JW reimaginé, Acte I.pdf


Aperçu du fichier PDF jw-reimagine-acte-i.pdf - page 6/131

Page 1...4 5 678131


Aperçu texte


Il aurait dû également participer à l’Opération Récolte sur Isla Sorna en mai 1997 mais
un accident de voiture l’en empêchera, ce qui vu le sort funeste réservé à bon nombre
de ceux qui y allèrent, lui sauva la vie indirectement.
Au mois d’Août 2001, il avait été convoqué par le conseil d’administration qui le
chargea d’une mission délicate. Suite à une incursion de la part de touristes imprudents
sur Sorna, des ptéranodons avaient été libérés de leur volière et les hélicoptères de l’US
Navy venus cherché les survivants les avaient vus s’envoler vers de nouveaux horizons.
Nul ne savait où ils allaient or ils représentaient un risque s’ils venaient à s’établir non
loin d’une zone habitée et les ptérosaures devaient être soit capturés, soit abattus le cas
échéant. Vic monta une petite équipe et ensemble ils traquèrent les ptéranodons à
travers le long de la côte Pacifique du continent nord-américain pendant trois mois à
l’aide de témoignages récoltés au Costa Rica, au Guatemala, au Mexique, en Californie,
en Oregon et dans l’état de Washington, jusqu’à la frontière canadienne et les
ptéranodons ne furent stoppés qu’en novembre à Horseshoe Bay, une localité au nord
de Vancouver (soit à plus de cinq mille six cent kilomètres de leur lieu de naissance)
via l’effort concerté de l’équipe d’InGen, de la police canadienne et un office de contrôle
des animaux sauvages local. Pour sauver un jeune garçon capturé par les ptéranodons
et emmené dans leurs nids, Hoskins n’eut d’autre choix que d’abattre les animaux et il
fut surpris sur le coup par le fait que les locaux l’aient considéré comme un héros alors
qu’il n’avait fait que ce que le conseil avait qualifié d’ « opération de nettoyage ».
Tout comme l’incident de San Diego, celui d’Horseshoe Bay fit la une des médias bien
que les dommages et le nombre de victimes, deux morts et trois blessés graves, furent
bien moindres et l’impact fut davantage politique que matériel ou humain, remettant
en question l’efficacité de la mise en confinement d’Isla Sorna par les Nations Unies.
Quelques temps plus tard, Simon Masrani le contacta pour lui proposer de
devenir le responsable de la sécurité de l’immense chantier que Masrani Global et ses
filiales allaient entreprendre sur Isla Nublar pour le compte d’InGen.
Si Hoskins menait sa mission à bien, l’indien allait faire en sorte à ce qu’il soit nommé
à la tête de la division sécurité d’InGen et l’ex-militaire pourrait jouir alors d’un train
de vie enviable.
C’est ainsi que moins d’un an après l’attaque des ptéranodons au Canada, Hoskins était
en train de piloter une opération de capture de la plus haute importance.
Tout en regardant la jungle devant lui au travers des barreaux de la cage, il
ordonna :
— Il est bientôt sur nous. Mettez-vous en formation !
Les véhicules s’organisèrent de façon à former un arc avec l’U1300 au centre et
les Jeep et les Hummer sur les ailes, puis ils s’arrêtèrent.
A plusieurs dizaines de mètres devant les véhicules, quelque chose de gros se frayait un
chemin à travers la jungle en faisant craquer les branches sous ses pas.
— Attendez ! Dit Hoskins.
Un arbre se coucha et on commença à entendre le souffle rauque d’un animal de
grande taille.
Les hommes commençaient à devenir nerveux et le tireur dans la cage tenait
fermement son fusil contre lui.
— N’oubliez pas que le grand patron nous a ordonné de le capturer vivant. Lui
rappela Hoskins.

4