Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



La note Note de synth se note administrative .pdf



Nom original: La-note-Note-de-synth-se-note-administrative.pdf
Titre: La note : note de synthèse ; note administrative édition 2017
Auteur: Pierre Gévart

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Adobe InDesign CC 2015 (Windows) / Adobe PDF Library 15.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/04/2018 à 00:10, depuis l'adresse IP 105.158.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 345 fois.
Taille du document: 1.8 Mo (145 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Formation Administration

C o n c o u r s

La note
Note de synthèse
Note administrative

Pierre Gévart
Haut fonctionnaire

Hervé Macquart
Attaché principal d’administration

Nouvelle édition

Sommaire

Partie I
Méthodologie de la note ����������������������������7
1. Les différents types de note �����������������������������������9
1. Typologie �����������������������������������������������������������������9
2. Bien cerner le type de note demandé ����������������������10
3. Les attentes du jury ������������������������������������������������12
2. Comment appréhender l’épreuve de note ? ���������13
1. Acquérir et/ou parfaire sa méthode �������������������������13
2. Apprendre à gérer son temps ���������������������������������14
3. Définir un programme de travail ������������������������������14
4. Dépouiller le dossier de façon méthodique ��������������15
5. Déterminer le temps consacré à la rédaction �����������16
3. Phase 1 : prendre contact avec le dossier �����������17
1. Étape 1 : la lecture du sujet ������������������������������������17
2. Étape 2 : la liste des documents
et le survol du dossier ������������������������������������������������19
4. Phase 2 : exploiter le dossier �������������������������������22
1. La lecture rapide ����������������������������������������������������22
2. Le document pivot �������������������������������������������������23
3. La grille de lecture ��������������������������������������������������24
4. Le recueil des idées ������������������������������������������������27
5. Phase 3 : trouver la problématique
et construire le plan �������������������������������������������������28
1. Les initiatives face à un plan imposé �����������������������28
2. La recherche de la problématique ���������������������������29
3. La construction du plan ������������������������������������������30
Phase 4 : formuler des propositions ������������������������33
1. Étape 1 : identifier les problèmes d’application �������33
2. Étape 2 : proposer des actions concrètes
et prêtes à l’emploi ����������������������������������������������������34
7. Phase 5 : rédiger ��������������������������������������������������34
1. L’introduction ���������������������������������������������������������34
2. La conclusion ���������������������������������������������������������35
3. La transition �����������������������������������������������������������36
4. Les règles de la rédaction administrative �����������������36
8. Deux cas particuliers :
les notes assorties de questions �����������������������������39
1. Premier cas : des questions
pour aider à la réflexion ����������������������������������������������39
2. Second cas : des questions complémentaires
à l’épreuve �����������������������������������������������������������������40
3. Gérer son temps en QRC ���������������������������������������40

Partie II
Trois exemples commentés
de notes ��������������������������������������������������������������43
Note 1
L’intégration des personnes handicapées
dans la fonction publique ��������������������������������������45
1. Sujet ���������������������������������������������������������������������45
2. Documents �����������������������������������������������������������45
3. Corrigé proposé ���������������������������������������������������65

Note 2
La création d’une maison de services
au public ������������������������������������������������������������������69
1. Sujets ��������������������������������������������������������������������69
1. Note administrative ������������������������������������������������69
2. QRC ����������������������������������������������������������������������69
2. Documents �����������������������������������������������������������69
3. Commentaire ��������������������������������������������������������96
1. Lecture et découverte du sujet et des documents ���96
2. Exploitation du dossier et élaboration du plan ���������97
4. Corrigé proposé ���������������������������������������������������99
5. Une QRC �������������������������������������������������������������102
Question : Le principe de continuité
du service public ������������������������������������������������������102

Note 3
Le plafond de verre dans la haute fonction
publique territoriale ����������������������������������������������105
1. Sujets ������������������������������������������������������������������105
1. Note administrative ����������������������������������������������105
2. QRC ��������������������������������������������������������������������105
2. Documents ���������������������������������������������������������105
3. Commentaire ������������������������������������������������������136
1. Lecture et découverte du sujet et des documents �136
2. Exploitation du dossier et élaboration du plan �������137
4. Corrigé proposé �������������������������������������������������140
5. Une QRC �������������������������������������������������������������142
Question : La lutte contre les discriminations
dans la fonction publique �����������������������������������������142
Sommaire

Présentation ������������������������������������������������������5

3

Présentation
Pratiquement absente de la formation initiale délivrée par les lycées, l’épreuve de note est de
longue date une épreuve phare des concours administratifs. C’est souvent un exercice nouveau pour les candidats externes, qui hésitent sur la façon de l’aborder, comme pour ceux qui
tentent en interne un examen professionnel ou un concours.
Note de synthèse, note administrative, note sur dossier, note de synthèse à partir d’un dossier à caractère technique pouvant comporter des éléments chiffrés, rédaction à partir des
éléments d’un dossier soulevant un problème d’organisation ou de gestion rencontré par une
collectivité territoriale, d’un rapport faisant appel à l’esprit d’analyse et de synthèse du candidat : autant de libellés différents d’épreuves de concours ou d’examens professionnels qui,
en définitive, recouvrent des approches similaires.
D’une façon schématique, il s’agit pratiquement toujours d’analyser un dossier fourni aux
candidats puis d’en rédiger une synthèse qui réponde à la consigne figurant dans l’énoncé
du sujet. Il existe, certes, quelques différences entre les diverses épreuves de note, mais elles
portent plus sur la forme que sur le fond : elles seront signalées à chaque fois que cela sera
nécessaire. La méthodologie, quant à elle, est largement commune à toutes ces épreuves.
Depuis quelques années, les concours administratifs évoluent dans le sens d’une professionnalisation croissante des épreuves : ainsi, il est de plus en plus souvent demandé aux candidats de faire des propositions, d’élaborer un plan ou un calendrier d’actions, etc., afin de
conférer à leur note une dimension opérationnelle. Cette dimension de la note sur dossier a
donc été intégrée à cette nouvelle édition.

Présentation

La partie méthodologique de cet ouvrage devrait permettre au lecteur de prendre l’assurance
que donne toujours une technique bien comprise et bien maîtrisée. Elle s’appuiera sur l’un
des exercices d’application traités dans la suite du livre. Deux autres dossiers seront ensuite
proposés, complétés par des corrigés et quelques conseils de correction.

5

Partie I
Méthodologie de la note

1.  Les différents types de note
2.  Comment appréhender l’épreuve de note ?
3.  Phase 1 : prendre contact avec le dossier
4.  Phase 2 : exploiter le dossier
5.  Phase 3 : trouver la problématique
et construire le plan
6.  Phase 4 : formuler des propositions
7.  Phase 5 : rédiger
8.  Deux cas particuliers :
les notes assorties de questions

Même si les différentes épreuves de note sur dossier se
ressemblent beaucoup, il importe de comprendre en quoi
elles peuvent se distinguer et pourquoi il est nécessaire,
pour le candidat, de bien savoir devant quel type d’épreuve
il se trouve.

1. Typologie
Note de synthèse ou note administrative, note avec propositions ou étude de cas ? Il ne s’agit pas des mêmes
épreuves ni, donc, des mêmes demandes. Il est important de saisir à la fois ce qui leur est commun et ce qui
les distingue.

a) La note de synthèse
Une note de synthèse, comme son nom l’indique, fait la
synthèse de documents rassemblés dans un dossier, lequel
porte sur un thème particulier qui est souvent précisé dans
le sujet. Ce n’est pas une épreuve de connaissances ou
de culture ; elle doit donc s’appuyer exclusivement sur
les pièces du dossier, sauf si un apport extérieur est
expressément sollicité.
La note de synthèse se présente sous la forme d’un devoir
structuré en plusieurs parties, avec une introduction et
une conclusion. Elle doit pouvoir être lue de manière indépendante, en dehors de tout renvoi au dossier. Elle n’est
pas censée refléter l’avis du rédacteur ni s’appuyer sur
des données autres que celles proposées dans le dossier.

EXEMPLE DE SUJET
Les non-titulaires dans la fonction publique.

Une note de synthèse n’est pas non plus un résumé de
texte. En effet, celui-ci constitue un exercice spécifique qui
consiste à redire en un nombre limité de mots ce qu’exprime
un texte plus long, ou parfois un ensemble de textes. En
aucun cas une note de synthèse ne doit être abordée à la
manière d’un résumé de texte : il ne s’agit surtout pas de
résumer les documents proposés les uns à la suite des
autres, mais d’en extraire les principales idées et de les
réorganiser.

b) La note administrative
La distinction entre note de synthèse et note administrative est délicate à établir. En effet, la note administrative se
rapproche formellement de la note de synthèse puisqu’elle
repose aussi sur un sujet, une liste de documents et un
dossier. Mais elle s’en éloigne dans la mesure où elle correspond à une commande et implique une « mise en situation ». Autrement dit, il est demandé au candidat de se
« mettre dans la peau » d’un fonctionnaire à qui une commande précise serait passée.

Le sujet d’une note administrative comporte souvent de
nombreux éléments de contexte (lieu, date, conditions…)
dont il faut absolument tenir compte, ainsi qu’une commande qui oriente déjà le travail.

EXEMPLE DE SUJET
Vous êtes attaché d’administration, chargé du bureau
de la gestion des ressources humaines dans une commune de 15 000 habitants. La mise en congé maladie
de deux agents de la cantine des écoles incite le maire
à recruter des personnels temporaires pour les remplacer. À cette occasion, il vous demande de lui faire
une synthèse générale sur l’emploi des non-titulaires
dans la fonction publique, puis de lui dire comment il
doit procéder pour réaliser son projet.

Ici, le dossier est donné pour :
1) préciser le contexte ;
2) orienter la recherche de solutions.
La note sur dossier et la note de gestion des collectivités sont proches de la note administrative. Mais elles
contiennent presque toujours des éléments de synthèse
pure ainsi que des éléments d’analyse juridique.

c) La note avec appel à l’expérience
Si la règle est le plus souvent de se limiter aux éléments du
dossier, il peut arriver que la commande vous incite explicitement à aller plus loin. Dans ce cas, vous devrez faire
appel à vos connaissances ou à votre expérience afin de
formuler des propositions. Par ailleurs, c’est également
sur cette expérience et sur vos connaissances professionnelles (pour les candidats internes) que vous devrez vous
appuyer pour énoncer, même si cela n’est pas précisé,
vos propositions d’action.

EXEMPLE DE SUJET
Vous dirigez les services techniques d’une communauté d’agglomération et vous êtes chargé par le
directeur général des services de lui préparer une
note exposant la situation des non-titulaires dans la
fonction publique territoriale et les moyens de résorber cette situation.
Vous ferez pour cela appel aux éléments contenus
dans le dossier, mais également à votre expérience
professionnelle dans la gestion des ressources
humaines ainsi qu’à vos connaissances, notamment en ce qui concerne l’actualité juridique dans
ce domaine.

Partie I : Méthodologie de la note

1. Les différents types
de note

Elle débouche le plus souvent sur un plan d’action ou sur
une (ou des) proposition(s). Dans ce cas, son rédacteur
devra faire preuve d’objectivité et, de surcroît, rester « réaliste » : il ne s’agira pas d’inventer des solutions au problème posé ni de faire des propositions imaginaires. Ce
qui sera proposé ne pourra provenir que du dossier car
celui-ci contient absolument tous les éléments et toutes les
informations utiles permettant aux candidats de répondre
à la consigne.

9

d) L’étude de cas
Comme la note administrative, l’étude de cas se caractérise par une mise en situation. Toutefois, celle-ci est
alors plus détaillée et se rapporte à une situation précise
dont le candidat devra faire une analyse juridique et qu’il
résumera ensuite en en extrayant les éléments qui posent
problème ; il devra, enfin, émettre des propositions ou des
avis précis sur le sujet.

EXEMPLE DE SUJET
Vous êtes l’adjoint du directeur des ressources
humaines du département de H. Dans le cadre du
dispositif des emplois d’avenir, le département avait
recruté 300 jeunes en qualité de médiateurs sociaux.
Aujourd’hui, 47 de ces jeunes sont encore employés
sous ce statut, mais ce dispositif est placé en extinction et le conseil départemental n’a prévu que dix
créations de postes permettant une pérennisation.
Cependant, le président du conseil départemental ne
souhaite pas abandonner les intéressés sans chercher à les aider. Il vous demande donc d’étudier le
cadre juridique dans lequel il pourrait en reprendre dix
dans le cadre budgétaire nouveau, et de lui proposer
des critères pour définir lesquels seront conservés.
Par ailleurs, il souhaite savoir si le nouveau dispositif d’aide à l’emploi des jeunes que vient d’adopter
la région rend le département éligible, et à quelles
conditions, et quelles seraient l’incidence financière
et la pérennité d’emplois ainsi créés. Il ne souhaite
cependant pas aller au-delà de dix.
Il vous demande enfin de lui proposer des voies pour
créer une cellule de reclassement d’emplois pour
les personnes concernées qui ne pourraient être
reprises dans la structure.

Dans cet exemple, on ne demande au candidat aucun travail
de synthèse. L’ensemble du devoir est axé sur la recherche
et la mise au point de solutions aux problèmes posés. Il
s’agit d’une épreuve d’application, souvent à caractère
technique, qui s’éloigne des notes mentionnées plus haut.

e) Le rapport

La note

Le rapport, quant à lui, figure plus souvent dans les
épreuves d’examens internes de type professionnel. De
ce fait, il a naturellement vocation à avoir un caractère
« pratique » permettant au destinataire (supérieur hiérarchique ou élu) de prendre une décision en toute connaissance de cause, en la choisissant au besoin parmi celles
que le rédacteur lui proposera (si le sujet l’impose). Mais,
concrètement, un rapport se traite tout à fait comme une
note administrative, en intégrant davantage une finalité
opérationnelle.

10

2. Bien cerner le type de note
demandé
La frontière entre ces différentes épreuves est mouvante,
voire « floue ». Dans le cadre d’une note qualifiée « de synthèse », vous pourrez être mis en situation quasi professionnelle et amené à formuler une (ou des) proposition(s).
De même, une épreuve de note administrative pourra vous
demander, en votre qualité d’agent de la collectivité de X,
de « faire la synthèse du dossier joint en dégageant plus
particulièrement l’intérêt de la réglementation étudiée pour
la collectivité de X… ».

a) Tenir compte du libellé officiel
de l’épreuve
Le libellé officiel de l’épreuve est votre première piste, et la
plus importante. Ce n’est bien sûr pas le jour du concours
qu’il faut s’y intéresser, mais pendant la préparation. Vous
n’aborderez pas votre entraînement de la même façon si
l’épreuve dure cinq heures ou si elle se limite à trois heures,
ni si le texte officiel précise que c’est une note de synthèse ou s’il évoque « l’aptitude à dégager des solutions
appropriées » ou « à proposer une synthèse éventuellement
assortie de propositions ».
Cette lecture est donc votre premier bagage. Mais comme
nous l’avons vu plus haut, à partir d’une définition assez
claire, il se peut que le sujet penche plus d’un côté que
de l’autre.

b) Lire attentivement les termes du sujet
Le contenu du sujet lui-même et la manière dont il est rédigé
vous renseignent un peu plus. S’il vous est demandé dans
l’énoncé d’établir une note de synthèse, sans autre précision, le type d’exercice exigé est bien la synthèse. Mais si,
après cette commande, on vous demande de proposer un
plan d’action par exemple, l’épreuve est différente et constitue une note avec propositions ou une note administrative.

c) Adapter sa méthode au type d’épreuve
En définitive, si le libellé de l’épreuve fournit une indication majeure sur le travail demandé, ne vous « bloquez »
pas sur celui-ci. Étudiez plutôt le sujet attentivement : il
contient toutes les consignes à respecter.
Connaître précisément la nature de l’épreuve n’a pas qu’un
simple intérêt documentaire. S’il paraît indispensable de
bien maîtriser une méthode générale, il peut être également
judicieux de moduler celle-ci selon le type d’épreuve. En
fonction de l’analyse que vous ferez de l’intitulé de l’épreuve
et des termes précis du sujet, votre exploitation du dossier
différera : lecture exhaustive dans un cas (« établissez une
synthèse à partir du dossier joint ») ou lecture ciblée dans
l’autre (« rédigez une note relative à la mise en application
des textes joints dans la commune de X »), plan libre ou prédéterminé (« après avoir rappelé le dispositif, vous analyserez… »), nécessité ou non de dégager des propositions, etc.

Les différents types de note aux concours administratifs : quelques libellés officiels
Concours
Officier de la
police nationale
externe

Type d’épreuve

Durée
et coefficient

Une épreuve consistant, à partir d’un dossier documentaire à caractère administratif, en la
4 heures.
résolution d’un cas pratique visant à dégager des propositions et solutions argumentées. Le
Coefficient 3
dossier peut comporter des graphiques ainsi que des données chiffrées. Il ne peut excéder trente
pages.

Officier de la
police nationale
interne

Une épreuve consistant, à partir d’un dossier documentaire à caractère administratif, en la
4 heures.
résolution d’un cas pratique visant à dégager des propositions et solutions argumentées. Le
Coefficient 3
dossier peut comporter des graphiques ainsi que des données chiffrées. Il ne peut excéder trente
pages.
Cette nouvelle épreuve remplace l’épreuve de synthèse. Le (la) candidat(e) doit démontrer sa
capacité à se projeter dans un cadre opérationnel, savoir analyser les éléments de contexte de
la situation dans laquelle il (elle) est placé(e), être capable de proposer des solutions en fonction
du thème posé (à l’aide de tout ou partie des documents) et être en mesure d’argumenter
des choix opérationnels retenus. Quelle que soit la manière dont il (elle) organise sa copie (2,
3 parties ou plus), il (elle) doit respecter des conditions de formalisme prévues par l’énoncé.

IRA interne

Rédaction, à partir d’un dossier à caractère administratif, d’une note permettant de vérifier les
4 heures.
qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat ainsi que son aptitude à dégager des Coefficient 4
solutions appropriées.

IRA 3e concours

Note de synthèse sur dossier sur un sujet d’ordre général portant sur la place des pouvoirs
4 heures.
publics et leur rôle dans les grands domaines de l’intervention publique (société, économie,
Coefficient 4
emploi, santé, culture, territoires, relations extérieures…) permettant d’évaluer l’ouverture au
monde des candidats, leur aptitude à l’analyse et au questionnement ainsi que leur capacité à se
projeter dans leur futur environnement professionnel.

Attaché territorial
externe

Rédaction d’une note ayant pour objet de vérifier :
4 heures.
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « administration générale », l’aptitude à l’analyse Coefficient 4
d’un dossier soulevant un problème d’organisation ou de gestion rencontré par une collectivité
territoriale ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « gestion du secteur sanitaire et social », l’aptitude
à l’analyse d’un dossier soulevant un problème sanitaire et social rencontré par une collectivité
territoriale ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « analyste », l’aptitude à l’analyse d’un dossier
portant sur la conception et la mise en place d’une application automatisée dans une collectivité
territoriale ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « animation », l’aptitude à l’analyse d’un dossier
relatif au secteur de l’animation dans une collectivité territoriale ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « urbanisme et développement des territoires »,
l’aptitude à l’analyse d’un dossier soulevant un problème d’urbanisme et de développement des
territoires rencontré par une collectivité territoriale.

Partie I : Méthodologie de la note

Cette nouvelle épreuve remplace l’épreuve de synthèse. Le (la) candidat(e) doit démontrer sa
capacité à se projeter dans un cadre opérationnel, savoir analyser les éléments de contexte de
la situation dans laquelle il (elle) est placé(e), être capable de proposer des solutions en fonction
du thème posé (à l’aide de tout ou partie des documents) et être en mesure d’argumenter
des choix opérationnels retenus. Quelle que soit la manière dont il (elle) organise sa copie (2,
3 parties ou plus), il (elle) doit respecter des conditions de formalisme prévues par l’énoncé.

11

Concours

Type d’épreuve

Durée
et coefficient

Attaché territorial
interne

L’épreuve d’admissibilité du concours interne pour le recrutement des attachés territoriaux
4 heures
consiste en :
Coefficient 4
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « administration générale » : la rédaction, à l’aide
des éléments d’un dossier soulevant un problème d’organisation ou de gestion rencontré par une
collectivité territoriale, d’un rapport faisant appel à l’esprit d’analyse et de synthèse du candidat,
à son aptitude à situer le sujet traité dans son contexte général et à ses capacités rédactionnelles,
afin de dégager des solutions opérationnelles appropriées ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « gestion du secteur sanitaire et social » : la
rédaction, à l’aide des éléments d’un dossier soulevant un problème sanitaire et social rencontré
par une collectivité territoriale, d’un rapport faisant appel à l’esprit d’analyse et de synthèse
du candidat, à son aptitude à situer le sujet traité dans son contexte général et à ses capacités
rédactionnelles, afin de dégager des solutions opérationnelles appropriées ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « analyste » : la rédaction, à l’aide des éléments d’un
dossier, d’un rapport faisant appel à l’esprit d’analyse et de synthèse du candidat, à son aptitude à
concevoir et à mettre en place une application automatisée dans une collectivité territoriale ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « animation » : la rédaction, à l’aide des éléments
d’un dossier relatif au secteur de l’animation dans une collectivité territoriale, d’un rapport
faisant appel à l’esprit d’analyse et de synthèse du candidat, à son aptitude à situer le sujet traité
dans son contexte général et à ses capacités rédactionnelles, afin de dégager des solutions
opérationnelles appropriées ;
–  pour les candidats ayant choisi la spécialité « urbanisme et développement des territoires » :
la rédaction, à l’aide des éléments d’un dossier soulevant un problème relatif au secteur de
l’urbanisme et du développement des territoires rencontré par une collectivité territoriale, d’une
note faisant appel à l’esprit d’analyse et de synthèse du candidat, à son aptitude à situer le sujet
traité dans son contexte général et à ses capacités rédactionnelles, afin de dégager des solutions
opérationnelles appropriées.

ENA interne
et 3e concours

–  Épreuve 1 : une rédaction d’une note d’analyse et de propositions en droit public à partir d’un
dossier (25 pages maximum).

5 heures.
Coefficient 4

–  Épreuve 2 : une rédaction d’une note d’analyse et de propositions en économie à partir d’un
dossier (25 pages maximum).

5 heures.
Coefficient 4

–  Épreuve 4 : une rédaction d’une note d’analyse et de propositions en questions sociales à partir 5 heures.
d’un dossier (25 pages maximum).
Coefficient 4

3. Les attentes du jury

La note

Le candidat à un concours administratif doit avant tout
prouver au jury qu’il possède un certain nombre de qualités
qui permettent de l’identifier comme un futur bon fonctionnaire. Les différentes épreuves proposées aux concours
ont dès lors pour mission de révéler plus précisément tel
ou tel ensemble de capacités recherchées. Ainsi, la composition portant sur un sujet d’ordre général permet de
déceler l’intérêt que le candidat porte à l’actualité, aux politiques publiques, et d’évaluer ses connaissances « générales ». Elle permet également de jauger ses qualités de
rédaction, de structuration de la pensée et ses capacités
d’analyse. L’épreuve orale (l’entretien avec le jury 1), outre
qu’elle offre au jury la possibilité de vérifier son premier
diagnostic, donne aussi au candidat l’occasion de montrer son aptitude à faire face à un entretien et à répondre

12

1.  Voir Chantal Perrin-Van Hille, L’entretien avec le jury, coll. « FAC »,
La Documentation française, 2017.

avec clarté à des questions variées, ainsi que de rappeler (pour le fonctionnaire candidat au concours interne) la
richesse de son expérience professionnelle.
L’épreuve de note sur dossier est d’abord vouée à la révélation de l’esprit de synthèse du candidat. Elle requiert en
outre, comme la dissertation, des capacités d’écriture,
d’organisation et d’analyse mais elle exige aussi du candidat les qualités que l’on attend d’un fonctionnaire : objectivité, réserve et prise de recul.
À ce titre, vous perdrez toujours à vous en tenir à un ton
général, à négliger les données de mise en situation placées dans le sujet comme dans les éléments du dossier ;
en revanche, vous gagnerez des points si vous démontrez votre professionnalisme en formulant des propositions
pratiques, concrètes et réalistes.

a) Un document pratique

b) Un document opératoire
Le devoir que vous rendez doit être conçu de telle manière
qu’en situation réelle, il permette rapidement à votre donneur d’ordre de passer à l’action. Si, par exemple, un choix
est à opérer, vous devez le poser clairement, bien montrer
les différentes options, leurs avantages, leurs inconvénients
et, enfin, proposer un choix argumenté.

EXEMPLE
Dans un sujet relatif aux aires de jeux, vous êtes
amené à signaler qu’il existe deux solutions pour
la gestion de ces aires : la délégation ou la régie.
La délégation est plus coûteuse : elle oblige, si la
dépense dépasse le seuil légal, à recourir à une procédure de marché public. En revanche, elle offre à
la collectivité une plus grande sécurité juridique. La
régie, pour sa part, est moins coûteuse et a l’avantage de permettre une implication plus grande des
personnels municipaux. Elle présente toutefois le
désavantage de laisser le risque maximum à la
charge du maire.
En fonction de votre façon d’appréhender le problème ou de la manière dont se présente la mise en
situation, vous devrez proposer un choix. Par conséquent, si le libellé du sujet indique que le maire privilégie la sécurité juridique, vous suggérerez le choix
de la délégation.

c) Un document professionnel
Votre note doit être identique, en tous points, à celle que
vous établiriez en situation réelle ; cela doit se traduire dans
la forme et sur le fond.
S’agissant de la forme, le devoir se présentera comme
une note professionnelle, avec un en-tête, un objet et une
introduction purement fonctionnelle (nous reviendrons plus
loin là-dessus).
Sur le fond, vous vous efforcerez de vous mettre réellement en situation, afin de prouver que vous êtes un bon
professionnel. Aussi aurez-vous à cœur, tout en restant
dans le cadre de la commande, de signaler tout ce qui
vous semblera pertinent.

EXEMPLE
En ce qui concerne le sujet sur les aires de jeux
mentionné plus haut, si vous lisez dans le texte d’un
décret que toutes les aires de jeux, y compris les
aires existantes, doivent faire l’objet d’un rapport
accompagné d’un dossier complet, n’oubliez pas de
le signaler, même si la commande ne porte explicitement que sur les aires nouvelles. Si vous gardiez
le silence sur ce point, vous commettriez une faute
car vous risqueriez de mettre votre supérieur en difficulté en n’attirant pas son attention.

Ce qu’il faut retenir
Malgré leur grande diversité, les épreuves de note aux concours
administratifs font globalement appel à une méthodologie commune. Toutefois, il est important de bien comprendre ce que l’on
attend de vous : d’abord en ayant lu et compris le libellé officiel
de l’épreuve, puis en analysant précisément les termes du sujet,
et enfin en vous interrogeant sur les attentes du jury.

2. Comment
appréhender l’épreuve
de note ?
1. Acquérir et/ou parfaire sa méthode
Pour réussir une note, il est indispensable de bien en maîtriser la méthode. Une telle maîtrise s’acquiert petit à petit,
par des entraînements réguliers et suffisamment en amont
du jour de l’épreuve.
Nous vous proposons dans cet ouvrage une méthode
générale qu’il vous appartiendra d’aménager au fur et à
mesure de votre entraînement afin qu’elle soit complètement adaptée à vos besoins et au type d’épreuve que
vous souhaitez passer.
La mise au point de la note sur dossier suit plusieurs étapes
(voir schéma page 14) :
–  étape 1 : analyse du sujet : à l’issue de la première prise
de contact (lecture du sujet et de la liste des documents,
survol rapide du dossier), sélection d’un « document pivot »
parmi les divers éléments du dossier et élaboration d’un
tableau d’analyse à partir de ce document ;
–  étape 2 : construction d’une grille de lecture ;
–  étape 3 : lecture du dossier à travers cette grille afin de
constituer un tableau de synthèse ;
–  étape 4 : élaboration de la problématique et, à partir de
celle-ci, du plan de la note ;
–  étape 5 : à l’aide du tableau de synthèse et du plan,
rédaction de la note et d’éventuelles propositions.

Partie I : Méthodologie de la note

Dans sa rédaction, la note sur dossier doit permettre au
donneur d’ordre (non pas le jury, mais le donneur d’ordre
fictif relevant de la mise en situation) de trouver rapidement
les réponses aux questions posées. Il ne faut donc pas
chercher à produire un plan aussi original que possible, ni
se contraindre à un cadre très formaliste du style « deux
parties / quatre sous-parties », mais viser à l’efficacité et
à l’adéquation du plan à la commande.

13

Tableau d’analyse

Document
pivot

Tableau de synthèse

Note

Grille
de lecture
Dossier

Plan
Problématique

2. Apprendre à gérer son temps
Chacune de ces étapes doit respecter un timing bien précis.
Consacrer trop de temps à une étape, c’est se contraindre
à accélérer à un autre stade (peut-être plus stratégique et
primordial) de la préparation de la note.
Il en va donc du candidat à un concours comme de l’athlète dans une épreuve de fond : il doit d’abord être capable
de gérer son effort dans le temps. Apprendre à gérer son
temps doit donc être son souci premier.
Certes, il est parfois possible de « bricoler » ou de « piloter à
vue » pour terminer dans le délai imparti. Mais il en résulte
souvent des conclusions bâclées, des devoirs déséquilibrés ou mal construits. À l’inverse, on trouve aussi des
devoirs trop courts, le candidat ayant alors eu peur de ne
pas finir dans les temps… Quant à l’expédient qui consiste
à rendre une feuille de brouillon avec le devoir inachevé, il
faut l’éviter à tout prix. Cette feuille sera systématiquement
éliminée avant la remise au correcteur et si, par hasard, elle
échappe à ce premier tri, elle ne fera qu’attirer son attention sur votre incapacité à gérer le temps.

La note

Ainsi, la maîtrise de la durée de l’épreuve est aussi indispensable que l’acquisition d’une bonne méthodologie. Et
cet apprentissage, au-delà des quelques principes qui vous
sont exposés ici, ne peut s’effectuer que dans la pratique.
Comme les sportifs, le candidat doit s’entraîner. Il doit
le faire dans les conditions les plus proches de celles
du concours et, dans la mesure du possible, en continu,
dans le calme et toujours en temps limité.

14

Tel candidat à un concours, particulièrement brillant dans
un cycle préparatoire, avait ainsi négligé cette astreinte

durant tout son entraînement. Les devoirs qu’il rendait
étaient toujours excellents, mais rédigés en huit ou dix
heures. Le jour du concours, il n’eut le temps de rédiger
qu’une première partie et donc échoua. C’est l’écueil que
vous devez éviter.

3. Définir un programme de travail
Il faut aborder la rédaction d’une note, comme d’ailleurs
toute épreuve, non pas dans l’esprit d’une course contre
la montre mais avec l’objectif de remplir un programme.
Ainsi, dégagé de l’inquiétude de ne pas arriver à finir à
temps, vous avez alors la possibilité de mobiliser toute
votre énergie afin de traiter le dossier lui-même. Mais pour
respecter un programme, encore faut-il l’avoir construit,
et ce, d’une manière réaliste.

a) Planifier les différentes phases du
programme
L’essentiel, pour définir un programme de travail, est d’abord
d’en déterminer les étapes. C’est sans doute moins facile
ici que pour d’autres épreuves, car nous verrons plus loin
que le temps à accorder au sujet dépend fortement du
sujet lui-même, et que le temps à consacrer au dossier
dépend de la dimension de celui-ci.
La rédaction d’une note comporte nécessairement plusieurs phases :
–  l’analyse du sujet et la prise de contact avec le dossier (lecture du sujet et de la liste des documents, survol
rapide du dossier) ;
–  l’exploitation du dossier ;

Il convient de consacrer à chacune de ces phases une
durée déterminée.
Le tableau suivant vous propose une norme de départ :

Durée de l’épreuve
3 heures

4 heures

5 heures

Prise de contact

15 mn

15 mn

20 mn

Exploitation du dossier

50 mn

1 h 05

1 h 35

Problématique
et élaboration du plan

25 mn

25 mn

30 mn

Rédaction

1 h 15

2 h

2 h 20

Relecture

5 mn

5 mn

5 mn

Joker

10 mn

10 mn

10 mn

Certes, il ne s’agit là que de propositions qu’il vous revient
d’adapter à votre pratique personnelle. Ainsi, lors de la
phase 3 (« Problématique et élaboration du plan »), pour les
épreuves en 3 ou 4 heures, certains prendront 20 minutes
et d’autres 30. La durée moyenne de 25 minutes indiquée
ici évoluera en fonction de votre expérience acquise au
cours des entraînements.
Mais adapter cette grille à votre pratique personnelle suppose que vous en ayez une, c’est-à-dire que vous vous
exerciez régulièrement, en ajustant progressivement les
durées proposées dans notre tableau. Par exemple, si vous
vous rendez compte qu’il vous faut plus de temps pour
exploiter convenablement les documents et un peu moins
pour rédiger, ou l’inverse, le mieux pour vous est de modifier le timing jusqu’à parvenir à celui qui vous convient le
mieux, compte tenu de vos atouts et de vos difficultés
personnelles.
Une fois muni d’un programme de travail bien construit et
adapté à vos besoins, vous devrez impérativement vous
y tenir.

b) Respecter le planning et le timing
Construire ce programme serait en effet inutile si vous
étiez amené à ne pas le respecter. Le respecter signifie
ne pas perdre de temps et ne pas chercher non plus à
trop en gagner.
Perdre du temps lors d’une des phases du programme,
c’est risquer d’en manquer pour terminer la rédaction et
de rendre un devoir bâclé ou incomplet : votre note s’en
ressentirait immédiatement. Mais, paradoxalement, toute
minute gagnée peut aussi être néfaste si vous avez pour
cela réalisé trop vite une des phases préliminaires de la
construction du devoir.
Nous reviendrons plus loin sur l’importance des différentes
phases. Donnez à chacune le temps qui lui revient. Si la prise
de contact vous semble achevée au bout de 10 minutes
alors que vous en aviez prévu 15, interdisez-vous de passer

tout de suite à l’étape suivante : vous n’avez certainement
pas encore tiré tout ce qu’il y avait à tirer du sujet et de la
liste. Posez votre stylo et relisez ceux-ci, imprégnez-vousen. Si vous avez fini le dépouillement plus tôt que prévu,
revenez aux documents, assurez-vous que vous n’avez
rien laissé passer d’important. Si le plan s’impose à vous
en 2 minutes au lieu de 20, remettez-le en cause, testezle, astreignez-vous à respecter votre propre règle !

4. Dépouiller le dossier de façon
méthodique
a) Privilégier la lecture rapide
La lecture linéaire, totale et systématique de l’ensemble
des documents composant le dossier doit être exclue :
d’abord, parce que le temps imparti ne permet pas au candidat de se livrer à cet exercice ; ensuite, parce qu’une telle
lecture est inutile, voire nuisible. En effet, les informations
contenues dans les documents ne sont pas toutes pertinentes pour le sujet à traiter. Certaines, en venant encombrer
vos notes de lecture et votre mémoire, n’auraient d’autre
effet que de faire perdre clarté et cohérence à votre travail.
Mais comment parvenir à distinguer ce qui est utile de
ce qui ne l’est pas, sans avoir justement tout lu auparavant ? La réponse est double : d’une part, il faut savoir
ce que l’on cherche dans le dossier (et si vous avez réalisé correctement la phase de prise de contact, cela doit
être acquis) ; d’autre part, il importe de maîtriser au moins
quelques éléments de méthode de lecture rapide. Nous
reviendrons plus loin sur ce point.

b) Calibrer le temps du dépouillement
La nécessité d’un « calibrage » du temps de dépouillement
des documents est liée, elle aussi, à votre plus ou moins
grande maîtrise des techniques de lecture rapide. Ici encore,
l’entraînement et, surtout, l’analyse pratique des problèmes
techniques que vous aurez rencontrés vous guideront.
Si vous maîtrisez bien la lecture rapide et qu’à l’entraînement, vous n’avez jamais dépassé le temps imparti,
c’est très bien. Vous aurez peut-être même la possibilité de revenir sur tel ou tel document pour confirmer une
première analyse. Mais si vous la maîtrisez moins bien et
qu’il vous est arrivé, durant votre entraînement, de vous
trouver à court de temps, d’être un peu trop lent, alors il
faut « calibrer ». Cela signifie limiter la durée d’examen de
chaque document soit en divisant le temps d’étude par le
nombre de documents, soit en pondérant en fonction de
la longueur de chacun d’eux.
Et surtout, tenez-vous à ce calibrage ! Le jour de l’épreuve,
ne cédez pas à l’angoisse d’avoir « raté » quelque chose, à
la tentation perfectionniste. Ici particulièrement, « le mieux
est l’ennemi du bien », ce dernier étant un devoir complet,
bien construit, terminé dans les temps et sans précipitation.
Toute minute supplémentaire que vous grappillez pour le
dépouillement du dossier sera une minute en moins pour
la rédaction de la note…

Partie I : Méthodologie de la note

–  le classement des idées et l’élaboration du plan ;
–  la rédaction de la note.

15

5. Déterminer le temps consacré
à la rédaction
La rédaction elle-même exige une gestion efficace du temps.
À bien des égards, elle constitue la pierre d’achoppement
ultime pour tout candidat. En effet, il faut non seulement
commencer à rédiger la note au moment voulu, mais aussi
être capable de l’achever dans les délais et de s’affranchir de toute inquiétude à ce sujet. Pour être rassuré sur
ce point, il importe que le rédacteur ait une appréciation
réaliste de sa vitesse d’écriture ; mais, là encore, tout est
affaire d’entraînement.
Chacun de nous a une vitesse d’écriture qui lui est propre
et il ne sert à rien de chercher à la modifier. En effet, cette
vitesse est étroitement liée à celle de la pensée. Ainsi, si
vous prenez des notes, vous pouvez écrire vite, même
sans employer d’abréviations, ce qui se traduit simplement par une altération de votre qualité d’écriture. Mais
la prise de notes diffère de la rédaction de la note : dans
le premier cas, l’écriture est mécanique alors que, dans le
second, elle découle d’une réflexion et dépend de la rapidité de la pensée.
D’ailleurs, lorsqu’on corrige des copies, on repère très bien
le moment où le candidat panique et tente d’accélérer :
c’est aussi celui où la pensée n’arrive plus à suivre, où
l’expression s’altère et où, parfois, la cohérence se perd.
Pour éviter cet écueil, vous devez connaître votre vitesse
d’écriture (en situation de rédaction) puis programmer votre
rédaction.

a) Connaître sa vitesse d’écriture
Combien de pages êtes-vous capable d’écrire en une
heure d’épreuve ? Si vous ne le savez pas encore, profitez de vos premiers entraînements pour le mesurer. Si
en une heure, par exemple, vous avez rédigé trois pages,
cela signifie que vous rédigez une page en vingt minutes,
ou encore une demi-page en dix minutes. La demi-page
est une bonne unité de mesure. Si le temps accordé à la
rédaction, dans votre timing, est de une heure trente, vous
pourrez rédiger quatre pages et demie : votre copie fera
quatre pages et demie.
Si vous écrivez plus lentement ou plus serré (une demipage en quinze minutes), votre devoir fera trois pages. Si,
au contraire, votre écriture est très aérée et que vous écrivez une page en dix minutes, votre devoir en fera neuf, etc.
Une fois cela connu, vous devez fixer un timing précis pour
les différents stades du travail de rédaction.

b) Se fixer un timing précis pour la rédaction

La note

Supposons que vous venez de finir d’élaborer le plan et
que vous vous apprêtez à rédiger. À ce stade, vous savez
combien de parties votre note comportera et quelle importance relative vous donnerez à chacune. Vous savez également combien de temps il vous reste pour rédiger. Vous
n’avez plus qu’à fixer un timing précis pour la rédaction
de votre note.

16

Certaines épreuves, comme celles des concours d’entrée
aux IRA (concours interne et 3e concours), comportent de
fait deux épreuves distinctes dans la même séquence de

temps. Pour ces deux concours, les candidats doivent
non seulement construire et rédiger une note, mais aussi
répondre à une ou deux questions qui représentent le
quart du coefficient. Ici encore, rien ne doit être laissé au
hasard : déterminez à l’avance le découpage temporel, et
respectez-le. Si vous estimez que vous devez consacrer
à cette (ou ces deux) réponse(s) une heure sur les quatre
de l’épreuve, passez-y véritablement une heure. Cela en
vaut la peine : nous y reviendrons.

EXEMPLE DE PLAN ET DE TIMING
Introduction
I. Le point sur le problème (deux sous-parties)
II. Analyse d’une difficulté (II.1) et propositions (II.2)
Vous pouvez établir le timing suivant – en supposant
que vous commencez à rédiger à 10 h 30 :

Partie à rédiger

Longueur

Durée

Partie
à terminer à :

Introduction

1/2 page

10 mn

10 h 40

I. Point sur le problème

2 pages

40 mn

11 h 20

II.1. Analyse

1 page

20 mn

11 h 40

II.2. Propositions

1 page

20 mn

12 h 00

Il vous faut ensuite suivre scrupuleusement votre
timing. Et n’oubliez pas : si vous décidez d’écrire
une page de plus pour le point I, il faudra en faire
une de moins pour les deux autres points et votre
devoir risque d’être déséquilibré.

Il n’y a pas de norme précise à suivre en ce domaine car
cela dépend de la vitesse de rédaction mais aussi du type
d’écriture : large avec beaucoup d’espace, petite et resserrée, etc. Mais si vous savez combien de temps il vous reste
pour rédiger, et compte tenu de votre vitesse d’écriture,
vous aurez une idée approximative du temps à consacrer
à chaque partie et de sa longueur.
Pas de norme, non plus, en ce qui concerne la longueur
de la note : quatre, six, huit pages… Tout dépend de votre
propre écriture, sauf dans le cas où le libellé du sujet indique
une longueur précise – qu’il faut alors respecter. Sinon, vous
devez attribuer une longueur à chaque partie du plan, et
vous y tenir. Nous reviendrons plus tard sur les techniques
précises à mobiliser à cet égard.

Ce qu’il faut retenir
La gestion du temps est essentielle pour réussir une épreuve de
note. Connaissez-vous vous-même en vous entraînant en temps
réel, et élaborez un programme qui sera le même pour tous les
sujets et que vous respecterez scrupuleusement.
Pensez aussi à programmer à la fois le contenu (le plan) et le
volume (la longueur des différentes parties) de la note.

La prise de contact avec le dossier comprend trois étapes
essentielles :
– la lecture du sujet proprement dit, c’est-à-dire du
texte ou de la phrase, dont la longueur et le contenu sont
variables, qui sert à introduire ou à présenter le dossier, et
souvent à préciser le sens de ce qui est attendu ;
– l’exploitation de la liste des documents ; elle implique
la mise en œuvre de plusieurs techniques destinées à analyser cette énumération pour la transformer en véritable
clé d’accès au dossier ;
– le survol rapide des pièces du dossier ; il diffère d’une
lecture rapide et a pour fonction de préciser certains points
du sujet, de fournir une première connaissance de celui-ci
et de lever des ambiguïtés.

1. Étape 1 : la lecture du sujet
Le sujet est en quelque sorte la première pièce du dossier,
sauf en cas de sujet minimaliste – de moins en moins fréquent – tel que : « Rédiger une note de synthèse à partir
du dossier suivant. »
En règle générale, le sujet dispose d’un contenu informatif
et chacune des informations qu’il contient est utile. Il
importe donc d’attacher à la lecture du sujet toute l’attention voulue et de s’assurer que l’ensemble de ces informations ont bien été identifiées et répertoriées.
Le temps nécessaire à cette analyse se mesure à l’aune du
sujet lui-même. En effet, sa longueur et sa richesse sont
très variables et il arrive parfois qu’un détail revête une
importance capitale. Ainsi, l’indication du nombre d’habitants d’une collectivité locale dans un sujet peut ne pas être
anodine. En effet, maintes réglementations applicables aux
collectivités territoriales dépendent du nombre d’habitants.
Les informations apportées par le sujet permettent toujours de répondre, plus ou moins précisément, aux questions suivantes :
–  de quoi s’agit-il ? (thème) ;
–  quel est le contexte ? (mise en situation et environnement) ;
–  qu’attend-on du rédacteur ? (commande) ;
–  quel plan veut-on voir appliquer ? (problématique).
Nous allons envisager ces questions successivement.

a) Le thème
Précisons un point de vocabulaire. Le thème du devoir,
c’est-à-dire l’idée directrice autour de laquelle a été bâti
le dossier, n’est pas ici synonyme de « sujet », ce terme
ne désignant que le texte introductif dans son ensemble.
Le thème peut être donné de façon évidente par le sujet.
C’est le cas dans le sujet suivant.

SUJET 1
« Vous êtes chargé de préparer une note sur le thème
de la famille… »

SUJET 2
« Alors qu’il s’apprête à réunir la commission tourisme, le maire vous demande en quoi les fonds européens pourraient aider au développement touristique
de la commune. »
Ici, le thème n’est ni « les fonds européens » ni « le
développement touristique » : c’est « l’apport des
fonds européens au développement touristique
d’une ville ». Il appartient au candidat de le reformuler. Attention, cette reformulation doit être la plus
neutre possible et doit permettre de répondre à la
question toute simple : « De quoi s’agit-il ? » Elle doit
également être la plus courte possible et prendre la
forme d’une locution nominale, même longue (mais
sans verbe).

En recherchant des sujets de note dans des annales ou
des manuels, efforcez-vous de toujours parvenir à répondre
à la question du thème. Et, quand vous traitez le dossier,
inscrivez le thème sur la feuille où est imprimé le sujet.
C’est votre information phare, celle qui vous évitera de
vous fourvoyer.
Le thème ne doit cependant pas remplacer, dans votre
esprit, le sujet lui-même. Prenons le sujet 3.

SUJET 3
« L’adjoint du directeur régional de l’environnement,
dont vous êtes le collaborateur, vous demande de
réaliser une synthèse sur le réchauffement climatique
en vue d’une intervention qu’il doit effectuer au cours
d’une conférence administrative. »
Dans ce libellé, le thème est « le réchauffement climatique » mais le sujet inclut également des éléments
de contexte (intervention de l’adjoint du directeur
régional lors d’une conférence administrative).

b) Le contexte
Le contexte dans lequel est placé le traitement de la note
n’est pas anodin. Il peut, dans certains cas, orienter le
choix d’un plan, d’une problématique, d’un regard différent, d’un éclairage à faire porter plus particulièrement sur
tel ou tel point.
Cependant, certains sujets ne donnent aucun élément de
contexte et il faut, dans ce cas, les traiter en se fondant sur
ce qu’indiquent la liste et/ou les documents eux-mêmes
(exemple d’un sujet donné au concours d’inspecteur principal du Trésor : « La formation »). Mais, le plus souvent, le
sujet comprend une mise en situation. Il importe donc de
bien savoir le « questionner » afin d’en extraire toutes les
indications contextuelles.

Partie I : Méthodologie de la note

3. Phase 1 : prendre
contact avec le dossier

Mais, parfois, ce thème n’apparaît pas aussi clairement,
comme dans le sujet 2.

17

La mise en situation concerne tout d’abord celui qui
rédige, en l’occurrence vous-même. Le libellé du sujet 2
(ci-dessus) vous renseigne sur le rôle que vous êtes censé
jouer : vous occupez un poste (correspondant à l’intitulé
du concours) dans une commune, et le regard que vous
portez est donc celui de l’administration communale. Cela
n’altère en rien la neutralité de votre vision (au contraire !)
mais précise l’angle d’observation et donc d’exploitation
privilégiée du dossier et des documents. Vous savez que
votre note servira à répondre à une interrogation du maire
sur des projets à propos lesquels vous n’avez aucun jugement à formuler. Si le sujet avait commencé d’une autre
manière (par exemple : « En poste à la préfecture, on vous
demande de préparer une réponse au maire de … qui
s’interroge sur … »), votre point de vue aurait été différent.
Vous avez donc répondu à la question « qui ? ».
Il faut maintenant, si le sujet le permet, répondre à la question « pour qui ? ». Le sujet 2 amène une réponse claire :
c’est au maire que vous vous adressez.
Un autre élément de contexte peut intervenir : la date.
C’est la réponse à la question « quand ? ». Par défaut et
sauf indication contraire, vous devez vous placer à la date
du jour de l’épreuve. Mais pour certains sujets, la date est
très importante : par exemple, lorsqu’il s’agit de prendre en
compte une date butoir ou de réfléchir aux conséquences
de la prochaine entrée en vigueur d’un texte officiel. À cet
égard, si vous avez connaissance de l’évolution des textes et
que celle-ci ne transparaît pas dans le dossier, vous n’avez
pas à en faire mention dans le corps du texte. Toutefois,
vous pouvez tenter, dans l’introduction ou la conclusion
du devoir, de faire passer au jury ce message subliminal
mais important : « Je me tiens au courant de l’actualité. »
L’élément contextuel de lieu (« où ? ») est important également. Dans le sujet 2, le fait de travailler dans une commune
bénéficiant des fonds européens vous permettra d’éliminer,
lors de l’exploitation du dossier, tout ce qui ne se rattache
pas à ce cas précis. Nous y reviendrons.
La démarche que nous avons suivie jusqu’ici ne relève
pas du simple jeu ou du pur intérêt intellectuel. Plus tard,
en traitant réellement les documents, en réfléchissant au
plan et à la rédaction, vous devrez effectuer des choix, qui
dépendront peut-être du contexte. Mieux vaut alors savoir
d’où vous parlez… Mais l’analyse du sujet n’est pas terminée pour autant ; celui-ci précise le travail à réaliser et
comporte aussi une commande.

c) La commande

La note

Tout sujet contient une commande : celle-ci vous dit ce que
l’on attend de vous. Même le sujet 1, très minimaliste, en
comporte une. La commande est plus ou moins précise et
peut orienter la rédaction de la note dans telle ou telle voie.
On distingue quatre principaux modèles de commande :
–  l’information (« faire le point sur ») ;
–  la comparaison (« dégager les évolutions ») ;
–  la problématique (« mettre en évidence l’ensemble des
questions qui… ») ;
–  la proposition (« dire quelles solutions peuvent être avancées pour… »).

18

• L’information
Le cas le plus simple est celui de la note d’information.
Le sujet 1 correspond à ce type de commande. L’énoncé
propose un thème sur lequel il faut faire le point à partir du
dossier, de la manière la plus claire et la plus complète possible, mais en se limitant toujours strictement au contenu
des documents. Un sujet plus long, avec mise en situation, peut aussi correspondre à ce type de commande ;
c’est le cas du sujet 3.
• La comparaison – l’évolution
La commande peut aussi impliquer un élément comparatif
ou évolutif. La question posée est alors : « Qu’est-ce qui
change ? » ou « Qu’est-ce qui est différent ? », « Quelle est
l’évolution ? ». Il faudra dès lors en tenir compte et, sans
pour autant négliger de poser le cadre général, rechercher
systématiquement dans le dossier ce qui constitue une
nouveauté, une différence ou une évolution. Parfois, le titre
des documents peut directement aider : « Ce qui change
dans… », « Le nouveau dispositif d’aides… » ; sinon, vous
chercherez les mots clés annonçant ces changements.
Quant au plan, il mettra l’accent, dans sa structure même,
sur le caractère comparatif de la commande.
Le sujet qui suit amènera le candidat à comparer, à décrire
une évolution.

SUJET 4
« L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) a
remplacé la prestation spécifique dépendance (PSD),
qui avait montré quelques insuffisances. Votre maire
vous demande de rédiger une note lui présentant
ce nouveau dispositif et les raisons expliquant cette
évolution. »

• La problématique
Pour structurer le plan, vous devrez mettre en évidence une
problématique. Il arrive que le sujet la laisse transparaître,
entièrement ou en partie, avec des formulations telles que
« Faites le bilan des différents problèmes qui… » ou « une
note dans laquelle vous montrerez les interrogations qui… ».
Si le sujet ne donne aucune consigne, vous devez vousmême faire apparaître la problématique.
• La proposition
Si le sujet comporte une demande du type « Présenter les
grandes lignes d’une nouvelle politique publique et proposer les démarches à effectuer pour en bénéficier », il faut
répondre en gardant la neutralité de rigueur et rassembler l’ensemble des réponses et des solutions présentes
dans les documents ; vous pouvez cependant montrer leurs
avantages et leurs inconvénients. Nous entrons ici dans
le contexte de la note avec propositions, qui se rencontre
de plus en plus fréquemment dans le cadre de la professionnalisation des concours.

Enfin, il arrive que le sujet lui-même donne des indications
de plan. Celles-ci ne sont alors pas une vague suggestion
dont vous pouvez ou non tenir compte : elles ont valeur
de consigne et s’imposent à vous. Elles vous faciliteront
aussi la tâche lorsque vous établirez la grille d’analyse.

SUJET 5
« Chargé du bureau de la voirie et des aménagements de la communauté de communes de X, il vous
est demandé de rappeler le dispositif réglementaire
concernant les aires de jeux, de relever les obligations à la charge de la collectivité, et de proposer au
président les mesures à prendre. »
Ce sujet comprend une nette indication de plan en
trois parties :
I. Présentation du dispositif réglementaire concernant les aires de jeux.
II. Analyse des obligations à la charge de la communauté de communes de X.
III. Mesures proposées au président de la communauté de communes de X.

Alors que les sujets 1 et 2 ne suggèrent aucun plan, les
sujets 4 et 5 donnent des indications de plan (deux parties
pour le sujet 4, trois pour le sujet 5).
Néanmoins, bien souvent, vous n’aurez pas d’indication
précise de plan : après avoir traité les documents, vous
devrez en élaborer un à partir des idées et des arguments
que vous aurez récoltés.

Ce qu’il faut retenir
Nous venons de voir la richesse des indications que l’on peut
tirer de la lecture du sujet. Cela justifie le temps qui y est
accordé. La précision et parfois l’énonciation du thème, la mise
en situation, les suggestions de plan sont autant d’éléments
utiles pour construire la note et mener le devoir à son terme.
À l’issue de l’analyse du sujet, vous devez connaître : le thème
(sauf si le sujet est du type minimal) et votre rôle (c’est-à-dire
savoir pour qui vous travaillez, pour quoi et, si possible, où et
quand). L’analyse du sujet peut aussi vous donner une indication
de plan. Mais si certaines de ces réponses ne figurent pas dans
l’énoncé, il est temps de passer à la seconde étape de la prise
de contact.

2. Étape 2 : la liste des documents
et le survol du dossier
En règle générale, une liste de documents suit immédiatement le sujet. Cette liste donne des renseignements sur
les différentes pièces du dossier et attribue à chacune un
numéro d’ordre indiquant la manière dont elles sont classées. Toutefois, ce numéro d’ordre ne donne pas un ordre

d’importance. C’est à vous qu’il appartient de définir dans
quel ordre vous allez aborder les divers éléments du dossier.
Surtout, ne vous empressez pas de tourner la page pour
commencer à examiner les documents, ce serait une grosse
erreur. Cette liste est davantage qu’une simple énumération : nous verrons en effet qu’elle constitue aussi une clé
d’entrée du dossier et un complément du sujet. Encore
faut-il bien l’utiliser, l’améliorer et savoir exactement ce
qu’on peut en attendre.

a) Première approche :
lecture de survol et lecture d’orientation
La première approche du dossier est donc le survol – et
non pas une lecture proprement dite – des documents. Il
s’agit, en utilisant au maximum l’environnement de ces
textes, de saisir leur orientation générale sans entrer dans
le détail et, surtout, sans prendre de notes.
• Apprendre à survoler les documents
Le survol rapide est une technique à part entière, distincte
de la lecture rapide : on se trouve ici dans le domaine
infra-lectoral. C’est pourquoi cette phase est intégrée à la
prise de contact avec le dossier, et non au dépouillement
de celui-ci. En effet, quand le candidat reçoit la liasse de
documents et qu’il la feuillette en un éclair avant tout autre
opération, il procède déjà à un survol qui inscrit dans sa
mémoire les premiers éléments de forme (volume du dossier, aspect et type des documents, polices de caractères).
Ce geste, chacun le fait naturellement. Il s’agit de le poursuivre, en l’élaborant un peu.
Le survol rapide n’est donc ni une lecture rapide des documents ni une lecture en diagonale. Cela ne signifie pas que
vous ne lirez rien (nous verrons comment procéder) mais
qu’il n’y a pas de lecture systématique ni de recherche
de sens dans le texte. N’oublions pas que le temps est
compté et que la prise de contact – à savoir la découverte
du sujet, le perfectionnement et l’exploitation de la liste,
ainsi que le survol rapide – n’est qu’une petite partie du
travail. Nous lui accordons, au total, dix à quinze minutes.
Il n’y a donc pas une seconde pour la lecture.
Le survol rapide – ou « balayage » – du dossier va compléter la connaissance que vous en avez. Nous avons vu qu’il
débute en même temps que le travail sur la liste, dont il est
en quelque sorte le moyen et la condition. Si la liste des
documents nécessite un important travail de création ou
de complément, vous aurez achevé le survol rapide avant
la fin de cette phase. Il peut, au contraire, intervenir après
la découverte de la liste si celle-ci est « parfaite ».
Le survol du dossier n’a pas pour but de connaître précisément son contenu, mais son contenant, à savoir : la
forme, l’aspect, le volume et la tonalité des documents.
C’est le préalable à la lecture de ceux-ci, et non pas une
première lecture.
• Un survol rapide et non pas une lecture rapide
du dossier
Le plus important, dans la technique du survol, est de s’interdire réellement la lecture du document, laquelle constitue
une tentation toujours présente et… une solution de facilité.
Avec le risque d’oublier toute la technique d’élaboration

Partie I : Méthodologie de la note

• Les suggestions de plan

19

de la note et de se mettre à lire tous les documents l’un
après l’autre, sans ordre, sans fil conducteur. La bonne
méthode consiste à laisser glisser le regard sur la feuille
en ne s’arrêtant qu’aux « aspérités » du texte.
Ces aspérités sont : le titre, le sous-titre, le chapeau, les
intertitres journalistiques (qui ne sont pas là pour couper
logiquement le texte mais pour relancer l’intérêt du lecteur
et aérer les paragraphes), la signature, les espaces, les illustrations et leurs légendes. Chacun de ces éléments complète le tableau déjà esquissé par l’intitulé du document.
Certains documents sont « lisses », ils n’ont quasiment pas
d’aspérités ni de signes arrêtant le regard. On peut alors
se contenter de ce constat et réserver à la phase suivante
l’exploration du document concerné. Mais vous pouvez
aussi créer vous-même des aspérités dans un texte en
cherchant à y repérer des mots clés.
Ainsi conduit, le survol rapide permet de caractériser rapidement chaque document. Est-il clair, bien découpé, lisible
ou, au contraire, lisse et confus ? D’après l’étude des mots
clés ou des indices, est-il pour ou contre le thème, ou ni
l’un ni l’autre ?
Le survol rapide renforce ainsi votre connaissance de
l’« enveloppe » du dossier, vous fournit des éléments d’orientation supplémentaires. En outre, il confirme votre compréhension du sujet. Cette confirmation rapide est essentielle
pour la suite puisqu’elle vous permet de savoir où vous
allez, en puisant le moins possible dans votre capital-temps.
• Rendre la liste opérationnelle
Une liste de textes bien construite peut apporter de nombreuses informations.

références ci-dessus ne comporte de nom d’auteur ; or, dans certains cas, c’est une bonne indication. En revanche, l’une et l’autre contiennent une
date précise ; nous verrons plus loin l’utilité de cette
information.
Enfin, chaque référence se termine par la mention du
nombre de pages, donc de la longueur du document.

Numéro, nature, source, titre, (auteur), date, taille : ces
renseignements pertinents devraient figurer dans toute
liste. Mais tel n’est pas toujours le cas. Les listes mises à
votre disposition seront souvent incomplètes ou inexactes.
Voici, ci-dessous, la liste qui accompagne le dossier introduit par le sujet 6 (que vous retrouverez parmi les exemples
de sujets traités, page 45).

SUJET 6
« Vous êtes en poste auprès du directeur des ressources humaines d’un établissement public de
l’État. Votre chef de service, qui vient de prendre
son poste, s’interroge sur la ligne budgétaire correspondant à un versement annuel au FIPHFP. Il n’a
pas manqué de faire le rapprochement avec le faible
taux d’intégration des travailleurs handicapés dans
les effectifs (moins de 3 %).
Il vous demande une note faisant le point sur la problématique de l’intégration des handicapés dans la
fonction publique, et dans laquelle vous mentionnerez les mesures à prendre pour se mettre en conformité, en faisant ressortir les aides possibles.
Pour cela, vous disposez d’un dossier. »

EXEMPLE
Voici un extrait de liste :
Document 5 : Décret du 29 octobre 1936 relatif aux
cumuls de retraite, de rémunérations et de fonctions
– 3 pages.
Document 6 : « Cumuls d’emplois publics : quelles
limites ? » – La Gazette, 8 juillet 1996 – 2 pages.
Ces quelques lignes montrent bien ce que peut
contenir la liste : d’abord, le numéro du document,
qui permet son repérage dans le dossier. Puis le type
de texte ; toujours indiquée quand il s’agit d’un texte
de nature juridique, cette donnée est souvent omise
dans le cas d’un article, d’autant que la mention de
la source (doc. 6 : La Gazette) rend cette précision
superflue. Ensuite, le titre du texte est mentionné.

La note

Celui du document 5 indique l’objet précis de ce texte
juridique. Grâce à ce type de mention, très explicite
le plus souvent, on sait immédiatement ce que l’on
peut espérer trouver dans le texte. En revanche,
le titre d’un article n’est pas toujours aussi parlant
que celui du document 6 et doit parfois être éclairci,
quand il n’induit pas en erreur. Aucune des deux

20

Liste des documents accompagnant
le sujet 6
(Les documents mentionnés ici sont reproduits
pages 46 à 64.)
Document 1 : Extrait du Code du travail, section 1 :
Obligation d’emploi des travailleurs handicapés, des
mutilés de guerre et assimilés (4 pages).
Document 2 : « Les aides du FIPHFP », site du Fonds
pour l’insertion des personnes handicapées dans la
fonction publique, 19 août 2016 (3 pages).
Document 3 : « Les mesures spécifiques pour les
agents handicapés », portail de la fonction publique,
03/02/2015 (2 pages).
Document 4 : Décret no 2006-501 du 3 mai 2006
relatif au Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (3 pages).
Document 5 : Circulaire no 5265/SG du Premier
ministre, relative à l’insertion professionnelle des
personnes handicapées dans la fonction publique,
23 novembre 2007 (3 pages).
Document 6 : « Info recruteurs : la carrière d’un
agent handicapé », fiche réalisée par la HALDE, reprise
par emploi-public.fr (4 pages).

Reprenons cette liste ligne par ligne :

1

2

Intitulé
Extrait du Code du Travail, section 1 :
Obligation d’emploi des travailleurs
handicapés, des mutilés de guerre et
assimilés (4 pages)
« Les aides du FIPHFP », site du Fonds pour
l’insertion des personnes handicapées dans
la fonction publique, 19 août 2016 (3 pages)

Remarque

Utilisation

Obligations et sanctions sont précisées
ici, à la fois en termes de nondiscrimination et d’adaptation des postes
de travail.

Cela ne serait ni un bon document pivot,
ni un bon document d’entrée. Attention :
ce n’est pas la source unique de la
première partie.
Ni entrée ni pivot car trop « étroit », c’est
un bon document « boîte à outils ». N’y
prenez que le nécessaire.
Ni entrée ni pivot. Attention : pour le
moment, vous n’avez pas encore recruté,
vous ne pouvez donc pas être très précis.
Par ailleurs, laissez de côté le départ
anticipé à la retraite : cela ne fera pas
monter le pourcentage !
Ni entrée ni pivot car trop « étroit ».
Prenez-y ce qui vous semble
correspondre au besoin immédiat ;
et n’oubliez pas l’accompagnement
psychologique des collègues.
C’est à la fois le document d’entrée
(après en avoir lu une page et demie,
vous saurez tout ce qu’il y a à savoir !) et
le document pivot, avec des paragraphes
bien faits et en nombre encore
raisonnable.

Sont ici détaillées les aides accessibles
et possibles.

3

« Les mesures spécifiques pour les agents
handicapés », portail de la fonction publique,
03/02/2015 (2 pages)

La vertu principale du document est
de donner les mesures possibles. Il ne
faut pas en faire une reprise exhaustive.
Retenez néanmoins l’essentiel :
la possibilité de recrutement sans
concours.

4

Décret no 2006-501 du 3 mai 2006 relatif
au Fonds pour l’insertion des personnes
handicapées dans la fonction publique
(3 pages)

Ici, vous avez des indications précises
qui vous permettront d’aller dans le
détail.

5

Circulaire no 5265/SG du Premier ministre,
relative à l’insertion professionnelle des
personnes handicapées dans la fonction
publique, 23 novembre 2007 (3 pages)

Le document est daté ; cependant, il
reste assez actuel (sauf le chiffre, qui a
bien évolué : 5,17 % en juin 2016).

6

« Info recruteurs : la carrière d’un agent
handicapé », fiche réalisée par la HALDE,
reprise par emploi-public.fr (4 pages)

Document « bouche-trou ». Il rappelle que
les agents handicapés dans la fonction
N’y prenez que le nécessaire de façon à
publique sont des fonctionnaires comme ne pas alourdir le devoir.
les autres.

• Créer une liste

b) Les dernières questions

La liste des documents est placée le plus souvent en tête
du dossier ; mais il arrive – rarement – qu’elle manque.
Dans ce cas, vous vous trouvez en situation « réelle » de
travail : vous recueillez un ensemble de pièces disparates
dont vous allez réaliser la synthèse, et c’est à vous de créer
la liste. Vous le ferez selon les mêmes principes que ceux
exposés plus haut pour compléter une liste.

Après la lecture du sujet et de la liste, certaines questions
demeuraient sans réponse. Le survol rapide a constitué la
dernière chance de compléter les réponses à vos interrogations. Il a pu vous permettre de confirmer le thème ou
de le rectifier. En effet, on peut imaginer (par exemple, avec
un sujet minimaliste) que le thème tiré de la lecture de la
liste ne soit pas exactement celui auquel on s’attendait…
De même, en ce qui concerne le lieu, vous vous apercevez peut-être que de nombreux documents se rattachent
à un même site, à une même région, etc.

L’absence de liste n’est ni une erreur, ni un oubli. Ce peut
être un choix délibéré du concepteur du dossier qui n’avantage ni ne handicape personne puisque tous les candidats
disposent du même matériel. Il pourrait alors être prudent
de demander si ce n’est pas un oubli, comme de vérifier
si tous les documents sont bien présents, avec la bonne
pagination. Faites-le dès le début de l’épreuve, au moment
de l’exploitation de la liste.
Il peut aussi arriver que, si la liste des documents existe
(même incomplète), ceux-ci ne soient pas numérotés et
que le dossier ne soit pas paginé. Dans ce cas, faites vousmême la numérotation et la pagination tout de suite : si vous
souhaitez ensuite dégrafer le dossier pour l’exploiter, vous
pourrez faire très vite des regroupements de documents.
En principe, à ce stade, vous êtes donc en possession
d’une liste utilisable. Celle-ci a une double nature que vous
allez exploiter : elle est à la fois la clé d’entrée naturelle du
dossier et le complément du sujet. C’est par ce second
aspect que nous allons commencer l’interrogation de la liste.

Ainsi, l’interrogation a été poussée à son terme. Les dernières ambiguïtés sont levées, la prise de contact est achevée. La liste joue véritablement le rôle de complément du
sujet car elle fournit les réponses qui ne se trouvent pas
dans celui-ci, ainsi que d’autres renseignements. Elle permet aussi de confirmer ou d’infirmer certains points de la
première analyse.
Avec un sujet minimaliste (« Rédigez une note de synthèse
à partir du dossier suivant »), c’est la liste qui apporte les
premières réponses, même s’il a fallu d’abord la construire
de toutes pièces. Prenons la liste jointe au sujet 6 (voir cicontre) et supposons qu’elle soit introduite par un sujet
minimaliste ; un simple coup d’œil permet d’en faire ressortir le thème : l’insertion des personnes handicapées dans
la fonction publique. Ainsi, la première information donnée par la liste est le thème ou la confirmation du thème.

Partie I : Méthodologie de la note

No

21

Mais les éléments de contexte peuvent également s’y
trouver, notamment la date. Par défaut, c’est celle du jour
de l’épreuve, et surtout pas celle du document le plus
récent (puisqu’on se limite au dossier) : ainsi, un candidat
qui avait inscrit cette dernière a été éliminé du concours
car le jury l’a interprétée comme un signe de reconnaissance. Il peut arriver que le sujet vous place à une date fictive (exemple : « Nous sommes en juin 2013. ») ; dans un tel
cas, c’est cette date qui s’impose. Mais la date peut aussi
avoir une autre conséquence. Dans le sujet du concours
interne 2014 d’accès aux IRA, un document fournissait
d’amples renseignements sur une période transitoire et
sur son organisation alors qu’au jour de l’épreuve, la date
butoir de cette période était passée. Si, enfin, vous avez
connaissance de faits ou de textes liés au dossier mais qu’il
ne prend pas en compte car ils sont trop récents, ne les
mentionnez pas dans votre note mais vous pouvez y faire
allusion en conclusion, ce qui montrera au correcteur que
vous êtes en prise sur le monde contemporain et l’actualité.
Parfois, le lieu peut ressortir de l’orientation géographique
précise et convergente de plusieurs documents. Il faut
cependant utiliser ce mode d’investigation avec prudence.
Dans un autre dossier, l’un des documents se situait au
Mali. Mais c’est le thème général – la mondialisation – qui
primait : focaliser la note sur le Mali ou l’axer en majeure
partie sur les pays en développement aurait été une erreur.
À l’inverse, et même en l’absence d’indication précise dans
le sujet, la présence dans le dossier du sujet 6 de nombreux documents traitant du Fonds pour l’insertion des
personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP)
incite à éclairer particulièrement ce point.
Cependant, le rôle de complément du sujet assuré par
la liste ne se borne pas à apporter des réponses et des
confirmations. Elle révèle une autre information importante
pour la suite (c’est-à-dire la rédaction du devoir), la tonalité des documents :
–  sont-ils plutôt juridiques (lois, textes réglementaires,
actes administratifs…) ? La note aura alors une tonalité
juridique ;
–  s’agit-il surtout de rapports, d’articles événementiels,
d’échanges de courrier ? Dans ce cas, la note fera le point
sur un problème précis ;
–  comporte-t-elle des textes d’opinions – parfois opposées –, des éléments de débat ? La note fera alors le point
et rendra compte de ces éléments de débat.
Vous ajouterez ainsi au sujet, sous forme d’annotations
complémentaires, tout ce que vous aurez fait ressortir de
la lecture de la liste : vous pourrez vous y reporter fréquemment tout au long du devoir, afin de vous assurer que vous
restez bien dans le droit fil de la commande.
Il est temps, avant de commencer le dépouillement du
dossier, de trouver le document qui, en peu de mots, vous
permettra de savoir « de quoi on parle ».

de la problématique, même si, à ce stade, celle-ci reste à
définir. Parmi des textes juridiques, le document d’entrée
pourra être une loi si elle est bien lisible, ou une circulaire
si elle n’est pas trop longue. L’idéal est toutefois un bon
article de presse faisant le point sur le sujet.
À défaut, une circulaire 2 ou une instruction 3 figurant dans
le dossier peuvent s’avérer très intéressantes car elles
pourront, par exemple, présenter clairement une législation complexe ou l’évolution de cette législation.
Revenons au sujet 6 : on peut éliminer d’emblée le document 6 (la fiche), qui ne vise pas directement le sujet. Les
documents 2, 3 et 4, qui portent sur des aspects trop précis
et étroits du sujet, sont aussi à rejeter. Le document 1, du
fait de sa nature juridique, ne se prêtera pas à l’analyse, il
est donc également écarté d’office. Il nous reste un document, le no 5, qui traite de l’ensemble du sujet.
Une fois le document choisi, lisez-le vite comme vous lisez
un quotidien, sans prendre encore de notes à ce stade.
Si vous avez peu de connaissances générales sur le sujet,
la lecture du document d’entrée est d’autant plus importante. En effet, c’est elle qui va vous permettre, après la
prise de contact, d’en savoir un peu plus avant de vous
lancer dans l’exploitation du dossier proprement dite.

Ce qu’il faut retenir
La liste des documents n’est pas une simple table des matières :
elle constitue un élément à part entière du dossier. Il est donc
nécessaire de la lire, de la compléter et de la questionner. Compléter cette liste n’est pas du temps perdu, au contraire. Le cas
échéant, il faut recourir au survol rapide pour préciser le descriptif
des divers éléments.
Avant de passer au dépouillement, vous utiliserez encore la liste
pour choisir un premier document, destiné à vous éclairer rapidement sur le sujet, puis le document pivot.

4. Phase 2 :
exploiter le dossier
Pour exploiter le dossier, il faut lire les documents. Cette
lecture doit être à la fois complète et rapide.

1. La lecture rapide
Il n’est pas question ici de vous donner en quelques paragraphes un cours complet de lecture rapide, il existe des

La note

c) Le document d’entrée

22

Le document d’entrée n’est pas celui qui porte le numéro 1
dans la liste, du moins pas nécessairement : c’est celui par
lequel vous allez commencer la découverte du dossier.
Cela permet de dégager quelques-unes de ses caractéristiques : le document d’entrée ne doit pas être trop long
ni trop technique, et il doit recouvrir si possible l’ensemble

2.  Document diffusé à l’intérieur d’une administration, destiné à
des fonctionnaires d’État et ayant pour objet de préciser les modalités d’application d’une mesure.
3.  Note de service émanant d’un ou de plusieurs ministres (on
parle alors d’« instruction interministérielle »), diffusée largement
dans les services concernés de l’État afin notamment d’expliciter
un arrêté ministériel.

méthodes pour cela 4, à moins que vous n’ayez l’opportunité de participer à un stage.
Pourtant, quelques principes doivent être posés. D’abord,
la lecture rapide n’est pas une lecture en diagonale, une
lecture glissante où l’œil ne retient rien. C’est au contraire
une lecture sélective, organisée. Et surtout une lecture
qui n’est ni linéaire, ni subvocalisée, ni exhaustive. Il n’est
jamais besoin de tout lire, de s’imprégner de chaque mot
pour comprendre le sens du texte. Car ce qui importe est
son sens général.
Pour autant, rassurez-vous : pratiquer la lecture rapide,
s’y entraîner, c’est certes se donner un atout supplémentaire pour réussir l’épreuve de note, mais c’est loin d’être
suffisant, ni même vraiment nécessaire. La technique de
la note qui est exposée dans ce livre est suffisamment
élaborée pour vous permettre d’aboutir même si vous ne
détenez pas un record de vitesse de lecture !

2. Le document pivot
Nous avons vu plus haut comment déterminer un document
d’entrée, afin de se mettre vite au courant de la thématique
du dossier. Lisez ce document d’entrée rapidement, comme
vous parcourez un article de journal, pour vous informer
simplement, donc sans prendre de notes.
Le document pivot a une utilisation totalement différente. Il
est, au contraire, l’outil à partir duquel vous pourrez définir une grille de lecture et entreprendre une exploitation
intelligente du dossier. Ce document pourra éventuellement être le même que le document d’entrée, mais cela
doit rester exceptionnel. L’objectif est différent et les critères de choix ne se recouvrent que partiellement. Dans le
sujet 6, un même document joue les deux rôles à la fois.
Le choix et l’exploitation du document pivot constituent une
étape indispensable qui vous permettra de vous approprier
totalement le dossier en vue de son exploitation rationnelle
en lecture dite « approfondie ». Au cours de cette étape,
vous rassemblerez les informations indispensables à la
rédaction de votre note.

mécanisme. Prenons par exemple, dans le sujet 6 (reproduit p. 46 à 64), le troisième paragraphe du document 5,
qui commence par les mots « Les obligations légales des
employeurs publics ont été fixées… » et se termine par « …
les personnes mentionnées à l’article L. 323-3 du Code du
travail ». Dans ce paragraphe, l’idée maîtresse est : « La
loi du 10 juillet 1987 instaure une obligation d’emploi de
6 % de personnes handicapées dans les effectifs » ; on la
notera en abrégé : « loi 10 juillet 1987 : obligation 6 % PH
dans les effectifs ». Un paragraphe = une idée. Si la structure du texte répond à ce principe, si les paragraphes à
analyser sont assez nombreux mais pas trop, alors c’est
un bon document pivot.
Pour le choisir, nous procéderons par élimination, à l’aide
de critères proches de ceux du document d’entrée. Nous
y ajouterons simplement la nécessité d’avoir au moins dix
paragraphes structurés.
Attention : parfois, il n’y a pas un document pivot unique, il
faut en réunir deux pour couvrir un champ assez large du
sujet. Le survol rapide permet, là encore, de faire ce choix.

b) Exploiter le document pivot
Comme son nom l’indique, ce document a vocation à devenir le centre de votre recherche ordonnée dans le dossier.
C’est pourquoi vous devez lui accorder une attention soutenue ; vous l’aborderez de façon systématique, dans le
but de débusquer toutes les idées importantes qu’il peut
contenir. Pour cela, il faut le lire avec le crayon ou le stylo
en main et noter l’idée maîtresse de chaque paragraphe.
L’objectif est d’avoir à la fin de cet exercice un matériau
utilisable, c’est-à-dire pas trop touffu. Dans notre exemple,
le neuvième paragraphe, qui est très long et inclut une énumération de trois tirets, apportera lors du dépouillement
général plusieurs idées distinctes. Cependant, son idée
maîtresse est : « Les moyens disponibles pour atteindre
l’objectif ». C’est celle que nous noterons, en abrégé, devant
le numéro du paragraphe. Ce travail d’analyse du document
pivot précède le dépouillement, il en est encore distinct.
La méthode pour le mener à bien repose sur le principe
vu plus haut : un paragraphe = une idée.

a) Choisir le document pivot

Le document choisi doit donc englober le champ le plus
large à l’intérieur du sujet. En ce sens, les critères ressemblent fort à ceux du choix du document d’entrée.
Cependant, il en existe un autre, la structure physique
du texte : est-il divisé ou non en paragraphes pertinents ?
En effet, dans un texte bien rédigé, chaque paragraphe doit
correspondre à une idée centrale. Il suffit donc d’inverser le

4.  On peut citer, par exemple, Pierre Gévart, Le guide de la lecture rapide, L’Étudiant, coll. « L’intégrale », 2014.

EXPLOITATION DU DOCUMENT 5
Le document 5 se compose de 18 paragraphes cohérents ; chacun d’eux fournit une idée maîtresse. Au
final, nous disposons donc de 18 idées maîtresses :
–  § 1 : insertion PH = objectif prioritaire État ;
–  § 2 : administrations de l’État : exemplarité ;
–  § 3 : loi 10 juillet 1987 : obligation 6 % PH dans les
effectifs ;
–  §  4 : loi 11  février 2005 renforce dispositif
accompagnement ;
–  § 5 : FIPHFP : alimentation et utilisation Fonds ;
–  § 6 : objectifs fixés pas atteints : 4,5 % (en 2007) ;
–  § 7 : appel au « volontarisme sans faille » ;
–  § 8 : ordre mise en place plan pluriannuel ;
–  § 9 : moyens pour atteindre objectif ;
–  § 10 : insiste sur état d’esprit équipes vis-à-vis
des PH ;
–  § 11 : mobiliser correspondants et réseau associatif ;

Partie I : Méthodologie de la note

C’est celui qui va donner une charpente à votre travail de
recherche (car l’exploitation du dossier est un véritable
travail de recherche : d’idées, d’arguments, etc.). Sur le
document pivot, vous pourrez greffer les arguments tirés
des autres documents, voire les enchaîner, de façon à en
faire un ensemble cohérent. Mais attention : il ne s’agit
pas encore d’un plan.

23

–  § 12 : s’appuyer sur le FIPHFP pour accompagnement ;
–  § 13 : mesure de résultats quantifiés ;
–  § 14 : fixation délais et résultats pour fin 2012 ;
–  § 15 : suivi annuel par gouvernement ;
–  § 16 : mesure d’autorité : gel des crédits ;
–  § 17 : bilan dès fin 2008 ;
–  § 18 : rendre compte.
On remarque que ce document est daté puisqu’il
comporte deux dates très antérieures à celle où est
donné le sujet (début 2017). On n’en tiendra donc
pas compte dans le devoir.

Une fois le dépouillement du document pivot achevé, vous
disposez d’un certain nombre d’idées. Dans notre exemple,
il y en a dix-huit, ce qui est presque trop mais va vous
permettre de travailler plus finement. En vous appuyant
sur ces idées, vous allez construire une grille de lecture.

3. La grille de lecture
À partir des dix-huit idées recensées, il est possible de
faire ressortir plusieurs axes :
–  axe 1 : politique publique ;
–  axe 2 : aspect juridique ;
–  axe 3 : FIPHFP ;
–  axe 4 : indicateur chiffré ;
–  axe 5 : plan pluriannuel ;
–  axe 6 : méthode ;
–  axe 7 : sanctions.
Cette liste, qui ne correspond en rien à un plan, constituera
le pivot de votre recherche. Vous pourrez en effet la placer
au milieu d’une feuille de papier (ou de deux feuilles réunies
par une bande adhésive), par exemple, et y « accrocher »
(comme des rayons sur le pivot d’une roue ; voir page 27)
les idées glanées dans tel ou tel document du dossier.

a) Lire les documents
Muni de cette grille de lecture en sept axes, vous allez pouvoir dépouiller concrètement le dossier. Mais, pour cela,
il vous faut encore répondre à deux questions : de quels
types de document disposez-vous, et dans quel ordre
allez-vous les aborder ?
• Les différents types de document
Le dossier à partir duquel se construit une note peut être
composé de documents de natures très diverses. Celui
sur lequel s’appuie cet exposé méthodologique comprend
ainsi :
–  des textes juridiques (documents 1, 4 et 5) ;
–  des documents contenant des éléments statistiques
(document 3, tableaux) ;
–  des documents informatifs : extraits d’ouvrages, de rapports ou de sites internet (documents 2, 3 et 6).

La note

L’approche des documents ne peut pas être totalement
uniforme. Il faut donc apprendre à les lire, savoir ce que
l’on peut en tirer et comment le faire.

24

Nous avons déjà vu, plus haut, que la proportion relative de
ces différents documents vient en quelque sorte compléter

le sujet en éclairant le thème (est-ce un éclairage plutôt
juridique ou plutôt une affaire d’opinion, etc. ?). De même,
la manière de lire les documents et l’ordre dans lequel doit
s’effectuer cette lecture dépendent de leur nature (et de
leur nombre).
Mais gardez toujours à l’esprit que le plus important in fine
est, par définition, de réussir la synthèse de tous les éléments, aussi disparates soient-ils.
• Les documents juridiques
Le document  4 (voir page  55) est un texte juridique.
Comment faut-il le lire ? Décomposons :
–  Décret : c’est la nature du document, qui le situe dans
la hiérarchie des normes ;
– du 3 mai 2006 : il s’agit de la date à laquelle le dernier
signataire l’a signé ;
–  relatif au Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique : c’est l’intitulé de
l’arrêté qui, en général, qualifie assez bien son contenu ;
–  no 2006-501 : il s’agit du numéro de ce texte ; vous n’êtes
pas obligé de le recopier ;
–  Le Premier ministre, Sur le rapport… : c’est le simple
rappel de l’autorité signataire et des visas des textes fondant la légalité du décret. Bien entendu, vous ne les recopierez pas.
Les principes illustrés ici sont à retenir car ils s’appliquent
à n’importe quel texte juridique. Lisez le titre : s’il est plus
vaste que le thème défini par le sujet, biffez sans aucun
état d’âme tout ce qui est en trop. Les textes de loi sont
souvent munis de titres et de chapitres qui facilitent ce travail. Lisez les visas (ils peuvent être intéressants) et bien sûr
les articles, sachant que, souvent, chacun de leurs paragraphes correspond à une idée ou une notion distincte.
• Les articles et les rapports
Avec la lecture du document pivot, vous avez vu une première approche de la manière de lire un texte structuré. La
méthode est identique pour un rapport. Mais il ne s’agit pas
de refaire avec chaque document le même travail que sur
le document pivot, sinon la notion même de pivot n’aurait
plus de sens. Vous allez cette fois procéder plus rapidement, d’abord en utilisant la technique du « nettoyage ».
À ce propos, il faut absolument faire une distinction entre
les titres et sous-titres des rapports et les intertitres des
articles. Les premiers désignent très précisément le contenu
des paragraphes qu’ils précèdent. Si ces titres sortent du
thème, il y a tout lieu de ne pas les rayer. En revanche,
les intertitres de la presse ne sont là que pour des raisons
visuelles. Exploitez également le « chapô », ce court texte
introductif placé en tête de certains articles et qui annonce
souvent le plan : c’est aussi un bon guide de lecture rapide.
Puis, toujours sans vous attarder et sans lire tous les mots,
efforcez-vous de dégager l’idée principale de chaque
paragraphe, mais ne la notez pas systématiquement. Trois
cas peuvent en effet se produire :
–  vous avez déjà noté l’idée sur votre brouillon et vous
l’avez rattachée au pivot : il est inutile de la recopier ;
–  c’est une idée nouvelle rattachable à l’un des axes : il
faut la noter ;
–  c’est une idée nouvelle non rattachable : il convient
d’ajouter un axe au pivot.

Dans les dossiers se trouvent souvent un ou plusieurs
documents statistiques ou des documents qui contiennent
des données chiffrées ou représentées graphiquement.
Négliger ces éléments par rejet des mathématiques ou par
crainte de ne pas les comprendre serait une erreur. En effet,
tous les documents sont utiles et doivent être exploités ;
aucun ne nécessite un niveau d’expertise supérieur au
niveau requis pour passer le concours. Là encore, c’est une
affaire de technique, comme nous le verrons ci-dessous.
Savoir lire et comprendre les documents statistiques
Avant même de comprendre le document, il est essentiel
de saisir de quoi il s’agit.
Prenons comme exemple un tableau figurant sur la seconde
page du document 3 du dossier qui accompagne le sujet 6.

Modalités de la retraite anticipée pour les fonctionnaires
reconnus travailleurs handicapés

Année de
naissance

Âge de départ
possible

Durée
assurance
requise
(en trimestres)

Durée
assurance
cotisée requise
(en trimestres)

Le tableau suivant présente la synthèse des cas possibles
pour les personnes souhaitant partir en 2012 :

1953

59

 85

 65

1954

58

 95

 75

1955

57

106

 86

1956

56

116

 96

1957

55

126

106

Il est donc primordial de saisir la signification des termes
employés. Les chiffres ou les graphiques n’ont pas de
signification en eux-mêmes, mais uniquement en relation
avec ce qu’ils représentent.
Ici, le titre du tableau et la phrase qui le précède dans le
document nous apprennent que les personnes handicapées travaillant dans la fonction publique peuvent bénéficier
d’un départ en retraite anticipé. C’est un point important.
Le tableau nous montre ensuite que cette possibilité est
soumise à une triple condition : un âge minimal, la durée
pendant laquelle ils ont travaillé tous régimes confondus, et
la durée de leurs services au sein de la fonction publique.
Il sera inutile, dans la note de synthèse, de reprendre ces
conditions, année de naissance par année de naissance.
La seule information pertinente à retenir est donc que le
départ anticipé est possible à certaines conditions, liées
notamment à l’âge et à la durée de la période de cotisation.
Les analyser en relation avec le sujet
Une fois ce point bien compris, on peut maintenant exploiter le document, en ayant sans cesse à l’esprit le sujet de la
note (n’interrogez le document que dans ce cadre, même

s’il peut dire plus) et en restant objectif. Il faut « faire parler
le document » en sélectionnant les données les plus pertinentes et en les transformant en informations exploitables,
rattachables au pivot.
Pour cela, allez du général au particulier (lorsqu’il y a une
courbe, la tendance de celle-ci avant ses accidents ; les
totaux du tableau avant les chiffres détaillés) et ne sollicitez pas les chiffres au-delà de ce qu’ils peuvent indiquer.
Soyez toujours critique dans votre lecture des documents.
Faites d’abord porter votre critique sur la source (un document de l’INSEE ou des Douanes est a priori plus fiable
qu’un document d’agence de presse, par exemple) puis
sur la date (le document est-il encore d’actualité ?), etc.
C’est seulement à la fin de ce travail que vous pourrez en
tirer un argument utilisable.
• L’ordre de la lecture
Vous savez maintenant comment lire tel ou tel type de
document, vous avez exploité le document pivot et vous
avez une grille de recueil des données. Il reste à déterminer l’ordre dans lequel ces documents doivent être abordés, la lecture du document d’entrée et celle du document
pivot étant considérées comme acquises.
D’abord, la lecture des textes juridiques s’impose car ils
disent le droit. En principe, pour une même matière, vous
lirez la loi puis le décret, et ensuite la circulaire.
(Remarque : certaines lois, qui procèdent par modification
de textes antérieurs non joints, sont peu lisibles. On peut
alors commencer par le décret ou la circulaire, sans pour
autant laisser totalement de côté la loi.)
Vient ensuite l’ordre chronologique : on pourrait estimer
judicieux de commencer par le texte le plus ancien, pour
avoir une vision de ses modifications successives. Mais ce
serait en fait une perte de temps et de clarté. Il vaut mieux
d’emblée, à degré hiérarchique égal, prendre le texte le
plus récent, puis le compléter en « remontant le temps ».
Cette technique vous permettra aussi de vérifier que le plus
récent n’abroge pas, partiellement ou en totalité, un document plus ancien qui figurerait dans le dossier ; elle vous
évitera de lire des informations obsolètes et donc inutiles.
Après les textes juridiques viendront les rapports, dont
n’est souvent donné qu’un extrait. Parmi les rapports, l’ordre
ira du plus général (ceux qui englobent tout le sujet) au
particulier (ceux qui ne couvrent qu’une partie du sujet).
Subsidiairement à ce premier classement, vous pouvez
en adopter un second, fondé sur la chronologie, en commençant par le document le plus récent.
Le cas échéant, toutefois, cet ordre peut être bouleversé
en tenant compte de l’autorité de la source. Ainsi, un rapport assez ancien et étroitement ciblé du gouverneur de la
Banque de France passera devant un rapport plus général
et récent d’un cabinet d’expertise peu connu.
Ensuite, les articles de presse seront classés selon les
mêmes principes que les rapports. Ici aussi, la source ou
le signataire peut conduire à changer l’ordre des priorités.
Le titre du périodique joue également un rôle ; en l’occurrence, à vous de juger en fonction du sérieux supposé
de tel ou tel titre, un périodique national passant avant la
presse locale.

Partie I : Méthodologie de la note

• Les documents statistiques

25

Aux articles, on peut ajouter les copies d’écran et les
documents issus d’internet.
Les documents statistiques arrivent en dernier. On peut
les classer s’ils sont nombreux, mais ce n’est pas obligatoire. En effet, ils ne portent souvent que sur un créneau
étroit du sujet et ne font que préciser ou orienter tel ou tel
point de l’exposé.

b) L’organisation matérielle
Nous n’avons pas encore évoqué la question de l’organisation matérielle de votre travail. Celle-ci a son importance car elle va vous permettre d’avancer sans risquer de
vous perdre dans les détails ou même dans vos papiers.
Elle commence par l’organisation matérielle de votre table
de travail.
• Organiser la table
Cette organisation dépend d’abord de la table elle-même,
donc de l’espace dont vous disposez et que vous ne découvrez généralement que le jour de l’épreuve. Mais l’éventail n’est pas très large : vous vous installerez à un pupitre
à deux places ou monoplace. Préparez-vous aux deux
éventualités.
La règle numéro 1 est de ne pas encombrer cet espace.
Jusqu’au début de la rédaction, la copie n’y a pas sa place,
ni une trousse si vous n’utilisez que quelques crayons,
disposés bien en évidence. En revanche, vous poserez
devant vous le sujet, de façon à ne pas le perdre de vue et,
à côté de lui, votre montre et le planning de votre épreuve.
Le dossier est très important. Pour le consulter, vous avez
deux solutions : ou bien le conserver entier, agrafé (dans
ce cas, veillez à ce que la pagination soit impeccable afin
de ne pas perdre de temps en le feuilletant cent fois…), ou
bien le séparer en autant de liasses qu’il y a de documents.
Cette seconde solution peut être judicieuse, même si elle
prend plus de place. Plusieurs conditions doivent cependant être réunies pour que cette stratégie soit fructueuse :
–  le nombre de documents ne doit pas être excessif (cinq
à sept ; au-delà, il y a des risques de mélange) ;
–  ayez une agrafeuse de poche pour attacher ensemble
les feuillets d’un même document ;
–  obligez-vous, chaque fois que vous avez fini de consulter un document, à le remettre exactement à la place que
vous lui avez assignée, pour le retrouver immédiatement
si nécessaire.
À vous de choisir entre la pagination et le désagrafage,
nous ne nous prononcerons pas. Essayez l’une et l’autre,
et faites votre choix en fonction de ce que vous ressentez.
Enfin, réservez le centre de la table pour votre brouillon.
(Tout cela ne peut toutefois pas être mis en œuvre si le
dossier est imprimé recto-verso, comme c’est de plus en
plus souvent le cas.)
• Surligner ou non ?

La note

Parmi les points sur lesquels il n’existe pas de doctrine
strictement établie figure aussi celui du marquage du texte.
Les rédacteurs de cet ouvrage ont eux-mêmes pratiqué

26

diverses techniques. L’apparition des stylos surligneurs,
il y a longtemps déjà, a révolutionné le dépouillement des
textes. D’un simple trait, un fragment significatif de texte
peut être mis en évidence. La relecture s’en trouve facilitée puisqu’elle se limite justement aux passages surlignés.
De plus, l’existence de plusieurs couleurs accroît l’intérêt
de cette technique. Il devient en effet possible, en arrêtant
un code de couleurs précis, d’effectuer une sorte de préclassement et de transformer les textes en cartes colorées,
plus faciles à mémoriser visuellement.
Mais le surligneur a aussi des inconvénients : choisissez
bien ce que vous surlignez car le reste va disparaître, que
vous le vouliez ou non. Surtout, il ne faut pas tout surligner. C’est le risque que l’on court au bout de quelques
minutes : l’attention se relâche et, pour se tenir en éveil,
le lecteur a tendance à surligner le passage sur lequel justement il n’arrive pas à fixer son attention. Utilisez donc le
surlignage avec discernement. Sinon, vous ne distinguerez plus le principal de l’accessoire, l’important du secondaire et, lors de la rédaction de la note, vous aurez plus de
mal à reformuler car vous aurez une tendance naturelle à
recopier purement et simplement les passages surlignés.
D’autres techniques sont tout aussi valables : vous pouvez
souligner les passages intéressants, les repérer en marge,
employer à cet effet des couleurs différentes, noter – toujours dans les marges du texte – les idées fortes, les points
de repère (voir ci-dessous), etc.
Mais dans tous les cas, une fois que vous aurez déterminé
vous-même, à l’usage (et celui-ci provient d’entraînements
fréquents), votre technique idéale, prenez des notes. Vous
ne pouvez pas vous contenter d’un dossier annoté, surligné, jalonné de repères, désagrafé mais toujours aussi
encombrant. Notez sur votre feuille de brouillon les idées,
les phrases, les passages, les questions ou les articulations qui vous paraissent dignes d’intérêt.
• Prendre des points de repère
Il est parfois utile de prendre des points de repère, soit que
vous ayez identifié un passage que vous trouvez intéressant mais qui se rattache à une idée générale autre que
celle qui conduit ce moment de la recherche, soit que vous
désiriez reprendre un passage en citation au cours de la
rédaction. Vous pouvez aussi avoir découvert une mise au
point ou une explication qui vous a semblé particulièrement claire, et à laquelle vous souhaitez pouvoir revenir à
un moment ou un autre de l’exploitation du dossier, de la
mise en ordre des idées, voire peut-être de la rédaction.
Autant de bonnes raisons de prendre des points de repère,
de placer des signaux dans les documents. Ils doivent
être très peu nombreux (trop de marques distinctives ne
distinguerait plus rien) et, surtout, ne pas prêter à confusion. Quoi de plus agaçant, pour le candidat, avec le risque
de déconcentration qui y est lié, que de ne pas arriver à
« remettre la main » sur un passage intéressant qu’il pensait pouvoir retrouver immédiatement ?
Faites donc des repères simples et, surtout, gardez-en
la référence précise au brouillon, dans un coin réservé
à l’avance pour cela. La référence précise comprend le
numéro du document, la page et, en quelques mots, ce
qui en constitue l’intérêt.

4. Le recueil des idées

(Techniquement, vous y parviendrez plus facilement en
attachant deux feuilles de brouillon avec un adhésif).

Nous avons déjà évoqué la technique du « grappage » des
idées autour d’axes déterminés au cours de la lecture du
document pivot (ces derniers sont complétés éventuellement lors du dépouillement du dossier). La mise en œuvre
de cette méthode demande, là encore, un minimum de
préparation. Il existe plusieurs solutions, dont :
– la feuille unique : cette feuille, au centre de laquelle vous
installerez le pivot (résultant de l’empilement des axes), doit
être assez grande pour contenir l’ensemble des informations que vous y inscrirez. Tout y tiendra si votre écriture
est fine et petite, ou si vous maîtrisez parfaitement l’art
des abréviations. Dans le cas contraire, vous réunirez, à
l’aide d’un rouleau de ruban adhésif, un nombre suffisant
de feuilles de brouillon pour disposer de l’espace nécessaire (n’oubliez pas non plus que l’espace de votre table
d’examen sera sans doute très restreint !) ;
–  un axe = une feuille : vous pouvez aussi affecter à chacun des axes une feuille distincte et classer ainsi les informations recueillies par fiches, en quelque sorte. En effet,
il est parfois difficile de travailler avec de grandes feuilles
de papier (de format A3) ou deux feuilles A4 reliées entre
elles. Mais vous pouvez utiliser de simples feuilles de format A4, verticalement ou horizontalement, pour constituer
votre grille de recueil de données.
Durant votre lecture de survol, vous avez nécessairement
relevé des points de repère (titres, sous-titres, encadrés,
introduction, conclusion des documents) qui vont vous
permettre de répondre à la consigne. Servez-vous-en pour
établir une grille de recueil des données, qui occupera une
ou deux feuilles (voire trois).
Dans tous les cas, le but est de classer les informations au
fur et à mesure de leur collecte. Avec cette récolte triée dès
l’origine, vous gagnerez un temps précieux pour la phase
suivante. L’essentiel est de viser la clarté et d’être à l’aise
avec la méthode choisie.
La technique que nous vous suggérons est celle du
tableau de synthèse, sur le modèle illustré ci-dessous.

Axe 2 : aspect juridique

Il ne vous reste qu’à y reporter d’abord les idées principales
recueillies en dépouillant le document pivot, puis celles que
vous aurez extraites des autres textes du dossier.
Ainsi, lorsque vous avez terminé, la synthèse est déjà à
moitié réalisée puisque vous avez rassemblé sur une seule
feuille tout ce qu’il fallait retenir du dossier.

Ce qu’il faut retenir
L’exploitation du dossier est achevée. L’idéal serait maintenant de
ne plus avoir à y revenir, de le ranger à l’écart et de vous lancer
librement dans la conception du plan, puis dans la rédaction.
Vous avez pu prendre des points de repère, qui vous serviront
peut-être. Mais n’en faites pas des pièges. Le risque serait en
effet de revenir encore et encore au dossier, pris d’on ne sait
quels remords, hésitation ou scrupule. En fait, c’est la crainte de
n’avoir pas tout lu. Bien sûr, vous n’avez pas tout lu, mais vous
avez lu l’essentiel. Vous avez saisi ce que ce dossier avait à dire.
En tout cas, c’est ce que vous devez vous répéter si la tentation
du perfectionnisme vous prend.
Vous avez intégré, « disséqué », « digéré » le dossier : vous
n’en avez plus besoin. L’heure est venue de réfléchir à la
construction du devoir, d’abord en élaborant le plan.

Axe 3 : FIPHFP

X politique publique
X aspect juridique
X FIPHFP
X indicateur chiffré
X plan pluriannuel
X méthode
X sanctions
X
Axe 7 : sanctions

Axe 6 : méthode

Axe 4 : indicateur chiffré
Axe 5 : plan pluriannuel

Partie I : Méthodologie de la note

Axe 1 : politique publique

Revenez à votre grille de lecture : c’est elle que vous allez
reprendre au centre du tableau. Par prudence, au cas où
des données issues de nouveaux documents s’avéreraient
« inclassables », prévoyez deux secteurs vides. Dans notre
exemple, la grille est donc la suivante :
–  axe 1 : politique publique ;
–  axe 2 : aspect juridique ;
–  axe 3 : FIPHFP ;
–  axe 4 : indicateur chiffré ;
–  axe 5 : plan pluriannuel ;
–  axe 6 : méthode ;
–  axe 7 : sanctions.

27

5. Phase 3 : trouver
la problématique
et construire le plan
De toutes les étapes conduisant à la rédaction d’une note,
l’élaboration du plan est sans doute la plus importante. En
effet, c’est à ce moment que s’opère l’alchimie mentale qui
vous permettra de passer du travail d’analyse du dossier,
auquel vous venez de vous livrer, en y recherchant idées
et informations, à celui de synthèse proprement dit. Vous
devez donc y porter toute votre attention, et le faire au bon
moment : si vous réfléchissez au plan plus tôt, avant d’avoir
fini le dépouillement, vous risquez de perdre l’objectivité
indispensable à la bonne conduite de celui-ci.
Il se peut que le dernier document modifie significativement
votre compréhension du dossier, ajoute un axe, change
l’équilibre des rubriques. Si vous avez déjà réfléchi au plan,
vous serez tenté de respecter votre projet initial et de ne
pas accorder à ces dernières informations toute l’importance nécessaire.
À l’inverse, ne remettez pas en cause le plan au beau milieu
de la rédaction. Une fois votre plan arrêté, vous devez vous
y tenir. Bien sûr, d’autres plans sont possibles, un sujet se
prête rarement à un seul découpage. Le bon plan, le meilleur, n’existe pas ; en revanche, il y en a de mauvais. Le
vôtre, si vous avez bien suivi les consignes, est un bon
plan ; l’important est ce que vous y mettrez.

1. Les initiatives
face à un plan imposé
En général, les sujets dont la commande elle-même impose
un plan relèvent plus de la note administrative ou de l’étude
de cas, mais cela peut se présenter dans toutes les épreuves
de note.

EXEMPLE
Prenons le sujet suivant : « Placé auprès du chargé
de mission aux affaires européennes du Secrétariat général aux affaires régionales (SGAR) de la
Région N, […] il vous est demandé une note rappelant l’esprit du dispositif et précisant si celui-ci peut
intervenir […], et comment. »
Le plan s’impose :
Partie I. L’esprit du dispositif
Partie  II. L’intervention du dispositif dans le cas
particulier :
–  1. Le dispositif peut-il intervenir ?
–  2. Comment ?

La note

Le problème, ici, est que vous avez pu créer les trois
rubriques I, II. 1 et II. 2 avant même de dépouiller le
dossier. Pour autant, vous remarquerez que la partie I (« L’esprit du dispositif ») vous rend de fait votre
espace de liberté. En concevant les divisions de la

28

première partie, vous pourrez utiliser les techniques
exposées dans cet ouvrage.

Les indications de la commande sont parfois moins
contraignantes. Par exemple, avec un sujet du type « Faire
le point sur le projet […] en dégageant les enjeux et les
conséquences de… », il faut bien sûr tenir compte des
consignes mais les espaces de liberté sont beaucoup
plus ouverts.
Enfin, souvent, le sujet vous laisse une entière liberté. À
vous, donc, de structurer un plan.
Mais vous pouvez également être confronté à un sujet très
long comme celui qui suit.

EXEMPLE
« Suite à la publication de la circulaire ministérielle
du 17 août 2016 relative à la préparation aux situations d’urgence particulière pouvant toucher la sécurité des établissements d’accueil du jeune enfant
ou des établissements relevant de la protection de
l’enfance, vous êtes chargé de rédiger, à l’aide des
documents joints, une note au président du conseil
départemental précisant les implications de l’Aide
sociale à l’enfance en vue de souligner le rôle central
du département dans le cadre du groupe de coordination départemental que les préfets sont invités à
organiser dans chaque département, dans le cadre
de l’instruction interministérielle du 10 janvier 2001
relative à la protection de l’enfance. »
Ce sujet est rédigé de manière complexe et cette
phrase de 107 mots est bien trop longue pour être
compréhensible dès la première lecture. Il faut donc
la reformuler afin d’éviter un contresens toujours
préjudiciable.
1) Le thème : que retenir d’une première lecture ?
1.1. Il existe une circulaire ministérielle du 17 août 2016
qui porte sur la protection de l’enfance.
1.2. Les préfets sont chargés d’organiser un groupe
de coordination départemental dans chaque département (instruction du 10 janvier 2001).
1.3. Du fait de sa compétence en matière d’aide
sociale à l’enfance (ASE), le département est directement concerné par la circulaire de 2016.
2) La consigne : quel est l’objet de la note que
le rédacteur doit adresser au président du conseil
départemental ?
–  préciser les implications de la compétence ASE
sur le territoire départemental ;
–  mettre en évidence le rôle central que doit jouer
le département dans le groupe de coordination
départemental.
À ce stade, il est nécessaire de savoir ce que signifie le mot « implication ». Le premier sens qui peut
venir à l’esprit, « action d’impliquer », n’apporte rien
à la compréhension de la consigne. Ici, il faut plutôt penser à « conséquence, incidence, retombée ».
Exemple : les implications juridiques d’une législation.

AUTRE EXEMPLE
Le sujet 6 nous propose un cas intéressant car il
contient un piège. Pour mémoire, en voici le rappel :
« Vous êtes en poste auprès du directeur des ressources humaines d’un établissement public de
l’État. Votre chef de service, qui vient de prendre
son poste, s’interroge sur la ligne budgétaire correspondant à un versement annuel au FIPHFP. Il n’a
pas manqué de faire le rapprochement avec le faible
taux d’intégration des travailleurs handicapés dans
les effectifs (moins de 3 %).
Il vous demande une note faisant le point sur la problématique de l’intégration des handicapés dans la
fonction publique, et dans laquelle vous mentionnerez les mesures à prendre pour se mettre en conformité, en faisant ressortir les aides possibles.
Pour cela, vous disposez d’un dossier. »
Si l’on se contente d’une lecture rapide du sujet, on
court le risque (avéré en conditions réelles) de n’en
retenir qu’une phrase, laquelle donne l’impression
d’être un plan imposé : « Il vous demande une note
faisant le point sur la problématique de l’intégration
des handicapés dans la fonction publique, et dans
laquelle vous mentionnerez les mesures à prendre
pour se mettre en conformité, en faisant ressortir les
aides possibles. » Vous y distinguez deux parties, et
l’affaire semble réglée. Or, il n’en est rien.
Il faut aussi prendre en compte tout le début de la
mise en situation : une condition (déterminée en
lisant le dossier) n’est pas remplie par l’établissement, et cela a des conséquences sur le budget.
Vous devrez donc ajouter un point, que l’on peut
appeler « commande implicite » : quelle est la situation dans l’établissement, et quelle conséquence
entraîne-t-elle ?
Cet exemple montre bien l’intérêt de consacrer tout
le temps voulu à la lecture et à l’analyse du sujet, et
de tirer leçon de tous les éléments présents.

2. La recherche de la problématique
Voyons à présent comment bâtir un plan. Il faut distinguer pour cela trois étapes : un retour sur les matériaux
disponibles, l’élaboration de la problématique et, enfin, la
construction du plan lui-même.

a) Le retour sur les éléments disponibles
Vous disposez à ce stade de deux ensembles d’éléments :
le sujet (avec ses compléments) et les informations recueillies. Le dossier a été mis de côté, il a donné tout ce qu’il
pouvait donner.
Tout d’abord, revenez une nouvelle fois au sujet. Assurezvous d’en avoir bien intégré les différents éléments : que
demande-t-on ? (Et votre travail sur le dossier ne vous a-til pas fait dériver de ce thème ou de cette commande ?)
D’où parlez-vous (s’il y a une mise en situation) et pour
qui ? Ainsi, posez-vous de nouveau les questions du début
afin de vous remettre les réponses en mémoire.
Ensuite, reprenez les feuilles où s’alignent désormais les
informations, classées par rubriques, organisées, hiérarchisées entre elles. À cet instant, vous pouvez encore modifier leur classement, préciser leur hiérarchisation, améliorer
leur organisation. Surtout, en les relisant, vous allez vous
remettre à l’esprit toutes ces informations et vous assurer
ainsi plus de sûreté et de liberté pour la suite, et en premier lieu pour la recherche de la problématique.

b) Élaborer une problématique
• Définition
Le dictionnaire définit la problématique comme l’ensemble
des questions et des problèmes qui, en philosophie ou en
sciences, se rapportent à un domaine ou à un sujet précis.
Lorsqu’on parle de problématique dans une note sur dossier, on ne peut pas faire abstraction de cette définition (en
l’appliquant toutefois à un domaine plus large) : il faut aller
plus loin et envisager non seulement l’ensemble des questions et problèmes, mais aussi leur organisation structurée.
• La conception proprement dite
Il existe une méthode concrète pour définir une problématique : elle consiste à reprendre tous les axes dégagés
par l’exploitation des documents et à exprimer la (ou les)
question(s) fondamentale(s) relative(s) à chaque axe. En
d’autres termes, il s’agit d’interpréter systématiquement
les axes sous forme interrogative.
On se trouve donc face à un nombre variable, mais réduit,
de questions qu’il faudra chercher à articuler, par paires
d’abord et, pour finir, en un seul ensemble. Certes, il y
a toujours plusieurs manières d’assembler les grandes
questions entre elles ; celle que vous choisirez traduira
votre parti pris, que vous en soyez conscient ou non. C’est
pourquoi cette étape est peut-être la plus importante de
toute l’épreuve. C’est ici que vous définissez, avec vos
urgences et vos priorités, le sens profond de votre devoir.

EXEMPLE
Dans le cadre du sujet 6, le travail d’élaboration de
la problématique pourrait déboucher comme suit :
Axe 1 : politique publique.
Question 1 : Existe-t-il une politique publique d’intégration des handicapés dans la fonction publique (FP) ?
Axe 2 : aspect juridique.

Partie I : Méthodologie de la note

Ainsi, la reformulation a permis de mieux comprendre
la consigne : il faudra d’abord étudier les conséquences du fait que la compétence ASE est exercée par le département ; puis préciser et mettre en
valeur le rôle que le département doit jouer ou assurer au sein du groupe de coordination départemental
mis en place par le préfet.

29

Question 2 : Quel est l’état des textes en matière
d’intégration des handicapés dans la FP ?

méthodes correctrices peuvent-elles s’inscrire dans
un plan pluriannuel ?

Axe 3 : FIPHFP.

Cette question constitue la problématique ; nous
allons l’interpréter à la forme affirmative pour la transformer en annonce de plan.

Question 3 : Quel est le rôle du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction
publique ?
Axe 4 : indicateur chiffré.
Question 4 : Existe-t-il un indicateur pertinent du taux
d’intégration des handicapés dans la FP ?
Axe 5 : plan pluriannuel.
Question 5 : L’intégration des handicapés dans la FP
peut-elle obéir à un plan pluriannuel ?
Axe 6 : méthode.
Question 6 : Par quelles méthodes peut-on améliorer
l’intégration des handicapés dans la FP ?
Axe 7 : sanctions.
Question 7 : La politique publique d’intégration des
handicapés dans la FP prévoit-elle un système de
sanctions ?
Après avoir formulé ces questions, on peut s’efforcer d’en regrouper certaines parce qu’elles se complètent ou que les cases qui leur sont réservées sur
la feuille de recueil des idées sont peu remplies. Un
regroupement équilibrera mieux l’ensemble, l’idéal
étant (sans aller jusqu’à en faire un système) d’aboutir à quatre questions.
Ici, on pourra regrouper d’abord les axes 1 et 2, puis
4 et 7 et enfin 5 et 6.
–  Question 1-2 : Sur quels textes s’appuie la politique publique d’intégration des handicapés dans la
fonction publique ?
–  Question 4-7 : Le non-respect d’un taux indicateur
d’intégration des personnes handicapées peut-il
entraîner des sanctions ?
–  Question 5-6 : Les méthodes d’intégration des
handicapés dans la fonction publique peuvent-elles
s’inscrire dans un plan pluriannuel ?
–  Question 3 : Quel est le rôle du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction
publique ?
Maintenant, apparions deux à deux les quatre axes
consolidés obtenus. Plusieurs choix sont possibles ;
nous avons opéré celui-ci :
–  question 1-2-3 : Sur quels textes s’appuie la politique publique d’intégration des handicapés dans
la fonction publique et quel est le rôle du FIPHFP ?
–  Question 4-7-5-6 : Si le non-respect d’un taux indicateur d’intégration des personnes handicapées peut
entraîner des sanctions, les méthodes d’intégration
des handicapés dans la fonction publique peuventelles s’inscrire dans un plan pluriannuel ?

La note

Dernière étape : un regroupement en une seule
question.

30

Question (unique) : Les textes sur lesquels s’appuie la politique publique d’intégration des handicapés dans la fonction publique et qui introduisent le
FIPHFP prévoient-ils que le non-respect d’un taux
indicateur d’intégration des personnes handicapées
puisse entraîner des sanctions, et dans ce cas, les

3. La construction du plan
a) De la problématique au plan
La problématique étant posée, il reste à y placer la charpente du devoir : le plan. La méthode la plus simple est de
reformuler en affirmation l’expression de la problématique.

EXEMPLE
L’intégration des handicapés dans la fonction publique
fait l’objet d’une politique publique qui repose sur des
textes et sur un fonds d’intervention : le FIPHP (I).
Le non-respect par l’établissement du taux légal de
6 % entraîne des sanctions ; c’est pourquoi il importe
de construire un plan pluriannuel de correction (II).
Le découpage apparaît lui aussi clairement.
–  Partie I, sous-partie I.1 : L’intégration des personnes
handicapées dans la fonction publique fait l’objet
d’une politique publique qui repose sur des textes.
–  Partie I, sous-partie I.2 : Il existe un fonds d’intervention : le FIPHFP.
– Partie  II, sous-partie  II.1 : Le non-respect par
l’établissement du taux légal de 6 % entraîne des
sanctions.
–  Partie II, sous-partie II.2 : Un plan pluriannuel de
correction.
Cependant, il était aussi possible de s’appuyer sur
le sujet, qui vous donnait un plan :
L’obligation légale de recruter 6 % de handicapés dans la fonction publique se heurte à des difficultés liées au recrutement et à l’adaptation des
postes (I). Cependant, le Fonds pour l’insertion des
personnes handicapées dans la fonction publique
(FIPHFP) propose des aides qui permettent d’envisager un plan d’action visant à mettre l’établissement en conformité (II).
Ces deux plans sont corrects et vous permettraient
d’obtenir une note équivalente. Pour le corrigé que
vous trouverez page 65, nous avons choisi le second.
Pour avoir un aperçu du sujet 6 corrigé, le lecteur
peut se reporter aux pages 65 à 67.

b) Les principes
Un plan correct doit faire preuve de plusieurs qualités :
posséder une structure solide et éviter les erreurs les plus
communes.

Un bon plan est avant tout un plan « pertinent », c’est-à-dire
qui répond bien au sujet et s’adapte convenablement au dossier. Le risque serait de disposer d’une « bibliothèque » de
plans types et de tenter de plaquer artificiellement l’un d’eux
sur le sujet proposé ; ou bien, ayant à l’entraînement traité
un sujet proche, ce serait de vouloir refaire la même chose.
Il faut aborder le devoir la tête « vide » et construire réellement ce plan, sans peur et sans essayer de se raccrocher
à quelque plan miracle. Restez libre ! Pour que votre plan
soit bon, il faut d’abord qu’il soit équilibré. Cette condition paraît la plus facile à remplir puisqu’elle a aussi un
aspect matériel : l’équilibre commence par la dimension
des parties et des sous-parties, qui doit être équivalente.
En réalité, c’est sans doute la condition la plus difficile
car le critère de forme n’est pas le seul. Les paragraphes
doivent avoir non seulement une taille identique, mais aussi
le même intérêt. En concevant le plan, vous devez donc
« peser » ce que vous pourrez écrire dans les différentes
parties ; vous vous aiderez pour cela des idées et des informations collectées sur le sujet en dépouillant le dossier.
Après avoir construit le plan, si vous vous apercevez que
vous risquez d’être « court » sur une partie, retravaillez-le.
Votre plan doit ensuite être bien articulé, d’où l’importance
de n’avoir pas négligé la problématique. Nous y reviendrons.
Sans articulation, votre devoir ne serait qu’une juxtaposition de paragraphes traitant de thèmes certes proches,
mais dont l’unité ne serait pas évidente. Votre plan ne serait
qu’un plan de classement, de répartition des idées et des
matières. Or, ce n’est pas ce que l’on attend d’une note :
en effet, qui dit « synthèse » sous-entend assemblage des
divers éléments en un tout cohérent et crédible.
Enfin, la crédibilité qui vient d’être évoquée sera assurée par le dynamisme que vous insufflerez à votre devoir.
Nous reviendrons plus loin sur les moyens de mettre en
valeur ce dynamisme lors de la rédaction. Mais ces moyens
sont vains si le dynamisme n’est pas perceptible dès la
conception et dès l’annonce du plan (voir plus bas). Cette
qualité prime sur les autres. En effet, un plan dynamique
est un plan intéressant qui montre bien en quoi le sujet
donné, ou le thème du dossier, présente un intérêt. C’est
un plan qui vous permettra de capter l’attention du lecteur
(c’est-à-dire du correcteur) dès le début du devoir pour ne
la relâcher qu’avec la conclusion. C’est aussi un plan qui
mettra en valeur votre copie parmi les autres, surtout si
ces dernières sont un peu ternes.
Un plan doit donc être pertinent, équilibré, articulé et dynamique. Voyons-en maintenant la traduction concrète.
• La structure du plan
C’est sans doute dans la structure des discours que l’on
perçoit le mieux les différences fondamentales entre les
cultures. La Chine offre ainsi des discours par touches
successives d’où se dégage soudain le tout. Les Slaves
adoptent plutôt un style récurrent qui revient plusieurs
fois sur les différentes idées en les approfondissant. Les
Anglo-Saxons sont avant tout méthodiques et leurs exposés contiennent autant de parties que d’idées forces : cinq,
six, sept ou plus si nécessaire. Nous sommes français et
– nous aimons à le penser – cartésiens. Nos discours sont
imprégnés, dans leur structure, de ce fonds culturel. Ils ne

peuvent comporter que deux ou trois parties : une seule,
c’est insuffisant, il n’y a pas d’articulation ; quatre parties
ou davantage semblent témoigner d’une incapacité à réaliser la synthèse. Le choix est donc restreint.
En théorie, rien n’oblige à opter pour deux parties plutôt
que trois, mais ce nombre peut être imposé par la commande contenue dans le sujet de la note. Trois parties ne
correspondent d’ailleurs pas au discours cartésien mais
au discours hégélien, du type thèse-antithèse-synthèse.
Il se prête bien à des travaux de réflexion, notamment littéraires et philosophiques, mais peu à une épreuve du
type de la note.
Le plan en deux parties est souvent le cadre préféré des
devoirs juridiques et administratifs. Il a l’avantage d’offrir
une articulation majeure unique qui favorise l’équilibre. De
fait, un tel plan est fréquemment dichotomique : il compte
aussi quatre sous-parties et, idéalement, huit paragraphes,
chacun d’entre eux étant construit autour d’une idée.

Le plan idéal
1re partie

1re sous-partie

1er paragraphe
2e paragraphe

2e sous-partie

3e paragraphe
4e paragraphe

2e partie

3e sous-partie

5e paragraphe
6e paragraphe

4e sous-partie

7e paragraphe
8e paragraphe

Mais cela n’est qu’un schéma. Tous les sujets et tous les
dossiers ne s’y prêtent pas. Essayez de faire deux parties ;
mais mieux vaut un plan en trois parties bien équilibrées
sur le fond et la forme qu’un plan en deux parties déséquilibrées et mal construites. De même pour les sous-parties
et les paragraphes. Ce plan structuré, nous vous conseillons d’en dresser un schéma, sur la base duquel vous travaillerez. Cette visualisation vous aidera à ne pas dériver.

Schéma d’un plan en deux parties
L'introduction
(qui amène au sujet)
La première
partie
La transition (qui matérialise l'articulation)
La deuxième
partie
La conclusion
(qui achève la réflexion)

Partie I : Méthodologie de la note

• Les qualités d’un plan

31

• Les « mauvais » plans
Avant d’aller plus loin, il faut dire un mot des « mauvais »
plans. Ce sont par nature tous ceux qui ne sont ni pertinents, ni équilibrés, ni articulés, ni dynamiques ou auxquels
manque simplement une de ces qualités. Mais il en existe
quelques archétypes, souvent rencontrés.
Les plans descriptifs
Le plan descriptif s’impose si l’on doit décrire, présenter une
réglementation, un service, un organisme. Un plan en deux
parties répondra à cette demande de la façon suivante :
I. Une réglementation
II. Les moyens pour l’appliquer.
Ou encore :
I. Procédure de création d’un service
II. Modalités d’exploitation et de gestion.
Il est parfois possible de construire un plan en trois parties :
I. Statut (réglementation)
II. Missions (objectifs)
III. Moyens (humains, financiers).
Mais hormis les cas où ils sont imposés (plans didactiques
du type thèse-synthèse-antithèse), les plans descriptifs
sont peu dynamiques. Ils peuvent d’ailleurs être parfaitement équilibrés, mais en comportant des parties sans
articulation entre elles. Il faut parfois décrire un dispositif, faire un point détaillé, voire chiffré, sur un problème ou
une question particulière. Mais cela ne peut en aucun cas
constituer tout le devoir. La synthèse doit dégager l’intérêt du sujet, donc sa problématique, et non pas faire son
inventaire. De même, quand les données fournies par le
dossier le permettent, il faut s’appuyer sur l’histoire du
thème et de sa problématique, c’est-à-dire leur évolution
dans le temps, mais ne pas s’y limiter.
Les plans du type avantages/inconvénients
Un autre défaut fréquent consiste en la tentation de regrouper en deux parties le bon côté et le mauvais côté des
choses, le pour et le contre. Bien sûr, la réalité a souvent
deux faces qu’il convient parfois de mettre en évidence.
Mais cela ne suffit pas à constituer une problématique.
L’objectivité et la neutralité que vous devez conserver ne
vous empêchent pas de suivre un certain parti pris, surtout s’il est implicite dans la constitution du dossier. Vous
devez simplement le faire avec tout le recul nécessaire.

EXEMPLE
Sujet : L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)
a remplacé la prestation spécifique dépendance
(PSD). Votre chef de service vous demande de lui
rédiger une note montrant les avantages et les inconvénients de ces deux systèmes.
Un exemple de mauvais plan :

La note

Partie I. La PSD
1. Avantages
2. Inconvénients

32

Partie II. L’APA
1. Avantages
2. Inconvénients
Ce plan n’est pas « faux » mais il n’est pas agréable.
Préférez-lui un plan plus dynamique qui guidera en
quelque sorte le destinataire de la note dans votre
raisonnement, par exemple :
Partie I. La PSD : une prise en charge de la dépendance des personnes âgées
1. Un nombre élevé de bénéficiaires
2. Les insuffisances du système
Partie II. L’APA : une volonté de prise en charge plus
équitable
1. Les avantages de l’APA par rapport à ceux de la
PSD
2. Les questions qui subsistent.

Le plan chronologique
S’il paraît le plus facile à mettre en œuvre, c’est pourtant
l’anti-plan à ne pas retenir : comment être synthétique
dans une relation chronologique des faits ? La tentation
est grande de rédiger un plan en trois parties :
I. Le passé
II. Le présent
III. L’avenir.
Quelle originalité !
Si un sujet semble vous obliger à adopter un plan chronologique (ce qui est assez rare), essayez d’éviter cet ordre
de présentation, trop banal. Souvenez-vous qu’il peut être
intéressant de dresser un constat avant d’en préciser les
causes, et d’en étudier ensuite les conséquences.
Cela pourrait se traduire de la façon suivante :
I. La situation actuelle (le présent)
II. Les causes (le passé)
III. Les conséquences (l’avenir).
Les plans partiaux
Il ne faut pas non plus tomber dans le défaut inverse : un
plan qui défend un seul point de vue et escamote systématiquement les informations, voire les documents, qui
vont à l’encontre. Suivre un certain parti pris ne signifie
pas prendre parti, mais adopter un angle d’approche afin
d’assurer le dynamisme du texte tout en conservant une
vision globale et donc objective du dossier.

Ce qu’il faut retenir
Le plan ne doit pas être élaboré a priori (sauf s’il vous est imposé).
Travaillez à partir de votre collecte d’informations pour formuler une problématique. Ensuite, fondez-vous sur celle-ci pour
construire la charpente du devoir qu’est le plan.
Quand ce dernier est enfin posé, que vous l’avez exprimé en une
ou deux phrases qui constitueront votre annonce de plan, il est
temps de passer à la rédaction.

Dans le sujet 6, qui sert de support à la méthodologie, on
vous demande de proposer un plan d’action : « vous mentionnerez les mesures à prendre pour se mettre en conformité, en faisant ressortir les aides possibles » (voir page 20).
Dans un contexte de professionnalisation des épreuves de
concours, ce type de demande se rencontre fréquemment.
En effet, l’aptitude à faire des propositions constitue désormais un critère de sélection et d’appréciation du candidat.
Face à une note avec propositions, il faut impérativement
éviter trois écueils :
–  se borner à rédiger une note de synthèse, aussi complète et excellente soit-elle : oublier d’énoncer des propositions ou d’établir un plan d’action, alors que la commande
l’exige, réduirait sensiblement vos chances d’atteindre la
moyenne à cette épreuve ;
–  répondre de manière diffuse à la commande : le candidat a aussi beaucoup à perdre s’il se contente de disséminer dans le devoir des propositions d’actions en pensant
que cela suffira au bonheur du correcteur. Le plan d’action
demandé doit au contraire faire l’objet, au sein de la note,
d’un ensemble cohérent et identifiable ;
–  répondre de façon abstraite à la commande : la note
avec propositions n’est pas un exercice théorique adressé
à un jury, mais une mise en situation concrète par laquelle
celui-ci mesurera la capacité du candidat à contribuer à
la prise de décision d’un commanditaire par des propositions opérationnelles. Cette épreuve exige du candidat qu’il
adopte constamment une visée pragmatique et qu’il tienne
compte des besoins concrets du commanditaire de la note.

Identifier les problèmes d’application suppose d’avoir
déjà cerné les enjeux sous-jacents à la thématique et les
diverses positions qu’elle suscite. Nous avons réfléchi à
cela en analysant le sujet et en recueillant de façon sélective les principales données du dossier. Ici, il s’agit d’aller
plus loin que la synthèse de ces éléments en se livrant à un
jeu de rôle : quels sont les différents acteurs concernés ?
Quels enjeux présente pour eux la problématique traitée ?
Quelles sont leurs attentes ? Nourrissent-ils des craintes ?
Dans le cadre du sujet 6, le candidat doit tenter de cerner
les attentes et les craintes des divers acteurs concernés
par la démarche d’intégration des personnes handicapées.
La lecture et l’analyse du dossier permettent de déduire
les éléments suivants :

Acteurs
Le directeur
des
ressources
humaines

Attentes

Craintes

Il souhaite comprendre
ce qui se passe et
trouver des solutions.

Ne pas entraîner
l’adhésion du directeur
de l’établissement.
Provoquer des réactions
négatives de la part des
agents en poste.

Le directeur
Il veut éviter les
de
problèmes.
l’établissement
Les agents

Que le fonctionnement
des services ne soit
perturbé par le nouveau
DRH.

Souhaitent ne pas subir Ne pas savoir gérer des
de contraintes du fait
collègues handicapés.
du recrutement de
personnes handicapées.

Dans le sujet 6, le directeur des ressources humaines (DRH)
doit pouvoir se saisir sans difficulté de la note qu’il a commandée et y trouver immédiatement les réponses à ses
questions. Cela oblige le candidat à bien comprendre le
sens de la commande. Ici, la note doit permettre au DRH
de mieux cerner la problématique de l’intégration des personnes handicapées dans la fonction publique. Sa position
devant le directeur de l’établissement public différera en
fonction de votre aptitude à lui expliquer qu’il s’agit d’une
politique nationale ayant des conséquences budgétaires
mais qu’il existe des aides.

À partir de cette analyse des attentes et des craintes des
acteurs concernés par la démarche, vous pouvez compléter la commande explicite par une série de nouvelles
questions. On dépasse ici le cadre strict de la synthèse de
documents : il s’agit de réfléchir, armé de votre bon sens
et de votre expérience, et d’imaginer « ce qui se passerait si… ». De ce travail de déduction découlent plusieurs
questionnements possibles :
–  comment convaincre le directeur de l’établissement ?
–  Comment mobiliser les aides du FIPHFP ?
–  Comment aider les agents à vaincre leur réticence ?

La note avec propositions a une autre particularité : elle
requiert un travail d’imagination et une capacité d’initiative de la part du candidat. Le plan d’une telle note n’est
pas une simple transposition, un pur décalque de la commande. Il résulte d’une construction intellectuelle qui vous
est propre. Vous disposez donc d’un certain degré de liberté
et d’une marge d’appréciation.

Ces questions vont vous permettre d’enrichir la grille de
lecture établie précédemment.

Pour mieux appréhender ce type d’exercice spécifique,
nous vous proposons de poursuivre la méthodologie exposée plus haut pour la note sur dossier en l’enrichissant de
deux nouvelles étapes : l’identification et la résolution des
problèmes d’application.

Les notes prises en dépouillant le dossier vont vous permettre de répondre à ces interrogations pratiques. Mais,
attention, il faut aller au-delà de l’exercice de synthèse pure.
En effet, le commanditaire désire que vous mentionniez
« les mesures à prendre » et « les aides possibles », c’est-àdire un mode d’emploi précis dans lequel vous soulignerez
les principaux points d’achoppement à la mise en place
d’une démarche d’intégration des personnes handicapées.
Cependant, on n’expose pas un problème d’application
en restant totalement dans le vague, avec des formules
du type : « il faudrait se demander si… » ou « il serait utile
de penser à… ». Un tel inventaire n’est efficace que si les
difficultés de mise en œuvre sont listées et hiérarchisées
selon l’ordre de priorité et les contraintes du commanditaire.

Partie I : Méthodologie de la note

Phase 4 : formuler
des propositions

1. Étape 1 : identifier les problèmes
d’application

33

De même, un plan d’action ne peut être jugé réaliste par
le correcteur que s’il définit assez précisément, pour chacune des actions qui le composent : un responsable, un
délai de mise en œuvre et les moyens matériels et humains
mobilisables.
Vous devez être très attentif :
–  à l’argumentaire utilisé : il faut trouver un juste équilibre
entre des données objectives et des critères d’appréciation plus subjectifs ;
–  à la démarche proposée : la démarche d’intégration a
beau être volontaire, elle n’a rien d’automatique et nécessite des initiatives et des arbitrages ;
–  aux conditions de mise en œuvre de vos propositions :
l’adoption d’une démarche d’intégration a, par exemple,
des incidences budgétaires ; donc pensez à évoquer
auprès du directeur de l’établissement la nécessité d’obtenir une délibération du conseil d’administration sur le sujet.
Par conséquent, pour une note avec propositions, il peut
s’avérer nécessaire de sortir du dossier, de s’inspirer de
son expérience professionnelle et de ses connaissances
personnelles, voire de démontrer sa capacité d’imagination ou d’innovation.

2. Étape 2 : proposer des actions
concrètes et prêtes à l’emploi
La phase d’analyse du sujet puis celle de dépouillement du
dossier ont été l’occasion de bâtir un tableau « pratique »
(regroupant les données qui étaieront ou inspireront vos
propositions d’action) à côté du tableau « synthétique » (réunissant les informations indispensables à la compréhension de la commande). Vous avez préparé au brouillon les
actions préconisées, de la façon suivante pour le sujet 6.
Action :
–  identification des difficultés ;
–  inventaire des méthodes correctrices ;
–  recherche des aides ;
–  inscription dans le temps ;
–  étude de faisabilité + demande de financements.
Le moment de la rédaction est maintenant venu : vous
devez recenser les problèmes d’application puis livrer des
propositions « prêtes à l’emploi ».

La note

Les difficultés d’application ne seront pas signalées de
manière désordonnée mais se succèderont logiquement
en découlant du cadre général que vous avez esquissé
dans la partie synthétique. Chaque problème doit ressortir
nettement avant que sa solution soit envisagée.

34

Après avoir listé les problèmes d’application, vous pouvez
faire état de vos propositions, soit en les égrenant tout au
long du devoir (veillez alors à les distinguer par un retrait ou
un encadrement), soit en les rassemblant à la fin du devoir,
en guise de conclusion, comme un relevé de décisions
(dans ce cas, faites-le selon un ordre logique et envisagez
toutes les dimensions opérationnelles d’une proposition :
par exemple, la saisine du conseil municipal ou la rédaction d’un appel d’offres). De façon générale, précisez :
–  qui va exécuter la décision ;
– dans quel délai elle sera appliquée ;
– avec quels moyens ;
–  le cas échéant, comment le résultat sera évalué.

Le caractère nécessairement opérationnel des propositions d’action rejaillit sur la forme de la note. Il faut faire
ressortir chaque point, chaque étape du plan d’action, donc
rester avant tout pratique et ne pas chercher à dissimuler
votre indécision ou votre incapacité à distinguer l’essentiel de l’accessoire. Dans la rédaction, évitez donc toute
sophistication lexicale, verbale ou stylistique qui pourrait
s’avérer perturbante pour le commanditaire (n’oubliez pas
qu’il doit pouvoir trancher et arbitrer rapidement) : pas de
conditionnels abusifs, de formules incantatoires (du type
« il faudrait que… », « il s’agirait de… », etc.), de précautions
oratoires inutiles (« peut-être », « éventuellement », « relativement »…). Ce style concis et incisif peut se traduire
matériellement par l’emploi de tirets et de puces (si vous
énumérez des actions), et par le soulignage des éléments
clés (pour que le commanditaire repère d’un coup d’œil
les solutions préconisées).
Mais vous devez vous montrer pratique jusqu’au bout en
anticipant les implications concrètes de vos propositions
(conditions de réalisation, effets pervers, coûts induits) et
en soupesant leurs avantages et leurs inconvénients. Si
vous suggérez de passer directement au recrutement pour
atteindre le seuil de 6 %, pensez que cela implique l’existence de postes budgétaires. Donc, si vous avez choisi cette
solution, ne conseillez pas au DRH de procéder immédiatement à des embauches, mais proposez plutôt au directeur de l’établissement d’inscrire ce point à l’ordre du jour
du prochain conseil d’administration.

7. Phase 5 : rédiger
La rédaction elle-même est la dernière phase de votre travail. Elle concrétise tout ce que vous avez réalisé jusqu’ici
puisque le texte rédigé sera le seul élément à la disposition
du correcteur. Il faut donc y porter toute votre attention.
Commencez par faire le point sur le temps que vous avez
déjà consommé. Vous devez vous trouver dans les limites
que vous vous êtes fixées (voir, plus haut, « Définir un programme de travail », page 14). Attention : si vous avez
débordé, abandonnez tout de suite l’illusion de rattraper
le temps perdu en écrivant plus rapidement. Vous n’écrirez
pas plus vite ou, si vous le faites, ce sera au détriment de la
clarté : celle de l’écriture mais également celle de la pensée.
Néanmoins, si vous avez pris du retard, vous devez agir sur
le « calibrage-temps » : moins de minutes signifie moins de
pages. Et n’oubliez pas que le temps consacré à la rédaction englobe aussi celui de la préparation au brouillon de
trois éléments clés du devoir : l’introduction, la conclusion
et la transition.
N’en faites pas plus au brouillon – vous n’en avez pas le
temps – et n’envisagez surtout pas de rendre un brouillon
avec le devoir inachevé.

1. L’introduction
L’introduction est le premier contact entre votre note et
son destinataire, c’est-à-dire entre la copie du candidat
et le correcteur. Elle doit donc être soignée.

la soixante-cinquième que lit le correcteur. Qu’il se dise
en commençant sa lecture « Tiens, voilà qui a l’air intéressant ! » serait déjà un bon point pour vous.

a) Les sujets « encadrés »
Avec les sujets à commande et mise en situation précises
(sujets de note administrative, d’étude de cas ou de note
avec propositions), l’introduction doit ressembler à celle
d’un travail professionnel, voire revêtir une forme administrative, sur le modèle ci-dessous.
TIMBRE DE L’ADMINISTRATION

    Date

Note à l’attention de Madame (ou Monsieur) la (le) …
[qualité de la (ou du) destinataire]
Objet : [placer ici le thème]

• Le paragraphe d’introduction
Il s’agit ensuite d’amener le correcteur de cette première
phrase à la problématique, le plus naturellement possible.
Vous pouvez introduire des éléments de contexte et de
définition, mais l’ensemble ne doit pas être trop long. Ce
paragraphe introductif doit avoir, au maximum, une taille
équivalente à celle de chacun des huit paragraphes de notre
plan type : 1/10e au plus de la longueur totale du devoir.
L’introduction, ne l’oubliez pas, n’est ni un pré-devoir, ni
une maquette de devoir.

Introduction :
–  § 1 : « Vous m’avez demandé de vous faire le point sur… »
[rappel de la commande] ;
–  § 2 : indiquer le contexte, le pourquoi, l’actualité du sujet ;
–  § 3 : annonce du plan.

Après avoir bien marqué une séparation, par exemple en
passant une ligne, il ne reste plus qu’à reprendre l’annonce du plan, en y ajoutant facultativement la numérotation des parties.

Pour aboutir à cette rédaction, dont vous verrez des
exemples dans la partie II de cet ouvrage (page 43 et suivantes), la méthode est simple. Après un retour sur le sujet,
posez-vous trois questions :
1. Quel est le thème à traiter ?
2. Pourquoi dois-je le traiter ?
3. Comment vais-je le traiter ?

2. La conclusion

Les réponses à ces trois questions vont constituer l’ossature de votre introduction :
1. Indication du thème (poser).
2. Indication du contexte (situer).
3. Indication du plan (annoncer).
Dix à quinze lignes suffisent pour poser le thème, préciser
le contexte et annoncer le plan. Cela sous-entend bien sûr
que vous ne pourrez rédiger l’introduction qu’après avoir
déterminé votre plan. Par ailleurs, évitez une introduction
trop longue qui montrerait que le devoir a déjà débuté !

b) Les sujets non encadrés
Avec une note « pure », sans mise en situation précise,
l’introduction suit un schéma classique, à l’architecture
bien définie, et reprend les trois mêmes questions :
a – Première phrase et thème
b – Paragraphe introductif
c – Annonce de plan

• La première phrase
C’est la porte d’entrée de votre devoir, elle « accroche » le
lecteur. Elle doit donc répondre à certains critères bien précis : être brève, simple, percutante, bien ancrée dans le sujet
et donner envie de connaître la suite. Une phrase courte
ou un fait issus du dossier feront parfaitement l’affaire.
Surtout, évitez les définitions, les phrases de dix lignes
ou dénuées de sens. Écrivez cette première phrase au
brouillon puis raccourcissez-la. Votre copie est peut-être

a) Faut-il une conclusion ?
Faut-il ou non conclure une note de synthèse, une note
administrative, un rapport ? Le débat reste ouvert. Certains
estiment que, tout ayant été dit dans la note, il n’est pas
nécessaire d’y revenir dans une conclusion car cela ne ferait
que répéter en partie la note. Pour d’autres, en revanche, ce
moment est important puisqu’il constitue le dernier contact
entre le rédacteur de la note et le destinataire. Dans ce
cas, l’introduction ouvre le devoir et la conclusion le ferme.
La conclusion ne doit donc pas être le lieu où vous rassemblez pêle-mêle tout ce que vous n’avez pas pu écrire
dans le développement. Une discussion existe cependant
sur l’opportunité ou non d’ouvrir des pistes de réflexion en
fin de rédaction. Pour les uns, la conclusion ne doit pas
être le lieu d’« ouvrir » le sujet : le destinataire de la note
souhaite une ou des réponses à la question posée dans
la consigne, ce n’est pas le moment de le renvoyer vers
d’autres pistes de réflexion non évoquées dans le corps
du devoir. Il ne s’agit donc pas de relancer la discussion
ni de modifier l’argumentation développée en introduisant
dans la conclusion un nouvel élément, une nouvelle idée. Ce
point de vue se justifie complètement en ce qui concerne
la note administrative ou la note de synthèse encadrée.
Pour une note de synthèse « classique », au contraire, il
peut être intéressant de retenir l’attention du correcteur
sur une « ouverture » qui lui montre que vous avez réfléchi
à la question et que vous avez une certaine capacité d’anticipation. Cette ouverture ne doit pas correspondre à une
part oubliée du champ du sujet, elle intervient après que
vous avez donné les réponses à la problématique soulevée en introduction.
De même, si vous percevez, en étudiant le dossier (et exclusivement le dossier) de note administrative, qu’une autre
problématique se cache derrière les réponses fournies,
c’est le moment de le dire.
Si vous faites le choix de ne pas rédiger de conclusion,
certains enseignants conseillent d’utiliser une courte formule de politesse du style « Je reste à votre disposition pour

Partie I : Méthodologie de la note

Nous en distinguerons deux formes.

35

toutes autres informations que vous souhaiteriez connaître »
comme « marqueur » de la fin du devoir. Toutefois, nous
jugeons cela inutile parce que votre devoir est censé contenir toutes les informations demandées par le destinataire
et que, placé sous sa dépendance hiérarchique, vous êtes
évidemment à sa disposition s’il le souhaite. Certains jurys
se sont même interrogés sur le fait d’interpréter ou non une
telle formule comme un signe de reconnaissance.

• La phrase finale

En définitive, par mesure de prudence, il vaut mieux prévoir une conclusion à votre devoir. Vous montrerez ainsi
l’aboutissement de votre travail. Mais l’absence de conclusion reste préférable à une conclusion mal bâtie dont le
contenu viendrait, en quelque sorte, réduire à néant les
efforts de démonstration du devoir.

Avec un sujet encadré, le problème de la conclusion se
pose en des termes tout différents.

b) Structurer sa conclusion
Si l’introduction ouvre la porte du devoir, c’est la conclusion
qui la referme. Elle donne en effet au correcteur un dernier
aperçu de votre travail et, surtout, la dernière impression,
celle qu’il aura en tête au moment de formuler la note.
C’est dire, là aussi, l’importance qu’il faut accorder à cet
ultime paragraphe.
Symétrique de l’introduction, la conclusion doit avoir une
taille légèrement inférieure. Elle se compose également de
trois segments :
Retour
Résolution
Phrase finale

• Le retour
Le retour sur le devoir est le pendant de l’annonce du plan :
il rappelle brièvement le bilan des différentes parties. Il
résume les idées principales de l’argumentation. Si vous
avez fait l’effort de rechercher des titres « parlants » pour
vos deux (ou trois) grandes parties, vous pouvez essayer
de les reformuler puisqu’ils sont censés refléter le contenu
du développement.
• La résolution
La problématique ayant été posée d’entrée, il faut à présent la résoudre. On peut dire aussi qu’il faut donner la
réponse à la question posée par le sujet, que celle-ci soit
implicite ou explicite. Ici se cristallise l’essentiel de votre
démarche, l’aboutissement de la démonstration, la clef de
voûte de votre devoir. C’est d’ailleurs pourquoi, avec un
sujet « non encadré », on ne peut pas réellement se passer
d’une conclusion bien construite.

La note

Par conséquent, nous vous recommandons, sinon de rédiger entièrement au brouillon votre conclusion immédiatement après l’introduction, au moins d’en jeter la trame, les
grandes lignes. L’expérience montre en effet qu’en fin de
devoir, acculés par le temps, stressés, fatigués, les candidats ont du mal à improviser dans l’urgence une bonne
conclusion.

36

Comme, au début du devoir, on avait « accroché » l’attention du lecteur/correcteur, il faut cette fois le renvoyer
plus loin que la résolution qui vient d’être posée. Certes,
une question est résolue, mais déjà une autre s’annonce.

c) Les conclusions « encadrées »

Une commande précise appelle une réponse elle aussi précise. Si le sujet comporte une question, il faut y répondre.
S’il demande d’exposer différentes solutions à un problème,
exposez celles-ci en les classant éventuellement par ordre
d’intérêt. Dans ce cas (comme pour le sujet 6), la conclusion peut être un relevé de décisions ou un plan d’action.

3. La transition
Il est prudent de préparer, outre l’introduction et la conclusion, un autre élément fondamental : la transition. Il vaudrait
d’ailleurs mieux écrire la « transition principale » puisque,
nous le verrons plus loin, l’une des qualités essentielles de
votre texte doit être le liant, que lui apporteront justement
les transitions, à tous les niveaux.
Mais cette transition a un statut particulier : elle est centrale. C’est pourquoi on peut même la considérer comme
un paragraphe indépendant. Elle est le pivot du devoir, et
le mot n’a rien de convenu ni d’artificiel. Cette transition
centrale constitue en effet la principale articulation de la
problématique, celle où se résume tout l’intérêt du sujet.
Concrètement, cette transition a, elle aussi, une structure
qui la situe à mi-chemin de l’annonce de plan et du bilan
de conclusion. Elle commence en effet par un bilan de la
première partie et se poursuit par l’annonce de la seconde,
le tout étant très court, sans aucun élément nouveau ; en
effet, c’est juste une phrase, qui a pour unique fonction
de faire le lien entre ces deux parties.

4. Les règles de la rédaction
administrative
Nous avons maintenant le début, le milieu, la fin et la
structure du texte avec son contenu notionnel ; il ne reste
« plus qu’à » rédiger. Vous devrez respecter quelques règles
essentielles.

a) Le style
« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots, pour le dire, arrivent aisément. »
Ces deux vers de Boileau, extraits de L’Art poétique (1674),
résument à eux seuls l’essentiel : la clarté doit être le maître
mot de votre devoir – clarté des idées, des formules et des
mots, du style. Pourtant, le style administratif n’a pas une
réputation de clarté, et de nombreux citoyens se plaignent
de l’obscurité et de la pesanteur de formules auxquelles
ils ne comprennent rien ; ce style administratif « dépassé »
ne doit pas être celui de votre note.

Le style que vous adopterez ne sera pas non plus celui du
pamphlet. Évitez l’ironie facile, la dénonciation, l’humeur,
de même que la harangue et l’incantation. Vous ne rédigez
ni un appel au peuple, ni un discours de campagne électorale. Proscrivez aussi le style familier, prenant le lecteur
à témoin ou cédant à la facilité de tournures triviales, et le
style technocratique, pétri d’un jargon incompréhensible
pour le profane, voire pour le correcteur également.
Votre style, celui de la note, doit « couler de source », être
clair, agréable à lire et facile à comprendre. Pour y parvenir,
les recettes sont faciles : des mots simples, des phrases
courtes, un texte bien lié.
–  Des mots simples et non pas simplistes : il faut surtout rechercher la précision, le mot juste. Le français est
une langue assez riche pour offrir souvent le terme adéquat. Inutile donc de puiser dans l’anglais ou de créer des
néologismes.
« Ce que l’on conçoit bien… » : en général, l’emploi d’un
jargon ne vous fera pas passer pour plus savant et ne
convaincra pas le correcteur de vous attribuer des points
supplémentaires. Au contraire, vous l’indisposerez et il
pourra penser, souvent avec raison, que ce vocabulaire
alambiqué n’est rien d’autre qu’un rideau de fumée dissimulant votre ignorance.
–  Des phrases courtes : ce vocabulaire net, précis, chirurgical, vous devez l’ordonner dans des phrases claires elles
aussi. Le meilleur gage de clarté, pour une phrase, réside
dans une longueur raisonnable : rédigez des phrases
courtes, pas des phrases-fleuves.
Une phrase courte, c’est un sujet, un verbe, des compléments et parfois une seconde proposition subordonnée à
la première, rarement plus.
–  Un texte lié : ces phrases brèves ne doivent pas faire
de votre texte un hachis de phrases juxtaposées sans
aucune apparence de justification. Il faut lier le texte ; et,
tout d’abord, ne pas multiplier les retours à la ligne. Certains
devoirs finissent par devenir des empilements de phrasesparagraphes où les idées s’alignent à un rythme évoquant
irrésistiblement celui du pistolet-mitrailleur… N’infligez pas
cela au correcteur ! Chaque phrase doit s’emboîter dans la
précédente comme dans la suivante afin de mener insensiblement le lecteur/correcteur de l’accroche du début
à l’ouverture de la fin. Il existe des outils spécialement
adaptés pour faciliter ce cheminement : les mots de liaison
(ainsi, donc, alors, cependant, toutefois) ou les formules
(c’est pourquoi, par ailleurs, à cet égard, c’est la raison
pour laquelle, à l’inverse, au contraire). Le choix est large.
Comparez les deux paragraphes qui suivent :
–  « La mondialisation a des aspects positifs. Elle ouvre
des marchés nouveaux aux entreprises. Elle favorise le
développement. Elle concourt à accentuer les inégalités.
Les inégalités s’accroissent dans tous les pays et entre
les pays. »

–  « La mondialisation a des aspects positifs. En effet, elle
ouvre des marchés nouveaux aux entreprises. De la même
manière, elle favorise le développement. Cependant, elle
concourt aussi à accentuer les inégalités, puisque cellesci s’accroissent dans tous les pays et entre les pays. »
Enfin, améliorez encore ce caractère lié du texte en transformant la première ou la dernière phrase de chaque paragraphe en une mini-transition avec le précédent ou le suivant.

b) La présentation
Comme le style, la présentation doit être soignée. Qu’il le
veuille ou non, votre correcteur sera influencé par la forme
de votre travail, pour des raisons objectives de clarté. Un
devoir qui se lit avec difficulté se comprend moins bien et,
surtout, manifeste moins sa cohérence qu’un devoir bien
écrit, où les parties apparaissent clairement.
• L’écriture
Ne l’oubliez pas, l’écriture est un moyen de communication. Elle doit être lisible et bien formée. Bien écrire vous
fait écrire moins vite ? Tant mieux, le devoir n’en sera que
plus clair puisque vous aurez pris davantage de temps
pour réfléchir. Bien écrire est une politesse, une courtoisie pour le correcteur. Inconsciemment au moins, il vous
en saura gré.
• Un devoir aéré
Pour faciliter la compréhension du texte, mettez également
en relief ses divisions. Vous disposez pour cela de plusieurs
moyens, qui peuvent d’ailleurs se cumuler : passer des
lignes, tirer des traits, insérer des astérisques, etc. Mais,
surtout, plutôt que d’avoir recours à des traits ou à des
astérisques, essayez de rédiger des phrases de conclusion partielle, de transition. Votre devoir sera ainsi mieux
écrit, sans céder à la facilité de séparateurs « artificiels »,
l’objectif restant la sobriété dans la présentation.
Introduisez cependant une hiérarchie dans ces séparations.
Il en existe trois niveaux : les majeures (introduction/première partie, avant et après la transition, seconde partie/
conclusion) ; les secondaires (entre les deux sous-parties
de chaque partie) ; les tertiaires (entre le paragraphe introductif et l’annonce de plan, entre les paragraphes).
Conseil pratique : dans tous les cas, sachez que les surveillants de l’épreuve peuvent vous donner autant de feuilles
intercalaires que vous en avez besoin. Ne tassez donc pas
votre texte ou, comme cela arrive souvent, ne serrez pas
en dernière page et en tous petits caractères une conclusion minuscule afin d’économiser une feuille. Prenez une
autre copie, même si vous avez une seule ligne à y écrire.
La clarté peut également passer par l’utilisation de titres et
de sous-titres. Toutefois, il existe un débat en la matière.
• Les titres
Les titres présentent un avantage – ils mettent en évidence
naturellement le plan – mais aussi un inconvénient – ils
rompent le rythme du texte en le segmentant. C’est pour
cette seconde raison que certains prônent l’absence totale
de titre, afin que le devoir « coule » du début à la fin sans
aucun obstacle. C’est une option tout à fait défendable,
surtout avec un sujet « libre ».

Partie I : Méthodologie de la note

Elle ne doit pas non plus avoir un style journalistique,
même si le dossier qui vous est soumis contient plusieurs
articles de presse. Ne recourez pas au suspense pour tenir
le lecteur en haleine, ni au sensationnel, ni à des formules
chocs, sauf si, puisées dans le dossier, elles sont citées
entre guillemets.

37

Ce n’est pourtant pas notre avis. L’usage des titres ne
nous semble pas à proscrire, même avec un sujet du type
« non encadré », à condition qu’ils soient clairs (bannissez
les titres de style « Sciences po », formés de fragments
de l’annonce du plan). Par ailleurs, l’utilisation de titres
va également dans le sens de la professionnalisation des
épreuves. Vous ne devez pas voir dans la note un exercice académique, voire littéraire, mais un exercice professionnel. Votre note sera un outil entre les mains de
son destinataire. Celui-ci pourra l’utiliser en situation, et
les titres faciliteront donc sa lecture. Mais ne « descendez » pas trop dans les divisions ; tenez-vous-en à deux
niveaux : titres et sous-titres.

EXEMPLE
I. Titre de la première partie
(chapeau introductif)
1. Titre de la première sous-partie
2. Titre de la deuxième sous-partie
3. Le cas échéant, titre de la troisième sous-partie
Transition
II. Titre de la seconde partie
(chapeau introductif)
1. Titre de la première sous-partie
2. Titre de la deuxième sous-partie
3. Éventuellement, titre de la troisième sous-partie

En résumé, utilisez des titres, mais n’en abusez pas !
• Les tirets
Un dernier point : ne rompez pas l’unité de votre texte par
des tirets ou d’autres signes intempestifs placés au début
de chaque paragraphe. Vous pouvez employer des tirets,
mais très peu, pour une énumération par exemple.
En clair, évitez toute présentation « mode d’emploi », écrite
en style télégraphique.

c) Les citations
Faut-il citer ou non les documents du dossier ? En principe
non, puisque vous rédigez une note synthétisant les informations et non pas un condensé du texte. Cependant, il
arrive qu’une expression, une phrase, voire un paragraphe,
exprime tellement bien une idée qu’il serait dommage de
ne pas s’en servir. Alors, faites-le en utilisant des guillemets et en citant la source entre parenthèses. Mais ce cas
ne se rencontre que rarement.

La note

N’abusez pas des citations, ne transformez pas votre devoir
en un patchwork indigeste de citations qui masqueraient
mal votre incapacité à vous engager dans la réflexion. Une
série de citations n’a jamais remplacé une argumentation
charpentée.

38

d) Les pièges à éviter
Il ne suffit pas de suivre tous les conseils qui précèdent, il
faut aussi éviter quelques pièges dans lesquels se précipitent parfois les candidats.
• Les formules « bateau »
Elles sont ainsi appelées parce qu’on les utilise souvent et
pour n’importe quoi, telle la fameuse formule avec laquelle
tant d’introductions se sabordent d’entrée : « De tous temps,
les hommes ont… » Que n’ont ainsi pas fait les hommes de
tous temps ? N’employez jamais cette tournure !
Pas non plus de « on a coutume de dire que… » ou « le bon
sens estime que… » ni de « force est de constater que… »,
etc. Prévoyez des formules qui vous soient propres.
• Le catalogue
Ce défaut ne doit pas se présenter si vous suivez bien les
conseils qui précèdent, mais il faut néanmoins l’évoquer. Un
catalogue est un devoir dont le plan est peut-être parfaitement
correct mais qui se borne à un recensement des informations
tirées du dossier, dans le souci évident de ne rien oublier.
S’apparentent au catalogue la description ou la chronologie
occupant des parties entières, ou bien de longs paragraphes
sans relief qui se contentent de raconter (en faisant parfois un
résumé de tel ou tel document, sans que perce à un moment
l’interrogation ou la prise de recul). Il importe d’illustrer le
devoir, mais l’illustration ne doit pas occuper tout le devoir.
• Versets et incantations
Comme on l’a vu plus haut, ne multipliez pas les paragraphes en allant systématiquement à la ligne après chacune des phrases, de façon à ne pas faire de celles-ci des
versets sans lien entre eux.
Ne tombez pas non plus dans l’incantation : « Il faut… »,
« on doit… », « il suffit que… » ; bref, toutes les formules en
« yaka » sont à proscrire. Encore une fois, vous n’écrivez pas
une harangue ! Entre celle-ci et la pâle description contre
laquelle nous vous mettions en garde plus haut, il y a un
juste milieu qu’il vous appartient de trouver.

e) Un devoir équilibré
Enfin, veillez bien à équilibrer – qualitativement et quantitativement – les parties de votre devoir. Vous assurerez l’équilibre qualitatif lors de la conception du plan, en
vous efforçant de placer dans chaque partie ou sous-partie le même « poids » d’informations ou d’arguments. Vous
déterminerez ce poids en examinant à la fois le nombre
d’idées présentes dans chaque rubrique et la force relative de chaque idée.
Vous assurerez l’équilibre quantitatif au moment de la rédaction, en calibrant la dimension des parties et des sousparties et en gérant au mieux votre temps afin de bien
respecter ce calibrage.

f) Personnaliser ou pas ?
Faut-il ou non personnaliser sa copie ? Cela pose la question
de votre implication personnelle et de l’emploi de la première
personne du singulier ou du pluriel, comme de la seconde.

Dans le cas d’une mise en situation, donc d’un devoir en
forme professionnelle, la réponse est sans doute dans la
modération : « Vous m’avez demandé de vous dresser un
bilan de… » est parfaitement justifié et admissible. Mais
au-delà, évitez le « je » tout comme les différentes formes
du « nous »  :
–  le « nous de majesté » (« nous pensons que… »), qui n’est
pas légitime quand vous vous adressez – ce qui est le cas
le plus courant – à un supérieur ;
–  le « nous » didactique (« nous allons maintenant nous
intéresser à… ») car le correcteur n’est pas le candidat et
vous n’êtes pas le maître ;
–  le « nous » d’appropriation (« notre service va… »), incorrect vis-à-vis du supérieur.
Enfin, n’apostrophez pas le commanditaire, ni au début du
devoir car ce n’est pas une lettre, ni au cours de celui-ci.

g) Derniers conseils
Nous voici arrivés au terme du devoir. Si vous avez maîtrisé
votre temps, il vous reste en principe quelques minutes pour
relire. Profitez-en pour vérifier une dernière fois l’orthographe,
dont il faut souligner l’importance. Contrôlez aussi la grammaire, les accords, la concordance des temps et assurezvous de ne pas avoir oublié un mot ni inversé des termes.
Mais ne contrôlez que cela. Dans les dix dernières minutes,
vous n’allez pas modifier le plan – ou son économie – à
grand renfort de flèches, de renvois, de paragraphes rédigés serrés dans les marges. Contentez-vous de peaufiner.
Ainsi, vous avez veillé tout au long de l’épreuve à garder
en tête le sujet et la commande éventuelle, et à conserver
un œil rivé sur la montre. À chaque étape, vous vous êtes
posé ces deux questions : « Suis-je bien toujours dans le
sujet ? » et « Ai-je bien géré mon temps et respecté mon
programme de travail ? »
De plus, dès que votre plan a été arrêté, vous avez fait
en sorte de ne pas en dévier. Vous avez ainsi contrôlé, à
chaque début et fin de paragraphe, que vous restiez bien
dans le cadre que vous aviez fixé. Le cas échéant, vous
avez utilisé la transition (ou la mini-transition) pour recentrer.

Ce qu’il faut retenir
Soyez confiant. Vous avez une méthode, vous avez défini vousmême votre programme de travail : vous n’avez aucune raison de
céder à la panique. Le dossier devant vous n’est pas un ennemi,
mais un outil à votre service vous permettant de démontrer au
correcteur et donc au jury de quoi vous êtes capable.
De l’ordre, de la méthode, le tout pimenté d’un peu d’audace et
d’originalité : voilà une recette qui fonctionne bien… à condition
que vous vous entraîniez. Faites-le aussi souvent que possible,
dans des conditions proches de celles de l’épreuve et toujours
en temps limité.
Un dernier conseil : à chaque entraînement, analysez vos difficultés et, si vous bénéficiez d’une correction, vos erreurs. C’est
la condition pour progresser et réussir cette épreuve.

8. Deux cas particuliers :
les notes assorties de
questions
Les épreuves de concours ne cessent de s’enrichir et de se
diversifier. Ainsi voit-on maintenant de nombreux concours
dans lesquels le sujet de la note est assorti de questions.
Il en existe deux types : d’une part, des questions destinées à aider le candidat à conduire sa réflexion, notamment dans les concours de catégorie B du type secrétaire
administratif (secrétaire administratif du ministère de l’Intérieur, de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur ou de la Ville de Paris, par exemple) ; d’autre part, une
question dite « à réponse courte » (QRC) s’appuyant ou non
sur le dossier, telle qu’on en trouve au concours interne
et au troisième concours d’accès aux instituts régionaux
d’administration. L’approche de ces deux types d’épreuve
diffère radicalement.

1. Premier cas : des questions
pour aider à la réflexion
EXEMPLE
Sujet 8
Vous êtes secrétaire administratif dans un service
déconcentré de l’État. Le directeur départemental,
constatant le déficit d’information du public sur les
activités du service et les fréquentes demandes de
renseignement, a décidé de lancer une opération
de communication. Il a désigné pour cela un chef
de projet, qui vous a recruté comme chargé des
aspects juridiques de cette opération. Le chef de
projet a notamment décidé de mettre en place un
site informatique comprenant une description du service, un rappel des textes et une lettre d’information
périodique à l’intention du public, ainsi qu’un forum
destiné aux usagers et aux élus qui souhaitent avoir
des réponses à leurs questions. Il attend de vous
que vous lui proposiez un plan d’accompagnement
juridique, puis que vous apportiez votre contribution
au cahier des charges qui sera soumis à l’opérateur
extérieur retenu pour la construction de ce site.
Vous disposez d’un dossier documentaire, et il vous
est d’abord demandé de répondre aux questions
suivantes :
1. Existe-t-il un encadrement des pratiques des administrations en matière d’internet ?
2. Dans l’affirmative, quelle est l’autorité responsable
et quelles sont les contraintes à respecter ?
3.  Votre chef de service doit-il effectuer des
démarches préalables, et lesquelles ?
4. Cette opération entre-t-elle dans le cadre de celles
qui nécessitent un avis de la CNIL ?
5. Existe-t-il des délais à respecter entre la saisine
de l’autorité et la mise en service ?

Partie I : Méthodologie de la note

Avec un sujet impersonnel, sans réelle mise en situation,
la réponse est clairement non. Pour autant, n’utilisez pas
le « on », honni de la plupart des correcteurs.

39

Ce sujet, avec le dossier qui lui est adjoint, peut être
traité en suivant la méthode précédemment exposée, en ne prenant en compte que le sujet en italique. Mais le jury a décidé d’aider les candidats en
formulant cinq questions.
Néanmoins, ce devoir demeure une épreuve de note
et ne se transforme pas en questionnaire. Vous ne
traiterez donc pas le sujet en recopiant les questions
les unes après les autres et en y répondant, et cela
pour plusieurs raisons :
–  en général, le sujet ne se limite pas aux questions posées, qui visent à attirer votre attention sur
plusieurs aspects du dossier que le jury veut vous
voir prendre en compte ;
–  l’épreuve a également pour but, ne l’oublions pas,
de vérifier vos capacités de synthèse et de rédaction. Vous ne démontreriez ni l’une ni l’autre en vous
contentant de répondre à un questionnaire ;
–  enfin, vous borner à répondre aux questions, sans
rédiger la note, rendrait en quelque sorte inutile tout
le début du sujet avec sa mise en situation.
En revanche, il est utile de signaler au correcteur
que, dans le texte rédigé de votre note, vous avez
apporté une réponse aux questions posées. Comment ? Plusieurs solutions se présentent à vous :
– vous pouvez, au sein de la note, introduire la
question in extenso, en rappelant son numéro entre
parenthèses : « En matière de création de sites informatiques, la première question à se poser est de
savoir s’il existe un encadrement des pratiques des
administrations concernant internet (question 1). La
réponse est positive. En effet, cet encadrement existe
et il est confié… » ;
–  il est également possible, sans reprendre le texte
de la question, d’en rappeler l’existence, toujours
entre parenthèses : « Il s’agit donc d’identifier les
démarches que, en qualité de chef de service, vous
devrez effectuer préalablement à cette création
(question 3). Il faut d’abord noter qu’il n’y a pas
d’autorisation préalable à solliciter. Est simplement
prévue… » ;
–  enfin, vous pouvez rappeler en marge, en regard
du texte, la question posée, sans interférer pour cela
dans la rédaction.

Question 4 :
Cette opération
entre-t-elle dans
le cadre de celles
qui nécessitent un
avis de la CNIL ?

Vous m’avez aussi interrogé sur le point
de savoir si cette opération entrait dans le
cadre de celles qui nécessitent un avis de la
CNIL. Cette obligation n’existe que lorsqu’il
y a traitement de données personnelles, en
particulier sous forme de fichier. Or, dans la
commande, aucune information personnelle
n’est envisagée. Il n’y a donc ici aucune
interaction avec la CNIL.

2. Second cas : des questions
complémentaires à l’épreuve
Les épreuves écrites du concours interne et du troisième
concours d’accès aux IRA, qui sont en principe des
épreuves de note sur dossier, s’accompagnent depuis
quelques années d’une ou deux questions « qui peuvent
être en rapport avec le dossier documentaire et permettant
de vérifier les connaissances administratives générales du
candidat et sa connaissance de la gestion des ressources
humaines dans les administrations publiques ».
Analysez bien le libellé de l’épreuve : ces questions ne sont
pas liées à la note que vous devez rédiger et ne s’intègrent
pas à celle-ci. Il vous est juste précisé que vous devrez
répondre à une ou deux questions pouvant être en rapport
non pas avec le sujet, mais avec le dossier. Concrètement,
cela signifie que la ou les questions posées (comme dans
l’épreuve de QRC du concours externe) peuvent s’appuyer sur un des documents ou sur un aspect de ceux-ci
(un graphique ou un tableau, par exemple), sans que cela
soit obligatoire.

EXEMPLES DE QUESTION
–  Les caractéristiques d’une autorité administrative
indépendante.
–  En vous appuyant sur le document 4 (qui représenterait une pyramide des âges), dites quelles sont
les perspectives démographiques de la France pour
les trente prochaines années.

3. Gérer son temps en QRC
Cette épreuve, qui est en réalité une épreuve double – deux
sujets et deux types d’épreuve distincts à traiter dans le
même créneau horaire –, est à haut risque en matière de
gestion du temps. En effet, la tentation est forte pour les
candidats de déborder sur la seconde partie de l’épreuve.
Et le déséquilibre des coefficients entre les deux parties
(coefficient 3 pour la note et coefficient 1 pour la ou les
questions) les pousse souvent à commencer par la note.
La pression psychologique, liée aux coefficients et à la difficulté à respecter un temps limité, inhérente aux épreuves
de note, leur laisse peu de chance d’éviter cet écueil. C’est
pourquoi nous vous conseillons très vivement d’inverser
l’ordre des parties et de répondre d’abord à la (ou aux)
question(s), avant de vous pencher sur la note. Certes,
vous devrez vous contraindre à répondre aux questions
en une heure, pas une minute de plus. Mais la charge de
l’enjeu sera plus facile à maîtriser.

La note

Dès la fin de cette première heure, vous vous efforcerez
d’effacer de votre esprit l’épreuve de questions, afin de ne
pas être tenté d’y revenir et de rester entièrement disponible pour la rédaction de la note.

40

Vous pouvez cependant programmer un temps variable :
s’il y a une seule question, vous aurez une heure pour
y répondre ; s’il y en a deux, vous passerez donc trente
minutes sur chacune.

Ce qu’il faut retenir
Devoir gérer à la fois une note sur dossier et une (ou deux)
question(s) est une vraie difficulté. En effet, l’épreuve de note
teste notamment la capacité des candidats à gérer un temps
limité. Devoir assurer en trois heures le dépouillement du dossier,
la recherche du plan et la rédaction présente le risque majeur
d’une tentation de dépassement, au détriment de la question.
Le candidat tend à penser qu’il aura le temps d’y répondre dans
les dernières minutes, mais c’est un leurre. De ce fait, beaucoup
n’ont même pas le temps de commencer à traiter la question.
Or, aux concours des IRA, elle représente le quart des points de
l’épreuve en coefficient.

Partie I : Méthodologie de la note

Le meilleur conseil à donner est donc de garder la maîtrise du
temps en intervertissant les deux parties de l’épreuve : au début
de celle-ci, donnez-vous 45 minutes à 1 heure pour répondre à
la question. Vous pourrez ainsi vous assurer 3 à 5 points assez
facilement et avoir ensuite l’esprit dégagé pour vous lancer dans
le traitement du dossier.

41

Partie II
Trois exemples
commentés de notes

Sujet 1 :  L’intégration des personnes
handicapées dans la fonction publique
Sujet 2 :  La création d’une maison
de services au public
Sujet 3 :  Le plafond de verre
dans la haute fonction publique territoriale

Note 1
L’intégration des personnes
handicapées dans la fonction
publique

Vous êtes en poste auprès du directeur des ressources
humaines d’un établissement public. Le nouveau directeur,
qui vient de prendre son poste, s’interroge au sujet de la
ligne budgétaire correspondant à un versement annuel au
FIPHFP. Il n’a pas manqué de faire le rapprochement avec
le faible taux d’intégration des travailleurs handicapés dans
les effectifs (moins de 3 %).
Il vous demande une note faisant le point sur la problématique de l’intégration des personnes handicapées dans
la fonction publique, dans laquelle vous mentionnerez les
mesures à prendre pour se mettre en conformité, en faisant ressortir les aides possibles.
Pour cela, vous disposez d’un dossier.

2. Documents
(6 documents – 19 pages)
Document  1 : Extrait du Code du travail, section  1 :
Obligation d’emploi des travailleurs handicapés, des mutilés de guerre et assimilés (4 pages).
Document 2 : « Les aides du FIPHFP », site du Fonds pour
l’insertion des personnes handicapées dans la fonction
publique, 19 août 2016 (3 pages).
Document 3 : « Les mesures spécifiques pour les agents
handicapés », portail de la fonction publique, 03/02/2015
(2 pages).
Document 4 : Décret no 2006-501 du 3 mai 2006 relatif au
Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans
la fonction publique (3 pages).
Document 5 : Circulaire no 5265/SG du Premier ministre
relative à l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans la fonction publique, 23 novembre 2007
(3 pages).
Document 6 : « Info recruteurs : la carrière d’un agent handicapé », fiche réalisée par la HALDE, reprise par emploipublic.fr (4 pages).

Partie II : Exemples commentés de notes

1. Sujet

45

Document 1

EXTRAIT DU CODE DU TRAVAIL
Section 1 : Obligation d’emploi des travailleurs handicapés,
des mutilés de guerre et assimilés.
Article L. 323-2
Modifié par Loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 - art. 65
L’État et, lorsqu'ils occupent au moins vingt agents à temps plein ou leur équivalent, les
établissements publics de l’État autres qu'industriels et commerciaux, les juridictions
administratives et financières, les autorités administratives indépendantes, les autorités publiques
indépendantes, les groupements d'intérêt public, les collectivités territoriales et leurs
établissements publics autres qu’industriels et commerciaux, y compris ceux qui sont énumérés à
l’article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction
publique hospitalière, sont assujettis, selon des modalités fixées par décret en Conseil d’État, à
l’obligation d'emploi instituée par l'article L. 5212-2 ; les dispositions des articles L. 323-4-1,
L. 323-5, L. 5212-6 à L. 5212-7-1, L. 5212-13 et L. 323-8-6-1 leur sont applicables.
Les centres de gestion de la fonction publique territoriale ne sont assujettis à l'obligation
d'emploi visée à l’alinéa précédent que pour leurs agents permanents. Leurs agents non
permanents sont décomptés dans les effectifs de la collectivité ou de l'établissement qui les
accueille dans les conditions prévues à l’article L. 323-4-1, excepté lorsqu'ils remplacent des
agents permanents momentanément indisponibles.
L’application des alinéas précédents fait l’objet, chaque année, d'un rapport présenté aux
comités techniques paritaires ou aux instances en tenant lieu ainsi qu’aux Conseils supérieurs de
la fonction publique de l’État, de la fonction publique territoriale et de la fonction publique
hospitalière.

Article L. 323-4-1
Modifié par Loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 - art. 65
Pour le calcul du taux d’emploi fixé à l'article L. 323-2, l’effectif total pris en compte est
constitué de l’ensemble des agents rémunérés par chaque employeur mentionné à l'article
L. 323-2 au 1er janvier de l’année écoulée.
Pour le calcul du taux d'emploi susmentionné, l'effectif des bénéficiaires de l'obligation
d'emploi est constitué de l'ensemble des personnes mentionnées aux articles L. 5212-13 et
L. 323-5 rémunérées par les employeurs mentionnés à l'alinéa précédent au 1er janvier de
l'année écoulée.
Pour l'application des deux précédents alinéas, chaque agent compte pour une unité.
Toutefois, les agents affectés sur des emplois non permanents ne sont pas comptabilisés
lorsqu'ils ont été rémunérés pendant une période inférieure à six mois au 1er janvier de l'année
écoulée.
Le taux d'emploi correspond à l'effectif déterminé au deuxième alinéa rapporté à celui du
premier alinéa.

La note

NOTA :
Ordonnance 2007-329 du 12 mars 2007 art. 12 I, art. 13 :
Sont abrogées, à compter du 1er mars 2008, les dispositions de la partie législative du Code du
travail dans sa rédaction issue de la loi n° 73-4 du 2 janvier 1973. Toutefois, demeurent en
vigueur, dans leur rédaction en vigueur à la date de publication de la présente ordonnance, les
dispositions de l’article L. 323-4-1.

46

 



Article L. 323-5
Modifié par Loi n° 87-517 du 10 juillet 1987 - art. 1, JORF 12 juillet 1987
en vigueur le 1er janvier 1988
Abrogé par Ordonnance n° 2007-329 du 12 mars 2007 - art. 12 (VD), JORF 13 mars 2007
en vigueur au plus tard le 1er mars 2008 sous réserve art. 13
Dans les entreprises, collectivités et organismes mentionnés aux articles L. 323-1 et
L. 323-2, les titulaires d'un emploi réservé attribué en application des dispositions du chapitre IV
du titre III du livre III du Code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre sont
pris en compte pour le calcul du nombre de bénéficiaires de l'obligation d'emploi instituée par
l'article L. 323-1.
Dans les collectivités et organismes mentionnés à l'article L. 323-2, sont également pris
en compte pour le calcul du nombre de bénéficiaires de cette obligation :
– les agents qui ont été reclassés en application de l'article 63 de la loi n° 84-16 du
11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État, des
articles 81 à 85 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la
fonction publique territoriale ou des articles 71 à 75 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 précitée ;
– les agents qui bénéficient d'une allocation temporaire d'invalidité en application de
l’article 65 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 précitée, de l’article L. 417-8 du Code des
communes, du paragraphe III de l’article 119 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 précitée ou de
l’article 80 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 précitée.
NOTA :
Ordonnance 2007-329 du 12 mars 2007 art. 12 I, art. 13 :
Sont abrogées, à compter du 1er mars 2008, les dispositions de la partie législative du Code du
travail dans sa rédaction issue de la loi n° 73-4 du 2 janvier 1973. Toutefois, demeurent en
vigueur, dans leur rédaction en vigueur à la date de publication de la présente ordonnance, les
quatre premiers alinéas de l’article L. 323-5, en tant qu'ils s’appliquent aux collectivités et
organismes mentionnés à l’article L. 323-2.

Les employeurs mentionnés aux articles L. 323-1 et L. 323-2 peuvent s'acquitter
partiellement de l’obligation d’emploi instituée par l'article L. 323-1 en passant des contrats de
fournitures de sous-traitance ou de prestations de services avec des entreprises adaptées, des
centres de distribution de travail à domicile ou des centres d’aide par le travail. Cette exonération,
dont les modalités et les limites sont fixées par voie réglementaire, est proportionnelle au volume
de travail fourni à ces ateliers et centres.
Les employeurs mentionnés à l’article L. 323-1 peuvent s'acquitter partiellement de
l’obligation instituée par cet article en accueillant en stage des personnes handicapées au titre de
la formation professionnelle visée à l'article L. 961-3 ou des personnes handicapées bénéficiaires
d’une rémunération au titre du deuxième alinéa de l’article L. 961-1. Le nombre de ces personnes
comptabilisées au titre de l’obligation prévue au premier alinéa de l’article L. 323-1 ne peut
dépasser 2 % de l'effectif total des salariés de l’entreprise.
NOTA :
Ordonnance 2007-329 du 12 mars 2007 art. 12 I, art. 13 :
Sont abrogées, à compter du 1er mars 2008, les dispositions de la partie législative du Code du
travail dans sa rédaction issue de la loi n° 73-4 du 2 janvier 1973. Toutefois, demeure en vigueur,
dans sa rédaction en vigueur à la date de publication de la présente ordonnance, le premier
alinéa de l’article L. 323-8, en tant qu’il s'applique aux collectivités et organismes mentionnés à
l’article L. 323-2.

 



Partie II : Exemples commentés de notes

Article L. 323-8
Modifié par Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 - art. 38 JORF 12 février 2005
Abrogé par Ordonnance n° 2007-329 du 12 mars 2007 - art. 12 (VD) JORF 13 mars 2007
en vigueur au plus tard le 1er mars 2008 sous réserve art. 13

47

Article L. 323-8-6-1
Modifié par Loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 - art. 65
I. Il est créé un Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique, géré
par un établissement public placé sous la tutelle de l’État. Ce Fonds est réparti en trois sections
dénommées ainsi qu'il suit :
1° section « Fonction publique de l’État » ;
2° section « Fonction publique territoriale » ;
3° section « Fonction publique hospitalière ».
Ce Fonds a pour mission de favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées au
sein des trois fonctions publiques, ainsi que la formation et l’information des agents en prise avec
elles. Il assure le financement et la mise en œuvre des parcours de formation professionnelle
préqualifiante et certifiante des demandeurs d’emploi handicapés qui sont recrutés dans la
fonction publique.
Peuvent bénéficier du concours de ce Fonds :
1° Les employeurs publics mentionnés à l’article L. 323-2 ;
2° Les organismes ou associations contribuant par leur action à l'insertion professionnelle des
personnes handicapées dans la fonction publique et avec lesquels le Fonds a conclu une
convention.
Peuvent également saisir ce Fonds les agents reconnus travailleurs handicapés au sens de
l’article L. 5212-1 et rémunérés par les employeurs publics mentionnés à l’article L. 323-2.
Un comité national, composé de représentants des employeurs, des personnels et des
personnes handicapées, définit notamment les orientations concernant l'utilisation des crédits du
Fonds par des comités locaux. Le comité national établit un rapport annuel qui est soumis aux
Conseils supérieurs de la fonction publique de l’État, de la fonction publique territoriale et de la
fonction publique hospitalière, ainsi qu’au Conseil national consultatif des personnes
handicapées.
II. Les employeurs mentionnés à l’article L. 323-2 peuvent s'acquitter de l’obligation d'emploi
instituée par cet article en versant au Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la
fonction publique une contribution annuelle pour chacun des bénéficiaires de la présente section
qu'ils auraient dû employer.
Les contributions versées par les employeurs mentionnés à l'article 2 du titre II du statut
général des fonctionnaires, par les juridictions administratives et financières, par les autorités
administratives indépendantes, par les autorités publiques indépendantes et par les groupements
d'intérêt public sont versées dans la section « Fonction publique de l’État ».
Les contributions versées par les employeurs mentionnés à l'article 2 du titre III du statut
général des fonctionnaires sont versées dans la section « Fonction publique territoriale ».
Les contributions versées par les employeurs mentionnés à l’article 2 du titre IV du statut
général des fonctionnaires sont versées dans la section « Fonction publique hospitalière ».
III. Les crédits de la section « Fonction publique de l’État » doivent exclusivement servir à
financer des actions réalisées soit à l'initiative des employeurs mentionnés à l’article 2 de la loi
n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de
l’État, des juridictions administratives et financières, des autorités administratives indépendantes,
des autorités publiques indépendantes et des groupements d'intérêt public, soit, à l'initiative du
Fonds, en vue de favoriser l'insertion professionnelle des personnes handicapées au sein de la
fonction publique de l’État, ainsi que la formation et l'information des agents participant à la
réalisation de cet objectif.

La note

Les crédits de la section « Fonction publique territoriale » doivent exclusivement servir à
financer des actions réalisées soit à l'initiative des employeurs mentionnés à l’article 2 de la loi
n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique
territoriale, soit, à l'initiative du Fonds, en vue de favoriser l'insertion professionnelle des

48

 




Documents similaires


Fichier PDF corrige devoir 2 cned
Fichier PDF devoir synthese sujet 1
Fichier PDF devoir synthese sujet 2
Fichier PDF sujet
Fichier PDF methodo analyse 1
Fichier PDF gestiontemps 1


Sur le même sujet..