La trilogie des Syyrs T1 Chap15.pdf


Aperçu du fichier PDF la-trilogie-des-syyrs-t1chap15.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7




Aperçu texte


La trilogie des Syyrs - Tome 1 : la prophétie de Nokomis
Chapitre 15
La d a he i e tai e, l’assassi dispa ut da s la fo t sous les eu to
s du reste du
groupe. Elio et Astre se levèrent et partirent à sa suite, l’o se va t titu e da s les sous-bois, penché
su le sol à la e he he de uel ue hose. U i sta t, l’ho
e pe dit l’ uili e et t u ha su u e
a i e, s’affala t pa te e da s u juron incompréhensible. Le prince se rapprocha prudemment.
- Ça va ?
A utha s’assit o t e u t o
lui, puis ferma les yeux.

sa s he he à se eleve et ega da le S

la

s’ava e ve s

- La salive ’a pas esoi d’u e lessu e pou t ave se la peau, ’est-ce pas ?
La silhouette à oiti e do ie o te plait ai te a t l’e t
it de ses doigts te dus puis
releva ses yeux bleus avant de les fermer à nouveau. Elio reprit.
- Que fait-on maintenant ?
L’ho
e agit e fi , he ha t ses

ots.

- On ne peut pas este i i. Le oi ’est pas… o .
Le prince outait, atte tif au o at ue e ait l’assassi o t e le so
eil. Il ’avait pas
t ouv le e de u’il he hait pou dissipe les effets du so if e. Elio tenta de masquer sa
surprise lorsque le Syyr noir saisit le te e t so outeau et s’e tailla la pau e de la ai sa s
broncher. Après cela, il sembla retrouver un semblant de vigueur tandis que la douleur se propageait
jus u’à so e veau. Il s’ oua, hassa t la fatigue.
- On avance encore. Je porterai Lianne.
Elio eut un sourire contrit.
Ça ’e uie de te le di e, ais tu ’as pas l’ai d’ t e apa le de te po te toi-même, alors
u e pe so e de plus…
L’ho
e ti ua et se leva pou le o t edi e, ava t de glisse de ouveau o t e le t o de
l’a e jus u’au sol.
-

- Dans cinq minutes.
Le prince regarda avec curiosité celui qui les avait guidés jusque-là.
- Pourquoi nous aides-tu ?
U soupi s’ happa de la poit i e fatigu e et il

u

ua o

e pou lui-même.

- Je ne sais pas.
Elio, ui s’ tait a oupi à ôt du jeune homme se redressa à son tour. Cela faisait un moment
ue l’id e le ta audait : pourquoi Arutha ne réclamait-il pas la clé des bracelets de force à ses
poignets ? Il pou ait tout à fait a ha de sa li e t
ai te a t u’ils taie t pe dus au ilieu de
nulle part. Il ne semblait même plus remarquer les anneaux de métal qui distillaient leur poison dans
son corps.
S’ils voulaie t ava e , ils avaie t esoi d’A utha. Le S
e voulait pas s’a te i i et le p i e
en avait assez vu sur cette forêt pour ne pas vouloir discuter ce point avec lui. Depuis l’atta ue, il
’avait ess d’ t e su p is pa le o po te e t de l’assassi . Les a ues de ti su la a li gue du
chasseur provenaient de lasers identiques à ceux des forces impériales, ’ tait do l’E pi e ui
pou suivait le S lo s u’il s’ tait hou su ette pla te.
Elio avait le se ti e t ue l’assassi e te ait pas à voi Lianne tomber dans les mains de ses
maîtres et ue ’ tait la aiso pou la uelle il s’i g iait à les ga de tous en vie. Pourtant il
’ou liait pas u’il avait gale e t poig a d u ho
e da s le dos. Savait-il vraiment de quoi était
capable cet homme ?

Auteur : Myriam LEMOINE