [10, 12, 13, 14].
Le CyberKnife®(Accuray, Sunnyvale, California) [Image4], introduit par le Professeur John Adler de
l’Université de Stanford en 1994, a connu un essor commercial et clinique mondial à partir des
années 2000. Variante de SRS pouvant générer des faisceaux de rayons X à haute énergie à partir
d’un bras robotisé mobile à 3 dimensions, le CK présente les avantages suivants: ciblage des lésions
crâniennes tumorales ou non avec une précision sous-millimétrique protégeant ainsi les organes
avoisinants, ciblage des lésions extra-crâniennes (poumon, rachis, foi, pancréas, prostate), alternative
destinée aux patients atteints de tumeurs inopérables, détection des mouvements du patient avec
correction automatique de la cible en temps réel, possibilité de proposer aisément un traitement
hypofractionné , procédure d’immobilisation non invasive et indolore [15].
En 2011, l’équipe de Stanford [13, 16 , 17] ont montré que le traitement des NAs par radiothérapie
stéréotaxique hypo-fractionnée (RTS-HF) par CK en 3 fractions de 6 Gray(Gy) offrait d’excellents
résultats avec des taux de contrôle tumoral allant de 96% à 99% et des taux de préservation de
l’audition allant de 59% à 80% selon le volume tumoral initiale du NA.
Ce travail a été donc exclusivement réalisé dans le cadre d’une étude rétrospective pour évaluer le
contrôle tumorale, la préservation de l’audition et l’évolution de la symptomatologie chez tous les
patients traités par RTS-HF au centre Cyberknife® du CHU Sart-tilman entre septembre 2010 et
3

décembre 2016, avec une dose marginal fixe de 1800cGy (excepté 1 NA traité avec une dose de
2100cGy) en 3 fractions [Tableau 1].

3.MATERIELS ET METHODES
Les patients présentant un NA ont été sélectionnés sur base d’un fichier informatique archivé, mis à
la disposition de tous les membres du service de radiothérapie et reprenant tous les patients traités
au centre du Cyberknife® depuis son installation en 2010. Une fois tous les patients avec NA extraits
de la base de donnée, une hiérarchisation en fonction du début de leur date de traitement a été
effectuée.
La collecte des données relatives aux patients a été facilitée par:
❖ l’accès au dossier médical du patient (consultations cliniques, examens complémentaires des
différentes disciplines médicales et accès aux Réseaux Santé Wallon-RSW) via un logiciel
informatique OmniPro® ( Xperthis GROUP, Belgium).
❖ l’envoi d’examens complémentaires manquants, par fax au service de radiothérapie du CHU
Sart-Tilman, par les institutions suivantes : Cliniques universitaires de Saint-Luc (UCL), Hôpital
Universitaire de Gand (UZ Gent), Hôpital Jessa d’Hasselt (JessaZH), Hôpital Jan Palfijn de
Gand, CHR de la Citadelle, CHR de Huy, Centre hospitalier EpiCURA Baudour, Hôpital de
Jolimont, CHU Godinne de Namur , CHC Saint-Joseph, Centre Hospitalier Bois de l'Abbaye de
Seraing, Centre Hospitalier de l’Ardenne de Libramont.
❖ l’accès au logiciel de planification de traitement Mutliplan® (Accuray, Sunnyvale, California)
et au logiciel de contourage Mirada® (Oxford, Uk).

3.1 Populations
L’échantillon de départ se composait de 51 patients. 6 patients ont été traités en 2017. 45 patients
sur 51 ont donc été sélectionnés dans le cadre de cette étude (2010-2016).
Excluant 2 patients sur 45 pour décès en post-CK (non lié au traitement CK ni au NA), l’évaluation du
contrôle tumoral et de l’audition post-CK s’est basé sur 43 patients :
❖ 8 patients atteints de surdité totale (cophose) pré-CK ont été exclus (7 patients opérés
étaient tous en cophose après chirurgie): 35 patients ont donc été pris en compte dans le
calcul de l’évolution audiométrique pré-CK versus post-CK.
❖ l’évolution de la taille tumorale a été calculée sur base de 44 lésions car 1 patiente sur 43
était atteinte d’une NFII avec un neurinome acoustique bilatérale.
L’analyse de la symptomatologie clinique pré-CK versus post-CK a été réalisée sur la cohorte de 45
patients de départ du fait de la présence d’un suivi clinique minimum de 2 à 3 mois post-CK chez les 2
patients décédés.

3.2 Bases de données :
Notre base de données, incluant les caractéristiques propres des patients et les modalités de
traitement du NA, a été élaboré selon le canevas suivant [Tableau 1] :
❖ l’âge
❖ le sexe

4






le coté atteint
la stadification et localisation tumorale selon la classification de Portman-Bébéar et Koos
le volume tumoral
la stadification des seuils d’audiométrie tonal et vocale (seuil d’intelligibilité, seuil de
distorsion, pouvoir de discrimination et indice de capacité auditive=ICA)
❖ la présence d’une chirurgie ou non avant traitement CK
❖ les caractéristiques du traitements par CK :
a) la date de la dernière imagerie par résonance magnétique (IRM)
b) la date du début de traitement
c) la durée du traitement
d) l’isodose de prescription
e) les doses et fractionnements

3.2 Méthodes d’analyse :
La symptomatologie clinique pré-CK versus post-CK des 45 patients atteints de NA a été comparée
comme premier critère d’évaluation de cette étude.
Celui-ci a été étudié ensuite en scindant 2 groupes:
❖ le premier comportant 7 patients ayant été opérés au moins une fois avant CK.
❖ le second comportant 38 patients n’ayant jamais été opérés avant CK.
11 symptômes cliniques ont étés recensés et analysés pour chacun des 2 groupes [Tableau 2-Tableau
3, Graphique1, Graphique 2] selon la présence ou non des signes suivants :
❖ hypoacousies
❖ acouphènes
❖ troubles de l’équilibre
❖ vertiges
❖ névralgies trigéminales
❖ hypoesthésies faciales
❖ paralysie/parésies faciales
❖ otalgies
❖ syndrome cérébelleux
❖ syndrome d’hypertension intracrânienne

La fonction auditive a été étudié en analysant et regroupant les audiométries tonales et vocales des
35 patients en fonction de la classification du Bureau International d’Audiophonologie (BIAP)
[Tableau 4] et des dernières recommandations internationales de l’American Academy of
Otolaryngology-Head and Neck Surgery (AAO-HNS) [18]. Seules les audiométries tonales ont été
prises en compte par manque de données suffisantes d’audiométries vocales.
Les audiométries tonales post-CK ont donc été comparées à 2 intervalles de temps moyen (=
intervalle moyen calculé par sommation des suivis audiométriques des 35 patients entre 6 à 12 mois
post-CK et à partir de minimum 15 mois post-CK jusqu’à la dernière audiométrie la plus récente) de
7.78 mois et de 32.72 mois par rapport à une base d’audiométries récoltées à un intervalle de temps
moyen de 6.10mois avant le début de traitement par CK.
Les résultats audiométriques tonales post-CK des 35 patients ont été interprétés comme suit :
❖ est considéré comme stabilisation auditive, tout patient dont la classification BIAP (surdité
légère, moyenne, sévère, profonde, cophose) reste inchangée par rapport à celle avant
traitement CK.
❖ est considéré comme amélioration auditive, tout changement de seuil auditif CK vers celui
d’intensité en décibel (dB) moins élevé en post-CK.

5

❖ est considéré comme régression auditive, tout changement de seuil auditif vers celui
d’intensité en décibel (dB) plus élevé en post-CK.
❖ Il a été choisi que le taux de préservation auditive représente la moyenne du pourcentage de
tous les patients rentrant dans les catégories ‘stabilisation et amélioration auditive’.
Le contrôle tumoral a été étudié sur un échantillon de 43 patients (44 lésions) comme dernier critère
d’évaluation.
Les NAs ont été classés suivant leur localisation et leur taille selon la classification de PBK [Tableau
5].
Deux logiciels, permettant de mesurer les volumes tumoraux, ont été utilisés :
❖ MULTIPLAN® (Accuray, Sunnyvale, California) qui a permis d’obtenir en ml le volume tumoral
du NA avant traitement CK. Ceux-ci ont été obtenus par contourage tumorale pour chaque
patient sur base de la dernière IRM réalisée avant le début du traitement [Image5].
❖ MIRADA® (Oxford, UK) qui, par exportation des dernières IRMs cérébrales post-traitement, a
permis de déterminer le volume post-CK de chaque NA par contourage et validation de ceuxci sous la supervision du chef clinicien du CK [Image6].
Les 2 volumes pré-CK (Multiplan®) et post-CK (Mirada®) ont été analysés chez tous les 43 patients et
puis étudiés en scindant les 2 groupes (opérés versus non opérés.) L’interprétation des résultats s’est
basée sur la dernière étude rétrospective réalisée par l’équipe de Dr Patel et al [19] :
❖ Toute augmentation de volume tumorale en post-CK (Vt) inférieur ou égal à 20% du volume
tumoral de départ pré-CK et toute diminution du Vt est considéré comme réponse positive
au traitement.
❖ Toute augmentation de Vt de plus de 20 % est considéré comme réponse négative au
traitement .
❖ Le taux de réponse tumoral est défini par la moyenne en % des NAs ayant augmentés de
taille de moins de 20% et de ceux ayant régressés en taille en post-CK.
❖ Le taux de réponse tumoral moyen de l’échantillon est exprimé en pourcent par le taux de
réponse tumorale de tous les NAs ayant régressés en taille, augmentés de moins de 20% et
augmentés de plus de 20% en post-CK.

4. RESULTATS
❖ 80% des symptômes cliniques exprimés en pré-CK, tout patient confondu (n=45) s’améliorent
en post-CK: les acouphènes passent de 63.04% à 50%, les troubles de l’équilibre de 71.74% à
47.83%, les vertiges de 52.17% à 17.39%, les névralgies trigéminales de 2.17% à 0%, les
hypoesthésies faciales de 15.21% à 2.17%, les parésies/paralysies faciales de 17.39% à
10.87%, les otalgies de 10% à 0% et les syndromes cérébelleux de 4.35% à 0%. 20% des
symptômes cliniques s’aggravent légèrement en post-CK, tout patient confondu: les
hypoacousies passent de 93.47% à 97.89% et les céphalées passent de 15.22% à 26.09%.
Dans la série des 7 patients opérés en pré-CK, 5 variables sur 11 s’améliorent après
traitement CK dont 3 totalement (hypoesthésies faciales, vertiges, syndromes cérébelleux), 5
autres restent stables et seule la variable céphalées augmentent de 0 à 14.29 % [Graphique
1].Dans la série de 38 patients non opérés en pré-CK, 6 variables sur 11 s’améliorent, 3
autres restent stables et seules les variables ‘hypoacousies et céphalées’ augmentent
respectivement de 92.31 à 97.44% et de 17.95 à 28.21% [Graphique 2].
❖ Les calculs d’audiométrie dans le groupe des 35 patients montrent que : 2 patients sur 35
(5.72%) ont eu une amélioration auditive en post-traitement CK de 6d0B à 10db après un
suivi médian de 32.72mois. 20 patients sur 35 (57.14%) traités par CK ont été sujets à une
stabilisation auditive sur les intervalles de suivi médian de 7.78mois et 32.72mois posttraitement.
6

Les 13 patients (37.14%) restants ont eu une régression auditive en post-traitement CK dès
le premier intervalle de suivi de 7.78mois fluctuant de 10dB à 60dB (80% d’entre-eux avaient
des seuils auditifs augmentés légèrement de 10 à 25 dB en audiométrie tonal) [Figure1,
Figure2]. Le taux de préservation auditive de la cohorte de 35 patients a été donc de 62.86%.

❖ Les calculs des volumes tumoraux pré-CK versus post-CK dans le groupe des 43 patients, tout
stade PBK confondu, montrent que : le taux de réponse tumorale a été objectivé en post-CK,
après un suivi médian de 30.25mois, à 77.27% et que le taux de réponse tumorale moyen de
l’échantillon a été objectivé à 10,31% en post-traitement CK [figure3]. Dans la série des 7
patients opérés en pré-CK, les données montrent que : 71.43% des patients (5 patients sur 7
correspondant à 5 lésions sur 7) ont eu une réponse positive au traitement par CK, tout stade
PBK confondu. 28.57% de réponses négatives tumorales ont donc été imputées aux patients
restants (parmi les 2 patients sur 7, l’un des NA s’est accru en volume de 23% et l’autre de 61
%). Dans la série de 38 patients non opérés en pré-CK, 72.97% (26 patients sur 36 ; 27 lésions
sur 37) de réponses positives ont été objectivées, tout stade PBK confondu. 27.03% (10
patients sur 36 ; 10 lésions sur 37) de réponses négatives tumorales ont donc été imputées
aux patients restants (parmi les 10 lésions, seules 2 ont doublé de volumes).

5.DISCUSSION
Dans cette étude, nous avons analysé les résultats de traitement des NAs par Cyberknife® sur un
échantillon de 45 patients de départ entre 2010 et 2016.
Le but ultime thérapeutique du NA inclue le contrôle de la croissance tumorale et idéalement, sa
fonte tumorale tout en préservant la fonctionnalité du nerf vestibulo-cochléaire, du nerf facial, du
nerf trijumeau et la qualité de vie du patient [20,21].
De multiples études ont montré que le taux de contrôle tumoral des NAs traités par CK varie de 74%
à 100% (excellent taux de réponse tumorale = stabilisation ou fonte tumorale) [16]. Ce taux est
généralement plus élevé pour les petites tumeurs (Type 1 de Koos) de l’ordre de 85% par opposition
aux grandes tumeurs (⩾Type II) où ce taux avoisine les 75% de moyenne [21]. Cela correspond plus
ou moins au taux de contrôle tumorale que nous avons calculé au sein de notre échantillon de 43
patients qui était de l’ordre de 77.27% et ce, tout stade PBK confondu. On peut supposer que ce taux
pourrait être légèrement augmenté vu le nombre de patients de notre échantillon de départ assez
réduit (n=45), la majorité des études publiées sur les NAs et traités par CK contenant en général une
centaine de patients [15, 16, 22]. La comparaison, avec l’étude de Arthur BJ et al [21], du taux de
contrôle tumoral en fonction du type tumoral selon Koos, n’est pas rendu possible dans notre
cohorte du fait de l’indisponibilité de données en terme de taille tumorale en post-CK. Notre choix de
calcul de ce taux s’est fait sur le contourage du Vt (en ml) par Mirada, augmentant ainsi la sensibilité
et la spécificité. Hasegawa et al [23] ont montré que les tumeurs > à 3.5ml étaient liées à un mauvais
taux de contrôle tumorale, de même pour les tumeurs chez les patients diagnostiqués NFII [24, 25].
Ceci est vrai dans notre groupe pour les volumes tumoraux > 3.5ml où on remarque un taux de
contrôle tumorale théorique de l’ordre de 65%. A l’inverse, nous remarquons dans notre cohorte que
le taux de contrôle chez notre seul patient atteint de NFII est de l’ordre de 100 % avec fonte
tumorale (25% de fonte tumorale en post-CK à gauche et 17% de fonte tumorale à droite) et que le
fait d’être porteur de cette maladie n’influence pas négativement ce taux.

7

Le taux de préservation audiométrique, selon la littérature, se situerait entre 59% et 80%.
Notre taux de préservation auditive dans notre groupe est assez bon, de l’ordre de 62.86% avec un
suivi post-CK médian de 32.72 mois. En prenant en compte l’incorporation dans notre étude d’une
nouvelle standardisation de la classification auditive selon le BIAP jamais encore utilisée dans les
études faites sur le NA , ce taux de préservation auditive pourrait être théoriquement meilleur de
l’ordre de 73% due à une spécificité médiocre (plus de faux-positifs). Cela est du au fait que dans la
littérature, les chercheurs calculent ce taux en se basant sur la classification de Gardner-Robertson
qui est beaucoup moins précise et catégorisée que celle du BIAP [18]. Les facteurs influençant le taux
de préservation auditive, tel que le volume cochléaire, la couverture tumorale par exemple, n’ont pas
été étudiés ici, cela sortant du cadre de ce travail [26, 27, 28].
L’expression clinique du neurinome en post-traitement, qui nous est transmise par le patient, est
également un facteur clé nous donnant des indices sur la qualité de vie en post-CK. De bons résultats
ont été obtenus avec 80% d’améliorations des symptômes cliniques. L’intérêt de comparer les
symptômes pré-CK vs post-CK était assez innovant dans cette étude car il existe encore peu de
publications comparant cette variable, la raison est que cela dépend de l’anamnèse des patients et
est considéré parmi la communauté de chercheurs comme des données non pas objectives mais
subjectives.

6.Conclusion
Cette étude a montré que les patients atteints d’un NA traités par Cyberknife® au CHU du SartTilman offre un très bon taux de contrôle tumoral post-CK de l’ordre de 77.27%, un bon taux de
préservation auditive de 62.86% et une amélioration de 80% des symptômes cliniques présentés par
les patients avant Cyberknife®.
Dans l’ensemble, livrer 1800 cGy en 3 séances par CK représente une option de traitement efficace et
sûre pour la gestion des NAs.
Certains facteurs pronostics associés à la préservation auditive et à l’amélioration de la qualité de vie
du patient, tel que l’âge du patient au début du traitement, la dose d’irradiation cochléaire, le
volume cochléaire, la couverture tumorale et bien d’autres, feront l’objet d’une étude plus
approfondie dans le cadre d’une publication scientifique.

8

7.REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1. Lassaletta L, Gavilan J. An update on the treatment of vestibular schwannoma. Acta
Otorrinolaringol Esp. 2009;60(2):131-140.
2. Propp JM, McCarthy BJ, Davis FG, et al. Descriptive epidemiology of vestibular
schwannomas. Neuro Oncol. 2006;8(1):1-11.
3. Gal TJ, Shinn J, Huang B. Current epidemiology and management trends in acoustic
neuroma. Otolaryngol Head Neck Surg. 2010;142(5):677-681.
4. Tos M, Stangerup SE, Caye-Thomasen P, Tos T, Thomsen J. What is the real incidence of
vestibular schwannoma? Otolaryngol Head Neck. 2004;130(2):216-220.
5. Stangerup SE, Tos M, Thomsen J, et al. True incidence of vestibular schwannoma ?
Neurosurgery. 2010;67(5):1335-1340.
6. Kaylie DM, Horgan MJ, Delashaw JB, et al. A meta-analysis comparing outcomes of
microsurgery and Gamma Knife radiosurgery. Laryngoscope. 2000;110(1):1850-1856.
7. Linskey ME, Lunsford LD, Flickinger JC, et al. Stereotactic radiosurgery for acoustic
tumors. Neurosurg Clin N Am. 1992;3(5):191-205.
8. Lunsford LD. Gamma Knife radiosurgery : initial North American experience in 207 patients.
Arch Neurol. 1990;47(2):169-175.
9. Rowe JG, Radatz MWR, Walton L, et al. Gamma Knife stereotactic radiosurgery for
unilateral neuromas. Neurol Neurosurg Psychiatry. 2003;74(2):1536-1542.
10. Coucke PH, Janvary ZL, Jansen N, et al. Ai-je bien entendu ? Je peux me faire traiter
autrement que par chirurgie pour mon schwannome de l’acoustique. Rev Med Liège.
2011;66(10):521-528.
11. Coucke PH, Janvary ZL, Jansen N. Le Cyberknife aime les défis ! Aperçu d’indications pour la
radiothrapie extracrânienne robotisée. Rev Med Liège. 2014 ;69(1) :87-93.
12. Battista RA. Gamma Knife radiosurgery for vestibular schwannoma. Otolaryngol Clin North
Am. 2009;42(4):635-654.
13. Chang SD, Gibbs IC, Sakamoto GT, et al. Staged stereotactic irradiation for acoustic
neuroma. Neurosurg. 2005;56(6):1254-1261.
14. Fong BM, Pezeshkian P, Nagasawa DT, et al. Hearing preservation after LINAC
radiosurgery and LINAC radiotherapy for vestibular schwannoma. J Clin Neurosci.
2012;19(8):1065-1070.
15. Sakamoto GT, Blevins N, et al. Cyberknife radiotherapy for vestibular schwannoma.
Otolaryngol Clin North Am. 2009;42(4):665-675.
16. Hansasuta A, Choi CY, Gibbs IC, et al. Multisession stereotactic radiosurgery for
vestibular schwannomas : single-institution experience with 383 cases. Neurosurg.
2011;69(6):1200-120.
17. Poen JC, Golby AJ, et al. Fractionated stereotactic radiosurgery and preservation of
hearing in patients with vestibular schwannoma : a preliminary report. Neurosurg.
1999;45(6):1299-1305.
18. Gurgek RK, Jackler RK, Dobie RA, et al. A new standardized format for reporting hearing
outcome in clinical trials. Otolaryngol Head Neck Surg. 2012;147(5):803-807.
19. Patel MA, Marciscano AE, et al. Long-term treatmnet response and patient outcomes for
vestibular schwannoma patients treated with hypofractionated stereotactic radiotherapy.
Front Oncol. 2017;7(1):200.
20. Murphy ES, Suh JH. Radiotherapy for vestibular schwannomas : a critical review. Int J
Radiat Oncol Biol Phys. 2011;79(1):200.
21. Arthus BJ, Lamoreaux WT, et al. Gammaknife radiosurgery for vestibular schwannomas :
tumor control and functional preservation in 70 patients. Otol Neurotol. 2011;34(1):265269.
9

22. Karam SD, et al. Frameless fractionated stereotactic radiosurgery for vestibular
schwannomas : a single-institution experience. Front Oncol. 2013;3(1):121.
23. Hasegawa T, et al. Long-term outcomes in patient with vestibular schwannomas : summary
of experience in 829 cases. J Neurosurg. 2005;102(1):10-16.
24. Ju DT, Lin JW, et al. Hypofractionated Cyberknife stereotactic radiosurgery for acoustic
neuromas with and without association to neurofibromatosis type 2. Acta Neurochir Suppl
2008. 2008;101(1):169-173.
25. Phi JH, Kim DG, et al. Radiosurgical treatment of vestibular schwannomaq in patient with
neurofibromatosis type II : tumor control and hearing preservation. Cancer.
2009;115(2):390-398.
26. Timmer FCA, Hanssens PEJ, et al. Gamma knife radiosurgery for vestibular
schwannomas : results of hearing preservation in relation to the cochlear radiation dose.
Laryngoscope. 2009;119(6):1076-1081.
27. Gephart MG, Hansasuta A, Balise RR, et al. Cochlea radiation dose correlates with
hearing loss after stereotactic radiosurgery of vestibular schwannoma. World Neurosurg.
2013;80(3-4):359-363.
28. Brown N, Ruckenstein M, et al. Predictors of hearing loss after gamma knife radiosurgery
for vestibular schwannomas : age, cochlear dose, and tumor coverage. Neurosurgery.
2011;69(3):605-613.

10

LISTE DES ANNEXES
A.
B.
C.
D.
E.
F.
G.
H.
I.
J.
K.
L.
M.
N.
O.
P.
Q.

Liste des abréviations…………………………………………………………………. P.12
Image 1 : NA et rapport anatomique…………………………………………...P.12
Image 2 : Compression du tronc cérébral par un NA………………...… P.13
Image 3 : Gammaknife………………………………………………………………… P.13
Image 4 : Cyberknife…………………………………………………………………….P.14
Tableau 1 : Caractéristique des patients………………………………….….. P.15
Tableau 2 : Symptomatologie des patients opérés………………......... P.16
Tableau 3 : Symptomatologie des patients non opérés………………. P.16
Tableau 4 : Classification du BIAP…………………………………………........ P.17
Tableau 5 : Classification de PBK…………………………………………………. P.17
Image 5 : Logiciel Multiplan………………………………………………………... P.18
Image 6 : Logiciel Mirada………………………………………………….............P.19
Graphique 1 : Symptomatologie des patients opérés……………….…. P.20
Graphique 2 : Symptomatologie des patients non opérés…………...P.20
Figure 1 : Evolution de l’audition……………………………………………..…. P.21
Figure 2 : Box plot des audiométries tonales…………………………….... P.22
Figure 3 : Box plot volumétrique des volumes tumoraux………….…. P.22

11

ANNEXES
A.

Abréviations :

CK : Cyberknife
NA(s) : Neurinome(s) acoustique(s)
IRM : imagerie par résonance magnétique
PBK : Portman-Bébéar et Koos (classification)
BIAP : Bureau International d’audiophonologie
NFII : neurofibromatose de Type II
Nerf VIII : nerf vestibulo-cochléaire ou acoustique
Nerf V : nerf trijumeau
Nerf VII : nerf facial
APC : angle ponto-cérébelleux
SRS : radiochirurgie stéréotaxique
TPA : taux de préservation auditive
RTS-HF : radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée
Gy : Gray
Cophose : surdité totale
ICA : indice de capacité auditive
AAO-HNS : Academy of Otolaryngology- Head and Neck Surgery
Vt : volume tumoral en post-CK

B. Image [1]

12

C. Image 2

D. Image 3

Illustration du GammaKnife de Centre Universitaire Pitié Salpêtrière(CHUPS).
(Image fournie par le service de radiothérapie du CHUPShttp://pitiesalpetriere.aphp.fr/radiochirurgie-gammaknife-paris)
13

E. Image 4

Système de RTS-HS robotisé de type Cyberknife®, tel qu’installé au CHU de Liège
(Image prise au Cyberknife® du Sart-Tilman)

14

F. Tableau 1

15

G. Tableau 2

H. Tableau 3

16

I.

Tableau 4

J.

Tableau 5

17

K. Image 5

18

L. Image 6

19

M. Graphique 1

N. Graphique 2

20

O. Figure 1

21

P. Figure 2

Q. Figure 3

22



Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


dr l helgoualc h
dr bakdach
pathologie tumorale ii
sciatiques rebelles
gyneco07112011
cas clinique pr1 1

Sur le même sujet..