Pour le Pavé 74 .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Pour le Pavé 74.pdf
Titre: Pour le Pavé 74
Auteur: MacBook Apple

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/03/2018 à 17:23, depuis l'adresse IP 90.42.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 224 fois.
Taille du document: 4.1 Mo (9 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Pour  le  Pavé  74  –  Février  2018  
 
 

Un  jour  comme  les  autres  dans  un  collège  de  REP  en  Haute  Savoie  
Petite  chronique  d'une  journée  ordinaire  du  mois  de  janvier  
 
Les  prénoms,  les  noms  des  protagonistes  et  les  disciplines  ont  été  modifiées  

 
6h30  –  
Le  réveil  sonne.  La  courte  nuit  a  été  agitée,  des  visages  d'enfants  se  mélangeant  à  mes  rêves.  Illes  ne  nous  
quittent  jamais.  
Fatiguée,  je  pense  à  ma  collègue  d'anglais  qui  habite  à  50min  du  collège  et  doit  se  lever  à  5h,  elle  fait  du  
yoga  chaque  matin.  
 
7h10  –  
Je   grimpe   dans   ma   voiture,   il   fait   encore   nuit,   je   vais   arriver   tôt   au   collège,   mais   j'ai   des   photocopies   à  
faire  et  ma  salle  à  préparer.  
 
7h30  –  
Je   gare   ma   voiture   dans   le   parking   des   professeur·es,   les   grilles   des   travaux   me   font   faire   un   détour   pour  
entrer.  
Je   croise   Valentine,   agente   d'entretien   qui   commence   à   6h   chaque   matin.   Elles   sont   deux   le   matin.  
Valentine  est  également  responsable  de  l'accueil  jusqu'à  midi.  Elle  est  malade  aujourd'hui,  mais  précise  
qu'il  est  difficile  pour  elle  de  se  mettre  en  arrêt,  sinon  il  n'y  a  plus  personne  pour  la  remplacer.  Les  autres  
agent·e·s  sont  contractuel·le·s  à  la  journée  ou  à  la  semaine.  Personne  ne  veut  venir  travailler  ici,  le  collège  
est   dans   la   zone   rouge,   illes   se   passent   le   mot   et   le   Conseil   Départemental   a   du   mal   à   trouver   des  
volontaires.   Avec   les   travaux,   c'est   difficile   de   garder   l'endroit   propre,   les   aller-­‐retour   dehors,   dans   les  
préfabriqués,   effacent   le   travail   du   soir   précédent   en   quelques   minutes.   Et   puis,   me   confie   Valentine,   à  
l'accueil,   elle   n'ose   même   plus   répondre   au   téléphone   parfois,   tellement   les   parents   sont   agressif·ve·s  
avec   elle.   Le   dialogue   avec   les   élèves   est   compliqué,   illes   les   poussent   dans   les   couloirs,   ne   disent   pas  
bonjour  et  ne  respectent  pas  les  locaux.  Vu  l'état  des  locaux  en  même  temps…,  me  glisse-­‐t-­‐elle.  
 
8h  –    
J'ai  terminé  mes  photocopies,  j'ai  rangé  mon  repas  de  midi  dans  le  minuscule  réfrigérateur  de  la  salle  des  
professeur·es   et   ai   jeté   un   œil   dans   mon   casier   :   deux   rapports   d'incident   de   la   veille,   toujours   pas   de  
fiche  de  paye  (la  dernière  remonte  à  trois  mois).  Le  premier  rapport  d'incident  rapporte  une  bagarre  en  
cours  d'EPS  entre  deux  élèves,  la  professeure  a  reçu  un  coup  sur  son  coude  en  essayant  de  les  séparer.  Le  

deuxième   rapport   d'incident   relate   les   propos   agressifs   d'un   élève   envers   le   professeur   de   technologie  
avant  qu'il  ne  quitte  le  cours  sans  autorisation  de  la  part  du  professeur.  
Je   traverse   les   couloirs,   passe   la   tête   dans   le   bureau   de   la   vie   scolaire   pour   saluer   mes   collègues   AED,  
passe   devant   l'accueil   où   Valentine   a   pris   son   poste   et   ouvre   la   porte   qui   donne   sur   la   cour.   C'est   la   seule  
porte   du   bâtiment   qui   gère   le   flux   des   élèves.   Illes   entrent   par   ici,   et   sortent   par   cette   même   issue   aux  
pauses.  TOU·TE·S  les  élèves  passent  par  une  seule  porte.  
 

 
L'usine  à  colère  
 
Je  traverse  la  cour  pour  rejoindre  ma  salle.  La  C5,  un  préfabriqué  de  chez  M  et  Mme  Cougnaud,  blanc  sale.  
J'entre   par   la   deuxième   porte,   celle   de   l'arrière   de   la   salle,   la   porte   de   sécurité.   La   première,   la   porte  
principale  fait  un  bruit  atroce  lorsqu'on  l'ouvre,  le  bas  de  la  porte  crissant  contre  le  sol.  Mes  chaussures  
sont   sales,   mais   pas   de   paillasson,   le   sol   se   couvre   de   mes   traces   de   pas.   Je   n'ouvre   qu'une   partie   des  
volets,   ceux   qui   ne   sont   pas   cassés,   les   néons   feront   l'affaire   en   terme   de   luminosité.   Les   radiateurs  
s'allument  doucement,  il  fait  la  même  température  qu'au  dehors.  
 
 
 
 
 

8h15  –  
Sonnerie.  
Les  élèves  attendent  le  long  du  préfabriqué.  Je  les  fais  entrer  un·e  par  un·e  dans  la  classe.  C'est  une  classe  
de   5e.   Illes   sont   25,   exactement   le   même   nombre   de   chaises   et   de   tables   qu'il   y   a   dans   la   classe.   En   terme  
de  place,  pas  une  table  de  plus  ne  pourrait  entrer  dans  le  petit  espace.  
Les  élèves  arrivent  au  compte  goutte,  en  courant,  en  finissant  leurs  conversations  de  récré.  
Une  fois  tou·tes  les  élèves  à  l'intérieur,  je  ferme  la  porte  de  secours  à  clé.  Sinon,  elle  ne  se  ferme  pas,  la  
poignée   ne   bloque   pas   la   porte   et   le   froid   entre.   Mes   élèves   sont   enfermé·e·s   à   l'intérieur   du   préfabriqué  
pendant  50  min,  jusqu'à  ce  que  je  les  libère.  
 
9h10  –  
Sonnerie.  
J'ai  déjà  exclu  de  cours  une  élève  qui  n'arrêtait  pas  de  faire  des  commentaires,  de  discuter  et  refusait  de  
travailler.  Comme  à  chaque  cours.  Depuis  son  équipe  éducative  nous  avons  noté  un  changement.  Profil  
abandonnique.   C'est   la   première   chose   qu'elle   m'a   demandé   en   début   d'année   :   "Madame,   pourquoi  
tou·tes   les   profs   s'en   vont   ?   Et   vous,   vous   allez   partir   ?".   Cette   année,   l'équipe   pédagogique   a   été  
renouvelée  à  50%.  
 
10h  –  
Sonnerie.  
Nous   avons   bien   travaillé,   après   quelques   punitions   et   heures   de   retenue   pour   essayer   de   trouver   un  
semblant  de  calme  et  une  ambiance  de  travail.  
Pendant  la  récréation,  je  suis  obligée  de  fermer  le  volet  côté  cour,  sinon  les  élèves  passent  20  minutes  à  
faire   des   gestes   obscènes,   voir   à   carrément   coller   leur   derrière   contre   la   vitre   avant   de   s'enfuir   en  
courant.  
La   cour   est   petite,   illes   n'ont   pas   assez   d'espace   pour   courir   ou   expulser   toute   l'énergie   accumulée  
pendant  ces  longues  heures  de  cours.  Au  début  de  l'année,  il  n'y  avait  pas  de  préau.  Illes  s'agglutinaient  à  
dix  sous  un  parapluie.  Après  plusieurs  demandes  auprès  du  Conseil  Départemental,  un  préau  d'appoint  a  
été  installé.  Et  les  barrières  sécurisées.  En  effet,  auparavant,  elles  étaient  en  simple  grillage  et  les  élèves  
pouvaient  s'accrocher  et  grimper  dessus,  exposant  leurs  paumes  aux  fils  de  métal  qui  dépassaient.  
J'ai  le  temps,  après  avoir  discuté  avec  deux  élèves  qui  avaient  leur  carnet  sur  mon  bureau,  de  traverser  la  
cour  pour  aller  attraper  un  bout  de  gâteau  en  salle  des  professeur·e·s.  
 
10h20  –  
Sonnerie.  
Je  me  fraye  un  passage  vers  la  sortie,  à  contre  courant  des  élèves  qui  entrent  dans  le  bâtiment.  

 
Bétaillère  à  soucis  
 
Ma  classe  de  sixième  attend  devant  le  préfabriqué.  Illes  entrent,  "Bonjour  Madaaaame".  N'enlèvent  pas  
leur  blouson  –  il  fait  trop  froid  -­‐  et  sortent  tant  bien  que  mal  leurs  affaires.  
Pendant   le   rituel,   je   m'approche   des   quelques   élèves   qui   n'ont   pas   sorti   leurs   affaires   ou   qui   sont   encore  
en  train  de  discuter.  
Kévin  a  déjà  la  tête  dans  ses  mains,  posées  sur  la  table.  Il  n'a  plus  de  sac  depuis  quelques  semaines.  Kévin  
a   13   ans,   il   est   en   sixième   mais   serait   plus   à   l'aise   en   CE2   qu'au   collège,   en   terme   de   contenus.   Sa   maman  
n'a  pas  voulu  qu'il  aille  en  SEGPA.  Il  est  en  procédure  de  placement  depuis  un  mois.  Je  le  laisse  tranquille,  
il  a  l'air  calme  pour  une  fois.  
Djihade  est  en  ULIS,  elle  vient  à  chaque  cours  de  français  depuis  la  rentrée  de  janvier.  Elle  est  plutôt  à  
l'aise,  mais  n'écrit  pas,  et  son  AVS  ne  peut  pas  venir  à  chaque  cours.  
Aboubakar   et   Juan   sont   en   UPE2A,   mais   font   quelques   heures   de   français   avec   moi.   Je   leur   donne   des  
exercices  écrits,  plus  ou  moins  adaptés,  que  je  n'aurais  pas  le  temps  de  corriger  avec  eux,  afin  qu'ils  ne  
s'ennuient  pas  trop.  
Marco  est  tout  seul  au  fond  de  la  classe.  Au  début  de  l'année  il  était  au  premier  rang,  il  participait,  malgré  
sa  forte  dyslexie.  Sa  mère  s'est  défenestrée  avant  les  vacances.  Depuis  la  rentrée  de  janvier,  il  est  ailleurs,  
son  AVS  ne  veut  plus  venir  car  il  n'est  pas  agréable  pendant  les  cours,  il  regarde  dans  le  vide,  il  n'est  plus  
le  même.  
Erwan  ne  sortait  aucun  cahier  ni  trousse  au  début  de  l'année.  Depuis  quelques  mois,  il  écrit,  il  sort  ses  
affaires,  il  me  fait  confiance.  Mais  c'est  une  confiance  fragile.  Souvent,  il  rature,  barre  ce  qu'il  écrit  sur  son  
cahier  en  maugréant  qu'il  écrit  mal,  que  ce  qu'il  écrit  n'est  pas  bien.  Il  a  mal  quelque  part  très  souvent.  
Pafois,  il  s'étrangle  avec  son  écharpe  ou  sa  main,  pendant  le  cours.  

Marina  est  une  nouvelle  élève,  elle  est  arrivée  la  semaine  dernière  de  Roumanie.  Elle  ne  parle  pas  du  tout  
français  et  est  diabétique.  Je  lui  parle  un  peu  en  anglais,  mais  c'est  difficile  pour  elle  de  comprendre  un  
énoncé.  
Mohamed   est   arrivée   de   Syrie   il   y   a   deux   mois.   Son   français   ne   s'améliore   pas.   Lorsqu'il   y   a   trop   de   bruit  
ou  que  quelqu'un  fait  un  geste  brusque,  il  sursaute  et  tremble  un  peu.  
Alexandre   est   là   aujourd'hui.   Ce   n'est   pas   souvent.   Il   parle   beaucoup,   fort,   fait   des   remarques,   répond  
lorsque  je  lui  demande  de  sortir  ses  affaires.  Et  puis  je  l'aide  à  écrire,  parce  que  tout  seul,  il  se  cache.  La  
CPE  a  fait  un  signalement.  Lorsqu'il  n'est  pas  à  l'école,  il  fait  la  manche  avec  ses  parents.  
Après   le   rituel,   les   élèves   sortent   leurs   porte-­‐vues   et   continuent   leur   plan   de   travail.   Soudain,   Kévin   se  
lève,  insulte  un  autre  élève,  je  lui  demande  de  s'asseoir.  Il  est  énervé.  
Yidali  change  de  chaise,  la  sienne  est  cassée.  C'est  la  quatrième  cette  semaine.  
Kévin   se   remet   à   insulter   son   camarade,   j'essaie   de   le   calmer,   mais   il   prend   ses   affaires,   traite   tout   le  
monde  de  "fils  de  pute"  et  claque  la  porte  en  lançant  "collège  de  merde  !".  J'envoie  la  déléguée  à  la  vie  
scolaire,   envoie   un   mail   à   tou·tes   les   AED.   Kévin   a   sauté   le   portail   la   semaine   dernière   déjà.   Devant   le  
portail  du  collège,  il  y  a  une  route,  un  arrêt  de  bus  et  beaucoup  de  circulation.  
 
11h10  –  
Sonnerie.  
Les   élèves   sortent   en   trombe,   sans   attendre   mon   aval.   Je   range   mes   affaires,   une   collègue   arrive   derrière  
moi   avec   une   classe   de   5e   agitée.   Elle   n'a   pas   sa   salle.   A   cause   des   travaux,   certain·e·s   collègues  
déménagent  de  salle  en  salle  tout  au  long  de  la  journée.  Les  entrées  et  les  sorties  de  classe  sont  alors  plus  
compliquées  à  gérer.  

 
Ceci  n'est  pas  une  porte  

Je  sors.  Beaucoup  d'élèves  sont  dans  la  cour,  en  attendant  que  la  cantine  ouvre  ses  portes.  Beaucoup  de  
professeur·e·s  sont  absent·e·s,  souvent  en  congés  maladie,  ou  souvent  tout  simplement  parce  qu'il  n'y  a  
aucun·e  professeur·e  disponible.  Depuis  le  début  de  l'année,  il  y  a  eu  plus  de  mille  heures  de  cours  non  
assurées   car   les   professeur·e·s   en   arrêt   maladie   n'étaient   pas   remplacé·e·s.   La   principale   fait   pourtant  
son  maximum,  elle  appelle  Pôle  Emploi  tous  les  jours  et  a  mis  des  annonces  sur  leboncoin.fr.  
Elle   a   trouvé   la   professeure   d'Allemand   comme   ça.   Celle   qui   habite   à   120km   du   collège,   fait   28h   de   cours  
pas  semaine,  a  une  enfant  handicapée  et  qui  s'est  donc  mise  en  arrêt  maladie  au  bout  de  trois  mois.  
En  salle  des  professeur·e·s,  je  discute  avec  Mélanie,  une  AVS.  Elle  n'a  toujours  pas  de  fiche  de  paye  depuis  
le  début  de  son  contrat.  On  lui  demande  à  la  CAF,  à  la  banque.  Mais  elle  a  beau  appeler,  personne  ne  lui  
répond  positivement.  La  DSDEN  lui  doit  plus  de  600€  depuis  le  début  de  son  contrat.  En  effet,  elle  a  trois  
enfants,   elle   est   toute   seule,   mais   elle   ne   touche   pas   son   complément   familial.   Et   la   dame   qui   s'occupe   de  
son  dossier  lui  a  rétorqué  au  téléphone,  la  dernière  fois  que  Mélanie  a  essayé  de  lui  demander  où  en  était  
son   complément   familial,   qu'elle   n'avait   pas   que   ça   à   faire,   qu'illes   étaient   débordé·es,   qu'illes   ne  
pouvaient  pas  se  permettre  de  faire  du  suivi  individuel  et  qu'elle  aurait  son  complément  familial  en  avril  !  
Par   contre,   illes   ont   bien   pensé   à   lui   ôter   ses   jours   de   carence   lorsqu'elle   a   attrapé   la   grippe   le   mois  
dernier.  
 
12h15  –  
Sonnerie.  
Valérie,   une   autre   AVS   entre   en   pleurant   dans   la   salle   des   professeur·e·s.   Elle   n'en   peut   plus,   elle   veut  
arrêter.   Un   des   élèves   qu'elle   suit   n'arrête   pas   de   l'insulter,   continuellement.   Il   est   en   ULIS,   c'est   son  
handicap.  Valérie  sort  en  prenant  une  cigarette,  elle  avait  arrêté  de  fumer  le  premier  janvier  2018.  
 
12h30  –  
J'ai   mangé   rapidement   dans   la   minuscule   salle   aux   deux   fours   micro   ondes   fatigués.   Ce   midi,   réunion.  
C'est   le   deuxième   midi   de   la   semaine   où   nous   avons   une   réunion.   Conseil   de   niveau   avec   le   principal  
adjoint.  Il  est  nouveau,  le  principal  adjoint.  Il  est  jovial,  le  principal  adjoint.  Il  vient  boire  des  thés  en  salle  
des  professeur·e·s,  fait  des  blagues  au  portail  à  base  de  taser,  de  chiens  et  de  flashball  en  comparant  les  
élèves  à  de  dangereu·ses·x  animaux  et  tutoie  Marion,  la  jeune  AED  qui  était  élève  ici  avant  et  qui  essaie  
de  l'éviter  dans  les  couloirs.  Quand  la  principale  a  fait  une  chute  de  tension,  juste  avant  de  s'arrêter  une  
semaine   avant   les   vacances,   il   a   passé   beaucoup   de   temps   à   serrer   des   mains,   à   faire   des   grands   sourires  
à   tout   le   monde.   La   principale   m'a   avoué   qu'elle   avait   dû   terminer   quelques   travaux   plusieurs   fois  
pendant  son  arrêt  maladie,  faisant  fi  de  sa  tension.  
Je  n'y  vais  pas,  à  cette  réunion,  j'anime  le  club  théâtre  avec  une  collègue.  Nous  n'avons  pas  les  clés  de  la  
salle  d'animation.  De  toutes  façons,  la  porte  est  cassée  donc,  pour  ne  pas  que  les  élèves  y  entrent  pendant  
les   pauses,   Marc   a   mis   une   grosse   chaine.   Marc,   il   répare   tout,   il   passe   le   chasse-­‐neige   dans   la   cour,  
ramasse   les   feuilles   mortes,   dit   bonjour   à   tout   le   monde   avec   un   grand   sourire,   il   a   toutes   les   clés,   mais   il  

n'a   pas   de   contrat   annuel.   Il   a   des   contrats   d'une   semaine,   d'un   mois,   renouvelables,   renouvelés.   Mais   en  
attendant   d'avoir   un   contrat,   un   vrai   contrat   (un   CDD   d'un   an,   ou   un   CDI),   il   ne   peut   pas   occuper  
l'appartement  de  fonction  du  collège,  ni  faire  venir  sa  famille  depuis  l'autre  côté  de  Lyon.  
Les  élèves  passent  par  l'autre  porte,  qui  donne  sur  la  sortie  des  professeur·e·s,  où  illes  n'ont  pas  le  droit  
d'aller  en  temps  normal.  Tant  pis  pour  les  retardataires.  
 
13h42  –  
Sonnerie.  
J'ai  rendez-­‐vous  avec  une  maman  d'élève  et  la  CPE.  Son  fils  est  violent  depuis  quelques  semaines.  Il  est  en  
colère,  il  a  du  mal  à  contenir  ses  gestes  et  ses  paroles  brusques  en  classe  et  en  dehors.  La  maman  nous  dit  
qu'il   est   pareil   à   la   maison,   qu'il   passe   beaucoup   de   temps   sur   les   écrans,   qu'il   ne   sort   plus   beaucoup.  
Nous   les   dirigeons   vers   la   Maison   des   Ado,   les   éducateurs   et   les   éducatrices   de   rue,   afin   qu'il   puisse  
parler  à  quelqu'un·e,  essayer  de  mettre  des  mots  sur  ce  qui  ne  va  pas.  La  CPE  lui  remet  un  blâme,  à  cause  
d'une  bagarre  la  semaine  précédente.  Elle  m'avait  prévenue  avant  l'entretien,  le  père  de  l'élève  a  appelé  il  
y   a   une   semaine,   pour   s'enquérir   de   la   scolarité   de   son   fils.   Nous   n'avions   jamais   entendu   parler   d'un  
père   auparavant.   Il   n'a   pas   la   garde,   nous   n'étions   donc   pas   en   mesure   de   lui   fournir   des   informations,   ni  
de  pouvoir  en  parler  à  l'élève  en  question  ou  à  sa  maman.  
 
14h40  –  
Sonnerie.  
J'ai  rendez-­‐vous  avec  une  autre  maman.  Je  l'ai  appelée,  plusieurs  fois.  Elle  ne  sait  ni  lire  ni  écrire  et  ne  
parle  pas  bien  le  français,  c'est  donc  avec  sa  plus  grande  fille  que  j'ai  souvent  pu  dialoguer.  Le  rendez-­‐
vous   était   pris   avec   les   trois,   la   mère,   la   fille   et   le   fils,   dont   le   comportement   est   préoccupant   depuis  
plusieurs   années.   Elles   ne   viennent   pas   et   ne   répondent   pas   au   téléphone.   C'est   le   troisième   rendez-­‐vous  
manqué  cette  année.  
Je   croise   une   des   infirmières   qui   m'indique   qu'un   de   mes   élèves   est   à   l'infirmerie,   il   a   mis   son   poing  
contre   un   mur   tout   à   l'heure   pour   éviter   de   le   mettre   contre   le   visage   d'un   autre   élève.   C'est   la   troisième  
fois   qu'il   se   fait   mal   à   la   main   droite   depuis   le   début   de   l'année,   de   cette   manière.   Il   est   paniqué,   sa   mère  
ne  peut  pas  venir  le  chercher,  il  pleure,  il  me  dit  qu'il  veut  se  suicider.  
 
15h40  –    
Sonnerie.  
C'est   la   dernière   heure.   Je   devais   être   en   co-­‐enseignement   avec   un   collègue   d'anglais,   mais   il   est   en   arrêt  
maladie  depuis  qu'une  mère  d'élève  l'a  accusé  de  viol  sur  sa  fille.  Il  a  fait  un  burn  out  après  être  passé  au  
commissariat  pour  déposer  plainte  pour  diffamation.  
Je   papote   avec   une   collègue   de   mathématiques   en   salle   des   professeur·e·s,   elle   a   terminé   à   midi,   mais  
attend  d'autres  collègues  pour  covoiturer.  Elle  est  enceinte  de  3  mois  et  débutera  son  congé  maternité  en  

juin.  En  attendant,  elle  supporte  ses  4,5  HSA  avec  patience.  Tout  à  l'heure  elle  a  eu  très  peur,  un·e  élève  
l'a  poussée  dans  les  couloirs  et  elle  a  senti  un  coup  de  coude  contre  son  ventre.  
 

 
Le  couloir  de  la  mort  
16h35  –  
Sonnerie.  
Les   collègues   attendu·e·s   arrivent   en   salle   des   professeur·es.   Illes   rentrent   tou·tes   les   trois   en   voiture  
chez  elleux,  à  90km  d'ici,  illes  sont  TZR,  en  poste  à  l'année.  
Je  me  dirige  vers  ma  salle.  J'ai  deux  élèves  en  retenue  avec  moi  ce  soir.  Illes  viennent  travailler  pendant  
que  je  remplis  le  cahier  de  texte  sur  Pronote.  C'est  moins  lourd  pour  la  vie  scolaire  et  plus  efficace  pour  
elleux  car  je  peux  les  aider.  
 
17h30  –  
Je  salue  mes  élèves  et  termine  de  ranger  ma  classe.  

 
Lutte  des  classes  

 
18h  –  
Réunion   de   CA   extraordinaire,   la   principale   a   pensé   qu'il   était   urgent   que   l'on   cherche   des   solutions  
ensemble,   ses   appels   au   DASEN   et   au   Conseil   Départemental   restant   sans   réponse.   Ressortira,   entre  
autres,   de   cette   réunion   un   nouvel   accessoire   pour   les   AED   :   un   gilet   jaune.   Prévenir   le   manque   de  
moyens  par  une  visibilité  plus  accrue,  pourquoi  pas.  
 
19h30  –  
Je   rentre   chez   moi,   en   repensant   à   ma   formation   à   l'ESPE,   l'année   dernière   :   complète,   formatrice,  
éclairante,  fiable,  solide,  miroir  de  la  réalité.  
 
 
 
Une  professeure  titulaire  en  première  année,  
en  REP,  en  Haute  Savoie  


Aperçu du document Pour le Pavé 74.pdf - page 1/9

 
Pour le Pavé 74.pdf - page 2/9
Pour le Pavé 74.pdf - page 3/9
Pour le Pavé 74.pdf - page 4/9
Pour le Pavé 74.pdf - page 5/9
Pour le Pavé 74.pdf - page 6/9
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00580969.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.