ext 9782761933513 .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: ext_9782761933513.pdf
Titre: untitled

Ce document au format PDF 1.7 a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/06/2018 à 00:01, depuis l'adresse IP 41.96.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1024 fois.
Taille du document: 634 Ko (24 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Avez-vous de la difficulté à refuser les propositions que l’on
vous fait ? Vous sentez-vous coincé entre les exigences de vos
proches, les rendez-vous inopportuns et les tâches professionnelles irréalistes ? Si vous n’avez plus l’énergie ni le temps pour
vous ressourcer, découvrez dans cet ouvrage des principes
simples qui peuvent faire du mot « non » le terme le plus positif
de votre vocabulaire. Vous y apprendrez différentes façons de
décliner les invitations avec tact, sans blesser votre entourage.
Dire non sans vous sentir coupable, c’est privilégier vos propres
priorités et tirer le meilleur parti des occasions qui se présentent. Renouez avec les activités qui vous stimulent, consacrez plus de temps aux personnes qui vous sont chères et dites
oui au plaisir de profiter pleinement de la vie.

Auteur et conférencière, Patti Breitman milite pour plusieurs causes relatives à la
santé et au bien-être.
Connie Hatch est présidente de Words to Market, une agence publicitaire de
New York.

Patti Breitman
Connie Hatch

DIRE NON sans culpabiliser

non !

Patti Breitman • Connie Hatch

DIRE NON
sans culpabiliser

non !
« Un livre à consulter encore et encore.
Je le recommande. »
JOHN GRAY, auteur du best-seller
Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus.

ISBN 978-2-7619-3351-3

Dire non sans culpabiliser_FILM_FINAL.indd 1

13-06-28 4:57 PM

Dire non sans culpabiliser.indb 1

13-06-28 4:55 PM

Table des matières

Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

9

Introduction
Le pouvoir du non . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13

Chapitre 1
Dire non : l’essentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

19

Chapitre 2
Dire non aux demandes d’argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

29

Chapitre 3
Dire non sur son lieu de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

43

Chapitre 4
Dire non aux invitations, rendez-vous
et liaisons compliquées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

81

Chapitre 5
Dire non aux membres de la famille et aux amis. . . . . . . . . . . . 107
Chapitre 6
Dire non aux enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
Chapitre 7
Dire non aux personnes difficiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Chapitre 8
Les non de tous les jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207

Ouvrages recommandés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
Remerciements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

Dire non sans culpabiliser.indb 243

13-06-28 4:55 PM

Dire non sans culpabiliser.indb 12

13-06-28 4:55 PM

INTRODUCTION
Le pouvoir du non

C’est un mot simple, court et facile à prononcer. Alors, pourquoi at-on parfois autant de mal à dire non ? C’est qu’il y a de la puissance
dans ce mot de trois lettres. Et comme tout ce qui est puissant, il
peut aider ou nuire.
Songez au pouvoir que vous exercez rien qu’à le prononcer. Il
vous permet de refuser ce rendez-vous à déjeuner dont vous vous
passeriez volontiers. Il empêche autrui de vous voler de précieux
moments, contribue à faire comprendre à quelqu’un qu’il doit cesser de profiter de vous et peut vous faire économiser de l’argent.
C’est un outil indispensable qui vous permettra de consacrer votre
temps et vos énergies aux choses qui ont de l’importance à vos yeux.
Cependant, justement parce qu’il est doté d’une telle puissance,
le mot non peut être dangereux et doit donc être employé avec discernement. Il risque de décevoir ou de blesser les personnes que
vous estimez, ou de provoquer leur colère. Chaque fois que vous
déclinez une invitation ou refusez d’acquiescer à une demande, vous
risquez de susciter friction ou conflit, ce qui peut entraîner un sentiment désagréable de culpabilité. (Aïe aïe aïe, je l’ai vraiment contrariée ! Si seulement j’avais accepté de l’accompagner à la rencontre de
recrutement d’Amway, tout irait bien. De toute façon, je comptais simplement passer un peu de temps seule à la maison. Je n’avais aucune raison
de ne pas y aller…)
Les femmes qui, d’habitude, se préoccupent plus que les hommes
des relations, semblent avoir particulièrement du mal à dire non.
Souvent, elles croient qu’il leur revient de veiller sur le bonheur
d’autrui et sont prêtes à tout faire pour accommoder chacun même
si cela signifie qu’elles devront préparer la salade de pommes de

Dire non sans culpabiliser.indb 13

13-06-28 4:55 PM

terre malgré le fait qu’elles ont déjà la responsabilité du charbon de
bois, des glaçons et des parasols.
Autant on ne souhaite pas être rejeté, autant on déteste le faire.
Devant une situation susceptible de provoquer de la culpabilité, il
est plus simple de sacrifier à la loi du moindre effort. Alors qu’en son
for intérieur, on aurait envie de hurler : « Non ! Va-t’en ! Laisse-moi
seule ! », à l’extérieur, on s’efforce de sourire et on prononce le fatidique : « D’accord ! »

Pourquoi apprendre à dire non
Quel mal y a-t-il donc à se montrer accommodant ? Absolument
aucun. Il est très gratifiant d’offrir son soutien à ceux qu’on aime,
d’aider un voisin ou de faire un geste positif pour la communauté.
Il est bon de savoir qu’on fait une différence dans la vie de
quelqu’un.
Le conflit surgit quand on accepte continuellement de faire des
choses qui plaisent à tous sauf à soi-même, ou quand on se charge
de tâches alors qu’on n’en a ni le temps ni l’envie.
Les membres de la famille méritent notre affection et notre soutien émotionnel, mais pas notre dernier gramme de temps et d’énergie. Si l’on doit travailler pour gagner sa vie, ce n’est pas une raison
pour se laisser exploiter, dévaluer ou avilir. Un vendeur n’a pas à
exercer de pressions indues dans le but de nous vendre un bien dont
nous ne voulons pas, même s’il s’agit d’un ami.
La vie au quotidien présente une foule de situations où l’on souhaiterait dire non. Cependant, trop souvent, on répugne à faire appel au pouvoir de ce mot alors qu’on ne devrait pas hésiter. Par
culpabilité ou par peur de la confrontation, on accepte un nombre
croissant de projets, on s’investit dans les priorités des autres, on
accepte de participer à des fêtes en sachant qu’on ne s’y amusera pas.
Ce faisant, on consacre ses ressources personnelles les plus précieuses, à savoir son temps, ses énergies et son argent, à des choses
qui n’ont pour soi aucune importance. Chaque fois qu’on accepte de
faire une chose sans enthousiasme ou sans intérêt, on dissipe un
peu plus ces ressources.

14



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 14

13-06-28 4:55 PM

Qu’y a-t-il de si fabuleux à être occupé ?
Il n’y a pas si longtemps, quand quelqu’un demandait comment on
allait, on répondait : « Bien, merci. Et vous ? » Mais comme le souligne Richard Carlson dans son livre Don’t Sweat the Small Stuff with
Your Family, aujourd’hui, on répond : « Occupé. » Il ne suffit plus de
bien aller. De dire qu’on est stressé est presque devenu un cliché
culturel. En cette époque post-dégraissage des effectifs, beaucoup
voient leur charge de travail s’accroître tandis que le soutien qu’ils
reçoivent diminue. Quant aux parents qui souhaitent passer plus
de temps en famille et rester proches de leurs enfants, notre monde
de plus en plus complexe et menaçant ne leur rend certainement
pas la chose facile. Comme toile de fond à cette existence qui se
joue en accéléré, on est exposé du matin au soir à la surinformation
et aux assauts publicitaires. Chaque jour, nous sommes confrontés
à des forces, certaines importantes, d’autres insignifiantes, qui dévorent notre temps, épuisent nos ressources, assourdissent et encombrent notre existence.
On se sent exploité et opprimé parce qu’on a le sentiment qu’on
n’aura jamais le temps de faire les choses qui comptent vraiment
pour soi. On s’inscrit dans la routine quotidienne – boulot, école,
enfants, tâches ménagères, obligations extérieures – en se demandant
comment il se fait que l’existence semble aussi peu satisfaisante.
Il existe une foule de bouquins qui offrent des conseils sur la
manière de mieux gérer son temps, de mieux s’organiser et de mettre
sur pied divers systèmes permettant d’être plus efficace à la maison
et au travail. Les auteurs d’articles de magazines destinés aux femmes
nous expliquent comment faire les choses plus rapidement : s’habiller en cinq minutes, se coiffer et se maquiller en dix, préparer le repas du soir en quinze, etc.
Cependant, on peut ralentir le rythme et éliminer le superflu. Ce
livre se fonde sur l’hypothèse que, en apprenant à dire non, on peut
mettre un frein à l’agitation et, en conséquence, se ménager du
temps et de l’espace pour les activités favorisant son épanouissement
personnel.

Le pouvoir du non

Dire non sans culpabiliser.indb 15



15

13-06-28 4:55 PM

Comment gâcher ses relations : tout accepter
Quand on cède à l’habitude de dire oui dans le but d’éviter un
conflit, on ne résout rien ; on ne fait que troquer un problème pour
un autre. Les conséquences d’une telle attitude risquent d’être plus
graves et durables que toute détresse résultant d’un non servi avec
finesse.
Supposons que, un samedi, votre frère vous demande de l’aider
à repeindre sa maison. Si vous n’avez rien prévu d’autre, aimez travailler à l’extérieur et appréciez la compagnie de votre frère, c’est super ! En revanche, si vous aviez l’intention de faire de la voile, si la
peinture vous rend malade ou si votre frère vous porte sur les nerfs,
alors cette journée risque de se transformer en un cauchemar, sans
compter que vous en voudrez davantage à votre frangin d’avoir gâché votre week-end.
Imaginez comment vous vous sentiriez si ce genre de scénario se
produisait régulièrement. Peut-être tenteriez-vous d’enterrer votre
colère, mais ce ne serait que pour la voir ressurgir peu à peu sous
forme de remarques acerbes. Ou encore, vous pourriez la contenir,
ce qui entraînerait un sentiment d’impuissance, voire de la dépression. Puis, un jour, vous pourriez en avoir assez et vous quereller
comme jamais. Si vous laissez toujours les autres profiter de votre
gentillesse, cette dernière pourrait se transformer brutalement en
son contraire.
C’est encore pire quand, désireux de se montrer serviable, on
s’engage à faire des choses dont on s’acquitte imparfaitement, voire
nullement. Faire une promesse qu’on ne tient pas consiste à se
tendre soi-même un piège dans lequel on tombe inévitablement.
Ironiquement, en cherchant tellement à plaire, on risque de passer
pour une personne insouciante, qui manque d’égards, est inepte ou
irresponsable.
Cependant, au-delà des conséquences relationnelles, cette attitude entraîne des problèmes pratiques qui affectent la vie quotidienne de manière tangible et mesurable. En acceptant une invitation
malvenue ou en vous engageant dans un projet qui ne présente pas
d’intérêt à vos yeux, vous disposerez de moins de temps pour les
choses qui importent, que ce soit de jouer avec vos enfants, de vous
détendre en compagnie de votre conjoint, de pratiquer la guitare ou

16



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 16

13-06-28 4:55 PM

l’escalade, ou de vous porter bénévole auprès d’un service d’assistance téléphonique. À l’inverse, la capacité à dire non sans en éprouver de culpabilité permet de se consacrer aux personnes, aux causes
et aux valeurs spirituelles qui ont de l’importance à nos yeux. Plus
on acquiert de clarté sur ce à quoi l’on veut dire oui, plus il est facile
de dire non à tout ce qui nous en éloigne.
Il ne s’agit pas uniquement de se faire plaisir. Supposons que
l’une de vos collègues vous demande de contribuer à un organisme
de bienfaisance donné. Peu de gens rejetteraient une telle requête ; si
vous croyez en cette cause et êtes en mesure d’y contribuer, soit. Mais
vous pourriez ne pas souhaiter le faire, que vos raisons soient d’ordre
philosophique, pécuniaire ou autre. Que décider alors ? Devriezvous soutenir une cause en laquelle vous ne croyez pas ou vous départir d’une somme d’argent que vous aviez réservée à celle qui vous
tient à cœur ?

On peut dire non tout en restant aimable
On peut décliner ce genre de demande sans se transformer pour
autant en brute épaisse et sans cœur. Vous pouvez apprendre à
dire non avec art et sensibilité. Ce livre vous présente les techniques et les mots qui vous aideront à le faire en virtuose dans
de nombreuses situations de l’existence. Il vous aidera à fixer
vos limites à ceux qui abusent de vous et à mieux gérer ces aspects de votre existence que les demandes importunes, la surinformation et les exigences incessantes de la vie moderne
finissent par éroder.
Dans les chapitres qui suivent, vous apprendrez à gérer les demandes déraisonnables au travail et à dire non avec diplomatie aux
membres de votre famille et à vos amis. Nous vous présenterons des
techniques vous permettant de dire non aux demandes d’argent sans
en éprouver de la culpabilité, et ce, dans le cadre d’une approche
mettant l’accent sur la générosité dans un contexte plus large. Vous y
découvrirez même des moyens efficaces de repousser les transactions commerciales et d’écarter une fois pour toutes les télévendeurs
et la publicité importune.

Le pouvoir du non

Dire non sans culpabiliser.indb 17



17

13-06-28 4:55 PM

La joie de dire oui
En définitive, dire non est une chose très positive.
Comme le temps, l’argent et l’énergie sont extrêmement précieux,
on doit apprendre à en user judicieusement. Plus vous les canaliserez
vers des projets ayant de l’importance à vos yeux, plus vous serez épanoui et inspiré. Quand on cesse d’investir l’essentiel de sa personne
dans des choses qu’on préférerait ne pas faire ou en compagnie de personnes qu’on ne souhaite pas fréquenter, on se rapproche invariablement de ses valeurs profondes, de ses priorités et de ses passions.
L’apprentissage de l’art du non ouvre la voie aux oui de l’existence.
Une fois qu’on est à l’aise avec le non – un mot que, dès lors, on
se sent justifié d’employer plutôt que de craindre – on possède un
talent qui sera source de satisfaction et de joie tout au long de l’existence. S’il est vrai qu’on arrive plus facilement à gérer un emploi du
temps chargé en dressant des listes et en étant mieux organisé, ces
solutions ne règlent pas entièrement le problème. La maîtrise du
non permet de raccourcir ces listes et de procurer un sentiment de
plénitude et de calme dont chacun a le plus grand besoin.
Nous devrions tous pouvoir consacrer un peu de temps à la
poursuite du bonheur, quelle que soit la définition qu’on donne à ce
mot. Ce n’est pas un luxe, mais une nécessité. L’apprentissage du
non peut aider à y parvenir.

Allez-y pour le non !
Les auteurs tiennent à vous rassurer sur le fait que chacune des suggestions de ce livre se veut aussi raisonnable, polie et respectueuse
que possible. Elles ont passé sans mal le filtre de notre culpabilité ;
vous pouvez donc y avoir recours sans crainte. Hormis quelques
exceptions, le but ne consiste pas à faire la leçon à une personne ou
à la morigéner pour avoir osé vous déranger, mais à vous aider à
vous sortir avec élégance d’une situation désagréable.
Bien sûr, les réponses suggérées ne seront pas nécessairement
appropriées à toutes les situations. « Plutôt mourir ! » n’est peut-être
pas la meilleure chose à dire à un soupirant qui propose un rendezvous. Quoique… ça dépend de qui invite. Il vous appartiendra d’en
juger.

18



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 18

13-06-28 4:55 PM

CHAPITRE 1
Dire non : l’essentiel

Je n’ai vraiment pas envie de passer ma soirée du samedi à garder
les trois enfants de ma voisine, mais quand elle me l’a demandé, je
n’ai pas su quoi lui répondre. Alors, j’ai acquiescé. Ah ! Si j’avais pu
trouver un prétexte !
Zut ! J’aurais dû savoir que Mike chercherait à m’emprunter de
l’argent. Pourquoi lui avoir dit que j’avais obtenu une prime ?
Dans ma famille, il y a un événement à souligner pratiquement tous les
week-ends. J’aimerais parfois rester chez moi à ne rien faire, mais ça ne
semble pas une bonne raison, si bien que, à moins d’avoir quelque chose
de précis à faire, je me sens tenue d’y participer.

Dans ce chapitre, nous vous enseignerons quelques techniques élémentaires qui vous aideront à dire non plus facilement et à éviter
ainsi ce genre de regrets. Pour avoir le courage de faire face aux situations plus complexes, commencez par les plus faciles, c’est-à-dire
celles dont l’enjeu n’est pas considérable. Par exemple, dites à votre
meilleure amie que vous préféreriez un autre restaurant que celui
qu’elle a choisi, à votre mari que vous ne souhaitez pas l’accompagner à la quincaillerie ou à votre fils qu’il n’aura pas une seconde
portion de dessert. À force de vous entendre dire non, vous en arriverez à le faire dans des situations plus délicates.
À la longue, la pratique de la saine habitude de dire non devient
plus aisée. Vous en arriverez probablement à opter pour quelques

Dire non sans culpabiliser.indb 19

13-06-28 4:55 PM

phrases efficaces dans les situations que vous devez confronter le plus
souvent. Plus vous y aurez recours, plus vous y gagnerez en assurance.

Principes essentiels
Dans ce livre, nous mettons l’accent sur certains principes essentiels.
D’abord, sachez qu’il est beaucoup plus facile de dire non sans
culpabiliser (et, pour autrui, de recevoir un non) quand on fait
preuve de générosité. Autrement dit, montrez-vous obligeant avec
les membres de votre famille, vos amis, vos collègues et vos voisins
aussi souvent que possible, c’est-à-dire quand cela ne constitue pas
pour vous un inconvénient ou une cause de stress, et quand vous
pouvez dire oui sans éprouver de ressentiment. Profitez-en au passage pour saluer votre générosité : savoir reconnaître les choses qu’on
fait volontiers pour les autres permet d’atténuer son sentiment de
culpabilité et d’accroître son assurance à dire non dans certaines situations.
Autre principe essentiel : ne compliquez pas les choses. Les non
les plus simples sont aussi les plus efficaces. La plupart des gens
ont du mal à dire tout bonnement non sans autre forme d’explication. Que ce soit pour annoncer au patron qu’on ne pourra rester
tard au bureau ou pour dire au voisin qu’on ne pourra promener
son chien, on se sent tenu de fournir une explication, bien souvent
fausse. Pourtant, il est rarement nécessaire d’élaborer, d’autant plus
qu’on se trouve ainsi sur un terrain glissant. Plus vos explications
seront précises, plus il y a de chances que votre interlocuteur :
a) essaie de trouver une solution à « votre problème » de sorte que
vous puissiez acquiescer à sa demande (chose que, bien sûr, vous
ne souhaitez pas) ; b) soit vexé parce qu’il considère que la raison
de votre refus n’est pas valable ; c) vous surprenne à mentir (si c’est
le cas).
En revanche, si vous répondez : « Je suis désolée, mais c’est impossible » ou « Je suis prise ce jour-là », les choses seront claires et
votre détermination transparaîtra. Si votre interlocuteur insiste pour
connaître vos raisons, ne tombez surtout pas dans le piège d’inventer
de nouveaux prétextes dont le seul but consiste à satisfaire quelqu’un
qui, de toute façon, n’accepte aucun refus. Plutôt, répétez-vous aussi

20



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 20

13-06-28 4:55 PM

souvent que nécessaire. Vous pouvez mettre l’accent sur différents
mots, en changer au besoin ou offrir une autre réponse tout aussi
vague. Ainsi, au lieu de « Je suis occupée ce jour-là », vous pourriez
dire « J’ai d’autres projets », « J’ai déjà pris un autre engagement auquel je ne peux me soustraire », ou « J’ai quelque chose de prévu depuis des semaines ». Tenez bon devant une personne impolie, trop
curieuse ou agressive. Nul n’a le droit de violer votre intimité. Ce qui
ne signifie pas que c’est une erreur d’expliquer à quelqu’un la raison
d’un refus, particulièrement s’il s’agit d’un proche. Gardez toutefois
à l’esprit que vous serez dans une meilleure position si vous offrez
un minimum d’explications et vous répétez aussi souvent que nécessaire.

Techniques de base
Voyons maintenant les techniques de base qui devraient faire partie de votre répertoire. Dans les chapitres qui suivent, vous découvrirez de nombreux conseils vous permettant d’y avoir recours en
virtuose.

1. Gagner du temps
Si vous ne deviez suivre qu’un seul des conseils de ce livre, ce serait
celui de prendre l’habitude de gagner du temps quand vient le moment de répondre aux demandes. Ainsi, vous éliminerez une partie
de la pression qui s’exerce sur vous quand vous n’arrivez pas à dire
non avec diplomatie ou quand vous avez simplement besoin d’un
moment de réflexion. Des phrases telles que les suivantes vous tireront généralement d’affaire :
• « Je consulte mon emploi du temps, puis je te reviens là-dessus. »
• « Je demande à mon conjoint si nous sommes pris ce jour-là et je t’en
reparle. »
• « Je dois y réfléchir. Je te ferai connaître ma réponse. »
• « Je dois vérifier l’état de mes finances. »
• « Je dois d’abord vérifier si j’ai du travail. »

Dire non : l’essentiel

Dire non sans culpabiliser.indb 21



21

13-06-28 4:55 PM

2. Le principe
Accompagnez votre non de « J’ai pour principe de… ». Supposons,
par exemple, qu’un ami vous demande un prêt que vous ne souhaitez pas lui accorder. Répondez-lui : « Désolé, j’ai pour principe de ne
jamais prêter d’argent. » Votre refus semblera moins personnel.
Dans bien des cas, le fait d’invoquer un principe donne du poids
et du sérieux au refus. Cela indique que vous avez réfléchi longuement à la question et avez appris par expérience que ce genre de
demande était déraisonnable. Cela laisse également entendre que
vous avez pris un autre engagement que vous ne pouvez rompre.
Quand vous repoussez une invitation en disant : « Désolé, nous
avons pour principe de dîner en famille tous les vendredis », vous
faites savoir à l’autre que vos rituels familiaux sont immuables.
Naturellement, quand on cherche une réponse acceptable, il est
très utile d’avoir un principe à offrir. Ce qui nous amène à soulever
un point important : pour parvenir à dire non sans éprouver de
culpabilité, vous devez réfléchir aux principes que vous défendez.
Qu’est-ce qui justifie votre refus ? Par quoi souhaitez-vous remplacer
les obligations indésirables que vous cherchez à bannir de votre existence ? Quand on a établi ses priorités et sait ce qu’on désire – par
exemple, passer plus de temps avec les membres de sa famille, consacrer de l’argent à un projet ou à une cause importante –, on se sent
plus justifié de dire non dans la mesure où cela permet d’atteindre
ces objectifs.

3. Prévention
Grosso modo, on entend par prévention le fait de ne pas se trouver
au mauvais endroit au mauvais moment. Dans les arts martiaux,
c’est une pierre angulaire de l’autodéfense. Quand on veut éviter un
coup de poing, on doit faire en sorte de ne pas se trouver sur la trajectoire du poing. Quand on veut éviter d’être heurté par un train,
on doit s’écarter de la voie ferrée. Ce n’est pas aussi simpliste qu’il y
paraît. Songez-y et vous découvrirez que vous possédez le pouvoir
d’éviter de nombreuses situations désagréables qui exigent un non
catégorique. Quelques exemples :

22



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 22

13-06-28 4:55 PM

• Un ami vous fait des avances sexuelles répétées, mais vous
n’êtes pas intéressée. Votre tactique préventive : rencontrez-le
dans un lieu public en compagnie d’une amie plutôt que
seule à son appartement.
• Quand vous allez au supermarché avec votre fille de six ans, le
rayon des céréales est invariablement source de problèmes : si
vous ne lui achetez pas les céréales sucrées qui sont annoncées à la télé, elle pique une crise. Tactique préventive : faites
des réserves des produits que vous privilégiez de sorte que
vous pourrez éviter entièrement ce rayon.
• Comme vous avez désespérément besoin d’un peu de
temps pour évacuer les tensions occasionnées par votre
travail, vous décidez de prendre un jour ou deux de congé
à la maison, mais ne voulez surtout pas vous retrouver
dans l’obligation d’aller manger avec des amis, faire des
emplettes avec votre mère ou vous entretenir au téléphone
avec des collègues de travail. Tactique préventive : si vous
ne souhaitez pas passer du temps avec votre mère, ne lui
dites pas que vous êtes en congé. La rétention d’informations est une tactique préventive bien connue ! À la maison, laissez votre répondeur faire son boulot et tenir les
autres à distance.
C’est simple, n’est-ce pas ? Si la prévention n’est pas une solution
universelle, elle peut tout de même changer des choses.

4. Redéfinir « J’ai d’autres projets. »
Il est libérateur d’élargir le sens que l’on prête à cette affirmation.
Nombreux sont ceux qui éprouvent de la gêne à refuser une invitation quand ils n’ont pas de projet en particulier. Mais c’est bel et
bien un projet que de passer une soirée tranquille à se laisser tremper dans un bain de mousse ou à lire un bon bouquin. C’en est
également un que de consacrer l’avant-midi du samedi à jouer au
frisbee avec son chien ou à visionner des vidéos avec ses enfants.
Nous devrions tous disposer d’un peu de temps libre afin de soulager notre stress ou de nous rapprocher de ceux qu’on aime. N’hésitez
pas à l’exiger. Autorisez-vous des projets personnels. Au besoin,

Dire non : l’essentiel

Dire non sans culpabiliser.indb 23



23

13-06-28 4:55 PM

inscrivez-les sur votre calendrier et gardez à l’esprit que ces dates
sont importantes.

5. Prétextes destinés à sauver la face
Ce livre a pour but de vous aider à dire non ; loin de nous l’intention de vous encourager à mentir dans le but d’éviter certaines situations. Cependant, il n’est pas toujours avisé de dire toute la
vérité. L’honnêteté crue est peut-être appropriée quand on souhaite
convaincre quelqu’un de suivre une cure de désintoxication, mais
pas nécessairement quand on veut repousser l’invitation d’un
homme qu’on trouve peu attrayant. Dans des cas semblables, le
prétexte destiné à sauver la face constitue, en dernier ressort, un
outil fort utile. Ayez-y recours quand c’est opportun, c’est-à-dire
quand vous souhaitez éviter de blesser ou d’embarrasser quelqu’un
et ne risquez pas d’être percé à jour !

Se préparer à dire non
Pour que les suggestions présentées dans ce livre vous soient d’une
quelconque aide, vous devez être en mesure de les mettre en pratique. Et si le sentiment de culpabilité ou la peur vous empêchait
d’ouvrir la bouche ?
Dire non sans culpabiliser consiste à opposer l’esprit à l’humilité. Avec un peu de préparation mentale, la chose vous intimidera
moins. Voici quelques conseils qui vous aideront à le faire avec assurance.

1. Songez aux nombreux non que vous avez récoltés
Qui ne s’est pas vu refuser une invitation, une faveur ou un privilège, ou n’a pas connu une déception amoureuse ? Tout compte fait,
était-ce si terrible ? Vous y avez survécu et cela vous a peut-être
même réussi. La capacité à essuyer les nombreux refus de l’existence
constitue la preuve qu’on peut supporter toutes sortes de rejets et
poursuivre sa route. Par conséquent, ne présumez pas que votre
non blessera sérieusement autrui.

24



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 24

13-06-28 4:55 PM

2. Apprenez à accepter les non d’autrui
Ce conseil s’adresse à ceux qui, au point précédent, ont répondu :
« Oui, c’était vraiment terrible. J’en veux à la personne qui m’a dit
non. » Étant donné vos mauvaises expériences, vous pourriez surestimer l’intensité des réactions d’autrui devant un refus de votre
part. Ne laissez pas les résidus de blessures anciennes vous empêcher de dire non. Vous n’incarnez pas les personnages cruels et insensibles de votre passé qui vous hantent toujours – professeur,
ex-petit ami, patron, voire parents. Et le fait de dire non aujourd’hui
ne vous transformera pas en un tel personnage puisque vous le ferez avec compassion et pour de bonnes raisons, n’est-ce pas ?
Nous le souhaitons. Prenez un peu de recul : à quelle fréquence
les gens autour de vous se disent-ils mutuellement non au quotidien ? Observez et vous découvrirez que c’est chose courante et, dans
la plupart des cas, sans conséquence. Gardez cela à l’esprit quand
vous devez dire non ou quand vous essuyez un refus.
Apprenez à accepter les non sans sourciller et à les considérer
comme partie intrinsèque de l’existence. Ainsi, vous craindrez moins
de prononcer vous-même ce mot tabou et donnerez l’exemple du
genre de comportement que vous souhaitez voir chez autrui.

3. Apprenez des autres
Certains ont une telle maîtrise de l’art du non qu’on remarque à
peine quand ils prononcent ce mot. Leurs propos semblent naturels
et honnêtes, leur ton se veut amical et empreint de sympathie, et ils
n’hésitent pas à regarder les gens dans les yeux. Tout cela a pour
résultat que leurs non semblent tout à fait raisonnables et acceptables. D’autres, au contraire, adoptent un ton dur qui respire le reproche. Observez comment les gens s’y prennent pour dire non et
tirez-en des leçons. Empruntez les phrases et les manières de ceux
qui le font avec élégance. Ne perdez pas de vue le fait que la façon
dont on dit les choses a souvent plus d’impact que les mots que l’on
emploie.

Dire non : l’essentiel

Dire non sans culpabiliser.indb 25



25

13-06-28 4:55 PM

4. Exprimez-vous haut et fort !
Craignez-vous le son de votre propre voix ? La question peut sembler ridicule étant donné que vous usez constamment de la parole
et pourtant, dans certaines situations, bien des gens éprouvent de
la difficulté à parler haut et fort. Comme ils craignent de faire trop
de bruit, ils ne font que murmurer (en d’autres mots, ils acceptent
tout ce que les autres disent). D’où notre conseil de faire travailler
régulièrement et vigoureusement vos cordes vocales. Dans votre
voiture, faites jouer le CD de votre diva préférée, montez le volume
et chantez à tue-tête. Assistez au match de soccer de fiston et hurlez
à pleins poumons. Ou encore, suivez un cours de karaté et travaillez à fond vos cris de combat. Bref, faites du boucan !
Vous pourrez ensuite pratiquer à voix haute certaines des réponses proposées dans ce livre. Optez pour celles que vous souhaiteriez dire à une personne de votre connaissance. Essayez diverses
formulations ; changez l’ordre des mots jusqu’à ce qu’ils semblent
vous venir naturellement et que vous les prononciez avec assurance.
À l’aide d’un enregistreur, pratiquez-vous jusqu’à ce que le son de
votre voix cesse de vous faire grincer des dents (tous éprouvent ce
sentiment). Quand vous parviendrez à vous écouter parler, vous aurez moins de mal à vous faire entendre des autres.

5. Simulez jusqu’à ce que vous réussissiez
Vous pourriez avoir du mal, de prime abord, à formuler certaines
des réponses proposées dans ces pages. Dans ce cas, le bon vieux
truc consistant à simuler jusqu’à réussir vous aidera. Imaginez-vous
en train de dire non avec force et assurance. Puis, comportez-vous
comme si vous possédiez effectivement ces qualités. Les autres
prendront note et vous traiteront en conséquence. En un rien de
temps, votre force et votre assurance deviendront réalité et vous
n’aurez plus à simuler.
On conseille souvent à ceux qui veulent faire carrière de se vêtir
en fonction du poste qu’ils souhaiteraient occuper plutôt que de
celui qu’ils ont. De la même manière, plutôt que d’accepter passivement la vie que vous menez et de vous contenter de rêver d’une
meilleure, vous pouvez concrétiser vos rêves dès à présent. Même si

26



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 26

13-06-28 4:55 PM

le cœur n’y est pas tout à fait, prenez les devants et exprimez-vous.
Changez d’abord votre comportement et vous y gagnerez en assurance. Croyez-nous, c’est efficace.

Se préparer à dire oui : le dossier des choses inspirantes
Le trop-plein de travail ou d’activités a pour conséquence désastreuse qu’on finit par en oublier ce qui nous enthousiasme dans la
vie. Pour vous rapprocher de vos principales sources de joie, vous
devez d’abord vous les remettre en mémoire.
À cette fin, consultez régulièrement ce que nous appelons « le
dossier des choses inspirantes ». Il s’agit de garder dans une chemise,
un album personnalisé ou un tiroir du bureau des éléments évoquant les choses qu’on aimerait faire si seulement on disposait de
plus de temps et d’énergie. Prenez quelques notes, jetez des idées sur
papier, dressez des listes, conservez des images ou des articles portant sur ce qui vous fait soupirer et rêver.
Supposons que vous avez toujours rêvé d’aller au Japon. Vous
tombez un jour sur une belle illustration du mont Fuji. Voilà qui
devrait entrer dans votre dossier des choses inspirantes. Ou encore,
si vous aspirez à jouer du violon comme Isaac Stern, conservez le
programme de cours d’une école de musique, même si vous n’avez
pas le temps de vous y inscrire. Ouvrez régulièrement votre dossier
et ajoutez-y de nouveaux articles. Chaque fois que vous jetez un œil
sur votre collection, imaginez que vous vous rapprochez davantage
de l’objet de vos désirs. Laissez vos rêves mûrir et faire leur chemin.
Quand on y reste attentif, ils semblent être plus réalisables de jour
en jour.
Voici un fait vécu qui illustre combien cette approche peut entraîner de grands changements. Il y a quelques années, Patti occupait
un poste de rédactrice en chef à Manhattan ; elle vivait dans un studio et devait prendre le métro tous les jours pour se rendre à son
bureau. Là, elle feuilletait son calendrier du Sierra Club en s’attardant sur les photos de montagnes majestueuses et de rivières miroitantes. « Je voudrais être à cet endroit », se disait-elle, en soupirant
avec nostalgie.
Il lui vint finalement l’idée qu’au lieu de rêvasser, elle pouvait se
joindre au Sierra Club et explorer les merveilles de la nature. Ce

Dire non : l’essentiel

Dire non sans culpabiliser.indb 27



27

13-06-28 4:55 PM

qu’elle fit. Dès lors, elle quitta la ville presque tous les week-ends
pour pratiquer la randonnée en montagne et sur les pistes du nordest. Sa passion pour le plein air acquit une telle importance qu’elle
lui permit de prendre une décision majeure : elle quitta son emploi,
s’installa dans le nord de la Californie et lança sa propre entreprise à
domicile. Désormais, au lieu de regarder des illustrations, elle n’a
qu’à lever les yeux pour apercevoir une véritable montagne (d’accord, une grosse colline) qu’elle peut parcourir à pied aussi souvent
qu’elle le désire.
Il lui a suffi d’un simple calendrier et d’un peu d’inspiration.
Songez combien le fait de dire non peut améliorer votre existence et vous rapprocher de vos rêves. Maintenant que vous en maîtrisez les éléments de base, il est temps d’entrer dans les détails. Dans
les prochains chapitres, vous apprendrez à dire non aux membres de
votre famille, à vos enfants, amis, voisins et collègues, aux mendiants, solliciteurs et autres quidams qui pourraient exiger de vous
plus que ce que vous êtes en mesure de donner.

28



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 28

13-06-28 4:55 PM

CHAPITRE 2
Dire non aux demandes d’argent

J’ai prêté 7500 dollars à ma fille pour l’aider à verser un acompte
sur sa maison. C’était il y a cinq ans et entre-temps, elle ne m’a pas
remboursé un seul sou.
Mon collègue de bureau n’a jamais d’argent comptant quand nous
allons prendre un verre après le travail. Étant donné qu’il gagne
autant que moi, comment se fait-il que je suis toujours celui qui paye ?
AFFAMÉ, SANS DOMICILE FIXE, TOUT DON SERA APPRÉCIÉ.
DIEU VOUS BÉNISSE !
(Aperçu sur une affiche de carton)

Vous souhaitez donner de l’argent ? Il vous suffit de regarder autour
de vous pour trouver des tas de gens prêts à le prendre : l’itinérant
qui quête, les multiples organismes qui requièrent désespérément
votre soutien, peut-être un membre de la famille que vous pourriez
aider à sortir de l’endettement. Pour les aspirants philanthropes, le
choix est vaste et leur étendue, ahurissante.
Cependant, même les philanthropes doivent savoir dire non à
l’occasion. Pour vous préparer à ces moments où vous ne souhaiterez pas sortir votre portefeuille, réfléchissez à ce que vous comptez
répondre et développez votre aptitude à refuser. Comme, en matière
d’argent, les sentiments négatifs peuvent surgir brutalement, une
réponse pleine de compassion et dénuée de tout jugement contribuera à minimiser votre embarras et celui de l’autre.

Dire non sans culpabiliser.indb 29

13-06-28 4:55 PM

Demande de prêt : dire non aux amis
Dans un monde idéal, personne n’aurait à demander à un membre
de sa famille ou à un ami de lui prêter de l’argent. Dans un monde
quasi idéal, toute personne qui emprunte de l’argent se montrerait
responsable et digne de confiance, remboursant sa dette en totalité
et dans les délais impartis, en y ajoutant des intérêts. Toutefois,
dans un monde moins qu’idéal, qui constitue probablement le
vôtre, vous devez savoir dire non.

Le prix de l’amitié ?
Bien souvent, l’hésitation à prêter n’a rien à voir avec l’argent, mais
plutôt avec ce qui l’accompagne.
Quand Kate a accepté de prêter de l’argent à une amie qui traversait une période creuse, elle s’est dit qu’elle ne le reverrait probablement jamais. Il y avait des années qu’Amy, une comédienne en
difficulté, n’arrivait pas à trouver ou à conserver un emploi. Elle vivotait grâce à de petits rôles plutôt rares et mal payés, et surtout, au
soutien financier de sa famille et d’une succession de petits amis.
Puis, les fonds se sont taris et sa situation s’est aggravée : les factures
s’accumulaient, on lui a coupé le courant et le téléphone, et elle risquait de perdre sa maison.
Bien que, aux yeux de Kate, Amy ne pouvait s’en prendre qu’à
elle-même, elle souhaitait l’aider à sortir de sa crise. Elle lui prêta
donc quelques milliers de dollars, sachant que, compte tenu de son
endettement, il était peu probable qu’elle la rembourse.
Elle avait vu juste, bien sûr.
Durant les mois qui suivirent, son amie se remit de ses déboires et reprit sa vie insouciante. Elle fit la connaissance d’un
homme prospère, prit des vacances, mangeait au restaurant et passait le plus clair de son temps à dormir, faire des emplettes et voir
des amis. Tout cela rendait Kate furieuse. À la place d’Amy, elle
aurait fait n’importe quoi et accepté n’importe quel boulot dans le
but de rembourser sa dette. Elle se trouvait dans une position inconfortable : elle pouvait harceler son amie pour l’obliger à la rembourser ou renoncer à son argent. Il est vrai qu’elle avait un emploi
bien payé alors qu’Amy courait toujours après l’argent, ce qui, aux

30



Dire non sans culpabiliser

Dire non sans culpabiliser.indb 30

13-06-28 4:55 PM

yeux de cette dernière, justifiait peut-être son peu d’empressement
à s’acquitter de sa dette.
Bien qu’elle ait toujours su qu’Amy était irresponsable, Kate entretenait dans son for intérieur l’espoir qu’elle tiendrait parole, du
moins jusqu’à ce que l’argent change de mains. L’insouciance d’Amy
constituait presque un trait de caractère amusant et ne regardait
qu’elle. Cependant, quand Kate devint sa créancière, elle ne put
s’empêcher de juger beaucoup plus sévèrement son mode de vie.
Désormais, ses intérêts étaient en jeu. Son irritation entraîna une
rupture dans leur relation, la confiance, ingrédient essentiel de l’amitié, ayant disparu. Bien que la perte n’ait entraîné pour elle aucune
conséquence financière, Kate se sentait trahie. Elle était vexée à l’idée
qu’Amy ait profité d’elle et n’ait pas rempli ses obligations.
L’argent ne change peut-être pas tout, mais il peut certainement
gâcher les relations. Comme l’illustre ce fait vécu, bien souvent, le
prêt personnel a des répercussions autres que financières. Si ce n’était
qu’une question d’argent, la décision serait simple : ou bien on en a
assez pour se permettre d’en prêter ou bien ce n’est pas le cas, point
final. Mais même quand on en a assez, on peut hésiter à le faire. Y
a-t-il la moindre chance qu’il rembourse ou au moins cherche à le
faire ? Pourquoi a-t-elle besoin d’argent ? Dans un sens, une demande de prêt oblige à porter un jugement sur la personne qui la
formule, à l’évaluer ainsi que ses besoins, et à décider si elle est digne
de confiance. Si, pour une raison ou une autre, on désapprouve son
comportement et croit qu’elle s’est mise dans le pétrin à cause de sa
paresse ou de son insouciance, on ne prêtera certainement pas de
gaieté de cœur.
Les gens ont parfois du mal à refuser de prêter de l’argent quand
ils en ont les moyens, particulièrement quand l’emprunteur potentiel sait que c’est le cas. C’est certainement une situation pénible qui
peut entraîner du ressentiment envers ce dernier. Mais si vous tombez dans le piège de prêter à contrecœur, vous en éprouverez encore
plus.

Dire non à une demande de prêt important
À une demande d’argent, dites simplement non sans offrir d’explication. Ainsi, c’est à l’autre qu’il incombera de pousser les choses

Dire non aux demandes d’argent

Dire non sans culpabiliser.indb 31



31

13-06-28 4:55 PM

Avez-vous de la difficulté à refuser les propositions que l’on
vous fait ? Vous sentez-vous coincé entre les exigences de vos
proches, les rendez-vous inopportuns et les tâches professionnelles irréalistes ? Si vous n’avez plus l’énergie ni le temps pour
vous ressourcer, découvrez dans cet ouvrage des principes
simples qui peuvent faire du mot « non » le terme le plus positif
de votre vocabulaire. Vous y apprendrez différentes façons de
décliner les invitations avec tact, sans blesser votre entourage.
Dire non sans vous sentir coupable, c’est privilégier vos propres
priorités et tirer le meilleur parti des occasions qui se présentent. Renouez avec les activités qui vous stimulent, consacrez plus de temps aux personnes qui vous sont chères et dites
oui au plaisir de profiter pleinement de la vie.

Auteur et conférencière, Patti Breitman milite pour plusieurs causes relatives à la
santé et au bien-être.
Connie Hatch est présidente de Words to Market, une agence publicitaire de
New York.

Patti Breitman
Connie Hatch

DIRE NON sans culpabiliser

non !

Patti Breitman • Connie Hatch

DIRE NON
sans culpabiliser

non !
« Un livre à consulter encore et encore.
Je le recommande. »
JOHN GRAY, auteur du best-seller
Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus.

ISBN 978-2-7619-3351-3

Dire non sans culpabiliser_FILM_FINAL.indd 1

13-06-28 4:57 PM


Aperçu du document ext_9782761933513.pdf - page 1/24

 
ext_9782761933513.pdf - page 2/24
ext_9782761933513.pdf - page 3/24
ext_9782761933513.pdf - page 4/24
ext_9782761933513.pdf - page 5/24
ext_9782761933513.pdf - page 6/24
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 01877579.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.