Vladimir Poutine dans la perspective eschatologique .pdf



Nom original: Vladimir Poutine dans la perspective eschatologique.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice 4.1.3, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/04/2018 à 10:27, depuis l'adresse IP 83.155.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 332 fois.
Taille du document: 172 Ko (12 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Auteur : Martial Cadiou alias Igor Strychnine

LA MISSION ESCHATOLOGIQUE DE
VLADIMIR POUTINE
Vladimir Poutine est la préfiguration de l'Antéchrist (1), soit le Messie de
la Tradition primordiale ou polaire.
Nous allons, dans ce long article, le démontrer de manière irréfutable.
Mais le lecteur verra que cet Antéchrist n'est pas celui auquel les
Occidentaux dégénérés pensent. Il en est, en effet, l'exact inverse. Michel
Valsan in Études Traditionnelles, 1971 confessait que « pour pouvoir
réaliser la restauration de l'état primordial, il faut inverser l'orientation
humaine actuelle ».

Dans un livre paru en 2000, Pierre Lorrain, journaliste, spécialiste de
l'URSS, La mystérieuse ascension de Vladimir Poutine Éd.du Rocher, en
bon social-démocrate qu'il est, tient à nous mettre en garde contre les
engouements « millénaristes et messianiques » de Vladimir Poutine.
Cependant, ce journaliste « politiquement correct » se fourvoie, car c'est
justement là, en fait, que réside la grandeur du personnage, dans sa
prédestination et son profil prophétique et eschatologique.
Au pouvoir depuis les années 2000, Vladimir Poutine s'inscrit dans une
perspective eschatologique de type impérial (le Testament de Pierre-leGrand). Ce personnage énigmatique, originaire du Septentrion où règne
l'étoile polaire, incarnera donc la figure combattante d'une Russie
ressuscitée.
Pour cela, Poutine le Septentrional s'est allié à l'Oriental chinois sur

l'échiquier géopolitique. Au travers leurs convergences d'intérêts
supérieurs dictées par l'horloge eschatologique, ces deux grandes
civilisations, la russe et la chinoise, se doivent de mettre en commun leurs
atouts pour briser le souffle putride de la « Grande Prostituée » incarnée
par la nation aux fondements dégénérés (2), les États-Unis et ce que s'y
cache derrière, le sionisme.
Allons-y, tout de go, Poutine est la préfiguration du « Lion de
Septentrion », prédit dans l'Apocalypse de Pierre, vainqueur de la
cléricaille, briseur des nations apostates.
Luc Benoist, sous le pseudonyme de Michel de Socoa, a évoqué dans son
livre Les Grandes Conjonctions Éd.Traditionnelles, 1981, la grande
doriphorie de 1989. Doriphorie ayant lieu dans le signe du Capricorne : «
Plusieurs traditions convergentes nous font soupçonner que la fin de notre XXe siècle
verra un renouveau total de la figure du monde. La grande doriphorie du Capricorne
en 1991(3) constitue un indice d'importance. » (cf : p.40)

La chute du communisme et ses conséquences s'inscrivent parfaitement
dans ces considérations astrologiques qui nous montrent une Russie
ressuscitée le 7 novembre 1789 soit 72 ans après la révolution
bolchevique. L'URSS sera démantelée le 8 décembre 1991, en la fête de
l'Immaculée Conception.
Selon Alexandre de Danaan, Les secrets de la Tara Blanche Éd. Arché,
Milan – la Russie aurait un lien mystérieux avec Shamballah ou Agarttha,
le Centre Suprême caché. Cette proximité montre à l'évidence le rôle
eschatologique de cette même Russie dans l'Endkampf. Le Bloc de
Commandement russe, noyauté par « La Fraternité des Polaires » (4), a
délègué Poutine comme l'agent révolutionnaire prédestiné de changements
géopolitiques de type impérial, ce que Jean Parvulesco nomme
« géopolitique transcendantale » ou « mystique révolutionnaire ». Vladimir
Poutine incarnerait l'avènement de « l'Empire Eurasiatique »,
l'ensoleillement final de la conscience occidentale enténébrée par les
sortilèges de la « Grande Prostituée » incarnée par les conspirations
maçonnico-satanistes de l'empire américano-anglo-sioniste.
Poutine incarne « l'Empire rouge de la Fin du Cycle », porteur du grand
dessein impérial eurasiatique.
Cette doctrine présente des affinités avec les théories avancées par Samuel

Huntington dans son ouvrage, Le Choc des Civilisations qui résoud le
conflit entre les blocs eurasiatiques continentaux et le le bloc atlantiste
comprenant les nations inféodées aux USA, prédisposées au libre-échange
et au libéralisme démocratique au bloc eurasien, plus enclin au centralisme
et la spiritualité. Le bloc atlantique, thalassocratique est identifié au kali
yuga, la modernité, nomade, quantitatif, l'absence de vraie spiritualité, de
la démocratie de la pire extraction qu'Evola et Guénon détestaient tant.
« L'Empire eurasiatique de la Fin » est providentiellement tenu d'incarner
très précisément le IVe Reich, l'Imperium transcendantal de l'histoire, où la
confrontation religieusement ouverte entre le Catholicisme et Orthodoxie
trouvera sa résolution impériale eurasiatique finale, avec l'avènement du
« Millénium Christi » (5). Là, est l'objet métapolitique et spirituel de
Poutine et des groupes géopolitiques puissants tournés vers la réalisation
du Grand Imperium eurasiatique qui le protègent et l'assistent.
Le sort de l'Europe et le sort actuel du monde dépendant de la Russie, du
redressement final de la Russie. C'est précisément aussi qu'en continuant
l’œuvre de ses prédécesseurs tsaristes, notamment Nicolas II que s'inscrit
Poutine, délégué du « Centre Suprême » ou « Agarrtha » que ce dernier
entend ressusciter la superpuissance mondiale à dessein eschatologique.
Dans ces conditions, Poutine serait l'instrument de la tradition
hindoue appelée la Paravrtti, le « Grand Renversement » !
Dans son Veilleur, où en est la nuit ? : introduction à l'Apocalypse, Jean
Robin Éd.G.Trédaniel a évoqué la mission satanique qui est impartie aux
États-Unis dans l'eschatologie promise. Il compare les USA à la « Grande
Prostituée » devant laquelle toutes les nations s 'assujettissent. Cette
prostitution des Etats devant l'Empire nous est résumée ainsi par le
géopoliticien russe, Alexei Jedrichine-Wandam : « il n’y a qu’une chose qui
puisse être pire que l’hostilité avec les Anglo-Saxons : c’est l’amitié avec eux.»
En écho, dans son chapitre « Géopolitique d'une conjoncture planétaire
finale » in Vladimir Poutine & L'Eurasie Éd.Les Amis de la Culture
Européenne, Jean Parvulesco, nous renseigne plus précisément du rôle
néfaste et interlope que joueront les États-Unis dans la mise en place de
l'Endkampf.
En proie à un Deep State ou État-Profond d'obédience sioniste, obéissant à

une ousia, ténébreuse, inavouable, cruelle, offensive, intransigeante,
totalitaire, fourbe, hors d'accès du vulgum pecus, les États-Unis,
missionnés, prédestinés dès leur existence pour de noires perspectives,
se doivent de prendre part au grand jeu géopolitique de redessinement du
continent eurasiatique par le biais d'un dispositif politico-stratégique
agressif et concerté avec ses vassaux dont la Grande-Bretagne,
l'Allemagne, Israël, la Turquie, l'Arabie Saoudite, le vilain petit Qatar et
malheureusement la France républicaine sociale-démocrate !
Les lignes de forces et d'agissements de cet État profond passent par la
mise en place d' actions conspiratives terroristes d'envergure, (11
septembre, « Charlie Hebdo », attentats du 13 novembre de Paris, de
Londres, Madrid, Nice) sans nom et sans visage, obéissant aux
injonctions d'une « centrale enterrée », totalement inconnue,
« inconnaissable ». Ce que Guénon nomme la « Contre-Agarrtha ».
Cependant, ce bloc de conspiration mondialiste secret des USA, ne cachant
en rien ses volontés hégémoniques, bute sur la contre-stratégie impérialiste
de l'axe eurasiatique initié par Poutine et le Bloc de commandement russe.
Cet axe eurasiatique ou « Empire eurasiatique de la Fin » figure comme le
concept opérationnel de Kontinentalblock théorisé par le géopoliticien de
l'Ordre du Dragon Vert, Karl Haushofer.
Axe eurasiatique regroupant la Russie, la Chine, l'Iran, la Syrie, l'Inde.
Cet axe fera échec à l'hégémonikon et l'hybris de l'Empire
thalassocratique ou « Bête de la Mer » ! D'après Jean Robin, Veilleur, où
en est la nuit ?, la « Bête de la Terre » (Axe Eurasiatique) tue la « Bête de
la Mer ».
Cette vaste conspiration terroriste sera appelée à agir dialectiquement
comme un vaste dispositif de provocation-agitation destiné à déclencher
un « tremblement de terre » géopolitique, à mettre en branle des situations
et des évènements révolutionnaires préconçus par les USA eux-mêmes, en
réalité, les meneurs cachés, avec des vues inavouables, engagés dans le
sens d'une dialectique d'emprise hégémonique planétaire dans le seul but
de bloquer et contraindre la réalisation du grand rêve impérial russe, la
« Forteresse eurasiatique ».

C'est pour cette raison que « la Confrérie des Sages du Nord», a élu et
favorisé la mystérieuse ascension de Vladimir Poutine afin de
« casser » et « mettre à genoux » l'Empire américano-sioniste. En
1910, le grand catholique Léon Bloy n'a t'il pas vaticiné avec une
prescience eschatologique surprenante, le retour des Cosaques et du SaintEsprit ? La Vierge de Fatima en 1917 n'a t-'elle pas appelé à la résurrection
de la Sainte Russie ?
Le pouvoir occulte de la « Société de Celui Qui Doit Venir » lui
fournissant les moyens militaires exceptionnels (armes scalaires (6),
technologiques et économiques pour asseoir la réalisation du « Nouvel
Empire Eurasiatique de la Fin ».
De nombreux signes nous le montre prédestiné : sa naissance à SaintPétersbourg, capitale monarchique septentrionale, le 7 octobre 1952, date
anniversaire de la victoire de la chrétienté latine (en fait Venise, le SaintSiège et l'ordre de Malte) sur l'empire ottoman lors de la bataille de
Lépante en 1571 et fête de Notre-Dame du Rosaire ; son ascension à la tête
de l'État russe, appelé par l'ivrogne pro-américain Boris Eltsine, en août
1999, lors de l'éclipse du soleil. Serait-ce lui l'incarnation du "Roi d’effroi"
décrit dans les Centuries de Nostradamus ( C X, Quatrain 72)(7)?
Son ascension (8), il la doit au Bloc de Commandement russe, une fraction
du GRU (Services de Renseignement de l’État-major des Forces Armées
russes). Son appellation officielle est « Département militaire 44 388 ».
Diviser par le chiffre de la Bête 666, on obtient 66,6 (9)! (cf : Pierre de
Villemarest, Le GRU, le plus secret des services secrets soviétiques 19181988 Éd.Stock, 1988)
Poutine est donc missionné pour se débarrasser de cette conspiration
social-démocrate traître avec ses relais judéo-trotskistes subversifs
partout au pouvoir en Europe de l'Ouest (10). Conspiration socialdémocrate mise subversivement en place et dirigée, dans l'ombre, par
l'Empire américano-sioniste dont les buts inavoués sont le mondialisme, le
multiculturalisme, le cosmopolitisme, la négation des valeurs spirituelles.
Le sort de l'Europe et le sort actuel du monde dépendent de la Russie, du
redressement final de la Russie. C'est précisément aussi qu'en continuant
l’œuvre de ses prédécesseurs tsaristes, notamment Nicolas II que s'inscrit

Poutine, délégué du « Centre Suprême » ou « Agarrtha » que ce dernier
entend ressusciter la superpuissance mondiale à dessein eschatologique.
Poutine incarne donc la »Russie Antérieure » , assumant néanmoins
l'héritage dramatique de l'URSS. Au delà de l'Empire des tsars et du
régime nocturne incarné par le judéo-bolchevisme, émerge la « Troisième
Russie », la »Nouvelle Russie » porteuse du grand dessein impérial
eurasiatique et du courant impérial géopolitique dont il est le représentant.
De l'état totalitaire impérialiste nocturne de Staline, Poutine prépare
l'avènement de l'Etat impérial orthodoxe symbolisé par l'aigle bicéphale
( autorité spirituelle & pouvoir temporel), empire transcendantal qui ne
sera que la « projection intérieure » et assomptionniste des services
spéciaux russes dans leurs cheminements occultes. Cheminements
comparables à cette descente dans l'Abîme professée par les sabbatofrankistes.
Les écrits apocalyptiques – Ézéchiel, Jérémie et saint Jean – font de Gog
(11) le souverain de Magog, assimilé à Méchek et Toubal, soit Moscou et
Tbilissi.
Il est curieux que la Bible qui inverse tout, prophétisent par l'intermédiaire
de ses Prophètes de l'Ancien Testament pour la Fin des Temps, l'arrivée
de terribles menaces en provenance du Nord :
« J’amène du Nord une grande calamité et une grande dévastation. Le destructeur des
peuples s’est mis en marche. » (Jérémie, 4, 6-7.)
« Je te mettrai en marche depuis l’extrême Nord et je t’amènerai sur les montagnes
d’Israël. » (Ézéchiel, 39, 2.)

Ainsi, nous constatons le télescopage voire l'opposition entre les
traditions eschatologiques païennes et judéo-chrétiennes, symbolisé
par le combat final entre les armées « orientales » (axe eurasiatique)
de Gog et Magog commandées par un roi venu du Nord et l'Empire
thalassocratique occidental !
Précisons que le roi de Shambhala a pour nom Magag pa Aniruddha et un
sceau marqué du swastika et le royaume d'El-Khidr « est connu sous le
nom de Yûh (…) Il est situé à l'Extrême Septentrion », c'est à dire dans

cette « terre du sanglier » (Varahi en sanscrit) qui est la terre primordiale,
la terre sacrée polaire. En effet « la racine var, pour le nom du sanglier, se
retrouve dans les langues nordiques sous la forme bor ; Varâhî est donc la "Borée" ».
Nous avons ici l'indication et la confirmation que le Messie de la
Tradition primordiale hyperboréenne et polaire n'est autre que
l'Antéchrist des judéo-chrétiens et vice-versa.
La conclusion « eschatologique », voire « géopolitique » revient au Gaon
de Vilna, éminente autorité spirituelle du judaïsme qui annonçait il y a
deux siècles, à propos des ultimes convulsions précédant l'ère messianique
que lorsque les Russes (Gog) s'empareraient de la Crimée (2014), lorsqu'il
viendraient en Syrie (à l'invitation du chiite alaouite Bachar Al-Assad),
puis lorsque leurs navires franchiraient le Bosphore, le Messie serait aux
portes... Toute ressemblance avec des évènements récents n'étant pas
fortuite induit la prochaine libération de la Palestine et la fin d'Israël
prophétisé par Henry Kissinger dans le journal The New York Post
(propriété du néo-conservateur Rupert Murdoch), le 17 septembre 2012 :
« Dans 10 ans, il n'y aura plus d'Israël. »
Quant à la date de la ruine de l'État actuel d'Israël, il faut se souvenir que
Théodore Herzl vaticinait lors du Congrès de Bâle en 1897 : “À Bâle, j'ai
constitué l’État juif...”. Son vœu se réalisera 50 ans plus tard (année du
jubilé) en 1947. Quant à la destruction de l’État impie d'Israël, elle devrait
avoir lieu 72 ans plus tard, soit en 2019 !

(1) Selon les vaticinations « antéchristiques » de saints Irénée, Ambroise,
Augustin, d'Adson, moine normand, l'Antéchrist serait issu de la tribu
biblique de Dan. Turbulents, ils étaient tenus en suspicion de la part des
autres hébreux. Jacob les avait comparés au Serpent ou Céraste (Genèse
49 :17). Adson, abbé de Montier-en-Der, écrivit vers 954 son fameux traité
alors que les Danois ou Vikings terrorisaient la Normandie. Les Danites ou
Dans étaient d'excellents guerriers comme les Celtes et comme eux,
adoraient le dragon. Le nom de Dan est typiquement nordique et tire son
étymologie des Dé Danann, qui envahirent autrefois l'Irlande et vouèrent
un culte à la Déesse Dana ou Ana. Selon les antiques Annales irlandaises,
les Tuatha de Dana sont issus de la tribu de Dan. Plus tard, au gré des
inimitiés de circonstances, on fera venir l'Antéchrist d'Allemagne, puis de
Russie. Les Russes d'aujourd'hui sont les descendants des Varègues,
d'origine scandinave donc nordique. Poutine, si ce n'est la taille, présente
toutes les caractéristiques morphologiques du type nordique. Vladimir
Poutine est lié symboliquement à Vladimir Ier le Grand, fondateur de la
Russie. L'ancêtre de Vladimir Ier était le Viking suédois Rurik, qui fonda
la dynastie royale qui devait gouverner la Russie pendant 600 ans. Le film
du russe Andréi Kravchuk, tourné en grande partie en Crimée, intitulé
« Viking », sorti en 2016 retraçant l'épopée de Vladimir Ier a été encensé
par Poutine et le Kremlin. Et alors que Poutine inaugurait en Novembre
2016 une statue géante du prince Vladimir juste devant le Kremlin, il a
déclaré devant son gouvernement rassemblé aux pieds de la statue: " Le
prince Vladimir est resté dans l’Histoire à jamais comme l’unificateur et le défenseur
des terres russes, en homme politique visionnaire, qui a jeté les fondations d’un État
fort, unifié, centralisé".

(2) La Matrice mondiale s'était choisie en la personne de Barack Obama,
un homosexuel et en ce qui lui tient lieu de femme, un transsexuel, du nom
de Michelle Obama. Depuis l'élection de ce couple maudit à la Maison
Blanche, les États-Unis cherchent par tous les moyens à polluer et
promouvoir dans tous les pays du monde, notamment en Afrique, leurs
immondes lois pro-LGBT.
(cf : Hélène Vissière, « L'Amérique en Trans » in Le Point n°2299 du
29/09/2016)
(3) Poutine a été introduit dans la politique en 1991 grâce à l'opération

Félix et deviendra le chef des services secrets russes en 1998.
(4) Une de ses premières initiatives fut de faire sceller une plaque d'or à la
mémoire de Youri Andropov, proche de la Fraternité des Polaires.
(cf : Jean Parvulesco, Poutine & l'Eurasie p. 73)
Selon le Grand Maître de la Loge « Mount Zion » (Mont Sion) Giole
Magaldi, Masons illimited responsability company Éd.Chiarelettere –
Poutine est membre de la Loge Golden Eurasie ainsi que Parsifal et
Valhalla.
(5) D'ailleurs sa première visite à l'étranger, en tant que nouveau président
de la Russie fut auprès du pape polonais Jean Paul II avec lequel il eut
deux entrevues : l'une officielle, l'autre officieuse. La dernière portant sur
l'assomption de l’Église, c'est à dire, l' »Ecclésia Una » des premières
communautés de la Chrétienté.
La mort du patriarche Alexis II, décédé le 5 décembre 2 008 à Moscou,
défavorable à un rapprochement envers l’Église de Rome leva l'obstacle. A
son endroit, fut nommé, par le Saint-Synode, le métropolite de Smolensk
et de Kaliningrad, Cyrille, qui, lui passe pour favorable à la réunification.
Jean Biès, dans son Athos, voyage à la Sainte Montagne Éd.DervyLivres, 1980, considère l'Orthodoxie pour la dernière chance de
l'Occident. De nombreux théologiens ont ainsi pressenti dans l'Orthodoxie
un rôle important pour « la rencontre des religions » puisque à leurs yeux,
l'Orthodoxie constitue comme une synthèse de la « spiritualité enstatique »
du Soi, qui caractérise l'Orient non-chrétien, et de la « spiritualité
extatique » du Toi, d'origine sémitique.
Le moine athonite (Mont Athos), le Père Cyrille résume ainsi les choses :
« Retourner à la foi orthodoxe, ce n'est pas retourner à autre chose qu'à la foi de vos
ancêtres. Avant 1054, (année du Grand Schisme d'Occident), de détestable mémoire,
l'Europe occidentale était, elle aussi, orthodoxe. » Jusqu'au Ve siècle, la liturgie

y était souvent célébrée en grec ( dont il vous reste le Kyrié Eleïson). St
Hilaire de Poitiers ne défendait il pas l'Orthodoxie au côté d'un StAthanase d'Alexandrie contre le pape Libère [ ...] C'est en retrouvant
cette Eglise primitive que l'Occident redeviendra chrétienne.
(6) Lors de son discours devant le parlement russe à Moscou, le 1 er mars

2018, le maître du Kremlin a envoyé un message clair aux USA et valets
en dévoilant de nouvelles armes à la technologie incomparable : « Comme
vous le comprenez, rien de tel n'existe chez qui que ce soit dans le monde. Et je vous
rassure, si un jour ils [l'Empire]y parviennent, nous aurons encore une longueur
d'avance. »

(7) Selon le philologue Rudy Cambier, Le Chemin du Vieux moine : le
Dernier Templier Tome 1 Éd.Pierre de Lune ( à rapprocher de Pierre de
Luna, plus connu sous le nom de Benoît XIII), le véritable auteur des
Centuries est un moine cistercien, Yves de Lessines, 15 ème abbé de
l'abbaye Notre Dame de Cambron (1328-1329). Les célèbres quatrains
originels, rédigés en picard ancien, auraient été composés entre 1323 et
1328, peu après la destruction de l'ordre du Temple, aux confins de la
frontière belge, à partir de matériaux puisés dans la bibliothèque disparue
du pape légitime, mais néanmoins contesté et déposé, Benoît XIII. Celui-ci
disposait d'une véritable bibliothèque de 2800 manuscrits. 2 600
disparaîtront mystérieusement. (cf : Gérard Touzeau, Benoît XIII, le
trésor du pape catalan Éd.Mare Nostrum)
(8) Son ascension à la tête de la Russie (son ascension ne se fit-elle pas
lors de l'éclipse du soleil en août 1999 ?), il la doit à l'opération Félix, qui,
en février 1991, fut organisée et développée par une fraction du GRU,
émanation directe des conseils révolutionnaires des Forces Armées
soviétiques. Le réseau Félix sera impliqué dans la gestion des fonds secrets
du Parti Communiste de 1987 à 1993, ce qui représentait 600 entreprises
créées en Russie et ailleurs.
(9) Dans son chapitre sur Seth in Symboles fondamentaux de la Science
Sacrée, Éd.Gallimard, René Guénon reconnaît que :
« (...) le nombre 666 n'a pas une signification exclusivement maléfique ; s'il
est le “nombre de la Bête”, il est tout d'abord celui d'Hakathriel ou “l'ange de la
couronne”. D'autre part, ce nombre est également donné par le nom de “Sorath”, qui
est, suivant les kabbalistes, le démon solaire, opposé comme tel à l'archange Mikaël ;
“Sorath” est en outre l'anagramme de “sthur”, qui signifie “chose cachée” : est-ce là
le “nom de mystère” dont parle “l'Apocalypse” ?
Mais si “sathar” signifie “cacher”, il signifie aussi “protéger” ; et en arabe, le même

mot “satar” évoque presque uniquement l'idée de protection, et même souvent d'une
protection divine et providentielle... »

Et pour troubler le néophyte, il ajoute :
« Pourrait-on, sans trop de fantaisie linguistique, en rapprocher le grec “sôter”,
“sauveur” ? Et faut-il dire à ce propos qu'il peut et qu'il doit y avoir même, entre
les désignations du Christ (El-Messîh, en arabe) et celles de l'Antéchrist (ElMessîkh), une singulière ressemblance ? »

En hébreu, Esther (Ishtar) a pour nombre 661, et si l'on fait précéder son
nom de la lettre « he », signe de l'article défini, dont la valeur est 5, on
obtient 666...
Ce qui démontrerait que le très redouté 666 apocalyptique, n’est pas un
nombre d'homme, comme on le prétend à tort, mais un nombre de femme !
(10) Cette suspicion ou entreprise de dénigrement occulte, subversivement
agissante, en France, notamment par le biais de sa coterie judéo-trotskiste
(Kouchner, Bernard Henry Lévy, Glucksman père et fils, Daniel CohnBendit, Julien Dray, etc.) à l'égard de la figure militante de Poutine n'a
pour but que d'empêcher qu'il ne soit reconnu pour ce qu'il est en réalité,
une préfiguration du Christ Pantocrator (Christ en gloire et vainqueur et
non souffreteux et humilié).
Tout se passe donc, comme si une « grande centrale de décision occulte »
s'activait inlassablement dans l'ombre pour maintenir sur la brèche
l'opposition de plus en plus exacerbée de l'ensemble de l'information et des
options gouvernementales européennes contre les tentatives de la Russie
pour affirmer sa présence politique en Europe et au Moyen-orient.
Les sentiments anti-russes des gouvernements socialistes secrètement
trotskystes (Cambadélis et sa clique de l'O.C.I.) sont soutenus par
l'hostilité agissante dans l'ombre d'un super-pouvoir occulte (« ContreInitiation »), super-pouvoir occulte, matérialiste, anti-religieux,
secrètement « sataniste » installé à Londres, Washington et Tel-Aviv.
Ainsi les médias européens – presse, radio, télévision se mobilisent
constamment contre les positions politiques de Poutine. Peut-être sententils obscurément que Poutine incarne ce qu'ils ne sont plus, et ne pourront
jamais être. Poutine est le reproche vivant adressé aux Occidentaux et à
ses élites dégénérées. Il symbolise la négation du politiquement correct, de

la décadence occidentale avec son lot de lois homophiles, athées,
multiculturelles. Grand bien nous fasse Poutine de nous débarrasser de
cette nuit qui a trop longtemps duré !
(11) Selon Patrick Daniel, La Matrice de Gog - Magog serait situé en
Crimée et Gog serait le dirigeant de cette région. Selon les Septante, Gog
est synonyme d'Agag. Agag est un terme générique employé pour parler
des rois d’Amalek, c'est un titre comme tsar ou chef.
Dans la Genèse, il est écrit qu’Amalek était le petit-fils d’Ésaü, qu’on
appelait aussi Édom. On entend parler d’Agag pour la première fois dans
Nombres 24:7.
Tubal et Magog sont mentionnés dans la Genèse, au chapitre 10, comme
descendants de Japhet, un des trois fils de Noé. « Les fils de Japhet sont
Gomer, Magog, Madaï, Javan, Tubal, Méshec, et Tiras » (v. 2).
Ros/Rosh, Méshec, Tubal et Magog sont d’anciens noms de ceux dont les
descendants s’installèrent dans la région territoriale de la Russie moderne.
On montre le côté néfaste de Gog selon l'eschatologie judéo-chrétienne
dans un autre verset de l’Ancien Testament, dans le livre du prophète
Amos : « Le Seigneur me fit voir ceci : Voici, un essaim de sauterelles survint, et
voici, une des jeunes sauterelles dévastatrices était Gog, le Roi » (Amos 7:1,
Version des Septante).



Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


vladimir poutine dans la perspective eschatologique
repression du mouvement social en russie
12 thom art157 1
presidentielle russe les des sont pipes
cours russie
lettre au pre sident

Sur le même sujet..