Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



PAROUSIE ANGE OMBOLO .pdf



Nom original: PAROUSIE ANGE OMBOLO.pdf
Titre: Microsoft Word - PAROUSIE ANGE OMBOLO
Auteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PrimoPDF http://www.primopdf.com / Nitro PDF PrimoPDF, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/07/2018 à 20:36, depuis l'adresse IP 154.72.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 376 fois.
Taille du document: 1.1 Mo (139 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


2033 ?
(L’Idée d’un Retour Prochain en Gloire en
2033 du Seigneur Jésus-Christ est-elle
Envisageable ?)

« Souvenez-vous de ce qui s’est
passé dès les temps anciens ; car Je
suis Dieu, et il n’y en a point d’autre,
Je suis Dieu, et nul n’est semblable à
Moi.
J’annonce
dès
le
commencement ce qui doit arriver, et
longtemps d’avance ce qui n’est pas
encore accompli ; Je dis : Mes arrêts
subsisteront, et J’exécuterai toute
Ma volonté » (Esaïe 46 :9-10).
Ange OMBOLO

Le sablier est bientôt vide !
ESCHATOLOGIE & FOI CHRÉTIENNE

Ange OMBOLO

2033 ?
(L’Idée d’un Retour Prochain en Gloire en
2033 du Seigneur Jésus-Christ est-elle
Envisageable ?)

« Souvenez-vous de ce qui s’est
passé dès les temps anciens ; car Je
suis Dieu, et il n’y en a point d’autre,
Je suis Dieu, et nul n’est semblable à
Moi.
J’annonce
dès
le
commencement ce qui doit arriver, et
longtemps d’avance ce qui n’est pas
encore accompli ; Je dis : Mes arrêts
subsisteront, et J’exécuterai toute
Ma volonté » (Esaïe 46 :9-10).

ESCHATOLOGIE & FOI CHRÉTIENNE

2

Visitez et consultez également notre site ainsi que notre chaine de télé internet et
écrivezécrivez-nous ou appelez aux adresses suivantes :
Site Internet : https://www.wmaker.net/jesuschristcep/
YOUTUBE : ANGE OMBOLO TV
E-mail : anomta@yahoo.fr
Tél. : (237) 695586242 ou (237) 675520729

3

Table des matières
Pages
Avertissement ............................................................................................................................. 5
Résumé ....................................................................................................................................... 6
Introduction ................................................................................................................................ 8
Partie 1 : De l’Exhortation à Connaitre les Temps et les Moments du Rétablissement du
Royaume d’Israël ..................................................................................................................... 10
Partie 2 : Une Réalité à ne pas Ignorer : La Coexistence de Deux Échelles de Temps ...... 22
Partie 3 : La Coexistence de Deux Échelles de Temps et Ses Conséquences Mécaniques sur la
Résurrection/Retour du Christ .................................................................................................. 25
Partie 4 : Le Principe de la Double Référence, Le Principe de la Double Résurrection du
Christ Le Troisième Jour et la Résurrection/Retour du Christ ................................................ 33
Partie 5 : L’Apport et Les Lanternes de La Lecture Allégorique et Prophétique .................... 39
Partie 6 : Les Preuves par les Modèles Mathématiques Bibliques ........................................... 59
Partie 7 : Une Préfiguration ou Image de la Double Résurrection du Seigneur Jésus-Christ le
Troisième Jour ........................................................................................................................ 110
Partie 8 : La Bonne Attitude ................................................................................................... 113
Conclusion .............................................................................................................................. 115
Annexes : Des Objections et Clarifications............................................................................ 117
Liste des Références Bibliographiques .................................................................................. 136

4

Avertissement
Afin d’éviter tout malentendu, qu’il me soit permis, avant l’ouverture de ce
livre, de faire une mise au point par rapport à son titre, notamment l’année 2033.
En fait, il faudrait par 2033, entendre, et lire à chaque fois, l’intervalle [20282033]. En effet, face à la curieuse et étonnante difficulté de définir avec
précision la date exacte de la crucifixion du Seigneur Jésus-Christ, l’on ne
saurait, à la vérité, avoir la prétention de déterminer l’année exacte de son retour
ultime en gloire. L’on ne peut alors se borner qu’à en donner une fourchette. Et
cette fourchette, c’est l’intervalle [2028-2033].
Mais pour des commodités pratiques et de communication, nous avons
adopté l’année 2033. Toutefois, il faudrait par là entendre et lire l’intervalle
[2028-2033]. De la même manière, et dans le même esprit, lorsque l’on situe la
crucifixion du Seigneur Jésus-Christ en l’an 33 de notre ère, il faudrait entendre
et lire l’intervalle [28-33].
Avec naturellement le problème de "l’année tropique vraie", c’est-à-dire
celle de l’horloge de Dieu, et qui pourrait être de 365 jours, contrairement donc
aux 365,25 jours1 de "l’année tropique", c’est probablement l’une des raisons
pour lesquelles, dans Matthieu 24 :36, le Seigneur de gloire Jésus-Christ, dans sa
prescience, et fort à propos, peut explicitement dire : « Pour ce qui est du jour et
de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père
seul », et non pour les raisons obscurantistes et ténébreuses, qu’avancent
certains esprits ignorants, mal affermis ou mal intentionnés.

Ange OMBOLO

1

A la vérité, l’année tropique compte 365,24 jours, et c’est l’année grégorienne moyenne, qui y est calquée, qui
compte 365,25 jours. Ainsi, chaque année, "le calendrier grégorien" serait plus long que "l’année tropique
vraie" de 0,25 jours. Par conséquent, en 2000 ans,"l’année grégorienne moyenne" serait plus longue que
"l’année tropique vraie" de 500 jours ; ou mieux dit, "le calendrier grégorien" serait plus long que "l’horloge de
Dieu" de 500 jours. Il faudrait donc déduire ces 500 jours excédentaires des 2000 ans du calendrier grégorien.
Autrement dit, 2000 années tropiques vraies correspondent à 1998,63 années grégoriennes ou années tropiques.
Ou si l’on veut, c’est seulement 1998,63 années grégoriennes (ou années tropiques) qui correspondent à 2000
années tropiques vraies. Par conséquent, sur une période de 2000 années grégoriennes ou tropiques (Calendrier
grégorien), il faudrait retrancher environ 1,37 années grégoriennes ou tropiques afin d’obtenir l’équivalent en
années tropiques vraies.

5

Résumé
Dans ce livre, l’auteur se pose la question de savoir si l’idée d’un retour
prochain en gloire en 2033 du Seigneur Jésus-Christ est envisageable ? De façon
décomplexée et sereine, il répond à cette question par l’affirmative, s’appuyant
en cela sur une loi inouïe, « Le Principe de la Double Résurrection du Christ le
Troisième Jour ». Selon ce principe, - conformément au principe de la double
référence qui veut qu’une prophétie ait un double accomplissement, un premier
accomplissement partiel, et un second accomplissement complet, la prophétie de
la résurrection du Seigneur Jésus-Christ le troisième Jour connaîtrait également
un double accomplissement. Un premier accomplissement partiel en l’an 33 de
notre ère, et un second accomplissement complet en 2033, qui correspondrait au
retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ, pour rétablir le Royaume
d’Israël (Actes 1 :6) et instaurer Son royaume messianique de justice et de paix.
Il s’aide en cela de la coexistence de deux échelles de temps, l’échelle de temps
humaine, qui compte des jours longs de 24 heures, et l’échelle de temps divine,
qui compte des JOURS millénaires(2 Pierre 3 :8 ; Psaume 90 :4). Il illumine
son hypothèsesous les lanternes prophétiques de certains textes de l’Ecriture et
la vérifie à l’appui de modèles mathématiques bibliques.Sur la base de l’apport
et des lanternes de la lecture allégorique et prophétique et des cinq (05) modèles
mathématiques bibliques développés, en l’occurrence, le Modèle Mathématique
Biblique des 40 temps de report (40T), le Modèle Mathématique Biblique des
40 temps de report (40T) du Ministère du Libérateur d’Israël, le Modèle
Mathématique Biblique des 40 temps (40T), le Modèle Mathématique Biblique
de la Résurrection le 3ème Jour, c’est-à-dire dans 2 Jours (2J) et le Modèle
Mathématique Biblique des 7 temps (7T), qui tous, en mettant en évidence cet
écart de 2.000 ans entre la Croix du Christ et la parousie, tendent à confirmer
l’idée d’un retour prochain en gloire du Seigneur Jésus-Christ en 2033, - se
refuser de souscrire à l’hypothèse d’un retour prochain en gloire du Seigneur
Jésus-Christ en 2033 serait attribuer au hasard un rôle inadmissible, affirmer du
même coup que Dieu joue aux dés et ne faire aucun cas de l’analogie, cœur et
moteur de la pensée divine, comme l’attestent toute l’histoire des grandes
découvertes et l’enseignement explicite du Seigneur de gloire Jésus-Christ. Avec
Henri POINCARÉ, « Nous nous refusons à admettre que cette rencontre [de
2.000 ans], si souvent répétée [entre la Croix du Christ et la Parousie], soit un
simple effet du hasard… ». Nous nous refusons à admettre que ce méga jubilé
de 2.000 ans, si souvent répété entre la Croix du Christ et la Parousie, soit un
simple effet du hasard. Nous nous refusons à admettre que cet écart de deux
milles (2.000) ans, si souvent répété entre la Croix du Christ et la Parousie, soit
un simple effet du hasard, et nous en concluons que notre hypothèse sur la
parousie doit être vraie. En effet, « Dieu ne joue pas aux dés » (Henri Laborit,

6

Grasset, 1987). Et telle est la nature du raisonnement mathématique ancré dans
l’analogie, cœur et moteur de la pensée divine ! « Toi, Daniel, tiens secrètes ces
paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la
connaissance augmentera » (Daniel 12 :4).

7

Introduction
La pensée confuse que le Seigneur Jésus-Christ revienne en 2033 pour
établir son Royaume messianique de justice et de paix m’a toujours animé
l’esprit. Malheureusement pour moi, dans tous les travaux eschatologiques
relatifs au retour en gloire du Seigneur dont j’avais connaissance, aucun penseur
n’avait encore avancé cette idée. Mais quelle ne fut pas ma joie intense lorsqu’il
y a quelques jours, en achevant la lecture du livre du Pasteur Derek Walker
intitulé Les 7 temps des Nations, je tombai en seconde moitié de la dernière
page sur cette phrase sublime : « Cela préfigure la Seconde Venue pour 2033 et
l’enlèvement sept ans auparavant, en 2026 ». Je fus très content de savoir que je
n’étais pas fou. Mais il me restait encore un problème, à savoir comment faire
passer cette idée parmi mes frères en Christ, car si pour ce qui est du sujet
principal de son livre, Monsieur Derek Walker est on ne peut plus convaincant,
pour ce qui est de l’année de la seconde venue il n’y consacre en fait même pas
deux lignes s’appuyant simplement sur le Modèle Biblique des Sept temps
notamment les sept temps de la création et le fait que le sixième jour se
terminerait par la glorieuse seconde venue du Seigneur, et que le millénium
constituerait le septième jour bouclant ainsi le processus de la création. Je rends
grâce au Seigneur Jésus-Christ pour ce travail de Monsieur Derek Walker. Je
pensais tout de même que la démonstration restait légère et qu’il me fallait plus
d’arguments pour aller annoncer la bonne nouvelle. En particulier, je pensais
que cela tenait à un vide théorique et conceptuel c’est-à-dire qu’il fallait
organiser cette idée autour de concepts qui en faciliteraient la compréhension et
l’évidence. En effet, comme le souligne à juste titre l’apôtre Paul, « Dieu n’est
pas un Dieu de désordre » (1 Corinthiens 14 :33), c’est un Dieu d’ordre qui
fonctionne avec des lois, des principes, des théories, des concepts et des
doctrines qu’il a lui-même élaborés. Il nous suffit de les retrouver et alors tout
s’illumine merveilleusement dans notre esprit et notre entendement. Je pense
que c’est là la grâce qui m’a été accordée par le Seigneur. Le cadre théorique et
conceptuel que j’ai développé s’articule autour de trois points à savoir :
1. L’existence de deux échelles de temps ; une échelle de temps humaine,
qui compte des jours longs de 24 heures, et une échelle de temps divine,
qui compte des JOURS millénaires, c’est-à-dire longs de 1000 ans ;
2. Le Principe de la double référence, qui est un principe herméneutique qui
veut qu’une prophétie ait un double accomplissement ; un premier
accomplissement partiel et un second accomplissement complet ;

8

3. Le Principe de la Double Résurrection du Christ le Troisième Jour. C’est
ce point inouï qui constitue l’innovation et la particularité de ma
méditation. En effet, conformément au principe de la double référence, la
prophétie de la résurrection du Seigneur Jésus-Christ le Troisième Jour
connaîtrait également un double accomplissement. Un premier
accomplissement partiel en l’an 33 de notre ère, et un second
accomplissement complet en 2033, qui correspondrait au retour ultime en
gloire du Seigneur Jésus-Christ (révélation/parousie), pour rétablir le
Royaume d’Israël (Actes 1 :6) et instaurer Son royaume messianique de
justice et de paix.
En s’appuyant sur ce cadre théorique et conceptuel, l’idée d’un retour
prochain en gloire en 2033 du Seigneur Jésus-Christ devient alors tout à fait
envisageable, et l’on peut la soutenir de façon décomplexée et sereine. Sur la
base de l’apport et des lanternes de la lecture allégorique et prophétique et des
cinq (05) modèles mathématiques bibliques développés, en l’occurrence, le
Modèle Mathématique Biblique des 40 temps de report (40T), le Modèle
Mathématique Biblique des 40 temps de report (40T) du Ministère du Libérateur
d’Israël, le Modèle Mathématique Biblique des 40 temps (40T), le Modèle
Mathématique Biblique de la Résurrection le 3ème Jour, c’est-à-dire dans 2
Jours (2J) et le Modèle Mathématique Biblique des 7 temps (7T), qui tous, en
mettant en évidence cet écart de 2.000 ans entre la Croix du Christ et la
parousie, tendent à confirmer l’idée d’un retour prochain en gloire du Seigneur
Jésus-Christ en 2033, - se refuser de souscrire à l’hypothèse d’un retour
prochain en gloire du Seigneur Jésus-Christ en 2033 serait attribuer au hasard un
rôle inadmissible, affirmer du même coup que Dieu joue aux dés et ne faire
aucun cas de l’analogie, cœur et moteur de la pensée divine, comme l’attestent
toute l’histoire des grandes découvertes et l’enseignement explicite du Seigneur
de gloire Jésus-Christ. Avec Henri POINCARÉ, - le dernier grand savant
universel, « Nous nous refusons à admettre que cette rencontre [de 2.000 ans], si
souvent répétée [entre la Croix du Christ et la Parousie], soit un simple effet du
hasard… ». Nous nous refusons à admettre que ce méga jubilé de 2.000 ans, si
souvent répété entre la Croix du Christ et la Parousie, soit un simple effet du
hasard. Nous nous refusons à admettre que cet écart de deux milles (2.000) ans,
si souvent répété entre la Croix du Christ et la Parousie, soit un simple effet du
hasard, et nous en concluons que notre hypothèse sur la parousie doit être vraie.
En effet, « Dieu ne joue pas aux dés » (Henri Laborit, Grasset, 1987). Et telle
est la nature du raisonnement mathématique ancré dans l’analogie, cœur et
moteur de la pensée divine !

9

Partie 1 :
De l’Exhortationà Connaitre
les Temps et les Moments du
Rétablissement du Royaume
d’Israël
« Daniel, je suis venu maintenant pour ouvrir ton intelligence. Lorsque
tu as commencé à prier, la parole est sortie, et je viens pour te l’annoncer ; car
tu es un bien-aimé. Sois attentif à la parole, et comprends la vision !Soixante et
dix (70)semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire
cesser les transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquitéet
amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre
le Saint des saints[le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs/le Saint de
Dieu/le Christ Jésus/le Roi des Juifs]. Sache-le donc, et comprends ! Depuis le
moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au
Conducteur, il y a sept (07) semaines ; dans soixante-deux (62) semaines, les
places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les
soixante-deux (62) semaines, un oint sera retranché, et il n’aura pas de
successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et
sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations
dureront jusqu’au terme de la guerre. Il fera une solide alliance avec plusieurs
pendant une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice
et l’offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à
ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur » (Daniel 9 :2227).(Voir aussi Psaumes 2 :6 ; 1 Samuel 9 :15-17 ; 10 :1 ; 16 :1-14 ; Luc 1 :6775 ; 19 :11-28 ; 4 :34 ; Jean 6 :69 ; Marc 1 :24 ; Actes 3 :14).
« Les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que
tu rétabliras le Royaume d’Israël ? Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de
connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité »
(Actes 1 :6-7).
« Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges
des cieux, ni le Fils, mais le Père seul » (Matthieu 24 :36).

10

L’Écriture est-elle contre notre démarche ? L’Écriture est-elle contre
ces choses ? L’Écriture est-elle contre cet exercice ?
Avant de poursuivre notre exercice, il est nécessaire d’établir, au
préalable, le bien-fondé de notre démarche en démontrant que l’Écriture n’est
pas contre ces choses. En effet, il ne manquera pas d’esprit obscurantiste pour
brandir des arguments fallacieux et des textes mal compris, notamment Actes
1 :6-7, selon qu’il est écrit, « Les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur,
est-ce en ce temps que tu rétabliras le Royaume d’Israël ? Il leur répondit : Ce
n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de
sa propre autorité » (Actes 1 :6-7) et Matthieu 24 :36, selon qu’il est écrit,
« Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des
cieux, ni le Fils, mais le Père seul » (Matthieu 24 :36), pour nous calomnier.
Nous déconstruirons donc d’abord ces arguments fallacieux au feu de l’examen
minutieux des Écritures pour démontrer et rappeler que les Écritures ne sont pas
contre ces choses ; bien plutôt, elles nous y exhortent !
L’Écriture est-elle contre ces choses ? L’Écriture est-elle contre notre
démarche ? L’Écriture est-elle contre cet exercice ? Loin de là ! Tout au
contraire, Elle nous y exhorte, selon qu’il est écrit,« Daniel, je suis venu
maintenant pour ouvrir ton intelligence. Lorsque tu as commencé à prier, la
parole est sortie, et je viens pour te l’annoncer ; car tu es un bien-aimé. Sois
attentif à la parole, et comprends la vision !Soixante et dix (70)semaines ont
été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser les
transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquitéet amener la
justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint
des saints[le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs/le Saint de Dieu/le
Christ Jésus/le Roi des Juifs]. Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment
où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au
Conducteur, il y a sept (07) semaines ; dans soixante-deux (62) semaines, les
places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les
soixante-deux (62) semaines, un oint sera retranché, et il n’aura pas de
successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et
sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations
dureront jusqu’au terme de la guerre. Il fera une solide alliance avec plusieurs
pendant une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice
et l’offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à
ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur » (Daniel 9 :2227).(Voir aussi Psaumes 2 :6 ; 1 Samuel 9 :15-17 ; 10 :1 ; 16 :1-14 ; Luc 1 :6775 ; 19 :11-28 ; 4 :34 ; Jean 6 :69 ; Marc 1 :24 ; Actes 3 :14).« Depuis le
temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l'abomination du
dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix (1290) jours. Heureux
celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'à mille trois cent trente-cinq (1335)
11

jours! » (Daniel 12 :11-12). « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le
livre jusqu'au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance
augmentera » (Daniel 12 :4). « Va, Daniel, car ces paroles seront tenues
secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin. Plusieurs seront purifiés, blanchis
et épurés; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra,
mais ceux qui auront de l'intelligence comprendront » (Daniel 12 :9-10).
Ainsi, par "la prophétie des 70 semaines de Daniel", nous savons que le
Seigneur Jésus-Christ, "le Saint de Dieu", "le Saint des saints", "le Roi des rois
et le Seigneur des seigneurs" (Apocalypse 17 :14 ; 19 :16 ; 1 Timothée 6 :15),
"le Roi des Juifs", cet homme de haute naissance dont parle Luc (Luc 19 :1115), qui s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale,
et revenir ensuite après avoir été oint Roi, Roi d’Israël et du Monde, reviendra
en gloire au terme de la soixante-dixième semaine de Daniel pour rétablir le
Royaume d’Israël, établir le Millénium sabbatique, - le Royaume messianique.
Ainsi, tandis que "la prophétie des soixante-dix (70) semaines de
Daniel"(Daniel 9 :24-27) nous donne des indications très précises, aussi bien sur
l’année de la Croix du Seigneur de gloire Jésus-Christ que sur celle de la
parousie et du rétablissement du royaume d’Israël, en vue de notre édification,
« car le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses
serviteurs les prophètes » (Amos 3 :7), pour que ce jour ne nous surprenne,
frères, comme un voleur, n’étant pas comme le monde dans les ténèbres(1
Thessaloniciens 5 :1-4),- certaines personnes, ignorantes et mal affermies, en
tordant le sens des deux versets précédents, à savoir, Actes 1 :6-7 et Matthieu
24 :36, et en les sortant de leurs contextes, s’y réfugient pour justifier leur
hostilité vis-à-vis de la lumière de l’enseignement prophétique, et singulièrement
celle de la connaissance des temps et des moments de la parousie, c’est-àdire du Retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ, que l’on appelle
encore la Révélation. Elles affirment ainsi que Le Seigneur Jésus-Christ peut
revenir en gloireà tout moment pour établir son royaume messianique de
justice et de paix éternel, et estiment par conséquent que la seule chose bonne
et utile à enseigner aux chrétiens c’est la doctrine de l’imminence.
Nous n’ignorons pas que la Doctrine de l’imminence est bonne et utile, et
qu’il faille par conséquent absolument veiller à sa préservation, comme sousentendent les propos du Seigneur. Mais ce qu’ils veulent ignorer, c’est aussi
qu’à la réalité, parce que le Prophète Daniel, homme juste aux yeux de l’Eternel
au même titre que Noé et Job (Ézéchiel 14 :14), eût aussi à cœur de s’humilier
devant Dieu et de comprendre ce qui doit arriver à son peuple dans la suite des
temps, aussi interrogea-t-il : « Mon seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ?
Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées
jusqu’au temps de la fin. Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés ; les
12

méchants feront le mal, et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui
auront de l’intelligence comprendront. Depuis le temps où cessera le sacrifice
perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille
deux cent quatre-vingt-dix (1290) jours. Heureux celui qui attendra, et qui
arrivera jusqu’à mille trois cent trente-cinq (1335) jours ! Et toi, marche vers
ta fin ; tu te reposeras, et tu seras debout pour ton héritage à la fin des
temps »(Daniel 12 :8-13),- alors, ceux des hommes qui vivront durant la
tribulation, et qui seront au courant de la Prophétie des soixante-dix (70)
semaines de Daniel (Daniel 9 :24-27), pourront calculer, au jour près, la date du
retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ et donc du rétablissement du
Royaume d’Israël. L’Annexe 4 en fin du livre, dresse la Chronologie de la
tribulation, et est destinée à ceux des lecteurs qui voudraient en savoir plus sur la
question.
Bien plus, l’Ecriture nous enseigne que durant la captivité Babylonienne,
l’Ange Gabriel instruisit et ouvrit l’intelligence de Daniel au sujet du mystère de
la Parousie et du rétablissement du Royaume d’Israël, selon qu’il est écrit,
« Soixante et dix semaines (70) ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville
sainte, pour faire cesser les transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier
l’iniquitéet amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et
pour oindre le Saint des saints[le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs/le
Christ Jésus/le Roi des Juifs]. Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment
où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au
Conducteur, il y a sept (07) semaines ; dans soixante-deux (62) semaines, les
places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les
soixante-deux (62) semaines, un oint sera retranché, et il n’aura pas de
successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et
sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations
dureront jusqu’au terme de la guerre. Il fera une solide alliance avec plusieurs
pendant une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice
et l’offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à
ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur » (Daniel 9 :2427). Ainsi, par "la prophétie des 70 semaines de Daniel", nous savons que le
Seigneur Jésus-Christ, "le Saint de Dieu", "le Saint des saints", "le Roi des rois
et le Seigneur des seigneurs" (Apocalypse 17 :14 ; 19 :16 ; 1 Timothée 6 :15),
"le Roi des Juifs", cet homme de haute naissance dont parle Luc (Luc 19 :1115), qui s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale,
et revenir ensuite après avoir été oint Roi, Roi d’Israël et du Monde, reviendra
en gloire au terme de la soixante-dixième semaine de Daniel pour rétablir le
Royaume d’Israël, établir le Millénium sabbatique, le Royaume messianique.
Ainsi, les Écritures nous enseignent donc qu’à la réalité, la parousie ne
peut se produire n’importe quand, pour la simple et bonne raison que dans Son
13

droit souverain (Job 37 :23) et Sa sagesse infiniment variée, l’Éternel Dieu
Tout-Puissant à longtemps à l’avance fixé une chronologie très spécifique du
déroulement de l’histoire du Monde, dont il est le seul Maître absolu et
souverain. C’est ainsi que nous savons que conformément à ce plan, l’Antéchrist
se manifestera auparavant, qu’il aura un règne septennal, qu’il fera une solide
alliance avec plusieurs pour cette semaine d’années, le temple de Jérusalem sera
reconstruit, le sacrifice et les offrandes restaurés, et durant la seconde moitié de
la semaine, parce qu’il aura brisé l’alliance et dressé son image, il les fera cesser
et commettra des choses abominables, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu,
se proclamant lui-même Dieu…jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu
fondent sur lui lors de l’avènement du Seigneur de gloire Jésus-Christ, qui le
détruira par le souffle de sa bouche et l’anéantira par l’éclat de son avènement. Il
est donc clair que le Seigneur Jésus-Christ reviendra sept (07) ans après la
manifestation de l’Antéchrist, 7 années grégoriennes, c’est-à-dire 2555 Jours,
soit donc 365 jours x 7. Il est tout aussi clair que ce retour du Christ se produira
1290 jours après la rupture et violation de la solide alliance par l’Antéchrist, et
donc la cessation du sacrifice perpétuel et de l’offrande, et l’érection de l’image
de la Bête, la fameuse abomination du dévastateur (Voir La Table de la
chronologie de la tribulationen Annexe 4).
Aussi, contrairement donc à ce qu’on entend très souvent dire dans les
milieux chrétiens, la Parole de Dieu n’est point muette sur la date du retour
ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ. C’est pourquoi en particulier, une fois
de plus, nous pouvons affirmer et soutenir, Bible à l’appui, que ceux des
hommes qui vivront durant la tribulation et qui seront au courant de la Prophétie
des soixante-dix (70) semaines de Daniel (Daniel 9 :24-27), pourront calculer,
au jour près, la date du retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ et donc
du rétablissement du futur Royaume d’Israël (Voir La Table de la chronologie
de la tribulationen Annexe 4). A la vérité, affirmer que le Seigneur Jésus-Christ
peut revenir à tout moment pour rétablir le royaume d’Israël, ce n’est point
souligner, comme le prétendent les défenseurs de la doctrine de l’imminence, le
droit souverain de l’Eternel Dieu qui du reste nous le soulignons ne fait l’objet
d’aucun doute ou débat pour ceux qui sont en Christ, - mais c’est de fait faire de
l’Eternel Dieu un menteur, - blasphème suprême s’il en est, et proclamer du
même coup sa propre incrédulité par rapport à la révélation complète de parole
de Dieu qu’est la Bible. L’Eternel Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus-Christ
n’est point menteur. Aussi, Sa parole est certaine, entièrement digne d’être reçue
et elle s’accomplira à la lettre, n’en déplaise aux incrédules. C’est pourquoi,
même si dans Son droit souverain, qui du reste, une fois de plus, rappelons-le, ne
souffre d’aucune contestation pour ceux qui sont en Christ, il est tout à fait clair
que le Seigneur Jésus-Christ peut revenir à tout moment, selon son bon vouloir,
pour établir son Royaume messianique de justice et de paix, le futur royaume
d’Israël, – mais parce qu’il est écrit que l’Antéchrist se manifestera auparavant,
14

qu’il aura un règne septennal, qu’il fera une solide alliance avec plusieurs pour
cette semaine d’années, que le temple de Jérusalem sera reconstruit, le sacrifice
et les offrandes restaurés, et que durant la seconde moitié de la semaine, parce
qu’il aura brisé l’alliance et dressé son image, il les fera cesser et commettra des
choses abominables jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant luimême Dieu…jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur lui lors de
l’avènement du Seigneur de gloire Jésus-Christ qui le détruira par le souffle de
sa bouche et l’anéantira par l’éclat de son avènement, – alors, il est
blasphématoire d’affirmer que le Seigneur Jésus-Christ peut revenir à tout
moment, pour établir son royaume messianique de justice et de paix. « Que
Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur, selon
qu’il est écrit : Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, et que tu triomphe
lorsqu’on te juge » (Romains 3 :4).
C’est du reste tout l’objet de la seconde épître de l’apôtre Paul aux
Thessaloniciens, selon qu’il est écrit, « Pour ce qui concerne l'avènement de
notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions,
frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne
pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole,
ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur
était déjà là. Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que
l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché,
le fils de la perdition, l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on
appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se
proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces
choses, lorsque j'étais encore chez vous? Et maintenant vous savez ce qui le
retient, afin qu'il ne paraisse qu'en son temps. Car le mystère de l'iniquité agit
déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors
paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et
qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. L'apparition de cet impie se fera,
par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de
prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui
périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés.
Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au
mensonge, afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris
plaisir à l'injustice, soient condamnés. Pour nous, frères bien-aimés du
Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce
que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification
de l'Esprit et par la foi en la vérité. C'est à quoi il vous a appelés par notre
Évangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ.
Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez
reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre. Que notre Seigneur JésusChrist lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné
15

par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance, consolent vos
cœurs, et vous affermissent en toute bonne œuvre et en toute bonne parole!
« 2 Thessaloniciens 2 :1-17).
C’est pourquoi, également, dans Matthieu 24 :15, le Seigneur Jésus-Christ
pouvait-il attirer notre attention, selon qu’il est écrit, « lorsque vous verrez
l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu
saint, que celui qui lit fasse attention ! » (Matthieu 24 :15), nous indiquant, très
clairement, par là-même, que 1290 jours sépareront le temps où cessera le
sacrifice perpétuel et où sera dressée l’image de la bête dans le temple de
l’Éternel, - et Son retour ultime en gloire (Daniel 12 :11).
Par contre, il est tout à fait exact qu’il faille rester extrêmement prudent au
sujet de la date de l’Enlèvement de l’Eglise où l’humilité s’impose. Il s’agit d’un
tout autre sujet qui ne fait pas l’objet du présent livre. L’enlèvement de l’Eglise
est un sujet encore très controversé au sein même de l’Eglise où trois thèses
principales s’affrontent, une pré-tribulationniste, l’autre post-tribulationniste, et
une dernière hybride et dite midtribulationniste.Selon la thèse prétribulationniste, l’enlèvement de l’Eglise surviendrait avant la tribulation, ce qui
permettrait donc à l’Antéchrist de se manifester, le Saint-Esprit qui le retenait
s’étant en grande partie retiré avec précisément le retrait du corps du Christ. Les
partisans de cette thèse admettent généralement que cet enlèvement de l’Eglise
se produirait sept (07) ans avant le retour en gloire du Christ. La grande énigme
ici est alors de savoir s’il s’agit de sept (07) années de 360 jours (Calendrier
Babylonien), ou alors de sept (07) années de 365 jours (Calendrier Grégorien) ?
Dans l’un comme dans l’autre cas, on peut toujours élaborer deux scénarii
correspondant à chacune des hypothèses. Pour ma part, je suis favorable à l’idée
d’un enlèvement pré-tribulationniste basé sur le calendrier nouveau c’est-à-dire
le Calendrier Grégorien de 365 jours. Ce point particulier est discuté en partie au
chapitre suivant (Partie 2)et en annexe 4.
Selon la thèse post-tribulationniste par contre, l’enlèvement se produirait à
la fin de la tribulation au moment du retour du Christ. Les lecteurs sont invités à
consulter la littérature spécialisée pour en savoir plus sur la position Posttribulationniste. Entre ces deux extrêmes, on trouve une thèse hybride, la thèse
midtribulationniste, selon laquelle, l’enlèvement de l’Eglise ne se produirait ni
avant, ni après la tribulation, mais pendant la tribulation, juste avant le début de
la grande tribulation que la Bible appelle encore « le temps d’angoisse de
Jacob ».
Vous convenez donc avec moi, que le sujet de l’enlèvement de l’Eglise est
fort complexe, d’autant que chaque camp avance ses arguments, et que Les
Ecritures, qui permettraient de trancher le débat, sont effectivement peu
16

loquaces sur la question. Il convient donc, sur ce sujet particulier de
l’Enlèvement de l’Eglise, d’être prudent, car effectivement il comporte de
nombreuses zones d’ombres. Fort heureusement pour nous, n’en déplaise aux
orgueilleux, qui, ne voulant s’incliner devant leurs propres limites, et en en
faisantun horizon indépassable pour tous, plutôt que de reconnaître en toute
humilité que Le Saint-Esprit distribue à chacun en particulier ses dons comme il
le veut et selon son bon vouloir et ce pour l’utilité commune (1 Corinthiens
12 :7-11), - la date du retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ peut être
définie sur des bases scripturaires comme nous le verrons dans la suite. Gloire
soit au Seigneur Jésus-Christ, par qui, « à chacun la manifestation de l’Esprit est
donnée pour l’utilité commune » (1 Corinthiens 12 :7). Par ailleurs, soulignons
que dans le livre de l’Ecclésiaste, au chapitre 8, versets 5 à 6, le Roi Salomon
nous indique expressément que le cœur du sage, selon Dieu, connaît le temps du
jugement2.
C’est le lieu pour nous de condamner les fausses prophéties qui circulent
actuellement sur la date du retour ultime en gloire du Christ, notamment celle de
2012 (Apocalypse 2012), qui ont une grande résonance et qui en jetant, de la
sorte, du discrédit sur la parole prophétique en générale, n’ont d’autre but que de
décrédibiliser les travaux sérieux des vrais serviteurs de Dieu.
A la vérité, les propos tenus par le Seigneur Jésus-Christ dans Actes 1 :67, selon qu’il est écrit, « Les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce
en ce temps que tu rétabliras le Royaume d’Israël ? Il leur répondit : Ce n’est
pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa
propre autorité » (Actes 1 :6-7), ne s’adressent pas à la dernière génération, - à
la génération du temps de la fin, mais seulement aux générations qui, comme
celle des apôtres, ne verraient pas Son retour ultime en gloire, selon qu’il est
écrit, « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu'au temps
de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera » (Daniel
12 :4). « Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au
temps de la fin. Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés; les méchants feront
le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de
l'intelligence comprendront » (Daniel 12 :9-10). Ce privilège et ce devoir sont
les nôtres, - la dernière génération, la génération du temps de la fin, nous qui
sommes parvenus au temps de la fin, selon qu’il est écrit, « Pour ce qui est des
temps et des moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive. Car
vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur
dans la nuit. Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine
les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme
enceinte, et ils n'échapperont point. Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les
2

Voir la Bible Thompson(préparée par le Professeur Franck Charles THOMPSON) éditée par les éditions Vida
(Réimpression de 2008)

17

ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur; vous êtes tous des
enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni
des ténèbres » (1 Thesaloniciens 5 :1-5). C’est le sens exclusif du pronom
personnel vous utilisé par le Seigneur Jésus-Christ dans Sa réponse à la question
des apôtres. C’est dire que le Seigneur Jésus-Christ s’adresse ici exclusivement à
Ses apôtres, et à travers eux, à leur génération, et plus largement, à toutes les
générations qui ne verraient pas Son retour ultime en gloire. Une autre
interprétation serait en contradiction flagrante avec La prophétie des soixantedix (70) semaines de Daniel, selon qu’il est écrit,« Sois attentif à la parole, et
comprends la vision !Soixante et dix semaines (70) ont été fixées sur ton peuple
et sur ta ville sainte, pour faire cesser les transgressions et mettre fin aux
péchés, pour expier l’iniquité et amener la justice éternelle, pour sceller la
vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints [le Roi des rois et le
Seigneur des seigneurs/le Christ Jésus/le Roi des Juifs]. Sache-le donc, et
comprends ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera
rebâtie jusqu’à l’Oint, au Conducteur, il y a sept (07) semaines ; dans soixantedeux (62) semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps
fâcheux. Après les soixante-deux (62) semaines, un oint sera retranché, et il
n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le
sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les
dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre. Il fera une solide alliance
avec plusieurs pendant une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera
cesser le sacrifice et l’offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus
abominables, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le
dévastateur » (Daniel 9 :23-27), ainsi qu’avec la vérité de Daniel 12 :8-12, selon
qu’il est écrit, « Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera
dressée l'abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix
(1290) jours. Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'à mille trois cent
trente-cinq (1335) jours! » (Daniel 12 :11-12). Par ailleurs, soulignons qu’une
autre réponse de la part du Seigneur Jésus-Christ dans la situation particulière de
ses apôtres n’aurait été d’aucun intérêt. En effet, si le Seigneur Jésus-Christ avait
dès le début, annoncé de façon précise, les temps et les moments du
rétablissement du royaume d’Israël, et donc de son retour ultime en gloire,
l’Eglise aurait perdu l’incitation à la vigilance que lui donne l’incertitude quant
au moment de Sa venue en gloire. Leur annoncer qu’Il ne reviendrait pas de leur
vivant, -cela aurait-il été productif ? Non. Soyons sérieux ! Cela n’aurait produit
qu’une grosse meurtrissure, une grande déception, un grand brisement, un grand
vide, du relâchement, du découragement et même de la démobilisation. A
preuve, même le grand prophète Jean-Baptiste, tout rempli qu’il était de l’esprit
d’Élie, appelé à venir baptiser d’eau afin que le Messie fût manifesté à Israël,
connu des moments de doutes et de troubles profonds à la suite de tribulations
en prison. C’est ce qui justifie du reste peut être les apparitions du Seigneur
Jésus-Christ à ses disciples après sa résurrection et relatées en Luc 24 ou dans
18

Acte 1 :3. Dans leur situation particulière, la doctrine de l’imminence était la
seule chose bonne et utile. Aussi, la réponse du Seigneur est-elle une réponse
de circonstances et de bon sens, destinée à maintenir ses disciples en état
d’éveil. Par contre, pour nous autres de la fin des temps, qui vivons plusieurs
siècles après le ministère terrestre du Seigneur, et avons par conséquent
suffisamment de recul pour juger, - naturellement la doctrine de l’imminence
reste pertinente, mais il faut lui adjoindre, l’enseignement et l’accomplissement
prophétique, qui, par la grâce du Seigneur, est aussi de nature à nous fortifier, à
nous stimuler et à nous conforter dans la foi. En effet, l’accomplissement
prophétique constitue la preuve suprême de l’Autorité et de l’Inspiration des
Écritures.
Pour ce qui est de Matthieu 24 :36, selon qu’il est écrit, « Pour ce qui est
du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais
le Père seul » (Matthieu 24 :36), - je constate, simplement, qu’ailleurs dans
l’Ecriture, notamment dans Genèse 1 :14-15, Apocalypse 9 :15 et Galates 4 :10,
l’Eternel Dieu divise aussi le temps en Heures, Jours, Mois et Années, selon
qu’il est écrit, « Dieu dit : Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour
séparer le jour d’avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les
époques [le temps], les jours et les années ; et qu’ils servent de luminaires dans
l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi » (Genèse 1 :14-15).
« Et les quatre anges qui étaient prêts pour l’heure, le jour, le mois et l’année,
furent déliés afin qu’ils tuassent le tiers des hommes » (Apocalypse 9 :15). Mais
aussi,« Vous observez les jours, les mois, les temps et les années ! » (Galates
4 :10). Aussi, si tant est que nul ne sait ni l’heure ni le jour, mais le Père seul, de grâce, n’allons pas au-delà de ce qui est écrit, en tordant le sens des Ecritures,
pour leurs faire dire ce qu’elles ne disent ni n’enseignent, pour en conclure, à
tort, que nul ne sait ni l’année, ni le mois. Ce n’est assurément pas ce qui est
écrit !
Bien plus, ceux qui avancent les propos tenus par le Seigneur Jésus-Christ
dans Matthieu 24 :36, ignorent superbement la suite même des propos du
Seigneur, à savoir, Matthieu 24 :37-44, où le Seigneur précise et clarifie sa
pensée en disant : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à
l’avènement du Fils de l’homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge,
les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants,
jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à
ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l’avènement du
Fils de l’homme. Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera
pris et l’autre laissé ; de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise
et l’autre laissée. Veiller donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre
Seigneur viendra. Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille
de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.
19

C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à
l’heure où vous n’y penserez pas. ».
Que faut-il donc comprendre des propos tenus par le Seigneur JésusChrist dans Matthieu 24 :36-44 ? Et quelles sont les bonnes questions à se
poser ? A mon avis, la première question raisonnable que devrait se poser tout
lecteur sérieux est celle de savoir « ce qui arriva du temps de Noé » ? Qu’estce donc qui arriva du temps de Noé ? La Parole de Dieu répond à cette question
dans le livre de la Genèse, du chapitre 6 au chapitre 8. En particulier, dans
Genèse 7 :1-14, il est écrit : « L’Eternel dit à Noé : Entre dans l’arche, toi et
toute ta maison ; car je t’ai vu juste devant moi parmi cette génération. Tu
prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa
femelle ; une paire des animaux qui ne sont pas purs ; le mâle et sa femelle ;
sept couples aussi des oiseaux du ciel, mâle et femelle, afin de conserver leur
race en vie sur la face de toute la terre. Car, encore sept jours, et je ferai
pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de la
face de la terre tous les êtres que j’ai faits. Noé exécuta tout ce que l’Eternel lui
avait ordonné. […] Sept jours après, les eaux du déluge furent sur la terre. L’an
six cent de la vie de Noé, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce
jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux
s’ouvrirent. La pluie tomba sur la terre quarante jours et quarante nuits ».
A la lecture de Genèse : 6-8, on comprend donc parfaitement que dans les
jours qui précédèrent le déluge, si effectivement les hommes « étrangers à la vie
de Dieu », c’est-à-dire les impies et les enfants de ténèbres, ne se doutèrent de
rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous, il plut, par contre, à
l’Eternel, de mettre Noé dans le secret de Ses plans. Aussi, sept (07) jours avant
le déluge, l’Eternel révéla à Noé Ses desseins que Noé révéla ensuite à toute sa
maison. Qu’est-ce à dire ? Dans Matthieu 24 :36, contrairement donc à la lecture
obscurantiste et ténébreuse qui prévaut actuellement dans une certaine Eglise, le
Seigneur Jésus-Christ nous annonce qu’Il mettra également Ses bien-aimés dans
le secret comme cela fut le cas avec Noé pour le déluge, tandis que la masse
incrédule, impie et ennemie de la vérité périra dans son incrédulité, son impiété
et ses ténèbres, et sera désagréablement surprise à son avènement. En effet, « le
Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les
prophètes » (Amos 3 :7).
Ainsi, les propos du Seigneur Jésus confirment ceux du Roi Salomon, qui
dit expressément que le cœur du sage connaît le temps du jugement ou selon
d’autres traductions connaîtra le temps du jugement (Ecclésiaste 8 :5-6). C’est
ce qui ressort également des propos de l’apôtre Paul lorsqu’il dit : « Pour ce qui
est des temps et des moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en
écrive. Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme
20

un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une
ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement
surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. Mais vous, frères,
vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un
voleur »(1 Thessaloniciens 5 :1-4).
A la réalité, je suis enclin à penser que la doctrine de l’imminence
s’applique plutôt parfaitement à l’Enlèvement de l’Eglise, qui serait ainsi son
champ d’action par excellence. Quoi qu’il en soit, le cœur du sage connaîtra le
jour du jugement, car une fois de plus, comme « ce qui arriva du temps de
Noé », il plaira encore au Seigneur Jésus de le lui révéler pour l’utilité
commune, comme il le fit jadis avec Noé sept (07) jours avant le déluge, « car le
Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les
prophètes » (Amos 3 :7).Voilà ce qu’il faut aussi retenir de la lecture de
Matthieu 24 :36-44. De ce point de vue, "la prophétie des 70 semaines de
Daniel" est une parfaite révélation de la date de la Parousie et un témoignage de
la fidélité de l’Eternel et de Sa Parole.C’est donc le lieu de déplorer le manque
de lumière prophétique dont souffre cruellement l’Eglise de la fin des temps, en
dépit de la très nette accélération de l’histoire en Israël depuis Mai 1948 et Juin
1967, dates respectivement de la création de l’Etat d’Israël et du recouvrement
de sa souveraineté sur la ville sainte, Jérusalem, nous indiquant par-là même
« que le Fils de l’homme est proche, à la porte » (Matthieu 24 :33).
Ayant déconstruit les arguments de nos adversaires au feu de l’épreuve de
l’examen des Écritures, nous pouvons donc sereinement poursuivre notre
démarche. En effet, l’Écriture n’est pas contre ces choses ! Tout au contraire,
elle nous y exhorte !

21

Partie 2 :
Une Réalité à ne pas Ignorer :
La Coexistence de Deux
Échelles de Temps
« Il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que,
devant le Seigneur, un JOUR est comme mille ans, et mille ans sont comme un
JOUR » (2 Pierre 3 :8).
« Mille ans sont, à tes yeux, comme le JOUR d’hier, quand il n’est plus, et
comme une veille de la nuit » (Psaume 90 :4).
Le Saint-Esprit, par la bouche de l’apôtre Pierre, dans la seconde épître
qu’il nous adresse, nous révèle qu’il existe en fait deux échelles de temps, - une
échelle de temps humaine, - et une échelle de temps divine, introduisant ainsi à
côté de nos jours longs de vingt-quatre (24) heures, la notion de « JOUR
millénaire » long de mille (1000) ans.
2.1.

La mesure humaine du temps

L’échelle de temps humaine compte des jours (longs) de vingt-quatre (24)
heures. C’est ainsi par exemple qu’historiquement, le Seigneur Jésus –Christ est
ressuscité le troisième jour selon les Écritures.
« Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand
matin, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent que la
pierre avait été roulée de devant le sépulcre ; et étant entrées, elles ne
trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Comme elles ne savaient que penser
de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants. Saisies
de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre ; mais ils leur dire : Pourquoi
cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n’est point ici, mais il est
ressuscité ; Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu’il était
22

encore en Galilée, et qu’il disait : Il faut que le Fils de l’homme soit livré entre
les mains des pécheurs, qu’il soit crucifié, et qu’il ressuscite le troisième jour. Et
elles se ressouvinrent des paroles de Jésus. A leur retour du sépulcre, elles
annoncèrent toutes ces choses aux onze, et à tous les autres. Celles qui dirent
ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de
Jacques, et les autres qui étaient avec elles. Ils tinrent ces discours pour des
rêveries, et ils ne crurent pas ces femmes. Mais Pierre se leva, et courut au
sépulcre. S’étant baissé, il ne vit que les linges qui étaient à terre ; puis il s’en
alla chez lui, dans l’étonnement de ce qui était arrivé. Et voici, ce même jour,
deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de
soixante stades ; et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé. Pendant qu’ils
parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux. Mais leurs yeux
étaient empêchés de le reconnaître. Il leur dit : De quoi vous entretenez-vous en
marchant, pour que vous soyez tout tristes ? L’un d’eux, nommé Cléopas, lui
répondit : Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem, ne sache pas ce qui y est
arrivé ces jours-ci ? Quoi ? Leur dit-il. Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé
au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en œuvres et en
paroles devant Dieu et devant tout le peuple, et comment les principaux
sacrificateurs et nos magistrats l’ont livré pour le faire condamner à mort et
l’ont crucifié. Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec
tout cela, voicile troisième jour que ces choses se sont passées. Il est vrai que
quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés : s’étant rendues de grand
matin au sépulcreet n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des
anges leur sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant. Quelques-uns de ceux
qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme
les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont point vu. Alors Jésus leur dit : O
hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les
prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans
sa gloire ? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua
dans toutes les Ecritures ce qui le concernait […]. Alors il leur ouvrit l’esprit,
afin qu’ils comprissent les Ecritures. Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le
Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième Jour » (Luc
24 :1-46).
2.2.

La mesure divine du temps

L’échelle de temps divine quant à elle, compte des JOURS millénaires,
c’est-à-dire des JOURS longs de mille (1000) ans. C’est ainsi, par exemple, que
le Règne millénaire du Christ (Le Millénium sabbatique), est parfois encore
appelé, le « JOUR millénaire du Seigneur »(Apocalypse 20 :1-7).

23

Un JOUR millénaire est donc long de mille (1000) ans, aussi est-il donc
composé de 365.000 jours3 de 24 heures.
« Je serai comme un lion pour Éphraïm, comme un lionceau pour la
maison de Juda ; moi, moi, je déchirerai, puis je m’en irai, j’emporterai, et nul
n’enlèvera ma proie. Je m’en irai, je retournerai dans ma demeure, jusqu’à ce
qu’ils s’avouent coupables et cherchent ma face. Quand ils seront dans la
détresse, ils auront recours à moi. Venez, retournons à l’Eternel ! Car il a
déchiré, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il bandera nos plaies. Il
nousrendra la viedans deux JOURS ; le troisième JOURil nous relèvera, et
nous vivrons devant lui. Connaissons, cherchons à connaître l’Eternel ; Sa
venueest aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la
pluie, comme la pluie du printemps qui arrose la terre » (Osée 5 :14-6 :3).
« La parole de l'Éternel fut adressée à Jonas, fils d'Amitthaï, en ces mots:
Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle! car sa méchanceté est
montée jusqu'à moi. Et Jonas se leva pour s'enfuir à Tarsis, loin de la face de
l'Éternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis […], loin
de la face de l'Éternel. Mais l'Éternel fit souffler sur la mer un vent impétueux,
et il s'éleva sur la mer une grande tempête. Le navire menaçait de faire
naufrage. Les mariniers eurent peur […]. Et ils se dirent l'un à l'autre: Venez, et
tirons au sort, pour savoir qui nous attire ce malheur. Ils tirèrent au sort, et le
sort tomba sur Jonas. Alors ils lui dirent: Dis-nous qui nous attire ce malheur.
Quelles sont tes affaires, et d'où viens-tu? Quel est ton pays, et de quel peuple
es-tu? Il leur répondit: Je suis Hébreu, et je crains l'Éternel, le Dieu des cieux,
qui a fait la mer et la terre. Ces hommes eurent une grande frayeur […]. Puis ils
prirent Jonas, et le jetèrent dans la mer. Et la fureur de la mer s'apaisa
[…].L'Éternel fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans
3

L’Année Tropique Vraie. A ce niveau de la réflexion, nous nous permettons de poser qu’un JOUR millénaire
compte 365.000 jours de 24 heures uniquement pour faire simple et faciliter ainsi la compréhension au lecteur.
Mais la réalité est plus complexe et varie en fonction du type d’années (babyloniennes, juliennes, grégoriennes,
solaires, lunaires, bibliques, non bibliques…). Quoiqu’il en soit, dans le cadre particulier de nos travaux, ce
problème ne se pose pas car, en raison de la longueur de l’intervalle de temps qui sépare les évènements
envisagés c’est-à-dire deux (02) JOURS millénaires (2.000 ans), nous aurons recours exclusivement à l’année
tropique et au calendrier grégorien encore appelé nouveau calendrier et basé sur l’année de 365 jours. En effet,
comme l’explique Derek Walker, le type d’année utilisé doit être clairement établi. Le choix logique serait
l’ancienne année babylonienne basée sur l’année biblique parfaite de 360 jours. Cependant, afin de rester en
concordance avec le rythme des saisons (puisque c’est une année solaire) un mois supplémentaire de 30 jours
était ajouté au calendrier tous les 6 ans. Plus précisément, 7 mois étaient ajoutés tous les 40 ans. Le lecteur peut
vérifier qu’au-delà de 40 ans ou d’un nombre d’années multiple de 40 (comme 2000 ou 2520) cela donne une
année moyenne de 365,25 jours (tout comme l’année julienne utilisée par les Romains au temps de Christ).
Autrement dit, pour ce qui est des longues périodes de temps au-delà de 40 ans ou d’un nombre d’années
multiple de 40 comme 2000, le calendrier julien basé sur l’année de 365,25 jours, tout comme le calendrier
grégorien basé sur l’année de 365 jours, ne font que traduire la réalité concrète et pratique de l’ancien calendrier
babylonien basé sur l’année biblique parfaite de 360 jours, en y intégrant son propre mécanisme d’ajustement au
rythme des saisons, étant lui-même un calendrier solaire.Pour avoir tous les éléments sur le sujet, le lecteur
intéressé est invité à consulter la littérature spécialisée, c’est-à-dire les livres d’Astronomie traitant de la notion
astronomique d’Année Tropique.

24

le ventre du poisson trois jours et trois nuits. Jonas, dans le ventre du poisson,
pria l'Éternel, son Dieu […]. L'Éternel parla au poisson, et le poisson vomit
Jonas sur la terre. La parole de l'Éternel fut adressée à Jonasune seconde fois,
en ces mots: Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et proclames-y la publication
que je t'ordonne! Et Jonas se leva, et alla à Ninive, selon la parole de l'Éternel »
(Jonas 1 :1-3 :3).

Partie 3 :
La Coexistence de Deux
Échelles de Temps et Ses
Conséquences Mécaniques sur
la Résurrection/Retour du
Christ
3.1. Deux Échelles de Temps et Une Double Résurrection du Christ « Le
Troisième Jour »
Le principe de la coexistence de deux (02) échelles de temps étant posé
(admis), il a mécaniquement des conséquences sur la prophétie de la résurrection
du Seigneur Jésus-Christ le « troisième Jour », selon qu’il est écrit, « Dès lors
Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à
Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux
sacrificateurs et des scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le
troisième jour » (Matthieu 16 :21).« Pendant qu'ils parcouraient la Galilée,
Jésus leur dit: Le Fils de l'homme doit être livré entre les mains des hommes; ils
le feront mourir, et le troisième jour il ressuscitera. Ils furent profondément
attristés » (Matthieu 17 :22-23). « Pendant que Jésus montait à Jérusalem, il
prit à part les douze disciples, et il leur dit en chemin: Voici, nous montons à
Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux
scribes. Ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux païens, pour qu'ils se
moquent de lui, le battent de verges, et le crucifient; et le troisième jour il
ressuscitera » (Matthieu 20 :17-19).

25

Autrement dit, autant il y a deux (02) échelles de temps, autant il y a deux
(02) résurrections du Seigneur « le troisième Jour », ou plus exactement, - « une
double résurrection » du Seigneur « le troisième Jour». Une première
résurrection selon l’échelle de temps humaine ; il s’agit d’une résurrection du
sein de la terre, - d’une résurrection des morts, d’entre les morts ou du séjour des
morts ; et une seconde résurrection selon l’échelle de temps divine. Il s’agit dans
ce second cas, d’un retour sur la terre en provenance des cieux, c’est-à-dire de la
droite du trône de la majesté divine, où le Christ glorifié est assis à la droite de
Dieu depuis son ascension au ciel en l’an 33 de notre ère après son œuvre
salvatrice à la croix et sa résurrection des morts le troisième jour. Le Seigneur
Jésus-Christ reviendra donc sur la terre qu’il a quittée en l’an 33 de notre ère.
Cette réapparition du Christ sur la terre constitue bel et bien une résurrection, non pas des morts ou d’entre les morts ou du sein de la terre, - mais en
provenance de son trône céleste. Ici, le verbe ressusciter prend simplement le
sens de réapparaître sur la terre et donc, de revenir sur la terre. Ressusciter c’est
donc dans ce contexte réapparaître, revenir. Les lecteurs septiques sont invités à
consulter le premier des dictionnairesde langue française qui leur tomberait
dessus pour vérifier ce sens du verbe ressusciter.
La première résurrection, qui est une résurrection des morts [d’entre les
morts] et du sein de la terre, est un fait historique bien documenté dans les
Écritures (voir Partie 1), et se produisit vraisemblablement le dimanche 03 avril
de l’an 33, trois jours (c’est-à-dire 3X24 heures ou 72 heures) après la
crucifixion du Christ qui elle-même survint vraisemblablement dans ce cas le
vendredi 01 avril de l’an 33 (Derek Walker, Les 7 Temps des Nations, 2009). Il
s’agit du premier accomplissement prophétique de Sa Résurrection annoncée par
le Seigneur lui-même, conformément à l’échelle de temps humaine.
Ensuite, conformément maintenant à l’échelle de temps divine, il se
produira également une résurrection du Seigneur « le troisième JOUR ». Le
Christ se lèvera de son trône céleste pour revenir et réapparaître sur la terre, afin
d’y établir son royaume messianique de justice et de paix, le futur royaume
d’Israël.
Que représente le troisième JOUR dans l’échelle de temps divine ? Le
troisième JOUR, c’est le JOUR APRÈS DEMAIN ; ce n’est pas DEMAIN, mais
le JOUR APRÈS DEMAIN, c’est-à-dire le SURLENDEMAIN, APRÈSDEMAIN, dans deux (02) JOURS, selon qu’il est écrit,« Ce même jour,
quelques pharisiens vinrent lui dire [à Jésus]: Va-t'en, pars d'ici, car Hérode
veut te tuer. Il leur répondit: Allez, et dites à ce renard: Voici, je chasse les
démons et je fais des guérisons aujourd'hui et demain, et le troisième jour
j'aurai fini. Mais il faut que je marche aujourd'hui, demain, et le jour suivant;
car il ne convient pas qu'un prophète périsse hors de Jérusalem » (Luc 13 :3126

33). « Et l'Éternel dit à Moïse: Va vers le peuple; sanctifie-les aujourd'hui et
demain, qu'ils lavent leurs vêtements. Qu'ils soient prêts pour le troisième jour;
car le troisième jour l'Éternel descendra, aux yeux de tout le peuple, sur la
montagne de Sinaï » (Exode 19 :10-11).
Or, selon la mesure divine du temps, deux (02) JOURS correspondent à
deux milles (2.000) ans. Si l’on pose donc que le Seigneur Jésus a été crucifié en
l’an 33 de notre ère et qu’il ressuscitera dans deux (02) JOURS,
mathématiquement, dans l’échelle de temps divine, il ressuscitera donc aussi en
2033 (c’est-à-dire 33+2000=2033).
A la vérité, la seconde résurrection du Christ, « le troisième JOUR »,
correspond à Son retour ultime en gloire, que l’on appelle encore « la
Révélation » ou « Parousie ». Si l’on est d’accord pour poser que la seconde
venue attendue du Christ, pour détruire l’Antéchrist par le souffle de sa bouche,
l’anéantir par l’éclat (précisément) de son avènement, juger le monde impie et
instaurer son Royaume Messianique de justice et de paix, est une sorte « de
Réapparition, de Relèvement, de Retour à l’activité, de Résurgence, de
Reviviscence, de Reconstruction, de Renaissance, de Renouveau, de Nouvel
Essor, de Guérison inattendue et de Retour tout simplement», et par
conséquent donc, -« une sorte de résurrection »(Hébreux 11 :19 ; voir
également l’allégorie de Luc 15 :20-32 et l’équivoque de Jean 2 :13-22), alors,
sur la base des Écritures et de la promesse du Seigneur Jésus-Christ de
« ressusciter le troisième JOUR », nous pouvons légitimement estimer l’année
du Retour/Résurrection du Seigneur. Il n’y a plus, à présent, aucun obstacle à
cela, pour nous qui sommes parvenus à la fin des temps. Les livres sont,
désormais, descellés et le Seigneur, Lui-même, nous a clairement indiqué le
moment de Sa Résurrection/Retour, c’est-à-dire « le troisième JOUR », selon
qu’il est écrit, « Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il
fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des
principaux sacrificateurs et des scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât
le troisième jour » (Matthieu 16 :21).« Pendant qu'ils parcouraient la Galilée,
Jésus leur dit: Le Fils de l'homme doit être livré entre les mains des hommes; ils
le feront mourir, et le troisième jour il ressuscitera. Ils furent profondément
attristés » (Matthieu 17 :22-23). « Pendant que Jésus montait à Jérusalem, il
prit à part les douze disciples, et il leur dit en chemin: Voici, nous montons à
Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux
scribes. Ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux païens, pour qu'ils se
moquent de lui, le battent de verges, et le crucifient; et le troisième jour il
ressuscitera » (Matthieu 20 :17-19).
L’avènement attendu du Seigneur Jésus-Christ (la seconde venue du
Seigneur, la Parousie, la Révélation, Son Retour ultime en gloire) correspond
27

donc à Sa résurrection selon la mesure divine du temps, c’est-à-dire selon
l’échelle de temps divine. C’est ici, je pense, l’innovation et la chose inouïe !
Il y a deux (02) échelles de temps, deux résurrections du Christ le troisième
Jour, ou plus exactement - « une double résurrection du Christ le troisième
Jour ». La première résurrection est un fait historique qui s’est produit « le
troisième jour » selon l’échelle de temps humaine en l’an 33 de notre ère ; la
seconde résurrection est un fait à venir, qui se produira également « le troisième
JOUR », mais cette fois là selon la mesure divine du temps (l’échelle de temps
divine) en 2033. Elle correspond au retour ultime en gloire du Seigneur (la
Parousie).
Nous sommes confortés en cela par le témoignage des Écritures qui
foisonnent de notes de « double résurrection du Christ le troisième Jour », selon
qu’il est écrit,« Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun
pour sa part » (1 Corinthiens 12 :27).« Il l’a donné pour chef suprême à
l’Eglise, qui est son corps, […], ayant été créés dans Jésus-Christ » (Éphésiens
1 :22-2 :10).« Nous sommes devenus une même plante avec lui » (Romains
6 :5). « Si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à
sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que
notre vieil homme a été crucifié avec lui » (Romains 6 :5-6).
« Celui qui a ressuscitéle Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec
Jésus , et nous fera paraître avec vous en sa présence » (2 Corinthiens 4 :14).
4

« Si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi
que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts » (1
Thessaloniciens 4 :14).
« Vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand
Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire »
(Colossiens 3 :3-4).
« Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le
ressusciterai au dernier jour5 » (Jean 6 :44).

4

Un précédent à « la résurrection des justes » encore appelée « la première résurrection », de même qu’une
précieuse information sur « les voies et méthodes de Dieu » nous sont donnés en Colossiens 2 :12 et Éphésiens
2 :6: « C’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la
circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair : ayant été ensevelis avec lui par
le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité
des morts » (Colossiens 2 :11-12) ; « Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les
lieux célestes, dans Jésus-Christ » (Éphésiens 2 :6).Ce sont-là des choses célestes, - difficiles à comprendre,
mais des vérités bibliques à saisir par la foi (Jean 3 :9-13). En tant que membres du corps de Christ (Son corps
mystique/Son corps spirituel/le corps de Sa chair), nous sommes en Christ, chacun pour sa part : « Vous êtes le
corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part » (1 Corinthiens 12 :27).

28

« Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de
juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage
de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la
bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur
main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. Les
autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent
accomplis. C’est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à
la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais
ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant
mille ans » (Apocalypse 20 :4-6).
« Lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des
boiteux, des aveugles. Et tu seras heureux de ce qu’ils ne peuvent pas te rendre
la pareille ; car elle te sera rendue à la résurrection des justes. » (Luc 14 :14).
« Cette parole est certaine : Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi
avec lui » (2 Timothée 2 :11). « Si nous sommes morts avec Christ, nous
croyons que nous vivrons aussi avec lui » (Romains 6 :8).
« Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père: Mon père,
donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien.
Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays
éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. Lorsqu'il eut tout
dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver
dans le besoin. Il alla se mettre au service d'un des habitants du pays, qui
l'envoya dans ses champs garder les pourceaux. Il aurait bien voulu se rassasier
des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait.
Étant rentré en lui-même, il se dit: Combien de mercenaires chez mon père ont
du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim! Je me lèverai, j'irai vers
mon père, et je lui dirai: Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne
suis plus digne d'être appelé ton fils; traite-moi comme l'un de tes mercenaires.
Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et
fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. Le fils lui dit:
Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être
appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs: Apportez vite la plus belle robe,
et l'en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. Amenez
le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous; car mon fils que voici
était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils
commencèrent à se réjouir. Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu'il
revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. Il appela
5

Pour les Juifs, l’expression le dernier jour,se rapporte à la venue en gloire du Christ, tandis que pour les
Chrétiens, elle se rapporte à l’enlèvement. Pour les réprouvés en revanche, cette expression se rapporte au
jugement dernier.

29

un des serviteurs, et lui demanda ce que c'était. Ce serviteur lui dit: Ton frère
est de retour, et, parce qu'il l'a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau
gras. Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria
d'entrer. Mais il répondit à son père: Voici, il y a tant d'années que je te sers,
sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un
chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé,
celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c'est pour lui que tu as tué le
veau gras! Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai
est à toi; mais il fallait bien s'égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici
était mort et qu'il est revenu à la vie, parce qu'il était perdu et qu'il est
retrouvé » (Luc 15 :11-32).
« C'est par la foi qu'Abraham offrit Isaac, lorsqu'il fut mis à l'épreuve, et
qu'il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, et à qui il avait été
dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité. Il pensait que Dieu est
puissant, même pour ressusciter les morts; aussi le recouvra-t-il par une sorte
de résurrection » (Hébreux 11 :17-19).
« La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva
dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs
assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que
les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les
tables ; et il dit aux vendeurs de pigeons : Otez cela d’ici, ne faites pas de la
maison de mon Père une maison de trafic. Ses disciples se souvinrent qu’il est
écrit : Le zèle de ta maison me dévore. Les Juifs, prenant la parole, lui dirent :
Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte ? Jésus leur répondit :
Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Juifs dirent : Il a fallu
quarante-six (46) ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois (03) jours tu le
relèveras ! Mais il parlait du temple de son corps. C’est pourquoi, lorsqu’il fut
ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu’il avait dit cela, et ils
crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite » (Jean 2 :13-22).
« Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous
sommes les plus malheureux de tous les hommes. Mais maintenant, Christ est
ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la
mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la
résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous
revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis
ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement » (1 Corinthiens
15 :19-23).
« Venez, retournons à l’Eternel ! Car il a déchiré, mais il nous guérira ; il
a frappé, mais il bandera nos plaies. Il nous rendra la viedans deux JOURS ; le
30

troisième JOURil nous relèvera, et nous vivrons devant lui.Connaissons,
cherchons à connaître l’Eternel ; Sa venue est aussi certaine que celle de
l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, comme la pluie du printemps qui
arrose la terre » (Osée 6 :1-3).
Pour faciliter la compréhension de ce point difficile que constitue « la
double résurrection du Christ le troisième Jour», nous allons, dans le chapitre
suivant, et à la lumière du Principe (Loi) de la Double Référence, théoriser et
conceptualiser cette notion (doctrine) inouïe. Mais avant cela, sortons du
labyrinthe sémantique de la résurrection du Christ « le troisième Jour ».
3.2 La mesure divine du temps et le labyrinthe sémantique de la
résurrection du Christ « le troisième JOUR »
Nous allons à présent aborder un point difficile à comprendre et « dont les
personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres
Ecritures, pour leur propre ruine » (2 Pierre 3 :16). Il s’agit du sens du terme
« le troisième JOUR » dans l’expression « La résurrection du Christ le troisième
JOUR ». La compréhension de ce terme est essentielle et constitue une clé pour
la compréhension de tout ce qui va suivre.
Comme indiqué plus haut, contrairement à l’échelle de temps humaine qui
compte des jours longs de 24 heures, l’échelle de temps divine compte des
JOURS millénaires, c’est-à-dire des JOURS longs de 1000 ans. Il en résulte
qu’un JOUR millénaire compte 365.000 jours de 24 heures. Aussi, lorsqu’on se
situe dans l’échelle de temps divine, le terme « le troisième JOUR », dans
l’expression « La résurrection du Christ le troisième JOUR », prend un sens tout
particulier. Quel est-il ? Que sous-entend-il ?
Il sous-entend que le jour de la crucifixion, (c’est-à-dire le vendredi 01
avril de l’an 33), était le dernier jour de 24 heures du premier JOUR
millénaire et que le jour de la résurrection, (en l’an 2033/ la seconde
résurrection), sera également le dernier jour de 24 heures du troisième JOUR
millénaire. Ainsi donc, on a bel et bien trois (03) JOURS millénaires, et une
résurrection, - la seconde résurrection, qui est séparée de la crucifixion de 2.000
ans, c’est-à-dire de deux (02) JOURS millénaires. C’est exclusivement dans ce
sens qu’il faut comprendre, dans une perspective prophétique (échelle de temps
divine), les sens des expressions « le troisième JOUR », « dans deux JOURS »,
« au bout de trois JOURS », « deux JOURS », « en trois JOURS », « trois
JOURS après », « trois JOURS »…relatives à l’expression « La résurrection du
Christ le troisième JOUR ». Ce sont toutes des expressions équivalentes, qui ont
ceci de commun, qu’elles indiquent que dans l’échelle de temps divine, la
crucifixion du Seigneur Jésus-Christ est séparée de sa résurrection de deux (02)
31

JOURS millénaires, c’est-à-dire de 2.000 ans. C’est le sens, l’importance et
toute la portée prophétique du texte d’Osée 6 :1-3, selon qu’il est écrit, « Venez,
retournons à l’Eternel ! Car il a déchiré, mais il nous guérira ; il a frappé, mais
il bandera nos plaies. Il nous rendra la viedans deux JOURS ;le troisième
JOURil nous relèvera, et nous vivrons devant lui.Connaissons, cherchons à
connaître l’Eternel ; Sa venueest aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra
pour nous comme la pluie, comme la pluie du printemps qui arrose la terre »
(Osée 6 :1-3).

La figure 1, ci-dessous, est "un dessin" conçu pour illustrer "le Principe
de la Double Résurrection du Christ le Troisième Jour".
Figure 1 : Illustration du "Principe de la Double Résurrection du Christ le Troisième Jour".

Croix
An

33

1er jour de 24 H



1ère
Résurrection
du Christ Jésus
An 33

2nd jour de 24 H

3ème jour de 24 H

(Origine/Point
de départ/Jour
de la Croix)

Echelle de temps
humaine(Jours longs de 24
heures)
2ndeRésurrection
du
Parousie/
ChristJésus
Révélation

1er JOUR

2nd JOUR

3ème JOUR

Dernier jour de 24 heures du 1er JOUR millénaire

Echelle de temps
divine(JOURS
millénaires)
ème

Dernier jour de 24 heures du 3

2000 ans

32

JOUR millénaire

Partie 4 :
Le Principe de la Double
Référence, Le Principe de la
Double Résurrection du Christ
Le Troisième Jour et la
Résurrection/Retour du Christ
Le Principe de la Double Référence est un principe herméneutique, qui veut
qu’une prophétie ait un double accomplissement ; un premier accomplissement,
qui est partiel, et un second accomplissement, qui est complet.
C’est ainsi que, traditionnellement, on a pu appliquer ce principe à la
prophétie de la venue du Christ, annoncée par les prophètes de l’Ancien
Testament (Ésaïe 52 :13-53, Zacharie, Ézéchiel, Osée, Michée, Psaumes, Daniel,
Jérémie …), ainsi qu’à la Venue du prophète Élie, annoncée par le prophète
Malachie, en Malachie 3 :1 et 4 :5, pour préparer le chemin devant le Seigneur.
Nous savons également que l’on peut appliquer ce principe à la Prophétie de
la Résurrection Nationale d’Israël,annoncée par les prophètes Osée (Osée
6 :1-3 ; 14 :1-8), Jonas (Jonas 2 :1-11), Ézéchiel (Ézéchiel 37), Jérémie
(Lamentations 4 :22), et Zacharie (Zacharie 13 :9). En effet, après la déportation
Babylonienne sous Nebucadnetsar, la prophétie de la Résurrection Nationale
d’Israël eut un premier accomplissement partiel à l’époque de l’Empire Perse
33

(l’Empire Médo-Perse) avec des vagues de retour successives sous la conduite
successivement de Zorobabel, d’Esdras et de Néhémie suite à l’Édit de Cyrus et
aux Lettres d’Artaxerxès. Cet accomplissement fut partiel en ce sens qu’il ne fut
pas couronné du rétablissement du Royaume d’Israël. A preuve, Le livre du
Nouveau Testament qui s’ouvre sur l’époque de l’Empire Romain, nous
présente Israël asservi à César. Bien plus, après le siège et la destruction de
Jérusalem en 70 de notre ère par les troupes Romaines du Général Titus, et les
déportations qui s’en suivirent, le pays fut réduit en ruines et abandonné en un
désert. Ce n’est que tout récemment en mai 1948, c’est-à-dire donc de très
nombreuses années bien plus tard, qu’on assista à la création de l’État d’Israël.
La création de l’État d’Israël suivie en juin 1967 du recouvrement de sa
souveraineté sur la ville sainte de Jérusalem marquent les premiers pas décisifs
vers la Résurrection Nationale d’Israël, qui se produira à l’issue de la bataille
d’Harmaguédon, lors du retour ultime en gloire du Christ, qui viendra alors
rétablir le Royaume d’Israël, et instaurer son royaume messianique de justice et
de paix éternel. A ce moment donc, la prophétie de la Résurrection Nationale
d’Israël connaîtra son second accomplissement qui, contrairement au premier
qui fut partiel, sera complet, car couronné du rétablissement du royaume
d’Israël, avec à sa tête le Christ Jésus qui règne sur le monde depuis Jérusalem,
futur capitale du monde. A la réalité, aussi bien les vagues de retour successives
sous la conduite successivement de Zorobabel, d’Esdras et de Néhémie suite à
l’Édit de Cyrus et aux Lettres d’Artaxerxès, et la création de l’État d’Israël en
mai 1948, suivie du recouvrement de sa souveraineté sur la ville sainte de
Jérusalem en juin 1967, constituent ensemble et mis bout à bout, le premier
accomplissement partiel de la prophétie de la résurrection nationale d’Israël ;
premier accomplissement partiel car n’étant point couronné du rétablissement du
royaume d’Israël, avec à sa tête le Christ Jésus qui règne sur le monde depuis
Jérusalem, future capitale du monde. Par ailleurs, ce premier accomplissement
ne se produisit point le troisième JOUR millénaire, de même qu’il n’est point à
la clé du retour ultime en gloire du Seigneur. Bien plus, l’Écriture nous révèle
que durant la tribulation et notamment la grande tribulation encore appelé le
temps d’angoisse de Jacob, l’Antéchrist aura un règne de folie furieuse sur
Israël, le peuple élu de Dieu ; la ville de Jérusalem sera assiégée, les maisons
seront pillées, les femmes seront violées, ils tomberont sous le tranchant de
l’épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera
foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient
accomplis (Luc 21 :20-24 ; Zacharie 14 :1-4), nous indiquant par là même que
ce premier accomplissement ne constitue point le royaume messianique, ère
de prospérité et de paix éternelles pour Israël.
Dans le Nouveau Testament, on peut appliquer le principe de la double
référence à la Prophétie du siège et de la destruction de Jérusalem faite par le
Seigneur lui-même dans Luc 21 :20-27, Matthieu 24 :1-31 et Marc 13 :1-27.
34

Cette prophétie connut son premier accomplissement partiel en 70 de notre ère
avec le siège et la destruction de la ville par les troupes Romaines du Général
Titus. Elle connaîtra son second accomplissement complet lors du futur siège de
Jérusalem, une fois de plus par les troupes Romaines, pendant la grande
tribulation, « le temps d’angoisse de Jacob » (Jérémie 30 :7).
Le Principe de la Double Référence, que l’on peut, à l’infini, appliquer, par
exemple, encore, à la Prophétie du châtiment d’Israëlannoncée par le
prophète Osée (Osée 5 :1-15) (Voir annexe 3), ou encore à la Prophétie de la
résurrection des morts, avec notamment la première résurrection, - la
résurrection des justes, et la seconde résurrection à l’occasion du jugement
dernier révélées par l’apôtre Jean dans le livre de l’Apocalypse (Apocalypse
20 :1-15), ou encore à la Prophétie de la seconde venue du Christ Jésus, avec
notamment ses deux phases que sont successivement l’enlèvement de l’Eglise et
le retour ultime en gloire du Seigneur encore appelé « parousie » ou
« révélation », ou encore à la Tribulation, qui n’est qu’une stricte reprise de
« la soixante-dixième (70 ème ) semaine de Daniel » sous forme de tribulation pour
Israël en représailles à son rejet du Christ lors de Sa première venue, - constitue
donc un principe herméneutique éprouvé, qui peut parfaitement s’appliquer à
la Prophétie de la résurrection du Seigneur Jésus-Christ le troisième
Jour(Matthieu 16 :21 ; 17 :22-23 ; 20 :17-19), et ainsi justifier « Un Principe
ou Doctrine de la Double Résurrection du Christ le Troisième Jour ». Chose
inouïe nous le concédons ; mais pourtant la solution y est !
Parcourrons, à présent, quelques applications du Principe de la Double
Référence, afin d’en comprendre la mécanique, les fondements, la dynamique,
la puissance, la force, l’énergie, la solidité, la robustesse, la stabilité,
l’ingéniosité, la pertinence, l’inspiration, l’autorité et la divine lumière.
Prenons ainsi, à titre d’illustration, quatre (04) textes prophétiques parallèles
tirés de l’Ancien Testament, à savoir, Michée 5 :1-4, Zacharie 12 :9-11, Ésaïe
11 :1-10, et Ésaïe 52 :13-53 :12, qui tous les quatre traitent de la personne et de
l’œuvre salvatrice du Christ, de sa venue sans forcement indiquer clairement
qu’elle fera l’objet d’un double accomplissement séparé par la croix. Les
évènements sont ainsi parfois compressés et certains omis. Aussi les
interprétations sont-elles généralement erronées en dehors du cadre logique du
principe de la double référence, comme l’attestent la confusion de la foule
lorsque Jésus leur parlait de sa mort prochaine, selon qu’il est écrit, « La foule
lui répondit : nous avons appris par la loi que le Christ demeure éternellement ;
comment donc dis-tu : Il faut que le Fils de l’homme soit élevé ? Qui est ce Fils
de l’homme ? » (Jean 12 :34). [Voir aussi les textes apparentés comme 2
Samuel 7 :16, 1 Chronique 22 :10, Psaume 45 :7 ; 89 :37 ; 110 :4, Esaie 9 :5,
Jérémie 23 :6, Ezéchiel 37 :26, Daniel 2 :44 ; 7 :14-27, Michée 4 :7, Hébreux
35

1 :8….] ou encore celle de Cléopas sur le chemin de Damas, selon qu’il est écrit,
« Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela,
voici le troisième jour que ces choses se sont passées. Il est vrai que quelques
femmes d’entre nous nous ont fort étonnés : s’étant rendues de grand matin au
sépulcre et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges
leur sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant. Quelques-uns de ceux qui
étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les
femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont point vu » (Luc 24 :21-24).

Premier texte prophétique
« Et toi, Bethléhem Éphrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira
pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont l’origine remonte aux temps
anciens, aux jours de l’éternité. C’est pourquoi il les livrera jusqu’au temps où
enfantera celle qui doit enfanter, et le reste de ses frères reviendra auprès des
enfants d’Israël. Il se présentera, et il gouvernera avec la force de l’Eternel,
avec la majesté du nom de l’Eternel, son Dieu : et ils auront une demeure
assurée, car il sera glorifié jusqu’aux extrémités de la terre. C’est lui qui
ramènera la paix. » (Michée 5 :1-4)
Deuxième texte prophétique
« En ce jour-là, je m’efforcerai de détruire toutes les nations qui viendront
contre Jérusalem. Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants
de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards
vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un
fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premierné. En ce jour-là, le deuil sera grand à Jérusalem, comme le deuil
d’Hadadrimmon dans la vallée de Meguiddon » (Zacharie 12 :9-11).
Troisième texte prophétique
« Puis un rameau sortira du tronc d’Isaï, Et un rejeton naîtra de ses racines.
L’Esprit de l’Eternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d’intelligence,
Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Eternel. Il
respirera la crainte de l’Eternel ; Il ne jugera point sur l’apparence, Il ne
prononcera point sur ouï-dire ; mais il jugera les pauvres avec équité, Et il
prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre ; Il frappera la terre de
sa parole comme d’une verge, Et du souffle de ses lèvres il fera mourir le
méchant. La justice sera la ceinture de ses flancs, Et la fidélité la ceinture de ses
reins. Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le
36

chevreau ; Le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et
un petit enfant les conduira. La vache et l’ourse auront un même pâturage, leurs
petits un même gîte ; et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille. Le
nourrisson s’ébattra sur l’antre de la vipère, et l’enfant sevré mettra sa main
dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma
montagne sainte ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel,
comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. En ce jour, le rejeton
d’Isaï sera là comme une bannière pour les peuples ; les nations se tourneront
vers lui, et la gloire sera sa demeure » (Ésaïe 11 :1-10).

Quatrième texte prophétique
« Voici, mon serviteur prospérera ; Il montera, il s’élèvera, il s’élèvera
bien haut. De même qu’il a été pour plusieurs un sujet d’effroi, tant son visage
était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l’homme, de même il
sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie ; Devant lui des rois fermeront
la bouche ; Car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, ils apprendront
ce qu’ils n’avaient point entendu. Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a
reconnu le bras de l’Eternel ? Il s’est élevé devant lui comme une faible plante,
comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat
pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et
abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance,
Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous
n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a
porteés, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré
comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés,
brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui,
et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants
comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; Et l’Eternel a fait retomber
sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert
la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, a une brebis
muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche. Il a été enlevé
par l’angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu’il
était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ?
On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche, quoiqu’il
n’eût point eu de fraude dans sa bouche. Il a plu à l’Eternel de le briser par la
souffrance…Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une
postérité et prolongera ses jours ; et l’œuvre de l’Eternel prospérera entre ses
mains. A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa
connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se
chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les
grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même
37

à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu’il a porté les
péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables » (Ésaïe
52 :13-53 :12).
Ésaïe 52 :13-53 :12 constitue à mon avis le texte le plus lumineux, le plus
majestueux et le plus éloquent de la Bible. Rédigé au VIII ème siècle avant JésusChrist par le prophète Ésaïe, il prédit 800 à 2800 ans à l’avance les évènements
qu’il décrit. A lui seul, il établit toute l’Autorité et l’Inspiration de la Bible, de
même qu’il détruit à lui seul toute le Coran et ses prétentions mensongères. En
effet, le Coran nie que le Père ait un Fils, il nie la divinité du Fils, il nie la
crucifixion du Fils et par conséquent sa résurrection le troisième jour. Ce texte
condamne donc tout dialogue interreligieux particulièrement avec l’Islam qui est
l’objet de l’œcuménisme mondial piloté par le Vatican et qui n’est rien d’autre
que de l’apostasie, « un autre évangile, et un autre Jésus ». L’esprit qui anime
l’Islam n’est rien d’autre que celui de l’Antéchrist. Aussi l’apôtre Jean peut-il
dire : « Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est
l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils. Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le
Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. Que ce que vous avez entendu
dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le
commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le
Père. Et la promesse qu’il nous a faite, c’est la vie éternelle. Je vous ai écrit ces
choses au sujet de ceux qui vous égarent » (1 Jean 2 : 22-26).

38

Partie 5 :
L’Apport et Les Lanternes de
La Lecture Allégorique et
Prophétique
Présentons, à présent, sous les lanternes de la lecture allégorique et
prophétique, des textes de l’Écriture, relatifs, pour les uns, à la révélation, c’està-dire au retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ, et pour les autres, à la
résurrection nationale d’Israël, et qui en mettant en évidence cet écart de 2.000
ans entre la Croix du Christ et la parousie, militent en faveur de la parousie et du
rétablissement du royaume d’Israël en 2033.
Mais avant cela, soulignons, pour la gouverne de tous, que le
rétablissement du royaume d’Israël et la Révélation sont attachés et liés d’une
manière intime et nécessaire. C’est dire que c’est le Seigneur de gloire JésusChrist, - le roi des Juifs, qui, à l’occasion de la parousie, rétablira le royaume
d’Israël, en détruisant et anéantissant l’impie (2 Thessaloniciens 2 :8).
5.1. Clarification au Sujet de la Résurrection Nationale d’Israël et de
l’Année du Retour Ultime en Gloire du Seigneur Jésus-Christ
Le rétablissement du royaume d’Israël est inhérent à la parousie. Il y est
attaché et lié d’une manière intime et nécessaire. C’est dire quela résurrection
nationale d’Israël, selon qu’il est écrit, « Seigneur, est-ce en ce temps que tu
rétabliras le Royaume d’Israël ? » (Actes 1 :6), se produira à l’occasion du
retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ, selon qu’il est écrit, « Vousêtes
morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie,
paraîtra, alors vousparaîtrez aussi avec lui dans la gloire » (Colossiens 3 :3-4).
39

Ainsi, Israël est mort, selon qu’il est écrit, « Je serai comme un lion pour
Éphraïm, comme un lionceau pour la maison de Juda ; moi, moi, je déchirerai,
puis je m’en irai, j’emporterai, et nul n’enlèvera ma proie » (Osée 5 :14), et sa
vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, la vie d’Israël, selon qu’il est
écrit, « Le souffle de nos narines », « Celui qui était notre vie, le messie de
l’Eternel» (Lamentations 4 :20), paraîtra, selon qu’il est écrit, « Je m’en irai, je
retournerai dans ma demeure, jusqu’à ce qu’ils s’avouent coupables et
cherchent ma face. Quand ils seront dans la détresse, ils auront recours à
moi»(Osée 5 :15), alors Israëlparaîtra aussi avec lui dans la gloire, selon qu’il est
écrit, « Venez, retournons à l’Eternel ! Car il a déchiré, mais il nous guérira ; il
a frappé, mais il bandera nos plaies. Il nous rendra la viedans deux JOURS ; le
troisième JOUR il nous relèvera, et nous vivrons devant lui. Connaissons,
cherchons à connaître l’Eternel ; Sa venueest aussi certaine que celle de
l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, comme la pluie du printemps
qui arrose la terre » (Osée 6 :1-3).Ainsi, le retour ultime en gloire du Seigneur
Jésus-Christ, correspond par ailleurs au second accomplissement complet de la
prophétie de la résurrection du Christ le Troisième Jour. Cette clarification entre
Résurrection nationale d’Israël et Parousie faite, nous démontrerons, à présent,
à la lumière d’une lecture allégorique et prophétique (Galates 4 :24) de textes
clefs de l’Écriture relatifs au rétablissement du royaume d’Israël et militant en
faveur d’une résurrection nationale d’Israël en 2033, qu’il en découle
logiquement la date de la parousie.
5.2. La Lecture Allégorique et Prophétique et Les Bases Scripturaires
Favorables à 2033
« Voici, mon serviteur prospérera ; il montera, il s’élèvera, il s’élèvera
bien haut. De même qu’il a été pour plusieurs un sujet d’effroi, tant son visage
était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l’homme, de même il
sera pour beaucoup de peuples un sujet de joie ; devant lui des rois fermeront la
bouche ; car ils verront ce qui ne leur avait point été raconté, ils apprendront ce
qu’ils n’avaient point entendu. Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a
reconnu le bras de l’Eternel ? Il s’est élevé devant lui comme une faible plante,
comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; il n’avait ni beauté, ni éclat
pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et
abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance,
semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous
n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a
portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré
comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés,
brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur
lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous
errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l’Eternel a fait
40

retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, et il n’a
point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à
une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n’a point ouvert la bouche. Il a
été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; et parmi ceux de sa génération, qui
a cru qu’il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de
mon peuple [Israël] ?On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau
avec le riche, quoiqu’il n’eût point eu de fraude dans sa bouche. Il a plu à
l’Eternel de le briser par la souffrance…Après avoir livré sa vie en sacrifice
pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; et l’œuvre de
l’Eternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme, il
rassasiera ses regards ; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera
beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui
donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce
qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des
malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a
intercédé pour les coupables » (Ésaïe 52 :13-53 :12).
Ce chef-d’œuvre prophétique dévoile la personne et l’œuvre du serviteur
de l’Éternel, le Seigneur de gloire Jésus-Christ, l’agneau de Dieu qui ôte le
péché du monde, le Roi des Juifs, « retranché de la terre des vivants et frappé
pour les péchés de mon peuple [d’Israël, le peuple de Dieu] »(Ésaïe 53 :8).
« Celui qui était notre vie6,le messie de l’Eternel7,a été pris dans leurs
fosses, lui de qui nous disions : à son ombre, nous vivrons parmi les nations.
Egaie-toi, réjouis-toi, fille d’Edom, habitante du pays d’Outs ! A toi aussi on
passera la coupe, tu t’enivreras et tu te mettras à nu.Fille de Sion, ta faute est à
son terme, il ne te déportera plus8 » (Lamentations de Jérémie 4 :20-22 ; La
Bible Thompson).
Ces lamentations du prophète Jérémie traduisent la relation unique qui
unit en Israël le Roi et son peuple. Il s’agit du Roi aussi précieux pour le peuple
que son souffle même. Historiquement, il s’agit de Sédécias, le dernier Roi de
Juda. Mais prophétiquement, il s’agit du Messie par excellence, le Seigneur de
gloire Jésus-Christ, le Dernier et Grand David qui fût crucifié en l’an 33 de notre
ère. La crucifixion, en l’an 33, du Messie par excellence, était aussi synonyme
de châtiment, de déchirure, de brisement et de mort d’Israël dont il est le souffle
de vie.
« Je serai comme un lion pour Éphraïm, comme un lionceau pour la
maison de Juda ; moi, moi, je déchirerai, puis je m’en irai, j’emporterai, et nul
6

Autres traductions : Le souffle de nos narines, Celui qui nous faisait respirer
Autre traduction : L’oint de l’Eternel
8
Autre traduction : Fille de Sion, ton iniquité est expiée ; il ne t’enverra plus en captivité.
7

41

n’enlèvera ma proie. Je m’en irai, je retournerai dans ma demeure, jusqu’à ce
qu’ils s’avouent coupables et cherchent ma face. Quand ils seront dans la
détresse, ils auront recours à moi. Venez, retournons à l’Eternel ! Car il a
déchiré, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il bandera nos plaies. Il
nousrendra la viedans deux JOURS ; le troisième JOURil nous relèvera, et
nous vivrons devant lui. Connaissons, cherchons à connaître l’Eternel ; Sa
venueest aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la
pluie, comme la pluie du printemps qui arrose la terre » (Osée 5 :14-6 :3).
Ce passage traite d’une part, du châtiment et de la mort d’Israël à travers
le châtiment et la mort de son divin Roi, le souffle de ses narines, et d’autre part,
de la résurrection nationale d’Israël9 le troisième JOUR, que l’ensemble de
l’Écriture rattache intimement au retour ultime en gloire du Seigneur JésusChrist (Colossiens 3 :3-4 ; Romains 6 :8 ; 2 Timothée 2 :11 ; Luc 21 :20-33 ;
Matthieu 24 : 15-35 ; Marc 13 :14-31 ; Sophonie 3 ; Zacharie 12 ; 14 ; Michée
5 ; Amos 9 :8-15 ; Joël 3 ; Osée 6 :1-3 ; Apocalypse 16 :12-16 ; Zacharie 9 :917). C’est dire que la résurrection nationale d’Israël, et la révélation, sont deux
événements indissociables. Aussi, plus que la résurrection nationale d’Israël, il
est d’abord ici question, du retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ,
préalable auquel elle est rattachée.
C’est pourquoi, contrairement au très respectable frère John MacArthur10,
qui ne voit pas de lien possible, entre ce texte, et la résurrection du Christ le
troisième jour, avec Henri Rossier11 et Tertullien12, nous pensons que ce texte
s’applique bel et bien à la résurrection du Seigneur Jésus « le Troisième Jour »,
naturellement, non selon l’échelle de temps humaine, mais selon l’échelle de
temps divine, c’est-à-dire donc, à la seconde résurrection, qui instantanément,
donnera lieu au relèvement13 attendu « dans deux JOURS » (2.000 ans), c’est-àdire en 2033 (33+2.000), d’Israël, dont il est le souffle de vie.
En effet, comme nous l’a révélé précédemment le prophète Jérémie dans
ses lamentations (Lamentations de Jérémie 4 :20-22), en Israël, le Roi est aussi
précieux pour le peuple que son souffle même, il en est la vie, celui qui le fait
9

La notion de « Résurrection Nationale d’Israël » renvoie au futur Royaume d’Israël, le Millénium sabbatique,
que le Seigneur Jésus-Christ rétablira à son retour sur terre à l’issue de la bataille d’Harmaguédon. Il s’agit donc
du Rétablissement du Royaume d’Israel avec à sa tête le Seigneur de gloire Jésus-Christ, le Roi des Juifs, à
l’occasion de la parousie. Aussi, n’est-elle pas à confondre avec la création de l’État d’Israël en Mai 1948 ou
avec le recouvrement par Israël de sa souveraineté sur la ville sainte de Jérusalem en Juin 1967 ; ces deux
évènements ne constituent que le premier accomplissement partiel de la prophétie de la Résurrection Nationale
d’Israël, laquelle ne connaîtra son second accomplissement complet que lors du Millénium sabbatique avec le
retour ultime en gloire du dernier et grand David, Jésus-Christ de Nazareth, le Roi des Juifs, qui viendra alors
instaurer son royaume messianique.
10
La Sainte Bible avec commentaires de John MacArthur, Première édition 2006, page 1254.
11
Henri Rossier, Le livre du Prophète Osée, 1974.
12
La Bible de Jérusalem /Cerf/ verbum bible, éditions 2001, page 1352.
13
Résurrection Nationale d’Israël

42

respirer... Aussi, pour frapper et châtier Juda, il suffirait de frapper son Roi (Son
Représentant). C’est bel et bien ce qui se produisit en l’an 33 de notre ère,
lorsqu’à travers la crucifixion du Messie, Israël fut frappé et châtié. C’est ce que
confirme du reste le prophète Zacharie dans le texte ci-dessous :
« Epée, lève-toi sur mon pasteur et sur l’homme qui est mon
compagnon ! Dit l’Eternel des armées.Frappe le pasteur, et que les brebis se
dispersent ! Et je tournerai ma main vers les faibles. Dans tout le pays, dit
l’Eternel, les deux tiers seront exterminés, périront, et l’autre tiers restera. Je
mettrai ce tiers dans le feu, et je le purifierai comme on purifie l’argent, je
l’éprouverai comme on éprouve l’or. Il invoquera mon nom, et je l’exaucerai ;
je dirai : C’est mon peuple ! Et il dira : L’Eternel est mon Dieu ! » (Zacharie
13 :7-9).
En l’an 33 de notre ère, afin de châtier Israël, il plut à l’Eternel de frapper
le Christ, Son pasteur et compagnon et Berger d’Israël, et les brebis furent
dispersées ; en privant ainsi Israël de son divin Roi et Berger, de fait, l’Eternel
Dieu jeta Israël en pâture au Loup et aux autres bêtes des champs qui ravirent,
égorgèrent, déchiquetèrent et dispersèrent Israël. Le troupeau privé de son divin
berger fut ainsi foulé aux pieds, blessé, déchiréet mis en pièces.
Le Seigneur Jésus-Christ lui-même le confirme dans Marc 14 :27-28
lorsqu’il dit : « Vous serez tous scandalisés ; car il est écrit : Je frapperai le
berger, et les brebis seront dispersées. Mais, après que je serai ressuscité, je
vous précéderai en Galilée. ».
Par ailleurs, si nous considérons attentivement Matthieu 23 :38-39, il est
écrit : « Voici, votre maison vous sera laissée déserte ; car, je vous le dis, vous
ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui
vient au nom du Seigneur ! ». Dans ce passage, le Seigneur Jésus-Christ annonce
Son départ prochain, et donc la Croix, mais aussi Son retour en gloire, c’est-àdire Sa résurrection, - Sa seconde résurrection, celle dont parle le prophète Osée
(Osée 5 :14-6 :3), et qui,contrairement à la première, - sera visible de tous
(Apocalypse 1 :7, Matthieu 24 :25-28), - assortie de la résurrection nationale
d’Israël, - et se produira, non pas « le troisième jour » de 24 heures, mais « le
troisième JOUR » millénaire, « Troisième Jour » tout de même !(Osée 6 :13).Notons qu’ici, le Christ omet à dessein le premier accomplissement
prophétique, la première résurrection, invisible pour ses interlocuteurs (Matthieu
28, Marc 16, Luc 24, Jean 20 et Actes 1 :3-11), pour ne mentionner que le
second accomplissement prophétique, la seconde résurrection, que tout œil dans
le monde verra (Apocalypse 1 :7 ; Matthieu 24 :25-28).

43

Permettons nous donc, une première mise au point, sur la base de ces cinq
premiers textes tirés des Ecritures, à savoir Lamentations de Jérémie 4 :2022,Osée 5 :14-6 :3, Zacharie 13 :7-9, Marc 14 :27-28 et Matthieu 23 :38-39.
Lorsque nous les mettons bout à bout, et les examinons ensemble comme
un tout cohérent, car c’est ce dont il est question en matière d’étude prophétique,
il ressort que, de manière prophétique, le texte central que constitue Osée 5 :146 :3 se rapporte d’une part au châtiment d’Israël en l’an 33 de notre ère à travers
la crucifixion de son divin Roi et Berger, le Seigneur Jésus-Christ, provoquant
mécaniquement et instantanément la déchirure, les plaies et les blessures
d’Israël dont il est le « Souffle » et « la Vie » (Voir premières moitiés c.a.d. Osée
5 :14-15, Lamentations de Jérémie 4 :20, Zacharie 13 :7, Marc 14 :27-28et
Matthieu 23 :38) ; et d’autre part, à la Résurrection du Seigneur de gloire « le
troisième JOUR », naturellement non selon l’échelle de temps humaine, ce qui
correspondrait plutôt à la première résurrection ou premier accomplissement
prophétique de l’an 33 le troisième jour, mais plutôt ici selon l’échelle de temps
divine, et qui entraînera, mécaniquement et instantanément, le
Relèvement/Restauration attendu, « dans deux JOURS », (2.000 ans), c’est-àdire donc en 2033 (33+2.000), d’Israël dont il est le Souffle et la Vie (Voir
secondes moitiés c.a.d. Osée 6 :1-3,Lamentations de Jérémie 4 :22, Zacharie
13 :9et Matthieu 23 :39). Il s’agit donc du retour ultime en gloire du Seigneur
Jésus-Christ, qui débouchera sur la Résurrection Nationale d’Israël à travers le
rétablissement « du Futur Royaume d’Israël », le royaume messianique de
justice et de paix, avec à sa tête le Christ.
Remarquons ici le jeu, le poids, la fatalité et la portée des mots !
Fatalement et inéluctablement, le Seigneur reviendrait en 2033 ! Que l’on adhère
ou pas au « Principe de la Double Résurrection du Christ le Troisième Jour»,
tout nous ramène en 2033. Autrement dit, même si l’on serait scandalisé par
l’idée d’une double résurrection du Christ le troisième jour et par conséquent,
qu’on la rejetait pour s’en tenir simplement à la résurrection de l’an 33 le
troisième jour, mathématiquement, lorsqu’à l’année 33, année de la crucifixion
du Christ et donc du châtiment/brisement/déchirure d’Israël, l’on ajoute deux
(02) JOURS millénaires, c’est-à-dire 2.000 ans, cela nous conduit à un
relèvement/restauration
d’Israël
en
l’an
2033.
Or,
qui
dit
Relèvement/Restauration/Résurrection Nationale d’Israël dit Retour ultime en
gloire du Seigneur Jésus-Christ, c’est-à-dire Révélation, Parousie.
Mais une fois de plus, pour ce qui nous concerne, conformément au
principe de la double référence, nous soutenons le Principe de la Double
Résurrection du Christ le Troisième Jour, en vertu duquel, la prophétie de la
résurrection du Christ le troisième jour aura un double accomplissement. Le
premier accomplissement s’est produit en l’an 33 de notre ère, c’est une parole
44

certaine et entièrement digne d’être reçue, un fait historique qui ne fait l’objet
d’aucun débat pour ceux qui sont en Christ. Par contre, selon le même principe
de la double référence, on pourrait penser quece premier accomplissement fut
partiel, en ce sens qu’il ne fut pas couronné du rétablissement du « Royaume
d’Israël ». Le Seigneur ressuscite donc en l’an 33, mais non pour restaurer
immédiatement Israël qui l’a rejeté deux jours plutôt, mais pour se préparer
d’abord pendant deux JOURS millénaires (2000 ans), cette église glorieuse, sans
taches, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.
En 2033, la prophétie de la résurrection du Christ le troisième jour, devrait
connaître son second accomplissement. Ce second accomplissement,
contrairement au premier qui fut partiel, sera complet, en ce sens qu’il sera
instantanément couronné de la résurrection nationale d’Israël, à travers le
rétablissement du futur « Royaume d’Israël », le Royaume messianique sur
lequel, le Seigneur de gloire, le dernier et Grand David, le Messie par
excellence, régnera durant un JOUR millénaire : c’est ce qu’on appelle le
Millénium sabbatique. L’Apocalypse de Jean nous décrit merveilleusement bien
la suite des évènements après ce JOUR millénaire, avec notamment la guerre de
Gog et Magog qui s’en suivra, le jugement dernier, les nouveaux cieux et la
nouvelle terre, la Jérusalem céleste…
Poursuivons notre analyse, à travers la lecture prophétique, de cinq autres
passages tirés des Ecritures à savoir : Luc 2 :41-52, Jean 4 :1-46, Jean 11 :1-11
Luc 10 :30-35 et Jonas 1 :1-3 :3.
« Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de
Pâque. Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils montèrent, selon la coutume de la
fête. Puis, quand les jours furent écoulés, et qu’ils s’en retournèrent, l’enfant
Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s’en aperçurent pas. Croyant
qu’il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et
le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. Mais, ne l’ayant pas
trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher.Au bout de trois jours,
ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les
interrogeant. Tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et
de ses réponses. Quand ses parents le virent, ils furent saisis d’étonnement, et sa
mère lui dit : Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton
père et moi, nous te cherchions avec angoisse. Il leur dit : Pourquoi me
cherchez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de
mon Père ? Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Puis il descendit
avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes
ces choses dans son cœur. Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce,
devant Dieu et devant les hommes. » (Luc 2 :41-52)

45

Selon une lecture prophétique, le père et la mère de Jésus symbolisent ici
le peuple d’Israël errant, privé de son divin Messie et Roi, le Seigneur JésusChrist, et qui le recherchera et ne le retrouvera que « le troisième JOUR »
millénaire en 2033. Pendant « deux JOURS » millénaires (2000 ans), le Christ
Jésus s’occupera des affaires de son Père, notamment faire paraître devant lui
cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et
irrépréhensible ; il s’agit des 1993 années de l’ère de l’Église ; mais aussi faire
passer le reste fidèle d’Israël par le feu purificateur de la tribulation, notamment
la grande tribulation encore appelée le temps d’angoisse de Jacob (Jérémie
30 :70). Il s’agit là des sept (07) ans de la tribulation. A titre de rappel, nous
soulignons que ces deux JOURS millénaires forment l’âge de la grâce.
« Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu’il faisait et
baptisait plus de disciples que Jean. Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même,
mais c’étaient ses disciples. Alors il quitta la Judée, et retourna en Galilée.
Comme il fallait qu’il passât par la Samarie, il arriva dansune ville de Samarie
nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Là se
trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits.
C'était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l'eau.
Jésus lui dit: Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour
acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me
demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en
effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. - Jésus lui répondit: Si tu
connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! Tu lui
aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive. Seigneur, lui
dit la femme, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond; d'où aurais-tu donc
cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce
puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? Jésus lui
répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de
l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai
deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. La
femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je
ne vienne plus puiser ici. Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La
femme répondit: Je n'ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je
n'ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est
pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es
prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le
lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure
vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le
Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que
nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est déjà
venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce
sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux
qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. La femme lui dit: Je sais que le
46

Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ); quand il sera venu, il nous
annoncera toutes choses. Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle. Là-dessus
arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu'il parlait avec une femme.
Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? Ou: De quoi parles-tu avec elle?
Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens:
Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait; ne serait-ce point le
Christ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. Pendant ce temps, les
disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange. Mais il leur dit: J'ai à
manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Les disciples se disaient
donc les uns aux autres: Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger? Jésus leur
dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir
son œuvre. Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois jusqu'à la moisson?
Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent
pour la moisson. Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits
pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se
réjouissent ensemble. Car en ceci ce qu'on dit est vrai: Autre est celui qui sème,
et autre celui qui moissonne. Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n'avez
pas travaillé; d'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.
Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette
déclaration formelle de la femme : Il m’a dit tout ce que j’ai fait. Aussi, quand
les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il
resta là deux jours.Un beaucoup plus grand nombre crurent à causent de sa
parole ; et ils disaient à la femme : Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que
nous croyons ; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est
vraiment le Sauveur du monde. Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour
se rendre en Galilée ; car il avait déclaré lui-même qu’un prophète n’est pas
honoré dans sa propre patrie. Lorsqu’il arriva en Galilée, il fut bien reçu des
Galiléens, qui avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête ;
car eux aussi étaient allés à la fête. Il retourna donc à Cana en Galilée, où il
avait changé l’eau en vin » (Jean 4 :1-46).
Lors de sa première venue, le Christ a été rejeté par son peuple qui mit le
comble à ses péchés en le crucifiant en l’an 33. Pendant les « deux JOURS »
millénaires (2.000 ans) qui vont suivre sa crucifixion, le messie se détournera
provisoirement des circoncis pour s’occuper des païens symbolisés ici par les
Samaritains afin de bâtir son Eglise et épouse. Après quoi, Il répondra aux cris
de détresse des siens qui lui réserveront cette fois-là bon accueil en tant que leur
divin Messie, à la vue des miracles qu’Il fera à la bataille d’Harmaguédon.
« Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de
Marthe, sa sœur. C’était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui
essuya les pieds avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade.
Les sœurs envoyèrent dire à Jésus : Seigneur, voici, celui que tu aimes est
47

malade. Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n’est point à la
mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié
par elle. Or, Jésus aimait Marthe, et sa sœur, et Lazare. Lors donc qu’il eut
appris que Lazare était malade, il resta deux jours encoredans le lieu où il était,
et il dit ensuite aux disciples : retournons en Judée. Les disciples lui dirent :
Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en
Judée ? Jésus répondit : N’y a-t-il pas douze heures au jour ? Si quelqu’un
marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce
monde ; mais, si quelqu’un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la
lumière n’est pas en lui. Après ces paroles, il leur dit : Lazare, notre ami, dort ;
mais je vais le réveiller » (Jean 11 :1-11).
Ici, également, la lecture prophétique reste la même. Lazare et ses deux
sœurs, Marie et Marthe, symbolisent le peuple Juif aux aboies et à la quête de
son divin berger depuis l’an 33 de notre ère, date à laquelle il fût châtié et
meurtri à travers la mort de son divin Roi, « le souffle de ses narines », « celui
qui était sa vie », « celui qui le faisait respirer ». Le Seigneur Jésus-Christ se
détournera de ses frères Juifs, alors dans une situation désespérée, pendant
« deux JOURS » millénaires (2.000 ans), après qu’ils l’aient rejeté en l’an 33 de
notre ère, afin de bâtir son Eglise, et faire passer le reste fidèle d’Israël par le feu
purificateur de la tribulation. Après quoi, il répondra, promptement, aux cris de
détresse de ceux qui l’on percé.
« Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à
Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de
coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard
descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un lévite, qui
arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui
voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et
banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre
monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira
deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras
de plus, je te le rendrai à mon retour. » (Luc 10 :30-35).
Il s’agit ici de la parabole du bon Samaritain.La lecture prophétique veut
que dans cette parabole, le bon Samaritain symbolise le Seigneur Jésus-Christ
haï, méprisé et rejeté des hommes ; l’homme qui descendait de Jérusalem à
Jéricho et qui tomba au milieu des brigands qui le dépouillèrent, le chargèrent de
coups et s’en allèrent, le laissant à demi mort, symbolise « les affaires de Son
Père », c’est-à-dire l’humanité déchue, perdue et dans les chaînes du Malin ; les
brigands symbolisent le Diable et Satan, qui ne vient que pour dérober, égorger
et détruire, parce qu’il est le voleur et le méchant ; l’hôte et l’hôtellerie
symbolisent les croyants et leur mission dans ce monde de ténèbres et vendu au
48

mal ; tandis que les deux deniers, qui représentent le salaire de deux journées de
travail, symbolisent deux JOURS millénaires. Aussi, lors de son premier séjour
sur la terre qui s’est achevé en l’an 33 de notre ère, le Seigneur Jésus-Christ bien
que haï, méprisé et rejeté des hommes, est venu vers cette humanité déchue,
dans les chaînes du Diable et à demi morte, afin de la sauver par son œuvre
salvatrice à la croix. Avant de s’asseoir à la droite du trône de la majesté divine
dans les lieux très haut où il est actuellement glorifié, il confie à ses disciples la
tâche de veiller à ce qu’aucun homme ne se prive de la grâce de Dieu et il leur
donne rendez-vous dans deux JOURS (2.000 ans), à son retour du ciel, lors de sa
réapparition/résurrection le troisième JOUR en 2033.
« La parole de l'Éternel fut adressée à Jonas, fils d'Amitthaï, en ces mots:
Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle! car sa méchanceté est
montée jusqu'à moi. Et Jonas se leva pour s'enfuir à Tarsis, loin de la face de
l'Éternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis; il
paya le prix du transport, et s'embarqua pour aller avec les passagers à Tarsis,
loin de la face de l'Éternel. Mais l'Éternel fit souffler sur la mer un vent
impétueux, et il s'éleva sur la mer une grande tempête. Le navire menaçait de
faire naufrage. Les mariniers eurent peur, ils implorèrent chacun leur dieu, et
ils jetèrent dans la mer les objets qui étaient sur le navire, afin de le rendre plus
léger. Jonas descendit au fond du navire, se coucha, et s'endormit
profondément. Le pilote s'approcha de lui, et lui dit: Pourquoi dors-tu? Lève-toi,
invoque ton Dieu! Peut-être voudra-t-il penser à nous, et nous ne périrons pas.
Et ils se dirent l'un à l'autre: Venez, et tirons au sort, pour savoir qui nous attire
ce malheur. Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Jonas. Alors ils lui dirent:
Dis-nous qui nous attire ce malheur. Quelles sont tes affaires, et d'où viens-tu?
Quel est ton pays, et de quel peuple es-tu? Il leur répondit: Je suis Hébreu, et
je crains l'Éternel, le Dieu des cieux, qui a fait la mer et la terre. Ces hommes
eurent une grande frayeur, et ils lui dirent: Pourquoi as-tu fait cela? Car ces
hommes savaient qu'il fuyait loin de la face de l'Éternel, parce qu'il le leur
avait déclaré. Ils lui dirent: Que te ferons-nous, pour que la mer se calme envers
nous? Car la mer était de plus en plus orageuse. Il leur répondit: Prenez-moi, et
jetez-moi dans la mer, et la mer se calmera envers vous; car je sais que c'est
moi qui attire sur vous cette grande tempête. Ces hommes ramaient pour gagner
la terre, mais ils ne le purent, parce que la mer s'agitait toujours plus contre
eux. Alors ils invoquèrent l'Éternel, et dirent: O Éternel, ne nous fais pas périr à
cause de la vie de cet homme, et ne nous charge pas du sang innocent! Car toi,
Éternel, tu fais ce que tu veux. Puis ils prirent Jonas, et le jetèrent dans la mer.
Et la fureur de la mer s'apaisa. Ces hommes furent saisis d'une grande crainte
de l'Éternel, et ils offrirent un sacrifice à l'Éternel, et firent des vœux. L'Éternel
fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans le ventre du
poisson trois jours et trois nuits. Jonas, dans le ventre du poisson, pria
l'Éternel, son Dieu. Il dit: Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, et il m'a
49


Documents similaires


Fichier PDF attention le pere noel imite le seigneur jesus christ
Fichier PDF voyage au coeur des plans eternels et merveilleux de dieu
Fichier PDF voyage au coeur des plans eternels et merveilleux de dieu
Fichier PDF fichier pdf sans nom
Fichier PDF fichier pdf sans nom
Fichier PDF fichier pdf sans nom 4


Sur le même sujet..