HERMENEUTIQUE ANGE OMBOLO .pdf



Nom original: HERMENEUTIQUE ANGE OMBOLO.pdf
Titre: Microsoft Word - HERMENEUTIQUE ANGE OMBOLO
Auteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PrimoPDF http://www.primopdf.com / Nitro PDF PrimoPDF, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/07/2018 à 20:31, depuis l'adresse IP 154.72.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 242 fois.
Taille du document: 194 Ko (15 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


De l’Herméneutique
« Comprends-tu ce que tu
lis ? […]. Comment le pourraisje, si quelqu’un ne me guide ? »
(Actes 8 :30-31).

1

Visitez et consultez également notre site ainsi que notre chaine de télé internet et
écrivezécrivez-nous ou appelez aux adresses suivantes :
Site Internet : https://www.wmaker.net/jesuschristcep/
YOUTUBE : ANGE OMBOLO TV
E-mail : anomta@yahoo.fr
Tél. : (237) 695586242 ou (237) 675520729

2

Table des matières
Pages
Livre Premier : De l’Herméneutique ………...……...……………...……….………….4
Livre Deuxième: Le Principe de la Double Référence ou La Clef de l’Ecriture……...10

3

Livre
Premier

4

De l’Herméneutique
Par Ange OMBOLO

« Comprends-tu ce que tu lis ? […]. Comment le pourrais-je, si quelqu’un ne
me guide ? » (Actes 8 :30-31). La question de Philippe au Ministre de la Reine
d’Éthiopie, et la réponse de celui-ci rappellent à tout lecteur de la Parole de Dieu
qu’il ne suffit pas de simplement la lire. Le contenu profond des textes et leur
teneur spirituelle doivent être compris. C’est dire qu’il faut les interpréter. Et
c’est là tout l’objet de l’Herméneutique.
L’herméneutique est l’art de lire la Bible. C’est le schéma complet et le
processus intégral de l’interprétation et de la compréhension du message
biblique. C’est « le cercle essentiel » qui lie le lecteur et le texte biblique pour
une bonne compréhension de la Parole de Dieu, « mystérieuse et cachée » (1
Corinthiens 2 :7), véritable puzzle, - et en dehors duquel toute lecture de
l’Écriture est erronée, vaine, inutile et susceptible de produire l’effet d’un
poison. C’est l’ensemble des clefs d’interprétation de la Bible, que nous
pouvons synthétiser comme suit en treize points:
- Le principe de l’inspiration et de l’autorité de la Bible, - lequel reconnaît
la Bible comme la Parole de Dieu infaillible et obéissant à un dessein divin ;
- Le principe de la transcendance et de la souveraineté absolue et sans
limitation de Dieu dans Son monde qu’Il a créé par Son intelligence, Sa
science, Sa sagesse infiniment variée, Sa volonté parfaite, Sa justice infaillible et
Sa toute-puissance ;
- Le principe du néant de la créature et de l’Homme face à la majesté divine ;
- Le principe du Christocentrisme de l’Écriture et de l’Histoire ;
- Le principe de l’élection de la grâce et du choix discrétionnaire de Dieu
par pure grâce divine sans les œuvres. C’est déclarer les bonnes œuvres des
élus absolument inutiles dans le choix souverain de Dieu qui les précède. Pour
autant, et pour dissiper tout malentendu, nous affirmons également qu’il ne
saurait y avoir de salut des élus de Dieu sans "nouvelle naissance" (Jean 3 :3-8 ;
Galates 6 :15), "repentance" (Luc 13 :5), "conversion" (Psaumes 7 :13-14),
"sanctification de l’Esprit", "foi en la vérité" (2 Thessaloniciens 2 :13), et "le
fruit de l’Esprit" (Galates 5 :22). Ce sont là « les bonnes œuvres [de salut], que
Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (Éphésiens 2 :10).
5

C’est "la porte étroite" et "le chemin resserré". Comme Isaac, les élus sont
"enfants de la promesse", c’est-à-dire l’ouvrage de Dieu, en vertu de leur arrivée
au monde et de leur origine qui sont célestes ;
- Le principe de l’avenir glorieux d’Israël durant le Millénium, - l’Israël
actuelle, - l’Israël Nationale, - la Nation Juive, en tant que le peuple terrestre élu
de Dieu, appelé à manifester la gloire de l’Éternel Dieu parmi les nations
(Michée 5) ;
- Le principe de la tri-unité du corps de Christ réunissant en un (01) seul
troupeau tous les enfants de Dieu répartis en trois (03) bergeries que sont
respectivement l’Église, Israël et les élus hors Israël et l’Église ;
- Le principe de la double référence qui veut qu’une prophétie ait un
double accomplissement, - un premier accomplissement partiel, - et un second
accomplissement complet. D’où ainsi "la validité pour le peuple de Dieu", - non
seulement des déclarations prophétiques relatives à Israël et contenues dans
l’Ancien Testament (certaines) (Deutéronome 8 :1-11 :32), - mais aussi des
déclarations prophétiques faites par le Seigneur de gloire Jésus-Christ au sujet
de Ses apôtres et disciples lors de Son ministère terrestre (Luc 12 :32 ; Jean
14 :1-3 ; 15 :16; 17 :9-20), ou encore "le double sens" dans l’Écriture des
termes « Venue du Christ », « Venue d’Élie », « Jour », « Résurrection »,
« Résurrection le troisième Jour», « Grâce de Dieu », « Promesse divine»,
« Appel divin », « Alliance divine », « Israël », « Corps de Christ », « Épouse de
l’Agneau », « Jérusalem », « Royaume messianique », « Soixante-dixième
semaine de Daniel »..., "la double nature du Christ Jésus, - pleinement Dieu, - et
pleinement homme", "La Trinité ou tri-unité de Dieu, - Dieu unique, - en trois
personnes distinctes, - Dieu le Père, - Dieu le Fils, - et Dieu le Saint-Esprit"… Et
de même, toutes les déclarations prophétiques relatives au diable (Ézéchiel
28 :1-19 ; Ésaïe 14 :12-19), à Adam et Ève (Genèse 2 :15-3 :24), et à Judas
Iscariot (Marc 14 :21 ; Jean 6 :70), sont également valables pour le monde et les
réprouvés ;
- Le principe des 02 Israël, et qui distingue l’Israël actuelle (- l’Israël
Nationale, - la Nation Juive) de l’Israël de Dieu (Galates 6 :16), - famille de
Dieu réunissant tous Ses enfants et exclusivement rattachée à la nouvelle
création, la phase éternelle du royaume messianique, l’éternité future ;
- Le principe de l’antinomie biblique, qui reconnait l’existence dans la
Parole révélée et infaillible de Dieu de contradictions apparentes mais jamais
réelles entre certaines vérités bibliques, et qui nous recommande donc
formellement, de systématiquement laisser toutes les vérités bibliques coexister
les unes à côté des autres comme c’est le cas dans la Parole de Dieu qui est
6

sainte et infaillible, plutôt que de les rejeter ou les écarter, au motif fallacieux
qu’elles se contredisent ou qu’on ne voit ni ne comprend comment elles
s’harmonisent, car elles provoquent des conflits entre les lois de la raison pure.
C’est ainsi que Calvinistes et Arminiens ont tous en partie raison dans leurs
positions respectives. Les Calvinistes ont parfaitement raison d’affirmer " la
Bible à l’appui" – le salut des élus de Dieu par pure grâce divine sans les œuvres
en vertu du choix souverain de l’Éternel Dieu, c’est-à-dire du décret divin
d’approbation signé dès avant la fondation du monde (Romains 9 :1-24 ; 11 :56 ; 3 :28 ; Éphésiens 1 :4-14 ; 2 :8-10 ; Philippiens 1 :29-30). De même, les
Arminiens, en s’appuyant sur les vérités de l’Écriture, peuvent affirmer "l’offre
gracieuse de salut de l’Éternel Dieu au monde" (1 Timothée 2 :3-7 ; 4 :9-10 ;
Tite 2 :11 ; Matthieu 11 :28-30). Toutefois, il faudrait ensuite pouvoir remettre
chacune des pièces du puzzle à sa place afin de comprendre les choses dans leur
juste perspective à savoir que l’Arminianisme met l’homme, et notamment les
élus de Dieu [remet les élus de Dieu], inéluctablement sous l’alliance des
œuvres qu’est la loi qui a montré son impuissance à conduire au salut, tandis que
l’élection de la grâce assure le salut aux seuls élus de Dieu. Autrement dit, à
l’image de la loi, l’Arminianisme est "une alliance des œuvres" qui condamne
tous les hommes, tandis que l’élection de la grâce, en vertu de son absolue
inconditionnalité, en affranchit les élus et leur assure le salut et la vie éternelle.
Par Conséquent, l’Arminianisme qui n’est rien d’autre que la loi ne devrait pas
trouver de place dans les enseignements de l’Église car sans objet, - les enfants
de Dieu étant « non sous la loi, mais sous la grâce » (Romains 6 :14). Dans sa
première épître à Timothée, l’Apôtre Paul lui écrit : « Je te rappelle
l'exhortation que je te fis, à mon départ pour la Macédoine, lorsque je
t'engageai à rester à Éphèse, afin de recommander à certaines personnes de ne
pas enseigner d'autres doctrines, et de ne pas s'attacher à des fables et à des
généalogies sans fin, qui produisent des discussions plutôt qu'elles n'avancent
l'œuvre de Dieu dans la foi. Le but du commandement, c'est une charité venant
d'un cœur pur, d'une bonne conscience, et d'une foi sincère. Quelques-uns,
s'étant détournés de ces choses, se sont égarés dans de vains discours; ils
veulent être docteurs de la loi, et ils ne comprennent ni ce qu'ils disent, ni ce
qu'ils affirment. Nous n'ignorons pas que la loi est bonne, pourvu qu'on en
fasse un usage légitime, sachant bien que la loi n'est pas faite pour le juste,
mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les pécheurs, les irréligieux
et les profanes, les parricides, les meurtriers, les impudiques, les infâmes, les
voleurs d'hommes, les menteurs, les parjures, et tout ce qui est contraire à la
saine doctrine, - conformément à l'Évangile de la gloire du Dieu bienheureux,
Évangile qui m'a été confié » (1 Timothée 1 :3-11). De ce fait, l’Arminianisme
doit être étiqueté et classé très clairement et sans complaisance comme hérésie et
condamné comme telle, son crime étant de " vouloir remettre" les élus de Dieu
sous la loi : « Mes enfants, pour qui j'éprouve de nouveau les douleurs de
l'enfantement, jusqu'à ce que Christ soit formé en vous, je voudrais être
7

maintenant auprès de vous, et changer de langage, car je suis dans l'inquiétude
à votre sujet. Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, n'entendez-vous point
la loi? Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un
de la femme libre. Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la
femme libre naquit en vertu de la promesse. Ces choses sont allégoriques; car
ces femmes sont deux alliances. L'une du mont Sinaï, enfantant pour la
servitude, c'est Agar, - car Agar, c'est le mont Sinaï en Arabie, -et elle
correspond à la Jérusalem actuelle, qui est dans la servitude avec ses enfants.
Mais la Jérusalem d'en haut est libre, c'est notre mère; car il est écrit:
Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes point! Éclate et pousse des cris, toi qui
n'as pas éprouvé les douleurs de l'enfantement! Car les enfants de la délaissée
seront plus nombreux Que les enfants de celle qui était mariée. Pour vous,
frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse; et de même qu'alors
celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit,
ainsi en est-il encore maintenant. Mais que dit l'Écriture? Chasse l'esclave et
son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre.
C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la
femme libre. C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez
donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la
servitude » (Galates 4 :19-5 :1) ;
- Le principe de la tri-unité de l’Homme qui est corps, âme et esprit, et
qui nous interdit de confondre l’activité de l’âme et celle de l’esprit (1
Thessaloniciens 5 :23 ; Hébreux 4 :12) ;
- Le principe du sens strict et du sens large de la portée de la mort du
Christ à la croix. Selon ce principe, au sens strict (stricto sensu), le Seigneur
Jésus-Christ n’est mort de façon substitutive et expiatoire à la croix de Golgotha
que pour les élus de Dieu, qui en sont donc les seuls bénéficiaires. Au sens large
(lato sensu), par contre, Il est mort pour tous les hommes. Toutefois, dans leur
mort spirituelle, l’œuvre universelle accomplie à la croix par le Christ ne sert
de rien aux réprouvés (le monde), qui sont étrangers à la vie de Dieu
(Ephésiens 4 :18), et qui par conséquent ne peuvent ni venir au Seigneur de
gloire Jésus-Christ, qu’ils ne voient point ni ne connaissent, ni recevoir l’Esprit
de vérité, le Saint-Esprit, qu’ils ne voient point ni ne connaissent (Jean 14 :17).
- Le principe de la présomption du cœur humain vaniteux, et qui incline
l’homme à avoir de lui-même une opinion trop avantageuse et à
l’anthropocentrisme, sources d’erreurs rédhibitoires en matière de lecture de
l’Écriture, et dont il faut au préalable se départir.
Lier le lecteur et le texte biblique dans « ce cercle herméneutique », c’est
s’affranchir du relativisme anthropocentrique présomptueux, fallacieux,
8

corrupteur et vain, pour affirmer avec l’apôtre Pierre que : « l’Écriture ne peut
être un objet d’interprétation particulière » (2 Pierre 1 :20), et suivre les traces
du Seigneur de gloire Jésus-Christ ressuscité, donnant la clef d’interprétation de
l’Écriture aux deux disciples sur le chemin d’Emmaüs (Luc 24 :27), ou ouvrant
l’esprit à Ses disciples, afin qu’ils comprissent les Écritures (Luc 24 :45).

9

Livre
Deuxième

10

Le Principe de la Double
Référence ou La Clef de l’Ecriture
Par Ange OMBOLO

« Les disciples lui firent cette question: Pourquoi les scribes disent-ils
qu'il faut qu'Élie vienne premièrement ? Il leur répondit: Élie viendra
premièrement, et rétablira toutes choses. […] Mais je vous dis [aussi] qu'Élie
est venu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu, selon qu'il est écrit de lui »
(Marc 9 :11-13).
« Les disciples lui firent cette question: Pourquoi donc les scribes
disent-ils qu'Élie doit venir premièrement? Il répondit: Il est vrai qu'Élie doit
venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis [aussi] qu'Élie est déjà venu,
qu'ils ne l'ont pas reconnu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu. De même
le Fils de l'homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu'il
leur parlait de Jean-Baptiste » (Matthieu 17 :10-13).
« Quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi.
En parlant ainsi, il indiquait de quelle mort il devait mourir. La foule lui
répondit : nous avons appris par la loi que le Christ demeure éternellement ;
comment donc dis-tu : Il faut que le Fils de l’homme soit élevé ? Qui est ce
Fils de l’homme ? » (Jean 12 :32-34).
« La première année de Darius, fils d’Assuérus, de la race des Mèdes,
lequel était devenu roi du royaume des Chaldéens, la première année de son
règne, moi Daniel, je vis par les livres qu’il devait s’écouler soixante et dix ans
pour les ruines de Jérusalem, d’après le nombre des années dont l’Éternel avait
parlé à Jérémie, le prophète. Je tournai ma face vers le Seigneur Dieu, afin de
recourir à la prière et aux supplications, en jeûnant et en prenant le sac et la
cendre. Je priai l’Éternel, mon Dieu, et je […] parlais encore, je priais, je
confessais mon péché et le péché de mon peuple d’Israël, et je présentais mes
supplications à l’Éternel, mon Dieu, en faveur de la sainte montagne de mon
Dieu ; je parlais encore dans ma prière, quand l’homme, Gabriel, que j’avais vu
précédemment dans une vision, s’approcha de moi d’un vol rapide, au moment
de l’offrande du soir. Il m’instruisit, et s’entretint avec moi. Il me dit : Daniel, je
suis venu maintenant pour ouvrir ton intelligence. Lorsque tu as commencé à
prier, la parole est sortie, et je viens pour te l’annoncer ; car tu es un bien-aimé.
Sois attentif à la parole, et comprend la vision ! Soixante et dix semaines (70)
ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser les
11

transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquité et amener la
justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint de
saints. Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment où la parole a
annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au Conducteur, il y a sept
(07) semaines et soixante-deux (62) semaines. Les places et les fossés seront
rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les soixante-deux (62) semaines, un
oint sera retranché, et il n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui
viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une
inondation ; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu’au terme de la
guerre. Il fera une solide alliance avec plusieurs pendant une semaine, et
durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande ; le
dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine
et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur » (Daniel 9 :1-27).

"Le Principe de la Double Référence" est un principe herméneutique qui veut
qu’une prophétie ait un double accomplissement ; un premier accomplissement
[qui est] partiel, et un second accomplissement [qui est] complet. Ce principe
herméneutique, emprunté à l’enseignement prophétique, constitue la clef de
l’Ecriture. En effet, l’Eternel Dieu y a caché tous Ses grands secrets. Il y a caché
"le secret de la double venue du Seigneur Jésus-Christ", secret qui préside à
l’aveuglement provisoire actuel d’Israël dans l’illusion que « le Christ demeure
éternellement » (Jean 12 :34), - jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée
(Romains 11 :25), - jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.
Il y a caché "le secret de la double résurrection du Christ le troisième Jour",
secret qui préside à l’aveuglement du monde quant à la date (année) du retour
ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ pour venir rétablir le royaume d’Israël
(Actes 1 :6).
Il y a caché "le secret de l’élection de la grâce et de la double
prédestination", secret qui préside à la confusion mentale, à l’aveuglement, et à
la surdité des Arminiens, qui voulant être docteurs de la loi, et ne comprenant ni
ce qu’ils disent, ni ce qu’ils affirment (1 Timothée 1 :7), veulent remettre les
élus de Dieu sous la loi, n’entendant point la loi (Galates 4 :21).
Il y a caché "le secret de la supériorité en gloire, en renom et en
magnificence d’Israël sur toutes les nations de la terre durant le millénium
sabbatique" et donc de " l’avenir glorieux d’Israël", secret qui préside à
l’aveuglement et embourbement de la Communauté internationale dans sa vaine
tentative de résolution du conflit Israélo-palestinien via son unique plan de paix
12

et de sortie de crise passant par un accord de « la terre contre la paix » à travers
la solution à deux états.
Il y a caché "le secret de la double nature du Christ Jésus, - pleinement Dieu,
- et pleinement homme", "le secret de la Trinité ou tri-unité de Dieu, - Dieu
unique, - en trois personnes distinctes, - Dieu le Père, - Dieu le Fils, - et Dieu le
Saint-Esprit".
Il y a caché "le secret du double accomplissement de la soixante-dixième
semaine de Daniel", dont le premier accomplissement partiel s’est soldé par la
croix du Christ en l’an 33 de notre ère, et dont la tribulation, qui n’en est que la
stricte reprise, en constitue le second accomplissement complet, couronné par le
rétablissement du royaume d’Israël à l’occasion de la parousie.
Il y a caché "le secret du double sens" dans l’Écriture des termes « Venue du
Christ », « Venue d’Élie », « Jour », « Résurrection », « Résurrection le
troisième Jour», « Grâce de Dieu », « Promesse divine», « Appel divin »,
« Alliance divine », « Israël », « Corps de Christ », « Épouse de l’Agneau »,
« Jérusalem », « Royaume messianique », « Soixante-dixième semaine de
Daniel »...
Il y a caché "la clé aux questions fondamentales qui déchirent l’Eglise de
tout temps", notamment au sujet de l’inconditionnalité ou non de l’élection du
peuple de Dieu, de la portée de la mort du Christ-Jésus à la croix de Golgotha…
Traditionnellement, on a pu appliquer "le principe de la double référence" à
la prophétie de la venue du Christ annoncée par les prophètes de l’Ancien
Testament (Ésaïe 52 :13-53, Zacharie, Ézéchiel, Osée, Michée, Psaumes, Daniel,
Jérémie …), ainsi qu’à la Venue du prophète Élie annoncée par le prophète
Malachie en Malachie 3 :1 et 4 :5 pour préparer le chemin devant le Seigneur.
Nous savons également que l’on peut appliquer ce principe à la Prophétie de
la Résurrection Nationale d’Israël annoncée par les prophètes Osée (Osée
6 :1-3 ; 14 :1-8), Jonas (Jonas 2 :1-11), Ézéchiel (Ézéchiel 37), Jérémie
(Lamentations 4 :22), et Zacharie (Zacharie 13 :9). En effet, après la déportation
Babylonienne sous Nebucadnetsar, la prophétie de la Résurrection Nationale
d’Israël eut un premier accomplissement partiel à l’époque de l’Empire Perse
(l’Empire Médo-Perse) avec des vagues de retour successives sous la conduite
successivement de Zorobabel, d’Esdras et de Néhémie suite à l’Édit de Cyrus et
aux Lettres d’Artaxerxès. Cet accomplissement fut partiel en ce sens qu’il ne fut
pas couronné du rétablissement du Royaume d’Israël. A preuve, Le livre du
Nouveau Testament qui s’ouvre sur l’époque de l’Empire Romain, nous
présente Israël asservi à César. Bien plus, après le siège et la destruction de
13

Jérusalem en 70 de notre ère par les troupes Romaines du Général Titus, et les
déportations qui s’en suivirent, le pays fut réduit en ruines et abandonné en un
désert. Ce n’est que tout récemment en 1948, c’est-à-dire donc de très
nombreuses années bien plus tard, qu’on assista à la création de l’État d’Israël.
La création de l’État d’Israël suivie en 1967 du recouvrement de sa souveraineté
sur la ville sainte de Jérusalem marquent les premiers pas décisifs vers la
Résurrection Nationale d’Israël qui se produira à l’issue de la bataille
d’Harmaguédon lors du retour en gloire du Christ qui viendra alors rétablir le
futur Royaume d’Israël, et instaurer son royaume messianique de justice et de
paix éternel. A ce moment donc, la prophétie de la Résurrection Nationale
d’Israël connaîtra son second accomplissement qui, contrairement au premier
qui fut partiel, sera complet, car couronné de l’établissement du royaume
messianique de justice et de paix éternels, avec à sa tête le Christ Jésus qui règne
sur le monde depuis Jérusalem, futur capitale du monde. A la réalité, aussi bien
les vagues de retour successives sous la conduite successivement de Zorobabel,
d’Esdras et de Néhémie suite à l’Édit de Cyrus et aux Lettres d’Artaxerxès, et la
création de l’État d’Israël en mai 1948, suivie du recouvrement de sa
souveraineté sur la ville sainte de Jérusalem en juin 1967, constituent ensemble
et mis bout à bout, le premier accomplissement partiel de la prophétie de la
résurrection nationale d’Israël ; premier accomplissement partiel car n’étant
point couronné de l’établissement du royaume messianique de justice et de paix
éternels, avec à sa tête le Christ Jésus qui règne sur le monde depuis Jérusalem,
future capitale du monde. Par ailleurs, ce premier accomplissement ne se
produisit point le troisième JOUR millénaire, de même qu’il n’est point à la clé
du retour en gloire du Seigneur. Bien plus, l’Écriture nous révèle que durant la
tribulation et notamment la grande tribulation encore appelé le temps d’angoisse
de Jacob, l’Antéchrist aura un règne de folie furieuse sur Israël, le peuple élu de
Dieu ; la ville de Jérusalem sera assiégée, les maisons seront pillées, les femmes
seront violées, ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés
captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les
nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis (Luc 21 :20-24 ;
Zacharie 14 :1-4), nous indiquant par là même que ce premier
accomplissement ne constitue point le royaume messianique, ère de
prospérité et de paix éternelles pour Israël.
Dans le Nouveau Testament, on peut appliquer le principe de la double
référence à la Prophétie du siège et de la destruction de Jérusalem faite par le
Seigneur lui-même dans Luc 21 :20-27. Cette prophétie connut son premier
accomplissement partiel en 70 de notre ère avec le siège et la destruction de la
ville par les troupes Romaines du Général Titus. Elle connaîtra son second
accomplissement complet lors du futur siège de Jérusalem, une fois de plus par
les troupes Romaines, pendant la grande tribulation, « le temps d’angoisse de
Jacob ».
14

Le Principe de la Double Référence, qu’on peut à l’infini appliquer par
exemple encore à la Prophétie du châtiment d’Israël annoncée par le prophète
Osée (Osée 5 :1-15) (Voir annexe 3), ou encore à la Prophétie de la
résurrection des morts avec notamment la première résurrection, - la
résurrection des justes, et la seconde résurrection à l’occasion du jugement
dernier révélées par l’apôtre Jean dans le livre de l’Apocalypse (Apocalypse
20 :1-15), ou encore à la Prophétie de la seconde venue du Christ Jésus avec
notamment ses deux phases que sont successivement l’enlèvement de l’Eglise et
le retour en gloire du Seigneur encore appelé « parousie » ou « révélation », ou
encore à la Tribulation qui n’est qu’une stricte reprise de « la soixante-dixième
(70 ème ) semaine de Daniel » sous forme de tribulation pour Israël en représailles
à son rejet du Christ lors de Sa première venue, ou encore à la promesse du
Seigneur de gloire Jésus-Christ de ressusciter le troisième Jour (Matthieu
16 :21 ; 17 :23 ; 20 :19), - constitue donc un principe herméneutique
éprouvé, et la clé de l’Ecriture.

15



Documents similaires


prophetie
retour glorieux
transparent credo
the church of christ
attention le pere noel imite le seigneur jesus christ
prire pour un jour nouveau


Sur le même sujet..