PREDESTINATION ANGE OMBOLO .pdf



Nom original: PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdfTitre: Microsoft Word - PREDESTINATION ANGE OMBOLOAuteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PrimoPDF http://www.primopdf.com / Nitro PDF PrimoPDF, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/07/2018 à 20:37, depuis l'adresse IP 154.72.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 312 fois.
Taille du document: 4.5 Mo (647 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


De l’Élection de la Grâce et de
la Prédestination
« De loin l’Éternel se
montre à moi : Je t’aime d’un
amour éternel [inconditionnel] ;
c’est pourquoi [aussi] je te
conserve ma bonté » (Jérémie
31 :3).

Visitez et consultez également notre site ainsi que notre chaine de télé internet et
écrivezécrivez-nous ou appelez aux adresses suivantes :
Site Internet : https://www.wmaker.net/jesuschristcep/
YOUTUBE : ANGE OMBOLO TV
E-mail : anomta@yahoo.fr
Tél. : (237) 695586242 ou (237) 675520729

2

Table des matières
Pages
Livre Premier : L’Élection d’Isaac et de Jacob Comme Types de l’Élection du Peuple de
Dieu (L’Élection de la Grâce ou la Clef d’une Vie Chrétienne Victorieuse) ...................... 5
Résumé ....................................................................................................................................... 8
Introduction :Le Témoignage de l’Écriture ................................................................................ 9
Chapitre 1 : De la Mort Spirituelle de l'Homme Animal et de l’État de Péché et de
Condamnation de l’Humanité .................................................................................................. 18
Chapitre 2 :De la Nécessité de l’Intervention de la Main Souveraine et Miséricordieuse de
Dieu .......................................................................................................................................... 24
Chapitre 3 :De la Portée du Sacrifice Substitutif et Expiatoire du Christ à la Croix ............... 29
Chapitre 4 :De l’Injustice ou Non de Dieu et De Son Droit Souverain?.................................. 38
Chapitre 5 :De la Responsabilité Humaine et du Mystère du Double Sens de la Notion de
Grâce Divine ............................................................................................................................ 45
Chapitre 6 :De l’Intérêt de l’Appropriation de la Doctrine de l’Election de la Grâce ............. 55
Chapitre 7 :De l’Election de la Grâce et de l’Enjeu Suprême du Conflit de l’Univers............ 65
Chapitre 8 :Des Signes Distinctifs des Élus de Dieu ............................................................... 74
Chapitre 9 :Du Procès et de la Condamnation de Judas Iscariot ou de la Liberté à l’Égard de
Dieu de l’Homme non Régénéré et de la Souveraineté Absolue de Dieu................................ 78
Chapitre 10 :Le Vocabulaire du Dessein d’Élection de Dieu et Les Classes d’Élection ......... 89
Conclusion : Vivre dans l’Esprit et la Logique du Dessein d’Élection de Dieu ...................... 94
Liste des Références Bibliographiques .................................................................................... 96
Livre Deuxième : Les Conceptions Rivales de l’Élection de la Grâce et de la Prédestinationà
l’Épreuve des Écritures ............................................................................................................ 99
Livre Troisième : De l’Absolue Inconditionnalité de l’Élection du Peuple de Dieu, selon
qu’il est écrit, « Je t’aime d’un amour éternel [inconditionnel] ; c’est pourquoi je te
conserve ma bonté […], vierge d’Israël ! » (Jérémie 31 :3-4)………….………….……..120
Livre Quatrième:De l'Absolue Inconditionnalité de l’Élection du Peuple de Dieu, selon
qu'il est écrit, « Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse »
(Galates 4 :28)……….……………………………………………………………………...126
Livre Cinquième : De la Loi et de la Foi……...………………..……...........…...……......136
Livre Sixième : Du Rôle Décisif et de la Responsabilité Capitale des Élus de Dieu dans le
Salut et de leurs Mérites Imaginaires .................................................................................178
Livre Septième : L’Élection de la Grâce à la Lumière de l’Histoire d’Israël - la Rebelle
ou des Voies de Dieu..............................................................................................................202
Livre Huitième:Pantin et Marionnette entre les Mains de l'Eternel ou plutôt du Diable ?
.………………………………………………………………………………………………221
Livre Neuvième:La Notion de Grâce Divine: Le Mystère des Deux Sens (La Promesse
Divine: Le Mystère des Deux Sens / L'Appel Divin: Le Mystère des Deux Sens/ L'Alliance
Divine: Le Mystère des Deux Sens)...…………………………………………………….…253
Livre Dixième : De la Grâce et du Choix Souverains de Dieu, selon qu’il est écrit, « Je
fais grâce à qui je fais grâce » (Exode 33 :19)......................................................................279
Livre Onzième : De la Prédestination des Élus de Dieu au Salut………..………….......283
Livre Douzième : Du Mystère du Don de la Foi à Salut………………………………....317
Livre Trezième : La Prédestination selon la Prescience Divine : Un Conte Profane et
Absurde……………………….....................................................................………….……327
3

Livre Quatorzième : Dissection de la Chaîne d’Or de l’Élection de la Grâce. Première
Partie : De la Justification et de la Sanctification ...................................……………….333
Livre Quinzième : Dissection de la Chaîne d’Or de l’Élection de la Grâce. Deuxième
Partie : Du Choix Souverain de Dieu et du Salut .................................………..…….…337
Livre Seizième : La Prédestination selon la Prescience Divine ou Le Salut par les
Oeuvres……………..………………….......................................................................……343
Livre Dix-septième : Le Plan de Miséricorde Divine ou le Salut du Peuple de Dieu
……………..………………….................................................................…………………350
Livre Dix-huitième : Des Fondements de la Préscience Divine en Matière de Salut, selon
qu’il est écrit, « Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse » (Galates
4 :28) .……………………………..……………………………...……………………...…357
Livre Dix-neuvième : De la Grâce Suffisante ou Prévenante Donnée à Tous les
Hommes……………………………………………………………………………...……...367
Livre Vingtième : De l’Utilité Pratique et Théologique du Dessein d’Élection de
Dieu………………..………......……...………………………………………...…………...372
Livre Vingt-et-unième : La Prédestination Fondée sur la Prescience Divine ou la
Falsification des Écritures …………………...…………………………………………...403
Livre Vingt-deuxième : Les Antinomies Bibliques et le Grand Exercice d’Explication de
l’Élection de la Grâce et de Reconstitution du Puzzle Biblique……….......…......….…..432
Livre Vingt-troisième : Des Critères du Choix Discrétionnaire de Dieu dans l’Élection de
la Grâce…......…………...………………………………………………..…………..….…445
Livre Vingt-quatrième : Les Étapes du Mystère du Salut selon Zacharie 12 ………....453
Livre Vingt-cinquième : L’Homme Animal et le Conte Profane et Absurde de la
Prédestination selon la Prescience Divine ......................................................................…457
Livre Vingt-sixième : La Doctrine Biblique de l’Appel Efficace de l’Éternel Dieu ou
l’Hérésie et la Folie Arminiennes ........................................................................................ 460
Livre Vingt-septième : L’Élection de la Grâce à la Lumière du Procès de Judas ......... 478
Livre Vingt-huitième : La Doctrine Néotestamentaire du Salut ou la Splendeur de
l’Évangile de la Gloire de Christ ......................................................................................... 495
Livre Vingt-neuvième :La Mathématique Divine de la Justification et du Salut ou le
Système des Deux Alliances ................................................................................................ 544
Livre Trentième :Les Voiles Déchirés à la Croix de Golgotha : Portée, Sens et
Signification ......................................................................................................................... 568
Livre Trente-et-unième : L’Enfer comme Outil de Gestion de la Liberté de l’Homme à
l’Égard de Dieu et donc de la Responsabilité de l’Homme .............................................. 590
Livre Trente-deuxième : Le Message Clef de la Révélation Biblique ou « Sans moi vous
ne pouvez rien faire » (Jean 15 :5) ....................................................................................... 612
Livre Trente-troisième :L’Assurance du Salut et de la Vie Éternelle par la Seule Parole
de Dieu ................................................................................................................................... 620
Livre Trente-quatrème : Les Paraboles du Seigneur Dévoilant le Dessein Secret
d’Élection de Dieu ............................................................................................................... 624
Livre Trente-cinquième :L'Élection de la grâce ou le Message de l'Éternel Dieu à ceux
qui l'aiment ………………………………………………………………………….……628
Livre Trente-sixième: Éloges de la Foi en Jésus-Christ - Enjeu suprême de
l'Histoire.……………………………………………………………………………………631
Livre Trente-septième : La Parabole des Ouvriers Loués à Différentes Heures ou La
Justice Infaillible de Dieu dans Son Double Plan de Condamnation et de
Miséricorde………………………………...…………………………………………….…636

4

Livre
Premier

5

Ange OMBOLO

L’Élection d’Isaac
etde Jacob Comme
Types de l’Élection
du Peuple de Dieu
(L’ÉLECTION DE LA GRÂCE OU LA CLEF D’UNE
VIE CHRÉTIENNE VICTORIEUSE)

«En Isaac sera nommée pour toi
une postérité, c’est-à-dire que ce ne sont
pas les enfants de la chair qui sont
enfants de Dieu, mais que ce sont les
enfants de la promesse qui sont regardés
comme la postérité. Voici, en effet, la
parole de la promesse : Je reviendrai à
cette même époque, et Sara aura un fils »
(Romains 9 :7-9). « Pour vous, frères,
comme Isaac, vous êtes enfants de la
promesse » (Galates 4 :28).

DOCTRINE & FOI CHRÉTIENNE
6

Table des matières
Résumé ....................................................................................................................................... 8
Introduction : Le Témoignage de l’Écriture.......................................................................... 9
Chapitre 1 : De la Mort Spirituelle de l’Homme Animal et de l’État de Péché et de
Condamnation de l’Humanité ............................................................................................... 18
Chapitre 2 : De la Nécessité de l’Intervention de la Main Souveraine et Miséricordieuse
de Dieu ..................................................................................................................................... 24
Chapitre 3 : De la Portée du Sacrifice Substitutif et Expiatoire du Christ à la Croix ..... 29
Chapitre 4 : De l’Injustice ou Non de Dieu et De Son Droit Souverain? .......................... 38
Chapitre 5 : De la Responsabilité Humaine et du Mystère du Double Sens de la Notion
de Grâce Divine ...................................................................................................................... 45
5.1. De la Responsabilité des Élus de Dieu dans leur Salut ............................................ 45
5.2. De la Responsabilité des Fils de la Rébellion dans leur Déchéance et Perdition ... 47
Chapitre 6 : De l’Intérêt de l’Appropriation de la Doctrine de l’Election de la Grâce ... 55
6.1. La Clef d’une Vie Chrétienne Victorieuse ................................................................ 58
6.2. Une Consolation Éternelle et Une Bonne Espérance ............................................... 59
6.3. L’Evangélisation et La Souveraineté de Dieu ........................................................... 59
Chapitre 7 : De l’Election de la Grâce et de l’Enjeu Suprême du Conflit de l’Univers .. 65
Chapitre 8 : Des Signes Distinctifs des Élus de Dieu ........................................................... 74
Chapitre 9 : Du Procès et de la Condamnation de Judas Iscariot ou de la Liberté à
l’Égard de Dieu de l’Homme non Régénéré et de la Souveraineté Absolue de Dieu ....... 78
Chapitre 10 : Le Vocabulaire du Dessein d’Élection de Dieu et Les Classes d’Élection . 89
Conclusion : Vivre dans l’Esprit et la Logique du Dessein d’Élection de Dieu ................ 94
Liste des Références Bibliographiques .................................................................................... 96

7

Résumé
« Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et éternellement. Ne vous
laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères; car il est bon que
le cœur soit affermi par la grâce [l’élection de la grâce/la prédestination des
élus de Dieu au salut/les très saintes doctrines bibliques de la prédestination des
élus de Dieu au salut], et non par des aliments qui n'ont servi de rien à ceux
qui s'y sont attachés » (Hébreux 13 :8-9). En effet,toutes les pages du Nouveau
Testament sont empreintesdu parfum de « l’élection de la grâce », parfum de
mort donnant la mort pour les uns, le monde, mais parfum de vie, de vie en
abondance et de vie éternelle pour les autres, les élus de Dieu. Bien qu’encore
retenue injustement captive par l’orgueil et la présomption du cœur humain
vaniteux, toujours en quête de mérites personnels et qui y voit donc la suprême
humiliation, - l’élection de la grâce ne constitue pas moins le centre même du
plan de rédemption de Dieu. En effet, tout part d’elle et tout conduit à elle. Sans
élection de la grâce, point de délivrance de la servitude de la crainte de la mort,
point d’Ancien Testament, point de Nouveau Testament, point de Croix, point
de repentance, point de nouvelle naissance, point de salut, point d’espérance,
point d’enlèvement de l’Eglise, point de millénium, point de royaume éternel.
En saisissant par la foi son élection divine, l’élu de Dieu se délivre de la
servitude oppressante, écrasante, étouffante, paralysante, contreproductive et
diabolique de la crainte de la mort, - inhérente au manqued’assurance par
rapport au salut, et prend ainsi possession du plus puissant ressort à nous donné
par Dieu dans sa grâce et sa miséricorde, pour notre équilibre spirituel et pour
une vie chrétienne victorieuse. L’élection de la grâce constitue ainsi la clef
d’une vie chrétienne victorieuse. A travers son dessein d’élection, l’Éternel Dieu
rappelle avant tout à l’orgueil et à la présomption de notre cœur vaniteux, qu’Il
est Dieu et seul souverain dans Son monde qu’Il a créé. Aussi, le Seigneur
Jésus-Christ pouvait-il déclarer : « sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean
15 :5).« Tout est accompli » (Jean 19 :30). « Que votre cœur ne se trouble
point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la
maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous
préparer une place. Et, lorsque je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé
une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis
vous y soyez aussi » (Jean 14 :1-3).

8

Introduction :
Le Témoignage de l’Écriture
« C’est par grâce que vous êtes sauvés » (Éphésiens 2 :5). «Or, si c'est
par grâce[l'élection de la grâce], ce n'est plus par les œuvres[les mérites];
autrement la grâce n'est plus une grâce. Et si c'est par les œuvres, ce n'est
plus une grâce; autrement l'œuvre n'est plus une œuvre » (Romains 11 :6).
« Dieu a-t-il rejeté son peuple? Loin de là! Car moi aussi je suis Israélite,
de la postérité d'Abraham, de la tribu de Benjamin. Dieu n'a point rejeté son
peuple, qu'il a connu d'avance. Ne savez-vous pas ce que l'Écriture rapporte
d'Élie, comment il adresse à Dieu cette plainte contre Israël: Seigneur, ils ont
tué tes prophètes, ils ont renversé tes autels; je suis resté moi seul, et ils
cherchent à m'ôter la vie? Mais quelle réponse Dieu lui fait-il? Je me suis
réservé sept mille hommes, qui n'ont point fléchi le genou devant Baal. De
même aussi dans le temps présent il y a un reste, selon l'élection de la grâce
[…].Quoi donc? Ce qu'Israël cherche, il ne l'a pas obtenu, mais l'élection[de la
grâce] l’a obtenu» (Romains 11 :7).
« Les Juifs murmuraient à son sujet, parce qu’il avait dit : Je suis le
pain qui est descendu du ciel. Et ils disaient : n’est-ce pas là Jésus, le fils de
Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère ? Comment donc dit-il :
Je suis descendu du ciel ? Jésus leur répondit : Ne murmurez pas entre
vous.Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le
ressusciterai au dernier jour » (Jean 6 :41-44). « Les Juifs l’entourèrent, et lui
dirent : Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens ? Si tu es le Christ,
dis-le nous franchement. Jésus leur répondit : Je vous l’ai dit, et vous ne croyez
pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi.
Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis
entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie
éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.
Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut
les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un. Alors les Juifs
prirent de nouveau des pierres pour le lapider » (Jean 10 :24-31). « Et il
ajouta : C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui
a été donné par le Père » (Jean 6 :65) ; « c’est par lui que vous êtes en JésusChrist » (1 Corinthiens 1 :30). « Tous ceux que le Père me donne viendront à
moi» (Jean 6 :37) ; et « nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de
Jésus-Christ, une fois pour toutes » (Hébreux 10 :10). « Car, par une seule
offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. C’est
9

ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi ; car, après avoir dit : voici l’alliance
que je ferai avec eux, après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois
dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute : et je ne me
souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. Or, là où il y a pardon des
péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché » (Hébreux 10 :14-18). « C’est à
vous qu’a été donné le mystère du royaume de Dieu ; mais pour ceux qui sont
dehors tout se passe en paraboles, afin qu’en voyant ils voient et n’aperçoivent
point, et qu’en entendant ils entendent et ne comprennent point, de peur qu’ils
ne se convertissent, et que les péchés ne leur soient pardonnés » (Marc 4 :1112). « Ne le savez-vous pas ? Ne l’avez-vous pas appris ? Ne vous l’a-t-on pas
fait connaître dès le commencement ? » (Ésaïe 40 :21). « Car c’est Dieu qui
produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir » (Philippiens 2 :13).
Pourquoi les fils de la rébellion ne peuvent-ils pas croire ? C’est
encore le prophète Ésaïequi nous en donne la raison quand il dit : « Dieu les a
aveuglés, Il les a rendus insensibles, afin que leurs yeux ne voient pas, que leur
cœur ne comprenne pas, qu’ils ne se tournent pas vers Lui pour qu’Il les
guérisse » (Jean 12 :40). Ils « périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de
la vérité pour être sauvés » (2 Thessaloniciens 2 :10), selon qu’il est écrit, « Un
homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel » (Jean 3 :27). Ils
périssent parce qu’ils n’ont pas reçu en partage1 le don de la foi, selon qu’il est
écrit, « Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en
partage une foi du même prix que la notre, par la justice de notre Dieu et du
Sauveur Jésus-Christ : que la grâce et la paix vous soient multipliées par la
connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur ! » (2 Pierre 1 :1-2).
Autrement dit, l’Éternel les a privés du don de la foi à salut, - du don de l’Esprit,
- du don de la nouvelle naissance, - du don de Sa grâce particulière ; Il ne leur a
pas fait la grâce, par rapport à Christ, de croire en Lui (Philippiens 1 :29 ; 2
Pierre 1 :1 ; Zacharie 12 :10 ; Ézéchiel 39 :29 ; Joël 2 :28 ; Esaïe 44 :3 ; Actes
2 :38-39 ; Jean 14 :17 ; 3 :27 ; Éphésiens 2 :8 ; 4 :7 ; Romains 12 :3 ; 9 :1516 ; 9 :21-24 ; 1 Corinthiens 12 :11 ; 12 :9 ; 12 :1-30 ; Job 39 :20 ; 40 :10 ;
Exode 33 :19).Dieu les a abandonnés dans leur mort spirituelle, par égard pour
leur volonté libre, et pour démontrer la faillite de la voie autonome de l’Homme.
Le don de la foi constitue ainsi le déclencheur exclusif du salut et son moteur
efficace.
Ainsi donc, toutes les pages de l’Écriture répandent le parfum de
« l’élection de la grâce » (Romains 11 :5), - parfum de mort donnant la mort
pour les uns, le monde, - mais parfum de vie, de vie en abondance et de vie
éternelle pour les autres, les élus de Dieu(2 Corinthiens 2 :14-17). « Béni soit
Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes
1

Recevoir en partage : Avoir comme don naturel.

10

de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes dans Christ ! Dans luiDieu
nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et
irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses
enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la
louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. Dans
lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la
richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute
espèce de sagesse et d’intelligence, nous faisant connaître le mystère de sa
volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le
mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses
en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. Dans lui
nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinéssuivant la résolution
de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, afin que nous
servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ.
Dans lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de
votre salut, vous avez cruen lui et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait
été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que
Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire » (Éphésiens 1 :3-14).
« Si quelqu’un aime Dieu, celui-là est connu de lui » (1 Corinthiens
8 :3) ; et« nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux
qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu’il a
connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son
Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a
prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi
justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. Que Dirons-nous donc
à l’égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Lui, qui
n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment
ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? Qui accusera les élus de
Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien
plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! Qui
nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la
persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? Selon qu’il est
écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, qu’on nous
regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses
nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai
l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses
présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur,
ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté
en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 8 :28-39).« Car c’est par la grâce
que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est
le don gratuit de Dieu. Ce n’est point par les œuvres [les mérites], afin que
personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés dans
11

Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que
nous les pratiquions »(Éphésiens 2 :8-10).« Il vous a été fait la grâce, par
rapport à Christ, […] de croire en lui»(Philippiens 1 :29).
« Vous étiez spirituellement morts par vos offenses et par vos péchés, dans
lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de
la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.
Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les
convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos
pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les
autres…Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il
nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie
avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités
ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, dans JésusChrist, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce
par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Éphésiens 2 :1-7).
« C’est pour eux que je prie. Je ne prie pas pour le monde, mais pour
ceux que tu m’as donnés, parce qu’ils sont à toi […]. Ce n’est pas pour eux
seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur
parole [Je ne prie pas pour le monde, mais pour tes élus/pour les élus de
Dieu] » (Jean17 :9-20). « Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous
devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous
a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit
et par la foi en la vérité. C’est à quoi il vous a appelés par notre Évangile, pour
que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ » (2 Thessaloniciens
2 : 13-14). « Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus »
(1 Thessaloniciens 1 :4). « Les païens se réjouissaient en entendant cela, ils
glorifiaient la parole du Seigneur, et tous ceux qui étaient destinés à la vie
éternelle crurent » (Actes 13 :48).
« Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais,
et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi
prophète des nations » (Jérémie 1 :5). « N’aie donc point honte du témoignage
à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour
l’Évangile, par la puissance de Dieu, qui nous a sauvés, et nous a adressé une
sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et
selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, et
qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur JésusChrist » (2 Timothée 1 :8-10).
« Écoutez, mes frères bien-aimés : Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres
aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, et héritiers du royaume
12

qu’il a promis à ceux qui l’aiment ? Et vous, vous avilissez le pauvre ! »
(Jacques 2 :5-6). « Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il
n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni
beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour
confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre
les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise,
celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle
chair ne se glorifie devant Dieu. Or, c’est par lui que vous êtes en JésusChrist » (1 Corinthiens 1 :26-30).
« Lorsque vous verrez l'abomination de la désolation établie là où elle ne
doit pas être, -que celui qui lit fasse attention […]. Car la détresse, en ces jours,
sera telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du
monde que Dieu a créé jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. Et, si le
Seigneur n'avait abrégé ces jours, personne ne serait sauvé; mais il les a
abrégés, à cause des élus qu'il a choisis. […]. Il s’élèvera de faux Christs et de
faux prophètes ; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus,
s’il était possible» (Marc 13 :14-22).« Tous les habitants de la terre
l’adoreront [la bête/l’antéchrist/le super dictateur mondial de la fin des
temps/l’impie], ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde
dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé. Si quelqu’un a des oreilles,
qu’il entende ! » (Apocalypse 13 :8-9).
« Tout est accompli » (Jean 19 :30). « Que votre cœur ne se trouble point.
Croyez en Dieu, et croyez en moi […]. Je vais vous préparer une place. Et,
lorsque je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai,
et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » (Jean
14 :1-3). « Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux
autres ; et qui peut être sauvé ? Jésus les regarda, et dit : Cela est impossible
aux hommes, mais non à Dieu : car tout est possible à Dieu » (Marc 10 :2627).« Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît qui
est le Fils, si ce n’est le Père, ni qui est le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui
le Fils veut le révéler » (Luc 10 :22). « Ce n’est pas vous qui m’avez choisis ;
mais moi, je vous ai choisis » (Jean 15 :16 ; Galates 4 :9). « Ainsi parle
l’Éternel, qui fait ces choses, l’Éternel, qui les conçoit et les exécute, lui, dont le
nom est l’Éternel »(Jérémie 33 :2). « N'as-tu pas appris que J'ai préparé ces
choses de loin, et que Je les ai résolues dès les temps anciens? Maintenant J'ai
permis qu'elles s'accomplissent » (2 Rois 19 :25 ; Ésaïe 37 :26).« Il en fut ainsi
de Rébecca, qui conçut du seul Isaac notre père; car, quoique les enfants ne
fussent pas encore nés et qu’ils n'eussent fait ni bien ni mal, afin que le
dessein d'élection de Dieu subsistât, sans dépendre des œuvres [des mérites],et
par la seule volonté de celui qui appelle, il fut dit à Rébecca: L'aîné sera
assujetti au plus jeune; selon qu'il est écrit: J'ai aimé Jacob et j'ai haï Ésaü »
13

(Romains 9 :10-13).« Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison
d’Israël » (Matthieu 15 :24). Ce sont là les voies incompréhensibles et
insondables de l’Éternel : « Il révèle sa parole à Jacob, ses lois et ses
ordonnances à Israël ; il n’a pas agi de même pour toutes les nations, et elles
ne connaissent point ses ordonnances» (Psaume 147 :19-20). « Que dironsnous donc ?Y a-t-il en Dieu de l’injustice ?Loin de là ! » (Romains
9 :14).« L’Eternel est juste dans toutes ses voies, et miséricordieux dans toutes
ses œuvres [Son plan de miséricorde]» (Psaume 145 :17). « Notre Seigneur est
grand […], son intelligence n’a point de limite » (Psaume 147 :5). « C’est
pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu’eux aussi obtiennent le salut
qui est en Jésus-Christ, avec la gloire éternelle » (2 Timothée 2 :10). En effet,
« Dieu,voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté
avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, et […] il
a voulu faire connaître la richesse de sa grâce envers des vases de miséricorde
qu’il a d’avance préparés pour la gloire » (Romains 9 :22-23).
Voilà très sommairement et de manière non exhaustive, exposés des
rudiments scripturaires de la doctrine biblique de « l’élection de la grâce »
(Romains 11 :5), - doctrine qui, de façon très schématique, veut que dans Son
droit souverain, Sa justice infaillible, Sa sagesse infiniment variée, et selon le
mystère de Sa volonté parfaite, l’Éternel Dieu, de toute éternité et dès avant la
fondation du monde, se soit réservé en les mettant à part et en inscrivant leurs
noms dans le livre de vie de l’agneau immolé, certains hommes, Ses élus, qui ne
fléchiront point le genou devant Baal, mais qui croiront en Son Fils unique,
Jésus-Christ, qu’il a ainsi prédestinés à la vie éternelle indépendamment de leurs
œuvres, abandonnant par contre, dans le même temps, le reste du monde, dans
ses ténèbres, sa déchéance, sa disgrâce, sa chute, son iniquité et sa rébellion
ingrate, qui le conduiront inéluctablement dans l’étang ardent de feu et souffre,
la seconde mort, préparée pour Satan et les anges déchus, et où ils seront
tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles. L’élection d’Isaac, et cellede
Jacob (Israël) constituent à ce titre des types de l’élection du peuple de
Dieu(Romains 9 :6-13 ; Malachie 1 :1-5), - des types de l’élection de la
grâce(Romains 11 :5-6), - des types des voies de L’Éternel Dieu, - des types
des voies incompréhensibles de L’Éternel Dieu(Romains 11 :33).
Avec ses deux décrets divins corrélatifs d’approbation et de laisserfaire, le dessein d’élection de Dieu entraîne « une double prédestination ». Une prédestination au salut et à la vie éternelle pour les élus, - le peuple de Dieu,
- non d’abord à cause des œuvres de justice qu’ils auraient faites, et qui
soulignons-le restent en deçà de la norme divine et surtout émanent de l’Éternel
Dieu Lui-même par le don de la foi, - mais exclusivement selon la miséricorde
divine (Tite 3 :5), c’est-à-dire le soin salvateur de la main souveraine et
miséricordieuse de Dieu, qui, avant la fondation du monde (Éphésiens 1 :4), et
14

donc la naissance des élus, c’est-à-dire « qu’ils n’eussent fait ni bien ni mal »
(Romains 9 :11), les a créés dans Jésus-Christ pour les bonnes œuvres de salut,
que Dieu a préparées d’avance, afin qu’ils les pratiquent (Éphésiens 2 :10).
C’est dire que « la carrière commune » des élus de Dieu et de Christ a
commencé dès avant la fondation du monde. Avant la fondation du monde, - et
donc leur naissance, Dieu avait déjà créé les élus - dans le Christ Jésus(Jérémie
1 :5 ; Galates 1 :15;Éphésiens 2 :10) dont ils sont le corps et les cellules(les
membres)(1 Corinthiens 12 :27) – cellules mortes avant la nouvelle naissance,
-et cellules vivantes après la nouvelle naissance(Éphésiens 1 :13 ; Jean
14 :17). On les retrouvera plus tard, - d’abord à la croix de Golgotha, - en Christ
et crucifiés avec Lui (Galates 2 :20 ; Colossiens 3 :3 ;2 Timothée 2 :11 ;
Romains 6 :8); et ensuite, en Lui et ensevelis avec Lui (Colossiens 2 :12) ; en
Lui et ressuscitant avec Lui le troisième jour (Éphésiens 2 :6 ; Colossiens 2 :12 ;
Colossiens 3 :1). Actuellement, - en Lui et avec Lui, ils sont assis à la droite de
la majesté divine dans les lieux très hauts (Éphésiens 2 :6). A l’occasion de « la
première résurrection »(Apocalypse 20 :5-6 ; 1 Corinthiens 15 :22-23), quand
Christ, leur vie, paraîtra et ressuscitera2, alors en Christ et avec Lui, ils
ressusciteront et paraîtront aussi avec Lui dans la gloire (Colossiens 3 :4 ; 2
Corinthiens 4 :14 ; 1 Thessaloniciens 4 :14 ; Jean 6 :44 ; 2 Timothée 2 :11 ;
Romains 6 :8). - Et une prédestination à la condamnation pour le monde, - les
réprouvés, spirituellement morts, dépourvus de l’Esprit (Jean 14 :17), et
étrangers à la vie de Dieu, et qui tout naturellement meurent dans leur mort
spirituelle, - non d’abord du fait du « décret divin de laisser-faire », lequel, en
les privant du soin correcteur et salvateur de la main souveraine et
miséricordieuse de Dieu, c’est-à-dire du don de la foi à salut/du don de l’Esprit,
par égard pour leur volonté libre, prouve simplement la faillite de la voie
autonome de l’homme, - mais exclusivement à cause de la rébellion ingrate,
ouverte et militante du monde et des réprouvés, ainsi que de leur vie d’impiété et
d’iniquités.
Doctrine biblique centrale s’il en est mais retenue injustement captive par
l’orgueil et la présomption du cœur humain vaniteux, toujours en quête de
mérites personnels et qui y voit donc la suprême humiliation, et par conséquent
ô combien méconnue des enfants de Dieu, qui sombrent alors dans une vie
spirituelle chancelante et de défaites, ne connaissant pas la vérité qui seule
pourrait les affranchir, - l’élection de la grâce aurait été ébauchée par Saint
Augustin, et après lui, le réformateur Jean Calvin l’aurait le premier théorisée et
exposée d’une manière suivie, notamment dans son livre intitulé “Institution de
la Religion Chrétienne”.Luther l’a également soutenue en son
temps, notamment au cours d’une controverse avec Erasme. Ce dernier avait
écrit un traité Du Libre Arbitre, où il attaquait Luther. Luther répondit par le
2

Reviendra sur la terre en provenance de la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts (Parousie,
Révélation, Retour ultime en gloire du Seigneur Jésus-Christ)

15

traité Du Serf Arbitre, où il défend la prédestination des élus au salut en niant
catégoriquement toute participation humaine à l’acquisition du salut. « Non pas
qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui
veulent renverser l’Évangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un
ange du ciel annoncerait un autre Évangileque celui que nous vous avons
prêché, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à
cette heure : si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous
avez reçu, qu’il soit anathème ! Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que
je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je
plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. Je vous
déclare, frères, que l’Évangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ;
car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de JésusChrist » (Galates 1 :7-12). « Je ne me lasse point de vous écrire les mêmes
choses, et pour vous cela est salutaire. Prenez garde aux chiens, prenez garde
aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis. Car les circoncis, c’est
nous, qui rendons à Dieu notre culte par l’Esprit de Dieu, qui nous glorifions
en Jésus-Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair »
(Philippiens 3 :1-3). « La loi ne procède pas de la foi » (Galates 3 :12), et
inversement !C’est-à-dire que la foi ne procède pas de la loi. « Si notre Evangile
est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le
dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la
splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu » (2
Corinthiens 4 :3-4).« Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés,
revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de
patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de
l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné,
pardonnez-vous aussi. Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la
charité, qui est le lien de la perfection. Et que la paix de Christ, à laquelle vous
avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez
reconnaissants» (Colossiens 3 :12-15). « Je te rappelle l'exhortation que je te
fis, à mon départ pour la Macédoine, lorsque je t'engageai à rester à Éphèse,
afin de recommander à certaines personnes de ne pas enseigner d'autres
doctrines, et de ne pas s'attacher à des fables et à des généalogies sans fin, qui
produisent des discussions plutôt qu'elles n'avancent l'œuvre de Dieu dans la
foi.Le but du commandement, c'est une charité venant d'un cœur pur, d'une
bonne conscience, et d'une foi sincère. Quelques-uns, s'étant détournés de ces
choses, se sont égarés dans de vains discours; ils veulent être docteurs de la loi,
et ils ne comprennent ni ce qu'ils disent, ni ce qu'ils affirment. Nous n'ignorons
pas que la loi est bonne, pourvu qu'on en fasse un usage légitime, sachant bien
que la loi n'est pas faite pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, les
impies et les pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les
meurtriers, les impudiques, les infâmes, les voleurs d'hommes, les menteurs, les
parjures, et tout ce qui est contraire à la saine doctrine, - conformément à
16

l'Évangile de la gloire du Dieu bienheureux, Évangile qui m'a été confié » (1
Timothée 1 :3-11). Croyez que « l’élection de la grâce » (Romains 11 :5-7)est
votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la
sagesse qui lui a été donnée. « C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il
parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre,
dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des
autre Écritures, pour leur propre ruine. Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis,
mettez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies,
vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. Mais croissez dans la grâce et dans
la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire,
maintenant et pour l’éternité ! Amen ! » (2 Pierre 3 :15-18).

17

Chapitre 1 :
De la Mort Spirituelle de
l’Homme Animal et de l’État
de Péché et de Condamnation
de l’Humanité
La mort spirituelle de l’homme animal et l’état de péché et de
condamnation de l’humanité sont inhérents au péché originel et soulignent
l’incapacité totale et absolue de l’Homme par rapport au salut, lequel lui est
inaccessible, selon qu’il est écrit, « Mais l'homme animal ne reçoit pas les
choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les
connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge» (1 Corinthiens
2 :14).« Non, il n’y a sur la terre point d’homme juste qui fasse le bien et qui ne
pèche jamais » (Ecclésiaste 7 :20). C’est dire que le péché en l’Homme le
condamne, selon qu’il est écrit, « Car tous ont péché et sont privés de la gloire
de Dieu » (Romains 3 :23).Ainsi, pour sa part, l’homme animal est un cadavre
spirituel dont on ne peut rien en attendre, un mort ne pouvant répondre à aucune
sollicitation, tandis que l’homme régénéré, quant à lui, demeure un pauvre
pécheur condamné par son péché, lui qui, au quotidien, renie et tourne le dos au
Seigneur de gloire Jésus-Christ dans tous les actes de sa vie. En raison donc du
péché qui condamne toute l’humanité, - sans exception, le salut est donc
inaccessible à l’Homme. Prenons le témoignage de l’Écriture sur la mort
spirituelle de l’homme animal, l’état de péché et de condamnation de l’humanité
et l’incapacité totale et absolue de l’Homme par rapport au salut.
« La mort est venue par un homme […]. Et […] tous meurent en Adam »
(1 Corinthiens 15 :21-22). « Par un seul homme le péché est entré dans le
monde, et par le péché la mort, et […] ainsi la mort s’est étendue sur tous les
hommes, parce que tous ont péché (en Adam). […] Par une seule offense la
condamnation a atteint tous les hommes […]. Par la désobéissance d’un seul
homme beaucoup ont été rendus pécheurs » (Romains 5 :12-19). « Vous étiez
spirituellement morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous
marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance
de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous
aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises
18

de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous
étions par nature des enfants de colère, comme les autres…Mais Dieu, qui est
riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui
étions spirituellement morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ
(c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a
fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer
dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous
en Jésus-Christ » (Éphésiens 2 :1-7). « Vous qui étiez spirituellement morts par
vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec
lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses » (Colossiens 2 :13). Aussi,
« Donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivantsde morts que vous
étiez » (Romains 6 :13). « C’est une parole certaine et entièrement digne d’être
reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauverles pécheurs, dont je
suis le premier » (1 Timothée 1 :15). « Nous savons, en effet, que la loi est
spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que
je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce
que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce
n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je
le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non
le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal
que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le
fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je
veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de
Dieu, selon l'homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi,
qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du
péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du
corps de cette mort?...Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre
Seigneur!... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de
Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché » (Romains 7 :14-25).
« Les desseins du cœur de l’homme sont mauvais dès son enfance » (Genèse
8 :21) car « Dieu a renfermé tous les hommes dans la désobéissance » (Romains
11 :32).Aussi,« Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous
séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos
péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de
toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous le faisons
menteur, et sa parole n’est point en nous » (1 Jean 1 : 8-10), « car il n’y a point
d’homme qui ne pèche » (1 Rois 8 : 46). « Qui dira : J’ai purifié mon cœur, je
suis net de mon péché ? » (Proverbes 20 :9). « Non, il n’y a sur la terre point
d’homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais » (Ecclésiaste 7 :20).
Aussi, lorsque « les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en
adultère; et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus: Maître, cette
femme a été surprise en flagrant délit d'adultère. Moïse, dans la loi, nous a
ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu? Ils disaient cela pour
19

l'éprouver, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le
doigt sur la terre. Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit:
Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. Et
s'étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. Quand ils entendirent cela,
accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés
jusqu'aux derniers; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.
Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit: Femme, où
sont ceux qui t'accusaient?Personne ne t'a-t-il condamnée? Elle répondit: Non,
Seigneur. Et Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche
plus » (Jean 8 :3-11).
Ainsi donc, contrairement à Jean-Jacques Rousseau - dans "Le Contrat
Social", et avec lui tous les humanistes, qui affirment que l’homme naît bon et
que c’est la société qui le corrompt, la parole de Dieu affirme au contraire que
depuis la chute dans le jardin d’Éden, tous les hommes ont péchés, sont tombés
en disgrâce, se sont enfermés dans la désobéissance et l’iniquité, sont déchus, et
sont par conséquent privés de la gloire de Dieu. En fait, elle affirme même que
l’homme naît dans le péché, - et le salaire du péché étant la mort, - l’homme naît
spirituellement mort, il naît homme animal, - tous, sans exception(Romains
5 :12-19 ; Éphésiens 2 :1-7). Ils naissent tous cadavres vivants ! Et que peut-on
attendre de bon d’un mort ou d’un cadavre? Rien du tout répond-t-elle. C’est ce
que reconnaît fort à propos le roi David, l’homme selon le cœur de Dieu(1
Samuel 13 :14), dans le Psaume 51, lorsque Nathan, le prophète, vint à lui, après
que David fut allé vers Bath-Schéba et fît mourir Urie, le Hétien, son légitime
époux, en demandant à Joab, Chef de son armée, de l’exposer sur le front au
plus fort du combat, selon qu’il est écrit, « O Dieu ! Aie pitié de moi dans ta
bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions ; lave-moi
complètement de mon iniquité, et purifie-moi de mon péché. Car je reconnais
mes transgressions, et mon péché est constamment devant moi. J’ai péché
contre toi seul, et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux, en sorte que tu seras juste
dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement. Voici, je suis né dans
l’iniquité, et ma mère m’a conçu dans le péché. Mais tu veux que la vérité soit
au fond du cœur : fais donc pénétrer la sagesse au-dedans de moi ! Purifie-moi
avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.
Annonce-moi l’allégresse et la joie, et les os que tu as brisés se réjouiront.
Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités. O Dieu ! Crée
en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé. Ne me rejette pas
loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit Saint. Rends-moi la joie de ton salut,
et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! […]. Si tu eusses voulu des
sacrifices, je t’en aurais offert ; mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes.
Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé : O Dieu ! Tu ne
dédaignes pas un cœur brisé et contrit » (Psaume 51 :1-20). Le Prophète
Jérémie affirmait également que « le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est
20

méchant : Qui peut le connaître ? » (Jérémie 17 :9).Le prophète Esaïe nous
révélait aussi qu’aux yeux de l’Eternel, « Nous sommes tous comme des impurs,
et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; nous sommes tous flétris
comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent »(Esaïe 64 :5).
Ainsi, l'homme animal est coupé et séparé de Dieu, - étranger à la vie de
Dieu. Son esprit, siège de sa relation avec Dieu, est, à la vérité, mort-né.
Aussi ne reçoit-il pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour
lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.
Plongé dans des ténèbres impénétrables, il est misérable et ce qui est bon en
définitive n’habite point en lui.Au moment de la chute, tous les hommes ont
péché en Adam et avec lui, - et sont spirituellement morts en lui et avec lui.
Aussi se trouvent-ils de fait enfermés dans la désobéissance et l’iniquité, et
toutes leurs œuvres, - même les plus nobles en apparence, sont empreintes de
corruption et de souillures, ne contribuent qu’à la satisfaction de la chair et
restent par conséquent en déca dela norme divine. Voilà donc comment l’Eternel
voit l’Homme. Pour lui, « tous ont péché et sont privés de la gloire de
Dieu »(Romains 3 :23). « Selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même
un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont
pervertis ; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul […]; la crainte
de Dieu n’est pas devant leurs yeux » (Romains 3 :10-18). Aussi, « nous savons
que tout ce que dit la loi, elle le dit […] afin que toute bouche soit fermée, et que
tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu » (Romains 3 :19). « O Dieu !
Tu connais ma folie, et mes fautes ne te sont point cachées » (Psaume 69 :6)
confie l’homme selon le cœur de Dieu.
Ainsi, du fait du péché originel qui entraîna la mort spirituellede
l’Homme et du péché qui demeure en lui et le condamne donc, le salut est par
conséquent inaccessible à l’Homme. Aussi, la prédestination selon le bon
plaisir de la volonté de Dieu, sans tenir compte des œuvres et du péché qui
condamnent toute l’humanité, s’impose comme un impératif, une exigence et
une nécessité pour sauver le peuple de Dieu. C’est dire que sans prédestination,
personne ne serait sauvé. C’est le plan de miséricorde divine opposé au plan de
condamnation. Il s’agit donc d’un acte d’amour, d’une bénédiction et d’un
privilège, selon qu’il est écrit, « Dieu nous a élusavant la fondation du monde,
pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant
prédestinésdans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ,
selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu’il
nous a accordée en son bien-aimé » (Éphésiens 1 :4-6). « Car ceux qu’il a
connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son
Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a
prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi
justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés » (Romains 8 :29-30).
21

La doctrine biblique de la mort spirituelle de l’homme animal, de l’état
de péché et de condamnation de l’humanité et de l’inaccessibilité du salut à
l’homme en dehors de la prédestination constitue, pour le cœur humain vaniteux
et présomptueux, une parole dure qu’il ne veut ni ne peut écouter ni supporter,
car dévastatrice pour l’orgueil et la présomption de l’Homme, selon qu’il est
écrit, « Plusieurs de ses disciples, après l’avoir entendu, dirent : Cette parole est
dure ; qui peut l’écouter ? […] . Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se
retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui » (Jean 6 :60-66). Mais pour le cœur
brisé et contrit, qui a senti sa misère, qui est donc dans le deuil et dans les
larmes, sans espérance, las l’âme découragée, ployant sous le fardeau de la
malédiction de la loi, elle constitue par contre « une consolation éternelle et une
bonne espérance » (2 Thesaloniciens 2 :16). Les premiers font penser à Job,
« cet homme […] intègre et droit ; il craignait Dieu, et se détournait du mal »
(Job 1 :1), et qui alors dans l’obscurité de ses « ténèbres », se proposait jusqu’à
son dernier soupir de défendre son innocence et de se justifier devant Dieu, car
son cœur ne lui faisait de reproche sur aucun jour de sa vie, selon qu’il est écrit,
« Loin de moi la pensée de vous donner raison ! Jusqu’à mon dernier soupir je
défendrai mon innocence ; je tiens à me justifier, et je ne faiblirai pas » (Job
27 :5-6),« sachant bien que je ne suis pas coupable » (Job 10 :7), « je n’ai […]
commis aucune violence et ma prière fut toujours pure(Job 16 :17), et qui
déclarait par conséquent à qui voulait l’entendre : « Je suis pur, je suis sans
péché, je suis net, il n’y a point en moi d’iniquité » (Job 33 :9), « Dieu sait […]
quelle voie j’ai suivie ; et, s’il m’éprouvait, je sortirais pur comme l’or. Mon
pied s’est attaché à ses pas ; j’ai gardé sa voie, et je ne m’en suis point
détourné. Je n’ai pas abandonné les commandements de ses lèvres ; j’ai fait
plier ma volonté aux paroles de sa bouche » (Job 23 :10-12), - mais qui, le jour
où son œil vit Dieu, se condamna, se repentit sur la poussière et sur la cendre de
la présomption de son cœur, selon qu’il est écrit, « Mon oreille avait entendu
parler de toi ; mais maintenant mon œil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne
et je me repens sur la poussière et sur la cendre » (Job 42 :5-6), et se convertit
alors à l’élection de la grâce, c’est-à-dire au salut des élus par pure grâce divine
sans les œuvres, en raison de la boue des bonnes œuvres mortes, nauséabondes
et puantes des hommes, lesquelles restent en deçà de la norme de Dieu et ne
sauraient par conséquent Le satisfaire. Relevons que l’apôtre Paul connut un
cheminement spirituel semblable à celui de Job, selon qu’il est écrit,« Je ne me
lasse point de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire.
Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux
faux circoncis. Car les circoncis, c'est nous, qui rendons à Dieu notre culte par
l'Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons point
notre confiance en la chair. Moi aussi, cependant, j'aurais sujet de mettre ma
confiance en la chair. Si quelque autre croit pouvoir se confier en la chair, je le
puis bien davantage, moi, circoncis le huitième jour, de la race d'Israël, de la
tribu de Benjamin, Hébreu né d'Hébreux; quant à la loi, pharisien; quant au
22

zèle, persécuteur de l'Église; irréprochable, à l'égard de la justice de la loi.
Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une
perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à
cause de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour
lequel j'ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner
Christ, et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais
avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la
foi, afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion
de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je
puis, à la résurrection d'entre les morts. Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le
prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le
saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas
l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant
vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la
vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits,
ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d'un autre avis, Dieu
vous éclairera aussi là-dessus. Seulement, au point où nous sommes parvenus,
marchons d'un même pas. Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les
regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en
est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai
souvent parlé, et j'en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la
perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait
leur honte, ils ne pensent qu'aux choses de la terre. Mais notre cité à nous est
dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur JésusChrist, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable
au corps de sa gloire, par le pouvoir qu'il a de s'assujettir toutes choses »
(Philippiens 3 :1-21).
« Frères, le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour eux, c’est qu’ils
soient sauvés. Je leur rends le témoignage qu’ils ont du zèle pour Dieu, mais
sans intelligence : ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir
leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu » (Romains
10 :1-3).
La prédestination constitue, pour le peuple de Dieu, la bonne nouvelle de
la grâce de Dieu, une consolation éternelle et une bonne espérance. C’est
l’Évangile de la gloire de Christ et la clef d’une vie chrétienne victorieuse. Sans
elle, personne ne serait sauvé ! « Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulezvous pas aussi vous en aller ? Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irionsnous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jean 6 :68). Et révèle-nous les
choses que Dieu nous as données par sa grâce afin que par elles nous vivions et
n’ayons plus jamais soif.
23

Chapitre 2 :
De la Nécessité de
l’Intervention de la Main
Souveraine et Miséricordieuse
de Dieu
Face à la mort spirituelle de l’homme animal, il est donc nécessaire que
Dieu intervienne par le don de l’Esprit, - le don de la foi à salut, qui constitue le
déclencheur exclusif du salut et son moteur efficace. Relevons que le don de la
foi à salut est le privilège des seuls élus de Dieu, selon qu’il est écrit, « Il vous a
été fait la grâce, par rapport à Christ, […] de croire en lui»(Philippiens 1 :29).
« O Dieu ! Tu connais ma folie, et mes fautes ne te sont point cachées »
(Psaume 69 :6). « Les disciples, ayant entendu cela, furent très étonnés, et
dirent : Qui peut donc être sauvé ? Jésus les regarda, et leur dit : Aux hommes
cela est impossible, mais à Dieu tout est possible » (Matthieu 19 :25-26). « S’il
eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la
loi. Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été
promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient » (Galates 3 :2122).« Mais l'homme animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles
sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement
qu'on en juge» (1 Corinthiens 2 :14).Aussi, « Vous ne pouvez pas même la
moindre chose » (Luc 12 :26).Par conséquent, « Nul ne peut venir à moi, si le
Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jean 6 :44). C’est dire qu’« Il vous a été fait
la grâce, par rapport à Christ, […] de croire en lui» (Philippiens 1 :29). « Nous
avons été sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour
toutes » (Hébreux 10 :10). « Par une seule offrande, il a rendu parfaits à
perpétuité ceux qui sont sanctifiés. Et l’Esprit Saint aussi nous en rend
témoignage ; car, après avoir dit : « C’est ici l’alliance que j’établirai pour eux
après ces jours-là, dit le Seigneur : En mettant mes lois dans leurs cœurs, je les
écrirai aussi sur leurs entendements », il dit : « Et je ne me souviendrai plus
jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités. Or, là où il y rémission de ces
choses, il n’y a plus d’offrande pour le péché » (Hébreux 10 :14-18). « Il ne
faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire,
avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de
24

patience ; il doit redresser avec douceur les adversaires, dans l’espéranceque
Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité, et
que, revenus à leur bon sens, ils se dégageront des pièges du diable, qui s’est
emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté » (2 Timothée 2 :24-26).
Dire des hommes, que « tous ont péché et sont privés de la gloire de
Dieu »(Romains 3 :23), c’est affirmer de fait que sans distinction, tous les
hommes sont déchus, enfermés dans la désobéissance, l’impiété et l’iniquité,
privés de la vie éternelle, et dignes de l’étang ardent de feu et de souffre que
Dieu a préparé pour le Diable et les anges déchus, où ils seront tourmentés jour
et nuit aux siècles des siècles. C’est dans ce contexte de péché, de déchéance, de
chute, de perdition,de mort spirituelle et de damnation de l’homme animal, que
l’Éternel fait intervenir Sa souveraine main miséricordieuse. Que se passe-t-il
donc ? Il se passe que, « selon l’élection de la grâce » (Romains 11 :5), et dans
« le mystère de Sa volonté », l’Eternel, du milieu du monde perdu, se réserve des
hommes, des élus, qu’il met à part afin qu’en croyant au nom de son Fils unique
Jésus-Christ, qu’ils soient sauvés et qu’ils aient la vie éternelle. C’est lui en effet
que Dieu a destiné, dès avant la fondation du monde, par son sang, à être, pour
ceux qui croiraient, victime propitiatoire. Cette intervention souveraine de la
main divine est connue sous le nom de prédestination des élus de Dieu au salut,
selon qu’il est écrit, « ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à
être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre
plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il
a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés »
(Romains 8 :29-30). C’est dire aussi que l’élection de la grâce est une chaîne
d’or qui ne se peut ni rompre, ni briser. Par conséquent, tous les élus de Dieu
croiront forcement au Fils de Dieu qui leur donnera alors la vie éternelle que
rien ni personne ne pourra leur ôter (Romains 8 :38-39), selon qu’il est écrit,
« tous ceux que le Père me donne viendront à moi» (Jean 6 :37).C’est l’appel
interne, particulier et efficace de l’Eternel.
La chaîne d’or de l’élection de la grâce a, en amont, comme premier
chaînon - "le décret divin d’approbation" encore appelé "le choix souverain de
Dieu", et en aval comme dernier chaînon - "le salut". Entre ces deux bouts, on a
d’autres chaînons essentiels, notamment, la croix du Christ, l’appel efficace, la
justification, la glorification, la nouvelle naissance, la repentance, la
sanctification de l’Esprit, la foi en la vérité, le fruit de l’Esprit, et « les bonnes
œuvres [de salut], que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les
pratiquions » (Éphésiens 2 :10). Pour n’avoir pas compris cette structure de "la
chaîne d’or de l’élection de la grâce", Luther a, maladroitement, traité l’Épître
de Jacques d’"Épître de paille", au grand préjudice de la Très Sainte Parole de
Dieu.
25

C’est le fameux "reste fidèle" qui forme les élus de Dieu. Nous
soulignons, à titre de rappel, - qu’en rapport avec la foi au Fils de Dieu, JésusChrist, Sauveur du monde et justice de Dieu par Sa mort substitutive à la croix
de Golgotha, - les élus de Dieu se répartissent en trois (3) classes d’élection à
savoir 1. L’Église, 2.Israël, et 3. Les élus hors Israël et l’Église (Jean 11 :50-52 ;
10 :16 ; Éphésiens 2 :11-22 ; Galates 6 :15-16 ; 1 Corinthiens 10 :32 ; Romains
11 :25-29 ; Apocalypse 7 :9-17). L’Église est le corps de Christ et l’épouse de
l’agneau. Elle est constituée de tous les croyants de l’ère de l’Église c’est-àdire de la période de 1993 années qui va de la croix et de la résurrection du
Christ à l’enlèvement de l’Église. Cette classe d’élus de Dieu, corps de Christ et
épouse de l’agneau, feront l’objet de l’enlèvement en vue des noces de l’agneau
dans les cieux. C’est dire que, contrairement aux autres élus de Dieu à savoir
Israël et les autres, l’Église ne passera plus par le feu purificateur de la
tribulation. En effet, dans Son droit souverain et Sa sagesse infiniment variée, il
plut au Seigneur Jésus-Christ de purifier Son épouse par le feu purificateur de
l’ère de l’Église, afin de faire paraître devant Lui cette Église glorieuse, sans
tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible, et cela dans la
perspective de Ses noces dans le ciel. Israël constitue par contre le peuple
terrestre élu de Dieu, appelé à manifester la gloire de l’Éternel Dieu parmi les
nations. Dans Son droit souverain, et Sa sagesse infiniment variée, il plut à
l’Eternel Dieu de faire passer Israël par le feu purificateur de la grande
tribulation encore appelée le temps d’angoisse de Jacob, en représailles de leur
rejet du Christ lors de Sa première venue. En effet, comme Israël ne voulut pas
que le Christ régna sur eux, - alors ce sera l’antéchrist qui s’offrira ce plaisir,
avec un règne septennal de folie bestiale sur Israël. A l’image d’Israël, parce
qu’ils auront été ennemis de Christ, et L’auront rejeté durant leur vie au cours de
l’ère de l’Église, - les élus de Dieu de la troisième classe d’élection c’est-àdire qui n’appartiennent ni à Israël, ni à l’Église, - devront également passer par
le feu purificateur de la tribulation (Apocalypse 7 :9-17). Ainsi, grâce à la mort
substitutive de Christ à la croix de Golgotha, tous les élus de Dieu seront sauvés,
mais chacun en son rang, - d’abord l’Eglise avec l’enlèvement de l’Église, - et
ensuite Israël et les autres élus lors du retour ultime en gloire du Seigneur JésusChrist (1 Corinthiens 15 :20-23).
« Où donc est le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ?Par la
loi des œuvres ?Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l’homme
est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi » (Romains 3 :27-28). Et c’est le
don gratuit de Dieu. Cela ne vient donc pas de nous. C’est la miséricorde et la
grâce de l’Eternel Dieu. « Or, si c’est par grâce, ce n’est plus par les œuvres ;
autrement la grâce n’est plus une grâce. Et si c’est par les œuvres, ce n’est plus
une grâce ; autrement l’œuvre n’est plus une œuvre »(Romains 11 :6). « De
même David exprime le bonheur de l’homme à qui Dieu impute la justice sans
les œuvres » (Romains 4 :6). « Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est
26

imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due ; et à celui qui ne fait
point d’œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à
justice » (Romains 4 :4-5).
Quand est-ce que l’Eternel s’est réservé ce reste fidèle ? Cela eut lieu aux
temps anciens, aux jours de l’éternité, dès avant la fondation du monde. C’est là
qu’il écrivit leurs noms dans le livre de vie de l’agneau, qu’il les connut
d’avance, qu’il les prédestina, qu’il les appela, qu’il les justifia et qu’il les
glorifia. Par conséquent, les expériences infructueuses des faux chrétiens et plus
largement de l’Eglise visible n’ont d’autres buts que de faire connaître et de
démontrer l’inconstance du cœur humain déchu, spirituellement mort, vaniteux
et qui ne saurait se sauver de lui-même sans la grâce et la miséricorde de Dieu.
Aussi ne sauraient-elles être assimilées aux expériences des chrétiens
authentiques et de l’Eglise invisible, scellés du Saint-Esprit, qui font partie avec
Israël des élus de Dieu, qui de toute éternité ont la vie éternelle car aimés de
Dieu de toute éternité, et qui en chœur avec le roi David, l’homme selon le cœur
de Dieu (1 Samuel 13 :14), ont un jour fléchi les genoux devant le Seigneur de
gloire Jésus-Christ pour pleurer amèrement et se repentir de leur ingratitude,
faisant ainsi l’expérience de la nouvelle naissance: « O Dieu ! Aie pitié de moi
dans ta bonté ; selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions ; lavemoi complètement de mon iniquité, et purifie moi de mon péché. Car je
reconnais mes transgressions, et mon péché est constamment devant moi. J’ai
péché contre toi seul, et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux, en sorte que tu seras
juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement. Voici, je suis né dans
l’iniquité, et ma mère m’a conçu dans le péché. Mais tu veux que la vérité soit
au fond du cœur : fais donc pénétrer la sagesse au-dedans de moi ! Purifie-moi
avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.
Annonce-moi l’allégresse et la joie, et les os que tu as brisés se réjouiront.
Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités. O Dieu ! Crée
en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé. Ne me rejette pas
loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit Saint. Rends-moi la joie de ton salut,
et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! J’enseignerai tes voies à ceux
qui les transgressent, et les pécheurs reviendront à toi. O Dieu, Dieu de mon
salut ! Délivre-moi du sang versé, et ma langue célébrera ta miséricorde.
Seigneur ! Ouvre mes lèvres, et ma bouche publiera ta louange. Si tu eusses
voulu des sacrifices, je t’en aurais offert ; mais tu ne prends point plaisir aux
holocaustes. Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé : O
Dieu ! Tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit. Répands par ta grâce tes
bienfaits sur Sion, bâtis les murs de Jérusalem ! Alors tu agréeras des sacrifices
de justice, des holocaustes et des victimes tout entières ; alors on offrira des
taureaux sur ton autel » (Psaume 51 :1-21). La nouvelle naissance est la
régénération du cœur et le renouvellement de l’esprit et de l’intelligence opérés
par le Saint-Esprit venant habiter dans le croyant. C’est une naissance de l’Esprit
27

et une véritable résurrection spirituelle. C’est un retour de la mort spirituelle à la
vie. L’homme animal passe de son état de mort spirituelle à la vie. La cellule
spirituellement mort-née du corps de Christ est ressuscitée, activée et mise en
surbrillance, en témoignage de vie,par la lumière et la puissance du Saint-Esprit
demeurant à présent non plus seulement avec elle -mais en elle, - dans
elle(Éphésiens 1 :13 ; 1 :4 ; 2 :10 ; Jean 14 :17).

28

Chapitre 3 :
De la Portée du Sacrifice
Substitutif et Expiatoire du
Christ à la Croix
« Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le
Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement
avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le
voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure
avec vous, et il sera en vous » (Jean 14 :15-17). « Il prit ensuite une coupe ; et,
après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit :
Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs »
(Marc 14 :23-24). « C’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle
alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions
commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent
l’héritage éternelqui leur a été promis » (Hébreux 9 :15).« Et comme il est
réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de
même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchésde plusieurs,
apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut »
(Hébreux 9 :27-28). « Par une seule offrande, il a amené à la perfection pour
toujoursceux qui sont sanctifiés » (Hébreux 10 :14).
« Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et
qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les
souffrances le Prince de leur salut. Car celui qui sanctifie et ceux qui sont
sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les
appeler frères, lorsqu’il dit : J’annoncerai ton nom à mes frères, je te célébrerai
au milieu de l’assemblée. Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me
voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés » (Hébreux 2 :10-13).
« Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le
Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est
acquise par son propre sang » (Actes 20 :28).
« Les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le
sanhédrin, et dirent: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de
miracles. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront
29

détruire et notre ville et notre nation. L'un d'eux, Caïphe, qui était souverain
sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n'y entendez rien; vous ne
réfléchissez pas qu'il est dans votre intérêt qu'un seul homme meure pour le
peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Or, il ne dit pas cela de luimême; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que
Jésus devait mourir pour la nation. Et ce n'était pas pour la nation seulement;
c'était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés »
(Jean 11 :47-52). « C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être,pour ceux
qui croiraient, victime propitiatoire » (Romains 3 :25).
« Ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre
le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour
Dieu par ton sangdes hommesde toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et
de toute nation ; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre
Dieu, et ils régneront sur la terre » (Apocalypse 5 :9-10).
Considérer qu’il y’aurait des élus de Dieu « selon l’élection de la grâce »
(Romains 11 :5), pose inéluctablement le problème de la portée concrète et
pratique du sacrifice substitutif et expiatoire du Christ à la croix. Autrement dit,
pour qui concrètement et de façon pratique le Christ est-il finalement mort à la
croix de façon substitutive et expiatoire ? Etait-ce pour les seuls élus de Dieu ou
alors pour le monde ? Et s’il est mort pour les seuls élus et non pour le monde,
peut-on dire de Son offre qu’elle est sincère ? Ne s’agit-il pas d’une perfidie de
sa part? Qui sont les heureux bénéficiaires des avantages du sacrifice substitutif
et expiatoire du Christ à la croix ? Les seuls élus de Dieu ou le monde ?
Poser la question, c’est y répondre ! En fait quelle est l’offre du
Seigneur ? Quel est Son discours et quelle est Sa parole ? Le Seigneur JésusChrist a un discours et un message très simples. En substance, Il dit ceci : « Si
quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des
fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture » (Jean 7 :3738).« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du
repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et
humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est
doux, et mon fardeau léger » (Matthieu 11 :28-30). « Que celui qui a soif
vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement »
(Apocalypse 22 :17). Tels sont l’offre et le message du Seigneur de gloire JésusChrist, « qui s’est donné lui-même en rançon pour tous » (1 Timothée 2 :6) et se
présente pour ainsi dire comme « la source de salut pour tous les hommes »
(Tite 2 :11), selon qu’il est écrit, « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son
Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la
vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il
juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui
30

n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas
cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c'est que, la lumière étant
venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce
que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et
ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées; mais
celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient
manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu […]. Le Père aime le Fils, et il a
remis toutes choses entre ses mains. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ;
celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu
demeure sur lui » (Jean 3 :16-36). En cela, nous pensons que Son offre est
sincère, en ceci qu’elle est vraie. Effectivement, à quiconque croit en Son nom,
et vient à Lui, Il lui donne la vie éternelle. Aussi pouvait-il affirmer : « Je ne
mettrai pas dehors celui qui vient à moi » (Jean 6 :37).
Le problème de la sincérité de Son offre au monde étant ainsi évacué, et à
l’image de la loi comme voie d’accès au salut (Galates 3 :11-12 ; 2 :16,
Romains 3 :19-20), il faudrait, par contre, envisager un autre problème,
différent du précédent, plus subtil et à la vérité seul décisif,à savoir, celui de la
capacité naturelle de l’homme animal à venir, - dans sa mort spirituelle, au
Seigneur de gloire Jésus-Christ. Autrement dit, l’homme non régénéré, c’est-àdire spirituellement mort, étranger à la vie de Dieu, captif du Diable et ennemi
de Dieu – peut-il répondre à l’appel et invitation du Seigneur de gloire JésusChrist, selon qu’il est écrit, « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés,
et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes
instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos
pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger » (Matthieu 11 :2830). En d’autres termes, l’homme animal peut-il ouvrir la porte au Seigneur
Jésus-Christ qui se tient à la porte et qui frappe, selon qu’il est écrit, « Aie donc
du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un
entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui
avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme
moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Que celui qui a des
oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises! » (Apocalypse 3 :19-22).
À l’évidence NON !Pourquoi ?Car il est spirituellement mort ; or, il
est évident que l’on ne peut rien attendre d’un cadavre ! Aussi, l’apôtre Paul
nous révèle-t-il que la foi en Jésus-Christ et qui nous sauve est - une grâce et
surtout le privilège des seuls élus de Dieu. En effet écrit-il : « À vous, il a été
gratuitement donné, par rapport à Christ […] de croire en lui » (Philippiens
1 :29 ; Version DARBY, 1999). « Cela ne vient pas de vous, c’est le don gratuit
de Dieu » (Éphésiens 2 :8). Ainsi, à la vérité, le Seigneur de gloire Jésus-Christ
met l’homme animal au défi de répondre à Son appel et invitation en venant, dans sa mort spirituelle, s’abreuver à la source de salut pour tous les
31

hommes afin d’obtenir ainsi la vie éternelle, selon qu’il est écrit, « L'homme
animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour
lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge» (1
Corinthiens 2 :14), afin de montrer, dans les siècles à venir, la mort spirituelle et
l’incapacité totale et absolue de l’homme animal ainsi que l’extrême nocivité,
malignité, toxicité et gravité du péché et de la désobéissance, selon qu’il est
écrit, « L'Éternel Dieu prit l'homme, et le plaça dans le jardin d'Éden pour le
cultiver et pour le garder. L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme: Tu
pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de
l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu
mourras » (Genèse 2 :15-17).
En effet, comme nous l’avons vu précédemment, depuis la chute dans le
jardin d’Éden, tous les hommes naissent dans le péché, sont spirituellement
morts, déchus, esclaves du Diable, et ennemis de Dieu. Il est alors nécessaire
que la main souveraine et miséricordieuse de l’Éternel Dieu intervienne pour le
sauver. En particulier, l’Éternel Dieu intervient en faisant le don de la foi à
salut à Ses seuls élus. Le don de la foi à salut, - le don de l’Esprit, - le don de
la grâce particulière, - est ainsi une grâce divine, et le privilège des seuls
élus de Dieu, de même que la marque de Son amour ineffable pour Ses
enfants. La question de l’injustice ou non de Dieu et de Son droit souverain qui
L’autorise à faire de Son bien ce qu’Il veut est l’objet du chapitre suivant.
Aussi réaffirmons-nous, avec force, que l’offre du Seigneur Jésus-Christ
au monde est tout à fait sincère, et qu’elle ne constitue donc point une
perfidie.Plutôt que de perfidie, il faudrait, au contraire, y voir et discerner
l’incapacité totale et absolue de l’homme animal inhérente à sa mort spirituelle,
l’empêchant de venir s’abreuver à la source de salut pour tous les hommesafin
d’obtenir ainsi la vie éternelle(Tite 2 :11).
A la vérité, « l’élection de la grâce » (Romains 11 :5), - au sens de
l’apôtre Paul, dans son épître aux Romains (Romains 9-11), est absolument
inconditionnelle et irrésistible. Elle intègre en effet à la fois - et la Croix, - et le
don de la foi à salut, - et le don de l’Esprit, - ce dernier étant synonyme de
nouvelle naissance. Aussi, bien qu’ayant à leur disposition le sang du Christ qui
lave de tout péché, mais parce qu’abandonnés par Dieu dans leur mort
spirituelle, c’est-à-dire privés par Dieu du don de la foi à salut, et partant, du don
de l’Esprit, c’est-à-dire de la nouvelle naissance, - alors les réprouvés ne
peuvent-ils ni croire, ni se tourner, ni venir au Seigneur de gloire Jésus-Christ,
qu’ils ne voient point ni ne connaissent, et dont l’œuvre universelle accomplie à
la croix de Golgotha, - de fait età strictement parler, ne leur sert à la réalité de
rien. Dans leur mort spirituelle, - inhérente à leur position en Adam, - et à
l’image d’Ésaü, - le profane, - l’homme animal privé de l’Esprit, et qui pour un
32

mets tint pour profane son droit d’aînesse, - les réprouvés de même sont
étrangers à la vie de Dieu, incurablement ennemis du Fils de Dieu qu’ils ne
voient point ni ne connaissent, tiennent pour profane le sang de l’alliance,
foulent aux pieds le Fils de Dieu, outragent l’Esprit de la grâce, et ne
peuvent recevoir l’Esprit de vérité qu’ils ne voient point ni ne connaissent.
« Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il(Ésaü) fut rejeté,
quoiqu’il la sollicitât avec larmes ; car son repentir ne put avoir aucun effet »
(Hébreux 12 :17). De même aussi, à l’occasion du jugement dernier - devant le
grand trône blanc, le repentir tardif des fils de la rébellion n’aura aucun effet,
selon qu’il est écrit, « Craignons donc, tandis que la promesse d'entrer dans son
repos subsiste encore, qu'aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Car
cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu'à eux; mais la parole
qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu'elle ne trouva pas de la
foi chez ceux qui l'entendirent. Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le
repos, selon qu'il dit: Je jurai dans ma colère: Ils n'entreront pas dans mon
repos! Il dit cela, quoique ses œuvres eussent été achevées depuis la création du
monde. Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de
toutes ses œuvres le septième jour. Et ici encore: Ils n'entreront pas dans mon
repos! Or, puisqu'il est encore réservé à quelques-uns d'y entrer, et que ceux à
qui d'abord la promesse a été faite n'y sont pas entrés à cause de leur
désobéissance, Dieu fixe de nouveau un jour, aujourd'hui, en disant dans David
si longtemps après, comme il est dit plus haut: Aujourd'hui, si vous entendez sa
voix, n'endurcissez pas vos cœurs. Car, si Josué leur eût donné le repos, il ne
parlerait pas après cela d'un autre jour. Il y a donc un repos de sabbat réservé
au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses
œuvres, comme Dieu s'est reposé des siennes. Efforçons-nous donc d'entrer
dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de
désobéissance. Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante
qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme
et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.
Nulle créature n'est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux
yeux de celui à qui nous devons rendre compte » (Hébreux 4 :1-13). A cause de
leur désobéissance, lesfils de la rébellion seront ainsi jetés, sans ménagement,
dans l’étang ardent de feu et de souffre où il y aura des grincements de dents.
De ce qui précède, nous devrions logiquement en conclure - qu’à
strictement parler, et en dernière analyse, le Seigneur Jésus-Christ n’est mort de
façon substitutive et expiatoire que pour les élus de Dieu. Ainsi, à la croix de
Golgotha, le Seigneur de gloire Jésus-Christ n’a point jeté à la poubelle Son
sang précieux pour le monde qui périt, mais Il l’a versé uniquement pour les
élus de Son Père, selon qu’il est écrit, « Ce n’est pas par des choses périssables,
par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de
vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ,
33

comme d’un agneau sans défaut et sans tâche, prédestiné avant la fondation du
monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par lui croyez en
Dieu » (1 Pierre 1 :18-21).« Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le
troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église
du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang » (Actes 20 :28).
Voilà la vérité radicale, mais vérité biblique cependant. Dans son droit
souverain, sa sagesse infiniment variée et selon le mystère de sa volonté parfaite,
il plut à l’Éternel et « il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils
s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun
de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être » (Actes 17 :27-28).
Une mauvaise compréhension du terme “monde” dans des phrases telles
« Jésus-Christ, Sauveur du monde »(Jean 4 :42) est susceptible de nous induire
en erreur quant à la portée de l’œuvre expiatoire du Christ à la croix. En effet,
certains pourraient penser que dans ces expressions, le mot “monde” désigne
l’ensemble des hommes. Non ! Il n’en est rien. Le sens exclusif du mot
“monde” ici, c’est - “les élus de Dieu répartis aux quatre coins du monde”.
Aussi lorsqu’on dit du Christ qu’il est le Sauveur du monde, il faudrait entendre
et comprendre le sauveur des “élus de Dieu répartis aux quatre coins du
monde”. De même, on devra comprendre que « Dieu a tant aimé “ses élus
répartis aux quatre coins du monde” qu’il a donné son Fils unique afin que
quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle ».
En fait, le terme “le monde” ici se définit par rapport à Israël, c’est-à-dire
aux Juifs, qui faut-il le souligner, avaient une conception binaire du monde. Pour
les Juifs en effet, il y avait « eux », c’est-à-dire Israël, le peuple élu, les
circoncis, et puis les autres, c’est-à-dire les païens, les incirconcis, le monde
(Actes 13 :46, Matthieu 10 :5-6). Il s’agit donc pour l’Ecrivain Juif, de souligner
qu’il n’est pas exclusivement question d’Israël, mais d’Israël et des autres
nations païennes, c’est-à-dire donc des juifs et des païens. C’est cela donc qui
fait le monde par opposition à la seule nation Juive qu’est Israël. Mais à chaque
fois, il s’agit toujours exclusivement “des élus de Dieu répartis aux quatre coins
du monde”c’est-à-dire Juifs et païens (Jean 4 :42).
Le Seigneur Jésus-Christ, dans Sa prière sacerdotale, en prenant
clairement ses distances avec « le monde », lorsqu’il dit à Son Père :« C’est pour
eux que je prie. Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as
donnés, parce qu’ils sont à toi […]. Ce n’est pas pour eux seulement que je prie,
mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole » (Jean 17 :9-20), indique sans ambiguïté aucune le vrai sens du mot monde dans les deux phrases
soumises à notre examen, et partant la portée de Son sacrifice substitutif et
expiatoire à la croix de Golgotha.
34

Ainsi, au sens strict, stricto sensu, le Seigneur Jésus-Christ n’est mort de
façon substitutive et expiatoire à la croix de Golgotha que pour les élus de Dieu,
qui en sont donc les seuls heureux bénéficiaires. Au sens largepar contre, lacto
sensus,Il est mort pour tous les hommes. Toutefois, dans leur mort spirituelle,
l’œuvre universelle accomplie à la croix par le Christ ne sert de rien aux
réprouvés (le monde), spirituellement morts, étrangers à la vie de Dieu et qui par
conséquent ne peuvent ni venir au Seigneur Jésus-Christ, qu’ils ne voient point
ni ne connaissent, ni recevoir l’Esprit de vérité, le Saint-Esprit, qu’ils ne voient
point ni ne connaissent.
Abordant dans le sens de son maître, et pour lui rester fidèle, l’apôtre Paul
dans la première épître qu’il adresse à Timothée afin de lui prodiguer des
conseils dans la conduite de son ministère, lui déclare que c’est une parole
certaine et entièrement digne d’être reçue que Jésus-Christ « est le Sauveur de
tous les hommes, et particulièrement des croyants » (1 Timothée 4 :10).Le mot
grec rendu ici par « particulièrement », implique tout d’abord que tous les
hommes sont au bénéfice, d’une certaine manière, du salut divin. L’apôtre Paul
joue ensuite sur le double sens du mot grec rendu ici par « sauveur », et qui
signifie, selon les contextes, bienfaiteur ou sauveur. Dieu, dans Sa grâce
commune, fait lever Son soleil sur les méchants et sur les bons, Il fait tomber Sa
pluie sur les justes et sur les injustes, nous Lui devons tous l’air que nous
respirons, l’eau que nous buvons, les aliments que nous consommons, la vie et
toutes choses. En ce sens, Jésus-Christ est le bienfaiteur de tous les hommes.
Mais, remarquons que ces bienfaits n’ont aucun rapport avec la croix du Christ,
c’est-à-dire sa mort substitutive. Par essence, Dieu est un Dieu sauveur. Cela
signifie qu’il ne tire aucun plaisir de la mort des pécheurs. Sa nature de sauveur,
c’est-à-dire de bienfaiteur, se manifeste par la façon bienveillante dont Il traite
ici-bas, ceux qui, du fait de leur rébellion ouverte, militante et ingrate contre
Lui, ne voudront jamais croire en Lui. Par contre, dans Sa grâce particulière,
dont le paquet se compose à la fois de la Croix et du don de l’Esprit, cette
bienveillance se transforme en œuvre de salut pour ceux qui croient en Lui,
c’est-à-dire donc les élus, pour qui Il est le Sauveur.
Dans son épître à Tite, -son enfant légitime en leur commune foi, l’apôtre
Paul se présente comme « serviteur de Dieu, et apôtre de Jésus-Christ pour la
foi des élus de Dieu et la connaissance de la vérité qui est selon la piété » (Tite
1 :1), indiquant sans ambiguïté le seul objet de tout son ministère apostolique à
savoir la foi des élus de Dieu. C’est la même indication formelle qu’il souligne
dans sa seconde épître à Timothée lorsqu’il écrit : « Je supporte tout à cause
des élus, afin qu’eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus-Christ, avec la
gloire éternelle » (2 Timothée 2 :10). Il apparaît donc clairement que, lors de sa
première venue, le Christ est venu exclusivement appeler les élus de Dieu, -les
brebis perdues de son Père, à la repentance et à la vie éternelle. Il ne se mit point
35

en peine du monde, du monde impie, qu’il sait de toute éternité perdu. « C’est
ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et
donner sa vie en rançon pour plusieurs » (Matthieu 20 :28), les élus de Dieu Son Père, et non pour tous.
Voici par ailleurs la compréhension des choses et la lecture que le Frère
John MacArthur fait des expressions monde et monde entier : « Monde entier.
Expression générique qui désigne l’humanité en général et non la totalité des
individus. En réalité […], Christ a payé le prix du salut uniquement pour ceux
qui décident de se repentir et de croire. Bien que de nombreux passages
bibliques indiquent que Christ est mort pour le monde (Jean 1 :29 ; 6 :51 ; 1
Timothée 2 :6 ; Hébreux 2 :9), la plus grande partie des hommes qui composent
ce monde seront condamnés à l’enfer éternel en raison de leur péché ; ce n’est
donc pas pour eux que Christ a payé. Les passages qui parlent de Christ mort
pour le monde entier doivent par conséquent être compris comme faisant
allusion à l’humanité en général (voir par exemple Tite 2 :11). Le terme de
« monde » précise la sphère à laquelle appartiennent les êtres bénéficiaires de
l’offre de réconciliation de Dieu et de son sacrifice expiatoire. La colère de
Dieu contre l’ensemble des pécheurs est momentanément retenue : il les laisse
vivre et jouir de la vie sur terre. Dans ce sens, il est vrai que Christ a procuré un
apaisement valable pour le monde entier, même s’il n’est que temporaire et de
courte durée. Cependant, la colère de Dieu n’a été réellement apaisée, dans sa
totalité et pour l’éternité, que pour les élus, pour ceux qui croient. La mort de
Christ possède une valeur infinie et illimitée, car il est lui-même le Dieu saint.
Son sacrifice était donc suffisant pour payer le prix de tous les péchés de tous
ceux que Dieu pourrait amener à la foi. Toutefois, concrètement, cette
propitiation et cette expiation ne concernent que les croyants (cf. Jean 10 :11,
15 ; 17 :9, 20 ; Actes 20 :28 ; Romains 8 :32, 37 ; Ephésiens 5 :25). Le pardon
des péchés est offert au monde entier, mais il n’est reçu que par ceux qui croient
(cf. 1 Jean 4 :9, 14 ; Jean 5 :24). Il n’y a aucun autre moyen d’être réconcilié
avec Dieu. » (John MacArthur, 2006).
Ainsi définie, la portée du sacrifice substitutif et expiatoire du Christ à
la croixconforte la doctrine biblique de la persévérance des élus. Ceux qui
sont véritablement nés de nouveau persévèrent dans la foi, la communion et la
vérité. L’indice suprême de l’authenticité de la foi est donc la persévérance. Ce
qui permet en revanche de démasquer les prétendus croyants est leur
éloignement de la vérité et de l’Église (voir la parabole du semeur et de la
semence, et celle du cep et des sarments).
Une caractéristique essentielle distingue les chrétiens authentiques des
faux, à savoir le Saint-Esprit (l’onction) habitant en eux et qui les garde de
l’erreur. En effet, Christ, le Saint de Dieu, communique le Saint-Esprit aux
36

croyants pour les éclairer et les garder de tout ce qui est susceptible de les
tromper. Par ailleurs, le Saint-Esprit guide les croyants dans la connaissance de
toutes choses. Les élus de Dieu possèdent ainsi en quelque sorte un détecteur de
mensonge intégré ; aussi persévèrent-ils dans la vérité. Ceux qui sombrent et
persistent dans l’apostasie et l’hérésie, bien que prenant la liberté de s’appeler
chrétiens, prouvent par là même qu’ils ne sont jamais vraiment passés par
l’expérience de la nouvelle naissance. Ils ne sont rien d’autre que des antéchrists
et de faux chrétiens que le Seigneur Jésus-Christ n’a jamais connus d’avance, ni
prédestinés à être semblable à Son image, encore moins appelés, ni justifiés, ni
glorifiés (Romains 8 :28-39). Le Seigneur Jésus-Christn’est donc jamais mort
pour eux, mais seulement pour ceux qui croient, les élus de Dieu, lesquels ne
foulent pas aux pieds le Fils de Dieu, ne tiennent pas pour profane le sang de
l’alliance et n’outragent pas l’Esprit de la grâce. En effet, parce que le Seigneur
Jésus-Christ est mort pour les élus de Dieu, bien plus, qu’Il est ressuscité,
qu’Ilest à la droite de Dieu, et qu’Il intercède pour eux, alors, les élus de Dieu
ont la vie éternelle en eux, et rien ne pourra les séparer de Son amour manifesté
en Jésus-Christ notre Seigneur (Romains 8 :1-39). C’est pourquoi, en chœur,
l’Apôtre Jean dans sa première épître, et l’auteur de l’épître aux Hébreux
peuvent dirent : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des
nôtres ; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais
cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres » (1Jean
2 :19) et encore, « Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se
perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme » (Hébreux 10 :39).

37

Chapitre 4 :
De l’Injustice ou Non de
Dieu et de Son Droit
Souverain?
L’injustice, fondamentalement, consiste à condamner l’innocent ou à lui
faire tort, selon qu’il est écrit,« L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant:
N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! Mais l'autre le
reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même
condamnation?Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité
nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal [, c’est injustice !]» (Luc 23 :3941). « Mon ami, je ne te fais pas tort ; n’es-tu pas convenu avec moi d’un
denier ?Prends ce qui te revient, et va-t’en.Je veux donner à ce dernier autant
qu’à toi.Ne m’est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux ? Ou voistu d’un mauvais œil que je sois bon ? » (Matthieu 20 :13-15).« Que dironsnous donc ?Y a-t-il en Dieu de l’injustice ?Loin de là !Car il dit à Moïse : Je
ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de qui j’ai
compassion » (Romains 9 :14-15 ). « Ne m’est-il pas permis de faire de mon
bien ce que je veux ? Ou vois-tu d’un mauvais œil que je sois bon ? »
(Matthieu 20 :15). « Ô homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec
Dieu ?Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé : Pourquoi m’as-tu fait
ainsi ?Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse
un vase d’honneur et un vase d’un usage vil ? » (Romains 9 :20-21). « Oh !
Que la majesté de Dieu est redoutable ! Nous ne saurions parvenir jusqu’au
Tout-Puissant, grand par la force, par la justice, par le droit souverain : Il ne
répond pas !» (Job 37 :22-23).
Dieu, en choisissant des hommes et des femmes, dès avant la fondation du
monde, et donc, avant même leur naissance, et qu’ils aient fait ni bien ni mal,
mais en vertu de Son seul dessein d’élection, sans dépendre des œuvres, mais de
Sa seule volonté à Lui, n’agit-Il pas injustement ?
A la lumière de “la parabole des ouvriers loués à différentes heures”,
relatée en Matthieu 20 :1-15, et qui nous donne un aperçu des voies
incompréhensibles de l’Éternel, nous répondrons à cette question par la
négative, en soulignant au contraire la bonté de Dieu et Sa justice infaillible, de
38

même que la méchanceté du cœur humain, en révolte contre le droit souverain
de Dieu, et qui plus est, voit d’un mauvais œil que Dieu soit bon.
En effet, aux yeux de Dieu, comme nous l’avons vu précédemment, tous
ont péché, et sont par conséquent privés deSa gloire.Nul ne cherche Dieu. La
crainte de Dieu n’est pas devant nos yeux. En cela, il n’y a donc point
d’injustice, tous étant dignes de l’étang ardent de feu et de souffre. Il y aurait,
effectivement,injustice de la part de Dieu, s’Il condamnait des innocents ou leur
faisait tort, selon qu’il est écrit, « L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait,
disant: N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! Mais l'autre le
reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même
condamnation?Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité
nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal [, c’est injustice !]» (Luc 23 :3941).
Or, tel n’est pas le cas ! L’Éternel est un Dieu juste, qui ne condamne
point l’innocent, ni ne lui fait tort ! Plutôt que de l’injustice, il faudrait, au
contraire, souligner et y voir la miséricorde et la bonté de Dieu, qui accorde, en
raison de Son grand amour, la vie éternelle à certains des condamnés. C’est la
richesse de la grâce de Dieu à l’œuvre. Dans Son droit souverain3, et Son amour
ineffable pour Ses élus, l’Eternel fait simplement ici de Son bience qu’il veut.
En l’occurrence, Il le distribue gratuitement à ceux qui n’y ont point droit, au
regard de leur vie d’impiété et d’iniquité qui les rend absolument indignes de la
gloire de Dieu et dignes par contre de Son jugement déclarant dignes de mort
ceux qui commettent de telles choses. Ceux des hommes qui ne font pas partie
des élus de Dieu, et qui faute d’avoir cru au Fils de Dieu et à Son offre sincère
ne seront donc pas sauvés, mais finiront dans l’étang ardent de feu et de souffre,
ne recevront que le juste salaire que méritent leur égarement, leur rébellion
ingrate, leur iniquité et leur révolte ouverte contre le Fils de Dieu, selon qu’il est
écrit, « Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes
» (Luc 23 :41).
Quoi de plus juste ! C’est bien le choix qu’ils ont fait ! Après avoir
méprisé et foulé aux pieds le Fils de Dieu, ils recevront la juste rétribution de
leurs propos et de leurs actes d’impiété et d’iniquité. Dieu est juste et il n’y a
point en lui d’injustice, selon qu’il est écrit, « Mon ami, je ne te fais pas tort ;
[…] va-t’en […]. Ne m’est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux ?
Ou vois-tu d’un mauvais œil que je sois bon ? » (Matthieu 20 :13-15).
C’est véritablement l’infinie richesse de la grâce de Dieu à l’œuvre. Et
pour en cerner les contours et en mesurer toute la longueur, la largeur, la hauteur
3

Droit souverain de l’Éternel Dieu : Principe abstrait de Droit, qui reconnaît à l’Éternel Dieu, dans Son monde
qu’Il a créé, - tous les droits, en vertu de Son position suprême c.a.d celle de créateur et de Sa Toute-puissance.

39

et la profondeur, nous vous proposons de faire le lumineux parallèle avec
lespourboires, laissés à la discrétion des clients et des visiteurs dans les
restaurants, hôtels, cafés, supermarchés et taxis ! Quelle lumière radieuse s’en
dégage ! C’est le même principe qui est à l’œuvre. Qu’est-ce en effet qu’un
pourboire ? C’est la somme d’argent donnée par un client au serveur dans un
café, un restaurant, en sus du prix demandé, exigé, convenu. C’est la somme
d’argent remise, à titre gracieux, par le client à un travailleur salarié. L’adjectif
gracieux signifie, ici, qui est accordé, sans être dû, sans que rien soit exigé en
retour. Il ne s’agit ni moins ni plus que d’un cadeau ! Parce qu’il ne s’agit point
d’un droit, - alors, le pourboire est laissé à la discrétion du client, c’est-à-dire, au
bon plaisir de sa volonté. Faut-il souligner que ce dernier n’y est même pas
tenu ! C’est dire que le client pourrait même ne pas donner le pourboire ou en
donner à l’un et non à l’autre qu’il ne serait pas injuste pour cela ! C’est dire que
l’on évolue ici sur un terrain différent de celui de la justice et de l’injustice.
C’est le domaine du bon plaisir de la volonté du client. Il en va de même de
« l’élection de la grâce » (Romains 11 :5) et de la prédestination des élus de
Dieu au salut. Nul n’y a droit et nul ne saurait l’exiger. Autant l’on ne saurait
parler de justice ou d’injustice dans le cas du pourboire, autant l’on ne saurait
parler de justice ou d’injustice dans le cas de l’élection de la grâce. C’est le
domaine du bon plaisir.En condamnant tout le genre humain à l’étang ardent de
feu et de souffre, l’Éternel leur verse leur salaire selon la loi, - le principe, - la
règle, selon qu’il est écrit, « Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est
écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique » (Galates 3 :10) : c’est
l’équivalent de la somme due pour le service et les œuvres accomplis. « Pour
nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes » (Luc
23 :41). En en sortant quelques uns, en l’occurrence, ses élus, l’Éternel leur fait
un cadeau que nul ne saurait exiger : c’est l’équivalent du pourboire, versé, à
titre gracieux, en sus de ce qui est exigible. Pour nous, c’est pourboire. En
cela, il n’y a donc point d’injustice ! L’Éternel fait, simplement, ici de Son bien
ce qu’il veut, selon qu’il est écrit, « Mon ami, je ne te fais pas tort […]. Prends
ce qui te revient, et va-t-en. Je veux donner à ce dernier autant [tant] […]. Ne
m'est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux? Ou vois-tu de
mauvais œil que je sois bon ?» (Matthieu 20 :13-15).
S’agissant du "procès pour partialité" que certains esprits enténébrés font,
à tort, à "l’élection de la grâce", qui, disent-ils, fait de l’Éternel "un Dieu
partial", en contradiction ouverte avec Sa parolequi affirme qu’Il « juge selon
l’œuvre de chacun, sans acception de personnes » (1 Pierre 1 :17), nous
remarquons simplement qu’outre l’épisode relaté dans “la parabole des ouvriers
loués à différentes heures” (Matthieu 20 :1-15), le Père céleste use envers Israël,
-la grande rebelle et prostituée, d’une bienveillance complaisante qui témoigne
de Sa partialité envers Ses élus, selon qu’il est écrit, « Ainsi parle maintenant
l’Éternel, qui t’a créé, ô Jacob ! Celui qui t’a formé, ô Israël ! Ne crains rien,
40

car je te rachète, je t’appelle par ton nom : tu es à moi ! Si tu traverses les eaux,
je serai avec toi ; et les fleuves, ils ne te submergeront point ; si tu marches dans
le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t’embrasera pas. Car je suis
l’Éternel, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton sauveur ; Je donne l’Égypte pour ta
rançon, l’Éthiopie et Saba à ta place. Parce que tu as du prix à mes yeux, parce
que tu es honoré et que je t’aime, je donne des hommes à ta place, et des
peuples pour ta vie. Ne crains rien, car je suis avec toi ; je ramènerai de l’orient
ta race, et je te rassemblerai de l’occident. Je dirai au septentrion : Donne ! Et
au midi : Ne retiens point ! Fais venir mes fils des pays lointains, et mes filles de
l’extrémité de la terre, tous ceux qui s’appellent de mon nom, et que j’ai créés
pour ma gloire, que j’ai formés et que j’ai faits » (Ésaïe 43 :1-7).
Dans le même sens, en confiant, à un moment donné de Son ministère
terrestre, à une femme cananéenne, qui implorait Sa pitié pour sa fille
cruellement tourmentée par le démon, qu’il n’avait été envoyé qu’aux brebis
perdues de la maison d’Israël, le Seigneur de gloire Jésus-Christ nous révélait
clairement les voies de Dieu et Sa partialité envers ses chouchous, selon qu’il est
écrit, « Jésus, étant parti de là, se retira dans le territoire de Tyr et de Sidon. Et
voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria: Aie pitié de
moi, Seigneur, Fils de David! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon
[…].Il répondit: Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël.
Mais elle vint se prosterner devant lui, disant: Seigneur, secours-moi! Il
répondit: Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits
chiens. Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui
tombent de la table de leurs maîtres. Alors Jésus lui dit: Femme, ta foi est
grande; qu'il te soit fait comme tu veux. Et, à l'heure même, sa fille fut guérie »
(Matthieu 15 :21-28).
Par ailleurs, telles sont les instructions étonnantes que le Seigneur de
gloire Jésus-Christ donna aux douze apôtres pour leur mission, selon qu’il est
écrit, « Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de
chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les
noms des douze apôtres. Le premier, Simon appelé Pierre, et André, son frère;
Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère; Philippe, et Barthélemy; Thomas, et
Matthieu, le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; Simon le Cananite, et
Judas l'Iscariot, celui qui livra Jésus. Tels sont les douze que Jésus envoya,
après leur avoir donné les instructions suivantes: N'allez pas vers les païens, et
n'entrez pas dans les villes des Samaritains; allez plutôt vers les brebis perdues
de la maison d'Israël. Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche.
Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les
démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Matthieu 10 :1-8).
Relevons que la conversion de Saul de Tarse, - l’Apôtre Paul, - l’ « Apôtre des
païens » (Romains 11 :13), chargé d’annoncer le Fils de Dieu parmi les païens
41

(Actes 22 :21, Galates 1 :16, Galates 2 :7-8, Éphésiens 3 :8, 1 Timothée 2 :7, 2
Timothée 1 :11), survint sur la route de Damas, après le ministère terrestre du
Christ (Actes 9 :1-30). Ainsi, la partialité divine est donc indéniable, selon qu’il
est écrit, « Il révèle sa parole à Jacob, ses lois et ses ordonnances à Israël ; il
n’a pas agi de même pour toutes les nations, et elles ne connaissent point ses
ordonnances » (Psaume 147 :19-20).
La notion de partialité, qui s’oppose à celle deneutralité,ne s’oppose point
àcelle dejustice, pour autant qu’il ne soit pas question de jugement d’une
personne au préjudice d’une autre. Malheureusement, en confondant, à tort, les
notions de neutralitéet de justice, ces esprits enténébrés confondent et prennent à
tort la partialitépour de l’injustice. Or, la partialité est le fait de ne pas être
neutre et d’avoir une préférence. Elle consiste à ne pas traiter tous les hommes
de la même façon. Elle se traduit aussi bien par les inégalités dans le traitement
différentiel des hommes que par les inégalités entre les hommes. Parce qu’il
n’est pas question ici de jugement d’une personne au préjudice d’une autre, la
partialité divine n’est pas à confondre avec l’injustice, qui, à la vérité, consiste,
quant à elle, à condamner l’innocent ou à lui faire tort, selon qu’il est
écrit,« L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant: N'es-tu pas le Christ?
Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! Mais l'autre le reprenait, et disait: Ne
crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation?Pour nous, c'est
justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes; mais celui-ci n'a rien
fait de mal [, c’est injustice !]» (Luc 23 :39-41).
C’est ce qui ressort fondamentalement de la réponse du maître de la
maison à ceux des ouvriers, qui, recevant leur salaire quand le soir fut venu,
murmurèrent contre lui, selon qu’il est écrit, « Mon ami, je ne te fais pas tort ;
n’es-tu pas convenu avec moi d’un denier ?Prends ce qui te revient, et vat’en.Je veux donner à ce dernier autant qu’à toi.Ne m’est-il pas permis de faire
de mon bien ce que je veux ? Ou vois-tu d’un mauvais œil que je sois bon ? »
(Matthieu 20 :13-15).
Ainsi, l’Eternel est un Dieu juste, qui ne condamne point l’innocent ni ne
lui fait tort ; mais aussi un Dieu partial, qui n’est point neutre, mais a des
préférences, des chouchous, fait de Son bien ce qu’Il veut, et ne traite point tous
les hommes de la même façon. C’est pourquoi aussi, bien que chaque année, la
mer Méditerranée [la mort Méditerranée] engloutisse des milliers de
Subsahariens désertant leur terre natale, l’Afrique, terre maudite et des maudits
[à leur yeux], en route pour l’Europe, Eldorado, et terre de privilèges et de
privilégiés, il ne viendrait jamais à personne à l’esprit, de faire un procès à Dieu
pour injustice. Ce serait une confusion mentale ! En effet, il n’est point question
ici de jugement d’une personne au préjudice d’une autre, mais de préférences, de
partialité. De même, il n’est pas au pouvoir de l’homme de choisir ses parents,
42

son pays, la couleur de sa peau ou son sexe, selon qu’il est écrit, « Un seul et
même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier
comme il veut » (1 Corinthiens 12 :11). C’est la partialité divine, à ne pas
confondre avec l’injustice, car il n’est point question du jugement d’un être au
préjudice d’un autre, mais de préférences.
A la vérité, le Père céleste juge selon l’œuvre de chacun, sans acception
de personnes, de sorte que celui qui agit injustement reçoit selon son injustice, exclusivement pour ce qui concerne "la victoire", c’est-à-dire les choses
relatives à notre vie de chaque jour, sans rapport avec le salut et la vie éternelle,
selon qu’il est écrit, « Tribulation et angoisse sur toute âme d'homme qui fait le
mal, sur le Juif premièrement, puis sur le Grec! Gloire, honneur et paix pour
quiconque fait le bien, pour le Juif premièrement, puis pour le Grec! Car devant
Dieu il n'y a point d'acception de personnes » (Romains 2 :9-11).
Mais s’agissant du salut et de la vie éternelle, Il use de partialité envers
Ses élus, comme l’atteste l’élection d’Israël, le peuple terrestre élu de Dieu,
appelé à manifester la gloire de l’Eternel Dieu parmi les nations. Sans cette
partialité, c’est-à-dire que si Dieu jugeait chacun selon ses œuvres, nul ne serait
sauvé, - personne ne serait sauvé, en raison de la mort spirituelle de l’homme
animal et de l’état de péché et de condamnation de l’humanité.
Enfin, à ceux qui taxent "l’élection de la grâce" de "plat fatalisme"qui
déshonore Dieu, nous répondons que loin d’être un fatalisme, car n’appartenant
point au domaine de la cécité, de l’aveuglement ou du hasard, l’élection de grâce
est au contraire sous le contrôle absolu et total du Dieu souverain, lequel ne joue
pas aux dès, mais déroule Ses plans selon un timing très spécifique, et pour un
objectif final et global tout aussi spécifique. Aussi, en chœur avec le roi
Nebucadnetsar, levons plutôt les yeux vers le ciel, afin que la raison nous
revienne, pour bénir, louer et glorifier le très-Haut, selon qu’il est écrit, « Moi,
Nebucadnetsar, je levai les yeux vers le ciel, et la raison me revint. J'ai béni le
Très-Haut, j'ai loué et glorifié celui qui vit éternellement, celui dont la
domination est une domination éternelle, et dont le règne subsiste de génération
en génération. Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant: il agit
comme il lui plaît avec l'armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il
n'y a personne qui résiste à sa main et qui lui dise: Que fais-tu? En ce temps, la
raison me revint […]. Maintenant[…],je loue, j'exalte et je glorifie le roi des
cieux, dont toutes les œuvres sont vraies et les voies justes, et qui peut abaisser
ceux qui marchent avec orgueil » (Daniel 4 :34-37).
« Je suis le seul Dieujuste et qui sauve […]. En l'Éternel seul, me dira-ton, résident la justice et la force; à lui viendront, pour être confondus, tous ceux
qui étaient irrités contre lui » (Ésaïe 45 :21-24).« Je forme la lumière, et je crée
43

les ténèbres, Je donne la prospérité, et je crée l'adversité; Moi, l'Éternel, je fais
toutes ces choses. […].Malheur à qui conteste avec son créateur! -Vase parmi
des vases de terre! -L'argile dit-elle à celui qui la façonne: Que fais-tu? Et ton
œuvre: Il n’a point de mains? Malheur à qui dit à son père: Pourquoi m'as-tu
engendré? Et à sa mère: Pourquoi m'as-tu enfanté? Ainsi parle l'Éternel, le
Saint d'Israël, et son créateur: Veut-on me questionner sur l'avenir, me donner
des ordres sur mes enfants et sur l'œuvre de mes mains?C'est moi qui ai fait la
terre, et qui sur elle ai créé l'homme; c'est moi, ce sont mes mains qui ont
déployé les cieux, et c'est moi qui ai disposé toute leur armée » (Ésaïe 45 :7-12).
« Qui dira qu'une chose arrive, sans que le Seigneur l'ait ordonnée? N'est-ce
pas de la volonté du Très-Haut que viennent les maux et les biens? Pourquoi
l'homme vivant se plaindrait-il?Que chacun se plaigne de ses propres péchés.
Recherchons nos voies et les sondons, et retournons à l'Éternel » (Lamentations
3 :37-40). « Arrive-t-il un malheur dans une ville, sans que l’Éternel en soit
l’auteur ? » (Amos 3 :6). « L’Éternel a tout fait pour un but, même le méchant
pour le jour du malheur » (Proverbes 16 :4).« Dieu a mis dans leurs cœurs
d'exécuter son dessein et d'exécuter un même dessein, et de donner leur
royauté à la bête, jusqu'à ce que les paroles de Dieu soient accomplies »
(Apocalypse 17 :17). « Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables!
Que le nombre en est grand! Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les
grains de sable » (Psaume 139 :17-18). « Une science aussi merveilleuse est audessus de ma portée, elle est trop élevée pour que je puisse la saisir » (Psaume
139 :6).Ainsi, l’Éternel Dieuest à la fois juste, partial et souverain dans Son
monde qu’il a créé.

44

Chapitre 5 :
De la Responsabilité Humaine
et du Mystère du Double Sens
de la Notion de Grâce Divine
« Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de
qui j’ai compassion. Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui
qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. Car l’Ecriture dit à Pharaon : Je
t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom
soit publié par toute la terre. Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il
endurcit qui il veut. Tu me diras : Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce
qui résiste à sa volonté ? O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec
Dieu ? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé : Pourquoi m’as-tu fait
ainsi ? Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse
un vase d’honneur et un vase d’un usage vil ? Et que dire, si Dieu, voulant
montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande
patience des vases de colère formés pour la perdition, et s’il a voulu faire
connaître la richesse de sa grâce envers des vases de miséricorde qu’il a
d’avance préparés pour la gloire ? » (Romains 9 :15-23).
« Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas
dehors celui qui vient à moi » (Jean 6 :37).
« Cette parole est certaine, et je veux que tu affirmes ces choses, afin que
ceux qui ont cru en Dieu s'appliquent à pratiquer de bonnes œuvres» (Tite
3 :8), selon qu’il est écrit, « Recherchez […] la sanctification, sans laquelle
personne ne verra le Seigneur » (Hébreux 12 :14). « Voilà ce qui est bon et
utile aux hommes. Mais évite les discussions folles, les généalogies, les
querelles, les disputes relatives à la loi; car elles sont inutiles et vaines » (Tite
3 :9).
5.1. De la Responsabilité des Élus de Dieu dans leur Salut
La doctrine biblique du salut est un essentialisme. Ainsi, quand il s’agit du
salut des élus de Dieu, « l’essence précède l’existence ». Les élus de Dieu ne
sont pas les propres artisans de leur salut qu’ils tiennent de la providence divine,
- de leur prédestination avant la fondation du monde, avant leur naissance.
45

L’essentialisme sacrifie ainsi les mérites sur l’autel de la providence divine,
selon qu’il est écrit, « Qui est-ce qui te distingue [des réprouvés] ? » (1
Corinthiens 4 :7). « Sommes-nous plus excellents ? Nullement.Car nous avons
déjà prouvé quetous, juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est
écrit […]nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’en est
aucun qui fasse le bien, pas même un seul […]. La crainte de Dieu n’est pas
devant leurs yeux » (Romains 3 :9-18). C’est dire en chœur avec le Seigneur de
gloire Jésus-Christ que « vous ne pouvez pas même la moindre chose » (Luc
12 :26). Aussi, « C’est par la grâce que vous êtes sauvés,par le moyen de la foi.
Et cela ne vient pas de vous, c’est le don gratuit de Dieu. Ce n’est point par les
œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant
été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées
d’avance, afin que nous les pratiquions » (Éphésiens 2 :8-10). « C’est par lui
que vous êtes en Jésus-Christ » (1 Corinthiens 1 :30). En effet, « nul ne peut
venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père » (Jean 6 :65). « Il vous a été
fait le privilège, par rapport à Christ, […] de croire en lui » (Philippiens 1 :29).
La doctrine du salut est uniforme d’une page à l’autre du Nouveau
Testament, à savoir que c’est par grâce que nous sommes sauvés, par le moyen
de la foi. Et cela ne vient point de nous, mais c’est le don gratuit de Dieu. Ce
n’est point par les œuvres, « afin que personne ne se glorifie » (Ephésiens 2 :9),
« afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu » (1Corinthiens 1 :29). En effet,
Dieu a renfermé tous ses élus dans la désobéissance et le péché, afin de faire
miséricorde à tous (Romains 11 :32 ; Galates 3 :22). Ainsi, loin d’être plus
excellents (Romains 3 :9), les élus ne sont que l’ouvrage de Dieu, ayant été
créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance,
afin qu’ils les pratiquent (Ephésiens 2 :8-10). Du reste, cela ne saurait être
autrement, car nous étions spirituellement morts ; or, l’on ne peut rien attendre
d’un mort (Ephésiens 2 :1-5).Tout sujet de se glorifier est donc exclu pour les
élus (Romains 3 :27). C’est en effet l’Eternel Dieu tout puissant qui les
distingue. Aussi leur élection l’ont-ils reçue de lui et ne peuvent s’en glorifier
comme s’ils ne l’avaient reçue de lui. Ainsi, comme il est écrit : « Que celui qui
se glorifie se glorifie dans le Seigneur » (1 Corinthiens 1 :31).C’est souligner
que les élus de Dieu ne sont point sauvés en vertu de quelque mérite en eux,
mais selon la seule miséricorde et pitié de Dieu, provenant du fond de la même
poubelle dans laquelle gît le monde qui périt, lequel est ennemi de l’Évangile à
cause des élus de Dieu, car il a plu à Dieu, de leur prouver, par le monde, la
faillite de la voie autonome de l’Homme (Romains 11 :28).En effet, « nous
aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute
espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie,
dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres. Mais, lorsque la bonté de
Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a
sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon
46

sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du SaintEsprit, qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre
Sauveur, afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers
de la vie éternelle » (Tite 3 :3-6). C’est souligner avec Jean Calvin, paraphrasant
l’Apôtre Paul, que l’élection de la grâce, - le dessein d’élection de Dieu, - le
choix souverain de Dieu, - le décret divin d’approbation - précède les bonnes
œuvres des élus(Romains 9 :11 ; 11 :5-6). Aussi, c’est une hérésie grave, que de
s’ingénier à vouloir attribuer un quelconque mérite personnel à l’homme dans
son salut, en vertu de la réponse qu’il aurait donnée, par sa volonté propre, à
l’appel de l’Eternel Dieu, suite aux ouvertures de conviction de péché du SaintEsprit. C’est fouler aux pieds la vérité biblique sur le salut, nier à Dieu Son droit
souverain à l’adoration exclusive dans Son monde qu’Il a créé, et attribuer, à la
chair vaniteuse et orgueilleuse, des raisons de se glorifier devant Dieu.« Cette
parole est certaine, et je veux que tu affirmes ces choses, afin que ceux qui ont
cru en Dieu s'appliquent à pratiquer de bonnes œuvres» (Tite 3 :8), selon qu’il
est écrit, « Recherchez […] la sanctification, sans laquelle personne ne verra
le Seigneur » (Hébreux 12 :14). « Voilà ce qui est bon et utile aux hommes.
Mais évite les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes
relatives à la loi; car elles sont inutiles et vaines » (Tite 3 :9). En effet, "le don
de la foi à salut", - au temps marqué, œuvre de l’Éternel Dieu, et privilège des
seuls élus de Dieu, selon qu’il est écrit, « Il vous a été fait la grâce, par rapport
à Christ, […] de croire en lui » (Philippiens 1 :29), constitue le déclencheur
exclusif du salut et son moteur efficace.
5.2. De la Responsabilité des Fils de la Rébellion dans leur Déchéance et
Perdition
La doctrine biblique de la perdition des fils de la rébellion est un
existentialisme. Ainsi, quand il s’agit de la perdition des fils de la rébellion,
« l’existence précède l’essence ». L’homme existe d’abord et ensuite seulement
se définit. La vie des fils de la rébellion n’est que ce qu’ils en font eux-mêmes.
Les fils de la rébellion sont les propres artisans et les seuls responsables de leur
perdition. L’existentialisme sacrifie ainsi la providence divine sur l’autel des
mérites, selon qu’il est écrit, « La condamnation de ces gens est juste »
(Romains 3 :8), car,dit l’Éternel, « vous avez choisi ce qui me déplaît » (Ésaïe
65 :12). En effet, en déclarant solennellement : « Venez à moi, vous tous qui êtes
fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11 :28-30) ; mais
aussi :« Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi » (Jean 6 :37), - le
Seigneurlaisse entendre que : « La grâce de Dieu, source de salut pour tous les
hommes, a été manifestée » (Tite 2 :11), etque « Cette bonne nouvelle nous a été
annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur
servit de rien,parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent.
Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit : Je jurai
47

dans ma colère ; ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses
œuvres eussent été achevées depuis la création du monde. Car il a parlé
quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le
septième jour. Et ici encore : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Or, puisqu’il
est encore réservé à quelques-uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la
promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance, Dieu fixe
de nouveau un jour – aujourd’hui – en disant dans David si longtemps après,
comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix,
n’endurcissez pas vos cœurs » (Hébreux 4 :2-7). Aussi, « Rendez gloire à notre
Dieu ! Il est le rocher ; ses œuvres sont parfaites, car toutes ses voies sont
justes ; c’est un Dieu fidèle et sans iniquité, il est juste et droit. S’ils se sont
corrompus, à lui n’est point la faute ; la honte est à ses enfants,race fausse et
perverse.Est-ce l’Éternel que vous en rendez responsable, peuple insensé et
dépourvu de sagesse ? » (Deutéronome 32 :3-6). « Semblables à des brutes qui
s’abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour être prises et
détruites, ils […] périront par leur propre corruption, recevant ainsi le salaire
de leur iniquité » (2 Pierre 2 :12-13), selon qu’il est écrit, « Ce qui cause ta
ruine, Israël, c’est que tu as été contre moi, contre celui qui pouvait te
secourir » (Osée 13 :9).
En raison de leur mort spirituelle inhérente au péché originel, les fils de la
rébellion sont déchus, et spirituellement morts par leurs offenses et par leurs
péchés dans lesquels ils marchent. Toute leur justice est comme un vêtement
souillé, ils sont incapables de se sauver par eux-mêmes, ils ont tous péché, sont
enfermés dans la désobéissance et l’iniquité, et sont par conséquent privés de la
gloire de Dieu. Ils ont mis le comble à leurs péchés en rejetant le Fils de Dieu et
Son offre gracieuse de salut au monde qui n’est point une perfidie de Sa part.
Aussi l’enfer de l’étang ardent de feu et de souffre leurs est-il réservé. Ils y
seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles, recevant ainsi le juste
salaire et la juste rétribution de leur vie d’impiété et d’iniquité, selon qu’il est
écrit, « Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le
monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est
point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au
nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue
dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs
œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient
pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui agit
selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce
qu’elles sont faites en Dieu » (Jean 3 :17-21).
« Tous ceux-là se complaisent dans leurs voies, et leur âme trouve du
plaisir dans leurs abominations. Moi aussi, je me complairai dans leur infortune
[dit l’Éternel], et je ferai venir sur eux ce qui cause leur effroi, parce que j'ai
48

appelé, et qu'ils n'ont point répondu, parce que j'ai parlé, et qu'ils n'ont point
écouté; mais ils ont fait ce qui est mal à mes yeux, et ils ont choisi ce qui me
déplaît. Écoutez la parole de l'Éternel, vous qui craignez sa parole. Voici ce que
disent vos frères, qui vous haïssent et vous repoussent à cause de mon nom: Que
l'Éternel montre sa gloire, et que nous voyions votre joie! -Mais ils seront
confondus. Une voix éclatante sort de la ville, une voix sort du temple. C'est la
voix de l'Éternel, qui paie à ses ennemis leur salaire » (Ésaïe 66 :3-6).
Ainsi, que les exemples de Daniel, d’Esdras et de Néhémie, priant,
confessant leurs péchés et le péché de leur peuple d’Israël, et présentant leurs
supplications à l’Éternel Dieu, leurs servent de modèle, selon qu’il est écrit, « Je
tournai ma face vers le Seigneur Dieu, afin de recourir à la prière et aux
supplications, en jeûnant et en prenant le sac et la cendre. Je priai l'Éternel,
mon Dieu, et je lui fis cette confession: Seigneur, Dieu grand et redoutable, toi
qui gardes ton alliance et qui fais miséricorde à ceux qui t'aiment et qui
observent tes commandements! Nous avons péché, nous avons commis l'iniquité,
nous avons été méchants et rebelles, nous nous sommes détournés de tes
commandements et de tes ordonnances. Nous n'avons pas écouté tes serviteurs,
les prophètes, qui ont parlé en ton nom à nos rois, à nos chefs, à nos pères, et à
tout le peuple du pays. A toi, Seigneur, est la justice, et à nous la confusion de
face, en ce jour, aux hommes de Juda, aux habitants de Jérusalem, et à tout
Israël, à ceux qui sont près et à ceux qui sont loin, dans tous les pays où tu les
as chassésà cause des infidélités dont ils se sont rendus coupables envers toi.
Seigneur, à nous la confusion de face, à nos rois, à nos chefs, et à nos pères,
parce que nous avons péché contre toi. Auprès du Seigneur, notre Dieu, la
miséricorde et le pardon, car nous avons été rebelles envers lui. Nous n'avons
pas écouté la voix de l'Éternel, notre Dieu, pour suivre ses lois qu'il avait mises
devant nous par ses serviteurs, les prophètes. Tout Israël a transgressé ta loi, et
s'est détourné pour ne pas écouter ta voix. Alors se sont répandues sur nous les
malédictions et les imprécations qui sont écrites dans la loi de Moïse, serviteur
de Dieu, parce que nous avons péché contre Dieu. Il a accompli les paroles
qu'il avait prononcées contre nous et contre nos chefs qui nous ont gouvernés, il
a fait venir sur nous une grande calamité, et il n'en est jamais arrivé sous le ciel
entier une semblable à celle qui est arrivée à Jérusalem. Comme cela est écrit
dans la loi de Moïse, toute cette calamité est venue sur nous; et nous n'avons
pas imploré l'Éternel, notre Dieu, nous ne nous sommes pas détournés de nos
iniquités, nous n'avons pas été attentifs à ta vérité. L'Éternel a veillé sur cette
calamité, et l'a fait venir sur nous; car l'Éternel, notre Dieu, est juste dans
toutes les choses qu'il a faites, mais nous n'avons pas écouté sa voix. Et
maintenant, Seigneur, notre Dieu, toi qui as fait sortir ton peuple du pays
d'Égypte par ta main puissante, et qui t'es fait un nom comme il l'est
aujourd'hui, nous avons péché, nous avons commis l'iniquité. Seigneur, selon
ta grande miséricorde, que ta colère et ta fureur se détournent de ta ville de
49

Jérusalem, de ta montagne sainte; car, à cause de nos péchés et des iniquités de
nos pères, Jérusalem et ton peuple sont en opprobre à tous ceux qui nous
entourent. Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications
de ton serviteur, et, pour l'amour du Seigneur, fais briller ta face sur ton
sanctuaire dévasté! Mon Dieu, prête l'oreille et écoute! Ouvre les yeux et
regarde nos ruines, regarde la ville sur laquelle ton nom est invoqué! Car ce
n'est pas à cause de notre justice que nous te présentons nos supplications,
c'est à cause de tes grandes compassions. Seigneur, écoute! Seigneur,
pardonne! Seigneur, sois attentif! Agis et ne tarde pas, par amour pour toi, ô
mon Dieu! Car ton nom est invoqué sur ta ville et sur ton peuple » (Daniel 9 :319). « Mon Dieu, je suis dans la confusion, et j'ai honte, ô mon Dieu, de lever
ma face vers toi; car nos iniquités se sont multipliées par-dessus nos têtes, et
nos fautes ont atteint jusqu'aux cieux. Depuis les jours de nos pères nous
avons été grandement coupables jusqu'à ce jour, et c'est à cause de nos
iniquités que nous avons été livrés, nous, nos rois et nos sacrificateurs, aux
mains des rois étrangers, à l'épée, à la captivité, au pillage, et à la honte qui
couvre aujourd'hui notre visage. Et cependant l'Éternel, notre Dieu, vient de
nous faire grâce en nous laissant quelques réchappés et en nous accordant un
abri dans son saint lieu, afin d'éclaircir nos yeux et de nous donner un peu de
vie au milieu de notre servitude. Car nous sommes esclaves, mais Dieu ne nous
a pas abandonnés dans notre servitude. Il nous a rendus les objets de la
bienveillance des rois de Perse, pour nous conserver la vie afin que nous
puissions bâtir la maison de notre Dieu et en relever les ruines, et pour nous
donner une retraite en Juda et à Jérusalem. Maintenant, que dirons-nous après
cela, ô notre Dieu? Car nous avons abandonné tes commandements, que tu
nous avais prescrits par tes serviteurs les prophètes, en disant: Le pays dans
lequel vous entrez pour le posséder est un pays souillé par les impuretés des
peuples de ces contrées, par les abominations dont ils l'ont rempli d'un bout à
l'autre avec leurs impuretés; ne donnez donc point vos filles à leurs fils et ne
prenez point leurs filles pour vos fils, et n'ayez jamais souci ni de leur prospérité
ni de leur bien-être, et ainsi vous deviendrez forts, vous mangerez les meilleures
productions du pays, et vous le laisserez pour toujours en héritage à vos fils.
Après tout ce qui nous est arrivé à cause des mauvaises actions et des grandes
fautes que nous avons commises, quoique tu ne nous aies pas, ô notre Dieu,
punis en proportion de nos iniquités, et maintenant que tu nous as conservé ces
réchappés, recommencerions-nous à violer tes commandements et à nous
allier avec ces peuples abominables? Ta colère n'éclaterait-elle pas encore
contre nous jusqu'à nous détruire, sans laisser ni reste ni réchappés?Éternel,
Dieu d'Israël, tu es juste, car nous sommes aujourd'hui un reste de réchappés.
Nous voici devant toi comme des coupables, et nous ne saurions ainsi
subsister devant ta face » (Esdras 9 :6-15). « Les enfants d'Israël
s'assemblèrent, revêtus de sacs et couverts de poussière, pour la célébration
d'un jeûne. Ceux qui étaient de la race d'Israël, s'étant séparés de tous les
50


PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf - page 1/647
 
PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf - page 2/647
PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf - page 3/647
PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf - page 4/647
PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf - page 5/647
PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf - page 6/647
 




Télécharger le fichier (PDF)


PREDESTINATION ANGE OMBOLO.pdf (PDF, 4.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


livrepassagesbibliquespdf
livre jesuspdf
predestination liberte et libre arbitre ange ombolo 1
prier pour le pays 1
livre jesus2pdf
feuille de messe du dimanche 14 juin 2020pdf

Sur le même sujet..