Programme Mons en Mieux.pdf


Aperçu du fichier PDF programme-mons-en-mieux.pdf

Page 1 2 3 456131




Aperçu texte


préparer les dossiers par l’Administration ou des consultants externes sans y ajouter
une plus-value personnelle justifiant pour une large part, sa propre désignation.

Il importe à nos yeux de fournir des ressources nouvelles notamment via la formation
permanente des agents communaux et des échevins pour améliorer la qualité des
projets.
2. Les règles à matière de politique communale sont contenues dans le Code de la
Démocratie Locale et de la Décentralisation. Il est bon que ces règles soient codifiées
et que leur respect soit assuré par le Ministre de tutelle mais le Code est lacunaire.
Nous ferons voter en Conseil communal des règlements-cadre pour le compléter.
Qu’il s’agisse de la participation des citoyens à la vie politique, de la gouvernance, du
respect des règles éthiques, de l’aménagement du territoire, de la collecte des
données (voir le point 5) ou bien encore de l’organisation du travail du Collège, des
règlements ayant une portée générale seront rapidement soumis au Conseil
communal, règlements qui auront pour objectif d’encadrer le travail politique durant
toute la législature.

3. L’examen des différentes propositions fera apparaître que « tout est dans tout ».
A titre d’exemple, les décisions prises en matière de mobilité visent à améliorer le
quotidien des montois en réduisant les engorgements aux entrées de la Ville, ce qui
implique notamment le retour du vélo dans nos rues et nos avenues mais cela
comporte dans le même temps des bénéfices en termes d’environnement et de santé
et par ailleurs, les solutions proposées augmenteront le nombre de parkings
disponibles ce qui favorisera le commerce du centre-ville. De même la sécurité a des
liens étroits avec l’activité commerciale ou touristique. On touche ainsi du doigt le fait
qu’il faut concevoir la politique communale comme un tout cohérent. Si Mons en
Mieux ! est associé au pouvoir, notre mouvement politique fera entendre sa
différence sur l’ensemble des politiques. Il ne sera jamais question pour nous de se
contenter, comme l’ont fait certains dans le passé, d’une compétence limitée. Si une
coalition est nécessaire, chacun des partenaires doit avoir voix au chapitre pour
l’intégralité des politiques communales.

4. On ne peut plus accepter de cloisonner la vie des citoyens en fonction des
compétences légales attribuées à l’Etat fédéral, à la Région, aux Provinces et à la
4 / 131