Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Fiche r%C3%A9visions 2nde .pdf



Nom original: Fiche_r%C3%A9visions_2nde.pdf
Auteur: Nathalie Boone

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/05/2018 à 17:51, depuis l'adresse IP 176.181.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 146 fois.
Taille du document: 2.2 Mo (16 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


FICHE DE REVISION 2nde SVT
La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant

Chapitre 1 : la nature du vivant
I. Les molécules constitutives du vivant
La matière minérale est une matière inerte : il s’agit de l’eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), le
dioxygène (O2)…ce sont des petites molécules.
Les êtres vivants sont riches en eau (65% de la masse chez l’Homme) mais également en matière
organique, constituée de molécules organiques.
Les molécules organiques sont de grosses molécules, constituées de 4 atomes : carbone (C),
hydrogène (H), oxygène (O), azote (N) : C,H,O,N.
Il y a 4 catégories de molécules organiques :
- les glucides (sucre, amidon)
- les protéines
- les lipides (graisses)
- les acides nucléiques (ADN)
La matière vivante qui constitue les cellules des animaux et des végétaux est donc composée de
matière minérale (eau et sels minéraux) et de matière organique (glucides, lipides, protéines, acides
nucléiques). La matière inerte n’est composée que de matière minérale.
II. Les êtres vivants sont constitués de cellules
Tout être vivant est soit une cellule isolée, c’est à dire un organisme unicellulaire, soit une association
de plusieurs cellules ou organisme pluricellulaire. Une cellule ne se voit qu’au microscope : elle fait
environ 10 micromètres.
Eucaryotes (organismes dont les cellules ont un noyau
Cellule animale
Cellule végétale
- une membrane plasmique qui délimite la cellule et permet des
échanges avec le milieu extérieur
- un cytoplasme contenant des organites (Ex : la mitochondrie)
- un noyau contenant le matériel génétique
- une paroi qui recouvre la
membrane plasmique
- une vacuole (réserve d’eau)
- des chloroplastes, organites
contenant la chlorophylle

Procaryotes (organismes dont les
cellules n’ont pas de noyau
Ex : cellule de bactérie
Le matériel génétique et tous les
organites baignent dans le
cytoplasme

III. La cellule, siège des réactions chimiques de la vie
Une cellule effectue un ensemble de réactions chimiques appelé métabolisme.
En effet, pour vivre, les cellules doivent produire de la matière organique à partir de matière prélevée
dans le milieu extracellulaire. Elles ont aussi besoin d’énergie.
2 réactions du métabolisme peuvent produire de l’énergie :
- la respiration cellulaire, qui se réalise dans les mitochondries. Elle nécessite de la matière
organique et du dioxygène, et produit du dioxyde de carbone en déchet.
- la fermentation, qui est utilisée par certaines cellules comme les levures ou nos cellules musculaires
pour produire de l’énergie en absence de dioxygène. Elle ne nécessite pas de mitochondries.
Le métabolisme dépend des éléments présents dans le milieu de vie et du matériel génétique de la
cellule qui lui confère ses caractéristiques.






Ce que je dois savoir
Les caractéristiques d’une cellule
Reconnaître les cellule végétales et
animales, Procaryotes et Eucaryotes
Définir le métabolisme
Distinguer respiration et fermentation
Lire un graphique montrant des
échanges gazeux





Ce que je dois savoir faire
Reconnaître une cellule dans un tissu
Distinguer une cellule animale d’une
cellule végétale
Déterminer graphiquement les échanges
gazeux d’un être vivant

La cellule, unité structurale

Echelle du vivant et du non vivant.

FICHE DE REVISION 2nde SVT
La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant

Chapitre 1 : la nature du vivant (suite et fin)
IV. Le support universel de l'information génétique
L’ADN est une macromolécule constituée de 2 brins parallèles enroulés en double hélice.
 Chaque brin est constitué d’une succession de nucléotides. Chaque nucléotide est constitué :
- d’un groupement phosphate
- d’un désoxyribose (un glucide)
- d’une base azotée : il en existe 4 différents : la Guanine, la Cytosine, l’Adénine et
la Thymine. (G, C, A et T).
 Les 2 brins sont complémentaires : A est associé à T et C à G
Un gène est l’unité de codage de l’information génétique. C’est une portion d’ADN dont la longueur
varie.
 Un gène contient les informations pour produire une protéine. C’est le « plan de fabrication » de
la protéine qui déterminera la présence d’un caractère chez un individu (couleur des yeux,
fonctionnement d’une cellule…)
 Les gènes existent sous plusieurs versions : ce sont les allèles. (Ex : pour le gène qui définit le
groupe sanguin ABO, il existe chez les humains 3 versions ou allèles : allèle A, allèle B, allèle O.
Ce sont de faibles différences entre les séquences de nucléotides qui sont à l’origine des
groupes sanguins chez l’Homme.
La transgénèse est une technique qui consiste à transférer un gène d’une cellule d’une espèce à celle
d’une autre. Elle a pour objectif de donner à l’organisme receveur de ce gène (OGM : Organisme
Génétiquement Modifié) un nouveau caractère jugé intéressant par l’Homme. Cette technique montre
que le codage de l’information dans l’ADN est universel.
V- Un patrimoine génétique variable selon les individus
Un changement de nucléotide(s) dans la séquence d’ADN modifie l’information génétique : c’est une
mutation. C’est un phénomène rare et aléatoire (du au hasard).
Les individus au sein d’une espèce ont les mêmes gènes mais des allèles différents, ce qui explique
leurs différences. La diversité des caractères à l’intérieur d’une espèce repose sur la diversité des allèles
et donc sur les mutations.
Un nouvel allèle crée par mutations peut changer une ou plusieurs protéine(s) et donc des caractères de
l’individu qui le porte. Les maladies génétiques sont provoquées par certains allèles qui codent pour
une protéine anormale qui ne remplit pas sa fonction.





Ce que je dois savoir
La structure de la molécule d’ADN
La différence entre gène et allèle
Comprendre la transgénèse
Définir et repérer des mutations



Ce que je dois savoir faire
Comparer des séquences de nucléotides

FICHE DE REVISION 2nde SVT
La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant

Chapitre 2 : Les conditions de vie sur Terre...et ailleurs ?
I. La Terre, une planète habitée
Comment est organisé le système solaire ?
 Le système solaire est composé d’un ensemble de corps célestes (planètes, satellites,
astéroïdes, comètes) qui subissent l’attraction de leur étoile, le Soleil. La terre fait partie des 8
planètes en orbites autour du Soleil.
 Les planètes rocheuses ou telluriques, sont les plus proches du Soleil : Mercure, Vénus, Terre
et Mars.
 Les planètes gazeuses sont plus éloignées du Soleil et de plus grande taille : Jupiter, Saturne,
Uranus et Neptune. Elles sont gazeuses (Hydrogène H et hélium He)
 D’autres corps célestes solides sont en orbites autour du soleil : des astéroïdes et des comètes.
Quelles sont les particularités de la Terre ?
 La terre est une surface solide et liquide sur laquelle la vie peut se développer
 Elle possède une atmosphère (79% de diazote (N2), 21% de dioxygène (O2), 0,04% de dioxyde
de carbone (CO2), qui absorbent une grande partie des rayons UV du Soleil, ce qui protège la
vie.
 Les conditions de température est de pression particulières permettent la présence d’eau
liquide, milieu de vie des êtres vivants et principal constituant des cellules.

II. Les conditions propices à la vie
 La présence d’une atmosphère et d’une température moyenne sont des conditions nécessaires à
la vie.
 L’épaisseur de l’atmosphère d’une planète dépend de la masse de la planète et de sa distance
par rapport à l’étoile autour de laquelle elle gravite.
- les planètes exercent une force de gravité sur la matière. Cette force, qui permet de
retenir les gaz, est proportionnelle à la masse de la planète. Les grosses planètes
retiennent donc plus de gaz que les petites.
- Quand la température augmente, l’agitation des molécules des gaz est importante, ce qui
les disperse dans l’espace. Plus une planète est proche de son étoile, plus il fait chaud,
plus les gaz sont donc perdus.
Ainsi, l’atmosphère d’une planète est d’autant plus épaisse que cette planète est éloignée de son
étoile et que sa masse est élevée.
 La température moyenne à la surface d’une planète dépend de deux paramètres :
- La distance planète – étoile : plus une planète est éloignée de son étoile, plus la
température diminue
- L’effet de serre : il est provoqué par certains gaz de l’atmosphère comme le dioxyde de
carbone (CO2), le méthane et la vapeur d’eau. Ces gaz absorbent les rayons infrarouges
produits par la surface de la planète, ce qui augmente la température. Plus ces gaz sont
présents, plus l’effet de serre est important.
A propos de la vie ailleurs que sur Terre : On connaît de nombreuses exoplanètes appartenant à des
systèmes d’autres étoiles que le Soleil. Pour abriter la vie, elles doivent :
- Etre dans la zone d’habitabilité, qui est l’espace autour de l’étoile où la température est
compatible avec la présence d’eau liquide. Cette zone est principalement déterminée par
la distance à l’étoile.
- Avoir une masse suffisante pour retenir les gaz et donc avoir une atmosphère





Ce que je dois savoir
Les planètes du système solaire et leurs caractéristiques
La composition et le rôle de l’atmosphère terrestre
Les paramètres qui déterminent la présence d’une
atmosphère

Ce que je dois savoir faire
 Lire un diagramme
pression-température
 Comprendre la notion de
zone d’habitabilité





Les paramètres qui déterminent l’état de l’eau (solide,
liquide, gazeux)
Le lien entre la présence de la vie, la masse et la position
d’une planète
Si la vie est possible ailleurs que sur Terre

FICHE DE REVISION 2nde SVT
La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant

Chapitre 3 : Biodiversité actuelle, biodiversité passée
I- Les différentes échelles de la biodiversité
- La biodiversité traduit les différences au sein du vivant. Elle s’observe à plusieurs échelles : diversité
des écosystèmes, diversité des espèces et diversité génétique des individus (document 1)
II- Les modifications de la biodiversité au cours du temps
- Les espèces actuelles ne représentent qu’une infime partie du total des espèces ayant existé depuis
l’apparition de la vie. Certaines espèces sont apparues, puis ont disparu. Leurs restes constituent des
fossiles qui peuvent avoir des liens de parenté avec des espèces actuelles.
- La biodiversité n’est donc pas constante dans le temps. Des variations de climat, des évènements
catastrophiques (volcanisme, météorite) et l’activité humaine peuvent la modifier (élimination de
certaines espèces et favorisation d’autres).
III- Des parentés au sein de la nature
1. Le plan d'organisation externe et interne
- Au-delà de ces différences existent des ressemblances qui sont utilisées pour établir des liens de
parenté entre les êtres vivants.
Exemple : Tous les vertébrés ont une organisation commune : squelette, position des
organes, axes de polarité. Cette organisation commune existait déjà chez un ancêtre
commun et ils en ont tous hérité. Ils possèdent également des axes de polarité
communs : Axe antéro-postérieur, Axe droite-gauche ; Axe dorso-ventral

Chez tous les Vertébrés, l’organisme présente une symétrie bilatérale par rapport à l’axe antéropostérieur (symétrie axiale).
2. Parentés et ancêtres communs
- Les relations de parenté entre des groupes d’êtres vivants peuvent être déterminées par la
comparaison de caractères homologues.
Exemple : Caractères doigts (présence ou absence), caractère placenta (présence
ou absence), caractère squelette (cartilagineux ou osseux) (document 2).
- Ces caractères sont utilisés pour réaliser un arbre phylogénétique (document 3)
- le temps est représenté du bas de l’arbre vers le haut des branches
- Les espèces actuelles sont placées en haut des branches
- Un nœud représente le dernier ancêtre commun de toutes les espèces présentes sur les
ramifications suivantes.
Exemple : L’innovation « os » s’est faite avant le dernier ancêtre commun à la
tortue, l’aigle et l’Homme, qui la portent donc tous les trois. En revanche, le requin ne
la possède pas. (document 2 et 3).





Ce que je dois savoir
Définir la biodiversité à toutes ses
échelles
Mettre en évidence des facteurs
modifiant la biodiversité, dont
l’activité humaine
Lire un arbre phylogénétique






Ce que je dois savoir faire
Placer des caractères sur un arbre
phylogénétique à partir d’un tableau de
caractères (matrice)
Placer un fossile sur un arbre phylogénétique
Indiquer les caractères d’un ancêtre commun
Evaluer le degré de parenté entre êtres
vivants

Document 1. Les niveaux d’observation de la biodiversité

Document 2. Comparaisons utilisées pour définir des liens de parenté
Caractères
homologues
Requin
p
Tortue

Squelette

Placenta

Doigts

Température

cartilagineux

absent

absents

variable

osseux

absent

présents

variable

Aigle

osseux

absent

présents

constante

Homme

osseux

présent

présents

constante

Placenta : organe qui permet les échanges entre le fœtus et sa mère.

Document 3. Arbre phylogénétique

FICHE DE REVISION 2nde SVT
La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant

Chapitre 3 : Biodiversité actuelle, biodiversité passée (suite et fin)
IV- Les bases génétiques de la biodiversité
Pour que les nouveaux allèles soient transmis de génération en génération au sein de l’espèce, il faut
que :
- la mutation soit présente dans les gamètes qui intervient dans une fécondation
- le nouvel individu issu de cette fécondation puisse à son tour se reproduire et transmettre cette
mutation à sa descendance.
1. La dérive génétique
C’est une modification aléatoire de la fréquence des allèles, qui dépend de la possibilité de l’individu
porteur à se reproduire. Elle est plus marquée lorsque l’effectif de la population est petite.
Les allèles les moins fréquents peuvent alors disparaître et faire diminuer la diversité allélique.
2. La sélection naturelle
C’est un mécanisme dû à l’action du milieu de vie (les facteurs environnementaux) sur la sélection des
allèles. Les allèles qui donnent des avantages aux individus qui les portent leur permettent de vivre plus
longtemps et de se reproduire davantage. Les allèles qu’ils portent sont alors de plus en plus présents
dans la population.
3. La spéciation ou formation de nouvelles espèces
Dérive génétique et sélection naturelle peuvent conduire à l’apparition de nouvelles espèces. Si deux
populations sont isolées et ne peuvent se reproduire entre elles, elles deviennent génétiquement
différentes. Au fur et à mesure du temps, ces différences entrainent l’impossibilité de se reproduire entre
elles : il y a alors deux espèces distinctes.


Ce que je dois savoir
Comprendre la notion d’évolution
Etudier et reconnaître la dérive génétique et la sélection naturelle

Sélection naturelle et dérive génétique : schéma bilan

FICHE DE REVISION 2nde SVT
Enjeux planétaires contemporains : énergie, sol
Chapitre 1: Le soleil, source d’énergie
I. La photosynthèse et la production de biomasse
Les plantes tirent leur énergie pour pousser de la lumière pour synthétiser de la matière organique sous
forme d’amidon et cela en présence de C02. C’est la photosynthèse (photo = lumière, synthèse =
fabrication). La lumière est captée par les chloroplastes des végétaux qui contiennent la chlorophylle
de couleur verte. La photosynthèse rejette aussi du dioxygène dans le milieu. Les végétaux sont donc
des « convertisseur d’énergie solaire ».
Equation de la photosynthèse :
dioxyde de carbone (CO2) + eau (H2O)  glucide (C6H12O6) + dioxygène (O2)
Le glucide produit par photosynthèse dans le végétal sera :
- utilisé par les cellules du végétal pour produire de l’énergie
- stocké sous forme d’amidon dans les graines, les tubercules…
- utilisé pour la production de sa propre matière organique.
Remarque : Les végétaux verts utilisent les molécules organiques produites par photosynthèse pour se
procurer, grâce à la respiration, l'énergie nécessaire à leur fonctionnement. La respiration est continue,
de jour comme de nuit, mais à la lumière elle est masquée par la photosynthèse. C'est pourquoi, une
plante bien éclairée, dégage du dioxygène...
II. Les conséquences de la photosynthèse à l’échelle de la planète
Par la photosynthèse, les végétaux chlorophylliens sont des "puits" à carbone.. La productivité
primaire est la biomasse totale produite en une année. Les zones de plus forte productivité sont :
Sur les continents : les forêts
Dans les océans : les zones riches en phytoplancton
Les végétaux sont autotrophes : ils synthétisent leur propre matière organique à partir de matière
minérale contrairement aux êtres vivants dit hétérotrophes qui se nourrissent de la matière organique
d’autres êtres vivants. Les autotrophes occupent toujours la première place d’un réseau trophique
(ensemble des relations alimentaires qui existent parmi les êtres vivants peuplant la Terre).




Ce que je dois savoir
L’équation de la photosynthèse
Expliquer le devenir du principal produit
de la photosynthèse chez le végétal
Définir un producteur primaire




Ce que je dois savoir faire
Etudier les résultats d’une expérience
(savoir analyser, interpréter et conclure)
Reconnaître des protocoles
scientifiquement faux

FICHE DE REVISION 2nde SVT
Enjeux planétaires contemporains : énergie, sol
Chapitre 2 : La transformation de la matière organique
I. Une matière organique recyclée : les sols cultivables
Le sol est la fine couche superficielle, meuble et fragile, de la croûte terrestre dans laquelle se
développent les racines des végétaux terrestres. Il est un milieu de vie pour de nombreuses espèces :
petits animaux du sol (acariens, araignées, insectes…), micro-organismes (bactéries, champignons…).
Ces êtres vivants sont des décomposeurs.
Ils transforment la matière organique des restes de végétaux en humus, puis l’humus en matière
minérale. Cette minéralisation produit des sels minéraux retenus à la surface des complexes argilohumiques, agrégats d’argile et d’humus.
Le sol retient également de l’eau qui s’infiltre par les pores et les fissures de la roche.
Un sol se forme très lentement à partir de l’altération de la roche du sous-sol appelée roche-mère.
L’infiltration d’eau de pluie hydrolyse les minéraux de la roche, tout en transportant certains produits de
l’altération, ce qui forme les horizons (des couches).
Dans un sol cultivé, la partie supérieure du sol est remanié par le labourage, riche en argile et en
humus. En dessous, l’horizon est surtout argileux avec des débris de la roche-mère du sous-sol avec
lequel il est en contact.
II. Une concurrence avec la biodiversité naturelle
Ressource vitale pour l’espèce humaine, le sol est un milieu menacé.
- dégradation physique : Les sols mis à nu par les labours sont soumis au ravinement lors des fortes
pluies
- dégradation chimique : les polluants chimiques provoquent une acidification ou une salinification des
sols qui deviennent impropres aux cultures
- dégradation des surfaces : l’augmentation de la population et l’urbanisation entrainent une diminution
des surfaces cultivées, que l’Homme essaie de compenser par la destruction de milieu naturel comme
les forêts.




Ce que je dois savoir
Décrire une coupe de sol
Expliquer la formation d’un sol
Expliquer en quoi le sol est une
ressource menacée



Ce que je dois savoir faire
Traduire des données sous forme de
graphique

FICHE DE REVISION 2nde SVT
Enjeux planétaires contemporains : énergie, sol
Chapitre 2 : La transformation de la matière organique (suite et fin)
III. Une matière organique non recyclée : les combustibles fossiles
Le pétrole (de pétra = roche et oléum = huile) est un hydrocarbure composé d’hydrogène (hydro) et de
carbone (carbure), caractéristiques de la matière organique. La composition chimique est un indice de
son origine biologique : la matière organique. Il est un combustible fossile utilisé en tant que
carburant, pour la production d’électricité, le chauffage des maisons…
La matière organique à l’origine du pétrole provient principalement de la photosynthèse du plancton
marin, dans un océan où la productivité est importante. Le pétrole est donc une forme fossile de
l’énergie solaire.
Quand un être vivant meurt, sa matière organique est recyclée par les décomposeurs. Mais une petite
partie de la biomasse est mélangée au sables et aux argiles qui se déposent par couches successives
sur des dizaines de mètres. Dans ce milieu peu oxygéné, les décomposeurs ne survivent pas, la
biomasse échappe ainsi au recyclage. La décomposition est alors incomplète et la matière
carbonée partiellement conservée.
Sous le poids des sédiments, les couches s’enfoncent par subsidence et la température augmente.
Jusqu’à une profondeur de 1000 mètres, les bactéries transforment la matière organique en kérogène.
Entre 2000 et 3000 m, le kérogène est transformé en pétrole. Au delà de 3000 m, se forme du gaz.
2% de ce pétrole va migrer dans une roche réservoir. Si la migration est stoppée par une roche
couverture, le pétrole s’accumule dans ce piège géologique.
Il faut au minimum 60 millions d’années pour transformer une biomasse en hydrocarbures. Le pétrole
est donc une énergie non renouvelable.





Ce que je dois savoir
Nommer les utilisations du pétrole
Décrire un gisement de pétrole
Expliquer la formation du pétrole
Argumenter en quoi le pétrole est une
énergie non renouvelable



Ce que je dois savoir faire
Savoir lire et exploiter une coupe
géologique

IV. des conséquences environnementales non négligeables
1. Cycle du carbone et perturbation anthropique
L’augmentation rapide, d’origine humaine de la concentration du dioxyde de carbone dans l’atmosphère
interfère avec le cycle naturel du carbone.
de l'atmosphère aux végétaux (photosynthèse, piégeage de CO2) : vitesse rapide
de l'atmosphère à l'océan (diffusion, dissolution) : vitesse rapide
des animaux à l'atmosphère (respiration, décomposition) : vitesse rapide
de l'atmosphère au charbon : vitesse lente (fossilisation)
de l'océan aux roches sédimentaires (carbonates, roches carbonées) : vitesse lente (précipitation et
sédimentation)
L'utilisation des combustibles fossiles a de lourdes conséquences sur la planète :
- un accroissement rapide de la quantité de CO2 atmosphérique, en partie responsable de l'effet de
serre.
- une acidification des océans qui est néfaste à de nombreux organismes marins à squelette ou coquille
calcaire.
2. Mieux utiliser l’énergie du soleil, un défi pour demain

L'inégale répartition de l'énergie solaire à la surface de la Terre est le moteur du déplacement des
masses d'air et donc de l'énergie éolienne. L'énergie solaire est également le moteur du cycle de l'eau,
donc à l'origine des énergies hydrauliques. Enfin, sans soleil, pas de biomasse. Les énergies
renouvelables dépendent donc directement ou indirectement du soleil.

FICHE DE REVISION 2nde SVT
Enjeux planétaires contemporains : énergie, sol
Chapitre 3 : Le développement des énergies renouvelables
I. Les utilisations directes et indirectes de l’énergie solaire
 L’énergie solaire est à l’origine des vents, des courants marins et du cycle de l’eau. Il existe
ainsi des utilisations directes de l’énergie solaire (photovoltaïque, solaire thermique pour le
chauffage…) et des utilisations indirectes (production d’électricité à l’aide d’éoliennes, de
barrages, de centrales thermiques…) . Ces ressources énergétiques sont rapidement
renouvelables.
 Les combustibles fossiles représentent l’énergie solaire du passé piégée dans les molécules
organiques non dégradées. Elles ne sont pas rapidement renouvelables.
II. Les énergies rapidement renouvelables
 Les continents et les océans ne reçoivent pas la même énergie solaire sur toute la surface du
globe. Les différences de température entre les zones chaudes et froides créent des vents et
des courants marins à partir desquels l’Homme sait produire de l’électricité, respectivement
grâce à des éoliennes et des hydroliennes.
 L’énergie solaire provoque la vaporisation de l’eau liquide des océans et des continents. L’air
chaud et humide qui s’élève est refroidi en altitude, l’eau qui se condense forme des nuages
déplacés par les vents. Les précipitations amènent de l’eau liquide qui ruisselle sur les
continents pour regagner un océan. L’énergie hydraulique est issue de la retenue d’eau
dans un barrage qui permet de faire tourner des turbines pour produire de l’électricité.
 La biomasse produite par photosynthèse est utilisée par exemple pour la production
d’agrocarburants (le superéthanol ou encore les parties végétales de l’alimentation
humaine telle que le blé, le mais, la canne à sucre et le colza). La production
d’agrocarburants entre alors en concurrence avec la production d’aliments.




Ce que je dois savoir
Nommer et expliquer les formes
d’énergie qui utilisent indirectement
l’énergie solaire
Nommer et expliquer les différentes
générations d’agrocarburants





Ce que je dois savoir faire
Identifier et expliquer une corrélation
entre 2 paramètres
Identifier une tendance générale et des
variations périodiques
Découper une courbe complexe en
unités simples


Documents similaires


Fichier PDF cours l1 2015 auguste document etudiants
Fichier PDF cours l1 2015 auguste document etudiants
Fichier PDF chapitre 03 structure des ecosystemes
Fichier PDF structure des ecosystemes
Fichier PDF structure des ecosystemes
Fichier PDF cours theme 1 2d 24 janvier 3


Sur le même sujet..