la réconciliation des hérétiques.pdf


Aperçu du fichier PDF la-reconciliation-des-heretiques.pdf - page 7/130

Page 1...5 6 789130



Aperçu texte


quable que personne ne le prouve. Il semble cependant
que la
réalité en soit pour le moins contestable. Aussi, est-ce
par là
que nous voudrions nous-même aborder le sujet. Si, comme
nous le croyons facile, nous parvenons à démontrer que la
collation du Saint-Esprit, par voie d'onction
ou d'imposition
des mains, n est pas nécessairement à identifier
avec ce que
nous appelons aujourd'hui le sacrement de confirmation, mais
peut correspondre aussi bien à ce que nous appelons l'absolution pénitentielle, le problème se présentera, nous semble-t-il,
sous un jour sensiblement nouveau. La solution définitive n'en
sera peut-être pas trouvée pour cela; mais du moins pourra-t-on
en reprendre les données traditionnelles sans craindre d'aboutir
une fois de plus à l'impasse fatale. La difficulté aura changé
de place; elle aura été reportée plus haut, à la conception
première du sacrement de confirmation et de sa distinction du
baptême et une étude ultérieure pourra seule montrer s'il
ya
perte ou profit à ce déplacement.
PREMIÈRE PARTIE

La collation du Saint-Esprit et l'absolution
I

Partons de vérités certaines. La présence du Saint-Esprit
dans l 'âme juste en est une. On sait son importance dans la
doctrine catholique et traditionnelle de la justification. La prédication commune et élémentaire y insiste moins aujourd'hui
;
c est sur le principe formel et immédiat de la vie surnaturelle
que se concentre 1 attention la grâce sanctifiante est aux yeux
des fidèles le don premier et essentiel,
que Dieu leur fait
au moment de leur régénération et dont le péché mortel les
prive et les dépouille. A beaucoup, cetteréalité créée dérobe
même la vue du don incréé, qui la produit et l'accompagne
toujours et qui est la personne même de l'Esprit-Saint. Il n'en
fut pas toujours ainsi. Longtemps, jusqu'aux jours
en somme
où se distinguèrent, en se précisant, les notions de grâce
: