Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



2ème phase du projet de construction du PAK .pdf



Nom original: 2ème phase du projet de construction du PAK.pdf
Titre: 2ème phase du projet de construction du PAK
Auteur: EBANGA zibi William

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Canva / 3-Heights(TM) PDF Optimization Shell 4.8.25.2 (http://www.pdf-tools.com), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 06/04/2018 à 14:52, depuis l'adresse IP 195.24.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 125 fois.
Taille du document: 2.7 Mo (12 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


AFRIPORT
NEWS Online
N ° 00018

TRANSPORT
CAMEROUN : ENTRE 2005 ET
2017, L’ACTIVITÉ D’IMPORTEXPORT PAR CONTENEURS
AU PORT DE DOUALA, A CRU
DE 190%
Janvier  - Fevrier 2018

Journal en ligne de l'Association Africaine de Développement Portuaire (AFRIPORT)
Membre de Port - Synthèse, la Communauté Portuaire de Douala

Le Cameroun lance le processus de
développement de la 2ème phase du
projet de construction du port en eau
profonde de Kribi

DOUANES
Le Cameroun fixe le
cadre réglementaire des
taxes douanières dues
lors de la réexportation
des marchandises

INTERVIEW
LES METIERS
MARITIMES PAR
M. JEAN MARC
MICHEL,
DIRECTEUR DE
BOLUDA
CAMEROUN

LOGISTIQUE
ouverture de la
succession de BolloréAPMT sur le terminal à
conteneurs du port de
Douala, 2 ans avant la
fin de la concession

A PROPOS

Le Port de Douala avec la RCA, une économie en
route pour le relèvement
Pays sans accès direct à la mer, mais doté
d’importantes ressources naturelles, la République
Centrafricaine est classée au rang des pays les plus en
proie aux difficultés économiques dans le monde. Son
PIB par habitant s’élève à 382,21 USD en 2016
(183ème sur 185). Le pays compte 5,1 millions
d’habitants sur une superficie de 623 000 km2, et il a
été profondément affecté par les conflits de 2013.
La situation politico-sécuritaire s’est depuis
relativement stabilisée, permettant ainsi au pays de
démarrer sa phase de reconstruction. En 2016, la RCA
a connu une croissance de 4,5%, découlant de
plusieurs facteurs, entre autres l’amélioration du
contexte sécuritaire, la reprise des activités des
secteurs primaires que sont l’agriculture et
l’exploitation forestière, et le redémarrage des
échanges le long du corridor Douala-Bangui, les biens
de consommation étant majoritairement importés du
Cameroun.
Cette croissance a été soutenue en 2017 par la hausse
des activités de grumes (qui compense la baisse
drastique des cultures vivrières et des activités
d’élevage) dont la commercialisation se fait
principalement par le Port de Douala, la croissance du
secteur secondaire de 3,7%, et celle du tertiaire à plus
de 2,8%.
Pour 2018, les hypothèses macroéconomiques
retenues par les services du Fonds Monétaire
International (FMI) considèrent que le pays devrait
poursuivre à moyen terme le redressement de sa
croissance et de ses finances publiques. La croissance
réelle du PIB est attendue à 5,5% en moyenne sur la
période 2016-2019 grâce à la reprise de l’activité et à
la relance de l’investissement public.
Le PAD et la Communauté Portuaire de Douala sont
résolument engagés à soutenir le relèvement de la
RCA. Ce soutien a été manifesté d’une part, à travers
la participation active du PAD au Forum des
Investisseurs tenu à Bangui en novembre 2017, et
d’autre part, le choix de Bangui pour abriter, en 2019,
le « 3èmeForum Tripartite RCA-Tchad-Cameroun sur
la facilitation du transit des marchandises par les
ports de Douala et de Kribi ».
 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 03

PORT AUTONOME DE DOUALA
REPRESENTATION DU PAD A BANGUI EN
REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
« La nouvelle dynamique portuaire au cœur de l’Afrique
Centrale »
Le Port de Douala, Port de l’Afrique Centrale
La position stratégique du port de Douala lui permet
de desservir un vaste hinterland constitué, outre le
Cameroun, de la République Centrafricaine, du
Tchad, du Gabon, de la Guinée Équatoriale, du Nord
Congo, du Sud-est Nigeria. La vocation régionale du
port de Douala, port naturel du Tchad et de la RCA,
se traduit par une volonté sans cesse croissante des
acteurs de la place portuaire de Douala de faire des
opérateurs économiques de ces deux pays, des
partenaires à part entière de la communauté
portuaire.
C’est tout le sens des missions commerciales qui sont
organisées, à fréquences régulières, vers ces
destinations. C’est aussi pourquoi il a été attribué des
espaces à certaines administrations de ces pays, qui
déploient des antennes sur la place portuaire. Le
Guichet Unique de transit de la RCA, logé au centre
des affaires maritimes, la création des
Représentations du PAD à Bangui (RCA) et à
N’Djamena (Tchad), participent de cette logique.
Par les quais BOSCAM & CIMENCAM du Port de
Douala, le Cameroun approvisionne :  la Guinée
Equatoriale, le Gabon, Sao Tomé & Principe, le
Nigeria, le Congo (Brazzaville), la République
Démocratique du Congo.
LA REPRESENTATION DU PAD A BANGUI EN
REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
La Représentation du Port Autonome de Douala à
Bangui en République Centrafricaine a été créée par
le Conseil d’Administration du PAD le 30 décembre
2016.  

A PROPOS | LE PORT DE DOUALA AVEC LA RCA, UNE ÉCONOMIE EN ROUTE POUR LE RELÈVEMENT

Mission :
La Représentation du PAD à Bangui a pour mission de
représenter le Port Autonome de Douala en République
Centrafricaine.
Placée sous l’autorité d’un Chef de Représentation, elle
est chargée d’assurer :
• La défense des intérêts du Port Autonome de Douala
dans son ensemble en République Centrafricaine ;
• La facilitation des échanges commerciaux entre le
Port Autonome de Douala et la République
Centrafricaine, par la collecte et la transmission des
informations utiles à l’évolution et à la fluidité du trafic ;
• La recherche de nouveaux clients et la fidélisation de
la clientèle en provenance de la République
Centrafricaine ;
• La promotion commerciale du Port de Douala ;
• Le relais de la Communauté Portuaire de Douala en
République Centrafricaine ;
• La mise à niveau des opérateurs des services de
transport et de transit ;
• Le suivi de la collaboration avec les organismes
institutionnels en République Centrafricaine ;
• La proposition et la mise en œuvre de toutes actions
pouvant concourir au renforcement des relations et de
la collaboration avec les organismes institutionnels
nationaux et sous régionaux basés en République
Centrafricaine, dans le cadre des projets de facilitation
du secteur des transports et pour le développement
d’une synergie d’actions communautaires.
Localisation :
La Représentation du PAD à Bangui est située à
l’Avenue Conjugo Pont RDC, près de la Place des
Nations Unies, avant l’Ecole Inter-Etats des Douanes de
la CEMAC.
  
AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 04

       Un relais pour l’ensemble de la Communauté
Portuaire de Douala
Selon ses attributions, la Représentation du PAD à
Bangui assure le relais de la Communauté Portuaire
de Douala, Port-Synthèse, que préside le Directeur
Général du PAD. Il y a lieu de préciser que le Port
Autonome de Kribi (PAK) participe régulièrement
aux travaux de Port-Synthèse.

INFRASTRUCTURE

Le Cameroun lance
le processus de
développement de
la 2ème phase du
projet de
construction du port
en eau profonde de
Kribi
L’Etat camerounais, à travers la direction
générale du Port autonome de Kribi (PAK),
entreprise chargée de la gestion du port en
eau profonde de Kribi, construit dans la
région du Sud, a lancé, le 8 février 2018, un
appel international à manifestation

 d’intérêt, en vue du recrutement de
la mission de contrôle technique
pour le développement de la 2ème
phase de construction du port en eau
profonde de Kribi.
 Les cabinets ou groupements
intéressés ont jusqu’au 23 mars
2018, à 13 h, pour faire parvenir
leurs offres au cabinet du directeur
général du PAK.
 La mission technique à recruter
devra, apprend-on, «examiner la
conformité et donner des avis
techniques sur les dossiers préparés
par la China Harbour Engineering
Company (CHEC), de manière à
servir d’éléments d’aide à la décision
au profit du maître d’ouvrage». 
Pour rappel, la 2ème phase de la 

 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 05

construction du port en eau
profonde de Kribi prévoit la mise
 en place d’un 2ème terminal à
conteneurs, doté d’un quai de 700
m (contre 350m pour le premier),
ainsi que la construction d’un
terminal fer et d’un terminal
hydrocarbures.
Si le premier ouvrage sera
construit par la société chinoise
CHEC, sur financement
d’Eximbank China, les terminaux
fer et hydrocarbures, eux, seront le
fruit des joint-ventures entre les
entreprises impliquées dans le
projet d’exploitation du gisement
de fer de Mbalam (Sundance
Resources et ses partenaires), et
celui de la production du gaz
liquéfié au large de Kribi (SNH,
Perenco).

DOUANES

Le Cameroun fixe le
cadre réglementaire des
taxes douanières dues
lors de la réexportation
des marchandises

Dans sa circulaire datée du 4 janvier 2018, le directeur
général des Douanes, Fongod Edwin Nuvaga (photo), fixe
le cadre réglementaire des taxes dues, lors de la
réexportation au Cameroun, au cours de l'exercice 2018.
Il indique, à cet effet, que les redevables qui souhaitent
réexporter une marchandise précédemment importée en
exonération partielle ou totale des droits et taxes de
douane ou en suspension desdits droits, doivent procéder
au préalable au paiement de la fraction ou de la totalité
des taxes douanières non liquidées au moment de
l’importation.
Cette disposition concerne aussi bien les marchandises
réexportées ou réexpédiées en l’état que celles qui ont
fait l’objet d’une ouvraison réduite.
A titre d’illustration, explique Fongod Edwin Nuvaga, le
riz supporte un tarif extérieur commun dont le taux légal
est de 20% à l’importation. La loi de finances 2016 a
périodiquement déclassé ce produit et ramené sa
taxation au taux réduit du droit de douane de 5%.
Ainsi, si une entreprise X souhaite réexpédier vers le
Gabon une cargaison de riz sur laquelle elle a
précédemment acquitté un droit de douane de 5%, lors de
son entrée au Cameroun, elle doit préalablement saisir le
service des douanes compétent afin que soit récupéré le
complément de 15% non liquidé lors de l’importation.
Il en est de même pour les produits tels que le sucre ou
même le savon de ménage qui est généralement fabriqué
au Cameroun sur la base de l’huile de palme brute
importée, le plus souvent, en exonération totale ou
partielle, en fonction des politiques des programmes
gouvernementaux

 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 06

LOGISTIQUE

ouverture de la
succession de BolloréAPMT sur le terminal à
conteneurs du port de
Douala, 2 ans avant la fin
de la concession

Cyrus Ngo’o, le directeur général du Port autonome de
Douala (PAD), entreprise publique qui gère la plateforme
portuaire la plus importante du Cameroun (en attendant la
mise en service du port en eau profonde de Kribi), a lancé, le
12 janvier 2018, un appel public international à
manifestation d’intérêt, en vue de la présélection des
opérateurs portuaires devant participer à «l’appel à
consultation restreinte, pour la rénovation, la
modernisation, l’exploitation et la maintenance du terminal à
conteneurs du port de Douala-Bonabéri».
«La gestion, l’exploitation et la maintenance du terminal à
conteneurs de Douala-Bonabéri sont assurées, depuis le 1er
janvier 2005, par l’entreprise Douala International Terminal.
Le volume des conteneurs traités en 2015 est d’environ 380
000 EVP», souligne le document rendu public par le PAD, qui
est ainsi sans équivoque sur une information plutôt relative à
la création d’un second terminal à conteneurs au port de
Douala-Bonabéri.
En clair, cet appel à manifestation d’intérêt consacre
l’ouverture de la succession du consortium Bolloré-APMT,
actionnaire majoritaire de Douala International Terminal
(DIT), l’entreprise contrôlée à 10% par le PAD lui-même, et
qui gère, depuis 2005, la concession du terminal à
conteneurs du port de Douala-Bonabéri.
La particularité de cet appel à manifestation d’intérêt réside
cependant dans le fait qu’il intervient à 2 ans de la fin de la
concession (décembre 2019) attribuée au couple BolloréAPMT, sur le terminal à conteneurs du port de Douala.
«Avant la fin de la concession, il y a déjà certaines choses
qu’il faut corriger», confie laconiquement une source interne
au PAD, pour justifier cette accélération dans l’ouverture du
processus de sélection d’un opérateur du terminal à
conteneurs du port de Douala-Bonabéri.

TRANSPORT

Cameroun :
entre 2005 et
2017, l’activité
d’import-export
par conteneurs
au port de
Douala, a cru de
190%

Sur une période de 12 ans, Douala
International Terminal (DIT), le
concessionnaire du terminal à
conteneurs du port de Douala, dans
la capitale économique du
Cameroun, a vu le volume de ses
activités passer du simple, à
pratiquement le triple.
C’est ce qu’a révélé le 12 janvier
dernier à Douala, Frederik Klinke
(photo), le directeur général (Dg) de
cette entreprise, au cours d’une
cérémonie de remise de médailles
d’honneur et du travail à 77 de ses
collaborateurs.
Dans le détail, a-t-on appris, les
volumes manutentionnés par DIT sur
le terminal à conteneurs deDouala
sont passés de 131.994 conteneurs
équivalents vingt pieds (Evp) 

 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 07

 au début de la concession en 2005,
à près de 386.500 Evp en 2017,
soit une hausse de plus de 190% ;
ce qui permet à cette entreprise de
revendiquer un chiffre d’affaires
d’environ 55 milliards de francs
Cfa de nos jours.
«Sans vous, nos résultats ne seraient
pas à ce niveau. Ces performances
sont le résultat de votre engagement
et de votre détermination. Je vous en
sais gré et vous félicite. La cérémonie
de ce matin n’est donc qu’un
couronnement et une
reconnaissance solennelle de votre
participation à l’évolution du fleuron
de l’industrie portuaire qu’est DIT.»,
a confié le Dg, s’adressant à
l’ensemble du personnel.

INTERVIEW DE M. JEAN MARC
MICHEL, DIRECTEUR DE BOLUDA
CAMEROUN

Interview accordée à Afriport News Online par M.
Jean Marc Michel, Directeur de BOLUDA Cameroun,
société spécialisée dans le remorquage portuaire et
maritime. M Jean Marc MICHEL est officier marine
marchande de formation et ancien navigant.
Il est lui-même issu d’un centre de formation maritime
et a accepté d’accorder cette interview à notre journal,
en prélude à un exposé qu’il doit livrer très bientôt à des
étudiants intéressés par les métiers maritimes.  
Afriport news Online : Bonjour Monsieur le
Directeur et merci de nous recevoir.
Jean Marc Michel : Merci à votre journal de m’avoir
sollicité, et surtout pour l’intérêt porté aux professions
maritimes.
Afriport news Online : Avant toute chose, nous avons
bien compris que vous êtes vous-même un ancien
marin, pourquoi avoir choisi ce métier ?
Jean Marc Michel : C’est vrai que natif de l’Est de la
France, voilà bien un métier qui était totalement absent
du cadre familial. Le hasard me l’a fait croiser et mon
envie de marginalisation a fait le reste. Je ne regrette
vraiment pas ce choix qui m’a permis très jeune de
découvrir des pays lointains, de gagner très bien ma vie
et de réussir à cloisonner le travail et les congés.
Imaginer un jeune de 20 ans qui débarque à Singapour,
qui navigue le long de la banquise ou qui passe le Cap de
Bonne espérance pour finir dans les pubs de Cardiff ou
les « fish and ships » d’Amsterdam, tout ça dans le cadre
du travail!
Et puis, je vous reprendrais dans votre question, je ne
suis pas ancien marin ; marin on le reste à vie, je dirais
même qu’on cultive cette différence que nous portons
avec une certaine fierté.
Afriport news Online : Cela semble un métier
effectivement merveilleux, mais qu’en est il de la vie de
famille ?
Jean Marc Michel : On embrasse la carrière de marin
du commerce quant on est jeune, à ce moment là, la
famille n’est pas omniprésente. Ensuite, en cas de
mariage, c’est en connaissance de cause que cela se fait.
La formation est bonne, le marin peut toujours se
recycler à terre ou alors, la famille s’adapte au rythme
imposé par le métier.
Si l’on compare le travail à terre et les rotations du
marin, alors que le marin embarque pour 45 jours 

 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 08

M. Jean Marc Michel, Marin et Directeur de BOLUDA CAMEROUN

qu’il va consacrer uniquement au travail, il va débarquer pour 45
jours de congés acquis durant les quels il pourra se consacrer
entièrement à sa famille sans aucune préoccupation
professionnelle.
Suivant les types de navigation, les rotations peuvent varier
sensiblement.
Afriport news Online : Comment se fait l’accès à bord ?
Jean Marc Michel : Le Marin de commerce occupe un emploi dans
la marine marchande sur un navire de charge, un navire à
passagers, un navire de servitude ou un navire spécialisé.
Afriport news Online : Comment se fait l’accès à bord ?
Jean Marc Michel : L’accès à bord ne peut se faire qu’après une
formation maritime, sanctionnée par un  panel de diplômes qui
sont régis internationalement par la convention STCW
(Convention on Standards of Training, Certification and
Watchkeeping for Seafarers) de l’Organisation maritime
internationale (OMI). Les cours sont dispensés dans des Ecoles de
la Marine Marchande, dans le monde entier tant que celles-ci
soient agrées par l’OMI. Les candidats à cette profession sont
soumis à une visite médicale d’aptitude à la navigation, ce
certificat est délivré par un médecin des gens de mer. Après une
période de navigation obligatoire, l’officier diplômé devient
breveté. Tous les marins embarqués dans un navire forment
ensemble l’équipage de ce navire. Ils  relèvent de la décision
d’effectif du navire, qui détermine le nombre de marins à bord et le
niveau de brevet de chaque poste.
Afriport news Online : comment est ce que vous vous retrouvez
aujourd’hui à la tête de BOLUDA Cameroun, étant muni d’un
brevet de marin ?
.

INTERVIEW | M. JEAN MARC MICHEL, DIRECTEUR GÉNÉRAL BOLUDA CAMEROUN

Jean Marc Michel : Il s’agit là d’une évolution logique.
Dans les armements maritimes, nous trouvons
obligatoirement des gens « à terre » pour coordonner
l’activité, et qui mieux qu’un ancien navigant du groupe
pour répondre à cette fonction ?
De plus, la formation maritime est d’une telle richesse
qu’elle vous donne de multiples opportunités pour
poursuivre votre carrière en dehors du navire.
Afriport news Online : En d’autres termes, après avoir
suivi une formation solide en tant que marin, vous pouvez
vous reconvertir aisément ?
Jean Marc Michel : Tout à fait, le brevet maritime est
véritablement une garantie d’emploi dans de très
nombreux domaines professionnels, même « à terre ».
Maintenant, la formation maritime vous prédestine à
l’embarquement avant tout.
Afriport news Online : Tout ceci reste assez inconnu du
grand public, pouvez-vous nous préciser ce qu’est la
formation maritime et les tâches liées aux différents
diplômes? 
Jean Marc Michel:  Quel que soit le brevet que vous
visez, il vous faudra d’abord suivre une formation dans
une école maritime pour obtenir un diplôme maritime.
Une période de navigation dans la qualification
immédiatement inférieure est ensuite nécessaire pour
obtenir le brevet souhaité. A chaque brevet professionnel
correspond un niveau de fonctions que vous pourrez
exercer à bord d’un navire selon sa taille pour le pont ou
sa puissance pour la machine.
Afriport news Online : Quelles sont les fonctions
auxquelles peuvent aboutir les brevets professionnels ?
Jean Marc Michel : Différentes fonctions sont liées à
différents brevets. Dans un navire, on trouve les
spécialités du pont et de la machine. On y distingue les
officiers et le personnel d’exécution, qui tous sont sous
les ordres du Capitaine, nommé par l’armateur du navire
qu’il représente en plus de l’affréteur et des divers
managers qui opèrent le navire. Pour les officiers du pont,
nous trouvons:
- Capitaine de navire
- Second capitaine
- Lieutenant de navigation
Vient ensuite le personnel d’exécution qui doit aussi
passer par une formation professionnelle maritime.
- Bosco, Maître d’équipage
- Matelot
Le capitaine (ou commandant) est au sommet de la
hiérarchie des officiers de la marine marchande. Il a sous
ses ordres un équipage dont l’importance varie selon la
taille du navire et le type d’activité. C’est lui qui assure la
sécurité des passagers éventuels et de l’équipage, le
transport des marchandises et amène le chargement et le
navire à bon port. Le capitaine est responsable de tout et
tous à bord.  Il doit assumer des responsabilités
 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 09

 commerciales et humaines, il est le garant de
l’expédition maritime qui est préparée par le bord,
généralement le lieutenant navigation prépare la route
qui est ensuite vérifiée, corrigée, amendée par le
capitaine. Il organise également les exercices sécurité.
Afriport news Online : Il doit donc avoir des
connaissances sur les différentes fonctions qui lui sont
inférieures ?
Jean Marc Michel : Exactement ! Il se doit de connaître
son navire, ses équipages, l’environnement et doit aussi
tenir compte de l’état mécanique de son navire. Il peut
être secondé par un second capitaine dans cette tâche.
Afriport news Online : En quoi consistent les tâches
des autres officiers sur le pont?

INTERVIEW | M. JEAN MARC MICHEL, DIRECTEUR GÉNÉRAL BOLUDA CAMEROUN

Jean Marc Michel : Nous y trouvons des officiers
qui, à la passerelle ou sur le pont, ont pour tâche de
suivre les instructions de route validées par le
capitaine, de veiller à la sécurité tant de la
navigation que du navire, d’organiser le travail
d’entretien exécuté par les équipages.
Afriport news Online : Et aux machines, comment
cela se passe t’il ?
Jean Marc Michel : Comme au pont, nous y
trouvons les deux corporations : officiers et
personnel d’exécution.
Les brevets d’officiers sont :
- Chef mécanicien
- Second mécanicien
- Officier mécanicien
Ces officiers hiérarchisés commandent :
- Maître électricien
- Maître machine
- Ouvrier mécanicien
Afriport news Online : Qui est le Chef Mécanicien
? Sous quelle autorité se trouve-t-il ?
Jean Marc Michel : Le Chef mécanicien est placé
sous la seule autorité du commandant mais il
dispose d’une grande autonomie. Il le tient informé
de l’état de marche du navire et des incidents ou
des avaries éventuels, ainsi que des travaux en
cours ou à prévoir. Il peut entrer en liaison avec les
services de l’armement à terre (ingénieur
d’armement, là aussi presque toujours un ancien
navigant) pour trouver des solutions aux
problèmes techniques les plus complexes. Il doit
travailler en bonne intelligence avec le service «
pont ».
Afriport news Online : Poste à responsabilités,
quels sont les collaborateurs directs du Chef
mécanicien ?
Jean Marc Michel : Le Chef mécanicien encadre et
dirige tous les marins du service machine : officiers
machines et mécaniciens, électriciens, etc.
Afriport news Online : quelles tâches pour ces
officiers ?
Jean Marc Michel : officiers machines et
mécaniciens, électriciens sont chargés du bon
fonctionnement des machines qui fournissent
24h/24 et 7j/7 les énergies mécaniques et
électriques indispensables à la marche et à
l’exploitation du navire. Ainsi le moteur principal
doit assurer sans défaillance la propulsion du
navire et les moteurs auxiliaires fournir 
 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 10

INTERVIEW | M. JEAN MARC MICHEL, DIRECTEUR GÉNÉRAL BOLUDA CAMEROUN

l’électricité pour toutes les installations du bord.
Pour ne citer que ces points, l’équipe machine sous
la supervision du chef mécanicien doit veiller au 
bon fonctionnement des moteurs de propulsion,
groupes électrogènes, ventilateurs, compresseurs,
pompe, systèmes hydrauliques, fabrication d’eau
douce à partir de l’eau de mer, chaudières,
chauffage, climatisation, réfrigération ainsi qu’aux
installations électriques et à l’ électronique comme
les instruments de navigation, conduites
automatique de machines, centrale d’alarmes et de
surveillance, ordinateurs, etc.
Le service machine veille aussi au bon
fonctionnement des installations dédiées à la
cargaison et aux opérations commerciales.
Afriport news Online : Quels sont les brevets
nécessaires à l’exercice de capitaine ou de chef
mécanicien ?
Jean Marc Michel : Les brevets nécessaires à
l’exercice de capitaine ou de chef mécanicien au
service machine sont fonction de la taille du navire,
de la puissance propulsive et de l’expérience
acquise en mer.
A la marine marchande, selon la filière de formation
suivie, vous pouvez être officier monovalent.
Les écoles Nationales supérieures Maritimes
(ENSM) proposent des formations en 3 ans
d’officiers chefs de quart monovalents, pont ou
machine accessibles avec un niveau première ou
terminale.
Des formations existent également pour les postes
de matelots, CAP mécanicien ou électricien de bord,
accessibles dés le niveau troisième et même avant
dans des EAM et CETM. (École d’apprentissage
maritime et collège d’enseignement technique
maritime)
Après le bac ou niveau, pour devenir officier de la
marine marchande au pont, vous pouvez suivre la
filière de formation monovalente qui aboutit à
 l’Officier pont qui est recruté sur dossier, après
avoir suivi trois années de formation. 30% des cours
de première année et 75% en 3e année sont en
anglais, pour faciliter l’intégration au yachting, à la
croisière et à l’offshore.
Pour la machine, l’officier mécanicien, Officier
machine, est recruté sur concours en terminale
technique ou après le bac de préférence
scientifique, ils suivent trois années de cours et
obtiennent le diplôme d’Officier chef de quart
machine/Chef 8000kW.
Ils pourront prétendre aux brevets monovalents
suivants :

 AFRIPORT NEWS ONLINE | PAGE 11

- Brevet de chef mécanicien 3 000 kW
- Brevet de chef mécanicien 8 000kW
- Brevet de chef mécanicien 15 000 kW
Muni de ces diplômes, lorsque vous avez navigué 12
mois en qualité d’élève à la passerelle ou à la
machine d’un navire de commerce, vous obtenez le
brevet de Chef de quart pont ou machine.
Vous pouvez aussi vous présenter au concours de la
filière de formation polyvalente, de niveau bac S
(scientifique) mais ouvert à tous les bacheliers.
L’Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM)
forme les officiers de la Marine marchande,
auxquels elle délivre  un titre de navigant ingénieur
après cinq ans et demi d’études, et prépare à des
carrières dans le domaine para-maritime.
Dans toutes les filières, les élèves acquièrent en
formation initiale, professionnelle, ou dans le cadre
de la formation continue, les connaissances
théoriques et pratiques nécessaires à l’exercice des
métiers d’officier et au maintien des compétences.
Ils préparent en une ou plusieurs années tous les
diplômes supérieurs de la Marine marchande, de
chef de quart à capitaine et chef – mécanicien.
La réussite à un diplôme, complétée par une période
de navigation en qualité d’élève pont et/ou machine
à bord d’un navire à la mer, leur permet d’acquérir
le brevet correspondant.
Ce brevet international donne prérogatives pour
exercer des fonctions d’encadrement et de
commandement sur tous les navires, sur toutes les
mers du monde et dans tous les armements du
monde.
La formation polyvalente est composée d’une
quarantaine de matières correspondant à trois
types d’enseignements. Des disciplines
fondamentales, mathématiques, physique, droit,
thermodynamiques, fluides, automatique,
électronique..., de nombreux stages, de la survie en
mer à la lutte contre l’incendie, en passant par des
stages médicaux permettant aux officiers de
soigner les blessés à bord, et, dès la première année
un embarquement de deux mois sur un vrai navire. 
L’expérience est renouvelée en 2e et 3e année. La
quatrième année se déroule en mer, avec un suivi
scolaire en ligne.

INTERVIEW | M. JEAN MARC MICHEL, DIRECTEUR GÉNÉRAL BOLUDA CAMEROUN

 La formation se termine par un approfondissement des
apprentissages pont et machine, car la formation est
polyvalente, sur un simulateur. Ils sont recrutés comme
lieutenant, puis avec les temps de navigation, ont vocation
à accéder aux fonctions de Capitaine et Chef mécanicien.
Ils pourront commander tous types de navires civils sur
toutes les mers du globe.
Les brevets des officiers de la marine marchande leur
donnent des prérogatives internationales qui leur ouvrent
les portes des compagnies étrangères.
Dès leur entrée en fonction, ils exercent des
responsabilités très importantes qui justifient les salaires
réputés bons pour la profession.
Afriport news Online : De nos jours, nous faisons face à la
prolifération des écoles dites de formation aux métiers
maritimes. Les parents s’engagent ainsi que les étudiants,
dans l’espoir d’obtenir un brevet leur permettant plus
tard d’accéder à bord d’un navire. Est-ce à dire que toutes
ces écoles sont agréees par l’OMI ? Si oui il est donc
désormais possible d’avoir une formation n’importe où
dans le monde ?

Jean Marc Michel : Non bien sûr, il revient à chacun
d’être vigilant, une école qui délivre un diplôme agréé à
l’international doit répondre à des standards qui sont
validés par l’OMI.
Si le centre de formation ne possède pas ce sésame, il ne
pourra pas délivrer de diplôme qui permet l’accès à bord
des navires de commerce ou autre.
De plus amples renseignements peuvent être trouvés
sur le site www.supmaritime.fr  en ce qui concerne les
formations en France


Documents similaires


Fichier PDF 2eme phase du projet de construction du pak
Fichier PDF afriport news online n22bimensuel dinformation portuaire
Fichier PDF 29eme conseil de portsynthese
Fichier PDF forum tripartite
Fichier PDF cv louismarie vannier
Fichier PDF types de bateaux


Sur le même sujet..