ISLAM ANGE OMBOLO .pdf



Nom original: ISLAM ANGE OMBOLO.pdf
Titre: Microsoft Word - ISLAM ANGE OMBOLO
Auteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PrimoPDF http://www.primopdf.com / Nitro PDF PrimoPDF, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/07/2018 à 20:32, depuis l'adresse IP 154.72.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 479 fois.
Taille du document: 316 Ko (28 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


LA SUPERCHERIE DU
NOBLE CORAN À LA
LUMIÈRE DU LIVRE DU
PROPHÈTE ZACHARIE

Ange OMBOLO

SÉDUCT
SÉDUCTION
CTION & FOI CHRÉTIENNE

Ange OMBOLO

LA SUPERCHERIE DU
NOBLE CORAN À LA
LUMIÈRE DU LIVRE DU
PROPHÈTE ZACHARIE

SÉDUCT
SÉDUCTION
CTION & FOI CHRÉTIENNE
2

Visitez et consultez également notre site ainsi que notre chaine de télé internet et
écrivezécrivez-nous ou appelez aux adresses suivantes :
Site Internet : https://www.wmaker.net/jesuschristcep/
YOUTUBE : ANGE OMBOLO TV
E-mail : anomta@yahoo.fr
Tél. : (237) 695586242 ou (237) 675520729

3

Table des matières
Résumé ....................................................................................................................................... 5
Introduction : De La Sainte Bible ou Du Noble Coran, Où se Trouve La Supercherie ? .......... 6
Chapitre 1 : Les Prétentions Du Noble Coran et La Démolition de la Sainte Bible .................. 7
Chapitre 2 : L’Inspiration et L’Autorité Du Livre Du Prophète Zacharie ............................... 11
Chapitre 3 : La Supercherie Du Noble Coran ......................................................................... 15
Conclusion : Les Versets Sataniques ....................................................................................... 25

4

Résumé
A la lumière du livre précieux du Prophète Zacharie, lequel a la
particularité d’être un livre prophétique de l’ancien Testament écrit environ cinq
(05) siècles avant l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ, au centre de la
controverse entre la Sainte Bible et le Noble Coran, et dont l’inspiration et
l’autorité sont solidement établies en raison de l’accomplissement à la lettre de
ses prophéties spécifiques et très précises relatives à la croix du Christ Jésus,
Son retour en gloire, le conflit éternel pour le contrôle de la terre sainte, c’est-àdire Jérusalem, qui deviendra un coupe d’étourdissement et un pierre pesante
pour tous les peuples alentours dont Israël lui-même, et enfin l’avenir glorieux
d’Israël après le futur siège de Jérusalem, et sa repentance à la suite de son
étonnante victoire à l’issue de la bataille d’Harmaguédon par la seule vertu du
bras puissant de l’Éternel Dieu, - l’auteur tranche au vif le débat en établissant la
supercherie islamique et du Noble Coran, qui n’est rien d’autre qu’une œuvre
minutieuse de démolition de l’authentique parole de Dieu. Il en conclut qu’en
substituant à la Sainte Bible, authentique livre révélé de Dieu, un faux message,
c’est-à-dire des insanités et des versets sataniques, le Noble Coran constitue bel
et bien une tromperie, dont le seul objectif, du reste inavouable, est d’annuler
toute l’œuvre centrale et universelle accomplie par le Fils de Dieu à la croix de
Golgotha. Il souligne qu’en dépit de ses prétentions à s’inscrire dans la stricte
continuité de la Sainte Bible, dont il ne serait que le couronnement, le Noble
Coran et son message ne constituent ni moins ni plus qu’un autre Évangile et un
autre Jésus-Christ, destinés aux vases de colère que Dieu, dans son dessein
d’élection, a d’avance formés pour la perdition, selon qu’il est écrit, « Voici, je
mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle
ne sera point confus. L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les
incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la
principale de l’angle, et une pierre d’achoppement, et un rocher de scandale. Ils
s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont
destinés » (1 Pierre 2 :6-8). Il conclut son propos en dévoilant des types cachés
de la mort et de la résurrection du Christ le troisième jour, notamment "le
sacrifice d’Abraham" et "l’épreuve de Jonas", aveuglement repris par l’auteur
du Coran, car codés et voilés à ses yeux par l’Éternel qui, dans Sa sagesse
infiniment variée et Sa prescience, savait d’avance que Sa Parole ferait l’objet
d’attaques de la part de Mohammed, type de l’antéchrist, dont l’apparition se fît
par la puissance de Satan qui lui donna une grande puissance et une grande
autorité afin de séduire et perdre les fils de la rébellion.

5

Introduction :
De La Sainte Bible ou Du
Noble Coran, Où se Trouve La
Supercherie ?
L’authenticité d’une religion tient à l’inspiration et l’autorité du livre qui
la révèle. C’est ainsi que la foi chrétienne et l’Islam ont chacun son livre
fondateur, à savoir la Sainte Bible pour la première, et le Noble Coran pour le
second. Le message de la Bible peut se résumer en la justice de Dieu, accomplie
par la mort substitutive de son Fils unique Jésus-Christ de Nazareth à la croix de
Golgotha, en vue du rachat des élus, tous condamnés par les ordonnances de la
loi de Moïse. Le Noble Coran, révélé à Mohamed environ six (06) siècles après
la Sainte Bible, bien que se réclamant du Dieu de la Bible, c’est-à-dire
d’Abraham, Isaac, et Jacob, et déclarant s’inscrire dans sa continuité, se
singularise étonnamment par son contenu dont le seul objectif est clairement
d’annuler le message central de la Bible, à savoir la justice de Dieu accomplie
dans la mort substitutive de Christ à la croix de Golgotha. Autrement dit, en
niant la divinité du Christ Jésus, sa qualité de Fils de Dieu, sa crucifixion, et
partant sa résurrection le troisième jour, le Noble Coran du prophète Mohamed
déclare explicitement que la Sainte Bible est la parole de Dieu altérée et
falsifiée. Ces divergences rédhibitoires, rendent de fait impossible tout
rapprochement entre la foi chrétienne et de l’Islam, qui sont clairement
incompatibles pour l’observateur averti. La question qui s’impose alors à l’esprit
est celle de savoir où se trouvent la falsification et le dessein de tromper ? Dans
la Sainte Bible ou dans le Noble Coran ? Nous nous proposons dans les quelques
lignes qui vont suivre, de trancher le débat, et d’apporter une réponse claire et
sans ambiguïté à cette question ô combien cruciale, en puissant des éléments
décisifs dans le livre précieux du prophète Zacharie, lequel a la particularité
d’être un livre prophétique de l’ancien Testament écrit environ cinq (05) siècles
avant l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ, au centre de la controverse.

6

Chapitre 1 :
Les Prétentions Du Noble
Coran et La Démolition de la
Sainte Bible
En affirmant qu’Allah « n’a point engendré » (Sourate 112 :3), « qu’il est
inconcevable qu’Allah se donne un fils » (Sourate 19 :35), ou encore « à lui ne
plaise d’avoir un fils » (Sourate 4 :171), le Noble Coran nie très clairement que
le Christ Jésus soit le Fils unique de Dieu, lui qui dans le Psaume 2.7 déclare :
« Je publierai le décret ; l’Éternel m’a dit : Tu es mon fils ! Je t’ai engendré
aujourd’hui » (Hébreux 1 :5). En cela, le Noble Coran véhicule la pensée des
ennemis du Seigneur de gloire Jésus-Christ et de la vérité, selon qu’il est écrit,
« Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. Jésus leur dit:
Je vous ai fait voir plusieurs bonnes ouvres venant de mon Père: pour laquelle
me lapidez-vous? Les Juifs lui répondirent: Ce n'est point pour une bonne œuvre
que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un
homme, tu te fais Dieu. Jésus leur répondit: N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai
dit: Vous êtes des dieux? Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a
été adressée, et si l'Écriture ne peut être anéantie, celui que le Père a sanctifié et
envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j'ai dit:
Je suis le Fils de Dieu. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez
pas. Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces
œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je
suis dans le Père. Là-dessus, ils cherchèrent encore à le saisir, mais il
s'échappa de leurs mains » (Jean 10 :31-39).
Bien plus, en niant ouvertement la crucifixion du Christ Jésus, et ses
souffrances atroces relatées notamment dans Ésaïe 52 :13-53 :12, le Noble
Coran nie la mort substitutive du Fils de Dieu à la croix, annulant ainsi de fait
toute l’œuvre rédemptrice accomplie par le Christ à la croix de Golgotha. En
effet, dans la sourate 4 versets 156 à 159, il est écrit : « C’est aussi pour avoir
refusé de croire, avoir préparé contre Marie une odieuse calomnie et prétendu
avoir tué Jésus fils de Marie, le Messager d’Allah. En fait, ils ne l’ont pas tué,
ils ne l’ont pas crucifié ; ils furent seulement illusionnés par une apparence.
Ceux qui se disputent à son sujet demeurent dans le doute ; sans connaissance
7

certaine, ils ne font que conjecturer ; qu’ils ne l’aient pas tué, c’est sûr, car
Allah l’a élevé vers Lui, Allah est puissant et sage ». Voyons combien cette
sourate 4 :156-159 contraste avec les écrits du prophète Ésaïe relatifs à la
personne et l’œuvre du serviteur de l’Éternel dans Ésaïe 52 :13-53 :12, selon
qu’il est écrit, « Voici, mon serviteur prospérera ; Il montera, il s’élèvera, il
s’élèvera bien haut. De même qu’il a été pour plusieurs un sujet d’effroi, tant
son visage était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l’homme,
de même il sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie ; devant lui des rois
fermeront la bouche ; car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, ils
apprendront ce qu’ils n’avaient point entendu. Qui a cru à ce qui nous était
annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? Il s’est élevé devant lui comme
une faible plante, comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni
beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous
plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la
souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons
dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos
souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous
l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé
pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la
paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et
l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et
opprimé, et il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène
à la boucherie, a une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point
ouvert la bouche. Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; et parmi ceux
de sa génération, qui a cru qu’il était retranché de la terre des vivants et frappé
pour les péchés de mon peuple ? On a mis son sépulcre parmi les méchants,
son tombeau avec le riche, quoiqu’il n’eût point eu de fraude dans sa bouche.
Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance…Après avoir livré sa vie en
sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; et
l’œuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme,
il rassasiera ses regards ; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera
beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui
donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce
qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des
malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a
intercédé pour les coupables » (Ésaïe 52 :13-53 :12).
Par ailleurs, en déclarant : « Sont de vrais mécréants ceux qui disent :
Allah est le Messie, fils de Marie. Mais le Messie dit lui-même : Ô fils d’Israël !
Adorez Allah, mon Maître et le votre. Allah a interdit Son paradis à quiconque
Lui donne des associés, lequel sera voué à l’Enfer ; car nul ne saurait secourir
les injustes. Sont également mécréants ceux qui disent : Allah est la troisième
8

personne de la Trinité, alors qu’il n’y a qu’un seul Dieu. S’ils ne cessent pas
de proférer des blasphèmes, un tourment douloureux frappera ces mécréants.
Qu’ont-ils à ne pas revenir à Allah, implorant son pardon, alors qu’Allah est
pardonneur et miséricordieux. Le Messie, fils de Marie, n’est qu’un Messager
[d’Allah] précédé par tant d’autres messagers et sa mère est une femme sainte.
Tous deux se nourrissaient d’aliments [comme le commun des mortels].
Observe comme nous leur exposons des signes explicites, et observe comme ils
s’en détournent. Dis : Comment pouvez-vous adorer, en dehors d’Allah, ce qui
ne peut ni vous nuire ni vous être utile, alors qu’Allah entend tout et sait tout.
Dis : Ô gens du Livre : Ne soyez pas outranciers en faussant les dogmes, ne
suivez point les doctrines tendancieuses de ceux qui se sont déjà égarés euxmêmes, qui ont égaré tant d’autres, et qui ont bien dévié du droit chemin »
(Sourate 5 :72-77), ou encore « En réalité, Jésus n’est qu’un serviteur auquel
nous avons accordé notre grâce, faisant de lui un modèle pour les Fils
d’Israël » (Sourate 43 :59), - le Noble Coran nie très clairement la divinité du
Christ Jésus en qui habite corporellement toute la plénitude de la divinité, et que
la Bible présente comme l’image du Dieu invisible, l’empreinte de son être, le
reflet de sa gloire, lui qui créa toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la
terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités
(Colossiens 1 :16) « et dont l’origine remonte aux temps anciens, aux jours de
l’éternité » (Michée 5 :1), selon qu’il est écrit, « Au commencement était la
Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au
commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce
qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière
des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point
reçue. Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean. Il vint pour servir
de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.
Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.
Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire
tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde
ne l'a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.
Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le
pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la
volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. Et la parole a été
faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous
avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du
Père. Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié: C'est celui dont j'ai dit: Celui
qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi. Et nous avons tous reçu
de sa plénitude, et grâce pour grâce; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce
et la vérité sont venues par Jésus-Christ. Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils
unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître. Voici le
témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des
sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander: Toi, qui es-tu? Il déclara, et ne
9

le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ. Et ils lui demandèrent: Quoi
donc? Es-tu Élie? Et il dit: Je ne le suis point. Es-tu le prophète? Et il répondit:
Non. Ils lui dirent alors: Qui es-tu? Afin que nous donnions une réponse à ceux
qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même? Moi, dit-il, je suis la voix de celui
qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le
prophète. Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens. Ils lui firent
encore cette question: Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es pas le Christ, ni
Élie, ni le prophète? Jean leur répondit: Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de
vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas, qui vient après moi; je ne suis
pas digne de délier la courroie de ses souliers. Ces choses se passèrent à
Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait. Le lendemain, il vit Jésus
venant à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. C'est
celui dont j'ai dit: Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il était avant
moi. Je ne le connaissais pas, mais c'est afin qu'il fût manifesté à Israël que je
suis venu baptiser d'eau. Jean rendit ce témoignage: J'ai vu l'Esprit descendre
du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui. Je ne le connaissais pas, mais
celui qui m'a envoyé baptiser d'eau, celui-là m'a dit: Celui sur qui tu verras
l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est celui qui baptise du Saint-Esprit. Et j'ai vu,
et j'ai rendu témoignage qu'il est le Fils de Dieu » (Jean 1 :1-34). « Son nom est
la Parole de Dieu » (Apocalypse 19 :13). Relevons aussi que dans Jean 8 :58, en
utilisant le nom de Dieu, en l’occurrence, « je suis » (Exode 3 :14), le Seigneur
Jésus-Christ affirme être Dieu, selon qu’il est écrit, « En vérité, en vérité, je vous
le dis, avant qu’Abraham fût, je suis » (Jean 8 :58). En effet, c’est sous ce nom
que Dieu se présenta à Moïse, selon qu’il est écrit, « Dieu dit à Moïse: Je suis
celui qui suis. Et il ajouta: C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël:
Celui qui s'appelle “je suis” m'a envoyé vers vous » (Exode 3 :14).
Par ailleurs, le Coran mentionne l’annonce explicite, par le Christ Jésus,
de la venue du prophète Mohamed dont la Bible ne fait aucun cas. En effet, il est
écrit dans le Coran : « [Rappelle aussi ce que] Jésus fils de Marie disait : Ô
enfants d’Israël ! Je suis le messager d’Allah envoyé à vous, confirmant ce qui a
été révélé avant moi dans la Thora, et annonçant la bonne nouvelle : l’arrivée,
après moi, d’un prophète du nom d’Ahmed » (Sourate 61 :6).
Ainsi, le Coran s’apparente à une œuvre minutieuse de déconstruction de
la Sainte Bible. Aussi, bien que se déclarant s’inscrire dans sa stricte continuité
et en être le couronnement, à la vérité, le Coran, sur l’essentiel, est en flagrante
contradiction avec Bible. Par conséquent, en dépit de certains points très
marginaux de convergence, relatifs à des sujets accessoires, de peu
d’importance, et de second ordre, les deux livres sont pour ainsi dire purement et
simplement incompatibles et inconciliables ; aussi s’excluent-ils mutuellement.
L’un d’eux constitue très clairement une supercherie ; mais lequel ? Là est toute
la question !
10

Chapitre 2 :
L’Inspiration et L’Autorité Du
Livre Du Prophète Zacharie
Le prophète Zacharie fait partie des prophètes postérieurs à l’exil
babylonien d’Israël. Son livre date du VI ème siècle avant Jésus-Christ. Il fait
partie des livres de l’Ancien Testament et non du Nouveau Testament. C’est
un livre dont l’inspiration et l’autorité sont bien établies en raison de
l’accomplissement à la lettre de ses prophéties très spécifiques relatives à la
croix du Christ Jésus, Son retour en gloire, le conflit éternel pour le contrôle de
la terre sainte c’est-à-dire Jérusalem qui deviendrait un coupe d’étourdissement
et un pierre pesante pour tous les peuples alentours dont Israël lui-même, et
enfin l’avenir glorieux d’Israël après le futur siège de Jérusalem, et sa
repentance à la suite de son étonnante victoire à l’issue de la bataille
d’Harmaguédon par la seule vertu du bras puissant de l’Éternel Dieu. On ne le
rappellera jamais assez, l’accomplissement prophétique constitue la preuve
suprême de l’inspiration et de l’autorité de toute écriture.
Le livre du prophète Zacharie reçu notamment le témoignage du Seigneur
Jésus-Christ lui-même, qui le cite nommément. En effet, aussi bien dans
l’Évangile de Matthieu que dans celui de Marc, le Seigneur Jésus-Christ, parlant
de sa mort prochaine à la croix déclare : « Je serai pour vous tous, cette nuit,
une occasion de chute ; car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du
troupeau seront dispersées. Mais, après que je serai ressuscité, je vous
précéderai en Galilée » (Matthieu 26 :31-32 ; Marc 14 :27-28).
Dans Zacharie 13 :7 effectivement, l’Éternel Dieu, par la bouche du
prophète Zacharie, annonçait cinq (05) siècles à l’avance, la crucifixion de Son
Christ Jésus, en déclarant : « Épée, lève-toi sur mon pasteur et sur l’homme qui
est mon compagnon ! […]. Frappe le pasteur, et que les brebis se dispersent ! »
(Zacharie 13 :7).
Toujours au sujet de la croix du Christ, le même prophète Zacharie,
poussé par le Saint-Esprit, et parlant de la repentance future d’Israël à la suite de
son étonnante victoire à l’issue de la bataille d’Harmaguédon par la seule vertu
du bras puissant du Seigneur Jésus-Christ, déclare : « Alors je répandrai sur la
11

maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de
supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils
pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront
amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né » (Zacharie 12 :10).
Aussi, le précieux livre du prophète Zacharie, annonça bel et bien cinq
siècles à l’avance la crucifixion du Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ. Ce
témoignage prophétique du livre de Zacharie établit la supercherie
islamique et du Noble Coran au sujet de la crucifixion du Christ Jésus, Fils
de Dieu, image du Dieu invisible, empreinte de son être, reflet de sa gloire,
et en qui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Ainsi,
contrairement aux déclarations fallacieuses du Noble Coran, il plut bel et bien à
l’Éternel Dieu, afin de châtier toute la prostitution et la désobéissance d’Israël,
de crucifier le Christ Jésus, en tant que Roi d’Israël, et donc son représentant.
En privant de la sorte Israël de son divin berger et roi, l’Éternel Dieu jetait de
fait Israël en pâture aux loups et aux autres bêtes des champs. Israël fut alors
foulé aux pieds, déchiré et égorgé.
Par ailleurs, l’Éternel Dieu, par la bouche du même prophète Zacharie,
annonçait près de deux (02) millénaires et demi à l’avance, soit plus de 2500
ans, cette prophétie étonnante qui trouve un début d’accomplissement à la lettre
sous nos yeux, renforçant par là même toute l’inspiration et l’autorité du livre
du prophète Zacharie, selon qu’il est écrit, « Je ferai de Jérusalem une coupe
d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour, et aussi pour Judas dans le
siège de Jérusalem. En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante
pour tous les peuples » (Zacharie 12 :2-3). Nous sommes tous témoins que
depuis mai 1948, date de la création de l’État d’Israël, et juin 1967, date du
recouvrement de sa souveraineté sur la ville sainte de Jérusalem, Jérusalem
constitue une coupe d’étourdissement et une pierre pesante pour tous les peuples
arabes et musulmans, de même que pour Israël lui-même ; d’où la notion de
conflit éternel ! Et nous en voulons encore pour preuve, l’actualité récente et les
vagues suscitées par la décision du Président Américain, Donald TRUMP, de
transférer l’Ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv pour Jérusalem, capitale
éternelle, une et indivisible d’Israël.
Enfin, le prophète Zacharie prédit un avenir glorieux à Israël après le
siège futur de Jérusalem par toutes les armes du monde commandées par
l’Antéchrist, la bataille d’Harmaguédon, la victoire d’Israël sur ses ennemis par
l’intervention du bras puissant de l’Éternel son Dieu, la repentance d’Israël, le
rétablissement du royaume d’Israël, royaume messianique de justice et de paix
éternel sur lequel le Seigneur de gloire Jésus-Christ règnera depuis Jérusalem,
futur capitale du monde, selon qu’il est écrit, « Oracle, parole de l’Éternel sur
Israël. Ainsi parle l’Éternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre, et qui a
12

formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui : Voici, je ferai de Jérusalem une
coupe d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour, et aussi pour Juda
dans le siège de Jérusalem. En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre
pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et
toutes les nations de la terre s’assembleront contre elles. En ce jour-là, dit
l’Éternel, je frapperai d’étourdissement tous les chevaux, et de délire ceux qui
les monteront ; mais j’aurai les yeux ouverts sur la maison de Juda, quand je
frapperai d’aveuglement tous les chevaux des peuples. Les chefs de Juda diront
en leur cœur : Les habitants de Jérusalem sont notre force, par l’Éternel des
armées, leur Dieu. En ce jour-là, je ferai des chefs de Juda comme un foyer
ardent parmi du bois, comme une torche enflammée parmi des gerbes ; ils
dévoreront à droite et à gauche tous les peuples d’alentours, et Jérusalem
restera à sa place, à Jérusalem. L’Éternel sauvera d’abord les tentes de Juda,
afin que la gloire de la maison de David, la gloire des habitants de Jérusalem ne
s’élève pas au-dessus de Juda. En ce jour-là, l’Éternel protégera les habitants
de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David ; la
maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Éternel devant eux. En
ce jour-là, je m’efforcerai de détruire toutes les nations qui viendront contre
Jérusalem. Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de
Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards
vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un
fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premierné » (Zacharie 12 :1-10).
« Voici, le jour de l’Éternel arrive, et tes dépouilles seront partagées au
milieu de toi. Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent
Jérusalem ; la ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées ;
la moitié de la ville ira en captivité, mais le reste du peuple ne sera pas
exterminé de la ville. L’Éternel paraîtra, et il combattra ces nations, comme il
combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne
des oliviers, qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’orient ; la montagne des
oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il se formera une
très grande vallée : une moitié de la montagne reculera vers le septentrion, et
une moitié vers le midi. Vous fuirez alors dans la vallée de mes montagnes, car
la vallée des montagnes s’étendra jusqu’à Atzel ; vous fuirez comme vous avez
fui devant le tremblement de terre, au temps d’Ozias, roi de Juda. Et l’Éternel,
mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui. En ce jour-là, il n’y aura point de
lumière ; il y aura du froid et de la glace. Ce sera un jour unique, connu de
l’Éternel, et qui ne sera ni jour ni nuit ; mais vers le soir la lumière paraîtra. En
ce jour-là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, et couleront moitié vers la mer
orientale, moitié vers la mer occidentale ; il en sera ainsi été et hiver. L’Éternel
sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Éternel sera le seul Éternel, et son
nom sera le seul nom. Tout le pays deviendra comme la plaine, de Guéba à
13

Rimmon, au midi de Jérusalem ; et Jérusalem sera élevée et restera à sa place,
depuis la porte de Benjamin jusqu’au lieu de la première porte, jusqu’à la porte
des angles, et depuis la tour de Hananeel jusqu’aux pressoirs du roi. On
habitera dans son sein, et il n’y aura plus d’interdit ; Jérusalem sera en
sécurité. Voici la plaie dont l’Éternel frappera tous les peuples qui auront
combattu contre Jérusalem : Leur chair tombera en pourriture tandis qu’ils
seront sur leurs pieds, leurs yeux tomberont en pourriture dans leurs orbites,
et leur langue tombera en pourriture dans leur bouche. En ce jour-là,
l’Éternel produira un grand trouble parmi eux ; l’un saisira la main de
l’autre, et ils lèveront la main les uns sur les autres. Juda combattra aussi
dans Jérusalem, et l’on amassera les richesses de toutes les nations
d’alentour, l’or, l’argent, et les vêtements en très grand nombre. La plaie
frappera de même les chevaux, les mulets, les chameaux, les ânes, et toutes les
bêtes qui seront dans ces camps : cette plaie sera semblable à l’autre. Tous
ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront
chaque année pour se prosterner devant le roi, l’Éternel des armées, et pour
célébrer la fête des tabernacles. S’il y a des familles de la terre qui ne montent
pas à Jérusalem pour se prosterner devant le roi, l’Éternel des armées, la pluie
ne tombera pas sur elles. Si la famille d’Égypte ne monte pas, si elle ne vient
pas, la pluie ne tombera pas sur elle ; elle sera frappée de la plaie dont
l’Éternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des
tabernacles. Ce sera le châtiment de l’Égypte, le châtiment de toutes les nations
qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. En ce jour-là, il sera
écrit sur les clochettes des chevaux : sainteté à l’Éternel ! Et les chaudières
dans la maison de l’Éternel seront comme les coupes devant l’autel. Toute
chaudière à Jérusalem et dans Juda sera consacrée à l’Éternel des armées ;
tous ceux qui offriront des sacrifices viendront et s’en serviront pour cuire les
viandes ; et il n’y aura plus de marchands dans la maison de l’Éternel des
armées, en ce jour-là » (Zacharie 14 :1-21).
La première partie de toutes ces prophéties s’étant accomplie à la lettre, il
n’y a pas de raison que la seconde partie ne trouve pas d’accomplissement. Le
Prophète Zacharie confirme ainsi les propos du Maître affirmant que le salut
vient des Juifs, le peuple terrestre élu de Dieu appelé à manifester la gloire de
l’Éternel Dieu parmi les nations (Jean 4 :22). Par ailleurs, fait important, le
prophète Zacharie déclare que celui qui touche Israël, touche la prunelle de l’œil
de Dieu (Zacharie 2 :8). Autrement dit, celui qui se fait ennemi d’Israël se fait
ennemi de Dieu, et sera écrasé.

14

Chapitre 3 :
La Supercherie Du Noble
Coran
A la lumière particulière du livre précieux du prophète Zacharie, il
apparaît donc très clairement que le Noble Coran est une supercherie, et une
altération et falsification de la Sainte Bible, parole révélée et complète de
l’Éternel Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Le Noble Coran, en
substituant à la Bible, authentique livre révélé de Dieu, un faux message, c’està-dire des insanités et des versets sataniques, constitue bel et bien une tromperie.
Le Coran est donc très clairement un tissu de versets sataniques destinés à
tromper. Son seul objectif, du reste inavouable, est d’annuler toute l’œuvre
centrale et universelle accomplie par le Fils de Dieu à la croix. Il s’agit d’un
autre Évangile et d’un autre Jésus-Christ, destinés aux vases de colère que Dieu,
dans son dessein d’élection, a d’avance formés pour la perdition. Il s’agit d’un
autre Évangile et d’un autre Jésus-Christ, destinés à ceux qui périssent, et à ceux
dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence afin qu’ils ne voient pas briller
la splendeur de l’Évangile de la grâce et de la gloire de Christ. L’Éternel Dieu
ayant tout créé, même le méchant pour le jour du malheur, l’Islam participe
simplement pour ainsi dire du dessein d’élection de Dieu. En rejetant l’offre
sincère de salut du Christ Jésus, en foulant aux pieds le Fils de Dieu, en tenant
pour profane le sang de l’alliance, et en outrageant l’Esprit de la grâce, les
masses des pays arabes et musulmans se privent elles-mêmes de la grâce du Fils
de Dieu, et se condamnent elles-mêmes à l’étang ardent de feu et de souffre
préparé pour le Diable et ses anges, et où elles seront tourmentées jour et nuit
aux siècles des siècles. En effet, comme l’a souligné à juste titre le Christ Jésus,
« sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15 :5).
Dans sa première épître, l’apôtre Jean écrit : « Je vous ai écrit, non que
vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissiez, et parce
qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. Qui est menteur, sinon celui qui nie
que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.
Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a
aussi le Père. Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en
vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous,
vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père. Et la promesse qu’il nous a
faite, c’est la vie éternelle. Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous
égarent. Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et
15

vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous
enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un
mensonge, demeurez en lui selon les enseignement qu’elle vous a donnés. Et
maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu’il paraîtra, nous
ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et
éloignés de lui » (1 Jean 2 :21-28). Et encore : « Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à
tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car
plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Reconnaissez à ceci l’Esprit
de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; et tout
esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist,
dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde » (1
Jean 4 :1-3).
Il est par ailleurs dit dans l’Écriture : « Voici, je mets en Sion une pierre
angulaire, choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus.
L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre
qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une
pierre d’achoppement, et un rocher de scandale. Ils s’y heurtent pour n’avoir
pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés. Vous, au contraire, vous
êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis,
afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à
son admirable lumière. Vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui
maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et
qui maintenant avez obtenu miséricorde » (1 Pierre 2 :6-10).
Soulignons également qu’au nom de l’Islam, les peuples arabes et
musulmans se font des ennemis acharnés d’Israël, le peuple de Dieu. Or, ainsi
parle l’Éternel des armées au sujet d’Israël : « Celui qui vous touche touche la
prunelle de son œil » (Zacharie 2 :8). Et aussi : « Je bénirai ceux qui te
béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre
seront bénies en toi » (Genèse 12 : 3). Et encore : « Le salut vient des Juifs »
(Jean 4 :22). Par conséquent, celui qui se fait ennemi d’Israël, se fait aussi
ennemi de Dieu. C’est ce que confirme du reste, majestueusement, le Psaume 83
d’Asaph, ci-dessous, où il est question des ennemis d’Israël, qui rêvent de rayer
Israël de la carte du monde et de supprimer son nom de la mémoire collective.
On dirait entendre les projets du Président Iranien Mahmoud Ahmadinedjad :
« O Dieu, ne reste pas dans le silence ! Ne te tais pas, et ne te repose pas, ô
Dieu ! Car voici, tes ennemis s’agitent, ceux qui te haïssent lèvent la tête. Ils
forment contre ton peuple des projets pleins de ruse, et ils délibèrent contre ceux
que tu protèges. Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, et
qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! Ils se concertent tous d’un même
cœur, ils font alliance contre toi ; les tentes d’Édom et les Ismaélites, Moab et
les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, les Philistins avec les habitants de
16

Tyr ; l’Assyrie aussi se joint à eux, elle prête son bras aux enfants de Lot. –
Pause. Traite-les comme Madian, comme Sisera, comme Jabin au torrent de
Kison ! Ils ont été détruits à En-Dor, ils sont devenus du fumier pour la terre.
Traite leurs chefs comme Oreb et Zeeb, et tous leurs princes comme Zébach et
Tsalmunna ! Car ils disent : Emparons-nous des demeures de Dieu ! Mon Dieu !
Rends-les semblables au tourbillon, au chaume qu’emporte le vent, au feu qui
brûle la forêt, à la flamme qui embrase les montagnes ! Poursuis-les ainsi de ta
tempête, et fais-les trembler par ton ouragan ! Couvre leur face d’ignominie,
afin qu’ils cherchent ton nom, ô Éternel ! Qu’ils soient confus et épouvantés
pour toujours, qu’ils soient honteux et qu’ils périssent ! Qu’ils sachent que toi
seul, dont le nom est l’Éternel, tu es le Très-Haut sur toute la terre ! » (Psaume
83).
Écrit vers le dixième siècle avant Jésus-Christ de la plume du prophète
Asaph, ce Psaume jette une lumière particulière sur l’éternel conflit du ProcheOrient qui oppose Israël aux palestiniens et plus largement au monde arabe et
musulman, et voire à l’ensemble de la communauté internationale au sujet du
contrôle du pays de Canaan avec en son centre Jébus l’actuelle Jérusalem, la
ville sainte.
Ce Psaume est d’un grand intérêt en raison de sa portée prophétique.
Ainsi, près de trois millénaires à l’avance, l’Éternel Dieu, le Dieu d’Israël, par
la bouche du prophète Asaph annonçait déjà le conflit actuel qui déchire le
Proche-Orient en identifiant notamment toutes les forces en présence. Il y est
clairement question des Ismaélites et des tentes d’Édom, ainsi que de Lot qui
forment contre Israël, - le peuple de Dieu, des projets pleins de ruse. « Ils
délibèrent contre ceux que tu protèges. Venez, disent-ils, exterminons les du
milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël. Ils se
concertent tous d’un même cœur, ils font une alliance contre toi » (Psaume
83 :4-6). On croirait franchement entendre le Président Iranien actuel Monsieur
Mahmoud Ahmadinedjad avec tous les ennemis d’Israël, lesquels rêvent tous
non seulement de rayer Israël de la carte du monde mais aussi de supprimer son
nom de la mémoire collective.
L’élément déterminant ici c’est la mention des tentes d’Ismaël et d’Édom.
Ce que nous devons avoir à l’esprit c’est que dans le Hadith rapporté par
Mouslim, Mohammed, - issu des tribus arabes et Père fondateur de l’Islam,
et type de l’antéchrist, se présente lui-même comme « le plus noble et digne
représentant de la maison d’Ismaël ». Aussi, derrière la figure des Ismaélites,
il faudrait d’abord voir la figure personnelle de Mohammed, père fondateur de
l’Islam et type de la bête, dont l’apparition se fît par la puissance de Satan
qui lui donna une grande autorité (Apocalypse 13 :2 ; 2 Thessaloniciens 2 :912), et plus largement celle des peuples arabes dont il est issu, et qui
17

collectivement partagent en commun la même foi islamique. Rappelons par
ailleurs qu’Édom qui est Ésaü (Genèse 36 :1 ; Genèse 36 :8), fils d’Isaac, et
frère jumeau aîné d’Israël, fit alliance avec son oncle Ismaël où il prit
notamment épouse, sa troisième femme (Genèse 28 :9). Ainsi la maison d’Édom
fît alliance avec celle d’Ismaël, son oncle. Nous savons également par les
bouches de Moïse, du Prophète Malachie et de l’Apôtre Paul que non seulement
l’Éternel Dieu haït Ésaü alors qu’il aima Israël (Malachie 1 :2-3 ; Romains
9 :13), aussi dit-il à Rebecca, qui conçut du seul Isaac : « Deux nations sont
dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de
ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus
petit » (Genèse 25 :23 ; Romains 9 :12), mais surtout qu’Isaac, le fils de la
femme libre, Sara, - est le fils de la promesse (Galate 4 :28) et le seul héritier
(Genèse 25 :5 ; Genèse 25 :11), car l’Écriture dit au sujet d’Ismaël : « Chasse
l’esclave et son fils, car le fils de l’esclave n’héritera pas avec le fils de la
femme libre » (Galates 4 :30 ; Genèse 21 :10). Par ailleurs, l’apôtre Paul dans
son épître aux Galates nous enseigne « qu’Abraham eut deux fils, un de la
femme esclave et un de la femme libre. Mais celui de l’esclave naquit selon la
chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse » (Galates
4 :22-23) ; aussi Agar, mère d’Ismaël, est-elle le mont Sinaï en Arabie, enfantant
pour la servitude (Galates 2 :24-25).
Ainsi, les Ismaélites dont parle le prophète Asaph dans le Psaume 83,
écrit au dixième siècle avant Jésus-Christ, représentent bel et bien les peuples
arabes, « ennemis » de Dieu, qui au nom de l’Islam et de son prophète
Mohammed « s’agitent », « haïssent » Dieu, « lèvent la tête », « forment […]
des projets pleins de ruse » contre Israël, le peuple de Dieu, disent « Venez […],
exterminons-les du milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom
d’Israël », « se concertent tous d’un même cœur », « font alliance contre » Dieu,
« disent : Emparons-nous des demeures de Dieu », et ne savent pas que le Dieu
d’Israël dont le nom est l’Éternel est lui seul « le Très-Haut sur toute la terre »
(Psaume 83 :1-19).
De ce point de vue, le Psaume 83 est prophétique de même qu’il jette
un éclairage décisif sur le conflit du Proche-Orient en ceci qu’il identifie
très clairement et sans aucune ambiguïté les natures respectivement divine
et satanique des forces en présence au regard notamment de la volonté
parfaite et du dessein souverain de l’Éternel Dieu, le Dieu d’Abraham,
d’Isaac et de Jacob, le Dieu d’Israël. Il indique par ailleurs l’issu du conflit
qui tournera inéluctablement à la honte et confusion de la maison d’Ismaël
et des arabes dont Mohammed, père de l’Islam se présente comme le plus
noble et digne représentant.

18

En fait, dans son dessein d’élection, l’Éternel Dieu réprouva les
Ismaélites (Arabes) qui sont ainsi ses ennemis ; aussi nient-ils la divinité du
Christ Jésus, Fils de Dieu et Justice de Dieu, sa crucifixion, sa résurrection le
troisième jour, la rédemption éternelle qu’il acquit pour les élus à la croix de
Golgotha, rêvent de rayer Israël de la carte du monde, de supprimer Israël de la
mémoire collective, et de s’emparer du pays de Dieu de façon à contrecarrer ses
projets. Dans sa sagesse infiniment variée, son droit souverain, et sa volonté
parfaite, L’Éternel Dieu a mis dans leurs cœurs d’exécuter son dessein et
d’exécuter un même dessein jusqu’à ce que sa parole soit accomplie à savoir
l’invasion très prochaine du pays d’Israël par Gog à la tête d’une coalition de
tribus arabes et dont parle le prophète Ézéchiel (Ézéchiel 38-39). L’invasion
prochaine d’Israël par Gog constituera la troisième guerre mondiale. Cette
troisième guerre mondiale se soldera par la défaite de Gog et des Ismaélites qui
seront foudroyés par le feu de l’Éternel des armes, le Dieu d’Israël (Ézéchiel
39 :5-7). Le but de cette troisième guerre mondiale est de générer un chaos
total duquel pourra sans peine émerger la bête qui est l’impie et l’antéchrist,
laquelle n’aura alors aucune peine à prendre le contrôle total et absolu du monde
à la tête de l’Empire Romain reconstitué qui est l’Union Européenne
aujourd’hui en construction, et cela avec l’aide du faux prophète, le
souverain pontife, qui suite au déclin de l’Islam qui sortira très affaiblit de la
guerre, s’imposera aisément à la tête de la religion mondiale officielle et unique
de la fin des temps, le New Age, au service de la bête. La bête fera alors une
solide alliance avec plusieurs dont Israël pendant une semaine (sept ans). Mais
après trois ans et demi de règne, l’antéchrist montrera son vrai visage allant
jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu se proclamant lui-même Dieu. Il
dressera son image, fera cesser le sacrifice et les offrandes, et c’est alors
qu’Israël se rendra compte de la duperie. Le reste fidèle juif se révoltera alors
contre la bête qui le persécutera à mort avec toute la puissance de frappe de son
empire universel. Alors commencera « le temps d’angoisse de Jacob » qui se
soldera par la bataille d’Harmaguédon, le retour en gloire du Christ, la
conversion d’Israël, l’anéantissement et la destruction de la bête et du faux
prophète, la victoire d’Israël, le rétablissement du royaume d’Israël à partir
duquel le Christ Jésus, Yéshoua haMashiah, règnera sur le monde depuis
Jérusalem, future capitale du monde. Le Millénium sera suivi de la guerre de
Gog et de Magog (Apocalypse 20 :7-10), du Jugement dernier (Apocalypse
20 :11-15) et enfin de l’Éternité future avec le nouveau ciel, la nouvelle terre, la
nouvelle Jérusalem (Apocalypse 21 :1-2), et la nouvelle Israël qui réunira en un
seul corps tous les enfants de Dieu rachetés par le sang précieux de Christ (Jean
11 :52).
Si nous avons pu établir que le Coran constitue une supercherie, nous
devons, logiquement, en conclure que la Sainte Bible, quant à elle, constitue la
parole révélée et complète de l’Éternel Dieu. Elle tire sa suprématie de
19

l’accomplissement prophétique, qui constitue la preuve suprême de son
inspiration et de son autorité. La mort substitutive et expiatoire du Christ à la
croix de Golgotha et Sa résurrection le troisième jour en constitue le message
central et la bonne nouvelle. Dans Sa sagesse infiniment variée, l’Éternel Dieu,
longtemps à l’avance, - ayant envisagé les scénarii de falsification de Sa parole
comme c’est le cas en ces temps de la fin, la protégea à travers des procédés de
cryptographie. Ainsi, le cryptage de l’Écriture participe des outils de protection,
de préservation et de sauvegarde développés par l’Éternel Dieu dans Sa
prescience pour maintenir et garantir l’intégrité de Sa parole. La plus violente
attaque contre la parole de Dieu vient de l’Islam à travers notamment son livre,
le Coran, lequel accuse très clairement la Bible de falsification. Le Coran, qui dit
pourtant s’inscrire dans le strict prolongement de la Bible, et en être le simple
couronnement, n’a, à la vérité, qu’un seul objectif, à savoir détruire la Bible et
notamment son message central à savoir la mort substitutive de Christ à la croix
de Golgotha et Sa résurrection le troisième jour. Le Coran, en niant que le Père
ait un Fils, en niant la divinité du Seigneur Jésus-Christ, en niant la crucifixion
du Christ, et naturellement Sa résurrection le troisième jour, - annule toute la
justice de Dieu en vertu de laquelle le Christ Jésus acquis pour le élus de Dieu
une rédemption éternelle par Son sang précieux versé à la croix de Golgotha.
Le Coran et les musulmans font référence à un hypothétique et
improbable "Injil", authentique Bible, qui aurait existé autrefois, et qui
confirmerait les récits coraniques de la vie de Jésus, mais qui serait caché au
Vatican, ou a été supprimé ou aurait disparu. Il s’agit d’une supercherie fatale et
lourde de conséquences. Fort heureusement, grâce au dispositif de cryptage de
Sa parole, notamment les nombreux types voilés de la croix et de la résurrection
le troisième jour du Seigneur Jésus-Christ, lesquels ont été en partie
aveuglement repris par l’auteur du Coran, car codés et voilés à ses yeux, - je
pense notamment au sacrifice d’Abraham et à l’épreuve du Prophète Jonas,
- l’Éternel Dieu a su sauvegarder Sa parole authentique et notamment la vérité
centrale de la mort et de la résurrection le troisième jour du Seigneur JésusChrist, justice de Dieu.
Après avoir examiné ces principaux types voilés connus de la croix et de
la résurrection le troisième jour du Seigneur Jésus-Christ contenus dans l’ancien
Testament et aveuglement repris par l’auteur du Coran, car codés et voilés à
ses yeux, nous démontrerons que le cryptage de l’Écriture est un outil de
protection et de préservation développé par l’Éternel Dieu, dans sa sagesse
infiniment variée et sa prescience, afin de sauvegarder sa parole dont il savait
d’avance qu’elle ferait l’objet d’attaques notamment de la part de Mohammed,
type de l’antéchrist, et dont l’apparition se fît par la puissance de Satan qui lui
donna une grande puissance et une grande autorité afin de séduire et perdre les
fils de la rébellion.
20

"Le Sacrifice d’Abraham", dont le Noble Coran se fait un vague écho dans
la sourate 37 :102-107, nous est aussi présenté, avec force et détails, dans le
livre de la Genèse, selon qu’il est écrit, « Après ces choses, Dieu mit Abraham à
l'épreuve, et lui dit: Abraham! Et il répondit: Me voici! Dieu dit: Prends ton
fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t'en au pays de Morija, et là
offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. Abraham se leva
de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il
fendit du bois pour l'holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait
dit. Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin. Et Abraham
dit à ses serviteurs: Restez ici avec l'âne; moi et le jeune homme, nous irons
jusque-là pour adorer, et nous reviendrons auprès de vous. Abraham prit le bois
pour l'holocauste, le chargea sur son fils Isaac, et porta dans sa main le feu et le
couteau. Et ils marchèrent tous deux ensemble. Alors Isaac, parlant à Abraham,
son père, dit: Mon père! Et il répondit: Me voici, mon fils! Isaac reprit: Voici le
feu et le bois; mais où est l'agneau pour l'holocauste? Abraham répondit: Mon
fils, Dieu se pourvoira lui-même de l'agneau pour l'holocauste. Et ils
marchèrent tous deux ensemble. Lorsqu'ils furent arrivés au lieu que Dieu lui
avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le
mit sur l'autel, par-dessus le bois. Puis Abraham étendit la main, et prit le
couteau, pour égorger son fils. Alors l'ange de l'Éternel l'appela des cieux, et
dit: Abraham! Abraham! Et il répondit: Me voici! L'ange dit: N'avance pas ta
main sur l'enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains
Dieu, et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique. Abraham leva les yeux,
et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes; et Abraham
alla prendre le bélier, et l'offrit en holocauste à la place de son fils. Abraham
donna à ce lieu le nom de Jehova- Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui: A
la montagne de l'Éternel il sera pourvu. L'ange de l'Éternel appela une seconde
fois Abraham des cieux, et dit: Je le jure par moi-même, parole de l'Éternel!
parce que tu as fais cela, et que tu n'as pas refusé ton fils, ton unique, je te
bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le
sable qui est sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte de ses
ennemis. Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que
tu as obéi à ma voix. Abraham étant retourné vers ses serviteurs, ils se levèrent
et s'en allèrent ensemble à Beer- Schéba; car Abraham demeurait à BeerSchéba » (Genèse 22 :1-19).
Ce passage nous relate l’histoire douloureuse du sacrifice d’Abraham,
c’est-à-dire de "la Crucifixion d’Isaac dans le cœur d’Abraham, son père" et
de "sa Résurrection le troisième jour". Ce récit de la crucifixion et de la
résurrection d’Isaac le troisième jour est une image et une préfiguration de la
crucifixion et de la résurrection du Seigneur Jésus-Christ le troisième jour
en l’an 33 de notre ère et fait ainsi d’Isaac un type de Christ. De même aussi,
Abraham constitue ici un type du Père céleste qui sacrifia Son Fils unique Jésus21

Christ, en l’envoyant à la croix de Golgotha, pour le rachat de ses élus, et lequel
ressuscita le troisième jour selon les Écritures.
Le sacrifice d’Abraham mérite toute notre attention, et qu’on s’y attarde,
en raison, notamment, de son immense portée prophétique et des lumières qui
s’en dégagent notamment en direction de nos amis - les musulmans. A la vérité,
il y a dans cette histoire du « sacrifice d’Abraham » au moins trois types. Tout
d’abord, Isaac, - et nous l’avons mentionné précédemment, qui est un type de
Christ, s’offrant lui-même en sacrifice à son père (Jean 10 :17-18), « obéissant
jusqu’à la mort » (Philippiens 2 :5-8), et délivré de la mort le troisième jour en
parabole de résurrection (Hébreux 11 :17-19), - évènement qui préfigure et
correspond à la résurrection du Christ le troisième jour.
Ensuite, il y a Abraham, - type du Père, « qui n’a point épargné Son
propre Fils, mais qui L’a livré pour nous tous » (Romains 8 :32 ; Jean 3 :16).
Les expressions « Dieu se pourvoira lui-même de l’agneau pour l’holocauste »
(Genèse 22 :8) et « Jehova-Jiré » (Genèse 22 :14) sont prophétiques. Elles
focalisent naturellement l’attention sur Dieu qui pourvut au sacrifice de
substitution en donnant un bélier (Genèse 22 :13), - mais elles trouvent leur
plein accomplissement dans ceci que Dieu pourvut lui-même en offrant Son Fils
unique à Golgotha en sacrifice expiatoire pour la rédemption de l’humanité.
Dieu pourvut lui-même en se faisant homme et en s’offrant lui-même à
Golgotha en sacrifice expiatoire pour la rédemption de l’humanité. Jésus-Christ,
- Dieu fait homme (Jean 20 :28-29), - la parole faite chair (Jean 1 :14), est de ce
point de vue « l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » (Jean 1 :29 ;
1 :36 ; Ésaïe 53 :5 ; 53 :7).
De ce qui précède, découle naturellement le troisième type, à savoir - le
bélier (Genèse 22 :13), type de Christ, l’agneau de Dieu qui ôte le péché du
monde et qui est sacrifié à la place des élus de Dieu. On a à faire ici au thème de
la substitution et du rachat. Le bélier constitue en effet une image de la
substitution et de la mort substitutive de Christ à la croix de Golgotha. Le
Christ Jésus est offert à notre place comme un sacrifice de bonne odeur
consumé par le feu (Hébreux 10 :5-18). C’est cela la justice de Dieu et toute
la lumière à apporter aux musulmans !
Quant à "l’épreuve du prophète Jonas", qui fut trois jours et trois nuits
dans le ventre d’un grand poisson, et vomis ensuite sur terre, et dont le Noble
Coran se fait un vague écho dans la sourate 37 :139-148, elle nous est aussi
présentée, avec force et détails, dans la Bible, selon qu’il est écrit, « La parole
de l'Éternel fut adressée à Jonas, fils d'Amitthaï, en ces mots: Lève-toi, va à
Ninive, la grande ville, et crie contre elle! car sa méchanceté est montée
jusqu'à moi. Et Jonas se leva pour s'enfuir à Tarsis, loin de la face de
22

l'Éternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis; il
paya le prix du transport, et s'embarqua pour aller avec les passagers à Tarsis,
loin de la face de l'Éternel. Mais l'Éternel fit souffler sur la mer un vent
impétueux, et il s'éleva sur la mer une grande tempête. Le navire menaçait de
faire naufrage. Les mariniers eurent peur, ils implorèrent chacun leur dieu, et
ils jetèrent dans la mer les objets qui étaient sur le navire, afin de le rendre plus
léger. Jonas descendit au fond du navire, se coucha, et s'endormit
profondément. Le pilote s'approcha de lui, et lui dit: Pourquoi dors-tu? Lève-toi,
invoque ton Dieu! Peut-être voudra-t-il penser à nous, et nous ne périrons pas.
Et ils se dirent l'un à l'autre: Venez, et tirons au sort, pour savoir qui nous attire
ce malheur. Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Jonas. Alors ils lui dirent:
Dis-nous qui nous attire ce malheur. Quelles sont tes affaires, et d'où viens-tu?
Quel est ton pays, et de quel peuple es-tu? Il leur répondit: Je suis Hébreu, et
je crains l'Éternel, le Dieu des cieux, qui a fait la mer et la terre. Ces hommes
eurent une grande frayeur, et ils lui dirent: Pourquoi as-tu fait cela? Car ces
hommes savaient qu'il fuyait loin de la face de l'Éternel, parce qu'il le leur
avait déclaré. Ils lui dirent: Que te ferons-nous, pour que la mer se calme envers
nous? Car la mer était de plus en plus orageuse. Il leur répondit: Prenez-moi, et
jetez-moi dans la mer, et la mer se calmera envers vous; car je sais que c'est
moi qui attire sur vous cette grande tempête. Ces hommes ramaient pour gagner
la terre, mais ils ne le purent, parce que la mer s'agitait toujours plus contre
eux. Alors ils invoquèrent l'Éternel, et dirent: O Éternel, ne nous fais pas périr à
cause de la vie de cet homme, et ne nous charge pas du sang innocent! Car toi,
Éternel, tu fais ce que tu veux. Puis ils prirent Jonas, et le jetèrent dans la mer.
Et la fureur de la mer s'apaisa. Ces hommes furent saisis d'une grande crainte
de l'Éternel, et ils offrirent un sacrifice à l'Éternel, et firent des vœux. L'Éternel
fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans le ventre du
poisson trois jours et trois nuits. Jonas, dans le ventre du poisson, pria
l'Éternel, son Dieu. Il dit: Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, Et il m'a
exaucé; Du sein du séjour des morts j'ai crié, Et tu as entendu ma voix. Tu
m'as jeté dans l'abîme, dans le cœur de la mer, Et les courants d'eau m'ont
environné; Toutes tes vagues et tous tes flots ont passé sur moi. Je disais: Je
suis chassé loin de ton regard! Mais je verrai encore ton saint temple. Les
eaux m'ont couvert jusqu'à m'ôter la vie, L'abîme m'a enveloppé, Les roseaux
ont entouré ma tête. Je suis descendu jusqu'aux racines des montagnes, Les
barres de la terre m'enfermaient pour toujours; Mais tu m'as fait remonter
vivant de la fosse, Éternel, mon Dieu! Quand mon âme était abattue au
dedans de moi, Je me suis souvenu de l'Éternel, Et ma prière est parvenue
jusqu'à toi, Dans ton saint temple. Ceux qui s'attachent à de vaines idoles
Éloignent d'eux la miséricorde. Pour moi, je t'offrirai des sacrifices avec un
cri d'actions de grâces, J'accomplirai les vœux que j'ai faits: Le salut vient de
l'Éternel. L'Éternel parla au poisson, et le poisson vomit Jonas sur la terre. La
parole de l'Éternel fut adressée à Jonas une seconde fois, en ces mots: Lève-toi,
23

va à Ninive, la grande ville, et proclames-y la publication que je t'ordonne! Et
Jonas se leva, et alla à Ninive, selon la parole de l'Éternel. » (Jonas 1 :1-3 :3).
Le livre du Prophète Jonas fut écrit au VIII ème siècle avant J.-C. C’est une
perle prophétique de grand prix, un diamant étincelant aux mille et un facettes
typologiques, un bijou artistique d’une rare perfection, et un chef-d’œuvre
littéraire bref, concis et précis, qui révèle la miséricorde et les voies insondables
de l’Eternel, de même que la grande méchanceté du cœur humain vaniteux qui
voit d’un mauvais œil que Dieu soit bon. Il raconte et célèbre la grandeur sans
borne ni limite de l’Eternel dans Son monde qu’Il a créé pour Sa gloire, lui qui
commande à toute Sa création qui lui obéit, même aux montres marins, aux
vents impétueux, aux grandes tempêtes, aux ricins, aux vers, aux vents chauds,
aux prophètes rebelles et nous introduit au cœur de l’herméneutique sous la
conduite magistrale du Maître, le Seigneur de gloire Jésus-Christ qui, à travers
la lumière des Évangiles, nous initie lui-même à la lecture allégorique et
prophétique de la Parole de Dieu, "ce diamant étincelant aux mille et une
facettes". C’est un livre que tout musulman sincère, à la quête de la vérité, sans
esprit de parti, devrait profondément méditer à la lumière des Évangiles, afin de
faire le bond décisif de la foi et venir au Seigneur de gloire Jésus-Christ, le
sauveur du monde, qui ne mettra pas dehors celui qui vient à lui (Jean 6 :37). Ce
livre reçu le témoignage suprême du Seigneur de gloire Jésus-Christ. C’est dire
que la question de son authenticité ou de son historicité ne fait aucun doute.
C’est un livre prophétique de l’ancien Testament qui présente un très grand
intérêt, non en raison de la prophétie portée par le prophète, qui du reste ne
trouva pas d’accomplissement du fait de la repentance des gens de Ninive à la
proclamation par Jonas de la publication de l’Éternel, mais en raison de
l’expérience personnelle vécue par le prophète Jonas, qui fut dans le ventre d’un
monstre marin, le Léviathan, trois jours et trois nuits, et vomit ensuite sur la
terre. Le Seigneur de gloire Jésus-Christ lui-même, en son temps, appliqua le
chapitre second de ce livre à Sa mort suivie de Sa résurrection le troisième jour
en l’an 33 de notre ère. En effet, à la sollicitation des scribes et des pharisiens
qui lui manifestaient leur désir brûlant de le voir faire un miracle, il répondit :
« Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera
donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas
fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils
de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre » (Matthieu
12 :39-40 ; 16 :4 ; Luc 11 :29). Ainsi, à la vérité, le prophète Jonas constitue un
type du Christ, qui fut trois jours et trois nuits dans le sein de la terre et qui
ressuscita le troisième jour en l’an 33 de notre ère. L’épreuve de Jonas constitue
donc une préfiguration de la croix et de la résurrection du Christ le troisième
jour. Le texte biblique étant un diamant étincelant aux mille et une facettes, les
autres types cachés dans l’épreuve de Jonas sont respectivement "Israël" et "la
seconde résurrection du Christ le troisième JOUR à l’occasion de la parousie".
24

Conclusion :
Les Versets Sataniques
A la lumière particulière du livre précieux du prophète Zacharie, il
apparaît donc très clairement que le Noble Coran est une supercherie, et une
altération et falsification de la Sainte Bible, parole révélée et complète de
l’Éternel Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Le Noble Coran, en
substituant à la Bible, authentique livre révélé de Dieu, un faux message, c’està-dire des insanités et des versets sataniques, constitue bel et bien une tromperie.
Le Coran est donc très clairement un tissu de versets sataniques destinés à
tromper. Son seul objectif, du reste inavouable, est d’annuler toute l’œuvre
centrale et universelle accomplie par le Fils de Dieu à la croix. Il s’agit d’un
autre Évangile et d’un autre Jésus-Christ, destinés aux vases de colère que Dieu,
dans son dessein d’élection, a d’avance formés pour la perdition. Il s’agit d’un
autre Évangile et d’un autre Jésus-Christ, destinés à ceux qui périssent, et à ceux
dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence afin qu’ils ne voient pas briller
la splendeur de l’Évangile de la grâce et de la gloire de Christ. L’Éternel Dieu
ayant tout créé, même le méchant pour le jour du malheur, l’Islam participe
simplement, pour ainsi dire, du dessein d’élection de Dieu. En rejetant l’offre
sincère de salut du Christ Jésus, en foulant aux pieds le Fils de Dieu, en tenant
pour profane le sang de l’alliance, et en outrageant l’Esprit de la grâce, les
masses des pays arabes et musulmans se privent elles-mêmes de la grâce du
Christ Jésus, et se condamnent elles-mêmes à l’étang ardent de feu et de souffre,
préparé pour le Diable et ses anges, et où elles seront tourmentées jour et nuit
aux siècles des siècles. En effet, comme l’a souligné à juste titre le Christ Jésus,
« sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15 :5). "Le sacrifice d’Abraham" et
"l’épreuve de Jonas", types cachés de la mort et de la résurrection du Christ le
troisième jour, aveuglement repris par l’auteur du Coran, car codés et voilés à
ses yeux par l’Éternel, attestent et témoignent de la supercherie du noble Coran,
selon qu’il est écrit, « Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie,
précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est donc
pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux
qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une pierre
d’achoppement, et un rocher de scandale. Ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru
à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés. Vous, au contraire, vous êtes
une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que
vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son
admirable lumière. Vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant
êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui
maintenant avez obtenu miséricorde » (1 Pierre 2 :6-10). Nous nous étonnons
25

donc d’autant plus de l’effort déployé par le Vatican en vue du dialogue
œcuménique et interreligieux impossible notamment avec l’Islam. En effet, le
christocentrisme de la foi chrétienne est contraire et interdit une telle démarche.
Par son œuvre expiatoire à la croix à Golgotha, le Seigneur Jésus-Christ, Fils de
Dieu, donna sa vie pour sauver son peuple. Bien plus, il ressuscita le troisième
jour et intercède actuellement pour lui auprès du Père. L’Islam tend par contre à
annuler toute l’œuvre centrale et universelle du Seigneur Jésus accomplie à la
croix. Il nie en effet que le Père ait un Fils, il nie la divinité du Christ, il nie sa
crucifixion, et naturellement il nie sa résurrection le troisième jour. Alors que
dans la sourate 112 du Coran, traitant du monothéisme pur, il est explicitement
écrit que Allah est unique, qu’il n’a jamais été engendré et qu’il n’a jamais
engendré non plus, et que nul n’est égal à lui, dans le Psaume 7 : 2 par contre, le
Seigneur Jésus-Christ déclare : « Je publierai le décret ; L’Éternel m’a dit : Tu
es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui ». Comment peut-on rapprocher de
telles positions si éloignées ? Comment peut-on trouver des points de
convergences entre des déclarations aussi contraires ? Pour l’Islam
effectivement, parce qu’Allah n’a jamais engendré, alors le Seigneur JésusChrist n’est pas son Fils. Or, au même Seigneur Jésus-Christ, L’Éternel a dit :
Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui. De plus, dans sa première épître,
l’apôtre Jean écrit : « Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité,
mais parce que vous la connaissiez, et parce qu’aucun mensonge ne vient de la
vérité. Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est
l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils. Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le
Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. Que ce que vous avez entendu
dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le
commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le
Père. Et la promesse qu’il nous a faite, c’est la vie éternelle. Je vous ai écrit ces
choses au sujet de ceux qui vous égarent. Pour vous, l’onction que vous avez
reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ;
mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et
qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements
qu’elle vous a donnés. Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que,
lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne
soyons pas confus et éloignés de lui » (1 Jean 2 :21-28). Et encore : « Bienaimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir
s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.
Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu
en chair est de Dieu ; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu,
c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est
déjà dans le monde » (1 Jean 4 :1-3).
Par ailleurs, au nom de l’Islam, les peuples arabes et musulmans se font
des ennemis acharnés d’Israël, le peuple de Dieu. Or, ainsi parle l’Éternel des
26

armées au sujet d’Israël : « Celui qui vous touche touche la prunelle de son œil »
(Zacharie 2 :8). Et aussi : « Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux
qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse
12 : 3). Et encore : « Le salut vient des Juifs » (Jean 4 :22). Par conséquent,
celui qui se fait ennemi d’Israël, se fait aussi ennemi de Dieu. C’est ce que
confirme du reste majestueusement le Psaume 83 d’Asaph où il est question des
ennemis d’Israël qui rêvent de rayer Israël de la carte du monde et de supprimer
son nom de la mémoire collective. On dirait entendre les projets de l’exPrésident Iranien Mahmoud Ahmadinedjad.
Ainsi, il ne peut y avoir de dialogue entre Foi Chrétienne et Islam. Il s’agit
de deux conceptions absolument contradictoires sur des points essentiels. Toute
tentative de rapprochement participerait simplement de manœuvres de
séductions orchestrées par le Vatican en vue de la formation de cette grande
religion mondiale officielle de la fin des temps appelée New age (Le Nouvel
Age), et dont le Pape en prendrait la tête et en tant que le faux prophète au
service de la bête (Apocalypse 19 :20 ; Apocalypse 13 :11-18). Aussi, sommesnous en plein dans l’Apostasie annoncée par les saints apôtres et prophètes.
Le dialogue œcuménique et interreligieux promu par le Vatican, et dont
Assise 1986 marque le tournant décisif, est contraire à la parole de Dieu qui
consacre le christocentrisme de la foi chrétienne. En effet, il est écrit : « Il n’y a
de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été
donné parmi les hommes, par lequel nous devrions être sauvés » (Actes 4 :12).
Jésus-Christ est le Dieu véritable et la vie éternelle ; et en dehors de lui il n’y a
point de Dieu. C’est cela l’authentique Foi chrétienne enseigné par les Écritures,
et qui s’oppose aux traditions des hommes.
« Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Ne vous
laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères ; car il est bon que
le cœur soit affermi par la grâce, et non par des aliments qui n’ont servi de rien
à ceux qui s’y sont attachés » (Hébreux 13 :8-9).

27

A la lumière du livre précieux du Prophète
Zacharie, lequel a la particularité d’être un livre prophétique de l’ancien
Testament écrit environ cinq (05) siècles avant l’Évangile du Seigneur JésusChrist, au centre de la controverse entre la Sainte Bible et le Noble Coran, et
dont l’inspiration et l’autorité sont solidement établies en raison de
l’accomplissement à la lettre de ses prophéties spécifiques et très précises
relatives à la croix du Christ Jésus, Son retour en gloire, le conflit éternel pour le
contrôle de la terre sainte, c’est-à-dire Jérusalem, qui deviendra un coupe
d’étourdissement et un pierre pesante pour tous les peuples alentours dont Israël
lui-même, et enfin l’avenir glorieux d’Israël après le futur siège de Jérusalem, et
sa repentance à la suite de son étonnante victoire à l’issue de la bataille
d’Harmaguédon par la seule vertu du bras puissant de l’Éternel Dieu, - l’auteur
tranche au vif le débat en établissant la supercherie islamique et du Noble Coran,
qui n’est rien d’autre qu’une œuvre minutieuse de démolition de l’authentique
parole de Dieu. Il en conclut qu’en substituant à la Sainte Bible, authentique
livre révélé de Dieu, un faux message, c’est-à-dire des insanités et des versets
sataniques, le Noble Coran constitue bel et bien une tromperie, dont le seul
objectif, du reste inavouable, est d’annuler toute l’œuvre centrale et universelle
accomplie par le Fils de Dieu à la croix de Golgotha. Il souligne qu’en dépit de
ses prétentions à s’inscrire dans la stricte continuité de la Sainte Bible, dont il ne
serait que le couronnement, le Noble Coran et son message ne constituent ni
moins ni plus qu’un autre Évangile et un autre Jésus-Christ, destinés aux vases
de colère que Dieu, dans son dessein d’élection, a d’avance formés pour la
perdition, selon qu’il est écrit, « Voici, je mets en Sion une pierre angulaire,
choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est
donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée
ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une pierre
d’achoppement, et un rocher de scandale. Ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à
la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés » (1 Pierre 2 :6-8). Il conclut son
propos en dévoilant des types cachés de la mort et de la résurrection du Christ le
troisième jour, notamment "le sacrifice d’Abraham" et "l’épreuve de Jonas",
aveuglement repris par l’auteur du Coran, car codés et voilés à ses yeux par
l’Éternel qui, dans Sa sagesse infiniment variée et Sa prescience, savait d’avance
que Sa Parole ferait l’objet d’attaques de la part de Mohammed, type de
l’antéchrist, dont l’apparition se fît par la puissance de Satan qui lui donna une
grande puissance et une grande autorité afin de perdre les fils de la rébellion.
28



Documents similaires


prophetie
islam ange ombolo
reponses coran salat fatih
pour eviter les malediction divine pour musulman
livre jesuspdf
livre jesus1pdf


Sur le même sujet..