La chaîne de blocs vers une régulation minée STAMPER Émeric .pdf



Nom original: La chaîne de blocs vers une régulation minée - STAMPER Émeric.pdf
Titre: La chaîne de blocs : vers une régulaton minée ? / Blockchain : towards a blocked regulation ?
Auteur: Émeric STAMPER

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Microsoft® Word 2016, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/05/2018 à 12:37, depuis l'adresse IP 82.227.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 198 fois.
Taille du document: 3.3 Mo (68 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


MASTER POLITIQUES PUBLIQUES

MÉMOIRE DE RECHERCHE
MASTER THESIS in Public Policies

La chaîne de blocs : vers une régulation minée ?

Blockchain : towards a blocked regulation ?

Présenté et soutenu par / Candidate : Émeric STAMPER

Directeurs de mémoire / Supervisors : Marc-Arthur DIAYE et Carine STAROPOLI

Année académique 2017-2018

L'Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions
émises dans ce mémoire. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur.

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

SOMMAIRE
Introduction générale

Page 3

Analyse économétrique de l’impact de différents types de régulation sur le
Bitcoin
Page 6









Introduction
Construction des bases de données
Statistiques descriptives
Modèles économétriques et résultats
Conclusion
Annexes
Références bibliographiques
Références électroniques

Page 7
Page 9
Page 10
Page 14
Page 22
Page 26
Page 42
Page 43

La chaîne de blocs, un outil potentiel de gestion et de régulation de réseaux
Page 44









Introduction
Fonctionnement d’un microréseau électrique intelligent
Apports de la chaîne de blocs au microréseau électrique intelligent
Le microréseau électrique géré par une chaîne de blocs, le mode de
distribution électrique du XXIe siècle ?
La micro chaîne de blocs électrique, un sujet macro-juridique : une
révolution bloquée ?
Conclusion
Références bibliographiques
Références électroniques

Page 45
Page 47
Page 50
Page 54
Page 59
Page 61
Page 63
Page 64

Conclusion générale

Page 65

Remerciements

Page 68

2

Émeric STAMPER

INTRODUCTION GÉNÉRALE

L’objet de ce mémoire intitulé « La chaîne de blocs : vers une régulation minée » est de
clarifier les contours de cette technologie d’un point de vue économique, pour en cerner les enjeux
et les possibilités de la réglementer, mais aussi de statuer sur la potentielle émergence de nouveaux
canaux de transmission de la régulation de réseaux : entre domaine et outil d’intervention.
La chaîne de blocs apparaît être un véritable serpent de mer économique faisant l’objet de tous les
fantasmes, certains y voient la fin du capitalisme1 avec l’émergence d’une nouvelle forme
d’économie totalement décentralisée, pour d’autres les différentes applications matures de la chaîne
de blocs ne sont que « beaucoup de bruit pour rien »2.
Il convient tout d’abord de définir le terme « chaîne de blocs », c’est une technologie qui
permet d’horodater de manière infalsifiable une chaîne de données sur un grand livre (le ledger en
anglais), qui n’est pas stockée dans un serveur unique, mais distribué parmi les milliers d’ordinateurs
participants. Ainsi, le système fonctionne en réseau, n’a pas de centre névralgique et ne peut être
théoriquement pas piraté ni détruit. La chaîne de blocs permettrait de résoudre le « problème des
généraux byzantins ». Ce problème mathématique consiste à s'assurer qu’un ensemble de
composants informatiques fonctionnant de concert sache gérer des défaillances (ou malveillances)
et arrive à produire un consensus. Le système doit pouvoir maintenir sa fiabilité dans le cas où une
part minoritaire des composants enverrait des informations erronées ou malveillantes aux autres.
La méthode utilisée par le Bitcoin pour aboutir à ce type de consensus est « la preuve de
travail » (proof of work en anglais). Le protocole utilise un système cryptographique fondé sur un
système décentralisé de preuves : la résolution de la preuve nécessite une puissance de calcul
informatique élevée, fournie par les agents présents sur le réseau, appelés « mineurs ». Dans le cas
du Bitcoin, il faut répéter plusieurs centaines de milliards de fois l’opération pour espérer résoudre
ce problème. Les mineurs alimentent le réseau en puissance de calcul, pour permettre la mise à jour
de la base de données décentralisée. Pour cette mise à jour, les mineurs doivent confirmer les
nouveaux blocs en déchiffrant les données. Une concurrence existe entre les mineurs pour le
décryptage des transactions, permettant à la puissance disponible sur le réseau de croître. N’importe
qui peut prêter sa puissance de calcul pour miner, mais plus les mineurs sont nombreux plus la
résolution des preuves est difficilement individualisable et donc aucun mineur ne bénéficie de
position dominante. Ainsi, le protocole peut devenir quasi-inviolable dès lors que la concurrence
est forte à chaque nœud du réseau, c'est-à-dire qu’aucun groupement de mineurs ne devient
majoritaire. C’est donc un système complexe d’authentification qui, a priori, ne peut ni n’a besoin
de régulation, de par son caractère décentralisé.
Parmi les écueils associés à cette méthode figurent le temps de latence nécessaire pour
valider une transaction et le gain décroissant des mineurs. La consommation importante d'énergie
liée à cette méthode est aussi pointée. Il existe un arbitrage entre coût électrique et sécurisation des
échanges suivant les différents consensus. La validation par preuve de travail (ou Proof of Work en
anglais) repose sur de puissants calculs algorithmiques pour valider les blocs supplémentaires
supposant une consommation d'énergie importante. En 2014, la consommation d'énergie a totalisé
1

FINN, E. (2017), « Do Digital Currencies Spell the End of Capitalism? » The Guardian, 10 avril 2017.
http://www.theguardian.com/science/political-science/2017/apr/10/do-digital-currencies-spell-the-end-ofcapitalism.
2
PFISTER, C. (2017), « Monnaies digitales et politique monétaire : beaucoup de bruit pour rien ?, Revue française
d’économie XXXII, n 2 (11 décembre 2017): 37‑63. https://doi.org/10.3917/rfe.172.0037.
o

3

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

240 kWh par bitcoin (soit l'équivalent de 61 litres d'essence par bitcoin). La difficulté de calculs
étant croissante, en février 2018 chaque transaction de Bitcoin consomme 663 KW/h, soit assez
d’électricité pour subvenir aux besoins d’un ménage moyen français pendant… 2 semaines !3 Ces
coûts en énergie sont presque toujours payés à des utilisateurs n'utilisant pas de cryptomonnaie ce
qui entraîne une forte pression baissière sur le prix de la monnaie (les mineurs doivent vendre la
cryptomonnaie sur les marchés d'échange en échange de devises fiat pour payer leurs fournisseurs
d'énergie). Le système utilisant la validation de blocs supplémentaires sur la chaîne de blocs par
preuve d'enjeu (Proof of Stake en anglais) est quant à elle beaucoup plus rentable et n’entraîne pas de
« fuite » de valeur vers les devises-fiat.
Les incitations de comportement des mineurs fonctionnent aussi différemment : dans la méthode
de validation par preuve de travail, le mineur a intérêt à vendre la récompense obtenue pour chaque
bloc miné notamment pour payer ses frais de consommation énergétique ; alors que dans le système
de validation par preuve d'enjeu, le mineur a intérêt à conserver ses jetons pour maximiser ses
chances futures de pouvoir valider les blocs. Un jeton utilisant la validation par preuve d'enjeu n’a
pas d’inflation (il est déflationniste). La masse de jetons est créée au début et les mineurs validant
les blocs supplémentaires sont récompensés en touchant le montant des frais de transfert.
Ainsi c’est une question de choix de gouvernance du réseau de chaîne de blocs qui est
posée, dont les enjeux dépassent le simple cadre de son domaine d’actions (défis énergétiques,
authenticité et opposabilité de droits de réels ou personnels, etc.) légitimant l’intervention d’un
régulateur afin de maximiser le bien-être collectif. Toutefois cette technologie pourrait
potentiellement permettre de s’affranchir de l’État et ses auxiliaires, telles les banques centrales, les
infrastructures de marché en évitant le recours à des intermédiaires lors de certaines transactions.
Étant totalement décentralisée et atomistique il paraît difficilement envisageable d’introduire un
agent, le régulateur, qui est par essence central et impactant les choix individuels.
Il convient de rappeler que la régulation s’entend comme « toute intervention réalisée dans
le cadre d'une action appropriée et dosée en vue de maintenir ou de rétablir l'état réputé souhaitable
ou acceptable d'un système économique ou social.»4
Outre l’évolution du code de la chaîne de blocs par le vote majoritaire des agents qui contient
l’ensemble de ses règles d’usage, peut-on envisager d’implanter une forme de régulation qui serait
issue d’une décision d’un seul agent : un régulateur de la blockchain est-il possible ? Est-ce une
technologie hors de toute régulation par nature ?
Pour tenter de répondre à cette question d’un point de vue économique, la première partie
de ce mémoire sera dédiée à l’analyse des différents évènements qui ont affecté le Bitcoin en lien
avec la régulation. Le Bitcoin étant, à l’heure actuelle, la chaîne de blocs la plus utilisée et avec la
plus longue durée de vie, les données sont à la fois nombreuses (prix et volumes par plateformes
d’échange et par jour) et accessibles sur des bases de données fiables issues des transactions
effectuées en Bitcoin.
Ainsi sera étudié l’impact d’une défaillance d’un agent par son propre fait, nécessitant une
régulation ex post à but correctif et prudentiel (Cas n°1) sur les autres agents d’un réseau. Le Cas
n°2 étudiera l’effet d’une politique exogène ciblant un agent sur lui-même et sur les autres agents
présents sur la chaîne de blocs.
3

Calculs réalisés en février 2018 grâce à https://digiconomist.net/bitcoin-energy-consumption et https://prixelec.com/cours/consommation
HAIDAR, J.I. (2012), "Impact of Business Regulatory Reforms on Economic Growth" Journal of the Japanese
and International Economies, Elsevier, vol. 26(3), pages 285–307
4

4

Émeric STAMPER

Dans le premier cas sera analysé l’impact de la faillite frauduleuse de la plateforme MtGox
au Japon en 2013 sur la plus grosse plateforme d’échange américaine de l’époque : Bitstamp. Ce
cas ayant engendré une régulation ex post du secteur des cryptomonnaies par les autorités
japonaises ayant des fins correctrices et prudentielles.
Dans le second cas sera analysé l’impact de la fermeture de toutes les plateformes chinoises
par le gouvernement central de Beijing à la fois sur une des plateformes visées (entre l’annonce et
la fermeture effective), mais aussi sur une plateforme d’échange japonaise (plus proche voisin où
les contrecoups de la politique chinoise peuvent être attendus les plus fortement) et sur une
étatsunienne (plus éloignée physiquement, mais surtout « culturellement », l’effet pouvant
potentiellement être moindre).
De ce fait à travers les résultats tirés de ces deux évènements « extrêmes » (défaillance totale
d’un agent présent sur le réseau) sera théorisée une possible régulation des chaînes de blocs par un
régulateur faisant partie intégrante de la chaîne de blocs, un agent exorbitant. Cette analyse sera
prolongée par les conclusions tirées du second cas, où le régulateur agirait de manière externe à la
chaîne de blocs en ciblant des agents en particulier.
Les questions d’une régulation de la chaîne de blocs vont de pair avec celles de savoir si la
régulation d’autres réseaux. Ici sera étudié le cas des réseaux de distribution d'électricité où la chaîne
de blocs peut potentiellement servir de canal de transmission de la politique du régulateur. Seront
étudiés différents cas de réseaux intelligents (smart-grids en anglais), les différentes implantations
d’innovation en matière de chaîne de blocs, les objectifs et les limites. Le secteur électrique est
particulièrement actif dans la recherche de nouvelles applications possibles de la chaîne de blocs
avec notamment l’annonce faite par la CNEC, la Commission Nationale de l’Énergie du Chili, de
l’adoption de la chaîne de blocs dans leur activité de régulation en mars 2018 5. Cette technologie
amènera-t-elle à une régulation qui passera entièrement par la chaîne de blocs ?
L’analyse empirique menée en première partie sur l’allégation de certains concernant une
potentielle impossibilité par essence de régulation de la chaîne de blocs, minant ainsi l’influence du
régulateur, jointe à la seconde partie théorique faisant un état de littérature et des applications de
la régulation de réseau électrique par le canal de la blockchain répondront à l’intitulé de ce mémoire,
ayant volontairement une équivoque de mots basée sur la polysémie de l’adjectif « minée » :
La chaîne de blocs, vers une régulation minée ?

5

« Chile’s energy regulator to use Blockchain – pv magazine International ». Consulté le 8 mars 2018.
https://www.pv-magazine.com/2018/02/27/chiles-energy-regulator-to-use-blockchain/.

5

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Analyse économétrique de l’impact de différents types de régulation sur
le Bitcoin
Émeric STAMPER

Cet article vise à étudier de manière économétrique deux évènements majeurs qui ont affecté le Bitcoin et
d’en conclure sur la possibilité qu’aurait un régulateur de modifier les comportements des autres agents présents sur
le réseau et des canaux de transmissions envisageables. La faillite frauduleuse de la plateforme Mt. Gox illustre
l’impact envisageable d’un régulateur sectoriel faisant partie de la chaîne de blocs, avec des effets clairement définis et
robustes économétriquement. La fermeture des plateformes chinoises d’échange de Bitcoin démontre la possibilité de
réguler une chaîne de blocs pour les autorités, via différents canaux de transmission afin d’affiner les objectifs assignés
à la régulation. La régulation pouvant avoir des effets positifs sur la chaîne de blocs, notamment par des sécessions
internes de la communauté, des hard fork en anglais. La chaîne de blocs ne mine donc pas la régulation, au contraire
c’est un véritable filon pour de nouvelles politiques publiques.
Mots Clés : chaîne de blocs, blockchain, régulation, Bitcoin, canaux de transmissions de politiques
publiques, décentralisation, plateforme d’échange de devises.

ECONOMETRIC ANALYSIS OF THE IMPACT OF DIFFERENT TYPES OF
REGULATION ON BITCOIN
This article aims to study the economic functioning of two major events that have highlighted the role and
the possibility of modifying the behavior of other agents on the network and possible transmission channels of a
regulatory policy. The fraudulent bankruptcy of Mt. Gox platform illustrates the conceivable impact of a sectoral
regulator that is part of the blockchain, with defined and economically robust effects. The closure of Chinese bitcoin
exchange platforms shows the possibility of regulating a blockchain for the authorities, via different transmission
channels to refine the objectives assigned to the regulation. This article shows that the regulation can have positive
effects on the blockchain, especially thanks to hard forks.
The blockchain isn’t the end of regulation, on the contrary it is a real vein for new public policies in a domain needing
just a bit of regulation.
Keywords : blockchain, regulation, Bitcoin, public policy transmission channels, decentralization,
currency exchange platform.

Classification JEL : G18, G28, H39, K24



Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Master Politiques Publiques, Centre d’Économie de la Sorbonne.
Correspondance : e.stamper@outlook.fr

6

Émeric STAMPER

INTRODUCTION
L’objectif de cette première partie du mémoire est de réaliser une étude économétrique sans
précédent dans la littérature économique de deux évènements majeurs qui ont affecté le Bitcoin et
d’en conclure sur la possibilité qu’aurait un régulateur de modifier les comportements des autres
agents présents sur le réseau et des canaux de transmissions envisageables.
Le premier est celui de la faillite en 2013 de la plateforme japonaise « Mt. Gox ». Celle-ci a
cessé toute activité le 26 février 2014, sans préavis et de manière intentionnelle de telle sorte que
les agents présents sur cette plateforme n’ont pas pu récupérer leurs devises, soit 650 000 bitcoins
« évaporés »6. Ainsi sera étudié l’impact de cette faillite soudaine d’une des plus grosses plateformes
d’échange de Bitcoin mondiales sur l’une des principales plateformes d’échange étasuniennes
« Bitstamp ».
Trois effets peuvent être attendus : un effet rareté ou un effet panique ou un effet de
« thésaurisation » spéculative.
L’effet rareté viendrait du simple jeu de l’offre et de la demande : la disparition de plusieurs
centaines
de
milliers
de
bitcoins
engendre
de
la
rareté
monétaire.
Ainsi on observerait à la fois une augmentation du nombre de bitcoins échangés de par son utilité
d’intermédiaire de transactions, à condition que le bitcoin soit une réelle monnaie, et une
augmentation de son prix.
Toutefois la situation inverse est tout à fait envisageable : un effet de panique pourrait gagner les
autres plateformes. Voyons une disparition totale, frauduleuse et soudaine d’une des plateformes
majeures d’échange de bitcoins les agents peuvent céder à la panique : remise en circulation de leurs
bitcoins engendrant une hausse des volumes, augmentant l’offre de bitcoin. Ceci étant couplé à un
sentiment général de perte de crédibilité et de valeur engendrerait une baisse des prix.
Un dernier effet est possible : les agents peuvent désirer conserver leurs bitcoins, en attendant que
« la crise » passe ce qui engendrerait une baisse de volumes échangés avec un effet ambigu sur les
prix : hausse par rareté ou baisse par panique.
Cet évènement majeur permettra de mettre en lumière les effets potentiels que peuvent
avoir les actions d’un agent sur l’ensemble des autres présents dans la chaîne de blocs : autrement
dit si un régulateur sectoriel, pour chaque devise, pourrait émerger et agir de manière effective et
individuelle.
Le second cas est celui de l’étude d’impact de la fermeture de toutes les plateformes
d’échange de cryptomonnaies par les autorités chinoises sur deux grandes autres plateformes
étrangères : une japonaise et une étatsunienne. Sera étudié l’effet de l’annonce de cette régulation
sur une des plateformes chinoises concernée : « BTC China (CHN) ».
L’annonce de la fermeture « d’ici la fin du mois » a été faite le 4 septembre 2017 par les autorités
centrales chinoises (annonce publique). Le 14 septembre 2017, la plateforme annonce par un tweet
qu’elle fermerait bien le 30 septembre 2017. On peut potentiellement attendre un effet de report
différencié entre les plateformes japonaises et étatsuniennes suite à la fermeture des plateformes
chinoise : les agents pourront potentiellement préférer transférer leurs bitcoins vers une plateforme
plus proche géographiquement.
6

« Mtgox : le mystère des 650.000 bitcoins évaporés ». Consulté le 11 mars 2018.
https://www.lesechos.fr/19/07/2017/lesechos.fr/030454291283_mtgox---le-mystere-des-650-000-bitcoinsevapores.htm.

7

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Seront étudiés quels sont les effets observés sur les prix et les volumes, à l’instar du Cas
n°1, mais cette fois-ci pas uniquement à travers la fermeture, mais aussi par les deux annonces qui
ont eu lieu. En effet, il est envisageable que l’annonce de la fermeture par les autorités chinoises
n’ait pas eu le même effet que le tweet d’annonce de fermeture. Autrement dit, un tweet d’un agent
de la chaîne de blocs quant à son futur retrait a-t-il les mêmes conséquences et la même ampleur
qu’une annonce faite autorité centrale externe vu que la chaîne de blocs est décentralisée et
indestructible, où certains y voit une impuissance des pouvoirs publics ?
Afin de ne pas omettre certaines variables importantes seront utilisées les variables binaires
FED et Hard_Fork.
La première variable vient du fait que la FED a annoncé le 20 septembre (10 jours avant la
fermeture des plateformes d’échange de bitcoins chinoises) qu’elle conserverait jusqu’en décembre
des taux directeurs historiquement bas (compris entre 1% et 1.25%) tout en laissant présager un
retour « à la normale » après la crise de 2008 dans les futures politiques monétaires. La fin annoncée
des mesures de quantitative easing7 et des taux directeurs bas peuvent laisser présager deux effets
opposés sur l’économie réelle, mais allant de le même sens pour le Bitcoin.
Une inflation pourrait émerger à cause d’une augmentation de la masse monétaire. En présence de
taux directeurs bas, facilitant le crédit, les agents peuvent donc investir plus facilement, et ce, dans
des placements rémunérateurs et risqués8 : le prix du Bitcoin pourrait ainsi augmenter.
La réduction du bilan de la Fed va restreindre la masse monétaire, engendrant certes une
tendance déflationniste potentiellement marginale9, cet effet pourrait augmenter le prix du Bitcoin.
Rappelons que les États-Unis ont un « privilège exorbitant », en reprenant la formule de V. Giscard
d’Estaing, en ce qu’ils peuvent émettre de la monnaie sans pour autant subir d’inflation importée,
leur monnaie étant internationale. Ainsi, en présence de « rareté » du dollar, la réduction du bilan
de la Fed peut potentiellement inciter les agents à utiliser des monnaies concurrentes pour leurs
échanges internationaux : le Bitcoin pouvant être l’une d’entre elles sa valeur d’utilité et par
conséquent son prix pourraient tous deux augmenter.
Concernant les volumes d’échange, l’inflation du dollar et la diminution du bilan de la Fed
pourraient avoir des effets moins évidents. On peut donc imaginer une augmentation de l’utilisation
du Bitcoin sur la période après l’annonce d’une future réduction du bilan de la Fed, engendrant
ainsi potentiellement une hausse des volumes échangés. Toutefois, les effets de cette annonce
n’étant pas immédiats, les agents peuvent anticiper une hausse future des prix du Bitcoin pour les
deux raisons évoquées précédemment, conservant ainsi leur devise pour un motif spéculatif.
Pour cerner les effets potentiels de la seconde variable, Hard_Fork, il convient de définir ce
terme. Pour une cryptomonnaie, un fork (un embranchement) est une modification des règles qui
la régissent. Certaines transformations peuvent être mineures et rétrocompatibles – on parle alors
de soft fork – ou plus importantes et sans compatibilité ascendante, c’est un hard fork. Un soft fork
peut se contenter du soutien de la majorité des mineurs pour devenir fonctionnel. Un « hard fork
Le Quantitative Easing est le programme de rachats massifs d'actifs qui fait que le bilan de la Fed atteint
aujourd'hui 4 500 milliards de dollars, soit le quart du PIB des États-Unis.
Les faibles taux d’emprunts limitent ainsi le coût total d’option pour un titre risqué. Les agents sont d’autant plus
incités à investir dans des actifs risqués (ex : Bitcoin) que leur taux d’intérêt est supérieur à celui d’actifs moins
risqués (ex : bonds du trésor).
Les intérêts d’emprunt relativement bas pourraient être couverts par les intérêts espérés de l’investissement risqué.
Les États-Unis ont eu un taux de croissance de 2.3% en 2017, la politique monétaire de réduction « progressive et
prévisible » du bilan de la Fed, selon les mots de J.Yellen, n’affecteront a priori que de manière faible l’inflation.
7

8

9

8

Émeric STAMPER

» en revanche nécessite un très large consensus, voire l’unanimité. En effet, si, dans le cas d’un hard
fork, un groupe suffisamment important de mineurs maintenaient l’ancienne version du protocole,
la modification ne pourrait aboutir qu’à la création d’une monnaie alternative. Dans ce cas de figure,
on peut imaginer que les utilisateurs seraient divisés entre la version orthodoxe désormais
minoritaire maintenue par le groupe conservateur et une alternative hétérodoxe devenue
majoritaire10.
Ainsi, dans le cas de la sécession dans la communauté du Bitcoin, une partie de celle-ci rejoignant
la communauté du Bitcoin Cash, suite à un désaccord sur l’augmentation de la taille des blocs afin
d’augmenter le nombre de transactions maximales traitables par le réseau 11, des effets
potentiellement opposés pourraient émerger.
La sécession faite par une partie de la communauté engendre indubitablement une
diminution du nombre de mineurs lors de sa réalisation : quand bien même une partie des mineurs
ayant opté pour la monnaie alternative ne redéploient pas entièrement leur puissance de calcul vers
celle-ci, la puissance totale disponible pour le Bitcoin devrait diminuer et donc le nombre de
volumes de transactions par jour. Ce phénomène pouvant être atténué si les agents soutenant la
monnaie alternative souhaitent se débarrasser de leur ancienne devise, par soutien « politique » ou
par conviction d’un futur échec du Bitcoin, le nombre de transactions pourrait augmenter dans la
période suivant le hard fork, le temps que les agents prennent leur décision et que le système
d’échange puisse les réaliser (d’où la volonté d’évolution de la chaîne de blocs du Bitcoin à 8 Mo
par la partie de la communauté du Bitcoin ayant rejoint le Bitcoin Cash, au lieu d’un Mo
actuellement). Si ce phénomène est perçu comme un échec pour le Bitcoin à se réformer, ses cours
pourraient avoir une tendance baissière, l’effet sur les volumes étant incertains.
Toutefois, le hard fork a pu permettre de rassurer les agents qui étaient conscients que des
tensions qui existaient depuis des mois à l’intérieur de la communauté Bitcoin et qui menaçait la
continuité du projet. On peut donc attendre une augmentation du prix du Bitcoin, si les agents ont
perçu cette non-réforme et le départ de dissidents de la communauté comme un vecteur de stabilité.
Ainsi les jours suivants cette scission de la communauté, de nouveaux agents pourraient rejoindre
le rang des mineurs de Bitcoin : si la scission est perçue comme telle on pourrait donc avoir à la
fois une hausse des prix et des volumes sur les plateformes.

CONSTRUCTION DES BASES DE DONNÉES
Il convient de construire la base de données qui permettra d’analyse le Cas n°1, c’est-à-dire
l’impact de la faillite frauduleuse de la plateforme Mt. Gox en 2014 (fermeture à l’initiative d’un
agent de la chaîne de blocs) sur la plateforme Bitstamp, basée aux États-Unis, qui est l’une des
principales plateformes d’échange de Bitcoin au monde.
La base de données utilisée est issue du site internet bitcoincharts.com¸, sur le période du 1er
janvier 2014 au 30 mai 2014, centrée 3 mois avant et 3 mois après la faillite de Mt. Gox afin de
mieux capter l’effet de la fermeture. Celle-ci comprend donc 150 observations ayant les variables
prix de fermeture (close) et volume de bitcoins échangés par jour (volumebtc).

10

« Hard fork / soft fork ». Bitcoin.fr (blog), 27 juin 2016. Consulté le 12 mars 2018. https://bitcoin.fr/hard-forksoft-fork/.

9

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Une base de données doit-elle aussi être constituée afin de pouvoir traiter le Cas n°2,
autrement dit l’étude de l’impact de la régulation externe à la chaîne de blocs par les autorités
chinoises sur les agents en présence (les régulés, ici l’une des plateformes devant être fermées et les
tiers à la régulation, ici une plateforme étatsunienne et une japonaise.
Ainsi seront utilisées les données issues du site bitcoincharts.com, pour la plateforme d’échange
japonaise Coincheck (JPN) et Bitstamp (É.-U) sur la période du 29 mars 2017 au 30 novembre
2017, soit 247 observations par plateforme ayant les variables prix de fermeture (close) et volume de
bitcoins échangés par jour (volumebtc). Une attention particulière a été donnée lors de la
construction de la base de données japonaise : la variable « Close_USD » a été créée en associant
chaque prix de fermeture (close) au taux de change journalier en dollar, disponible sur bloomberg.com,
afin de conserver les ordres de grandeur entre les résultats. Lors que les taux de changes sont
indisponibles, le dernier taux de change disponible est appliqué. Pour la plateforme d’échange
chinoise BTC China, la base de données est constituée de 186 observations, du 29 mars 2017 au
30 septembre 2017 (date de fermeture des plateformes chinoise) ayant les variables prix de
fermeture (close) et volume de bitcoins échanges par jour (volumebtc). Le même procédé pour les
taux de change a été appliqué, toujours selon les données de bloomberg.com.

STATISTIQUES DESCRIPTIVES12
Cas n°1 – Faillite frauduleuse de la plateforme Mt. Gox (JPN) et impact sur la plateforme Bitstamp
(É.-U)

La faillite de la plateforme Mt. Gox semble avoir eu peu d’impact sur le prix moyen du
Bitcoin, elle l’aurait fait légèrement augmenter. C’est au niveau de l’écart type que l’effet paraît être
d’ampleur : les prix seraient moins dispersés après la fermeture.

Tableau 1. – Prix moyen (en USD) observé sur la plateforme Bitstamp avant/après la fermeture de Mt. Gox
Fermeture

Avant
507.7378
(319.3726)

Après
516.34
(78.10)

Concernant les volumes, la faillite soudaine de la plateforme Mt. Gox semble avoir eu un
effet négatif sur le volume moyen par jour de la plateforme Bitstamp, toutefois l’écart-type est très
élevé pour conclure sur une réelle différence.

12

Le détail des différences de moyenne est renvoyé aux annexes.

10

Émeric STAMPER

Tableau 2.–Volume moyen (en BTC/jour) échangé sur la plateforme Bitstamp avant/après la fermeture de Mt.
Gox
Fermeture

Avant
22604.21
(19636.29)

Après
14788.61
(12040.41)

Suite à l’observation naïve des statistiques descriptives il peut être conjecturé que la
fermeture soudaine d’une plateforme de son propre chef (régulation interne extrême) semble
illustrer les lois classiques de l’offre et de la demande : en présence de rareté de Bitcoin (diminution
des volumes) les prix auraient tendance à monter. Il conviendra de vérifier si les différences
observées dans les statistiques descriptives persistent dans le modèle économétrique.

Cas n °2 – Fermeture planifiée officiellement par les autorités chinoises de toutes les plateformes
d’échange sur leur territoire et impact sur les plateformes Coincheck (JPN) et Bitstamp (É.-U)

Concernant la fermeture planifiée des plateformes d’échange de Bitcoin des autorités
chinoises sur leur territoire il convient d’étudier l’impact de différents évènements qui ont affecté
le Bitcoin à travers des régressions « naïves ».
Pour la plateforme étatsunienne Bitstamp, la régulation interne de la chaîne de blocs par le
hard fork semble avoir eu un effet positif sur les prix moyens, engendrant toutefois une plus grande
volatilité (augmentation de l’écart-type). Il en est de même pour l’annonce de fermeture et la mise
à exécution de ceci-ci, sont retrouvés les mêmes relations sur les prix moyens. Néanmoins le plus
grand écart-type peut potentiellement résulter d’un nombre moins important d’observations,
hormis pour le hard fork qui a lieu au milieu de la période d’étude.

Tableau 3. – Prix moyen (en USD) observé sur la plateforme Bitstamp (É.-U) suivant les évènements ayant
impacté le Bitcoin
Hard Fork
Annonce de fermeture des
plateformes chinoises
Fermeture des plateformes
chinoises

Avant
Après
2032.31
5255.12
(612.10)
(1711.04)
2440.2269
5763.27
(994.30)
(1729.51)
2669.20
6535.96
(1081.94) (1519.878)

Si la régulation interne de la chaîne de blocs par le hard fork semble avoir eu un effet positif
sur le volume moyen d’échanges par jour (environ +2500 BTC/jour), engendrant toutefois une
plus grande volatilité (augmentation de l’écart-type) et que l’on observe un effet similaire quant à
l’annonce de fermeture des plateformes chinoises, leurs fermetures effectives semblent engendrer
des effets différents. En effet, les volumes après fermeture semblent être moins volatils

11

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

(diminution de l’écart-type), tout en augmentant plus légèrement (+1000 BTC/jour), et ce malgré
un nombre inférieur d’observations.

Tableau 4. – Volume moyen (en BTC/jour) échangé sur la plateforme Bitstamp (É.-U) suivant les évènements
ayant impacté le Bitcoin
Hard Fork
Annonce de fermeture des
plateformes chinoises
Fermeture des plateformes chinoises

Avant
Après
12376.30 14365.19
(7100.47) (7782.02)
12365.12 15153.82
(6645.92) (8579.93)
13118.35 14091.42
(7706.21) (6823.72)

À partir des statistiques descriptives, il semblerait qu’une régulation interne extrême, par
scission de communauté (hard fork), augmenterait à la fois les prix et les volumes, mais aussi leur
volatilité pour la plateforme étatsunienne. Il en serait de même pour l’annonce d’une régulation
externe extrême (fermeture de tierces plateformes par le régulateur national) ayant des effets
similaires et de mêmes ordres de grandeur sur une plateforme éloignée géographiquement du pays
touché par la régulation.
Toutefois il convient de souligner que cette forme de régulation semble avoir fait augmenter
les prix et les volumes tout en augmentant la volatilité du premier et en stabilisant le second.
Concernant la plateforme plus proche géographiquement de celles qui sont affectées par la
régulation, Coincheck (JPN), les effets semblent être de plus grande ampleur. En effet, les effets
de l’annonce et de la fermeture semblent avoir bien plus impacté la plateforme japonaise, où des
effets de report étaient attendus, que l’étatsunienne Bitstamp. L’augmentation plus forte des prix
et de leur volatilité doit toutefois être nuancée par le fait que l’hard fork, qui touche l’ensemble des
plateformes mondiales, semble lui aussi avoir des effets plus importants que sur la plateforme
étatsunienne. Ainsi, à partir des statistiques descriptives il semblerait que la plateforme Coincheck
(JPN) réagit plus fortement aux chocs qui affectent le Bitcoin.

Tableau 5. – Prix moyen (en USD) observé sur la plateforme Coincheck (JPN) suivant les évènements ayant
impacté le Bitcoin
Hard Fork
Annonce de fermeture des
plateformes chinoises
Fermeture des plateformes chinoises

Avant
Après
2089.086 5279.90
(622.83) (1744.36)
2493.61
5781.80
(994.69) (1781.34)
2714.58
6563.45
(1075.6) (1583.40)

Les relations observées dans le cas des prix semblent s’observer dans une plus forte
mesure encore pour les volumes de Bitcoin. Lorsque les volumes de la plateforme Bitstamp (É.-

12

Émeric STAMPER

U) augmente d’environ 10% pour chacun des chocs, la plateforme japonaise elle enregistre une
hausse des volumes échanges de l’ordre de 300% !

Tableau 6. - Volume moyen (en BTC/jour) échangé sur la plateforme Coincheck (JPN) suivant les évènements
ayant impacté le Bitcoin
Hard Fork
Annonce de fermeture des
plateformes chinoises
Fermeture des plateformes
chinoises

Avant
Après
17117.69
55831.16
(11695.72) (34847.34)
21371.53
63102.71
(16034.17) (36693.53)
25704.31
68362.47
(21702.34) (37794.90)

L’effet de hard fork sur la plateforme chinoise semble avoir eu pour effet de rassurer
grandement les marchés : une hausse des prix couplée à une baisse de leur volalité. Ce phénomène
peut être dû au fait que la plupart des mineurs sont chinois13, ils sont donc au centre des discussions
sur l’évolution des bitcoins : la scission de la communauté aura ainsi permis de les rassurer.
L’annonce de fermeture semble avoir les mêmes propriétés que le hard fork, chose quelque
peu paradoxale puisque les agents savaient que la plateforme allait bientôt fermer : spéculation ou
simple indexation sur les prix des autres plateformes ? Il conviendra de préciser cet effet dans le
modèle économétrique.

Tableau 7. – Prix moyen (en USD) observé sur la plateforme BTC China (CHN) suivant les évènements ayant
impacté le Bitcoin
Hard Fork
Annonce de fermeture des
plateformes chinoises

Avant
Après
2001.07 3863.48
(738.06) (516.11)
2506.66 3729.59
(1089.41) (467.61)

La plateforme chinoise BTC China semble connaître des effets semblables à la plateforme
étatsunienne : augmentation modérée du volume moyen échangé par jour, accompagné d’une forte
hausse de la volatilité pour les deux évènements étudiés. Ceci semble aussi paradoxal puisqu’on
pourrait attendre une baisse considérable des volumes échangés sur la plateforme qui doit fermer
suite à l’annonce des autorités centrales et un transfert vers des plateformes étrangères.

13

« Les mineurs du bitcoin majoritairement implantés en Chine ». Consulté le 16 mars 2018.
https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-scientifique/veille-scientifique-ettechnologique/chine/article/les-mineurs-du-bitcoin-majoritairement-implantes-en-chine

13

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Tableau 8. - Volume moyen (en BTC/jour) échangé sur la plateforme BTC China (CHN) suivant les
évènements ayant impacté le Bitcoin
Hard Fork
Annonce de fermeture des
plateformes chinoises

Avant
Après
11174.28 13049.77
(6283.12) (9141.16)
11434.21 15562.81
(6860.04) (11107.47)

Les statistiques descriptives ne semblent pas permettre de relever un effet négatif pour la
plateforme chinoise suite à l’annonce de sa fermeture. Au contraire, elle suit le même parcours que
les autres plateformes : hausse des prix et des volumes échangés moyens, à la seule différence que
la volatilité semble être réduite pour les plateformes chinoises en ce qui concerne les prix à la suite
de l’annonce de fermeture. Comme si cette annonce avait rassuré les marchés… qui devaient
fermer. Le modèle économétrique permettra de mieux cerner les effets de chacun de ces
évènements sur le prix du bitcoin observé sur chacune des plateformes.

MODÈLES ÉCONOMÉTRIQUES ET RÉSULTATS14
Le modèle économétrique repose sur une régression avec la méthode des moindres carrés
ordinaires avec répresseurs multiples. La variable dépendante sera le prix en fonction des volumes
et d’autres variables explicatives binaires captant certains évènements ayant impacté le Bitcoin.
Une seconde régression sur les volumes sera réalisée pour appuyer les résultats obtenus sur la
première, il est à noter que le R-carré de celle-ci est relativement bas pour chacun des cas étudiés.
L'utilisation d'une fonction logarithmique pour la variable des volumes n'ayant pas un impact
significatif sur le R-carré, les régressions seront menées directement sur la variable brute des
volumes.

Cas n°1 – Faillite frauduleuse de la plateforme Mt. Gox (JPN) et impact sur la plateforme Bitstamp
(É.-U)

La formalisation du cas n°1, permettant d’analyser l’impact de cette faillite soudaine d’une
des plus grosses plateformes d’échange de Bitcoin mondiales, Mt. Gox, sur l’une des principales
plateformes d’échange étasunienne « Bitstamp » est la suivante :
(I-Prix) : P𝑡 = α0 + 𝛼𝑉𝑡 + 𝛾𝐹𝑡 + 𝜀
(I-Volumes) : V𝑡 = 𝛽0 + Γ𝐹𝑡 + 𝑢

14

Les régressions détaillées de chaque modèle pour chaque plateforme est renvoyé aux annexes.

14

Émeric STAMPER

Les variables utilisées sont les suivantes :
P le prix journalier en USD
𝑉𝑡 le volume journalier échangé en BTC
𝐹𝑡 la variable binaire de fermeture de la plateforme Mt. Gox, prenant la valeur 1 si après, 0 sinon
𝜀t et ut les termes d’erreur

Tableau 9. – Résultats des régressions basées sur les modèles (I-Prix) et (I-Volumes)
I-Prix
Coef.
Fermeture
Volume (BTC)
Constante
R-carré
N. d'observations

-245.3586***
-.0014726***
783.4746***
.6660726
150

Ecart Type
14.32874
.0004428
14.526

I-Volumes
Coef.
-6301.165**
21089.77***

Ecart Type
2608.808
2065.192

.0379232
150

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

Les effets observés grâce aux statistiques descriptives sont vérifiés. C’est l’hypothèse d’un
effet panique suite à disparition soudaine et intentionnelle d’un agent de la chaîne de blocs sur un
autre agent encore présent. En effet, la faillite brutale et frauduleuse de la plateforme Mt. Gox a
eu pour effet de réduire considérablement les prix, et ce de manière très significative. Ceci est
conforté par le coefficient négatif et significatif de la fermeture sur les volumes échangés. Il
convient de souligner que le Bitcoin, sur la plateforme Bitstamp (É.-U) sur la période étudiée
semble suivre les lois classiques de l’offre et de la demande : les volumes ont un effet négatif et
très significatif sur les prix d’après les résultats obtenus, mais de faible ampleur (I-Prix).

Cas n °2 – Fermeture planifiée officiellement par les autorités chinoises de toutes les plateformes
d’échanges sur leur territoire et impact sur les plateformes Coincheck (JPN) et Bitstamp (É.-U)

Seront étudiés les effets des différents évènements sur les prix pour les 3 plateformes É.U, JAP et CHN avec respectivement les noms II, III et IV.

Les variables utilisées seront les suivantes :
P le prix journalier en USD
𝐴𝑡 la variable binaire capturant l’annonce de régulation faite par les autorités chinoises prenant la
valeur 1 si après, 0 sinon
𝐸𝑡 la variable binaire capturant l’attente de fermeture nommée « Entre_Deux », prenant la valeur

15

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

1 si dans cette période, 0 sinon
𝐻𝑡 la variable binaire capturant l’effet du hard fork prenant la valeur 1 si après, 0 sinon
𝐷𝑡 variable binaire capturant l’effet de l’annonce des taux directeurs prenant la valeur 1 si après, 0
sinon
𝑉𝑡 le volume journalier échangé en BTC
𝜀t et ut les termes d’erreur
La formalisation du modèle Prix-a, permettant d’analyser « d’attente de fermeture », entre
l’annonce faite par les autorités chinoises et la fermeture effective de toutes les plateformes
d’échanges, sans prise en compte du Tweet de la plateforme annonçant sa fermeture, est la
suivante :

(Prix-a) : P𝑡 = α0 + 𝛼𝑉𝑡 + 𝛾𝐸𝑡 + 𝛿𝐻𝑡 + 𝜑𝐷𝑡 + 𝜀

(Volume-a) : V𝑡 = 𝛽0 + Γ𝐸𝑡 + Δ𝐻𝑡 + Φ𝐷𝑡 + 𝑢

La formalisation du modèle b, permettant d’analyser l’effet de l’annonce des autorités
chinoises de fermeture et du Tweet de la plateforme confirmant la date de fermeture, est la
suivante :

(Prix-b) : P𝑡 = α0 + 𝛼𝑉𝑡 + 𝛾𝐴𝑡 + 𝜉𝑇𝑡 + 𝛿𝐻𝑡 + 𝜑𝐷𝑡 + 𝜀

(Volume-b) : V𝑡 = 𝛽0 + Γ𝐴𝑡 + Ξ𝑇𝑡 + Δ𝐻𝑡 + Φ𝐷𝑡 + 𝑢

La formalisation du modèle c, concernant uniquement les plateformes É.-U et JAP,
permettant d’analyser l’effet de la fermeture de la plateforme chinoise est la suivante :

(Prix-c) : P𝑡 = α0 + 𝛼𝑉𝑡 + 𝛾𝐹𝑡 + 𝜓𝐴𝑡 + 𝜉𝑇𝑡 + 𝛿𝐻𝑡 + 𝜑𝐷𝑡 + 𝜀

(Volume-c) : V𝑡 = 𝛽0 + Γ𝐹𝑡 + Ψ𝐴𝑡 + Ξ𝑇𝑡 + Δ𝐻𝑡 + Φ𝐷𝑡 + 𝑢

La formalisation du modèle d, concernant uniquement la plateforme CHN, permettant
d’analyser l’effet du Tweet sur la plateforme, sans prise en compte de l’annonce faite par le
gouvernement chinois, est la suivante :

(Prix-d) : P𝑡 = α0 + 𝛼𝑉𝑡 + 𝜉𝑇𝑡 + 𝛿𝐻𝑡 + 𝜑𝐷𝑡 + 𝜀

(Volume-d) : V𝑡 = 𝛽0 + Ξ𝑇𝑡 + Δ𝐻𝑡 + Φ𝐷𝑡 + 𝑢

La formalisation du modèle e, concernant uniquement la plateforme CHN, permettant
d’analyser l’effet combiné de l’annonce par les autorités chinoises (qui sera ici la variable 𝐸𝑡

16

Émeric STAMPER

puisque la période en question commence par l’annonce et se termine par la fermeture de la
plateforme) et du Tweet de la plateforme annonçant la date d’application de cette régulation, est
la suivante :

(Prix-e) : P𝑡 = α0 + 𝛼𝑉𝑡 + 𝛾𝐴𝑡 + 𝜉𝑇𝑡 + 𝛿𝐻𝑡 + 𝜑𝐷𝑡 + 𝜀

(Volume-e) : V𝑡 = 𝛽0 + 𝛾𝐴𝑡 + Ξ𝑇𝑡 + Δ𝐻𝑡 + Φ𝐷𝑡 + 𝑢

En procédant aux régressions par la méthode des moindres carrés ordinaires avec régresseurs
multiples les résultats suivants sont obtenus :
Plateforme Bitstamp (É.-U)

Tableau 10.- Résultats des régressions basées sur les modèles de prix a, b et c dans le cas de la plateforme
Bitstamp (É.-U)
II-Prix-a
Coef.
Entre_Deux
Tweet
FED
Hard_Fork
Volume (BTC)
Annonce
Fermeture
Constante
R-carré
N. d'observations

Ecart Type

-3.850762
-1925.887***
2275.054***
2071.109***
.0393479***

322.8882
378.5757
178.5443
168.694
.0078724

1545.332***

126.6441

.8107477
247

II-Prix-b
Coef.

Ecart Type

-2080.558***
1872.074***
1909.456***
.0356153***
592.8114**

248.4402
260.7691
173.5204
.0079997
295.5275

1591.528***

127.4396

.8138556
247

II-Prix-c
Coef.

-923.1894**
727.8055
1909.223***
.0311707***
199.4061
1613.746***
1646.535***

Ecart Type

464.1754
466.9492
170.845
.0080208
320.3828
550.0511
126.8677

.8203002
247

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

Tableau 11.- Résultats des régressions basées sur les modèles de volumes a, b et c dans le cas de la plateforme
Bitstamp (É.-U)

Entre_Deux
Tweet
FED
Hard_Fork
Annonce
Fermeture
Constante
R-carré
N. d'observations

II-Volumes-a
Coef.

Ecart Type

3360.32
809.223
-960.0513
1699.044

2627.701
3090.847
1456.608
1373.145

12376.3***
.0449042
247

660.6508

II-Volumes-b
Coef.

Ecart Type

1496.881
-7375.678***
-52.25057
8575.244***

1994.038
2041.084
1394.332
2309.868

12376.3***

644.7732

.0902608
247

II-Volumes-c
Coef.

10733.23***
-16297.15***
-52.25057
5111.615**
12952.91***
12376.3***

Ecart Type

3663.172
3600.19
1372.072
2551.877
4338.013
634.48

.1227154
247

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

La régression basée sur le modèle c, comprenant l’ensemble des variables disponibles (à
noter qu’Entre_Deux est une combinaison parfaite d’Annonce et de Fermeture, elle ne fait donc pas
partie du modèle c) permet d’illustrer l’impact négatif et significatif qu’a eu le Tweet de

17

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

confirmation de fermeture de la part des plateformes chinoises sur les prix d’une autre plateforme
éloignée géographiquement, en l’occurrence étatsunienne. Cet effet est robuste dans les différents
modèles a et b. On observe un effet de report vers cette plateforme étatsunienne puisque les
volumes échangés sur celle-ci ont fortement et significativement augmenté suite à ce tweet.
Ainsi, le fait que l’annonce faite par les autorités chinoises de réguler le Bitcoin en fermant
toutes les plateformes présentes sur leur territoire ne soit pas significative dans le modèle de prix c
peut potentiellement illustrer le fait qu’un agent externe à la chaîne de blocs qui annonce une
régulation exogène n’impacte pas la valeur du Bitcoin pour les agents : seul le tweet de l’agent
concerné l’est avec notamment des craintes sur la disparition des Bitcoins à l’instar du Cas n°1 Mt.
Gox. Il convient néanmoins de souligner l’impact positif significatif de l’annonce du gouvernement
chinois sur la plateforme étatsunienne : l’effet de report est bien présent, mais sans générer de
panique sur le marché.
L’effet de l’annonce faite de la FED concernant sa politique de « retour à la normale », bien
que positive et très significative dans les modèles a et b, n’impacterait pas de manière significative
le prix des bitcoins échanges sur la plateforme américaine lorsque l’on prend en compte l’effet de
fermeture des plateformes chinoises. Toutefois, cet effet est négatif et significatif lorsque l’on
considère les volumes de bitcoins échangés : la FED annonçant qu’elle va réduire sa masse
monétaire les agents peuvent spéculer sur une future augmentation de la demande de monnaies
alternatives au Dollar, comme le Bitcoin, et ainsi conserver leurs bitcoins en attendant une hausse
future de leur valorisation par les agents.
Concernant l’hard fork du Bitcoin et du Bitcoin Cash c’est un effet positif qui est observé
sur les prix et très significatif, l’effet sur les volumes n’ayant ne semble-t-il aucune significativité.
Ainsi la scission a permis de rassurer les marchés, en évinçant les agents perçus comme perturbateur
avec la réforme qu’ils proposaient. L’hard fork semble donc avoir apporté une meilleure stabilité
interne au projet Bitcoin qui se traduit par une hausse de sa valeur sur la plateforme Bitstamp (É.U).
Un phénomène intéressant semble apparaître grâce au signe positif, de faible ampleur
certes, et à la significativité élevée du coefficient de la variable Volumes : l’émergence d’externalités
positives de réseau. En effet, sur la même plateforme Bitstamp en 2014 on observait une relation
inverse entre volumes et prix, relation classique de l’offre et de la demande. Or, en 2017, on observe
une relation positive : cela signifie que plus les agents utilisent le Bitcoin, en échangent et donc
augmente les volumes, plus les autres agents le valorisent, augmentant ainsi le prix. C’est donc un
changement total de paradigme qui semble avoir eu lieu sur la plateforme Bitstamp entre 2014 et
2017.
Enfin, la fermeture des plateformes chinoises s’étant déroulé dans les meilleures conditions,
les agents étaient avertis, une fois la fermeture opérée les agents ont pu tout de même transférer
leurs bitcoins vers d’autres plateformes étrangères : un apaisement des marchés et des effets de
report sont observés.
Suite à la fermeture les prix ont augmenté de manière forte et très significative, indice d’un
marché rassuré, les agents ont vu que quand bien même le gouvernement souhaiterait fermer les
plateformes les bitcoins ne seraient pas perdus ou gelés. Par ailleurs, en réduisant le nombre de
plateformes et surtout en évinçant les plus grosses plateformes d’échange mondiales15, le
15

En 2014 la plateforme chinoise Btcn représentait à elle seule 52% des échanges mondiaux ! (source

bitcoincharts.com) Voir le diagramme en conclusion de la première partie du mémoire.

18

Émeric STAMPER

phénomène de rareté conjecturé en introduction ne s’est pas produit pour les bitcoins, mais pour
les lieux d’échanges engendrant ainsi une forte hausse du prix du Bitcoin. Par ailleurs, l’effet de
report attendu s’est bien produit, la fermeture des plateformes chinoises a engendré le transfert
d’une partie des mineurs sur la plateforme étatsunienne Bitstamp, augmentant ainsi fortement et
significativement les volumes.
Il convient à présent d’étudier les résultats obtenus avec les mêmes méthodes pour la
plateforme japonaise Coincheck.
Plateforme Coincheck (JPN)

Tableau 12.- Résultats des régressions basées sur les modèles de prix a, b et c dans le cas de la plateforme
Coincheck (JPN)
III-Prix-a
Coef.
Entre_Deux
Tweet
FED
Hard_Fork
Volume (BTC)
Annonce
Fermeture
Constante
R-carré
N. d'observations

Ecart Type

-898.3964*
-1173.522***
1147.476**
1608.336***
.0160047***

510.7587
392.625
457.8376
161.2969
.0023845

2713.518***

533.4662

III-Prix-b
Coef.

Ecart Type

-1834.057***
1688.713***
1554.908***
.016933***
331.7747

242.7838
246.1503
174.051
.0022878
288.2794

1799.232***

86.99815

.8272661
247

III-Prix-c
Coef.

Ecart Type

-1287.916***
1140.736**
1575.847***
.0158805***
155.5258
788.4684
1817.249***

.8260048
247

455.8668
458.7566
174.3207
.0024013
313.5143
557.4927
87.74784

.827443
247

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

Tableau 13.- Résultats des régressions basées sur les modèles de volumes a, b et c dans le cas de la plateforme
Coincheck (JPN)
III-Volume~a
Coef.
Entre_Deux
Tweet
FED
Hard_Fork
Annonce
Fermeture
Constante
R-carré
N. d'observations

Ecart Type

-82476.68***
46542.18***
-54220.81***
22988.91***

12707.68
10152.97
11840.29
4089.517

99594.36***

12877.86

.4863507
247

III-Volume~b
Coef.

Ecart Type

-15289.82**
-4664.019
19892.98***
32861.77***

6750.442
6909.707
4720.249
7819.625

17117.69***

2182.759

.4379586
247

III-Volume~c
Coef.

36016.03***
-54220.81***
19892.98***
13622.08
71950.53***
17117.69***

Ecart Type

12006.51
11800.07
4497.14
8364.099
14218.38
2079.588

.4919424
247

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

Les effets sur la plateforme japonaise quant à l’effet de l’annonce et du tweet sont plus
similaires à ceux observés sur la plateforme Bitstamp (É.-U). En effet, l’annonce n’est pas
significative et le Tweet impacte significativement et négativement, avec une grande ampleur, le
prix du Bitcoin sur la plateforme. Il est à noter que le tweet a un effet plus important sur la
plateforme japonaise qu’étatsunienne (300 de différence environ). L’effet de report suite au tweet

19

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

confirme notre hypothèse initiale de report plus important sur la plateforme la plus proche
géographiquement : l’effet est dans le même sens que la plateforme étatsunienne, mais d’une
ampleur considérablement plus élevée (environ 26000 bitcoins de différence d’augmentation).
Concernant l’effet de l’annonce de la politique monétaire de la FED, l’effet est identique à
celui observé sur la plateforme étatsunienne, avec la confirmation de l’effet négatif et significatif
sur les volumes. Ainsi, le Bitcoin semble être perçu comme une monnaie alternative au Dollar,
suffisamment crédible pour que les agents anticipent une rareté accrue en « monnaie
internationale » et conservent donc leurs bitcoins dans l’attente d’une hausse future de sa valeur
d’usage engendrée par cette raréfaction du Dollar.
L’étude de cette plateforme permet aussi de confirmer l’effet du hard fork observé sur la
plateforme Bitstamp (É.-U). Une hausse des prix couplée à une hausse des volumes échangés
permet de confirmer l’hypothèse d’un marché rassuré et stabilisé qui engendre l’arrivée de
nouveaux agents qui jusqu’alors étaient potentiellement réticents à obtenir et échanger des bitcoins
à cause de divergences internes au projet du Bitcoin quant à son évolution.
L’effet de réseau observé grâce à la variable explicative Volumes est lui aussi confirmé.
Toutefois un effet inattendu est observé : l’annonce de régulation et la fermeture effective
n’auraient aucun effet sur le prix du Bitcoin observé sur la plateforme japonaise. Il semblerait donc
que l’impact de la régulation par un agent extérieur à la chaîne de blocs n’aurait aucun effet sur les
prix pour la plateforme japonaise, la plus proche de l’agent régulé. Ainsi c’est potentiellement grâce
à une meilleure information sur les intentions et les modalités de cette régulation permise par une
proximité géographique et d’échanges sur les forums de discussion asiatiques sur le Bitcoin que la
plateforme japonaise n’a subi aucun effet de panique. Les inquiétudes venant principalement de la
communication de l’agent visé par la régulation : celui-ci en 280 caractères n’a pu préciser les
modalités de fermeture dans son tweet, engendrant une forte incertitude quant à l’avenir des
bitcoins sur les plateformes chinoises.
Néanmoins, la fermeture de la plateforme d’échange a engendré un report considérable
vers la plateforme japonaise, d’ampleur largement supérieure à celle de la plateforme étatsunienne
(+60 000 BTC de différence) : les effets de report précédemment observés suite au tweet rendent
robustes ces résultats.
Si la régulation externe à la chaîne de blocs sur un de ces agents ne semble pas avoir impacté
outre mesure le plus proche agent géographique grâce à une bonne information, il convient
d’étudier l’impact de l’annonce de la fermeture des plateformes chinoises sur l’une d’entre elles :
BTC China.

20

Émeric STAMPER

Plateforme BTC China (CHN)

Tableau 14.- Résultats des régressions basées sur les modèles de prix a, d et e dans le cas de la plateforme BTC
China (CHN)
IV-Prix-a
Coef.
Entre_Deux
FED
Hard_Fork
Volume (BTC)
Tweet
Constante
R-carré
N. d'observations

Ecart Type

-195.6459
557.7072**
1791.908***
.0301381***

196.3336
275.529
129.7724
.0072889

1664.3***

99.94305

.6637352
186

IV-Prix-d
Coef.

648.2916*
1775.281***
.0277953***
-293.9162
1690.479***

Ecart Type

330.204
122.6631
.0076872
297.2338
103.6036

.6637071
186

IV-Prix-e
Coef.
-126.2992
651.7674*
1798.907***
.0286353***
-186.0012
1681.093***

Ecart Type
238.3216
330.927
130.7431
.0078639
360.7854
105.3102

.664231
186

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

Tableau 15.- Résultats des régressions basées sur les modèles de volumes a, d et e dans le cas de la plateforme
BTC China (CHN)
IV-Volumes-a
Coef.
Entre_Deux
FED
Hard_Fork
Tweet
Constante
R-carré
N. d'observations

Ecart Type

-268.6689
-14766.38***
4657.194***

1996.525
2579.377
1273.777

11174.28***

589.0257

.2148518
186

IV-Volumes-d
Coef.

-4137.735
6045.493***
-12285.61***
11174.28***
.2940474
186

Ecart Type

3169.23
1094.62
2717.592
558.5296

IV-Volumes-e
Coef.
6108.516***
-4137.735
4657.194***
-17005.83***
11174.28***

Ecart Type
2206.369
3112.746
1186.302
3167.2
548.5752

.3227287
186

* p<0.10, ** p<0.05, *** p<0.01

L’étude de la plateforme chinoise permet d’illustrer la robustesse des résultats trouvés quant
à l’impact de l’annonce de la politique monétaire de la FED, de l’hard fork ainsi que de l’effet de
réseau, et ce dans des ordres de grandeur semblables.
Il convient de souligner le fait que l’annonce de régulation faite par les autorités chinoises
(ici Entre_Deux puisque l’effet de l’annonce de régulation s’arrête à la fermeture de la plateforme
avec la fin des échanges), n’a eu aucun effet sur la plateforme concernée. Ainsi, l’hypothèse selon
laquelle plus les agents disposent d’information sur la modalité de régulation moins les cours sont
impactés semble observée et robuste. L’effet du tweet vient renforcer cet aspect puisqu’il n’est pas
significatif sur le prix de la plateforme qui l’a elle-même émis. De ce fait la régulation impacterait
les cours de Bitcoin d’autant moins que les agents seraient concernés et informés !
Cette conclusion semble être vérifiée en observant les différents effets de l’annonce de
régulation par les autorités et le tweet sur les volumes échangés. En effet, on observe un effet positif
et très significatif de l’annonce sur les volumes échangés sur les plateformes chinoises. Ce

21

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

phénomène peut être dû au fait que des mineurs hors plateformes, détenant des quantités
importantes de bitcoins, ont souhaité convertir en devise nationale leurs bitcoins avant la fermeture
des plateformes chinoises entraînant avec elle l’inconvertibilité BTC/CNY : les volumes ont donc
augmenté suite à cette annonce et ce pendant quelques jours le temps que les agents rentrent sur le
marché, échangent et que les transactions soient inscrites sur la chaîne de blocs.
À l’inverse, le tweet d’annonce de fermeture intervenant seulement quelques jours avant la
fermeture effective, la plupart des agents présents sur celle-ci souhaitent conserver leur bitcoin et
ont donc transféré leurs bitcoins vers les plateformes étrangères, diminuant ainsi considérablement
les volumes échangés sur la plateforme BTC China. Cette analyse semble être vérifiée en observant
une hausse considérable des échanges suite à ce tweet sur les deux autres plateformes étrangères
étudiées : Coincheck (JPN) et Bitstamp (É.-U).

CONCLUSION
Le Bitcoin ne semble pas avoir changé de nature entre 2013 et 2018, souvent qualifié de
véritable monnaie, il semblerait qu’il ne soit qu’un actif financier hautement volatil comme peuvent
l’illustrer les différents impacts relevés sur ses prix et ses volumes suite aux chocs de régulation.
Le cas n°1 permet de vérifier l’effet « panique » conjecturé dans le cadre de la fermeture
frauduleuse et sans préavis, avec perte des bitcoins contenus dans la plateforme MtGox. La
plateforme étasunienne Bitstamp étudiée a subi un ralentissement des échanges de Bitcoin, suite à
la fermeture de la plateforme MtGox, sa valeur en dollar s’effondrant par la même occasion. Ainsi
le fait qu’un acteur de la chaîne de bloc sorte des échanges en emportant avec lui ses jetons (ou
tokens en anglais) impacte négativement les tiers, qui a priori sont indépendants les uns des autres
dans la conception théorique de la blockchain. Les autorités pourraient ainsi réguler certaines chaînes
de blocs en faisant partie de celle-ci, en ayant suffisamment de jetons (soit en en produisant soit en
en achetant) de telle manière que leur régulation soit crédible et effective, pouvant influencer des
soft fork par la seule détention de jetons. Le cas n°1 semble illustrer le fait que le Bitcoin soit un
actif financier volatil et non une monnaie puisque la perte de confiance due à la fermeture
de la plateforme MtGox a entraîné à la fois une perte de valeur et une baisse des volumes
échangés. Or, en suivant la loi mercantiliste de De Gresham qui expose que « La mauvaise
monnaie chasse la bonne », le Bitcoin aurait dû voir ses volumes échangés considérablement
augmenter suite à sa baisse de valeur, les agents préférant s’en débarrasser au plus vite et ne
conserver que de « bonnes » monnaies. De ce fait, le Bitcoin semble être un semble actif
hautement volatil puisque le choc externe à la plateforme étasunienne à engendrer un
phénomène de conservation des jetons sur cette plateforme, en attendant que leur prix en dollar
augmente.
Le cas n°2, plus récent et plus complexe, permet de mieux cerner les différents canaux que
pourrait prendre la régulation de la chaîne de blocs.
C’est l’un des principaux apports de ce mémoire à la littérature économique, le canal de
transmission de l’information privée impacterait plus les marchés de cette cryptomonnaie que
celui de l’information publique en ce qui concerne la régulation de la chaîne de blocs. En effet,
si pour la plateforme japonaise comme étasunienne l’annonce officielle faite par les autorités
chinoises de fermer toutes les plateformes d’échange de Bitcoin n’a pas été significative, le tweet
de confirmation de la part des plateformes l’a été. Ainsi une décision de régulation serait d’autant
plus crédible qu’elle serait relayée par les auteurs de la chaîne

22

Émeric STAMPER

de blocs : en annonçant fermer toutes les plateformes sur leur territoire, les autorités chinoises
n’ont pas été suffisamment crédibles pour impacter les autres plateformes, ni même celles
concernées par cette régulation ! Ainsi le cas de fermeture, régulation extrême, permet de confirmer
les conclusions du cas n°1 sur la nécessité pour le régulateur de faire partie de la chaîne de blocs
afin de pouvoir transmettre une information crédible sans recourir à la solution ultime : fermer le
marché.
De plus il convient de souligner que cette régulation a eu un effet a priori paradoxal : le tweet
d’annonce de fermeture a fait baisser la valeur du Bitcoin alors que la fermeture effective a eu
un effet positif sur les cours ! La clé de ce problème réside dans la possibilité qu’ont disposé
les mineurs chinois de transférer leurs bitcoins vers des plateformes étrangères, en l’occurrence
plus vers les plateformes japonaises qu’étasunienne ce qui amènerait à une préférence
géographique qui pourrait être exploitable par les autorités de régulation. En effet les agents ont
craint une instabilité des marchés suite au tweet de fermeture dû à une perte potentielle de plus
la moitié des bitcoins émis, éventualité qui ne s’est pas vérifiée puisque les agents ont pu
transférer intégralement leur porte-monnaie vers des plateformes étrangères : la fermeture a donc
eu pour effet de remonter les cours ainsi que le volume d’échange moyen de chacune des
deux plateformes étudiées. Ce phénomène renforce l’analyse du Bitcoin en matière d’actif
fortement spéculatif plutôt que de monnaie puisqu’en ayant plus de bitcoins disponibles sur les
autres plateformes les cours auraient dû chuter par le simple mécanisme de l’offre et de la
demande.
Grâce aux variables de contrôle, de nouveaux phénomènes peuvent être étudiés faisant
suite à la régulation faite par les autorités chinoises. Sur les trois plateformes d’échange étudiées,
le hard fork, autrement dit la régulation interne de la chaîne de blocs par la scission de la
communauté entre la version « classique » et la version « dissidente », a eu un effet positif à la fois
sur le prix du Bitcoin comme sur les volumes échangés. Ainsi, la régulation n’est pas
obligatoirement synonyme de distorsions du marché, elle peut aussi permettre aux agents de
mieux produire et échanger des jetons dans une chaîne de blocs en mettant fin à des conflits
internes qui minent le potentiel économique de ma chaîne de blocs : elle peut permettre
d’atteindre un champ des possibles supérieur, inatteignable auparavant. La fin des divergences
internes allant de pair avec une plus grande crédibilité et une dissipation des craintes quant à
l’avenir de la chaîne de blocs.
Enfin la fermeture sur la plateforme chinoise étudiée a eu effet inattendu : il n’y a en pas !
En effet, l’annonce de fermeture réalisée par les autorités chinoises ou confirmée par les
plateformes concernées n’a pas eu d’effet sur le prix du Bitcoin pour cette plateforme. Ainsi
on peut penser que les agents présents sur ces plateformes avaient de meilleures informations sur
la portée de la régulation et accordaient une plus grande crédibilité au fait qu’aucun bitcoin ne
serait perdu dans ce processus de fermeture des plateformes.
En analysant la régression ayant pour variable expliquée les volumes cette hypothèse
semble se confirmer. Deux phases distinctes apparaissent : une hausse des volumes suite à
l’annonce faite par les autorités centrales, ce qui peut s’expliquer par l’entrée de mineurs « hors
plateformes » qui souhaitent convertir leurs bitcoins en renminbis avant la fermeture. Ce
processus durant quelques jours il est achevé avant l’annonce faite par les plateformes de
leur fermeture effective le 30 septembre 2017, où seuls les mineurs souhaitant conserver des
bitcoins sont restés actifs sur les plateformes chinoises. Dès lors, les volumes ont chuté. Ceci
confirmerait le phénomène de transfert vers d’autres plateformes : un effet report de l’activité
d’échange vers les plateformes étrangères menant ainsi les volumes échangés dans les
plateformes chinoises à décroître fortement et significativement.

23

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Bien que certains libertariens voient dans le projet Bitcoin une impossibilité par essence de
toute régulation publique, le cas de la fermeture des plateformes chinoises par les autorités centrales
semble démontrer économétriquement le contraire. L’impact sur le marché du Bitcoin fut
considérable comme l’illustrent les diagrammes 1 à 3, engendrant une réorganisation totale au
niveau mondial des plateformes d’échanges, où pour une fois le Japon a remplacé la Chine !
L’apport de cette étude est intéressant en matière de politiques publiques où
jusqu’alors les canaux de transmissions de la régulation publique dans les chaînes de blocs
semblaient limités, voire
inexistants.
Maintenant
le
régulateur,
à
travers
ces
deux
exemples étudiés économétriquement, pourra ajuster ses futures politiques en
fonction des objectifs économiques tant sur le plan du niveau des cours des jetons que
des volumes échangés ou encore des comportements des agents présents sur les plateformes
d’échanges.

24

Émeric STAMPER

Diagramme 1.- Répartitions des différentes plateformes suivant le nombre de bitcoins échangés pour le mois de
janvier 201716

Diagramme 2.- Répartitions des différentes plateformes suivant le nombre de bitcoins échangés pour le mois de
février 201817

16
17

D’après le site https://bitcoincharts.com/charts/volumepie/. Consulté en février 2017
D’après le site https://bitcoincharts.com/charts/volumepie/. Consulté en mars 2018

25

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

ANNEXES

Annexe 1.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme Bitstamp avant/après la
fermeture de la plateforme Mt. Gox

Annexe 2.- Différence de moyennes des volumes constatés (en BTC) sur la plateforme Bitstamp avant/après la
fermeture de la plateforme Mt. Gox

Annexe 3.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme Bitstamp (É.U) avant/après
l’annonce de fermeture faite par les autorités chinoises

26

Émeric STAMPER

Annexe 4.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme Bitstamp (É.U) avant/après
la fermeture des plateformes chinoises d’échange de bitcoins

Annexe 5.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme Bitstamp (É.U) avant/après
le hard fork entre Bitcoin et Bitcoin Cash

Annexe 6.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme CoinCheck (JPN)
avant/après l’annonce de fermeture faite par les autorités chinoises

27

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 7.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme CoinCheck (JPN)
avant/après la fermeture des plateformes chinoises d’échange de bitcoins

Annexe 8.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme CoinCheck (JPN)
avant/après le hard fork entre Bitcoin et Bitcoin Cash

Annexe 9.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme BTC China (CHN)
avant/après l’annonce de fermeture faite par les autorités chinoises

28

Émeric STAMPER

Annexe 10.- Différence de moyennes des prix constatés (en USD) sur la plateforme BTC China (CHN)
avant/après le hard fork entre Bitcoin et Bitcoin Cash

Annexe 11.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme Bitstamp (É.U)
avant/après l’annonce de fermeture faite par les autorités chinoises

Annexe 12.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme Bitstamp (É.U)
avant/après la fermeture des plateformes chinoises d’échange de bitcoins

29

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 13.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme Bitstamp (É.U)
avant/après le hard fork entre Bitcoin et Bitcoin Cash

Annexe 14.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme CoinCheck (JPN)
avant/après l’annonce de fermeture faite par les autorités chinoises

Annexe 15.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme CoinCheck (JPN)
avant/après la fermeture des plateformes chinoises d’échange de bitcoins

30

Émeric STAMPER

Annexe 16.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme CoinCheck (JPN)
avant/après le hard fork entre Bitcoin et Bitcoin Cash

Annexe 17.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme BTC China (CHN)
avant/après l’annonce de fermeture faite par les autorités chinoises

Annexe 18.- Différence de moyennes des volumes échangés (en BTC) sur la plateforme BTC China (CHN)
avant/après le hard fork entre Bitcoin et Bitcoin Cash

31

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 19.- Régression détaillée pour le Cas n°1 concernant l’impact de la fermeture de la plateforme Mt.Gox
sur la plateforme Bitstamp – Variable expliquée : le prix (en USD)

Annexe 20.- Régression détaillée pour le Cas n°1 concernant l’impact de la fermeture de la plateforme Mt.Gox
sur la plateforme Bitstamp – Variable expliquée : les volumes (en BTC)

32

Émeric STAMPER

Annexe 21.- Régression détaillée pour le modèle II-Prix-a de la plateforme Bitstamp (É.U)

Annexe 22.- Régression détaillée pour le modèle II-Prix-b de la plateforme Bitstamp (É.U)

33

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 22.- Régression détaillée pour le modèle II-Prix-c de la plateforme Bitstamp (É.U)

Annexe 23.- Régression détaillée pour le modèle II-Volumes-a de la plateforme Bitstamp (É.U)

34

Émeric STAMPER

Annexe 24.- Régression détaillée pour le modèle II-Volumes-b de la plateforme Bitstamp (É.U)

Annexe 25.- Régression détaillée pour le modèle II-Volumes-c de la plateforme Bitstamp (É.U)

35

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 25.- Régression détaillée pour le modèle III-Prix-a de la plateforme Coincheck (JPN)

Annexe 26.- Régression détaillée pour le modèle III-Prix-b de la plateforme Coincheck (JPN)

36

Émeric STAMPER

Annexe 27.- Régression détaillée pour le modèle III-Prix-c de la plateforme Coincheck (JPN)

Annexe 28.- Régression détaillée pour le modèle III-Volumes-a de la plateforme Coincheck (JPN)

37

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 29.- Régression détaillée pour le modèle III-Volumes-b de la plateforme Coincheck (JPN)

Annexe 30.- Régression détaillée pour le modèle III-Volumes-c de la plateforme Coincheck (JPN)

38

Émeric STAMPER

Annexe 31.- Régression détaillée pour le modèle IV-Prix-a de la plateforme BTC China (CHN)

Annexe 32.- Régression détaillée pour le modèle IV-Prix-d de la plateforme BTC China (CHN)

39

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Annexe 33.- Régression détaillée pour le modèle IV-Prix-e de la plateforme BTC China (CHN)

Annexe 34.- Régression détaillée pour le modèle IV-Volumes-a de la plateforme BTC China (CHN)

40

Émeric STAMPER

Annexe 35.- Régression détaillée pour le modèle IV-Volumes-d de la plateforme BTC China (CHN)

Annexe 36.- Régression détaillée pour le modèle IV-Volumes-e de la plateforme BTC China (CHN)

41

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

DE FILIPPI, P. (2014), « Bitcoin: a regulatory nightmare to a libertarian dream ». Internet Policy
Review, 23 mai 2014. https://policyreview.info/articles/analysis/bitcoin-regulatorynightmare-libertarian-dream.
DE FILIPPI, P. (2016), « The invisible politics of Bitcoin: governance crisis of a decentralised
infrastructure ». Internet Policy Review , no 3 (30 septembre 2016).
https://policyreview.info/articles/analysis/invisible-politics-bitcoin-governance-crisisdecentralised-infrastructure.
FINN, E. (2017), « Do Digital Currencies Spell the End of Capitalism? » The Guardian, 10 avril
2017.
http://www.theguardian.com/science/political-science/2017/apr/10/do-digitalcurrencies-spell-the-end-of-capitalism.
HAIDAR, J.I. (2012), "Impact of Business Regulatory Reforms on Economic Growth" Journal
of the Japanese and International Economies, Elsevier, vol. 26(3), pages 285–307
KIRBY, P. (2014), « Virtually Possible: How to Strengthen Bitcoin Regulation within the Current
Regulatory Framework ». North Carolina Law Review, no 1 (1 décembre 2014): 189.
NARAYANAN A., BONNEAU J., FELTEN E., MILLER A., et GOLDFEDER S. (2016),
« Bitcoin and Cryptocurrency Technologies: A Comprehensive Introduction. », Princeton
University Press.
PFISTER, C. (2017), « Monnaies digitales et politique monétaire : beaucoup de bruit pour rien ?,
Revue française d’économie XXXII, no 2 (11 décembre 2017): 37‑63.
https://doi.org/10.3917/rfe.172.0037.
SONDEREGGER, D. (2015), « A regulatory and economic perplexity: Bitcoin needs just a bit of
regulation ». Wash. UJL & Pol’y (2015): 175.
TU, K. et MEREDITH, M. (2014), « Rethinking Virtual Currency Regulation in the Bitcoin
Age », Washington Law Review, n°271 (22 août 2014)
https://papers.ssrn.com/abstract=2485550.

42

Émeric STAMPER

RÉFÉRENCES ÉLECTRONIQUES
« Chile’s energy regulator to use Blockchain – pv magazine International ».
Consulté le 8 mars 2018.
https://www.pv-magazine.com/2018/02/27/chiles-energy-regulator-to-use-blockchain/.
« Hard fork / soft fork ». Bitcoin.fr (blog), 27 juin 2016. Consulté le 12 mars 2018.
https://bitcoin.fr/hard-fork-soft-fork/.
« Les mineurs du bitcoin majoritairement implantés en Chine ». Consulté le 16 mars 2018.
https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatiescientifique/veille-scientifique-et-technologique/chine/article/les-mineurs-du-bitcoinmajoritairement-implantes-en-chine
« Mtgox : le mystère des 650.000 bitcoins évaporés ». Consulté le 11 mars 2018.
https://www.lesechos.fr/19/07/2017/lesechos.fr/030454291283_mtgox---le-mysteredes-650-000-bitcoins-evapores.htm.

43

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

La chaîne de blocs, un outil potentiel de gestion et de régulation
de réseaux
Émeric STAMPER

Cet article vise à analyser la possibilité d’utiliser la chaîne de blocs en tant que canal de transmission de
politiques de régulation et d’outil de gestion dans le domaine des réseaux électriques. Les avantages et inconvénients
de la gestion par chaîne de blocs seront exposés de manière comparative entre les types de réseaux, entre réseau de
distribution traditionnel et microréseau plus ou moins décentralisé, et les autres technologies disponibles. De ces
comparaisons une analyse prospective de la technologie Blockchain est réalisée afin de statuer sur les opportunités de
développer la gestion des réseaux électriques par une chaîne de blocs pour le siècle à venir. Une attention particulière
est donnée sur la nécessité d’un cadre réglementaire intelligible et stable pour favoriser les investissements dans ce
domaine, sans nuire aux droits personnels ni réels, auquel cas la révolution Blockchain resterait bloquée et ne ferait
pas consensus.
Mots Clés : chaîne de blocs, blockchain, microréseau électrique, échange d’énergie pair à pair,
décentralisation, régulation.

THE BLOCKCHAIN, A POTENTIAL TOOL FOR MANAGING AND
REGULATING NETWORKS
This article aims to analyze the possibility of using the blockchain as a transmission channel of regulation
policies and management tools in the field of electrical networks. The advantages and disadvantages of blockchain
management will be presented in a comparative way between the types of networks, between traditional distribution
network and more or less decentralized micro-grid, and the other available technologies. From these comparisons, a
prospective analysis of the Blockchain technology is carried out in order to decide on the opportunities to develop the
management of electricity networks by a chain of blocks for the coming century. Particular attention is given to the
need for an intelligible and stable regulatory framework to promote investment in this area, without harming personal
or real rights, in which case the Blockchain revolution would remain blocked and not reach consensus.
Keywords: blockchain, microgrid, peer-to-peer energy exchange, decentralization, regulation.

Classification JEL : K10, K23, L14, L94



Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Master Politiques Publiques, Centre d’Économie de la Sorbonne.
Correspondance : e.stamper@outlook.fr

44

Émeric STAMPER

INTRODUCTION
Le Bitcoin est l’illustration la plus connue d’une utilisation à grande échelle de la chaîne de
blocs, mais il est loin d’être le seul. En effet les caractéristiques de cette technologie peuvent
répondre à des besoins dans d’autres domaines que la monnaie : sécurisation des transactions,
contrats intelligents, conservation d’information dans le temps, authenticité des actes, mesures
quantitatives d’échanges… Ainsi, la chaîne de bloc est utilisée dans des domaines aussi divers que
variés : contrats, gestion de réseaux d’information, d’énergie.
Ces diverses applications, qui sont pour certaines encore en phase expérimentale,
permettent de voir les avantages et les limites de la chaîne de blocs en général et plus précisément
des différents consensus utilisés pour la validation des nouveaux blocs. (tableau 16)
Au-delà de son aspect monétaire, cette technologie de stockage décentralisé
d'informations pourrait avoir de multiples applications. Notamment des applications basées sur
les contrats intelligents, permettant d'échanger toutes sortes de biens ou de services (à l’instar de
l’éthereum). Un consortium de banques y voit un moyen de réduire les coûts de paiement et les
coûts de transaction18. Vingt-cinq d'entre elles ont par exemple signé un partenariat avec une
société américaine R3 pour l’utilisation de blockchains dans les marchés financiers. De même, en
avril 2015, la banque UBS a ouvert à Londres son propre laboratoire de recherche dédié à l'étude
de la technologie blockchain et à ses applications dans le domaine financier. À travers ces
recherches et ces consortiums, les banques espèrent mettre en place une technologie basée sur la
blockchain qui deviendra une référence au sein du domaine bancaire. En effet, le consortium ou
la banque qui parviendra le premier à sortir une technologie éprouvée sera à même de facturer
son propre service auprès des autres acteurs du domaine financier.
Par ailleurs, la chaîne de blocs peut être utilisée pour améliorer les systèmes prédictifs, pour les
assurances notamment19 et faire émerger un système d'assurances peer-to-peer20.
La chaîne de blocs voit s’étendre son domaine d’utilisation : les agents recherchant le
caractère immuable, sécurisé, sans tiers de confiance de l’information. Ainsi, des expérimentations
ont été annoncées dans le domaine de l'industrie musicale, du contrôle des données ou encore de
la chaîne logistique, respectivement avec la gestion des droits d'auteurs, la construction d'un cloud
décentralisé ou encore la traçabilité des matériaux. Il est toutefois encore difficile de distinguer les
développements de projets concrets des annonces à visée plus communicative.
La chaîne de blocs ne touche pas uniquement les échanges, mais aussi les actes juridiques
privés comme publics. La technologie est développée au Ghana par l'ONG Bitland pour créer un
cadastre virtuel21 afin d’éviter des contestations abusives dans le futur, éviter l’arbitraire et la
corruption des autorités centrales : la chaîne de bloc a pour objectif de pallier le manque de
crédibilité de certaines institutions publiques. Des projets similaires sont en développement en
18

« Blockchain et assurances – Blockchain France ». Consulté le 27 mars 2018.
https://blockchainfrance.net/2016/02/17/assurances-et-blockchain/.
« Ethereum and Oracles ». Ethereum Blog (blog). Consulté le 27 mars 2018.
https://blog.ethereum.org/2014/07/22/ethereum-and-oracles/.
« Nine of World’s Biggest Banks Join to Form Blockchain Partnership ». Consulté le 27 mars 2018.
https://www.reuters.com/article/us-banks-blockchain/nine-of-worlds-biggest-banks-join-to-form-blockchainpartnership-idUSKCN0RF24M20150915.
« Blockchain Applications 2016 Ghana West-Africa Land Records Improvement ». Bitland Ghana Blockchain
Land Title Registry (blog), 30 novembre 2015. http://bitlandglobal.com/news/land-records-improvement-in-ghana/.
19

20

21

45

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

Suède, au Honduras ou encore en Géorgie.
Toutefois, ces projets innovants ont des externalités négatives de par les caractéristiques mêmes
de la blockchain, où les intérêts individuels rendent parfois difficiles la maximisation du bien-être
collectif et l’intervention des pouvoirs publics.
Tableau 16 – La chaîne de blocs : des utilisations aussi variées que ses domaines d’applications22

22

Tableau issu de KONASHEVYCH, O.I (2016), « Advantages and Current Issues of Blockchain Use in
Microgrids », Электронное моделирование.

46

Émeric STAMPER

Avant d’exposer les limites de cette technologie dont les applications paraissent illimitées,
il convient d’étudier l’application de la chaîne de blocs dans la gestion et la régulation du réseau
électrique. En effet, le potentiel de l’utilisation de cette technologie dans ce domaine est
considérable : de la collecte d’information de consommation à une meilleure gestion de la
production d’électricité en passant par la création d’une plateforme d’échange d’énergie qui
pourrait s’étendre à un véritable marché de biens et services locaux, la chaîne de blocs fait l’objet
de tous les fantasmes dans la gestion et la régulation du réseau électrique.
La seconde partie de ce mémoire a pour objectif d’exposer le fonctionnement et la
régulation d’un microréseau électrique intelligent doté d’une chaîne de blocs, d’analyser les
futures expérimentations possibles et leur potentielle généralisation et de cerner les limites de
cette application au domaine de l’électricité sous le prisme de la régulation et de la maximisation
du bien-être collectif et enfin d’exposer l’impact de la chaîne de blocs sur l’ensemble du droit.

FONCTIONNEMENT D’UN MICRORÉSEAU ÉLECTRIQUE
INTELLIGENT
Il convient de rappeler ce qu’est un microréseau électrique, son fonctionnement et ses
avantages par rapport au réseau classique de distribution électrique.
Un microréseau (microréseau en anglais) est un groupe (relativement petit) d’unités de
fabrication, de stockage ou de chargement d’énergie qui opère connecté à d’autres microréseaux
ou infrastructures et bien sûr au réseau général principal (grid en anglais). Une autre particularité
du microréseau, outre sa taille, est sa capacité à continuer à fonctionner seul tout en étant

47

Master Politiques Publiques, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017-2018

déconnecté, et ce, sans perturbation sur le réseau principal ou sur le microréseau lui-même.
L’indépendance et l’autonomie sont donc les atouts majeurs du microréseau.23
Les microréseaux peuvent être organisés et conçus de différentes façons. Selon la
typologie du site France-Science.org, on en dénombre 4 types :
- Les microréseaux hors réseau ("off-grid microréseaux" en anglais). Ils sont utilisés pour les îles,
les sites temporaires, et ne sont pas connectés au réseau local.
- Les microréseaux de campus ("campus microréseaux") : complètement interconnectés et ayant
la capacité de se déconnecter en cas de besoin. Plutôt utilisées dans les bases militaires, les
universités, etc.
- Les microréseaux en communauté ("community microréseaux") : qui sont parties intégrantes du
réseau. Ces microréseaux alimentent souvent plusieurs infrastructures. (ex : le quartier Confluence
à Lyon).
- Les nanoréseaux ("nanogrids") : plus petits, mais capables de fonctionner indépendamment.
Ces microréseaux peuvent être constitués de panneaux solaires, d’éoliennes isolées ou
non, de batteries rechargeables ou encore de générateurs. Il existe donc une quasi-infinité de
conceptions de ces réseaux de petite échelle.
Les réseaux traditionnels connectent les habitations, les immeubles commerciaux et autres
infrastructures à une seule et unique source d’énergie. Le problème de ce type de connexion est
qu’il est absolument impossible d’effectuer une quelconque réparation (en cas de panne ou de
mauvaise météo par exemple) sans priver d’énergie toutes les structures connectées pendant la
durée de l’opération.

Schéma n°1 – Distribution électrique classique.24

Les microréseaux tirent donc leur épingle du jeu au niveau de leur indépendance. En effet,
le microréseau qui fonctionne seul tout en étant connecté au réseau principal, ne perturbe pas (ou
seulement très localement) la production et la distribution en cas de hors-service ou autres
opérations. Il est connecté au réseau principal de façon à maintenir leurs tensions égales (sauf bien
23
24

http://www.energy.gov/
Schéma issu du site https://ece.mst.edu/

48

Émeric STAMPER

sûr en cas de problème). Il peut aussi être totalement et volontairement, manuellement ou
automatiquement, déconnecté et fonctionner indépendamment.
Un microréseau peut avoir différentes conceptions et différentes tailles : il peut donc
alimenter très localement, un immeuble par exemple comme le Santa Rita Jail à Dublin, en
Californie, dont tous les toits sont entièrement recouverts de panneaux solaires. À l’inverse, le Fort
Collins dans le Colorado alimente tout un quartier en consommation électrique.

Schéma n°2 – Distribution électrique dans un micro-réseau.22

Cependant plusieurs défis doivent être relevés pour une adoption à grande échelle des
microréseaux, les plus importants étant d’ordre technique et technologique. La resynchronisation
avec le réseau conventionnel est difficile à faire. Pour que l’électricité produite puisse être distribuée
sur le réseau, les caractéristiques de tension, de fréquence et de puissance doivent être contrôlées.
De même l’infrastructure du microréseau doit être compatible avec les standards existants pour
que l’équilibre sur le réseau soit maintenu. Dépendant de la production d’énergie locale, le stockage
est une composante essentielle des microréseaux. Cependant les solutions existantes restent encore
très chères et l’ajout de tels systèmes augmente les coûts de maintenance.
La réglementation en place dans de nombreux états reste peu favorable aux microréseaux.
On peut faire référence au « net metering » utilisé en Californie ne permettant pas aux producteurs
de revendre leur électricité. Ainsi les problèmes de gestion du microréseau semblent relever de
barrières juridiques, de difficulté de comptabilisation ou encore de l’absence de droits de propriété
clairs. La mise en place d’une chaîne de blocs par microréseau permettrait de résoudre certains de
ces problèmes, notamment de comptabilité et de droits de propriété, les jetons (ou tokens en anglais)
jouant un rôle déterminant dans la gestion et la régulation du réseau…

49



Documents similaires


la chaine de blocs vers une regulation minee   stamper meric
bitcoin nouveau pan de leconomie monetaire   stamper meric
free bitcoin coupon code
ho to buy bitcoin
zebpay promotional code
zebpay referral code


Sur le même sujet..