La trilogie des Syyrs T1 Chap15.pdf


Aperçu du fichier PDF la-trilogie-des-syyrs-t1chap15.pdf - page 2/7

Page 1 2 3 4 5 6 7



Aperçu texte


La trilogie des Syyrs - Tome 1 : la prophétie de Nokomis
Chapitre 15
Arutha pencha la tête à la remarque du garde.
- Les estomacs vides motivent le chasseur.
Lubéon se retourna vers Zari et lui chuchota :
-

Les estomacs ?

- Deux.
Le Syyr noir acquiesça aux propos du médecin.
- C’est e a t. Je vois ue vous avez pu dis ute ave Rutaku.
Le médecin chercha ses mots pour décrire son échange avec le soigneur valand.
- Dessiner serait plus juste.
Astre reprit la parole.
-

A p opos d’hie soi …

-

Avant-hier.

- Pardon ?
Arutha le regarda, amusé.
- Vous avez dormi tout un jour, Elio.
Ap s avoi p is le te ps de dig e l’i fo

atio , il se essaisit :

- Bref, ne me cache plus jamais ce ge e d’i fo atio .
L’assassi e eleva pas la e a ue gla e du p i e et fit u sig e de t te e di e tio de la
forêt, à la lisière de laquelle se tenait un groupe de valands.
-

Les chasseurs vous attendent.

- Ça veut di e u’o e a ge pas ? gémit Lubéon.
Ast e fit tai e le ga de pe da t u’Elio o ti uait.
- Et si on veut pêcher ?
Le jeune homme eut un rire légèrement suffisant.
- A vot e guise. J’esp e ue vous avez u e o e ap e.
Il sembla hésiter, puis ajouta sa s plus au u e t a e d’i o ie da s sa voix :
-

Si vous tuez quelque chose, essayez de ne pas sauter de joie. Agenouillez-vous près du corps
et dites uel ues ots u e ai dessus. Peu i po te e ue vous di ez, a ez juste l’ai de le
remercier.
Les propos du Syyr noir parurent étranges aux gardes, puis ils se appel e t la da se de l’ava tveille.
- Et Lianne ?
A utha ui s’ loig ait d jà e p it pas la pei e de se etou e et d sig a de la ai u e
di e tio ava t de ejoi d e la g ve où so g oupe l’atte dait toujou s.
Dans la direction indiquée, la jeune élève courrait vers eux en tentant de remettre correctement
sa tenue.
- Il ’aga e, s’ e va Lu
Zari se retourna vers le garde.

o .

-

Il ’a pas to t. Je les ai vus hie , e fi ava t-hie soi . Ils ’o t pas de
sous l’eau plusieurs dizaines de minutes.

-

Et lui alors ? Il est toujours entravé que je sache.

Auteur : Myriam LEMOINE

a hie,

ais este t