Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



6 L984 TE PA 00 17 .pdf



Nom original: 6-L984-TE-PA-00-17.pdf
Titre: Le cadre professionnel du CPE
Auteur: CNED

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe InDesign CC 2017 (Macintosh) / Adobe PDF Library 15.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/06/2018 à 10:41, depuis l'adresse IP 86.76.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 158 fois.
Taille du document: 9.8 Mo (183 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Préparation aux concours des fonctions publiques

Thomas Dequin

LE CADRE PROFESSIONNEL
DU CPE
COURS

www.cned.fr

CONNECTÉ À VOTRE AVENIR

Les cours du CNED sont strictement réservés à l’usage privé de leurs destinataires et ne sont pas destinés à une utilisation collective.
Les personnes qui s’en serviraient pour d’autres usages, qui en feraient une reproduction intégrale ou partielle, une traduction sans
le consentement du CNED, s’exposeraient à des poursuites judiciaires et aux sanctions pénales prévues par le Code de la propriété
intellectuelle. Les reproductions par reprographie de livres et de périodiques protégés contenues dans cet ouvrage sont effectuées
par le CNED avec l’autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (20, rue des Grands Augustins,  75006  Paris).
© CNED 2017

6-L984-TE-00-17

Sommaire
Introduction 11

Axe 1  |  Le CPE, histoire et missions

13

 Dossier 1
Le Conseiller Principal d’Éducation, histoire et évolution jusqu’à aujourd’hui ��������������������������13
1. Propos préliminaires ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������13
2. Le surveillant général ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������13
2A. Création du corps le 17 novembre 1847, objectifs et modalités ������������������������������������������������������������������������ 14
2B. Évolution après la 2nde guerre mondiale �������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 15

3. Le décret du 17 novembre 1965 – Du surgé au CPE ������������������������������������������������������������������16
4. Le décret du 12 août 1970 – Création du corps ������������������������������������������������������������������������16
5. La circulaire du 31 mai 1972 – Première circulaire de missions ��������������������������������������������17
5A. Première circulaire de mission ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 17
5B. Héritiers des surveillants généraux �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 17
5C. La question du positionnement par rapport à la direction �������������������������������������������������������������������������������� 17
5D. Les nouvelles missions ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 18
5E. Une circulaire très vite mise à mal ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 18

6. La circulaire du 28 octobre 1982 ������������������������������������������������������������������������������������������������19
7. La loi Jospin de 1989 et le décret d’application – Entrée en pédagogie ��������������������������������21
7A. Ouverture sur le terrain pédagogique ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 21
7B. Décret du 11 octobre 1989 ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 21

8. Les évolutions de 1982 à 1992 ����������������������������������������������������������������������������������������������������22
8A. Reconnaissance de la fonction ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 22
8B. Création de postes, disparition des CE et 3e pôle ���������������������������������������������������������������������������������������������� 22
8C. Le CPE médiateur ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 22

9. Le rapport Caré, IGEN – 1992 – Le péril d’absorption ��������������������������������������������������������������22
10. Le rapport IGEN 2006 – Le pilotage du service vie scolaire ����������������������������������������������������23
11. Le référentiel de compétences 2013 ������������������������������������������������������������������������������������������25
12. La circulaire du 10 août 2015 – Texte de référence ������������������������������������������������������������������25
Pour aller plus loin… ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������27

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17 

3

 Dossier 2
Le Conseiller Principal d’Education, au service d’une Institution ������������������������������������������������28
1. Étude de cas ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������28
2. Les grands principes du système éducatif français ����������������������������������������������������������������28
2A. Liberté de l’enseignement ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 28
2B. Gratuité ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 29
2C. Neutralité �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 29
2D. Laïcité �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 29
2E. Obligation scolaire ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 32
2F. La déontologie ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 32

Pour aller plus loin… ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������37

Axe 2  |  Le CPE, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du
service vie scolaire

38

 Dossier 3
Politique éducative, climat scolaire et conseil à la communauté ������������������������������������������������38
1. Étude de cas ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������38
2. La participation du CPE aux instances de l’établissement ������������������������������������������������������38
3. Le CPE, expert et conseiller pour une politique éducative en établissement ����������������������40
4. Le climat scolaire ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������42
Pour aller plus loin… ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������43
 Dossier 4
Le pilotage du service vie scolaire ����������������������������������������������������������������������������������������������������44
1. Étude de cas ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 44
2. L’équipe vie scolaire et sa gestion ����������������������������������������������������������������������������������������������44
3. Notions de gestion et de management ��������������������������������������������������������������������������������������45
4. Recruter et accueillir, former ������������������������������������������������������������������������������������������������������46
4A. Le recrutement des Assistants d’éducation ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 46
4B. L’accueil et la formation �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 51

5. Organiser le service ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������53
5A. Emploi du temps �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 53
5B. Grille de service et fiches de poste ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 54

4 

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17

6. Communiquer ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������56
7. Réunir ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������56
8. Déléguer ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������58
8A. Déléguer, c’est quoi ? ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 58
8B. Déléguer, pour quoi ? �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 58
8C. Déléguer, comment ? �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 59

9. S’entretenir et évaluer ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������59
9A. Objectifs ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 59
9B. Critères ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 60
9C. Modalités ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 63
9D. Suites ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 63

Pour aller plus loin… ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������63
 Dossier 5
Le droit, la règle et les questions de responsabilité ����������������������������������������������������������������������64
1. Étude de cas ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������64
2. Le droit, une entrée nouvelle et un cadre protecteur ��������������������������������������������������������������64
3. Le règlement intérieur ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������67
3A. Double valeur �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 67
3B. Une bonne règle ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 68

4. La surveillance ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������70
4A. La surveillance dans les collèges ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 70
4B. La surveillance dans les lycées ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 71

5. Les questions liées au numérique et au droit à l’image ����������������������������������������������������������71
Pour aller plus loin… ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������72

Axe 3  |  Le CPE, l’élève, son suivi

73

 Dossier 6
Suivi de l’élève et prévention des violences et discriminations ����������������������������������������������������73
1. Questionnements ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������73
2. Les outils du suivi ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������73
2A. Des indicateurs ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 73
2B. Entretien avec l’élève et sa famille ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 74
2C. Fiche de suivi / Tutorat ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 75

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17 

5

3. La gestion des conflits ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������75
3A. Le CPE, un médiateur ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 75
3B. Médiation par les pairs ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 76

4. Prévention et lutte contre les discriminations ��������������������������������������������������������������������������77
5. Le harcèlement ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������78
Pour aller plus loin… ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������86
 Dossier 7
Les absences, l’absentéisme et le décrochage ��������������������������������������������������������������������������������87
1. Questionnements ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������87
2. Instruction obligatoire ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������87
3. Assiduité obligatoire ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������88
4. Contrôle de l’assiduité ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������89
4A. C’est l’affaire de tous �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 89
4B. Le traitement de l’absence non prévisible ���������������������������������������������������������������������������������������������������������� 90
4C. Les autorisations d’absence et de sortie ������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 91
4D. Le CPE, acteur essentiel, du pilotage à l’expertise �������������������������������������������������������������������������������������������� 92
4E. Un travail méthodique ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 94
4F. Les ENT (Environnements numériques de travail) au service du CPE et du contrôle de l’assiduité ������������ 94

5. Absentéisme ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������96
5A. Des mots pour comprendre un phénomène ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 97
5B. Une typologie pour analyser �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 97
5C. Le cadre réglementaire / Les signalements, etc. ������������������������������������������������������������������������������������������������ 98

6. Décrochage ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������101
6A. Définition �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 101
6B. Plan de lutte contre le décrochage �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 102
6C. Travail en réseaux et dispositifs alternatifs ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 104

Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������107
 Dossier 8
Autorité, principes du droit et sanctions ����������������������������������������������������������������������������������������108
1. Étude de cas ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������108
2. Les figures de l’autorité ������������������������������������������������������������������������������������������������������������108
3. Principes et finalités de la sanction ������������������������������������������������������������������������������������������109
3A. Finalités ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 110
3B. Les principes ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 110

4. Distinction punitions / sanctions ������������������������������������������������������������������������������������������������113

6 

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17

5. La punition ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������114
5A. Liste indicative des punitions ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 114
5B. Le devoir supplémentaire assorti ou non d’une retenue �������������������������������������������������������������������������������� 116
5C. L’exclusion de cours �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 116

6. La procédure disciplinaire ��������������������������������������������������������������������������������������������������������119
6A. Les sanctions ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 119
6B. La mesure alternative à la sanction ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 120
6C. Les procédures ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 121

7. La commission éducative ����������������������������������������������������������������������������������������������������������123
7A. Composition �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 124
7B. Rôle ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 124

Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������124
 Dossier 9
La santé, le social et l’orientation ��������������������������������������������������������������������������������������������������125
1. Questionnements ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������125
2. Le travail avec l’infirmier(e) scolaire et le médecin ��������������������������������������������������������������125
2A. L’infirmier(e) �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 125
2B. Protocole d’Accueil Individualisé ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 127
2C. Handicap �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 128

3. L’assistant(e) social(e) ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������128
3A. Repérage et relai ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 128
3B. Mesures éducatives �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 129
3C. Prévention / Formation ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 129

4. La commission de suivi ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������132
5. L’orientation ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������132
5A. Le travail avec le Psychologue de l’Education Nationale (PsyEN) ������������������������������������������������������������������ 132

Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������134
 Dossier 10
L’animation éducative, l’internat, le CESC et les « éducations à » ����������������������������������������������135
1. Questionnements ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������135
2. L’animation éducative, ou l’apprentissage <de l’autonomie et de l’initiative ����������������������135
3. L’internat ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������136
4. Le CESC et les « éducations à » ������������������������������������������������������������������������������������������������138
4A. Le CESC ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 138
4B. La vie démocratique et les instances de représentation �������������������������������������������������������������������������������� 139
4C. Education à la santé �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 139

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17 

7

4D. Education à l’égalité des filles et des garçons �������������������������������������������������������������������������������������������������� 139
4E. Education au développement durable �������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 141
4F. Education à la sécurité routière ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 143
4G. Education à la défense ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 143
4H. Education au numérique ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 144

Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������148

Axe 4  |  Le CPE, acteur de la vie démocratique, du travail en équipes
et réseaux et du lien avec les familles

149

 Dossier 11
Droits et devoirs des élèves, vie démocratique dans les établissements scolaires ����������������149
1. Propos préliminaires ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������149
2. Droits et obligations des élèves ������������������������������������������������������������������������������������������������151
2A. Droits individuels ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 151
2B. Droits collectifs des collégiens �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 152
2C. Droits collectifs des lycéens ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 153
2D. Obligations des élèves ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 154

3. Les délégués de classe ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������154
3A. Rôle des délégués ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 154
3B. Sensibilisation et élections �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 155

4. Le CVL et le CVC ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������156
5. La formation des délégués ��������������������������������������������������������������������������������������������������������159
6. FSE / MDL ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������162
Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������164
 Dossier 12
Le Conseiller Principal d’Education et la pédagogie ��������������������������������������������������������������������165
1. Étude de cas ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������165
2. L’entrée en pédagogie ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������166
3. Les modalités de cette entrée ��������������������������������������������������������������������������������������������������166
3A. Socle commun ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 166
3B. Accompagnement personnalisé / PPRE ���������������������������������������������������������������������������������������������������������� 167
3C. Le Plan d’Accompagnement Personnalisé ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 168
3D. Les conseils de classe ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 169

4. L’équipe pédagogique ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������170
Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������171

8 

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17

 Dossier 13
La co-éducation ou relation école-familles ����������������������������������������������������������������������������������172
1. Étude de cas ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������172
2. Histoire ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������172
3. Une rencontre difficile… ����������������������������������������������������������������������������������������������������������� 174
4. Les outils et moments pour favoriser la rencontre ����������������������������������������������������������������174
5. La question de l’autorité parentale ������������������������������������������������������������������������������������������176
6. La représentation des familles à l’école ����������������������������������������������������������������������������������177
Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������178
 Dossier 14
L’environnement extérieur du CPE ������������������������������������������������������������������������������������������������179
1. Étude de cas ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������179
2. Travailler en réseau d’établissements ������������������������������������������������������������������������������������179
2A. La liaison école-collège �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 179
2B. L’éducation prioritaire ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 180

3. Les collectivités territoriales ����������������������������������������������������������������������������������������������������182
4. Les éducateurs, familles d’accueil et foyers ��������������������������������������������������������������������������183
5. Le tissu associatif ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������183
Pour aller plus loin… ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������183

CNED  SOMMAIRE – 6-A984-TE-00-17 

9

Introduction
Le présent ouvrage se propose de fournir les clés de lecture d’une profession généralement méconnue
des parents, des élèves, mais aussi d’une partie des acteurs du système éducatif eux-mêmes, celui de
Conseiller Principal d’Education. Les études portant sur la vision qu’ont les CPE eux-mêmes de leur
métier montrent aussi une difficulté à faire émerger si ce n’est une définition commune de la fonction,
tout au moins un cadre d’action commun. Les expériences en collège, en lycée, en zone rurale, urbaine,
prioritaire, mais aussi en fonction des relations avec l’équipe de direction, avec les équipes pédagogiques,
etc. semblent façonner le métier d’une nouvelle manière à chaque fois. Les Conseillers Principaux
d’Education évoquent souvent un problème de reconnaissance de la part des autres (parents, partenaires,
Institution, etc.), mais il semble bien que ce problème débute plus tôt déjà ; c’est la difficulté pour le CPE
de se reconnaître dans son pair, au point que le métier de CPE a souvent été décrit comme étant en crise1,
voire en voie de disparition. La crise semble certes perpétuelle, mais, dans le même temps, le métier ne
semble jamais avoir été aussi indispensable et riche.
Au-delà de cette diversité des expériences de terrain qui rend difficile l’émergence d’une définition unique,
cette méconnaissance peut s’expliquer par différents facteurs sur lesquels nous reviendrons de manière
transversale au travers de l’ouvrage. En effet, le métier de CPE est une spécificité française elle-même
assise sur une autre spécificité, celle de la vie scolaire. Cette dernière est un espace-temps peu défini,
voire peu définissable, et qui constitue pourtant le lieu d’action premier (mais pas le seul) du CPE. Par
ailleurs, le métier est jeune puisqu’il naît en 1970 et se construit en partie (mais pas uniquement) dans
l’opposition symbolique à son ancêtre le surveillant général qui pourtant laissera sur lui et dans l’imaginaire
collectif une forte empreinte. Les circulaires de mission régissant le métier, y compris la dernière en date
d’août 2015, semblent elles-mêmes se refuser à enfermer le métier en restant très ouvertes et assez
peu descriptives ou prescriptives. Enfin, le métier de CPE, bien que « jeune », semble avoir déjà évolué
de façon considérable en quelques décennies. La place spécifique d’interface entre l’école et la société
ne l’obligerait-il pas en effet à être dans une évolution permanente, le rendant dans le même temps
insaisissable ?
Poser la question du cadre professionnel du CPE peut donc sembler paradoxal dans ce contexte. Comment
parler de cadre lorsque celui-ci possède des contours flous ? Comment décrire ce qui n’est pas mais qui
est toujours en devenir ? La difficulté est de taille et sans doute faut-il dès ici faire vœux de modestie et
s’excuser d’avance de ne pas donner à voir dans cet ouvrage toutes les facettes existantes du métier. Mille
et une pages n’auraient à vrai dire pas suffi. Il s’agit donc plutôt pour nous, dans la perspective du concours
notamment, de sélectionner un ensemble de thématiques fondamentales, voire fondatrices, explorées
sous la forme de dossiers et qui toutes à leur façon nous parleront du métier de CPE. Qu’il s’agisse par
exemple de la question de la co-éducation, de la gestion d’une équipe d’assistants d’éducation, du droit
dans la vie scolaire, ou encore de l’absentéisme et du décrochage, c’est bien à chaque fois dans un dialogue
avec le métier de CPE que nous nous situerons.
En quoi ces thématiques qui se présentent au CPE sous la forme de problématiques sur le terrain
questionnent le métier et nous disent quelque chose de lui ? Comment le CPE peut-il y répondre ? Quel
est son champ d’action légal ? Son expertise ? Son apport spécifique dans le système éducatif français ?

1 « Crise du métier ou métier de la crise », Conférence au CRDP de Rouen, Christian Vitali, 14 mai 2007
- http://cpe.spip.ac-rouen.fr/IMG/pdf/CPE_Vitali.pdf

CNED 

introduction

– 6-A984-TE-00-17 

11

Le présent ouvrage est divisé en quatre axes :
• Axe 1 : le CPE, son histoire et ses missions ;
• Axe 2 : le CPE, étant un acteur essentiel du fonctionnement de l’établissement ;
• Axe 3 : le CPE, l’élève, son suivi ;
• Axe 4 : le CPE entre animateur, pédagogue et communiquant.
Chaque axe est constitué de différents dossiers. L’ensemble permet de parcourir les missions et champs
d’action du CPE tels que définis par les textes et la pratique. La diversité et complexité du métier ne pouvait
cependant se résumer en un seul fascicule et le lecteur et/ou candidat au concours devra nécessairement
prolonger ses recherches par la lecture des autres ouvrages et des approfondissements personnels.
Pour chacun des dossiers traités, la méthodologie se veut la plus commune possible afin de permettre
une approche facilitée au lecteur. La majorité des dossiers sera introduite par des exemples de situation,
des études de cas ou questionnements initiaux, afin de permettre l’ancrage dans la réalité du métier puis
la problématisation de la thématique. Ces questions peuvent servir de point d’appui pour le candidat dans
son travail de réflexion et/ou de révisions. Les éléments de résolution sont donnés de manière transversale
dans les sous-parties du dossier. Des outils tirés du « terrain » sont proposés régulièrement, de la même
façon que des fiches-synthèse sur des points spécifiques. Ils ont vocation à pouvoir être utilisés pour la
pratique du CPE tout au long de sa carrière. A chaque fois que cela sera possible, des renvois seront faits
vers la circulaire de mission des CPE d’août 2015 ou le référentiel de compétences de 2013. Par ailleurs,
des liens entre les dossiers seront effectués dès que la thématique l’exigera. Enfin, chaque dossier se
termine par un encart « Pour aller plus loin…» contenant des références bibliographiques, extraites pour
une bonne partie de la bibliographie du concours des trois dernières années.

« L’école offre aux enfants et aux adolescents une société à leur mesure, où ils vivent au milieu de leurs pairs.
Elle devra donc s’organiser pour leur permettre de multiplier leurs expériences, en leur donnant une part de
plus en plus grande de liberté et de responsabilité, dans le travail de classe comme dans les occupations de
loisir. La plupart des services scolaires doivent être pris en charge par les élèves. »
Plan Langevin-Wallon (1944)

NB : les auteurs, œuvres, textes ou citations suivis d’un astérisque (*) sont elles-mêmes aussi extraites
des dernières bibliographies du concours de recrutement des Conseillers Principaux d’Education.

12 

CNED 

introduction

– 6-A984-TE-00-17

Axe 1
Le CPE, histoire et missions
 Dossier 1 
Le Conseiller Principal d’Éducation,
histoire et évolution jusqu’à aujourd’hui
1. Propos préliminaires
Le métier de CPE est récent. Le corps des Conseillers d’Education / Conseillers Principaux d’Education
est né il y a moins d’un demi-siècle, en 1970. L’évolution de l’Ecole tout comme celle de la société dans les
années 60 a justifié en effet de créer un autre métier là où celui de surveillant général, l’ancêtre du CPE,
ne semblait plus en capacité d’intégrer les nouvelles dynamiques scolaires. Il serait d’ailleurs plus juste
de dire que les surveillants généraux, comme nous allons le voir ensuite, ont intégré progressivement
de nouvelles missions depuis 1847 jusqu’en 1970 et su s’adapter à l’évolution des besoins éducatifs. Ils
ont même fait littéralement preuve d’un véritable sens de l’innovation notamment dans les Collèges
d’Enseignement Technique (CET) par lesquels le renouveau est arrivé. Il est très probable et les historiens
de l’éducation le soulignent, qu’entre le surveillant général de la fin des années  60 et le conseiller
d’éducation du début des années 70, il n’y ait pas eu tant de différences que nous voulons bien le dire
maintenant. Il est intéressant de noter dès maintenant que le métier de CPE a donc bien été façonné par
leurs ancêtres et qu’à ce titre, tout comme la première circulaire de mission des CPE le précisait, il est
inconcevable de ne pas se souvenir de l’héritage qui a été légué. En définitive, le décret créant le corps des
CE / CPE et la circulaire de missions s’ensuivant semblent bien avoir avant tout acté l’évolution du métier
de surveillant général et les nouvelles missions qu’un certain nombre d’entre eux menaient déjà dans les
établissements scolaires. Des années 70 à aujourd’hui, le métier de CPE va connaître un certain nombre
de transformations profondes, et notamment depuis les années  2000 avec le rôle nouveau de chef de
service, mais à chaque fois il semble bien que ces évolutions correspondent à l’évolution tout autant de la
société que de l’Ecole.

2. Le surveillant général
La vision traditionnelle du Surveillant général, est irrémédiablement associée à la discipline la plus
rigoureuse. Ce n’est pas tout à fait inexact, cependant les surveillants généraux ont cherché très rapidement
à s’émanciper de cette vision restrictive et négative. Ils y sont parvenus en se saisissant des évolutions
sociales, qui se sont elles-mêmes répercutées au sein des établissements scolaires.

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

13

2A. Création du corps le 17 novembre 1847, objectifs
et modalités
Les lycées créés par la loi du 1er mai 1802 accueillent les fils de hauts-fonctionnaires et de militaires ainsi
que les meilleurs élèves des écoles secondaires. Les collèges, eux, accueillent les futurs fonctionnaires et
les professions moyennes du commerce. L’objectif est, dans ce XIXe siècle, de « développer et d’affermir
les principes essentiels qui font la dignité des peuples et la stabilité de l’État  »1. Les personnels sont
donc astreints à être exemplaires. La transmission de valeurs est privilégiée, avant même la formation de
l’esprit critique des élèves.
Le cadre général des établissements est alors clairement militaire et disciplinaire. Le port de l’uniforme
est obligatoire, les élèves sont répartis en compagnies, avec mise en rang, appel, levée de drapeau, etc.
Le respect du maître s’impose avant tout avec pour corollaire la soumission des élèves, sous risque de
punition. Elles sont variées : prison, salle de pénitence, arrêts (pain sec et eau), privation d’uniforme, de
nourriture, de promenade, de récréations, piquet, châtiments corporels jusqu’en 1803.
Les internats se développent dans ces établissements générant des besoins nouveaux d’encadrement et
d’aide aux leçons (maître d’études / répétiteurs). De manière générale, les temps d’étude deviennent des
moments importants et cela va imposer le recrutement de personnels lettrés (selon une ordonnance de 1845).
Le surveillant général, qui loge au lycée, est un ancien maître d’études. Il est auxiliaire du censeur
(équivalent de l’adjoint du proviseur) et fait clairement partie de l’équipe de direction qu’il seconde dans
ses missions. Sous les ordres du censeur, il dirige les maîtres d’études, il les aide de son autorité et
de son expérience. Il peut devenir censeur à son tour (s’il est licencié, s’il a 5 ans d’ancienneté et s’il a
obtenu le titre d’officier d’académie). Il est chargé du maintien de l’ordre et de la discipline, de l’application
du règlement (pour tout ce qui concerne la ponctualité, l’assiduité, la politesse) et de la mise en œuvre
des punitions. Il intervient donc sur un terrain répressif et cherche à se faire respecter des élèves. Les
surveillants généraux attribuent des notes de conduite, les bons élèves sont récompensés (citation à
l’ordre de la classe ou de l’étude). S’il est membre du conseil de discipline, le surveillant général peut être
chargé de l’instruction des cas. Dans ce contexte, le surveillant général est loin d’être apprécié des élèves,
qu’il contraint à la soumission.
Souhaitant plus de reconnaissance, les surveillants généraux font évoluer les punitions avec notamment
le recours aux pensums et aux retenues. Une circulaire de 1883 supprime l’usage du séquestre (isolement
absolu des élèves récalcitrants) puis un arrêté du 5 juillet 1890 prévoit que « les punitions ont toujours
un caractère moral et réparateur. Le piquet, les pensums, les privations de récréation, la retenue de
promenade sont formellement interdits ».
C’est précisément à cette époque que la notion de vie scolaire fait son apparition, et, avec elle, la recherche
d’une discipline mieux consentie.
Une circulaire du 6 septembre 1920 relative aux « services de censorat et de la surveillance générale dans
les lycées de garçons » essaie de préciser davantage le rôle des censeurs et des surveillants généraux. Le
censeur, « suppléant immédiat du proviseur », est chargé des rapports avec les enseignants et de tout ce qui
concerne l’enseignement. Le surveillant général le supplée dans une part de son service liée aux mouvements
journaliers. Il participe au service de la bibliothèque (sous l’autorité du censeur) et aux écritures administratives.
Il contrôle les répétiteurs et les professeurs adjoints. Des tâches sont partagées : surveillance des dortoirs, des
réfectoires et des récréations. Dans les collèges de garçons, les surveillants généraux sont particulièrement
vigilants au maintien de l’ordre et de la discipline et contrôlent les répétiteurs et maîtres d’internat.
La situation évolue aussi du côté des personnels de surveillance : un décret du 28 août 1891 énonce que
« les répétiteurs concourent à l’éducation et à l’enseignement ». Ils sont chargés de la surveillance et du
maintien de la discipline. Dans les salles d’études, ils dirigent le travail des élèves, s’assurent du soin
avec lesquels les devoirs sont faits et les leçons apprises, ils transmettent régulièrement leurs notes au
censeur ou au principal et aux professeurs. Ils participent à la surveillance des divers cours dans les cas
« reconnus nécessaires ». Ils peuvent devenir surveillants généraux.
1 Narcisse-Achille Salvandy, Ministre Secrétaire d’État au département de l’Instruction publique, Grand-Maître de l’Université
– 1845/1848

14 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

2B. Évolution après la 2nde guerre mondiale
C’est après la 2nde  guerre mondiale que les missions des surveillants généraux vont considérablement
évoluer. Il y a plusieurs raisons à cela.
→  Tout d’abord, les structures éducatives se modifient avec la multiplication des établissements
scolaires : cours complémentaires (les futurs collèges qui prennent en charge les élèves de la 6e à
la 3e pour les préparer au brevet), lycées (divisés en petit lycée de la 12e à la 7e et grand lycée de la 6e à
la terminale) mais également les établissements techniques (divisés en lycées techniques et centres
d’apprentissage). Les lycées et lycées techniques (de la 6e à la terminale, préparant au brevet technique)
voient officier les surveillants généraux de lycée, placés sous l’autorité des proviseurs / directrices et
des censeurs / dame censeur. Les centres d’apprentissage (futurs CET) recrutent les élèves après
l’école primaire pour les préparer au CAP. Y exercent les surveillants généraux dits de CET (qui
assurent souvent les fonctions d’adjoint) et ce sont eux qui vont faire évoluer le plus sensiblement la
fonction.
→  Un autre facteur d’évolution du métier est l’importance dans ces établissements des internats qui
accueillent 50 à 75% des élèves, y compris le week-end. La prise en charge des élèves est importante
et spécifique. On mise d’avantage sur les activités de loisir pour obtenir des relations entre élèves ou
entre élèves / adultes de qualité.
→  Cette évolution est facilitée par l’apparition des Maitres d’Internat / Surveillants d’Externat (MI/SE)
dans le décret du 11 mai 1937 et celui du 27 octobre 1938, qui viennent remplacer progressivement
les répétiteurs. Dans la circulaire du 25  novembre  1938, ces postes sont attribués à «  des jeunes
gens laborieux et ayant donné des preuves de leur volonté de labeur, pour les aider temporairement
dans la préparation d’examens ou de concours  » dans l’enseignement. Leur formation est prévue
au niveau académique et elle fait une large place à l’éducation, via l’ouverture sur les associations
d’éducation populaire (CEMEA, AROEVEN). Ce sont ces mêmes associations qui, en intervenant dans
les établissements scolaires, vont impulser la création des Foyer Socio-Educatifs (FSE).
→  Par ailleurs, les MI-SE et les surveillants généraux participent aussi aux centres de vacances en tant
qu’animateurs ou directeurs, ce qui contribue à une meilleure prise en compte de la psychologie de
l’enfant et de l’adolescent. Ils se destinent souvent à l’enseignement (ils doivent d’ailleurs préparer
une licence d’enseignement).
En conséquence, et notamment dans les CET, les clubs se développent, l’autonomie et la responsabilité
des élèves sont recherchées. Le climat des établissements, et pas seulement des internats, s’améliore
car le dialogue est plus riche et le lien fort entre temps scolaire et temps périscolaire. Les élèves ne sont
pas encore tentés par des activités extérieures et s’investissent dans les nouveaux FSE (qui fonctionnent
selon le principe de la cogestion). L’image des surveillants généraux est valorisée, au moins dans ces
établissements (le mouvement est plus lent dans les lycées).
Les surveillants généraux refusent donc d’être cantonnés dans un rôle disciplinaire. Pourtant, la circulaire
du 9  octobre  1956 relative aux «  attributions et libertés de service des surveillants généraux dans les
établissements d’enseignement technique  » mettra l’accent sur l’application du règlement intérieur et
de la discipline dans les salles d’étude, dans le réfectoire et les dortoirs, sur le contrôle des départs
et rentrées des élèves internes, des absences et rentrées des externes et demi-pensionnaires, sur la
surveillance des mouvements, des récréations, des sorties collectives, des visites médicales, et sur la
prise en charge des élèves en cas d’absence de professeurs.
Cette même circulaire précise par ailleurs qu’ils participent au contrôle des effectifs, de la conduite et du
travail des élèves et veillent à leur éducation. Leur sont subordonnés les adjoints d’enseignement chargés
des études surveillées ou d’un autre service de surveillance, les répétiteurs, les MI et les SE, dont ils
organisent l’emploi du temps. En cas d’absence de courte durée du chef d’établissement, le remplacement
est assuré par le surveillant général, s’il n’y a pas de directeur des études.

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

15

A sa suite, la circulaire du 18 avril 1958 évoque la participation du surveillant général à l’action pédagogique
et éducative de l’équipe administrative, en particulier dans la direction des études surveillées, ce qui
témoigne du mouvement à l’œuvre.
L’Inspection générale de l’administration scolaire voit son secteur d’intervention étendu à la vie scolaire
en 1965. Les premiers inspecteurs généraux accompagnent le mouvement à l’œuvre dans les CET. Des
formations sont mises en place pour les secrétaires généraux, des FSE se créent dans les lycées, la
FOEVET et l’AROEVET deviennent FOEVEN et AROEVEN, etc.

3. Le décret du 17 novembre 1965 - Du surgé
au CPE
La circulaire n°65-429 du 17 novembre 1965 relative à « la place et aux missions des surveillants généraux
dans les établissements scolaires » prend acte de l’évolution des notions d’ordre et de discipline et de la
place croissante prise par les problèmes d’éducation dans la vie scolaire.
Le surveillant général agit toujours sous l’autorité du chef d’établissement et éventuellement de son
adjoint direct. Il peut même, en cas d’absence d’adjoint direct, déléguer au surveillant général certaines
de ses attributions relatives aux tâches de direction. Il est bien sûr chargé de l’organisation de la vie
scolaire, les personnels de surveillance et d’éducation lui étant subordonnés. Il prévoit leur service et
contrôle leurs activités. Il est toujours chargé du maintien de l’ordre et de la discipline et notamment de
l’application du règlement intérieur.
Par ailleurs, il participe à l’action éducative et pédagogique et, à ce titre, il connaît, anime et coordonne
les activités qui s’exercent en vue de contribuer à l’éducation des élèves en dehors des heures de classe.
Il peut être chargé par le chef d’établissement de responsabilités plus étendues pour un groupe limité de
classe (tenue des dossiers des élèves, contacts avec les professeurs, les parents, les élèves). Il s’occupe
de la vie collective des élèves internes. Il peut se voir confier la garde des matériels d’enseignement et le
fonctionnement des bibliothèques d’élèves. Enfin, on précise que, « secondé et informé par le personnel
de surveillance et d’éducation, il acquiert une bonne connaissance des élèves et peut ainsi apporter des
renseignements précieux au chef d’établissement et aux familles ».

4. Le décret du 12 août 1970 – Création du corps
Le décret n°70-738 du 12  août  1970 relatif au «  statut particulier des conseillers d’éducation et des
conseillers principaux d’éducation » crée le corps des CE / CPE et entérine donc la disparition des surveillants
généraux. Il s’agit essentiellement d’un texte statutaire qui précise que les CE / CPE sont classés dans la
catégorie A et nommés par le ministre de l’Education nationale. Les Conseillers d’éducation (CE) sont
souvent des anciens surveillants généraux, qui travaillent dans les collèges tandis que les CPE sont ceux
qui accèdent à la fonction par voie de concours et travaillant plus fréquemment en lycée. Chaque corps
comprend un seul grade avec onze échelons (et la hors-classe avec sept échelons). Les missions ne sont
évoquées que rapidement au détour de l’article 4 de ce décret, qui nous précise ce qui suit :
• les CE et CPE sont placés sous l’autorité du chef d’établissement et éventuellement de son adjoint ;
• les CE et CPE participent aux responsabilités éducatives des personnels de direction dans l’organisation
et l’animation de la vie scolaire ;
• les CE et CPE organisent le service et contrôlent les activités des personnels chargés des tâches de
surveillance.

16 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

5. La circulaire du 31 mai 1972 – Première
circulaire de missions
5A. Première circulaire de mission
La circulaire n°72-222 du 31 mai 1972 relative aux « missions des conseillers d’éducation et conseillers
principaux d’éducation » et la première circulaire de mission.
Elle définit de manière large ce qu’est l’action éducative : une action globale à laquelle concourent tous
les personnels des établissements scolaires en particulier ceux qui participent activement à la vie de ces
établissements.
Le rôle des CPE est novateur et mis en valeur. Ils sont « associés de façon la plus étroite à cette action
globale » et apportent « leur concours à la grande œuvre de rénovation de la vie scolaire ». En conséquence,
la notion de participation ou d’association à une action globale interdit toute délimitation précise de leur
intervention. Elle doit au contraire être envisagée avec une certaine latitude.
Dans son rapport pour l’IGEN de 1992, l’inspecteur Caré écrira ainsi qu’il y a une « absence de définition
d’un champ de compétence ou d’une responsabilité sectorielle propre ». C’est tout à la fois une difficulté
qui traversera la fonction jusqu’à aujourd’hui et en même temps un atout clair, permettant l’innovation et
la liberté d’action.

5B. Héritiers des surveillants généraux
Il faut noter par ailleurs une absence de rupture avec le système précédent. En effet, les CE / CPE sont
positionnés comme « héritiers, à divers égards, des surveillants généraux ». Un versant non négligeable
de leur « tâche » va donc être de continuer à veiller à l’application du règlement intérieur, à contrôler la
présence et les mouvements des élèves, et à mettre en œuvre de la discipline (considérée comme un
moyen de formation). L’objectif recherché est clairement la sécurité physique et morale des élèves.
L’héritage des surveillants généraux est illustré aussi par le fait que le CPE continue d’être le « pilote » du
service vie scolaire. Il organise en effet le service des personnels de surveillance et le contrôle de leurs
activités. Cependant, et c’est un point intéressant, il est ajouté que le CPE doit faire appel aux compétences
de ces personnels pour la prise en charge des études. Se dessine ici le portrait d’un CPE « manager »,
capable de tirer profit des compétences spécifiques de chacun des membres de son équipe (voir dossier 4
sur le pilotage de la vie scolaire).

5C. La question du positionnement par rapport
à la direction
La question du lien entre CE / CPE et chefs d’établissement se trouve mentionnée à plusieurs endroits du
texte. Le rapport hiérarchique est à nouveau clairement énoncé : « sous l’autorité des chefs d’établissement
et éventuellement, de leurs adjoints ».
L’absence de délimitation a priori a pour conséquence « une soumission en matière de service aux mêmes
exigences que les personnels de direction  ». Cette soumission découle de leur présence à tous les
moments de la vie scolaire et de la diversité de leur action. Il en résulte que « la durée et l’horaire de leur
service sont déterminés en fonction des besoins du service » mais aussi « qu’ils doivent pouvoir intervenir
à chaque fois que les circonstances l’exigent, y compris de nuit » via l’internat et la participation au service
de vacances. Enfin, « les servitudes liées à leurs fonctions » nécessitent leur logement sur place dès que
cela est possible.
Le texte évoque aussi les modalités d’organisation et de concertation de l’équipe d’animation, qui dépendent
du chef d’établissement. Il en va ainsi en matière de répartition des tâches.
CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

17

5D. Les nouvelles missions
Les CE / CPE ont «  en accord avec les personnels enseignants une mission permanente d’animation
éducative ». Le texte ne définit pas cette notion, se contentant de renvoyer à la nouvelle dénomination de
ces corps. L’on entrevoit au travers des « rapports constants et confiants avec les élèves ainsi qu’avec les
différents groupes qui prennent part à la vie de l’établissement » que les CE / CPE ont un terrain essentiel
à investir : celui de la communication, qui va s’exercer « de manière constante et diffuse » par différents
moyens et / ou sur différents temps :
• entretiens individuels d’aide ou de recadrage avec les élèves (qui doivent permettre de faire comprendre
la nécessité de respecter la règle) ;
• interventions dans le cadre des associations socio-éducatives ;
• médiations enseignants / élèves ou groupe d’élèves ;
• échanges avec les parents.
Les CE / CPE accomplissent aussi des «  tâches de caractère pédagogique  » en liaison étroite avec le
personnel enseignant :
• appui et soutien pédagogique aux élèves pris en charge en étude par les personnels qui les encadrent ;
• participation à l’élaboration du bilan de chaque élève en conseil de classe ;
• information en vue de l’orientation des élèves.
Le positionnement sur le terrain du suivi individuel de l’élève est cité et sera développé par la suite.
Ce texte a été diversement accueilli car estimé ambigu sur un certain nombre de points. Il est en effet de
nature à rassurer les chefs d’établissement car les CE / CPE continuent d’être placés dans leur orbite et
doivent surtout faire preuve d’une grande disponibilité.
C’est pourquoi certains auteurs1 ont estimé qu’il y avait là, la possibilité de cantonner les CPE dans le
champ répression ou dans des tâches administratives de sorte qu’ils ne puissent s’investir réellement
dans les aspects éducatifs de leur fonction.
Dans le même temps cependant, il y a une ouverture marquée sur des domaines d’intervention inédits, ce
qui permet « d’installer une fonction nouvelle et innovante »2.

5E. Une circulaire très vite mise à mal
A la suite de cette circulaire, les CE / CPE (et notamment ceux qui sont nouvellement recrutés) vont
manifester leur désir que cet aspect éducatif et pédagogique prenne le pas sur la soumission au chef
d’établissement. Cela leur paraît d’autant plus nécessaire que les relations des élèves à l’école changent.
Plusieurs aspects importants :
• Avec l’abaissement de la majorité à 18 ans (en 1974), un certain nombre de lycéens sont majeurs ce qui
amène une réflexion nouvelle sur l’autorité.
• Cela est renforcé par les récents événements de mai  1968 et conduit à privilégier le dialogue sur
l’obéissance.
• Ce dialogue est d’autant plus nécessaire que l’avenir devient plus incertain avec le choc pétrolier et que
cela n’est pas sans conséquence sur l’investissement scolaire des élèves voire sur le climat scolaire
de certains établissements.
Les acteurs scolaires sont donc amenés à travailler ensemble, ce qui met en avant la dimension d’échanges
et de communication (évoquée dans la circulaire de 1972), en particulier entre CPE et enseignants.
Le sentiment d’être trop « limités » par la circulaire entraîne une revendication forte d’un nouveau texte.
Un premier groupe de travail interministériel est réuni en 1977 mais échoue, ce qui entraîne une grève de
48 heures en septembre 1978. Des négociations seront à nouveau ouvertes en 1981.

1 Les Conseillers Principaux d’Education, Rémy Régis, Pierre Serazin, Christian Vitali, Paris, Puf, 2000
2 Rapport Caré, IGEN, 1992

18 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

6. La circulaire du 28 octobre 1982
La circulaire n°82-482 du 28 octobre 1982 relative au « rôle et conditions d’exercice de la fonction des
conseillers d’éducation et des conseillers principaux d’éducation » remplace la circulaire de 1972, qui n’a
donc alors plus de valeur juridique.
Cette circulaire tente de prendre en compte les évolutions du système éducatif et leurs conséquences en
matière de vie éducative des établissements.
La mission éducative de l’établissement est annoncée comme globale : elle implique « tout adulte membre
de la communauté scolaire, à quel titre que ce soit, par les responsabilités qu’il exerce  ». L’idée de
communauté scolaire exclut donc les cloisonnements (en particulier la distinction instruction / éducation).
Elle implique que ne soit pas toléré «  le travail individualiste  » au profit «  d’un contexte de relation,
d’échanges et de prise en charge en commun de l’activité éducative ». Cette dernière s’inscrit donc dans le
cadre global du projet d’établissement, ce dont doit tenir compte le CE / CPE. Dès ce moment, on peut y voir
l’idée que l’action éducative fera l’objet d’un axe spécifique ou transversal dans le projet d’établissement
(voir dossier 3). L’idée d’un projet de vie scolaire, ou d’un axe « politique éducative » inclut dans celui-ci
semble bien présent dès 1982.
A travers ce nouveau texte, il y a une volonté réaffirmée de valoriser la fonction. Ainsi, elle se termine par
un portrait du CPE idéal : disponible, sachant créer du lien avec les élèves comme les adultes (et entre
eux), contribuant ainsi à un bon climat scolaire, étant « interlocuteur privilégié » et pleinement investi de
« responsabilités », etc.
La circulaire ancre le champ d’action du CPE dans le cadre de la vie scolaire et en donne la définition
suivante :
L’ensemble des responsabilités exercées par les conseillers d’éducation et les conseillers principaux
d’éducation se situe dans le cadre général de la « vie scolaire » qui peut se définir ainsi : placer les adolescents
dans les meilleures conditions de vie individuelle et collective et d’épanouissement personnel.
Circulaire n°82-482 du 28 octobre 1982 relative au « rôle et conditions d’exercice
de la fonction des conseillers d’éducation et des conseillers principaux d’éducation »

L’élève est déjà au centre et la vie scolaire s’inscrit dans un cadre général qui intègre étroitement la vie
pédagogique de l’établissement, une prise en charge individuelle et collective des élèves hors du temps
de la classe, et la notion d’autonomie : « permettre à l’élève de se prendre en charge progressivement ».

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

19

La circulaire poursuit en structurant l’action du CPE en trois grands domaines :

Le fonctionnement de l’établissement  :  responsabilité du contrôle des effectifs, de l’exactitude et de
l’assiduité des élèves, organisation du service des personnels de surveillance, mouvements des élèves. Il
participe, pour ce qui le concerne à l’application des mesures propres à assurer la sécurité, notamment des
élèves ;
La collaboration avec le personnel enseignant  :  échanges d’informations avec les professeurs sur le
comportement et sur l’activité de l’élève : ses résultats, les conditions de son travail, recherche en commun
de l’origine de ses difficultés et des interventions nécessaires pour lui permettre de les surmonter : suivi de la
vie de la classe, notamment par la participation au conseil des professeurs et conseil de classe, collaboration
dans la mise en œuvre des projets ;
L’animation éducative : relations et contacts directs avec les élèves sur le plan collectif (classes ou groupes)
et sur le plan individuel (comportements, travail, problèmes personnels) ; foyer socio-éducatif et organisation
des temps de loisirs (clubs, activités culturelles et récréatives) ; organisation de la concertation et de la
participation (formation, élection et réunions des délégués élèves, participation aux conseils d’établissement).
Circulaire n°82-482 du 28 octobre 1982 relative au « rôle et conditions d’exercice
de la fonction des conseillers d’éducation et des conseillers principaux d’éducation »

Parmi les trois domaines qui organisent les responsabilités des CE / CPE, celui qui concerne le
fonctionnement de l’établissement reprend des champs connus :
• contrôle des effectifs et de l’assiduité ;
• contrôle des mouvements ;
• organisation du service de surveillance.
L’exigence de sécurité, déjà présente dans la circulaire de 1972, est réaffirmée, mais sans référence cette
fois à la tradition des surveillants généraux. Par ailleurs, les CPE sont responsables de l’animation de
l’équipe.
Le rapport hiérarchique au chef d’établissement est lui aussi rappelé, mais au-delà, ce qui est recherché,
c’est la qualité de la concertation sur le suivi des élèves et les problèmes de vie scolaire.
La circulaire fait apparaître un certain nombre d’éléments inédits  : elle invite elle-même à un «  esprit
nouveau », ce qui peut être vu comme une invitation à l’innovation.
Ainsi la collaboration avec le personnel enseignant est mise en avant avec comme points forts :
• des échanges d’informations sur les constats et la recherche des causes ;
• la recherche de modalités d’aide aux élèves ;
• le suivi de la classe notamment dans la mise en œuvre des projets.
Sur l’animation éducative, les champs mentionnés sont vastes et il faut que le CPE conserve à l’esprit que
la mise en œuvre de projets éducatifs exige d’être patient, et de construire dans la durée et la souplesse.
Cela est inévitable pour toute action éducative auprès d’adolescents.
Par ailleurs, sont évoqués les membres de la communauté scolaire et des partenaires extérieurs avec
lesquels le CPE est appelé à communiquer pour assurer un suivi global de l’élève. Le CPE est définitivement
un communiquant et un travailleur en « réseau » (voir dossiers 3, 9, 10 et 14).
Enfin est fixé le cadre de la durée de travail maximum hebdomadaire : celui de la fonction publique (à
l’époque 39h par semaine), qui couvre l’ensemble des activités exercées par les CE / CPE dans le cadre de
leur mission. Ceux-ci cessent donc d’être corvéables à merci : il ne s’agit plus « de faire peser sur eux des
charges excessives ». Pour autant, dans ce cadre, l’emploi du temps fixé doit tenir compte des réalités et
contraintes propres à chaque établissement. Cela exclut donc « une organisation préétablie et uniforme »
des services.

20 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

De manière générale, cette circulaire est tout à la fois parvenue à valoriser le travail des CPE tout en
leur laissant une grande latitude dans leur action. Sans trop limiter leurs possibilités, elle appelle au
contraire à un sens de l’initiative fort, voire de l’innovation. Certains CPE regrettent dans le même temps
cette conséquence inévitable : le risque de n’être le spécialiste de rien (contrairement à des enseignants
au regard de leur discipline) est d’être à la merci des demandes de tout un chacun, et notamment de la
direction. La place du CPE est donc nécessairement à forger selon des modalités toutes personnelles pour
chacun.

7. La loi Jospin de 1989 et le décret
d’application – Entrée en pédagogie
7A. Ouverture sur le terrain pédagogique
Il est utile de mentionner la loi d’orientation de 1989, dite « loi Jospin » car elle consacre une nouvelle
ouverture sur le terrain pédagogique pour les CPE. En effet, dans son article 4, elle dit : « Les enseignants
travaillent au sein d’équipes pédagogiques ; celles-ci sont constituées des enseignants ayant en charge
les mêmes classes ou groupes d’élèves ou exerçant dans le même champ disciplinaire et des personnels
spécialisés, notamment les psychologues scolaires dans les écoles. Les personnels d’éducation y sont
associés. Les enseignants apportent une aide au travail personnel des élèves et en assurent le suivi. Ils
procèdent à leur évaluation. Ils les conseillent dans le choix de leur projet d’orientation avec les personnels
d’éducation et d’orientation ».
C’est là très clairement une ouverture pour les CPE à un domaine qui semblait jusque-là, et y compris
dans la circulaire de 1982, ne pas les intéresser. Cette loi donne donc une légitimité nouvelle pour les
CPE, qui pour une bonne part y étaient déjà entrés, à travailler de manière étroite avec les équipes, les
questions de pédagogies et d’orientation (voir dossiers 9 et 12).

7B. Décret du 11 octobre 1989
Dans cette suite logique, le décret d’application du 11 octobre 1989 « portant sur le statut particulier des
conseillers principaux et conseillers d’éducation » a modifié portant modification du décret n°70‑738 du
12 août 1970, notamment en son article 4, sur deux aspects :
Les CPE « exercent » leurs responsabilités éducatives, et font donc plus que « participer aux responsabilités
éducatives » selon la version antérieure. De plus, l’ouverture sur le terrain pédagogique est confirmée
puisqu’on peut lire : « Ils sont associés aux personnels enseignants pour assurer le suivi individuel des
élèves et procéder à leur évaluation. En collaboration avec les personnels enseignants et d’orientation, ils
contribuent à conseiller les élèves dans le choix de leur projet d’orientation ».

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

21

8. Les évolutions de 1982 à 1992
Si entre 1982 et 1992, aucun texte réglementaire ne vient véritablement transformer le statut et le rôle des
CPE, un certain nombre d’évolutions se font sentir.

8A. Reconnaissance de la fonction
Un certain nombre de pratiques professionnelles nouvelles accompagne les évolutions très fortes du
système éducatif, entraînant une reconnaissance de la fonction : en effet, la massification entraîne des
problématiques inédites sur le terrain de l’échec scolaire, du décrochage, des violences.
Les CE / CPE occupent le terrain et s’adaptent en opérant un recentrage sur certains domaines. L’animation
éducative cède le pas sur le suivi des élèves, en particulier des élèves en difficulté. Les textes de 1989
les y encouragent. C’est dans ces années que les CPE glissent de l’animateur de la vie scolaire (cinéclubs, radios, foyers, délégués, etc.) au repérage, prévention et lutte contre les difficultés scolaires, et
notamment le décrochage.

8B. Création de postes, disparition des CE et 3e pôle
Des postes sont créés et on assiste à la disparition progressive des CE, intégrés au corps des CPE à
partir de 1990-1991. Cela accroît la visibilité du corps. Une formation initiale se met en place dans les
IUFM à partir de 1992. Dans les établissements, cette visibilité se traduit par l’identification d’un service
vie scolaire dont les CPE sont les responsables ou les pilotes. La vie scolaire s’impose comme « le tissu
interstitiel qui soutient l’enseignement »1, comme un troisième pôle à côté du pôle pédagogique et du pôle
dit administratif. De cette manière, les CPE s’émancipent en partie de la Direction.

8C. Le CPE médiateur
Parallèlement, le travail avec les autres acteurs s’intensifie logiquement, en particulier avec les
enseignants. La vision d’un CPE médiateur (y compris dans la gestion des conflits entre adultes et élèves,
ou entre élèves) s’esquisse. L’accent est en effet mis sur l’écoute, le dialogue avec les élèves.

9. Le rapport Caré, IGEN – 1992 – Le péril
d’absorption
En 1992 est publié le rapport Caré de l’Inspection Général de l’Education Nationale (IGEN). Il rend compte
de ses évolutions positives en procédant à un portrait du corps (sur la base d’enquêtes).
Le corps apparaît stabilisé : les CPE « savent ce qu’ils font, pourquoi ils le font et comment ils le font ».
Présents, disponibles, ils privilégient l’écoute, le dialogue et la recherche de solutions viables. Leur relation
est forte avec le public, de sorte qu’ils apparaissent souvent comme des alliés des élèves.
Le corps est parvenu à maturité professionnelle : les CPE ont intégré la nécessité d’une « autorité solide
et clairement située, qui manifeste une compétence, une fermeté de caractère et une volonté d’aide ».

1 Les Conseillers Principaux d’Education, Rémy Régis, Pierre Serazin, Christian Vitali, Paris, Puf, 2000

22 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

Des points de contact sont établis entre les fonctions de direction et d’éducation  : disponibilité,
responsabilité, caractère global des fonctions.
Les CPE sont des «  praticiens de la communication  », dimension consubstantielle à la fonction. Les
modalités de communication en direction des différents acteurs sont variées. Surtout, les CPE apparaissent
comme des pivots, des relais, des charnières, des intermédiaires, des médiateurs voire des tampons. Ils
« mettent le doigt sur tous les dysfonctionnements de l’organisation », et sont « révélateurs de l’état de
santé des autres partenaires ».
Le rapport relève cependant des difficultés voire des crispations persistantes. Ainsi, les CPE sont soumis
à l’urgence du quotidien, ce qui est de nature à favoriser la dispersion et l’usure. Ils doivent donc être en
mesure de faire des choix, de prioriser leurs interventions en fonction de la configuration locale. Ils doivent
aussi s’accorder des temps de recul et de réflexion sur leurs pratiques, via la formation continue. Des
outils d’auto-évaluation sont également à construire.
Le risque de « dérive fusionnelle » avec les élèves et le « péril d’absorption sociale » ne sont pas exclus.
Le confort de travail et l’efficacité professionnelle des CPE sont dépendants du style de direction du chef
d’établissement, de la place qu’il confère à la vie scolaire dans l’établissement, de la connaissance qu’il a
des missions du CPE.
Le rapport aux enseignants n’est pas toujours vécu simplement. L’opposition peut localement perdurer
entre « une profession bien repérée et un métier dont les repères sont à géométrie variable ». D’un côté, il
y aurait la classe, la discipline, le programme… De l’autre, « un texte ouvert qui certes éclaire sa pratique
professionnelle globale, mais le laisse à ses propres ressources pour résoudre ses difficultés ».
Par ailleurs, l’ombre du surveillant général plane toujours : « Le CPE est souvent la roue de secours de
la discipline dans toutes les autres vraies disciplines »1, il est perçu comme celui auquel on fait appel au
moindre problème afin de lui en déléguer la gestion.
Ce n’est d’ailleurs pour le CPE qu’en travaillant à formaliser son action au travers d’un projet qu’il
semble qu’il soit possible pour lui d’échapper à cela et de ne pas se laisser absorber dans des missions
« sécuritaires ». Penser son action et emmener son équipe au travers d’un projet commun pour la vie
scolaire, et pour l’établissement tout entier lui-même, permet de ne pas être cantonner à l’absorption des
urgences quotidiennes en fournissant un cadre de travail réfléchi et concourant à des objectifs clairement
identifiés, dans l’intérêt des élèves (voir dossier 3 sur la politique éducative).

10. Le rapport IGEN 2006 – Le pilotage du
service vie scolaire
Un rapport de l’IGEN paraîtra en 2006 sur l’EPLE et ses missions. Il soulignera que malgré tout, la lutte
contre l’indiscipline et l’absentéisme occupe toujours une part croissante du temps d’activité des CPE,
plus de dix ans après le rapport Caré. Le rapport souligne par conséquence le regret de ne pas voir encore
assez de projets pour la vie scolaire émerger avec une action trop souvent dictée par l’urgence. Par ailleurs,
l’IGEN insiste sur sa volonté de dépasser définitivement la distinction instruction / Education, notamment
à travers la fonction de CPE. De plus, il invite les chefs d’établissement à user plus et mieux encore de la
délégation à l’attention du CPE sur toute une série de missions.

1 « Un silence éloquent », Les Cahiers Pédagogiques, n°415, Clara Mourey, 2003.

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

23

Le rapport précise ensuite un certain nombre de points quant à la question de l’appartenance du CPE à
l’équipe de direction ou non. En effet, la question se trouve avoir été posée de plus en plus régulièrement,
tant la place spécifique du CPE le maintient souvent dans un entre-deux (entre équipes enseignantes et
équipe de direction), pouvant parfois générer des formes de conflit de loyauté ou autre. Le rapport essaie
de répondre à cette question en soulignant combien il semble logique que le CPE, qui n’est pas au sens
strict membre de l’équipe de direction, a toute sa légitimité dans «  l’équipe de direction élargie  » en
tant que membre de droit au conseil d’administration mais aussi personnel d’encadrement de l’équipe
vie scolaire. Ce rôle d’encadrement est renforcé depuis 2003 puisque l’équipe vie scolaire est désormais
recrutée par l’établissement lui-même. Au point que l’on parle désormais auprès du CPE de « chef de
service ». Cette orientation sera confirmée avec la publication de la nouvelle circulaire de missions en août
2015 (voir ci-après et dossier 4).

Cette dernière question - l’appartenance à l’équipe de direction - est symptomatique d’un malentendu,
qui est fortement problématique pour les chefs d’établissement dans leur fonctionnement quotidien,
et ce quelles que soient les qualités fréquemment remarquables des personnels concernés. Ainsi,
l’un des CPE siège au titre des représentants de « l’administration » au conseil d’administration de
l’établissement comme membre de droit, mais un autre peut y être élu comme représentant des
personnels d’enseignement et d’éducation. Comment un CPE, dans ces conditions, pourrait-il trouver
sa vraie place professionnelle dans un établissement où il est par définition (et statut) en permanent
contact avec les enseignants comme avec le chef d’établissement ? C’est cette situation qu’il paraît
nécessaire de régler.
Il convient tout d’abord de prendre en compte la réalité suivante. Le CPE ne fait certes pas partie des
personnels de direction au sens strict ; pour autant il est, de facto, un membre de l’équipe de direction
élargie puisque celle-ci peut comprendre, selon les cas, le chef d’établissement et son adjoint (ou
ses adjoints), le gestionnaire, le directeur de la SEGPA, le chef de travaux. Le CPE est, d’autre part,
un élément de la chaîne hiérarchique entre le chef d’établissement et les personnels éducatifs ; il est
devenu un personnel d’encadrement au sein de l’établissement, et, de ce fait, il est naturellement et
obligatoirement membre à part entière de l’équipe de direction élargie du collège ou du lycée, d’une
manière analogue à celle du gestionnaire. Ce rôle majeur de chef direct des personnels éducatifs,
comme de conseil du chef d’établissement sur les questions éducatives, doit être conforté et établi par
l’institution d’une manière claire à travers un référentiel de métier si l’on entend bien donner au CPE
une légitimité institutionnelle et une visibilité aujourd’hui indispensables. Car le fonctionnement de
l’établissement (et celui afférent de son chef) a grand besoin, à l’évidence et de plus en plus, de cette
évolution, qui doit enfin conduire à un « positionnement » reconnu des CPE.
Extrait de « L’EPLE et ses missions », Rapport IGEN, 2006

Le texte fait mention de la notion de conseil au chef d’établissement. Se dessine ici un nouveau portrait du
CPE, celui de l’expert sur un certain nombre de questions, amené à conseiller le chef d’établissement tout
comme le reste de la communauté éducative.
Enfin, on note que l’IGEN évoque la nécessité de créer un référentiel pour le métier afin de de lui donner
« une légitimité institutionnelle et une visibilité […] indispensables ». Cela semble préfigurer d’une certaine
manière le texte de 2013.

24 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

11. Le référentiel de compétences 2013
En  2013, suite à la réforme des concours de recrutement de l’Education Nationale, une réflexion a été
menée pour publier des référentiels pour la formation initiale des métiers d’enseignants et personnels
d’éducation. Chaque métier dispose donc de son référentiel spécifique, mais aussi d’un référentiel commun
à chacun d’entre eux, ce qui est tout à fait inédit et intéressant dans la démarche et dans ses implications
(voir dossier 12).
Chacune des huit compétences identifiées pour le CPE sont détaillées et nous nous contentons d’en
reprendre simplement ici les grands intitulés :
• C1.  : Organiser les conditions de vie des élèves dans l’établissement, leur sécurité, la qualité de
l’organisation matérielle et la gestion du temps
• C2.  : Garantir, en lien avec les autres personnels, le respect des règles de vie et de droit dans
l’établissement
• C3. : Impulser et coordonner le volet éducatif du projet d’établissement
• C4. : Assurer la responsabilité de l’organisation et de l’animation de l’équipe de vie scolaire
• C5. : Accompagner le parcours de l’élève sur les plans pédagogique et éducatif
• C6. : Accompagner les élèves, notamment dans leur formation à une citoyenneté participative
• C7. : Participer à la construction des parcours des élèves
• C8. : Travailler dans une équipe pédagogique

Notons que ce référentiel n’a pas de valeur de circulaire de missions pour les CPE, mais en tant que
document de cadrage pour la formation initiale, il donne nécessairement une image précise des
évolutions du métier constatées, attendues ou souhaitées par le ministère. Il n’est de ce point de
vue pas étonnant de voir la mention « volet éducatif du projet d’établissement » plutôt que projet vie
scolaire. Le CPE se place très clairement sans une dynamique d’établissement et non simplement
au niveau de son service. Concernant ce dernier, le pilotage de l’équipe est clairement notifié comme
compétence spécifique. Enfin, de manière générale, les frontières entre pédagogique et éducatif sont
gommées pour garantir un travail transversal et légitimer l’action du CPE au sein de toutes les équipes.
Au travers de ce référentiel, on peut voir se dessiner le CPE dont l’action n’est plus spécifiquement et
directement tournée vers les élèves, mais bien un CPE qui sera tout à la fois expert, conseiller, pilote et
initiateur du travail par projet et en équipe.
Par ailleurs, suite aux « Chantiers Métier » initiés par le Ministère de l’Education Nationale avec les
partenaires syndicaux, une nouvelle circulaire de missions sera publiée courant 2015.

12. La circulaire du 10 août 2015
– Texte de référence
La circulaire n°2015-139 du 10-8-2015 relative aux « missions des conseillers principaux d’éducation »
remplace la circulaire de 1982, qui n’a donc plus de valeur juridique. Le décret de 1970 reste quant à lui le
cadre général, cette circulaire en étant une nouvelle application. Ce sont actuellement les deux textes de
référence (décret de 1970 et circulaire de 2015).
Cette nouvelle circulaire peut être lue comme une mise à jour des missions selon d’une part le référentiel
de compétences cité au-dessus et d’autre part les réalités rencontrées par les CPE depuis les trente
dernières années. Cadre d’action et missions tels qu’énoncés dans la précédente circulaire sont cependant
conservés. En effet, dans le préambule, on peut lire quasiment au mot près ce qu’on trouvait déjà dans
la précédente : « L’ensemble des responsabilités exercées par le CPE se situe dans le cadre général de
la « vie scolaire » qui peut se définir ainsi : placer les adolescents dans les meilleures conditions de vie
individuelle et collective, de réussite scolaire et d’épanouissement personnel ». Le ministère propose,

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

25

avec ce nouveau texte, une véritable clarification et une reformulation pertinente des missions des CPE
en y ajoutant quelques nouveaux champs d’actions. Classées en trois domaines, politique éducative de
l’établissement, suivi des élèves et organisation de la vie scolaire, les missions se voient compléter un
quatrième axe intitulé « Les obligations de service ».
Le préambule de cette nouvelle circulaire est particulièrement intéressant puisqu’il met en avant un CPE
au cœur des réalités éducatives, acteur et concepteur de premier ordre pour la définition de la politique
éducative de l’établissement scolaire :

« Fondant leur action sur la connaissance de la situation individuelle et collective des élèves, les CPE participent,
au plus près des réalités scolaires et sociales de l’établissement, à la définition de la politique éducative
portée par le projet d’établissement. Comme tous les membres de la communauté éducative, ils contribuent
à expliciter, faire comprendre et accepter les règles de vie et de droit en vigueur au sein de l’établissement.
Les CPE sont concepteurs de leur activité qui s’exerce sous l’autorité du chef d’établissement en lien avec le
projet d’établissement. Leurs responsabilités se répartissent dans trois domaines : la politique éducative de
l’établissement, le suivi des élèves et l’organisation de la vie scolaire. »
Circulaire n°2015-139 du 10 août 2015 relative aux « Missions des Conseillers Principaux d’Education »

On y lit aussi en creux que si le CPE contribue à expliciter les règles de vie et de droit, ce n’est pas de sa
seule responsabilité mais qu’il la partage bien avec l’ensemble des autres membres de la communauté.
Le CPE n’est bel et bien plus le surveillant général avec cette nouvelle circulaire.
Outre les missions qui seront reprises tout au long de cet ouvrage, il faut noter la volonté de clarifier les
obligations de service qui incombent aux CPE.
Les obligations de service des CPE et les règles relatives au régime d’astreintes des CPE logés par nécessité
absolue de service sont rappelées ci-après.
a) L’organisation du temps de travail des CPE
Les obligations de services des CPE sont définies par le décret n° 2000-815 du 25 août 2000 relatif à
l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l’État et par les arrêtés du
4 septembre 2002 pris pour l’application du décret du 25 août 2000 précité.
Elles s’inscrivent dans le cadre de l’horaire annuel de référence de 1 607 heures, ramené à 1 593 heures par
la prise en compte de 14 heures annuelles au titre des jours dits de fractionnement des congés. Ce volume
horaire se répartit selon un cycle de travail hebdomadaire pendant les 36 semaines de l’année scolaire ainsi
que, dans le cadre de leurs missions, durant une semaine après la sortie des élèves, une semaine avant la
rentrée des élèves et un service de « petites vacances » n’excédant pas une semaine ; pendant ces trois
semaines, les CPE effectuent des tâches qui entrent dans la définition de leurs missions telles qu’elles sont
définies à l’article 4 du décret précité du 12 août 1970.
Durant l’ensemble de ces semaines, la durée hebdomadaire de travail est de 40 heures 40 minutes, dont :
- 35 heures hebdomadaires, inscrites dans leur emploi du temps ;
- 4 heures par semaine, laissées sous leur responsabilité, pour l’organisation de leurs missions ;
- un temps de pause quotidien de 20 minutes non fractionnable pour 6 heures travaillées.
b) L’accomplissement de missions particulières
Les CPE peuvent assurer, avec leur accord, en sus de leurs missions statutaires, des missions particulières
définies par le décret n° 2015-475 du 27 avril 2015 et la circulaire n° 2015-058 du 29 avril 2015. Ils perçoivent
à ce titre une indemnité pour mission particulière conformément aux dispositions précitées.

26 

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

c) Le régime des astreintes des CPE logés par nécessité absolue de service (NAS)
S’agissant des règles relatives au régime d’astreintes des CPE logés par nécessité absolue de service, une
période d’astreinte s’entend comme une période pendant laquelle l’agent, sans être à la disposition permanente
et immédiate de son employeur, a l’obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d’être en
mesure d’intervenir pour effectuer un travail au service de l’administration, la durée de cette intervention
étant considérée comme un temps de travail effectif. Conformément aux dispositions du décret n° 20021146 du 4 septembre 2002 relatif aux astreintes des personnels d’éducation logés par nécessité absolue de
service dans les établissements publics d’enseignement du second degré relevant du ministère de l’éducation
nationale et de son arrêté d’application, les astreintes peuvent être mises en place pour les besoins du
service durant la semaine, la nuit, le samedi, le dimanche ou les jours fériés pour effectuer toutes opérations
permettant d’assurer la sécurité des personnes, des installations, des biens mobiliers et immobiliers. Le temps
d’intervention durant l’astreinte donne lieu à une majoration des heures travaillées au moyen d’un coefficient
multiplicateur de 1,5, soit une heure trente minutes récupérées pour une heure effective d’intervention. Cette
récupération s’opère au plus tard dans le trimestre suivant l’accomplissement de cette intervention sous
réserve des nécessités du service.
Circulaire n°2015-139 du 10 août 2015 relative aux « Missions des Conseillers Principaux d’Education »

Pour aller plus loin…
• Devenir conseiller principal d’éducation*, Bauby Sébastien, Heschung Valérie, Vergès Pierre-Jean, CRDP
de Lorraine, 2012
• Le Conseiller Principal d’Education ; de la vie scolaire à la politique éducative*, Jean-Paul Delahaye, Les
Indispensables, Berger-Levrault, 2015
• De la vie scolaire à la vie de l’élève*, Alain Picquenot et Christian Vitali (coordonné par), CRDP de
Bourgogne, 2007
• Les Conseillers Principaux d’Education, Rémy Régis, Pierre Serazin, Christian Vitali, Paris, Puf, 2000

CNED 

axe

1 : le cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

27

 Dossier 2 
Le Conseiller Principal d’Education,
au service d’une Institution
1. Étude de cas
L’élève A. est inscrit dans un lycée polyvalent de zone rurale. Il réside en France sans papiers depuis un
an et à son arrivée, il a été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance. Placé en foyer jusque-là, il vient
d’avoir 18 ans. L’ASE ne prend plus en charge les jeunes majeurs. Il doit quitter le foyer et n’a aucune
solution d’hébergement. Le chef d’établissement du lycée lui propose une place vacante à l’internat afin
qu’il puisse poursuivre sa scolarité. L’élève accepte mais demande en contrepartie la possibilité d’avoir
un lieu pour faire sa prière. En effet, jusque-là, s’il accepte de « sauter » une première dans la journée
cela lui semble compliqué de ne pas prier non plus le soir, ce qu’il faisait jusqu’alors dans le foyer où
il était hébergé. Le chef d’établissement accepte sa demande afin de s’assurer que l’élève ne soit pas
déscolarisé. Il demande aux CPE de l’établissement de veiller à ce que cette demande exceptionnelle
puisse trouver une suite favorable sans pour autant entrer en contradiction avec le principe de laïcité.
Le lycée ne disposant pas d’aumônerie, la solution retenue est de donner la possibilité à l’élève une fois
tous les autres couchés d’accéder pendant un quart d’heure à la salle de vie de l’internat (foyer) pour
qu’il réalise sa prière à l’abri du regard des autres.
Cette solution est-elle légale ? Le CPE peut-il refuser la demande de son chef d’établissement ? La difficulté
posée aux CPE ici réside dans l’articulation entre application de la laïcité selon la réglementation, devoir de
loyauté envers le chef d’établissement, et déontologie personnelle envers l’élève et sa situation. Du point de
vue de la loi stricte, sans aumônerie, il n’est normalement pas légal d’accéder à une telle demande. Cependant,
le CPE, par loyauté envers son chef d’établissement, doit respecter sa demande dans la mesure où elle ne
semble pas constituer un acte gravement illégal. De plus, le point de vue du chef d’établissement consistant à
vouloir favoriser la scolarisation de cet élève dans une situation précaire semble correspondre aux valeurs et
au positionnement déontologique personnel des CPE. Cependant, la question demeure : n’est-ce pas risquer
de faire entrer une dose d’inégalité de traitement entre les élèves ? Et que faire si le jeune est vu par les autres
élèves en train de faire sa prière de manière organisée par l’établissement ?

2. Les grands principes du système éducatif
français
2A. Liberté de l’enseignement
En France, si seul l’État peut délivrer des diplômes scolaires et universitaires, chacun est libre d’organiser
un enseignement. C’est pourquoi chaque parent peut décider d’inscrire son enfant dans l’établissement
de son choix ou même de le scolariser chez lui (sous certaines conditions).

28 

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

2B. Gratuité
Dès la fin du XIXe siècle et par le biais des lois Ferry, l’école primaire est gratuite. Cela est étendu au
secondaire en  1933. La gratuité est une condition sine qua non pour pouvoir faire respecter un autre
grand principe : l’obligation scolaire. Il semble en effet difficile de demander à des familles de scolariser
obligatoirement leur enfant jusqu’à 16 ans si aucune solution gratuite n’est proposée.
La gratuité recouvre donc l’accès aux établissements publics (EPLE) et aux enseignements, de même
que les manuels jusqu’à la fin du collège. Les services annexes (restauration internat, transports, etc.)
ainsi que les manuels en lycée peuvent revenir à la charge des familles qui, cependant, peuvent bénéficier
d’aides en fonction de critères sociaux.

2C. Neutralité
L’enseignement public doit être neutre. C’est pourquoi la neutralité philosophique, religieuse et politique
est de rigueur et s’impose aux élèves comme aux enseignants.
Les manifestations ou réunions à caractère militant ou autre sont donc interdites dans les établissements,
même si la liberté d’expression peut permettre des débats autour de sujets d’actualité politique par
exemple (voir aussi Dossier 11 sur les droits des élèves).

2D. Laïcité
Le principe de laïcité en matière religieuse est au fondement du système éducatif français depuis la fin du
XIXe siècle. L’enseignement public est laïque depuis les lois du 28 mars 1882 et du 30 octobre 1886. Elles
instaurent l’obligation d’instruction et la laïcité des personnels et des programmes. L’importance de la laïcité
dans les valeurs scolaires républicaines a été accentuée par la loi du 9 décembre 1905 instaurant la laïcité
de l’État.
[…]
La liberté religieuse a conduit à instituer une journée libre par semaine laissant du temps pour l’enseignement
religieux en dehors de l’école.
Source : Ministère de l’éducation nationale
http://www.education.gouv.fr/cid162/les-grands-principes.html

La question de la laïcité traverse le système éducatif français depuis plus d’un siècle. La séparation de
l’Eglise et de l’État semblait trancher de manière simple le problème en renvoyant systématiquement le
religieux au domaine de la vie privée. Cependant, à l’heure d’une société de la diversité, du multiculturalisme,
de la mobilité internationale accrue, etc. le problème semble bien se poser dans de nouveaux termes, et
d’une manière problématique. Les affaires très médiatisées du port du voile à la fin des années  90 a
conduit le ministère à mener une réflexion sur la laïcité et à publier une circulaire en 2004 afin de donner
des éléments d’action concernant l’application des lois de 1882, 1886 et 1905.

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

29

Les éléments essentiels à retenir sont les suivants :
Le respect des croyances des élèves et de leurs parents implique :
• l’absence d’instruction religieuse dans les programmes ;
• la laïcité du personnel ;
• l’interdiction du prosélytisme.
Source : Ministère de l’éducation nationale
http://www.education.gouv.fr/cid162/les-grands-principes.html

Cela signifie notamment que tout port de signe manifestant ostensiblement une appartenance à une
religion ou autre est strictement interdit.
En 2013, le ministère de l’Education Nationale a publié une charte de la laïcité (ci-dessous) à afficher dans
toutes les écoles et établissements scolaires. Le but est de favoriser la communication, les échanges et la
pédagogie autour de la question laïque, en direction des élèves comme des familles. Cette charte doit être
présentée aux élèves (et aux parents) en même temps que le règlement intérieur afin de la leur expliquer
et de pouvoir discuter de chacun des articles. C’est un véritable outil pédagogique qui doit permettre le
dialogue de tous dans le respect de chacun. Les élèves doivent la signer.

30 

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

1 I La France est une République indivisible,

2 I La République laïque organise

laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité
devant la loi, sur l’ensemble de son territoire, de tous
les citoyens. Elle respecte toutes les croyances.

3 I La laïcité garantit la liberté de conscience à

tous. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire.
Elle permet la libre expression de ses convictions,
dans le respect de celles d’autrui et dans les limites
de l’ordre public.

la séparation des religions et de l’État.
L’État est neutre à l’égard des convictions
religieuses ou spirituelles. Il n’y a pas
de religion d’État.

4 I La laïcité permet l'exercice

5 I La République assure

de la citoyenneté, en conciliant
la liberté de chacun avec l’égalité
et la fraternité de tous dans le
souci de l’intérêt général.

dans les établissements
scolaires le respect
de chacun de ces principes.

La Nation confie à l’École la mission de faire partager
aux élèves les valeurs de la République.

6 I La laïcité de l’École offre aux

élèves les conditions pour forger leur
personnalité, exercer leur libre arbitre
et faire l'apprentissage de la
citoyenneté. Elle les protège de tout
prosélytisme et de toute pression
qui les empêcheraient de faire leurs
propres choix.

9 I La laïcité implique le rejet

de toutes les violences et de toutes
les discriminations, garantit l’égalité
entre les filles et les garçons et repose
sur une culture du respect et de la
compréhension de l’autre.

7 I La laïcité assure aux élèves
l’accès à une culture commune
et partagée.

10 I Il appartient à tous les personnels

de transmettre aux élèves le sens et la valeur
de la laïcité, ainsi que des autres principes
fondamentaux de la République. Ils veillent
à leur application dans le cadre scolaire.
Il leur revient de porter la présente charte
à la connaissance des parents d’élèves.

12 I Les enseignements sont laïques. Afin de garantir aux élèves

l’ouverture la plus objective possible à la diversité des visions du monde
ainsi qu’à l’étendue et à la précision des savoirs, aucun sujet n’est a priori
exclu du questionnement scientifique et pédagogique.
Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique
pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au
programme.

8 I La laïcité permet l'exercice

de la liberté d'expression des élèves
dans la limite du bon fonctionnement
de l’École comme du respect des valeurs
républicaines et du pluralisme des
convictions.

11 I Les personnels ont un

devoir de stricte neutralité : ils ne
doivent pas manifester leurs
convictions politiques ou religieuses
dans l’exercice de leurs fonctions.

13 I Nul ne peut se prévaloir

de son appartenance religieuse pour
refuser de se conformer aux règles
applicables dans l'École de la
République.

15 I Par leurs réflexions et leurs activités, les élèves

contribuent à faire vivre la laïcité au sein de leur établissement.

14 I Dans les établissements scolaires publics, les règles de vie
des différents espaces, précisées dans le règlement intérieur,
sont respectueuses de la laïcité. Le port de signes ou tenues par
lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance
religieuse est interdit.

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

31

Les attentats contre le journal satirique « Charlie Hebdo » en janvier 2015 et ceux commis en novembre
2015 à Paris ont par ailleurs conduit le ministère de l’Education Nationale à réaffirmer l’importance d’un
enseignement spécifique sur ces questions. Depuis la rentrée  2014, les futurs enseignants et CPE
disposent d’un module spécifique sur la question de la laïcité dans le cadre de leur formation initiale dans
les ESPE. Les collègues en établissement bénéficient eux aussi de modules de sensibilisation dans le
cadre de la formation continue. Par ailleurs, depuis la rentrée 2015, les élèves se voient proposer, dans le
cadre d’un « Parcours citoyen », un Enseignement Moral et Civique (EMC) visant entre autre à renforcer la
transmission des valeurs républicaines, combattre les discriminations et promouvoir une citoyenneté
éclairée et raisonnée.
Mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines au cœur de la mobilisation de l’École
Mesure 1 : Renforcer la transmission des valeurs de la République
Mesure 2 : Rétablir l’autorité des maîtres et les rites républicains
Mesure 3 : Créer un nouveau parcours éducatif de l’école élémentaire à la terminale : le parcours citoyen
Développer la citoyenneté et la culture de l’engagement avec tous les partenaires de l’École
Mesure 4 : Associer pleinement et développer les temps d’échange avec les parents d’élèves
Mesure 5 : Mobiliser toutes les ressources des territoires
Combattre les inégalités et favoriser la mixité sociale pour renforcer le sentiment d’appartenance dans la
République
Mesure 6 : Engager un chantier prioritaire pour la maîtrise du français
Mesure 7 : Accélérer la mise en œuvre du plan de lutte contre le décrochage
Mesure 8 : Renforcer les actions contre les déterminismes sociaux et territoriaux
Mesure 9 : Une action en faveur des publics les plus fragiles
Mobiliser l’Enseignement supérieur et la Recherche
Mesure 10 : Mobiliser l’Enseignement supérieur et la Recherche pour éclairer la société dans son ensemble
sur les fractures qui la traversent et sur les facteurs de radicalisation
Mesure 11 : Renforcer la responsabilité sociale des établissements d’Enseignement supérieur
Source : http://www.education.gouv.fr/cid85644/onze-mesures-pour-un-grande-mobilisation-de-l-ecole-pour-lesvaleurs-de-la-republique.html

La circulaire de missions d’août 2015 réaffirme le rôle important des CPE sur le champ de la laïcité.
Elle énonce en effet qu’ils « contribuent au respect des principes de neutralité et de laïcité au sein des
établissements et à la lutte contre les discriminations. Dans ce cadre, ils participent à la diffusion et à
l’explicitation des principes énoncés dans la charte de la laïcité à l’école. »
Le CPE doit se saisir de ces outils et temps (charte, enseignement moral et civique) pour travailler les
questions de citoyenneté, de démocratie scolaire, de tolérance, de respect de la différence, de lutte
contre les discriminations et évidemment de laïcité, au travers de séances menées en partenariat avec
les enseignants d’Histoire-Géographie, professeurs documentalistes, principaux, etc. La dimension
pédagogique des missions du CPE est clairement renforcée par ces possibilités qui lui sont données.

2E. Obligation scolaire
Voir dossier 7

2F. La déontologie
Les CPE, comme tout fonctionnaire, sont soumis à un certain nombre de droits et d’obligations qui, bien
plus qu’une simple réglementation, fondent bien souvent une sorte de code déontologique. En effet,
au- delà des obligations de service faites aux fonctionnaires, il s’agit d’adopter une attitude professionnelle

32 

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

exemplaire, combinaison entre discrétion, loyauté, respect de l’Institution, sens de l’innovation, et volonté
d’accomplir au mieux ses missions en accord avec les valeurs de l’Education Nationale.
Nous donnons ci-après les grandes lignes de loi du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits
et obligations des fonctionnaires, qui reprend elle-même les bases posées depuis la loi « Le Pors » de
juillet 1983. Nous ne détaillons pas volontairement certains droits ou obligations car ce n’est pas l’objet
de ce dossier et renvoyons sur ce point à d’autres ouvrages plus spécialisés sur la question. Il est évident
qu’en termes de déontologie, les droits et obligations seuls ne suffisent pas à la forger, et ils doivent être
agrémentés des valeurs individuelles positives dont chacun peut être porteur. Cependant, ils sont un bon
cadre de référence initial à avoir en tête pour savoir comment agir au quotidien.

Fiche : Droits et Obligations du fonctionnaire, cadre pour une déontologie
I - Les droits
1. Liberté d’opinion
Notamment dans les champs politiques, syndicaux, philosophiques ou religieux. Elle se traduit
concrètement par le principe de non-discrimination entre les fonctionnaires en raison de leurs
opinions politiques, syndicales, philosophiques ou religieuses, de leur origine, de leur orientation
sexuelle, de leur âge, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur apparence physique, de leur
sexe, de leur handicap ou de leur appartenance ou non à une ethnie ou une race.
Cette liberté connait des limites. En ce qui concerne la liberté d’expression, l’obligation de neutralité
et le principe de laïcité prévalent dans le service. En dehors du service, la liberté d’expression est le
principe mais les fonctionnaires restent tenus à une certaine réserve afin de satisfaire aux exigences
de la discrétion et du secret professionnel (voir passage sur obligations ci-après).
2. Droit de grève
Le régime de droit commun est que l’agent en grève ne peut être sanctionné. L’administration retient
seulement le traitement afférent à la période de grève en application de la règle du service fait.
Le droit de grève doit néanmoins se concilier avec le principe de continuité du service public, tous
deux étant des principes à valeur constitutionnelle. De fait, sont interdites les grèves tournantes, les
grèves politiques et les grèves « sur le tas ».
3. Droit syndical
Il recouvre la liberté de constituer un syndicat, d’y adhérer et d’y exercer des mandats (et donc d’être
titulaire d’une décharge de service).
4. Droits sociaux
Les fonctionnaires ont droit à des congés : congés annuels, congés maladie, maternité, formation
professionnelle et syndicale.
Les fonctionnaires ont droit à la protection de leur santé.
5. Droit de rémunération après service fait
6. Droit à la protection juridique

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

33

II - Les obligations
1. Obligation d’exécuter ses fonctions
Les fonctionnaires consacrent l’intégralité de leur activité professionnelle aux tâches qui leur sont
confiées et ne peuvent faire exécuter leurs fonctions par une tierce personne, sauf si cette dernière
est légalement qualifiée pour effectuer ce remplacement ou s’il existe une impossibilité matérielle.
2. Obligation d’assurer l’exercice continu de ses fonctions
Principe de continuité du service public
a) Rémunération après service fait.
b) Obligation d’exécuter toutes ses fonctions
Les fonctionnaires doivent exécuter l’ensemble de leurs fonctions et non uniquement par exemple le
temps de présence devant élèves. Cela inclue donc les temps de réunions, commissions, rencontres
avec les parents, participation aux examens, etc.
c) Obligation d’accomplir de façon satisfaisante les missions confiées
Les fonctionnaires sont tenus d’exécuter leurs missions dans le cadre qui est attendu : respect des
règles, modalités particulières, etc.
3. Le devoir d’assurer ses missions conformément aux instructions données par son supérieur
hiérarchique
a) Le principe de loyauté et d’obéissance
L’article  28 de la loi énonce  : «  Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est
responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de
son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature
à compromettre gravement un intérêt public. Il n’est dégagé d’aucune de ses responsabilités par la
responsabilité propre de ses subordonnés ».
Dans le décret de  1985 sur l’EPLE, l’article  8 précise que le chef d’établissement a autorité sur
l’ensemble des personnels affectés ou mis à disposition de l’établissement et fixe le service des
personnels dans le respect des statuts de ce dernier.
Le refus d’obéissance constitue donc une faute et justifie des sanctions disciplinaires adaptées aux
circonstances et aux antécédents de l’agent sauf dans des cas limités : devoir de désobéissance,
illégalité manifeste de l’ordre, harcèlement sexuel, intérêt général compromis par exemple.
Les ordres reçus ne peuvent normalement pas être contestés devant le juge administratif. Il en
va ainsi pour les mesures d’organisation du service qui ne peuvent être contestées, sauf si elles
sont susceptibles de porter atteinte aux droits et aux prérogatives de l’agent, de mettre en cause
l’application de son statut ou d’entraîner une perte d’avantages pécuniaires préjudiciables pour le
déroulement de sa carrière.
A noter que l’exécution d’un ordre illégal exonère l’agent de toute sanction disciplinaire. C’est le
supérieur hiérarchique auteur de l’acte qui peut voir sa responsabilité engagée.
b) Le droit de retrait
Articles L. 238 et suivants du Code du travail (loi 1982) : Tout agent peut « se retirer d’une situation
de travail dont il avait un motif raisonnable de penser qu’elle présentait un danger grave et imminent
pour sa vie ou sa santé ». Le supérieur hiérarchique doit être prévenu. Il ne doit pas créer pour autrui
un danger grave et imminent.
A noter que ce droit de retrait n’est pas applicable aux personnels victimes de violence de la part
d’élèves.

34 

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

4. Le devoir de neutralité
Principe à valeur constitutionnelle qui vaut pour tous les services publics.
Concerne donc l’expression de toutes les convictions, pas seulement religieuses. Interdiction
d’exprimer des préférences politiques  : pas de participation à une campagne électorale ou à sa
préparation durant les heures de service.
La circulaire du 18 mars 2004 sur la laïcité rappelle que les fonctionnaires, « quels que soient leur
fonction et leur statut, sont soumis à un strict devoir de neutralité qui leur interdit le port de tout
signe d’appartenance religieuse, même discret. Ils doivent aussi s’abstenir de toute attitude qui
pourrait être interprétée comme une marque d’adhésion ou au contraire comme une critique à
l’égard d’une croyance particulière ».
5. Le devoir de réserve
Impose aux agents une retenue, y compris en dehors du service, dans la manière d’exprimer des
opinions.
Interdit de proférer des propos injurieux à l’égard du supérieur hiérarchique ou des critiques graves
portant sur le fonctionnement de l’administration.
6. L’obligation de dignité
Il s’agit ici de protéger l’image de l’administration, de ne pas porter atteinte à sa réputation, de ne
pas la déconsidérer. Elle vaut essentiellement dans l’exercice des fonctions mais pas seulement.
Cela passe par exemple par le respect d’une obligation de correction et de dignité, dans sa tenue
vestimentaire, dans ses propos et ses agissements, notamment lors de l’accueil des usagers. Cette
obligation de dignité s’étend en dehors des heures de service. L’agent doit s’abstenir de tout acte
contraire à l’honneur et à la probité. Le comportement ou le mode de vie de l’agent peuvent être pris
en compte.
7. L’obligation de discrétion professionnelle
L’article 26 de loi « Le Pors » dispose que : « Les fonctionnaires doivent faire preuve de discrétion
professionnelle pour tous les faits, informations ou documents dont ils ont connaissance dans
l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions. En dehors des cas expressément prévus par
la réglementation en vigueur, notamment en matière de liberté d’accès aux documents administratifs,
les fonctionnaires ne peuvent être déliés de cette obligation de discrétion professionnelle que par
décision expresse de l’autorité dont ils dépendent ».
8. Secret professionnel
Le même article stipule : « Les fonctionnaires sont tenus au secret professionnel dans le cadre des
règles instituées par le code pénal ».
Dans le cadre scolaire, le secret professionnel doit être entendu comme le fait d’être dépositaire de
renseignements concernant ou intéressant des particuliers et qu’il s’agit de ne pas communiquer,
sauf si des dispositions légales ou des nécessités du service imposent leur communication. C’est
une obligation forte mais non absolue.
Pour mémoire, les médecins scolaires, les assistants sociaux sont quant à eux astreints au secret
professionnel.

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

35

Limites au secret professionnel, introduites par l’application du code pénal :
• Les fonctionnaires ont un devoir d’informer les autorités judiciaires de crimes ou délits commis
ou sur le point d’être commis.
• Il y a obligation à quiconque ayant eu connaissance de privations, de mauvais traitements, ou
d’atteintes sexuelles infligés à un mineur de 15 ans, de transmettre l’information aux autorités.
• Non-assistance à personne en danger.
• De même la protection de l’enfance en danger est un élément qui limite la notion de secret
professionnel. Voir à ce propos la loi du 5  mars  2007, réformant la protection de l’enfance et
introduisant la notion d’informations préoccupantes.
9. Obligation d’impartialité et d’abstention
L’action des fonctionnaires ne peut être motivée que par des considérations impartiales.
A ce titre les fonctionnaires ne peuvent avoir notamment :
• un intérêt personnel dans un dossier ;
• une animosité personnelle à l’égard du destinataire de l’acte ;
• dans le domaine scolaire : en application de ce principe, les textes et la jurisprudence prévoient
des cas où :
-- un membre du conseil de discipline ne peut siéger et doit se faire remplacer ;
-- le chef d’établissement victime des agissements de l’élève peut laisser son adjoint présider
ou le cas échéant présider le conseil sans participer au délibéré ;
-- un parent d’élève, membre du conseil dont l’enfant est traduit devant lui, est remplacé par un
suppléant ;
-- un membre du conseil qui a demandé la comparution de l’élève devant lui est remplacé par
un suppléant. Il peut être convoqué en qualité de témoin ;
-- un élève faisant l’objet d’une procédure disciplinaire en cours ou ayant fait l’objet d’une
exclusion temporaire peut être remplacé ;
-- un représentant élève dont le frère ou la sœur est convoqué(e) devant le conseil de discipline ;
-- un représentant élève sous influence de l’élève traduit ;
-- un membre qui a manifesté une animosité notoire vis-à-vis de l’élève ;
-- etc.
10. L’obligation de surveillance des élèves
11. L’obligation d’information au public
Il y a un devoir de répondre aux parents d’élèves, corrélé au droit pour ces derniers de connaître les
informations contenues dans le dossier de l’élève et les documents administratifs le concernant.

36 

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17

Pour aller plus loin…
• Le Système éducatif français et son administration *, ouvrage collectif, AFAE, Paris, 2011.
• Connaître le système éducatif, Agir en fonctionnaire de l’État de façon éthique et responsable, Yves Bardière,
De Boeck, 2011
• Laïcité 1905-2005, Entre passion et raison*, Jean Baubérot, Paris, Seuil, 2004
• Quelles valeurs partager et transmettre aujourd’hui ?, Abdennour Bidar, Albin Michel, 2016.
• Education et société et politiques, une histoire de l’enseignement en France de  1945 à nos jours*,
Antoine Prost, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points Histoire », 1992
• Les politiques scolaires mises en examen : onze question en débat*, Claude Lelièvre, Paris, ESF, 2008
• École, morale laïque et citoyenneté aujourd’hui, Laurence Loeffel, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires
du Septentrion, 2009
• L’idée républicaine aujourd’hui, Guide républicain*, Ministère de l’Education Nationale, Paris, ScérenCNDP, Delagrave, 2004
• Le système éducatif en France (3e édition)*, Bernard Toulemonde (coordonné par), Paris, La
Documentation Française, 2009
• Pour un enseignement laïque de la morale, Guy Cocq et Eric Favey (dir.), Éditions Privat, Collection
Le Comptoir des Idées, 2015
• La République, ses valeurs, son école, Corpus historique, philosophique et juridique, Textes rassemblés
par Vincent Duclert, Folio Actuel, Gallimard, 2015

CNED 

axe

1 : cpe, histoire et missions – 6-A984-TE-00-17 

37

Axe 2
Le CPE, garant du bon fonctionnement
de l’établissement et du service vie scolaire
 Dossier 3 
Politique éducative, climat scolaire
et conseil à la communauté
1. Étude de cas
En fin d’année scolaire, le principal d’un collège demande au CPE de préparer le bilan vie scolaire
qu’il présentera brièvement au conseil d’administration. Le CPE réunit les données dont il dispose
sur l’assiduité des élèves et sur les punitions données. Les chiffres sont importants et à la hausse
par rapport aux années précédentes. Le CPE en rend compte au chef d’établissement. Ce dernier lui
demande les raisons qui pourraient avoir conduit à cette situation. Le CPE dit avoir constaté que le
climat s’est dégradé au fil des mois et que les élèves semblaient s’être « braqués » contre les adultes
et vivent chaque demande de leur part comme une injustice.
Le chef d’établissement demande au CPE de réfléchir à des pistes d’améliorations possibles pour
pouvoir les présenter en Conseil d’administration.
Comment le CPE peut-il rendre objectivement compte de la dégradation du climat de l’établissement  ?
Pourquoi la demande du chef d’établissement est-elle légitime envers le CPE ? En quoi ce dernier a-t-il une
expertise sur ces questions ?

2. La participation du CPE aux instances
de l’établissement
Les fonctions spécifiques du Conseiller Principal d’Éducation rendent sa présence dans les différentes
instances de l’établissement précieuse. Que sa participation y soit obligatoire (membre de droit) ou choisie
(membre élu ou simple souhait), son apport est essentiel. La circulaire de missions d’août 2015 rappelle
que « les CPE participent aux instances de l’établissement dont ils sont membres de droit (notamment,
les conseils d’administration, conseils de classe, conseils pédagogiques, conseils de discipline). En outre,
ils peuvent, dans certains cas, assister à titre consultatif aux instances dont ils ne sont pas membres. ».

38 

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17

Instance

Le Conseil d’Administration

La Commission Permanente

Le Conseil de Discipline

Qualité
Membre de droit s’il est le seul CPE
de l’établissement ou le plus ancien
s’il y a plusieurs CPE et qu’il ne
s’agit pas d’un lycée professionnel
avec adjoint.
Membre
des
représentants
des personnels enseignants et
d’éducation s’il y a plusieurs CPE,
s’il n’est pas le membre de droit et
est élu.
Membre seulement s’il est membre
élu au CA en tant que représentant
des personnels enseignants et
d’éducation (et non membre de
droit).
Membre de droit ou élu s’il est
membre du CA, ou sur désignation
du chef d’établissement.

Rôle
Donne son avis et participe aux votes
relatifs à toutes les questions de
fonctionnement de l’établissement
sur le plan pédagogique, matériel
ou autre.
Présente et répond aux questions
sur les dossiers concernant la vie
scolaire.

Idem

Donne son avis et participe aux
votes.
Cherche à expliciter la situation pour
chacun des membres présents.
Voir dossier 8

La Commission Hygiène et Sécurité

Membre de droit ou élu s’il est
membre du CA.

Examine comme tous les autres
membres les conditions de travail
des personnels et des élèves
(uniquement dans les lycées
technologiques, professionnels et
collèges équipés d’ateliers).
Formule des propositions pour
contribuer à l’éducation à la
citoyenneté et à la santé.

Le Comité d’Education à la Santé
et à la Citoyenneté

Membre volontaire, représentant
des personnels d’éducation, après
validation du CA.

Prévenir
les
discriminations

violences

Instaurer une relation
familles de confiance.

et
école-

Voir dossiers 9, 10 et 13

Le Conseil de Classe

Membre de droit.

Dans le cadre du suivi d’élèves et
de classe, s’informe de la situation
et des résultats des élèves et donne
des éléments de compréhension de
leurs difficultés.
Voir dossier 12

La Commission Educative

Représentant des personnels de
l’établissement, sur désignation du
chef d’établissement et validation
du CA.

Comme les autres membres,
cherche à formuler des propositions
d’aide pour l’élève en difficulté.
Voir dossier 8
Rôle consultatif comme les autres
membres du personnel.

Le Conseil de Vie Lycéenne

Représentant des personnels s’il le
souhaite.

Favorise
l’émergence
et
la
réalisation des projets des élèves
en les aidant à la préparation des
dossiers, recueillant leur parole et
les conseillant sur les procédures.
Voir dossier 11

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17 

39

3. Le CPE, expert et conseiller pour
une politique éducative en établissement
Chaque EPLE doit se doter, sous l’impulsion du chef d’établissement, d’un projet conçu par l’ensemble de
la communauté éducative. Le Conseiller Principal d’Education, de fait, doit donc s’impliquer dans sa
rédaction.

Projet d’établissement
En liaison avec l’action pédagogique, l’action éducative s’inscrit dans le projet d’établissement, élément
fédérateur de la politique globale de l’établissement.
Outre la définition des modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux
en matière pédagogique, le projet d’établissement met en cohérence, en les portant à l’information de tous,
un ensemble de dispositions qui participent d’une politique éducative d’établissement :










l’accueil et l’information des parents ;
l’orientation ;
la politique documentaire ;
le suivi individualisé des élèves ;
l’ouverture sur l’environnement économique, culturel et social ;
l’ouverture européenne et internationale ;
l’éducation à la santé ;
l’éducation à la citoyenneté ;
l’éducation à l’environnement pour un développement durable.
Source : Eduscol, Ministère de l’Education Nationale
http://eduscol.education.fr/cid47770/projet-etablissement.html

L’expertise du CPE doit de se porter sur un champ particulier du projet d’établissement : le volet éducatif.
Il s’agit d’impulser d’une véritable politique éducative.
Qu’entend-on par cette expression ?
« La politique éducative de l’établissement concerne toute la communauté éducative et sa mise en œuvre
doit être prise en charge par l’ensemble des personnels de l’établissement. Le projet d’établissement en fixe
les priorités à partir d’un diagnostic partagé qui tient compte de la diversité des contextes. Les objectifs des
politiques pédagogique et éducative doivent s’articuler de façon cohérente dans le projet d’établissement.
Les principaux objectifs d’une politique éducative d’établissement doivent permettre aux élèves :
• de s’approprier les règles de vie collective ;
• de se préparer à exercer leur citoyenneté ;
• de se comporter de manière plus autonome et de prendre des initiatives ;
• de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle. »
Circulaire n° 2015-139 du 10-8-2015 relative aux « Missions des Conseillers Principaux d’Education »

Avant même que ne soit retenue cette notion de politique éducative, on demandait aux CPE de rédiger un
projet de vie scolaire (à ne pas confondre avec le projet du service vie scolaire seul). La nouvelle appellation
de « politique éducative » permet en tout état de cause de ne pas restreindre cet axe à la seule compétence

40 

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17

du CPE. Cependant, si la politique éducative concerne tous les personnels, il n’en reste pas moins que le
CPE en est un acteur majeur. En effet, il est souvent désigné comme celui qui va impulser la rédaction de
cet axe spécifique du projet d’établissement, puis veiller à sa bonne mise en œuvre.

« Les CPE participent à l’élaboration de la politique éducative de l’établissement. À ce titre, ils contribuent
à la mise en œuvre et au suivi du volet éducatif du projet d’établissement. Lorsque l’établissement dispose
d’un internat, le CPE veille à ce que le projet éducatif contribue à la réussite et au bien-être des élèves qui
le fréquentent.»
Circulaire n° 2015-139 du 10-8-2015 relative aux « Missions des Conseillers Principaux d’Education »

Déjà en 2011, dans un rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale de mai 2011, Pierre Saget
écrivait à juste titre que :
Les CPE contribuent à la définition, au pilotage et au suivi de la politique éducative de l’établissement.
Conformément à la circulaire du  28  octobre  1982, leurs responsabilités s’inscrivent et doivent être
assurées « dans la perspective de la mission éducative de l’établissement » et « dans le cadre global du
projet d’établissement ». Les CPE ont pour mission de piloter le service de la vie scolaire, celui-ci étant une
composante essentielle mais non exclusive de la politique éducative. Ils conseillent le chef d’établissement
et l’équipe de direction ainsi que l’ensemble de la communauté éducative dans le domaine de la politique
éducative dont ils contribuent à garantir la continuité, la cohérence et la pertinence. Les CPE assurent, avec
les autres personnels, le respect des règles de vie et du droit dans l’établissement ainsi que le suivi des
élèves.
Principe pour l’élaboration d’une politique éducative d’établissement, rapport IGEN, mai 2011

Le référentiel de compétences des CPE de juillet  2013 éclaire la manière dont on attend que les CPE
procèdent sur cette question :

C 3. Impulser et coordonner le volet éducatif du projet d’établissement
• Recueillir et communiquer les informations permettant de suivre l’assiduité des élèves et de lutter contre
l’absentéisme.
• Contribuer au repérage des incivilités, des formes de violence et de harcèlement, et à la mise en œuvre
de mesures qui permettent de les faire cesser avec le concours des équipes pédagogiques et éducatives.
• Élaborer et mettre en œuvre des démarches de prévention et connaître les missions des partenaires de
l’établissement pour la lutte contre la violence et l’éducation à la santé (CESC).
• Conseiller le chef d’établissement et le gestionnaire sur l’aménagement et l’équipement des espaces,
afin de permettre l’installation de conditions de vie et de travail qui participent à la sérénité du climat
scolaire.
• Contribuer activement au développement de l’animation socio-éducative et à la mise en œuvre d’une
politique de formation à la responsabilité dans le cadre du projet d’établissement.
Référentiel de compétences spécifiques aux CPE, juillet 2013

Il s’agit réellement de se doter d’outils de diagnostic pour pouvoir par la suite œuvrer à la mise en place de
démarches, protocoles ou actions en faveur d’une politique éducative au service de la réussite des élèves.
On le voit, le CPE est positionné comme un expert dans un certain nombre de domaines liés à l’éducatif.
Cette position fait de lui tout à la fois la personne qui va pouvoir agir concrètement sur les problématiques
éducatives (et sur le climat scolaire, comme nous le verrons ensuite), mais aussi celui qui va pouvoir
initier une réflexion autour de celles-ci ou encore conseiller la communauté pour leur prise en charge.
Cette triple position du CPE (acteur, initiateur de la réflexion et conseiller) traversera en creux tout notre
ouvrage tant elle exprime la richesse et les multiples facettes de la fonction.

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17 

41

4. Le climat scolaire
De fait, agir sur la politique éducative de l’établissement, c’est peut-être d’abord agir sur le climat scolaire.
Lorsqu’une réflexion est menée sur le climat de l’établissement et que l’on cherche à le rendre serein et
propice aux apprentissages et à l’autonomie, c’est déjà définir une politique éducative.
Quelle définition pour le climat scolaire  ? Le psychologue et professeur d’université Jonathan Cohen,
membre du National School Climate Council écrit en  2007 que «  le climat scolaire est basé sur les
expériences des membres de la communauté scolaire et reflète les normes, les objectifs, les valeurs, les
relations interpersonnelles, l’enseignement, l’apprentissage, les pratiques de leadership et les structures
organisationnelles qui composent la vie de l’établissement ».
Pouvoir analyser, diagnostiquer le climat scolaire d’un établissement suppose de s’être doté d’une série
d’indicateurs objectifs et fiables. Olivier Cosnefroy, maître de conférences, identifie cinq grands domaines
liés au climat scolaire1 :
• Ordre, sécurité et discipline
• Relations sociales
• Equipements de l’établissement
• Sentiment d’appartenance et engagement
• Résultats académiques et enseignement
Chacun de ces domaines peut se détailler en de nombreux indicateurs précis (nombre de punitions,
propreté de l’établissement, taux de participation aux instances élèves, etc.). C’est en les analysant
et les questionnant que l’on pourra remettre en question les pratiques et permettre des propositions
d’amélioration. Si un diagnostic intégral du climat scolaire ne pourrait être réalisé par le seul CPE, il
semble bien que bon nombre de points concernent assez directement ses missions et qu’il est important
pour lui d’avoir ce regard critique. La circulaire de missions d’août 2015 rend compte de cela de manière
synthétique :
b) Contribuer à la qualité du climat scolaire
Les CPE sont responsables de l’organisation et de l’animation de l’équipe de vie scolaire. Ils encadrent
cette équipe et organisent son activité en vue d’assurer, avec le concours de l’ensemble de la communauté
éducative, l’animation et l’encadrement éducatifs, la sécurité des élèves et le suivi de l’absentéisme et en vue
d’apporter une aide au travail personnel des élèves. Ils contribuent à l’élaboration du diagnostic de sécurité.
Ils participent à la prévention et à la lutte contre toutes formes de discrimination, d’incivilité, de violence et
de harcèlement.
Ils participent à l’élaboration du règlement intérieur et veillent, au même titre que tous, au respect des
règles de vie et de droit dans l’établissement. Ils conseillent l’équipe éducative et le chef d’établissement
dans l’appréciation des mesures éducatives et de réparation ainsi que dans l’appréciation des sanctions
disciplinaires.
Les CPE ont également un rôle dans la prévention et la gestion des conflits. Ils agissent en privilégiant
le dialogue et la médiation dans une perspective éducative. Ils promeuvent une approche réparatrice des
sanctions. Ils contribuent à la qualité du climat scolaire qui garantit des conditions optimales pour les
apprentissages et la vie collective de l’établissement.
Circulaire n° 2015-139 du 10-8-2015 relative aux « Missions des Conseillers Principaux d’Education »

Le présent ouvrage propose sur différents points et de manière transversale des outils et grilles de lecture
permettant au CPE ou futur CPE d’ajuster sa pratique afin de la rendre cohérente avec la recherche d’un
climat scolaire serein. Ainsi, par exemple, le dossier 5 propose un questionnement pour définir et vérifier
qu’une règle est bonne. Il faut entendre par là que la règle n’est pas vécue comme injuste par les élèves,
le sentiment d’injustice étant très clairement facteur de dégradation du climat de l’établissement.

1 « Le climat scolaire, objet de recherche », La revue de la vie scolaire n°191, Olivier Cosnefroy, mars 2014

42 

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17

Une attention toute particulière doit être portée aux questions d’architectures et d’espace de vie scolaire.
L’enquête2 de F. et JL. Durpaire souligne « que le sujet des « espaces de vie scolaire » intéresse au plus
haut point les acteurs que sont les CPE, les professeurs documentalistes et les personnels de direction,
l’ensemble de ces personnels ayant une vision très large de la vie de l’établissement scolaire ». Les
auteurs concluent que :
« Transformer l’architecture scolaire doit permettre de faire émerger une nouvelle pédagogie - la pédagogie
du savoir-relation - qui reposerait sur trois fondamentaux :
• L’individuation : l’attention à chacun permet de créer une combinaison de lieux d’apprentissage
(maison, terrain, école, ordinateur, etc.) complémentaire et adaptée à la personnalité de l’enfant.
• La dynamisation : l’accent est mis sur l’activité des apprenants et la motivation de tous les acteurs
participants à l’éducation, ainsi que sur la confiance réciproque.
• L’humanisation : le numérique invite précisément à une alternance des temps avec et hors machine, et
à une réflexion sur les moments et les modalités de la présence physique (en groupe classe, en petits
groupes, en suivi personnel). »
Nous renvoyons à la lecture intégrale de ce dossier (https://edso.revues.org/1939) riche en exemples et
témoignages permettant d’amorcer une réflexion innovante sur la question des espaces scolaires.

Pour aller plus loin…







Agir sur le climat scolaire en collège et en lycée, Guide, Ministère de l’Education Nationale, CNDP, 2014
Site « Climat Scolaire » : http://www.reseau-canope.fr/climatscolaire/
La pluie et le beau temps ?!, Revue de la vie scolaire n°191, ANCPE, mars 2014
Le climat scolaire, Cahiers Pédagogiques n°523, CRAP, septembre 2015
Apprendre et vivre à l’école, une question de climat scolaire ? La revue FOEVEN n°169, 2015
Le climat scolaire, pour une école bientraitante, Marie-Odile Le Masson, Éditions Chronique Sociale,
2014

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17 

43

 Dossier 4 
Le pilotage du service vie scolaire
1. Étude de cas
Durant l’année scolaire, un conflit éclate au sein de l’équipe vie scolaire de ce grand lycée polyvalent
de zone rurale. L’équipe est scindée en deux : ceux qui travaillent en début de semaine et ceux qui
travaillent en fin de semaine. Les derniers reprochant aux premiers de ne pas bien travailler, les
laissant avec une masse de travail trop conséquente à gérer. L’équipe du début de semaine quant
à elle se plaint du manque d’informations laissées pour débuter la nouvelle semaine par ceux qui
l’ont terminée : professeurs absents prévisibles, documents à distribuer, élèves à convoquer, etc. Les
informations ne passent pas.
Par ailleurs, un conflit supplémentaire éclate entre deux assistantes d’éducation plus particulièrement
autour de problèmes liés à une élève interne. La première, une assistante d’éducation de  24  ans,
étudiante, a l’impression que la seconde, une ancienne ATSEM en école maternelle, 46 ans, mère de
deux enfants, est un peu trop dans une relation maternante et protectrice avec elle, la décrédibilisant
quand elle pense qu’il faudrait être plus recadrant.
Les Conseillers Principaux d’Education de l’établissement tentent de réunir toute l’équipe mais c’est
un échec. Le choix de la date, un vendredi, entraîne l’absence d’une grande partie de l’équipe du début
de semaine. Par ailleurs, lors de la réunion, le conflit des deux assistantes d’éducation rejaillit et
monopolise les discussions plutôt qu’une réflexion sur le fonctionnement de l’équipe.
Qu’aurait pu mettre en place les CPE de cet établissement pour éviter la scission de l’équipe en deux grands
blocs ? Le choix d’une réunion dans ce contexte, et notamment au regard du confit entre les deux assistantes
d’éducation à titre individuel, est-il bon ? Est-il normal d’avoir recruté une assistante d’éducation de 46 ans ?

2. L’équipe vie scolaire et sa gestion
L’équipe est variable selon les établissements et supposera un positionnement adapté du CPE en fonction
du contexte et du profil de chacun. En effet, être le chef de service d’une équipe de 4 assistants d’éducation
à temps plein d’un petit collège ne fait pas jouer les mêmes ressorts que lorsque l’on dirige une équipe de
11 assistants d’éducation, 2 assistants pédagogiques et 3 contrats uniques d’insertion, à plusieurs CPE.

C 4. Assurer la responsabilité de l’organisation et de l’animation de l’équipe de vie scolaire
• Organiser les activités et les emplois du temps des personnels de la vie scolaire dans un souci de
continuité, de cohérence et d’efficacité du service.
• Préparer et conduire les réunions de coordination et d’organisation de l’équipe et en formaliser les
conclusions.
• Évaluer les besoins de formation des membres de l’équipe et proposer des formations.
Référentiel de compétences spécifiques des CPE, juillet 2013

44 

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17

L’une des particularités des équipes vie scolaire est leur composition. En effet, se côtoient souvent différents
types de contrats : les assistants d’éducation en poste pour une durée maximale de deux ans renouvelables
trois fois (six ans au total), les assistants pédagogiques au statut similaire mais aux fonctions différentes,
les contrats d’aide au retour à l’emploi ou à l’insertion (contrats CUI d’un an renouvelable trois fois), etc.
Par ailleurs les profils peuvent varier énormément : étudiants se destinant à préparer les concours de
recrutement de l’Education Nationale, anciens chômeurs en projet de réinsertion professionnelle, jeunes
bacheliers non étudiants et sans projet professionnel, etc. L’une des tâches du CPE consistera à tirer parti
des compétences et profil de chacun dans l’intérêt d’un projet collectif commun pour la vie scolaire. Cette
hétérogénéité, si elle peut être une difficulté (décalages générationnels, culturels, etc.), peut aussi dans
le même temps représenter une richesse pour les élèves qui trouveront là de multiples interlocuteurs.
De même, chacun des membres de l’équipe pourra potentiellement proposer, au-delà de ses missions
traditionnelles, des apports personnels dans l’animation éducative par exemple : animation de clubs en
fonction des centres d’intérêt, etc.

3. Notions de gestion et de management
Selon les termes de la circulaire de missions de 2015, et « Dans le cadre du volet éducatif du projet
d’établissement qu’ils élaborent avec l’ensemble des membres de la communauté scolaire, les CPE
précisent les tâches et les emplois du temps de chaque membre de l’équipe de vie scolaire dans un souci
de continuité, de cohérence et d’efficacité du service à rendre mais aussi dans le respect des personnes et
des règles régissant leurs conditions d’exercice. Ils repèrent les besoins de formation de ces personnels
et proposent des actions de formation au chef d’établissement. Ils peuvent contribuer à leur évaluation ».
C’est à ce titre qu’on peut dire du CPE qu’il est chef de service et doit donc développer des compétences
spécifiques en gestion d’équipe. On dit de lui aussi qu’il est « pilote » du service, ou encore qu’il en est
le manager. Les termes sont nombreux mais l’idée est commune. Le CPE est celui qui dirige son équipe
autour d’un projet commun.
Il faut donc avoir en tête quelques notions autour du « management » ou « pilotage » si l’on retient l’une
ou l’autre de ces acceptations.
Qu’est-ce que piloter ? C’est tout à la fois guider, diriger, conduire et accompagner.
• Guider  : c’est montrer le chemin à suivre. En d’autres termes, c’est conseiller et savoir identifier,
expliquer et faire comprendre ce qui doit servir de principe directeur à l’équipe et chacun de ses
membres. Cela suppose d’être reconnu comme référence ou autorité compétente sur la question.
• Diriger : c’est avoir la responsabilité du fonctionnement de l’équipe et garantir que l’orientation, le
chemin choisi est bien respecté. C’est la fonction classique de « chef ».
• Conduire : c’est mener son équipe à la destination choisie, savoir emmener quelqu’un d’un point A à
un point B. Il y a une idée de conséquence. Partir d’un constat / diagnostic qui « conduit à » opter pour
telle ou telle décision.
• Accompagner : c’est tout à la fois « aller avec » son équipe, la suivre de manière régulière, mais aussi
parfois l’aider. C’est donc aussi ici le rôle de soutien et de « formateur » potentiel du CPE qui est en jeu.
Etre chef de service ne s’improvise pas et il faut savoir travailler des compétences toutes spécifiques. Le
CPE doit donc en tant que « manager » absolument privilégier une attitude ouverte. C’est-à-dire :
• respecter chacun ;
• savoir encourager et valoriser les membres de l’équipe ;
• savoir prendre des décisions ;
• savoir déléguer pour être plus efficace (voir ci-après) ;
• savoir refuser des demandes, en expliquant les raisons ;
• ne pas éviter les situations de conflit, et savoir les résoudre en les régulant ;
• être maître de soi et rester franc.
C’est en développant ces compétences que l’on peut effectivement inspirer la confiance envers les
membres de son équipe et faire reconnaître son autorité.

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17 

45

4. Recruter et accueillir, former
4A. Le recrutement des Assistants d’éducation
Le chef d’établissement, en tant qu’employeur est amené à recruter l’équipe d’assistants d’éducation. Le
Conseiller Principal d’Education est associé à ces opérations en tant que chef du service vie scolaire. Il est
donc utile pour lui d’avoir connaissance des textes régissant ceux-ci. De la même façon, le recrutement
devra nécessairement être orienté en fonction des besoins du service. Il s’agira donc de savoir les identifier
afin d’effectuer un recrutement « profilé ».

Contrats
La circulaire n°2003-092 du 11 juin 2003 relative aux « Assistants d’éducation » est le cadre de référence.
Il rappelle qu’ils sont recrutés pour une durée de deux ans maximum, renouvelable trois fois (jusqu’à six
ans) et doivent être titulaires du baccalauréat. Ils doivent effectuer un service de 1607 heures annualisées
et réparties sur 39 semaines (dont 36 semaines devant élèves). La circulaire donne des éléments de calcul
pour un service hebdomadaire.

Les obligations de service hebdomadaire sont établies conformément à l’article 3 du décret n° 2000-815 du
25 août 2000 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l’État.
Le temps de travail des assistants d’éducation est conforme à la durée annuelle de 1600 heures fixée par
le décret n°2000-815 du 25 août 2000 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la
fonction publique de l’État. La répartition dans l’année et dans la semaine des obligations de service est
précisée par le contrat, dans le cadre annuel prévu par le premier alinéa de l’article 2 du décret du 6 juin 2003.
Ainsi, les assistants d’éducation exercent sur une période d’une durée minimale de trente-neuf semaines et
d’une durée maximale de quarante-cinq semaines.
Le service des assistants d’éducation est organisé compte tenu du crédit d’heures qui leur est attribué (les
modalités et conditions d’attribution du crédit d’heures sont rappelées au §III-5-2).
l. Exemples
Exemple 1 : assistant d’éducation étudiant exerçant des fonctions de surveillance : il accomplit son service
pendant les 36 semaines de l’année scolaire, ainsi qu’une semaine après la sortie, une semaine avant la
rentrée, et une semaine pendant les petites vacances, soit 39 semaines par an : 
• Pour un service à plein temps, il peut bénéficier d’un crédit de 200  heures par an. Son service
hebdomadaire est alors en moyenne de 35h30 par semaine ;
• Pour un service à mi-temps, il peut bénéficier d’un crédit de 100 heures par an : il exerce 17h45 par
semaine.
Exemple 2 : assistant d’éducation exerçant son service pendant 45 semaines : 
• Pour un service à plein temps, il peut bénéficier d’un crédit de 200  heures par an ; son service
hebdomadaire est alors en moyenne de 30h45 par semaine ;
• Pour un service à mi-temps, il peut bénéficier d’un crédit de 100 heures par an : il exerce 15h20 par
semaine.
Il est précisé que, conformément au deuxième alinéa de l’article 2 du décret du 6 juin 2003, le service de nuit
des personnels assurant des fonctions d’internat, qui s’étend de l’heure de coucher à l’heure de lever des
élèves fixées par le règlement intérieur de l’établissement, est décompté forfaitairement pour trois heures.
Circulaire n°2003-092 du 11 juin 2003 relative aux « Assistants d’éducation »

46 

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17

La circulaire du 11  juin  2003 précise que, sous l’autorité du chef d’établissement, qui s’appuie sur les
équipes éducatives, les assistants d’éducation participent à l’encadrement et au suivi éducatif des élèves,
par exemple :
• les fonctions de surveillance des élèves, y compris pendant le service de restauration et en service
d’internat ;
• l’encadrement des sorties scolaires ;
• l’accès aux nouvelles technologies ;
• l’appui aux documentalistes ;
• l’encadrement et l’animation des activités du foyer socio-éducatif et de la maison des lycéens ;
• l’aide à l’étude et aux devoirs ;
• l’aide à l’animation des élèves internes hors temps scolaire ;
• l’aide aux dispositifs collectifs d’intégration des élèves handicapés ;
• la participation au dispositif Ecole ouverte.
Le décret du 4 avril 2008 élargit les fonctions des AED, en intégrant la participation à des activités artistiques
complémentaires aux enseignements et à l’accompagnement éducatif par le biais de l’aide aux devoirs et
leçons.
Le décret prévoit que les assistants d’éducation justifiant d’un diplôme sanctionnant deux années d’études
après le baccalauréat peuvent assurer les missions d’appui aux personnels enseignants dévolues aux
assistants pédagogiques. Ces derniers effectuent un service équivalent répartis sur 36 semaines uniquement
et peuvent bénéficier d’une décharge horaire hebdomadaire accordée par le chef d’établissement pour
préparer les séances qu’ils seraient amenés à prendre en charge.
Dans les deux cas, ils peuvent en outre bénéficier d’un crédit de 200 heures de formation annuelles (pour
un temps plein) s’ils sont étudiants ou inscrits dans tout type de formation et qu’ils peuvent en fournir la
preuve.

Profiler
Afin d’effectuer un recrutement efficace, voire utile pour le service, le CPE doit pouvoir établir un diagnostic
de ses besoins. Il s’agit donc d’analyser les manques du service au regard de l’équipe déjà constituée, pour
pouvoir établir une fiche de poste. En effet, dans une équipe, on doit être capable d’identifier les points
forts de chacun mais aussi les « vides » laissés. Par ailleurs, dans certains établissements, il peut être
utile de décider de «  spécialiser  » un peu les missions des AED en les plaçant plus particulièrement,
avec leur accord, sur des domaines qu’ils maîtrisent mieux. Évidemment, chacun doit rester polyvalent et
compétent pour l’ensemble des missions inhérentes à leur fonction (ce qui sera précieux en cas d’absence
d’un AED), mais dans le même temps permettre à tous d’exploiter au mieux leurs savoir-faire, ne peut
être qu’un gage de qualité pour le service et de bien-être pour le personnel qui se sent à la bonne place
et utile. La fiche de poste créée sera le document de référence pour le recrutement. En effet, pratiquer un
recrutement sans en avoir établi auparavant peut avoir des conséquences lourdes pour le fonctionnement
du service, ou a minima revenir à se priver de compétences qui auraient pu représenter une plus-value réelle
pour l’établissement. Elle synthétisera donc les principales missions et tâches du poste, les conditions
générales d’exercice, mais aussi le profil du candidat idéal, les compétences et qualités nécessaires, etc.
Il est évident que ce profilage de poste ne doit pas s’inscrire dans une politique discriminatoire et illégale.

Recruter
Le recrutement ne doit pas s’improviser. Un entretien d’embauche se prépare et se déroule dans des
conditions très formalisées. Le chef d’établissement en tant qu’employeur mène de fait l’entretien et le
CPE doit nécessairement s’y associer. L’entretien doit avoir lieu dans un endroit adapté, le plus souvent,
le bureau du chef d’établissement, à défaut, une salle de taille modeste et neutre. La durée de l’entretien
ne devrait pas excéder une heure et alterner un temps de présentation du candidat, des questions sur le
candidat, son parcours, ses motivations, et des questions de mise en situation professionnelle.

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17 

47

Par ailleurs, il est important de se doter d’un outil objectif d’évaluation des candidats. En effet, afin de
pouvoir prioriser les demandes, il s’agit de pouvoir comparer finement et le plus objectivement possible
l’entretien de chacun. La grille devra être construite en fonction du contenu de la fiche de poste. Elle
permettra de visualiser les principales compétences recherchées, mais aussi d’avoir une trace écrite
de l’entretien qui a été réalisé. En effet, lorsque plusieurs candidats se succèdent, elles permettront un
classement plus précis que la seule mémoire de leur passage.
Nous reproduisons ci-après avec leur aimable autorisation un exemple de grille d’évaluation construit par
des collègues de l’académie de Dijon en groupe de travail.

48 

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17

Grille de recrutement des AED (évaluation des candidats reçus en entretien)

CNED 

axe

2 : le cpe, garant du bon fonctionnement de l’établissement et du service vie scolaire – 6-A984-TE-00-17 

49


Documents similaires


Fichier PDF ue42 cm4mlp
Fichier PDF chef de service educatif 2011 1
Fichier PDF appel a candidature reussite educative animateur
Fichier PDF dossier inscription cetl 2015
Fichier PDF compte rendu entretien du 10 avril 2017 evs aesh
Fichier PDF circulaire cpe 2015 menh1517711c


Sur le même sujet..