Le silure du Rhône bilan de trois décennies de suivi .pdf



Nom original: Le silure du Rhône _ bilan de trois décennies de suivi.pdfTitre: Diapositive 1Auteur: jp.faure

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office PowerPoint® 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/08/2018 à 01:04, depuis l'adresse IP 109.12.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 542 fois.
Taille du document: 6 Mo (49 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le silure du Rhône :
bilan de trois décennies de suivi

La Tour de Salvagny, 21/07/2016

©Rémi Masson

Jean-Claude TANZILLI, Guide de pêche professionnel
Jean-Pierre FAURE, Directeur technique FDAAPPMA69

Le silure : un passé mouvementé
• Présence attestée dans le bassin du Rhône il y a 8 millions d’années
• 8% des fossiles de poissons, prédateur dominant avec le brochet et
l’anguille

(diatomites du Coiron en Ardèche, source : http://www.musee-fossiles.com ;
Mein et al, 1983)

Présent dans le bassin du Rhône…
L’Europe vers -10.5Ma

Puis entre -5Ma
et -2.6Ma :
Danube
Doubs

Rhin
Rhin/Rhône

…car le Rhône et le Danube étaient liés.

=>Nombreuses
connexions!

=> Disparition probable lors des
glaciations vers -2Ma

• Disparition après plusieurs millions d’années de cohabitation
avec les ancêtres des :
– gardons, rotengles, tanches, goujons, loches, vairons, blennies,
barbeaux, ablettes, spirlins, vandoises, perches, brochets, anguilles
(Persat et Keith, 2011)

• Cohabitation qui va se poursuivre au sein d’autres fleuves :

Réchauffement

Refuge
glaciaire

• Entre -14000 et 3500
av. JC :
– populations
contemporaines
localisées en Suède,
Finlande, Danemark
– + Meuse, Rhin (lacs
suisses de Neuchâtel,
Bienne et Morat)

=> Dispersion et
recolonisation
naturelle de
l’espèce

En France, dans le bassin du Rhin, 1569,
sud de Strasbourg (rivière Ill ; Baldner, 1666) …

• Captures relatées jusqu’en 1740 ;
• « Petit âge glaciaire » fin 1500 jusqu’en 1850 + probable surpêche
=> Disparition de l’espèce (à nouveau?!)

• 1857 : introductions dans le Doubs via une pisciculture
alsacienne, sans suites.
• 1956 : 29 sujets du Danube dans un étang de Lescheroux (01)
• 1968 : introduction de leur progéniture dans la Sane morte =>
Seille => Saône => Rhône…
• + pisciculture de Sylvereal (Camargue) dans les années 70

=> retour en moins de 30 ans, 2Ma plus tard…

• Une abondance croissante en Saône aval jusqu’à la fin des
années 90,
• Une progression plus tardive en Saône amont.

Mais, ces dernières années…
0,06

0,03
Effectif/EPA >0+

Nombre de silure/EPA

CPUE silure

0,025

0,04

0,02

0,03

0,015

0,02

0,01

0,01

0,005

0

CPUE silure (ind./h)

Effectif/EPA 0+ (<20cm)

0,05

0
2009

310 EPA

2010

2011

2012

2013

2014

2015

(558)

(551)

(585)

(689)

(861)

320 EPA 320 EPA 315 EPA 315 EPA 315 EPA 295 EPA
Année de suivi, (nombre de pêcheurs), nombre d'EPA

• Captures des pêcheurs et captures en pêche électrique en baisse
(divisées par 2,5 respectivement en 5 et 7 ans)

• Pour quelles raisons?
• Grands spécimens très rarement capturés dans les suivis, quels qu’ils
soient ; quelle signification de toutes les observations faites jusqu’à
présent ?
• Toujours de nombreuses questions du public et des pêcheurs sur une
espèce atypique, de très grande taille (dans le Rhône, actuellement 2m73)
• Un débat national ouvert sur sa gestion, une demande de classement en
« espèce susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques »
formulée par les pêcheurs professionnels, de multiples demandes de
pêches de destruction ;
=> Besoin urgent d’informations
– Un guide de pêche professionnel, spécialisé sur le silure en particulier sur le
bassin du Rhône, en aurait noté quelques unes …

… jeu de données de J-C Tanzilli :
• Plus de 2600 sorties pêche consignées dans des cahiers de
captures de 1988 à 2015 ;
• Plus de 17 000 captures de silures sur cette période ;

• Un total de 3883 contenus stomacaux de silures analysés ;
• Tatouage codifié de 720 spécimens entre 1993 et 2004 pour
étudier leur croissance et leurs déplacements…

• 3 secteurs principaux :
– Saône aval
– Rhône moyen
– Rhône aval

• Extraits vidéos de pêche, contenus stomacaux,
marquages :

Résultats :
8

0,8

7

0,7

6

0,6

• Une baisse d’abondance confirmée,
retour aux valeurs des années 1980

5

0,5

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

0

1996

0

1995

0,1

1994

1

1993

0,2

1992

2

1991

0,3

1990

3

1989

0,4

1988

4

Prises de silures (en ind./h)

Prises de silures (en ind./h)

1,2
CPUE Rhône moyen ind./h
1

CPUE Rhône aval ind./h

CPUE silure (ind./h)

CPUE Saône ind./h
0,8

0,6

0,4

0,2

0

• Un phénomène identique et concomitant sur les 3 secteurs
suivis, pourtant éloignés et cloisonnés par des barrages ;
• mais pourquoi?

L’apport des contenus stomacaux :
50

Taux d'estomacs avec contenu (%)

45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
janvier

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

(5)

(4)

(4)

(5)

(8)

(6)

(8)

(8)

(8)

(4)

Mois (nombre d'années de données)

• Activité irrégulière des silures : ¾ des estomacs vides

novembre décembre
(3)

(4)

Végétaux
aquatiques/terrestres
2,4%

Mammifères
1,3%

Nourriture humaine
1,1%

Oiseaux
1,1%
ND
0,2%

Reptiles et
amphibiens
0,5%

Ordures ménagères
2,9%
Substrat
3,8%
Poissons
38,9%
Ecrevisses
américaines
20,1%

En
nombre :

Bivalves et
gastéropodes
28%

Un estomac bien accroché…
• Un éventail spectaculaire de déchets en tous genres :
– Sacs, débris, déchets de plastique et de cartons, tissus,
polystyrène, aluminium, piles, tong, …
– Saucisson, maïs, pomme de terre, carotte, poireaux,
poulet, queue de bœuf, gruyère, pomme, bouteille d’eau
et canette de bière…
– Préservatifs, serviettes hygiéniques, tampons usagés,
cotons-tiges, couches…
– Tube de dentifrice

TAN
3,0%

En
nombre :

LPM ALR ROT
PER BRO 0,8% 0,8% 0,5% LOU
BAF 1,8% 1,5%
0,3%
2,3%
ANG
2,5%

GAR
3,6%

BRE
30,7%

SAN
3,6%

CHE
4,8%

CCO
6,3%

CAG
7,1%
PCH
14,0%

MUP
7,6%

SIL
8,9%

Ecrevisses américaines
1,8%
Oiseaux
2,0%

Mammifères
2,0%

Reptiles et amphibiens
0,9%

Nourriture humaine
0,2%

Ordures ménagères
0,2%

Végétaux
aquatiques/terrestres
0,1%
ND
0,0%

Bivalves et gastéropodes
4,7%

En
biomasse :

Substrat
0,2%

Poissons
87,9%

En
biomasse :

% de la biomasse consommée

100
80
60
40
Taille 171-250cm (n=53)
Tailles 110-170cm (n=299)
Tailles <110cm (n=48)

20
0

• Avec l’âge, les choses changent…

% de la biomasse consommée

100
80
60
40
Taille 171-250cm (n=53)
Tailles 110-170cm (n=299)
Tailles <110cm (n=48)

20
0
BRE MUP SIL

CCO TAN BAF CHE CAG SAN ANG BRO PCH LPM GAR PER ROT

…Cannibalisme!

280

18

260

240

14
220
12

200
10
y = 4,0241ln(x) - 3,0369
R² = 0,8111

180

8
160
6
140

4

120

2
y = -0,0009x 3 + 0,0414x 2 - 0,292x + 0,4949
R² = 0,8075
0

100

Taille maximale des silures capturés (cm)

16

y = 0,001x 4 - 0,0595x 3 + 0,8758x 2 + 2,2776x + 156,32
R² = 0,9586

1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015

Proportion de la population de silures capturée (%)

20

% >170cm

% >200cm
Tmax
Log. (% >170cm)
Poly. (% >200cm)
Poly. (Tmax)

Marquages/recaptures
• 94 recaptures exploitables
• En moyenne, 3 ans entre marquage et reprise
• Jusqu’à plus de 10 ans pour certains silures
=> Résultats :

Croissance :

Distance parcourue (km)

Migrations des silures marqués et recapturés
18
17
16
15
14
13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
-1
-2
-3
-4
-5
-6
-7

• Moins de 1km
parcouru pour
la plupart…

Minimum
Médiane

• Certains
poissons, 10
ans plus tard,
ont été repris
au même
endroit!

Maximum
Moyenne

≤110cm

≤140cm

≤170cm

>170cm

28

28

21

18

Taille lors de la capture initiale et nombre d'individus concernés

• Les jeunes
adultes se
déplacent le
plus : 2km en
moyenne, vers
l’amont

Une espèce fidèle :
• Sur 19 poissons déplacés de 18 km en aval à 4 km en amont
du lieu de leur prise initiale : 17 retours sur leur site d’origine!
• Des spécimens capturés au même endroit, puis séparés, ont
été repris ensembles sur un autre lieu…
• Les silures vivent au sein de tronçons de cours d’eau bien
précis, et donc les mêmes individus se côtoient probablement
pendant plusieurs décennies ; fidélité à un groupe?

Un sens olfactif exceptionnel
pour un poisson :

(d’après Kasumyan, 2004)

• Les poissons-chats sont capables de se reconnaître
individuellement :
– Acides aminés présents dans l’urée (Bryant et Atema, 1987)
– Phéromones présentes dans le mucus (Todd et al, 1967 ; Ali et al, 1987)

• Signaux utilisés dans les relations sociales de dominance et de
territorialité :
– l ’agressivité peut augmenter chez les porteurs d’odeurs « étrangères »

…ou comment apprendre à se reconnaître?
Pour retrouver, si éloignement, son territoire de chasse, sa place hiérarchique?

©Rémi Masson

Quelle gestion pour ce poisson…
atypique?

Quantités de grands silures capturés :
0,04

CPUE Silure >170 cm ( ind./h)

0,035

Retour en arrière et redynamisation
probable des populations?!!

0,03

0,025

Stabilisées depuis au moins 12 ans ;
0,02

0,015

0,01

0,005

0

Si classement « susceptible de provoquer des
déséquilibres biologiques » et destruction de ces
spécimens qui demandent au moins 15 ans de croissance

• Une espèce peut-être davantage susceptible de réguler des
déséquilibres biologiques que d’en causer :

• + ragondin

• Tarn :

Test :

• Quel oiseau représente la plus grande part de
biomasse dans le régime alimentaire du silure
en Saône?

Coût de l’abattage d’un cormoran adulte estimé
en 2002 à 150 € par individu (Maniglier, V. & Simon, G. 2002)

• => service écosystémique rendu par le silure

=> Quelle gestion?
• Les grands silures semblent bel et bien réaliser eux-mêmes la régulation de
leurs populations par cannibalisme ; ils exploitent des ressources
inaccessibles aux autres prédateurs (grands cyprinidés, vertébrés terrestres)
• Pour contrôler les effectifs de cette espèce, la méthode la plus simple et
efficace serait probablement de protéger les grands spécimens (>170cm)
avec une taille maximale de capture.
• En France, depuis la première loi sur la pêche fluviale de 1829, seul le
concept de taille minimale de capture est utilisé… modernisation à prévoir!!

(Malgré les bénéfices démontrés de la protection des grands individus chez
plusieurs espèces :
– meilleures capacités de reproduction,
– arrêt de la sélection génétique orientée sur les petits spécimens, tous relâchés
– meilleure résistance des populations aux tailles diversifiées face aux perturbations)
(Gwinn et al, 2015)

Des pratiques à proscrire :
• Image (et odeur!)
désastreuse envoyée
au grand public

Des perspectives :
• Expérimenter des déplacements d’individus, de groupes,
radiopistage…

• passes à poissons avec grands migrateurs : utiliser les sens
très développés du silure pour tester des répulsifs (cf. milieu
marin)
• Quid de l’évolution des populations? Stabilisation?
Modification de la croissance/survie des jeunes sujets? De
l’alimentation?
• Poursuivre le suivi de la pêche à la ligne spécialisée.
• Réglementation…

Crédits FNPF L. MADELON

Merci de votre attention…


Aperçu du document Le silure du Rhône _ bilan de trois décennies de suivi.pdf - page 1/49

 
Le silure du Rhône _ bilan de trois décennies de suivi.pdf - page 3/49
Le silure du Rhône _ bilan de trois décennies de suivi.pdf - page 4/49
Le silure du Rhône _ bilan de trois décennies de suivi.pdf - page 5/49
Le silure du Rhône _ bilan de trois décennies de suivi.pdf - page 6/49
 




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


du silure a ann ullin
0h2d8jh
rapport silure v53 1 interessant juillet2013
biologie colonisation et impact
biogeographie du silure
la peche du silure

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.013s