Hymnee à mon Fils .pdf



Nom original: Hymnee à mon Fils.pdf
Titre: Hymnee à mon Fils
Auteur: Eric

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator 3.2.0.11758, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/06/2018 à 22:57, depuis l'adresse IP 78.238.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 138 fois.
Taille du document: 564 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Lettre à mon fils, mon premier grand amour

CHER FILS,
ON M’A DIT UN JOUR QUE L’AMOUR QU’UN PÈRE PORTE À SON ENFANT EST UN AMOUR
PLUS GRAND QUE NATURE. AVANT DE TE TENIR TOI, MON BÉBÉ, DANS MES BRAS,
JE NE LE CROYAIS PAS. J’Y AVAIS RÊVÉ, UNE FOIS. JE ME SUIS RÉVEILLÉ CETTE
NUIT-LÀ AVEC LES LARMES AUX YEUX TELLEMENT C’ÉTAIT MERVEILLEUX. J’AI
ENSUITE DEMANDÉ À UN PAPA DE MON ENTOURAGE SI J’ALLAIS RESSENTIR CET
AMOUR INCOMMENSURABLE ALORS QUE TU N’ÉTAIS ENCORE QU’UNE TOUTE PETITE
BOULE DE VIE, DANS LE VENTRE DE TA MAMAN. CELA ME FAISAIT PEUR. « OUI, ET
MÊME PLUS GRAND QUE ÇA. », M’A-T-IL RÉPONDU. TU SAIS, PAPA AVAIT PEUR
D’AIMER AUTANT. PARCE QUE LORSQU’ON AIME, ON A SOUVENT MAL. PAS UNE
SEULE FOIS, JE N’AURAIS PU M’IMAGINER POUVOIR T’AIMER AUTANT, T’AIMER
D’AMOUR, T’AIMER DE PEUR, T’AIMER D’ADMIRATION, MON GARÇON, ET POURTANT
J’EN AVAIS DÉJÀ EU UN AUTRE DIX-SEPT ANS AUPARAVANT.

QUAND TU ES NÉ, MON SECOND ENFANT, J’AI COMPRIS. J’AI COMPRIS CE QU’ÉTAIT
QUE VIVRE UN AMOUR PLUS GRAND QUE NATURE. UN AMOUR PUR, VRAI, PLUS FORT
QUE TOUT. JE T’AI PRIS DANS MES BRAS, ALORS QUE J’ÉTAIS MORT DE FATIGUE,
MAIS TELLEMENT HEUREUX. J’ÉTAIS SECOUÉ PAR UNE FOULE D’ÉMOTIONS SUR
LESQUELLES J’ÉTAIS INCAPABLE DE METTRE DES MOTS. PUIS, C’EST ARRIVÉ. J’AI
CROISÉ TON REGARD, MON AMOUR. TES SI PETITS YEUX QUI RENFERMAIENT LES
MÊMES CRAINTES QUE LES MIENS. PUIS, TA SI PETITE MAIN A TENTÉ D’AGRIPPER
LA MIENNE, COMME POUR ME DIRE « ACCROCHE-TOI PAPA, ÇA VA BIEN ALLER ».
C’ÉTAIT UNE NOUVELLE AVENTURE POUR NOUS DEUX. J’AVAIS PEUR DE L’INCONNU.
MAIS JE SAVAIS DÉJÀ QUE JE T’AIMERAIS PLUS QUE TOUT, ET QUE GRÂCE À CET
AMOUR, GRÂCE À CETTE FORCE, NOUS POURRIONS DÉPLACER DES MONTAGNES,
ENSEMBLE, TOI ET MOI.

LES PREMIÈRES TÉTÉES, LES PREMIERS CÂLINS, LES PREMIERS FAUX PAS, LES
PREMIÈRES NUITS ENTRECOUPÉES, LES PREMIÈRES BERCEUSES FREDONNÉES À
TON OREILLE, LES PREMIÈRES CHATOUILLES. TANT DE PREMIÈRES FOIS QUI NOUS
ONT FAIT GRANDIR. QUI M’ONT FAIT GRANDIR EN TANT QUE PÈRE. QUI T’ONT FAIT
GRANDIR, SIMPLEMENT, MON BÉBÉ. DU TEMPS, CETTE NOTION AUJOURD’HUI SI
ABSTRAITE, J’EN AVAIS BEAUCOUP PENDANT LES PREMIERS MOIS DE TA VIE,
DEDANS ET EN DEHORS DE TA MAMAN. DU TEMPS POUR ME FLATTER LA BEDAINE,
DU TEMPS POUR RÊVER À TOI, PUIS DU TEMPS POUR TE CAJOLER, TE BERCER, TE
LAISSER TÉTER LE BIBERON PENDANT DE LONGUES MINUTES, AU CHAUD, BLOTTIS
L’UN CONTRE L’AUTRE, DU TEMPS POUR TE LAISSER DORMIR DANS MES BRAS, PAR
CHOIX. SOUVENT. LONGTEMPS. JE ME SOUDAIS À TOI, MON BEAU BÉBÉ.

PARFOIS, JE PLEURAIS, TELLEMENT L’AMOUR QUE J’AVAIS EN MOI, CET AMOUR QUE
TU ME FAISAIS VIVRE, MON FILS, NE POUVAIS ÊTRE CONTENU. IL ÉTAIT TELLEMENT
IMMENSE, CE SENTIMENT, QU’IL EXPLOSAIT HORS DE MOI. MAIS C’ÉTAIT BIEN.
C’ÉTAIT BON. PARFOIS, J’OSAIS PENSER À CES TERRIBLES PERSONNES QUI FONT
MAL AUX ENFANTS COMME TOI. JUSTE D’IMAGINER QUICONQUE VOULANT DE
BLESSER… C’ÉTAIT INSUPPORTABLE.

MON CADET, MON SECOND ENFANT, JE T’AIME PROFONDÉMENT. PLUS QUE TOUT. J’AI
SOUVENT VOULU LE NIER, MAIS PLUSIEURS CHOSES, JE CROIS, ONT CONTRIBUÉ À
FAIRE EN SORTE QUE TU T’ES TAILLÉ UNE PLACE TOUTE SPÉCIALE DANS MON

CŒUR, BIEN EN HAUT DE QUICONQUE, DE QUOI QUE CE SOIT. TES CÂLINS SE FONT DE
PLUS EN PLUS RARES, AUJOURD’HUI, MAIS JE PROFITE DE CHACUN D’EUX POUR
RAVIVER NOTRE AMOUR. CAR AVANT DE TE TENIR TOI, MON SECOND BÉBÉ, DANS
MES BRAS, JE NE ME CROYAIS PAS CAPABLE D’AIMER AUTANT.

MON FILS, MON PREMIER GRAND AMOUR, CE LIEN QUI NOUS UNIT L’UN À L’AUTRE EST
TRÈS SPÉCIAL. LE CORDON QUI T’A RELIÉ À TA MAMAN DES MOIS DURANT N’A
JAMAIS VRAIMENT ÉTÉ COUPÉ, TU SAIS.
ET FRANCHEMENT, J’ESPÈRE QU’IL NE LE SERA JAMAIS.

TON PAPA QUI T’AIME



Documents similaires


hymnee a mon fils 1
2gpv5hm
verena saraf lettre a aime
maman d un garcon autiste
monologue des amoureux
le vademecum de dieu partie 1


Sur le même sujet..