la réconciliation des hérétiques.pdf


Aperçu du fichier PDF la-reconciliation-des-heretiques.pdf - page 1/130

Page 123130



Aperçu texte


ABSOLUTION OU CONFIRMATION ?
LA RÉCONCILIATION DES HÉRÉTIQUES

On a trop écrit sur la réconciliation des hérétiques aux premiers siècles et il est bien tard pour reprendre un dossier tant
de fois compulsé. L'examen n'en a jamais abouti qu'à l'une
ou à l'autre de deux solutions, qui s'opposent, sans parvenir à
écarter les difficultés qu'elles se font mutuellement. Il n'y
aurait donc profit, semble-t-il, à rouvrir le débat qu'à condition
de pouvoir verser au dossier des pièces nouvelles et de nature à
introduire des éléments nouveaux de solution. Or, cette possibilité, on croit qu'elle existe, et c'est pourquoi l'on se permet
de revenir sur un sujet en apparence épuisé.

Sans reprendre la question dans tous ses détails, voici,
semble-t-il, où en est le point critique : on n'arrive pas à s'entendre sur la nature et la portée d'une communication du SaintEsprit, qui est faite, aux convertis de l'hérésie.
Cette communication, les documents l'attestent. En cas de
baptême validement reçu dans l'hérésie, l'admission dans
l'Église catholique se faisait en Orient par une onction, en
Occident par une imposition des mains, sans onction à Rome
et en Afrique, avec onction préalable en Espagne et en Gaule.
Or, cette onction, là où elle avait lieu, ne correspond pas
seulement à la chrismation postbaptismale, où l'on reconnaît,
pour l'Orient, le sacrement de confirmation; la formule dont elle
s'accompagne, est celle-là même qui, dans l'Église grecque,
est considérée comme étant la forme traditionnelle de ce même
sacrement. L'imposition des mains, d'autre part, s'accompagne
elle aussi de l'invocation solennelle de l'Esprit septiforme,
caractéristique, en Occident, de l'administration de la confirmation. Comme les documents pontificaux les plus explicites