IE2 Tourisme .pdf



Nom original: IE2-Tourisme.pdf
Titre: Mise en page 1 (Page 1)

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 12.1 / Acrobat Distiller 8.0.0 (Macintosh), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/07/2018 à 13:21, depuis l'adresse IP 194.250.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 313 fois.
Taille du document: 3.9 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


CHAQUE MOIS
UN DOSSIER
THÉMATIQUE
POUR
LES DÉCIDEURS
-

LE CAHIER DE LA DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE DU POITOU ET DES CHARENTES

La Vienne, un écrin
de sensations

AU SOMMAIRE
Stratégie
La Vienne, première
destination touristique
rurale. PAGE II
Les atouts
du département en matière
de tourisme. PAGE II

Sites touristiques
Les nouveautés pour un été
animé. PAGE III
La Vienne se découvre
à travers les chemins
de Saint-Martin. PAGE IV
L’Historial du Poitou
se dessine
à Monts-sur-Guesnes. PAGE IV
Le Futuroscope prend
un nouvel envol. PAGE V

Patrimoine
Charroux et Monts-surGuesnes, Petites Cités de
Caractère. PAGE V
Un loto à la rescousse du
patrimoine local. PAGE VI
Une fête pour récolter
des fonds à l’Abbaye
de La Réau. PAGE VII

INFO-ÉCO 2 Tourisme en Vienne
I II I Info-éco 2

Juillet-Août 2018

STRATÉGIE

Tourisme rural : le Département
de la Vienne vise haut
Le plan du développement touristique 2018-2021 a été annoncé en mars. Cet été sera l’occasion pour les
professionnels du tourisme de tester sa mise en œuvre. A terme, le Département aimerait s’approcher du
milliard d’euros de chiffre d’affaires lié à ce secteur.

P

ublié en mars dernier, le plan de
développement
touristique 2018-2021
arrive à point nommé
juste avant la saison. Car
le tourisme dans la Vienne
représente une part
importante de l’économie.
En 2016, selon les chiffres
de l’agence de créativité et
d’attractivité du Poitou, le
chiffre d’affaires lié à l’économie touristique était
estimé à 870 millions d’euros. Ce plan a été élaboré
après la mise en œuvre de
la loi NOTRe (Nouvelle
Organisation Territoriale
de la République) qui a
donné un transfert de
plein droit en matière de
tourisme aux communautés urbaines, d’agglomérations et de communes. Il
a fallu d’une certaine

manière rebattre les cartes. « Le plan de développement touristique est le premier mis en place par le
Département, explique Isabelle Barreau, conseillère
départementale en charge
du tourisme et de l’attractivité. Écrire un schéma permet de mettre en oeuvre une
certaine coordination, une
mutualisation sur un plan
d’actions commun. L’intérêt
est de structurer une offre et
l’économie touristique. »

Les acteurs du
tourisme sollicités
Le Département a travaillé un an et demi sur ce
plan en étroite collaboration avec les différents professionnels du tourisme
(intercommunalités, restaurants, hôtellerie, communes, offres de loisirs). Il

Le Futuroscope ou le Center Parcs du Bois aux Daims font partie
des moteurs touristiques du département.

y a eu des concertations
sur internet et des réunions, des séminaires. « Nous
devions construire ce plan
ensemble. Pour le Département, c’était essentiel car il y
a un intérêt à ce que cela corresponde à la réalité du terrain. Maintenant, iI faut que

chacun s’approprie ce plan de
développement touristique. »
Ce Plan tourisme comprend quatre axes : renforcer les liens institutionnels ; conforter et élargir
l’offre départementale en
soutenant notamment l’émergence de nouveaux

projets structurants ; développer la visibilité et la
commercialisation de l’offre touristique ; et renforcer la connaissance des
pratiques touristiques et
anticiper les mutations du
secteur touristique avec la
mise en place d’un observatoire touristique. Sur le
papier, cela se traduit par
39 fiches action construites
avec l’ensemble des partenaires. « Sur cette offre touristique, nous avons besoin
d’évoluer, de nous positionner
car la demande des visiteurs
évolue chaque jour. Nous
devons anticiper ensemble l’avenir touristique du département. »

Des chiffres
significatifs
Quoiqu’il en soit, dans la
Vienne le tourisme pèse

effectivement. En quelques
chiffres, (chiffres 2017de
l’ACAP), le département,
c’est 1 700 entreprises liées
au tourisme, 8,2 millions
de nuitées touristiques,
4,95 millions de visites
dans les sites touristiques
et musées …, 500 sites
d'activités touristiques,
50 sites touristiques de
plus de 10 000 visiteurs.
« Nous devons continuer à
nous positionner sur le tourisme, nous coordonner, utiliser nos forces pour que ce
plan de développement touristique fonctionne. » L’objectif est d’atteindre le
milliard d’euros de chiffre
d’affaires à l’horizon 2021.
Le Département se positionne ainsi parmi les premières destinations touristiques rurales. ◆
JULIEN PRIVAT

ATOUTS

« Transcender l’attractivité
touristique » 
Pour les vacances estivales, la Vienne doit tirer son épingle du jeu dans une région ultra touristique, qui
bénéficie de l’attrait de la côte Atlantique. Finalement c'est le cas et le potentiel du département peut
encore être mieux exploité. L’agence de créativité et d’attractivité du Poitou s’emploie donc à renforcer
ses points forts pour attirer le plus grand nombre de touristes. 

A

rrivé en début
d’année, Fabrice
Cotté, le directeur de l’agence de créativité et d’attractivité du Poitou, est en pleine
préparation de sa première saison estivale dans
la Vienne. Il espère que les
chiffres en fin d’année
seront aussi bons que les
années précédentes avec
un territoire qui accueille
8,2 millions de nuitées
touristiques
et
4,95 millions de visites
dans les sites touristiques
et musées (chiffres 2017 de
l’ACAP).

Offres variées,
clientèles diversifiées
Ces touristes viennent
avant tout chercher une
expérience dans le dépar-

tement, en regardant sans
doute le panel d’activités
qui leur est proposé. « L’offre est vraiment complémentaire, commente Fabrice
Cotté. Les professionnels du
tourisme s’adressent à tous
types de clientèles dans plusieurs domaines : parcs d’attraction, parcs animaliers,
lieux historiques, musées. » Il
est même possible de faire
monter son adrénaline
avec les activités sportives
proposées, que ce soit du
saut à l’élastique, du ski
nautique ou encore du
water jump.
Ce qui frappe également
le nouveau directeur de l’agence, c’est la diversité de
types d’hébergement avec
des hôtels, des gîtes, des
campings. « Le touriste peut
dormir dans des lieux insolites

Fabrice Cotté est à la tête de l’Agence de créativité et d’attractivité
du Poitou.

comme des cabanes dans les
arbres ou au milieu d’un
étang, c’est original et ça
marque. En plus, je trouve que
les professionnels proposent
des tarifs avec un très bon
rapport qualité/prix. »

Un dynamisme

à exploiter
Que ce soit la complémentarité de l’offre proposée aux touristes ou les différents
types
d’hébergement, cela montre que la Vienne vit avec
son temps en matière tou-

ristique et que les porteurs
de projets ont beaucoup
d’idées et restent en éveil.
« C’est assez étonnant pour
moi qui vient de l’extérieur, les
porteurs de projets ont la
capacité de prendre une certaine anticipation sur les nouveautés touristiques. Ils sont
vraiment force de proposition », précise Fabrice Cotté.
Car il le souligne très bien,
lorsque des visiteurs choisissent la Vienne comme
lieu de villégiature, c’est
aussi pour rompre avec le
rythme quotidien. Et ça ils
peuvent le trouver un peu
partout dans le département. D’autant plus qu’il y
a de nombreux lieux
exceptionnels. Et si les touristes sont marqués, soit ils
reviendront, soit ils en parlent autour d’eux … l’effet

du bouche à oreille.
Même s’il paraît important pour Fabrice Cotté de
donner quelques orientations, l’agence jouera son
rôle de guide. « Nous sommes un peu les prescripteurs
du territoire, nous redirigeons
également vers les différents
offices de tourisme. »
Pour pimenter votre été,
Fabrice Cotté s’est risqué à
un conseil, que l’on soit
touriste ou même habitant
de la Vienne. « Vous savez
que la chasse aux trésors
Tèrra Aventura, le géocaching
(lire en p7 du mensuel) est
présent sur le territoire, franchement vous découvrirez des
endroits supers. » Une autre
manière de vivre ses
vacances effectivement. ◆
J. P.

INFO-ÉCO 2 Tourisme en Vienne
I III I Info-éco 2

Juillet-Août 2018

NOUVEAUTÉS

Un été animé en Vienne
Les touristes auront de nouvelles activités à découvrir dans la Vienne. Patrimoine, jeu d'énigmes,
spectacle, concert … petit tour non exhaustif de quelques sites touristiques et de quelques animations.

L

a richesse de ses
peintures et leur
état de conservation font de l'abbaye de
Saint-Savin un monument
phare du Poitou roman.
Elle est d'ailleurs inscrite
depuis 1983 sur la liste du
patrimoine mondial de l'Unesco. Installé dans les
anciennes cellules des
moines, le parcours scénographique permet au visiteur de comprendre le
contexte historique et
artistique. Outre les visites
guidées, l'abbaye propose
cet été des ateliers pour le
moins surprenants. Ainsi,
il sera possible de faire du
qi gonq dans ce cadre
remarquable, de profiter
d'une visite thématique
autour du vin puis de par-

ticiper à une dégustation
ou encore de mêler méditation et histoire au cours
d'une même séance. En
août, plusieurs concerts de
musique classique seront
donnés dans l'ancien
réfectoire des moines.
L'abbaye a aussi concocté
une animation autour de
Léon Edoux, inventeur de
l'ascenseur hydraulique et
natif de Saint-Savin. Les
familles pourront également découvrir les techniques de peinture utilisées à l'époque et les tester
directement en réalisant
leur propre fresque.

Enigme au château
de Monthoiron
Conçu selon les plans de
Léonard de Vinci, la tour-

Le génie Léonard sera ravi de vous accueillir à la tour-forteresse du
château de Monthoiron.

forteresse du Château de
Monthoiron se dévoile
depuis deux ans. Un autre
« Léonard », celui de la
bande dessinée est venu
prendre ses quartiers pour
la nouvelle saison. Tout au
long d'un parcours de
20 énigmes, les enfants et
leurs parents partent à la
recherche du « Trésor de

PARC ANIMALIER

Léonard » autour de la
tour-forteresse. Déguisés à
la mode Renaissance, la
formule permet aux
enfants de s'amuser et aux
parents de visiter.

Feu et plumes
A Chauvigny, dans les
ruines du château des
évêques, les aigles, chouet-

tes, hiboux et autres
oiseaux volent entre les
pierres. Cette année, avec
la Compagnie Zoolians, les
Géants du Ciel proposent
un spectacle nocturne
mêlant plumes et feu, les
21 et 22 août. Les rapaces
viendront côtoyer les jongleurs de feu, au rythme
des tambours. Une nouvelle manière de découvrir
leurs prouesses.

Concerts
Les Heures Vagabondes
proposent 11 concerts gratuits dans la Vienne mêlant
chanson française, rock,
reggae, pop, de Châtellerault à Lussac-les-Châteaux, en passant par Moncontour ou Avanton. Le
20 juillet, à Vouneuil-sur-

Vienne, la scène mettra à
l'honneur trois groupes
locaux : Vincent Michaud,
Coffes & Cigarettes et Myüt.

Mongolfières
La 6 e coupe d'Europe
Espoirs de montgolfières se
déroulera du 2 au 5 août à
l'aérodrome de Châtellerault-Targé. 30 ballons
seront en compétitions et
15 aérostats assureront des
vols festifs. Il y aura également de nombreuses animations, plus particulièrement les 3 et 4 août, avec
des concerts, un marché
gourmand, un numéro de
trapèze aérien, des structures gonflables pour les
enfants. Pour finir, un spectacle son et lumière sublimera ces géantes du ciel. ◆

LOISIRS

Les 20 ans de
la Vallée des Singes

Marcher au-dessus
des crocodiles

Le parc animalier de Romagne fête ses 20 ans. 2018
sera aussi l'année de sa fusion avec Défi Planet' pour
constituer un groupe mêlant loisirs et nature.

C'est la grande nouveauté à Planète Crocodiles, les
plus téméraires pourront se promener au-dessus
des crocodiles grâce à un filet suspendu.

V

oilà 20 ans que l'aventure du parc
animalier de la
Vallée des Singes, à Romagne, a commencé. A son
ouverture, il ne comptait
que 18 espèces de primates,
aujourd'hui 34 se côtoient,
soit plus de 450 singes.
Répartis dans différents
espaces, ils circulent librement et le visiteur passe de
secteur en secteur le long
de sentiers ombragés.
Gorilles, chimpanzés, ouistitis, lémurs noirs, gibbons
à bonnet, tamarins à mains
rousses, maki catta … vont
et viennent dans les arbres
et au sol. Et depuis 2012, le
parc accueille le plus grand
groupe de bonobos au
monde, soit 25 individus.
Les nourrissages sont des
moments privilégiés, où le
visiteur se retrouve à
quelques centimètres des
singes et où le soigneur en
profite pour partager ses
connaissances.
A travers son Conservatoire pour la protection des
primates, le parc ne fait
pas œuvre de sensibilisation et de protection uniquement sur place, mais
aussi à travers de nom-

breuses opérations dans le
monde. Preuve en est du
cadre agréable, plus de
800 naissances ont eu lieu
sur le parc en 20 ans.
Du 12 au 15 juillet, pour
marquer les 20 ans, le parc
propose Prim'Arts un festival d'art animalier avec
des jeux, une exposition,
des projections. Parmi les
exposants, il y a Isabel
Maïna, dessinatrice-illustratrice, Jean-Charles
Maïna, sculpteur-photographe, Nicole Doray-Soulard,
céramiste raku et Patrice
Quillard, photographe.

Sensibiliser et
sauvegarder
Autre actualité, la Vallée
des Singes fusionne avec
Défi Planet'. Emmanuel Le
Grelle et Jean-Michel Brunet ont décidé d'unir leurs
forces pour créer un groupe
tourné vers la nature et le
loisirs. Chaque entité garde
sa marque et son indépendance, mais plus de synergies seront tissées entre les
sites autour du tourisme
au naturel. Dans le même
groupe que la Vallée des
Singes, se retrouveront le
Parc de la Belle à Magné, le

C

Le parc présente le plus grand
groupe de gorilles en France.

musée du Cormenier à
Champniers, les hébergements insolites (650 couchages pour 7 000 nuitées
par an) et le parc à thème
de Défi Planet' à Dienné.
Aujourd'hui, la Vallée des
Singes attire 200 000 visiteurs par an et Défi Planet'
réalise 120 000 entrées. A
eux deux, ils affichent un
chiffre d'affaires de huit
millions d'euros, l'objectif
est d'atteindre les 10 M€
rapidement et de devenir
un acteur touristique
incontournable œuvrant
pour la sensibilisation du
public et la sauvegarde de
la planète. ◆

ette saison 2018
est un vrai tournant pour Planète
Crocodiles. Nouvelle scénographie, ateliers, nouvelles espèces d'animaux
et de plantes … le site de
Civaux se renouvelle. La
dernière nouveauté en
date est un parcours
aérien d'observation. Partant de la terrasse, pour les
curieux et les téméraires,
un filet suspendu a été
tendu au-dessus des différents bassins et offre un
point de vue inédit pour
admirer les crocodiles.
« Pour nos 10 ans, nous prenons de la hauteur », s'amuse Franck Doucet,
directeur de Planète Crocodiles.
Outre les crocodiles, des
caméléons, des lézards,
des varans, des tortues
sont visibles. Orchidées,
cactus, plantes carnivores,
arbres fruitiers … la
richesse de la flore est surprenante. Ainsi, le dôme
tropical de 5 000 m2 propose plusieurs parcours
pour découvrir les 200 spécimens et 1 000 plantes
qu'il abrite. A travers la
visite, les cinq sens des

Un filet suspendu a été tendu sur une cinquante de mètres.

visiteurs seront sollicités.
Il est aussi possible de
caresser des serpents,
assister au nourrissage des
crocodiles du Nil, observer
les caméléons ou avoir un
tête-à-tête avec le dragon
barbu. Ces « Rencontres
sauvages » sont l'occasion
d'en apprendre plus sur la
faune et la flore. Au total, il
peut y avoir jusqu'à 15 animations par jour. Des ateliers conçus spécialement
pour les enfants sont également organisés : pour
devenir un soigneur en
herbe, faire partie d'une
brigade tropicale ou encore
réaliser une chasse au trésor. « L'objectif est de s'amuser tout en faisant passer des

messages, en incorporant de
la pédagogie. »
Parmi les nouveautés,
en juillet et en août, il est
possible de partir en expédition nocturne. Tous les
jeudis, dès 21h30 et jusqu'à
minuit, c'est une autre
visite, à la lanterne, qui est
proposée.
Parmi les nouveaux pensionnaires du site, les visiteurs pourront voir un
gecko, trois aquariums, une
tortue alligator et un anaconda de 4,5 m. « Que ce soit
pour les familles, les scolaires
ou les entreprises, notre objectif est de leur faire vivre une
aventure surprenante tout en
les sensibilisant. » ◆
M.W.

INFO-ÉCO 2 Tourisme en Vienne
I IV I Info-éco 2

Juillet-Août 2018

RANDONNÉE

La Vienne se découvre à travers
les chemins de Saint-Martin
De Ligugé à Candes-Saint-Martin en passant par Vouillé, Saint-MartinLa-Pallu, Monts-sur-Guesnes, Roiffé et Fontevraud, un nouveau
chemin dans la Vienne de la Via Sancti Martini a été inauguré.

1

70 km de plus sur les
pas de Saint-Martin.
“Le Chemin de
Ligugé, première abbaye
d’Occident” reliant Ligugé
dans la Vienne à CandesSaint-Martin en Indre-etLoire vient d’être inauguré
et labellisé par le Centre
Culturel Européen. Un
nouveau chemin qui s’inscrit plus largement sur les
5 000 km de la Via Sancti
Martini, entre Szombathely, la ville natale de
Saint-Martin en Hongrie à
Candes-Saint-Martin, lieu
de sa mort. Plus qu’un
nouveau tracé, “le Chemin
de Ligugé, première
abbaye d’Occident” clos la
boucle interrégionale de
500 km qui permet aujourd’hui, à travers les départements de la Vienne, du
Maine-et-Loire et de l’Indre-et-Loire de découvrir
le patrimoine martinien

de Vouillé, les vestiges
gallo-romains du site des
Tours Mirandes de SaintMartin-La-Pallu, sans
oublier les vallées du Clain
et de la Boivre, mais aussi
l’abbaye de Fontevraud ou
l’église Saint-Hilaire de
Poitiers.

Irriguer le territoire
avec le tourisme local
Suivez le guide. 360 bornes incrustées d’émaux
vert ou rouge et des
inscriptions du Doyenné
Saint-Martin indiquent
l’itinéraire à suivre. Des
“variantes” ou “boucles
locales” ont même été
conçues pour permettre de
prendre la route pour une
journée ou un weekend.
« L’objectif est bel et bien d’irriguer le territoire pour le faire
découvrir. Nous avons recensé
les sites à valoriser sur les pas
de Saint-Martin tout en

Le chemin a été inauguré par un
Raid avec course à pied, VTT,
canoë et course d’orientation. Il
sera reconduit en 2019.

empruntant des chemins existants. Les chemins de SaintMartin sont moins connus
que ceux de Saint-Jacques-deCompostelle et pourtant ils
sont tout aussi intéressants »,
confirme Joëlle Peltier,
maire de Ligugé et
conseillère départementale. Et si la vie religieuse

ne peut pas être dissociée
de Saint-Martin, grand
voyageur et fondateur de
la première abbaye d’Occident à Ligugé, la volonté
départementale est bel et
bien d’ouvrir l’itinéraire,
au-delà des pèlerins, aux
touristes, randonneurs et
autres sportifs.
Prochaine étape : faire
du chemin Ligugé/CandeSaint-Martin un véritable
produit touristique facteur
de développement économique du territoire. « 2019
sera la mise en tourisme de
l’itinéraire en relation avec le
service culture et tourisme du
Département pour recenser
les hébergements possibles, en
gîte ou chez l’habitant, mais
aussi les restaurants, les propositions de randonnées vélos
ou équestres. » ◆
MARINE NAULEAU

Plus d’information :
www.saintmartindetours.eu.

170 km de plus sur les pas de Saint-Martin.

ÉQUIPEMENT

L’Historial du Poitou se dessine
à Monts-sur-Guesnes
Le 6e Historial de France prend peu à peu corps. Au sein du château de Monts-sur-Guesnes, ce nouvel
équipement doit faire rayonner le patrimoine et redécouvrir l'histoire du Poitou.

L

a création de l’Historial du Poitou
prend forme à
Monts-sur-Guesnes. Le
projet tient à cœur du président du Département de
la Vienne, Bruno Belin. A
l'étude depuis 2012, la
réalisation de ce lieu
unique dédié à l'histoire
du Poitou a connu plusieurs rebondissements.
L'Historial devrait prendre place à l'intérieur du
château de Monts-surGuesnes, dans les ailes
Nord et Ouest. Des espaces
supplémentaires pourraient être aménagés en
sous-sol. Monts-sur-Guesnes, au nord du département de la Vienne, est une
commune d'un peu moins
de 800 habitants dont les
fondations remontent aux
Gaulois et se sont développées au Moyen-Age.

« L'Historial sera à 35 km des
deux principaux sites de la
Vienne, le Center Parcs et le
Futuroscope, mais également
de Chinon, de Fontevraud et
surtout à moins de 30 km de
deux sorties d’autoroutes,
l'A10 et l'A85, sans omettre
deux gares TGV. Le choix de
cette localisation ne manque
pas d’arguments », souligne
Bruno Belin.
Les fondations du château remontent au XIIIe siècle. Il a été classé Monument historique en 1979.
En 1981, puis en 1989, la
municipalité acquiert le
site et des travaux de rénovation sont menés. Il abrite
désormais la mairie, la
bibliothèque, l'office de
tourisme et trois gîtes.
L'implantation se ferait sur
450 m2 dans le château et
1 000 m2 en sous-sol de la
cour carrée centrale. Des

L’Historial du Poitou doit faire le lien entre passé et présent.

fouilles préventives d'archéologie sont à prévoir,
avant d'éventuels travaux.

Des parcours
immersifs
Retraçant l'histoire du
Poitou, le contenu se
déploierait à travers plusieurs espaces chrono-thématiques. Un comité scientifique, présidé par le
professeur Jean-Marie
Augustin avait d'ailleurs

présenté plusieurs thèmes : guerres et batailles,
religions, les femmes en
Poitou, pouvoir et territoire,
activité économique, culture et savoir, mythes et
légendes. Le tout serait
décliné en six périodes : la
préhistoire, l'antiquité, le
Moyen-Age, la Guerre de
Cent ans, la Renaissance et
l'époque contemporaine.
« Ce n'est pas un musée, car
l'Historial ne posséderait pas

de collection permanente, mais
des parcours immersifs sont
envisagés avec des expositions, des projections, des bornes interactives …, explique
Denis Brunellière, directeur
de la SEM Patrimoniale de
la Vienne. Il s'agit avant tout
d'un équipement ludique et
grand public qui doit mixer
pédagogie (tout en gardant la
rigueur scientifique), culture
et loisirs. » Il a pour vocation
de devenir un outil de promotion du territoire.
Une étude réalisée par le
cabinet In Extenso sur la faisabilité du projet a mis en
avant l'objectif de 40 000 à
50 000 visiteurs annuels
pour assurer la rentabilité
du site. Le projet s'établirait
à 7,2 millions d'euros, dont
2,5 millions serait apportés
par la SEM Patrimoniale.
Une procédure de mise
en concurrence de la

concession a été émise
pour la conception, la réalisation et l'exploitation.
Actuellement, un seul groupement porté par la SEM
Patrimoniale et Sites & Cie
s'est déclaré. Plusieurs partenaires sont impliqués : la
conception et la maîtrise
d'œuvre seraient dévolues
à l'Agence Goutal, les travaux iraient au groupe
Soporen-Lefèvre et la scénographie à La Prod est
dans le Pré. L'exploitant
sera Sites & Cie. La société
gère aujourd'hui cinq sites
dont trois en Vienne (Planète Crocodiles, la forteresse d'Angles-sur-l'Anglin
et le Roc-aux -Sorciers).
L'objectif est de signer le
contrat avant la fin de l'année 2018. « C'est un beau projet et l'occasion de créer un
équipement structurant. » ◆
MATHILDE WOJYLAC

INFO-ÉCO 2 Tourisme en Vienne
I V I Info-éco 2

Juillet-Août 2018

PARC DE LOISIRS

Horizon 2022 : le Parc du Futuroscope
prend un nouvel envol
Les annonces des nouvelles attractions se font les unes derrières les autres et le Futuroscope suscite
toujours autant l'intérêt d'un public intergénérationnel. Pour les 5 ans à venir, le directeur d'exploitation,
Rodolphe Bouin va consacrer 70 millions d’euros au développement du parc et promet un véritable
bouleversement dans les dix ans à venir. Entretien avec un directeur ambitieux connaissant le parc comme
sa poche et souhaitant le rendre incontournable.
Info-éco / Pour votre premier exercice, votre challenge est de taille avec un
budget de 70 M€ ?
Rodolphe Bouin / C'est
le plus important investissement en 5 ans jamais
réalisé au parc du Futuroscope, cela représente
environ 13 M€ par an
contre 10 M€ auparavant.
64 M€ sont apportés par la
Compagnie des Alpes,
4,5 M€ par la SEM Patrimoniale de la Vienne pour les
travaux neuf et 1,5 M€
pour les grosses réparations. Ce n'est que 10 %
supplémentaire de l'investissement, mais ça change
la donne, notamment pour
un débit horaire plus fort.
Notre objectif pour les prochaines attractions est
d'atteindre les 1 000 visiteurs à l'heure, actuelle-

ment nous sommes plutôt
entre 500 et 800 visiteurs
à l'heure. Il nous faut de
grosses machines qui font
de la satisfaction et de la
qualité. Dans ce plan,
notre attraction phare sortira fin 2019. A l'horizon
2025, il en faudrait idéalement trois de plus pour
changer l'expérience. Il est
important pour nous de
souligner le soutien du
département de la Vienne
car il n'a aucune obligation, sans omettre les
deux autres projets qu'il
soutient, la soufflerie et
l'Arena. Nous travaillons
en étroite collaboration
avec le président Bruno
Belin et ses équipes, mais
nous n'intervenons pas
dans l'investissement.
Info-éco / Quels sont

vos projets pour L'Arena ?
R. B. / Dans ce bel écrin
de 5 800 places, nous avons
prévu 45 dates en continu
du 15 juillet au 31 août et
ainsi nous pourrons communiquer plus facilement.
Nous fonctionnerons en
mode billetterie supplémentaire, avec une représentation par jour, si nous
arrivons à transformer 10
à 20 % de nos visiteurs ce
serait bien. Récemment,
notre couple Olivier Heral,
le créatif et Elodie Arnaud,
l'ingénieure se sont rendus
Outre-Atlantique, à Las
Vegas et Orlando pour
aller repérer des pépites.
Nous devons proposer du
lourd.
Info-éco / Plus proche
dans le calendrier, l'arrivée
de la soufflerie ZérOGra-

Rodolphe Bouin

“ Il nous faut
de grosses
machines
qui font de
la satisfaction et
de la qualité ”
vity, va t-elle doper l'attractivité du parc ?
R. B. / Prévu fin 2019,

c'est un beau projet porté
par Fabrice Crouzet et supporté par le Département
à hauteur de 40 %. Ce gros
bâtiment haut de 25 m va
indéniablement densifier
l'attractivité de la zone.
Leurs caisses seront proches des nôtres. Nous
allons également commercialiser l'activité au
sein du parc, mais l'essentiel est de valoriser ce produit assez rare en France
et d'apporter aux visiteurs
une autre expérience.
Info-éco / Le parc nous a
habitué à une nouveauté
par année, que nous préparez-vous pour 2019 ?
R. B. / Tout d'abord,
nous allons faire un gros
câlin aux enfants en
modernisant « Le monde
des enfants » et en ajou-

tant deux nouvelles attractions pour avril 2019. Après
Sébastien Loeb qui est plutôt masculin, là, ce sera
encore plus familial et à
coup sûr une belle surprise. Puis, fin 2019, nous
ouvrirons les portes de
notre centre d'entraînements spatial, notre plus
important investissement,
18 M€. Le nom final n'est
pas défini, pour le
moment, c'est la mission
Kepler, une attraction à
sensation et familiale, elle
a pour ambition de faire
9,5/10 en terme de satisfaction. Notre volonté est
de doper l'attractivité de la
zone en proposant de nouvelles natures d'expériences afin de poursuivre
cette évolution. ◆
PROPOS RECUEILLIS PAR
LYDIA DE ABREU

PATRIMOINE

Charroux et Mont-sur-Guesnes
affichent leur patrimoine
Charroux et Monts-sur-Guesnes sont les deux premières communes de la Vienne a avoir obtenu le label
Petites Cités de Caractère, la reconnaissance d’un patrimoine remarquable, valorisé et animé.

C

harroux
et
Monts-sur-Guesnes sont devenues les deux premières
communes de la Vienne à
obtenir la label Petites
Cités de Caractère. « C'est
la reconnaissance qualitative
de votre travail de valorisation du patrimoine, explique
le président du Département, Bruno Belin. Ce sont
des retombées touristiques
pour notre territoire. Et ce
label permet d'inscrire ces
deux communes dans un
réseau plus vaste. » Les Petites Cités de Caractère sont
143 au niveau national,
dont 25 en Nouvelle-Aquitaine. « Notre rôle est d'aider
et de valoriser les communes
de moins de 6 000 habitants,
atypiques et rurales, disposant d'un patrimoine fort et
dense, souligne Alain

L’abbaye de Charroux est gérée par le Centre des monuments
nationaux.

Delage, président de PCC
pour la Nouvelle-Aquitaine. Nous travaillons à
fédérer ces communes et les
acteurs touristiques pour
sauvegarder, restaurer, valoriser et animer ce patrimoine
car c'est un formidable levier
pour les territoires. » Montssur-Guesnes a commencé
sa réflexion en 2013 pour
peu à peu structurer sa

démarche et arriver
aujourd'hui à son homologation. Charroux a
démarré en 2014. « Ces
deux cités ont tous les atouts
pour entrer dans notre réseau
et vont sûrement en entraîner
d'autres en apportant des
retombées touristiques et économiques pour le département. » Ainsi, Château-Larcher a également déposé

Le château de Monts-sur-Guesnes.

un dossier et sa labellisation pourrait suivre en
septembre.

Deux communes
au patrimoine riche
Commune du nord du
département de la Vienne,
point culminant du Loudunais, Monts-sur-Guesnes est un village d'un peu
plus 800 habitants. Il s'est
construit autour de son

château médiéval. Datant
de la fin du XVe siècle, la
forteresse abrite une frise
sculptée retraçant l'histoire de la ville. Parmi les
personnalistes illustres,
Louis XI et Henri IV
auraient séjourné sur
place. L'église Saint-Laurent-et-Saint-Hilaire a été
érigée à proximité. La forêt
de Scévolles offre aussi un
lieu de promenade idéal.

Dans le sud Vienne,
l’histoire de Charroux
commence avec son
abbaye Saint-Sauveur fondée en 789. Au fil des siècles, l’abbaye devient un
centre religieux principal
de la chrétienté : il s’y tient
le 1er concile de la Paix de
Dieu en 989. Outre son
abbaye, le village possède
un exceptionnel bâti
médiéval : maisons à pans
de bois, maisons du XVe et
XVIe siècles, halles où se
tenaient les foires, porte
de l’Aumônerie, ancienne
entrée principale de l’abbaye, châteaux et caves.
Enfin, Charroux est une
étape sur le Chemin de
Saint-Jacques de Compostelle. A ce titre, elle est
dotée d’une maison pour
l’accueil des pèlerins. ◆
M. W.

INFO-ÉCO 2 Tourisme en Vienne
I VI I Info-éco 2

Juillet-Août 2018

SAUVEGARDE

Un loto à la rescousse
du patrimoine local
Quatre sites en Vienne ont été sélectionnés pour bénéficier du Loto du patrimoine, dont les fonds
récoltés serviront à financer les travaux de réhabilitation de patrimoine en péril.

L

e Gouvernement a
lancé en fin d'année dernière, l'idée,
comme en Grande-Bretagne, d'un « Loto du patrimoine ». Depuis plus de
20 ans, lorsque les Britannique achètent un ticket
de loto, un part est réservée au financement des
art, du patrimoine, du
sport de haut niveau et

d'œuvres caritatives.
En France, la Française
des Jeux va ainsi créé un
Loto spécial dont le tirage
aura lieu la veille des Journées européennes du
patrimoine (15 et 16 septembre 2018). Des jeux de
grattage spécifiques seront
aussi commercialisés à
partir du 3 septembre. La
part des recettes de ces

jeux revenant à l'Etat, et
estimée entre 15 à
20 millions d'euros, sera
dès 2018 affectée à un
fonds spécifique au sein de
la Fondation du patrimoine. Ce fonds doit servir
à la réhabilitation du patrimoine en péril, protégé ou
non au titre des monuments historiques.
Le président de la Répu-

blique a confié à Stéphane
Bern la mission d'identifier
ce patrimoine. Une première campagne de restauration a été présentée,
elle comprend 251 sites
prioritaires, dont 18 projets
emblématiques, répartis
sur tout le territoire national. Si les 18 lieux remarquables seront immédiatement dotés pour

démarrer les premières
tranches de travaux, les
autres projets seront abondés en fonction des chiffrages effectués. Au total, les
financements exprimés
s'élèvent à 54 millions
d'euros. Le loto est aussi
une façon de mettre en
avant ce patrimoine et de
faire appel au financement
participatif et au mécénat

des entreprises. L’opération sera reconduite
chaque année.
En Vienne, quatre sites
ont été retenus parmi la
liste des sites prioritaires :
l'Abbaye de La Réau, le
château de Marmande, le
château de Montreuil-Bonnin et le carillon de l'église
Saint-Jacques à Châtellerault. ◆

VELLÈCHES

Ouvrir le château de Marmande
Au Nord du département de la Vienne, à la frontière avec l'Indre-et-Loire, à Vellèches, le château de
Marmande domine la campagne, notamment par sa tour de 30 mètres de haut.

L

a tour de Marmande est visible
de loin. Du haut de
ses 30 mètres, elle domine
la campagne environnante. Elle fait partie d'une
enceinte fortifiée, avec un
logis et deux ailes de communs, ainsi que de nombreux souterrains. « C'est un
lieu frontière où de grandes
familles se sont croisées »,
explique Véronique Kleiner, la propriétaire.
Le site a été classé au
titre des Monuments historiques en 2015. Peu de
restaurations ont été
entreprises auparavant, ce
qui en fait un site

« authentique », qui n'a
pas beaucoup évolué
depuis sa construction.
« Toute l'histoire des châteaux-forts est rassemblé ici
en un seul lieu. » De la
période avant l'an mil, il ne
subsiste que les souterrains, puis le premier château en pierre est érigé.
Peu à peu des éléments se
rajoutent, dont l'enceinte
et les tours. « C'est en réalité
un chantier permanent. Les
époques se retrouvent dans
les différentes strates du château. Après, le site reste un
château à taille humaine où
l'histoire médiévale est
inscrite dans ses murs. »

La tour du château de Marmande avait ici encore son toit. Il a été
fragilisé par de forts coups de vent en 2016 et déposé.

Construit sur un éperon
rocheux, il marque le paysage. « Il est vraiment à la
frontière de plusieurs
régions : la Touraine, le Poitou
et l'Anjou, ce qui en fait un

objet d'étude. »

Reconstruire pour
ouvrir
Le site est ouvert occasionnellement au public.

Des visites commentées
ont lieu ou une fois par
mois des animations sont
programmées. Les 21 et
22 juillet, se tiendra par
exemple des portes-ouvertes dans le cadre de la
manifestation Partir en
livre, avec la présence
d'auteurs-illustrateurs.
Pour l'ouvrir plus largement, des travaux sont
nécessaires. Le site a
d'ailleurs été retenu pour
faire partie des bénéficiaires du Loto du patrimoine.
« Le premier chantier consiste
en des travaux de préservation pour éviter l'écroulement
de la muraille extérieure. Les

phénomènes climatiques
aggravent son état de fragilité. Ce programme est nécessaire pour une ouverture au
public en toute sécurité. » Le
montant des travaux est
estimé à deux millions
d'euros. « Cet événement,
c'est une belle opportunité.
Cela nous permet de montrer
le bâtiment. » C'est un premier pas, car d''autres
chantiers sont en attente
comme la couverture de la
tour et des courtines. Véronique Kleiner cherche par
ailleurs des mécènes pour
mener plusieurs campagnes de restauration. ◆
MATHILDE WOJYLAC

MONTREUIL-BONNIN

Réhabiliter le donjon de Montreuil-Bonnin
A l’ouest de la Vienne, entre Lavausseau et Vouneuil-sous-Biard, le château de Montreuil-Bonnin espère
remettre un toit à son donjon pour le sauver.

H

aut lieu de l'histoire du Poitou, le
site mêle architecture médiévale et militaire.
Le château de MontreuilBonnin aurait été construit
pour le fils de la fée Mélusine. Les premières traces
datent du XIe siècle, mais le
château actuel aurait été
bâti au XIIe siècle, sous les
Plantagenêts. Son histoire
se poursuit pendant les
Guerres de religion. De
nombreuses personnalités
sont passées par ce lieu :
Aliénor
d'Aquitaine,
Richard Cœur de Lion, Blanche de Castille, Saint-Louis

ou encore Henri IV. Le lieu
est un avant poste pour la
protection de la ville de Poitiers. Il va également abriter
un atelier monétaire. Seulement quatre sites en
France permettaient de
frapper monnaie, Montreuil-Bonin était l'un d'eux.
A la Révolution, il est
démantelé et sauvé de la
ruine par un rachat. Il est
classé monument historique en 1940. « Ce château
est dans ma famille depuis
155 ans. Nous l'avons repris
avec mon mari en 2012 »,
explique Isabelle Dupont,
la propriétaire. Chaque

année, avec l'architecte et
la Drac, direction régionale
des affaires culturelles, des
travaux sont réalisés.
La voute du donjon s'est
effondrée et les planchers
des trois étages n’existent
plus. Dans les murs de
trois mètres d'épaisseur,
un escalier est taillé. Des
conduites de cheminées
sont encore visibles. Avec
l'effondrement, le donjon
est désormais ouvert aux
aléas climatiques et des
pierres s'échappent régulièrement. « Nous ne pouvons pas ouvrir au public,
c'est trop dangereux. »

Le donjon doit retrouver un toit.

Le donjon du château de
Montreuil-Bonin a donc
été sélectionné pour béné-

ficier des gains du Loto du
patrimoine. « C'est une très
bonne idée. En Angleterre,
cette formule marche très
bien. Chacun participe ainsi à
la sauvegarde de l'histoire
française. Nous sommes très
touchés d'avoir été retenus. La
remise en état du donjon nous
semblait inaccessible, aujourd'hui, le projet devient réalisable. » Il s'agirait d'enlever
la végétation et de refaire
la voute, mais en bois à la
place de la pierre. Ensuite,
le plancher sur les trois
niveaux pourra retrouver
sa place. Ce projet se
monte à 510 000 €.

Actuellement, un sentier
pédestre permet de faire le
tour du site. Des panneaux
pédagogiques évoquent
l'histoire et l'architecture
du lieu. Plusieurs restaurations ont permis de réhabiliter les remparts et une
grange à l'intérieur du site.
Le logis Renaissance est en
très bon état. Sa location
finance l'entretien et certains travaux. De plus, les
Amis du château organisent des concerts ou restitutions médiévales pour
faire vivre et connaître le
site. ◆
M. W.

INFO-ÉCO 2 Tourisme en Vienne
I VII I Info-éco 2

Juillet-Août 2018

PATRIMOINE

Une fête pour récolter des fonds
à l’Abbaye de la Réau
Pour récolter des fonds pour sa reconstruction, l'Abbaye de La Réau, joyau du patrimoine du Poitou,
organise une grande fête le 30 septembre. Le mur nord de l'abbatiale, ainsi que la couverture sont en péril.

A

Saint-MartinL'Ars, l'Abbaye
Notre-Dame de
La Réau a rouvert ses portes il y a un peu plus d'un
an, en avril 2017, grâce à
l'action de Michel Guyot et
Noémi Brunet. Ce couple
de passionnés a redonné
vie au lieu et continue de
travailler à sa sauvegarde.
Construit au XII e siècle,
classé monument historique en 1941, le bâtiment
principal abrite une vingtaine de pièces (salle capitulaire, scriptorium, salon,
chambres, infirmerie, lingerie, réfectoire, chapelle …). Les salles ont été
meublées et décorées
comme si tout était resté
tel qu'au XVIIIe siècle. « L'idée était de faire transparaître
la vie quotidienne, explique
la propriétaire. Chaque visiteur peut se balader, déambuler librement dans les pièces,
découvrir la vie monastique
en lisant de petites notes. » Un

peu plus loin, se trouvent
les ruines de l'église abbatiale, à ciel ouvert. Il y a
aussi une tour à mâchicoulis du XVe siècle.
Peu à peu, le lieu s'installe dans le paysage touristique du sud-vienne. « Le
site était fermé depuis plusieurs années. Nous avons eu
8 000 visiteurs pour notre première année (avril à octobre
2017). Pour faire face aux
charges, l'abbaye devrait en
accueillir 10 000. » Les visites
fonctionnent bien, notamment à destination des
scolaires. Des ateliers parchemin, enluminure ou
taille de pierre sont organisés. « Nous expliquons le travail des moines, puis les
enfants peuvent inventer leur
propre écriture et réaliser des
dessins avec des pigments
naturels sur de vrais parchemins. Les enfants en redemandent, c'est un bon indicateur. »
Toujours dans le même
esprit, l'abbaye offre depuis

L’Abbaye de La Réau dispose d’un parc de plus de 15 hectares.

cette année, la possibilité
de dormir dans les cellules
monastiques, au 2e étage.
« Chacun peut se mettre dans
la peau d'un moine et venir
dormir sur place, comme à l'époque, avec simplement une
lanterne, de vieux draps et une
couverture de laine. Le lieu est
propice au lâcher prise, à la
méditation. C'est une
atmosphère particulière, une
ambiance un peu hors du
temps avec le champs des grenouilles, les ombres sur les
pierres … C'est un retour aux
sources de soi et du lieu. » Au

mois d'août, une pièce de
théâtre, “Aliénor et Fred“,
sera jouée quatre fois dans
la salle capitulaire. Si des
nouveautés sont mises en
place pour passer cette
barre des 10 000 visiteurs,
l'abbaye espère bénéficier
d'un joli coup de pouce en
ayant été sélectionnée
pour le Loto du patrimoine.

Une grande fête
En effet, l'Abbaye de la
Réau a été retenue dans la
liste de 251 chefs d'œuvre
en péril. « C'est une belle idée

pour mobiliser tous ceux qui
aiment le patrimoine, mais
pas seulement. » Les gains
serviront à la restauration
et la remise en état des
lieux. « Nous avons réalisé
un diagnostic structurel et le
mur nord de l'abbatiale est
vraiment fragile. Il y a aussi
les centaines de seaux que
nous disposons sous les toits
car il y a des fuites de partout.
Il faut entièrement revoir la
couverture, ainsi que le toit de
la tour du XVe siècle. » L'objectif est ainsi de rassembler 800 000 euros. Noémi
Brunet le confirme : « Des
travaux sont indispensables
à l'abbaye. Nous avons eu un
coup de cœur, mais elle a
cruellement besoin d'être prise
en main. Nous ne sommes
pas milliardaires, c'est vraiment les entrées et les dons
qui font avancer les travaux,
la remise en état du site. Nous
indiquons par exemple qu'une
entrée nous permet d'acheter
trois tuiles. »

Pour attirer encore plus
de monde et de fonds, les
propriétaires ont décidé
d'organiser une grande fête
le dimanche 30 septembre.
« L'objectif est à la fois de
découvrir le lieu et de s'amuser,
de mêler toujours ludique et
pédagogique. » Ainsi, il y aura
des démonstrations de
vieux métiers, mais aussi
des cascadeurs, des cracheurs de feu, des dresseurs, des départs en montgolfière, des vols de
rapaces … La journée sera
animée avec un concours
d'attelage, des baptêmes de
poneys, des courses en
sacs, des ateliers de taille de
pierre, un tournoi de chevalerie, des engins de tirs
médiévaux … Près de
80 exposants seront là pour
illustrer toutes les richesses
du territoire aussi bien gastronomiques, qu'artisanales ou culturelles. ◆
MATHILDE WOJYLAC

Plus : www.abbayedelareau.com

Info-eco
mensuel papier
Info-eco 2.0
hebdomadaire
numérique

Abonnez vous !
Je souscris un abonnement :
o 1 AN à Info-éco (papier et numérique)
pour 129€ avec ses suppléments.
o 2 ANS à Info-éco (papier et numérique)
pour 200€ avec ses suppléments.
info-eco.fr
site internet
24h/24

Nom et prénom ou raison sociale : ……………………………………….…
Profession : …………………………………………………………………..
Tél. ……………………………………………………………………………
Adresse : ………………………………………………………………………
CP : …………… Ville : …………………………………………….…………
Adresse mail (obligatoire) : ……………………………………………….…

Bon à remplir ou recopier et à retourner accompagné de votre règlement à :
Public Media • BP 70047 • 16700 • RUFFEC • Tél. 05 45 31 06 05

1987 : Futuroscope

2015 : Center Parcs

2021 : Arena Futuroscope

2021 : Historial du Poitou

ICI

en 2021

Le Département agit au quotidien
pour l’attractivité de la Vienne

Q lavienne86.fr



Documents similaires


ie2 tourisme
secrets du poitou
ie31 01 08 2014
mes saveurs preferees bd
support debriefing sia 2019 1
ie2 tourisme 2015


Sur le même sujet..