journal,SU QUOTIDIENS,20180530,BRUXELLES,1.pdf


Aperçu du fichier PDF journalsuquotidiens20180530bruxelles1.pdf - page 2/44

Page 1 23444



Aperçu texte


2

MERCREDI 30 MAI 2018

UN BILAN ÉPOUVANTABLE !

R
O
M
A
L
E
M
È
IL S
È
I
L
E
D
R
U
Œ
AU C
54 ans, et Soraya Belkacemi, 44 ans.
« Un homme armé d’un couteau
(NdlR : emballé dans un journal) a

iège a vécu trente minutes d’horreur ce mardi, entre le moment où
Benjamin Herman a
entamé son carnage et celui où
il a été tué de 26 balles tirées
par les hommes du Peloton
Anti-Banditisme. Le bilan est
terrible : trois morts en plus de
leur agresseur, et quatre blessés. Et une autre victime à On.

pris en filature les deux policières de
Liège avant de les agresser. Elles ont
reçu plusieurs coups de couteau
dans le dos. Il s’est ensuite emparé
des armes de service et a ouvert le
feu », a sobrement expliqué Philippe Dulieu, le procureur du Roi
de Liège lors d’un point presse organisé par les autorités.

Après le 13 décembre 2011 et la
tuerie de la place Saint-Lambert
commise par Nordine Amrani, le
29 mai 2018 est désormais figé,
pour l’éternité, dans la mémoire des Liégeois.
Ce mardi, Benjamin Herman, un terroriste de 31
ans originaire de Rochefort, a semé la mort sur
son passage, dans le
centre de Liège. Nouvellement converti à l’islam et
radicalisé, effroyablement déterminé, il n’a laissé aucune chance à ses
victimes.
Quelques minutes avant 10h30, les
premiers cris d’effroi ont résonné à
l’angle de la rue des Augustins et
du boulevard d’Avroy, dans le
centre de Liège. Deux premières victimes viennent de tomber. Il s’agit
de deux policières de la brigade de
circulation de Liège : Lucile Garcia,

SORAYA A LUTTÉ
Selon nos informations, Herman a
suivi, à la lettre, le mode d’emploi
préconisé par les djihadistes. Il a
ainsi poignardé les deux policières
aux endroits vulnérables du gilet
pare-balles avant de crier « Allah
Akbar ». Si Lucile s’est rapidement
effondrée, touchée à la gorge, Soraya s’est défendue et s’est débattue
comme une lionne. Elle a rendu
coup pour coup avant d’être terrassée. Les deux femmes sont décédées
à même la rue.
Lucile, que tout le monde appelait
« Cathy », était maman d’un grand
garçon de 31 ans. Elle venait également d’être grand-mère. Soraya,
elle, était la maman de jumelles de
13 ans. Les deux jeunes filles ont
déjà perdu leur papa auparavant.
Elles ont été averties du drame à
leur école, le collège du Sartay à

L

Embourg, et immédiatement prises
en charge par des équipes spécialisées.
Benjamin Herman va alors laisser
les deux corps inertes derrière lui et
poursuivre son œuvre macabre. « Il

s’est dirigé vers un véhicule arrêté et
a tiré sur un jeune homme de 22 ans
qui était assis à la place du passager.
Il s’est ensuite rendu à l’athénée
Léonie de Waha, à Liège, où il a pris
en otage un membre du person-

Il a frappé les deux
policières là où leur
gillet pare-balles ne
les protégeait pas
nel », détaille encore Philippe Dulieu.
Le jeune homme en question est
Cyril Vangriecken, de Vottem (Herstal). Herman ne lui a, à lui non
plus, laissé aucune chance. Un témoin explique l’avoir vu se précipiter vers la voiture dans laquelle il se
trouvait avec sa maman. « Il a cassé
la vitre et l’a abattu à bout portant »,
nous décrit-il. Une autre personne,
qui a assisté à la scène, explique :
« J’ai vu cet homme venir vers ma
voiture. Puis il a fait demi-tour, est
retourné vers le véhicule sur lequel

il venait de tirer… et a tiré à nouveau ». Cyril est mort à côté de sa
maman, qui le véhiculait. Il venait
de déposer son mémoire de fin
d’étude à son école. Ce champion
de pétanque rêvait de devenir instituteur dès la prochaine rentrée scolaire.

UNE OTAGE !
Herman ne va pas s’arrêter là. Il
prend alors la direction du lycée
Léonie de Waha. Sur le parvis, il
prend en otage une femme de ménage. Selon nos informations, elle
serait de confession musulmane et
aurait permis d’éviter un drame
plus grand. Son calme, son discours
sur la religion, auraient contraint le
tireur à ne pas entrer à l’école. Son
dernier acte sera de revenir sur le
trottoir pour « aller au contact des
policiers » et en ouvrant le feu sur le
PAB (Peloton Anti-Banditisme) qui
s’était posté aux abords. La réponse
sera immédiate et sans appel. « Ils
l’ont abattu », confirme encore le
procureur du Roi. Le corps de Benjamin Herman a été criblé de 26
balles.
Peu avant, le quartier avait été totalement bouclé. Les passants évacués, tout comme les élèves et le
personnel de l‘école, tandis que les
personnes présentes dans les bâtiments proches y ont été confinées.

Le tueur s’est emparé des armes des policières. © D.R.
2