Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Etude diagnostic des réseaux d'assainissement .pdf



Nom original: Etude diagnostic des réseaux d'assainissement.pdf
Titre: CCPR_RI4Def_Mars2012
Auteur: l.picard

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 0.9.9 / GPL Ghostscript 8.70, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/10/2018 à 12:59, depuis l'adresse IP 41.107.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 96 fois.
Taille du document: 992 Ko (57 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Communauté de Communes
du Pays Rochois

ETUDE DIAGNOSTIC DES
RESEAUX D’ASSAINISSEMENT

Rapport de phase n°4
Version définitive
Programme de travaux

Mars 2012
Dossier n° HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

ETUDE DIAGNOSTIC DES
RESEAUX D’ASSAINISSEMENT

Rapport de phase n°4
Version définitive
Programme de travaux

Dossier n°

Agence : LYON

Date : Mars 2012

HY69.90057

Ingénieur d'étude/Rédacteur

Contrôle interne

L.PICARD

P.PARIENTE

Mars 2012

Dossier HY69.90057

2

Communauté de Communes du Pays Rochois

Sommaire

I.
PROGRAMME DE TRAVAUX D’AMENAGEMENT ET D’ENTRETIEN DU RESEAU
D’ASSAINISSEMENT........................................................................................................................................................ 4
I.1.

AMELIORATION DE LA QUALITE DU MILIEU RECEPTEUR PAR SUPPRESSION DES REJETS DIRECTS AU MILIEU
NATUREL PAR TEMPS SEC ................................................................................................................................................... 4
I.2.
AMELIORATION DE LA QUALITE DU MILIEU RECEPTEUR PAR SUPPRESSION DES REJETS DIRECTS POTENTIELS AU
MILIEU NATUREL PAR TEMPS DE PLUIE ............................................................................................................................... 4
I.3.
AMELIORATION DE LA COLLECTE DE LA POLLUTION ............................................................................................ 7
I.3.1. Mises aux normes de branchements après réalisation de campagnes de contrôles........................................ 7
I.3.2. Régularisation des rejets assimilés domestiques et non domestiques ............................................................. 8
I.3.3. Extensions des réseaux ................................................................................................................................. 11
I.4.
REDUCTION DES EAUX CLAIRES PARASITES ........................................................................................................ 12
I.4.1. Eaux claires parasites permanentes ............................................................................................................. 12
I.4.2. Eaux claires parasites météoriques .............................................................................................................. 13
I.4.3. Anomalies d'étanchéité rencontrées sur les regards de visite....................................................................... 14
I.5.
REHABILITATION DE COLLECTEUR SUITE A INSPECTION TELEVISEE ................................................................... 14
I.6.
REHABILITATION DE REGARDS DE VISITE ........................................................................................................... 16
I.7.
ENTRETIEN PREVENTIF DES RESEAUX ................................................................................................................. 16
I.8.
MISE EN PLACE DE L’AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX D’ASSAINISSEMENT COLLECTIF ................................. 17
I.8.1. Rappel réglementaire.................................................................................................................................... 17
I.8.2. Débits collectés ............................................................................................................................................. 18
I.9.
ETUDES COMPLEMENTAIRES A MENER ............................................................................................................... 20
I.9.1. Diagnostic de réseaux d’assainissement....................................................................................................... 20
I.9.2. Zones industrielles ........................................................................................................................................ 21
II.

ETUDE DE LA CAPACITE FUTURE DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT .................................................. 21
II.1.
PAR TEMPS SEC................................................................................................................................................... 21
II.1.1.
Points de calculs sur le réseau gravitaire ................................................................................................ 23
II.1.2.
Poste de refoulement de Saint-Pierre en Faucigny .................................................................................. 23
II.2.
PAR TEMPS DE PLUIE .......................................................................................................................................... 24
II.2.1.
Points de calculs sur le réseau gravitaire ................................................................................................ 24
II.2.2.
Poste de refoulement de Saint-Pierre en Faucigny .................................................................................. 25

III.

FINANCEMENT ET HIERARCHISATION DES TRAVAUX ...................................................................... 26

III.1.
III.2.
IV.
V.

FINANCEMENT.................................................................................................................................................... 26
HIERARCHISATION DES TRAVAUX ...................................................................................................................... 27
IMPACT SUR LE PRIX DE L’EAU ................................................................................................................. 34

INDICATEURS DE SUIVI – TABLEAU DE BORD ........................................................................................... 36
V.1.
V.2.
V.3.

RAPPEL REGLEMENTAIRE ................................................................................................................................... 36
TAUX DE DESSERTE ............................................................................................................................................ 36
NOMBRE D'AUTORISATIONS DE DEVERSEMENT D'EFFLUENTS D'ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS AU RESEAU DE
COLLECTE DES EAUX USEES ............................................................................................................................................. 38
V.4.
INDICE DE CONNAISSANCE ET DE GESTION PATRIMONIALE DES RESEAUX DE COLLECTE DES EAUX USEES .......... 39
V.5.
NOMBRE DE POINTS DU RESEAU DE COLLECTE NECESSITANT DES INTERVENTIONS FREQUENTES DE CURAGE PAR
100 KM DE RESEAU .......................................................................................................................................................... 41
V.6.
TAUX MOYEN DE RENOUVELLEMENT DES RESEAUX DE COLLECTE DES EAUX USEES .......................................... 41
V.7.
TAUX DE RECLAMATION..................................................................................................................................... 42
V.8.
TABLEAU DE BORD ............................................................................................................................................. 42

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

3

Communauté de Communes du Pays Rochois

Préambule
L’étude diagnostic des réseaux d’assainissement de la Communauté de Communes du Pays
Rochois (CCPR) a pour but de proposer aux élus les solutions techniques et économiques les
mieux adaptées pour l’optimisation de la collecte et du transport des eaux usées.
La CCPR a confié, en mai 2009, la réalisation de cette étude à la société Ginger Environnement
et Infrastructures (GEI).
La première phase de cette étude a consisté à établir un état des lieux de l’existant en matière
d’assainissement.
La deuxième phase de cette étude a consisté à une campagne de mesure de débit et/ou de
pollution sur le réseau, chez les industriels et sur le milieu naturel.
La troisième phase de cette étude a consisté en l’exploitation de rapports d’inspections
télévisées et du contrôle de branchements domestiques et non domestiques.
La quatrième phase de cette étude, objet du présent rapport, a consisté en l’élaboration d’un
programme de travaux.
Nous rappelons que l’aire d’étude comprend le réseau structurant de la CCPR (secteur
« structurant ») et une partie des réseaux de collecte des communes de La Roche sur Foron et
d’Eteaux (secteur « collecte 1 »).

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

4

Communauté de Communes du Pays Rochois

I.

Programme de travaux d’aménagement et d’entretien du
réseau d’assainissement

Les travaux décrits ci-après ont pour la plupart fait l’objet de fiches actions présentées en
annexe 1. Ils sont également localisés sur la planche 1.

I.1.

Amélioration de la qualité du milieu récepteur par
suppression des rejets directs au milieu naturel par
temps sec

Aucun ouvrage de délestage déversant par temps sec n’a été recensé.

I.2.

Amélioration de la qualité du milieu récepteur par
suppression des rejets directs potentiels au milieu
naturel par temps de pluie

Trois points de débordements potentiels ont été signalés par les services de la CCPR :
-

la Roche sur Foron, avenue Jean Jaurès et Charles de Gaulle : la découverte d’un
double réseau en aval de ce secteur et le débouchage du tronçon principal devrait
permettre d’améliorer l’écoulement dans ce secteur. A cela s’ajoute les travaux évoqués
aux chapitres I.4.2 et I.5,

-

Arenthon, route de Montagny : de légers débordements sont quelquefois signalés en
période d'orage au niveau du regard 994. Deux solutions ont été étudiées pour remédier
à ces débordements. Elles sont présentées dans les fiches actions « DEB 1a » et « DEB
1b » en annexe 1 :
o Fiche « DEB 1a » : renforcement du réseau en DN500 sur 450 ml. Le coût de
cette solution à la charge de la collectivité (hors subventions) est estimé à
240 000 € HT ;
o Fiche « DEB 1b » : création d’un déversoir d’orage. Le coût de cette solution à
la charge de la collectivité (hors subventions) est estimé à 14 000 € HT. La
charge polluante transitant au niveau du regard 994 étant supérieure à 600 kg de
DBO5 (1600 kg de DBO5 mesurée au point 3 lors de la campagne de mesure de
phase 2), le déversoir d’orage créé sera soumis à autorisation par rapport au
Code de l'Environnement et à autosurveillance (mesure en continu du débit et
évaluation des charges polluantes déversées).

Le tableau ci-après présente les avantages et inconvénients des deux solutions proposées.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

5

Communauté de Communes du Pays Rochois

Solution 1a
« renforcement »

Solution 1b
« déversoir d’orage »

Avantages

Inconvénients

Suppression de la réduction de
section observée à l’aval du point
de débordement.

Coût

Coût

Création d’un point de rejet au milieu naturel.
Procédure d’autorisation au titre du Code de
l’Environnement.
Nécessité de mise en place de l’autosurveillance
permanente.

Notons que l’inspection télévisée préalable du linéaire à renforcer sera nécessaire pour faciliter
le choix. En effet, si celle-ci montre de nombreuses anomalies nécessitant le remplacement du
collecteur, la solution 1a s’imposera alors.
La suppression de ce débordement par temps de pluie a été classée en priorité 2.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

6

Planche 1 : Localisation des travaux

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

7

Communauté de Communes du Pays Rochois

I.3.
I.3.1.

Amélioration de la collecte de la pollution
Mises aux normes de branchements après réalisation de
campagnes de contrôles

Des contrôles de branchement ont été réalisés chez 39 établissements et 216 particuliers.
Chaque contrôle a fait l’objet d’une fiche contrôle de branchement remise au Maître d’Ouvrage.
Les établissements et particuliers concernés par une mauvaise ou une absence de collecte des
eaux usées sont présentés dans les tableaux suivant :
N° fiche
de
contrôle
24

Nom établissement
L’ASTRAGALE

27

TAXI PIERRE ROCHE
LA ROCHE EXPO
SNC PERNET
ECOLE SAINTE FAMILLE
PELIZZARI SALAISONS

Adresse particulier
6 Faubourg St Martin
174 Rue Perrine
174 Rue Perrine
11 Place George Herman
44 Rue de l'Hôpital

9 et 9bis
23
12 et
12bis
2

N°fiche
de
contrôle
20
23
24
4
25

Type non
conformité
Fosse
septique
Fosse
septique
EU vers EP
EU vers EP
EU vers EP
EU vers EP

Type non-conformité
EP vers EU, EU vers EP
EU vers EP
EU vers EP
EU vers EP
Fosse septique
TOTAL

La mise en conformité de ces branchements fait l’objet d’une fiche action « CONF EU »
présenté en annexe 1. La localisation figure sur la planche 1.
La création d’un branchement est entièrement à la charge du particulier même la partie en
domaine public.
Le coût estimé à la charge de la collectivité pour la remise en conformité de ces
branchements est de 0 € HT. Une politique régulière de contrôle des branchements devra
également être menée.

La mise en conformité de ces branchements est classée en priorité 1.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

8

Communauté de Communes du Pays Rochois

I.3.2.
Régularisation des rejets assimilés domestiques et non
domestiques

I.3.2.1.

Rappel réglementaire

Le Code de la Santé Publique distingue 3 régimes de raccordement au réseau public de
collecte eaux d’usées :
-

Obligation de raccordement pour les habitations et immeubles produisant des eaux
usées domestiques (Article L 1331-1 du CSP) ;

-

« Droit » au raccordement des immeubles et des établissements dont les eaux usées
résultent d’utilisation assimilables à des usages domestiques à la demande du
propriétaire (Article L 1331-7-1 du CSP) ;

-

Autorisation préalable de déversement pour les eaux usées autres que domestiques
(Article L 1331-10 du CSP).

La liste des activités impliquant des utilisations de l’eau assimilables aux utilisations à des fins
domestiques est la même que celle pour la mise en place des redevances pour la pollution de
l’eau1 :
-

Annexe 1 de l’arrêté du 21 décembre 2007 ;

-

Annexe 2 de la circulaire du 15 février 2008.

Toutes les autres activités non listées dans ces deux annexes sont considérées comme non
domestiques que l’établissement soit soumis à la redevance pour pollution de l’eau d’origine
non-domestique ou domestique.
Le propriétaire d'un immeuble ou d'une installation mentionnée à l'article L. 1331-7-1 du Code
de la Santé Publique qui est raccordé au réseau public de collecte sans autorisation à la date
d'entrée en vigueur de la présente loi régularise sa situation en présentant au service
d'assainissement chargé de la collecte des eaux usées du lieu d'implantation de l'immeuble ou
de l'installation une déclaration justifiant qu'il utilise l'eau dans des conditions assimilables à un
usage domestique. En l'absence de déclaration dans l'année suivant la publication de la
présente loi, l'article L. 1331-8 dudit code lui est applicable (Article 37 de la loi n°2011-525 du 17
mai 2011 (loi Warsmann 2)).

I.3.2.2.

Mise en application2

Dans le cadre d’une étude diagnostique assainissement, il est important de prioriser les
établissements en fonction des problèmes rencontrés sur le réseau et la station d’épuration, des
éventuelles spécificités du territoire de la collectivité mais également en fonction des activités
ayant des pratiques potentiellement polluantes en prévision d'une pollution future.
Pour les établissements à rejets non domestiques raccordés depuis longtemps, la collectivité
peut leur signifier qu’ils avaient jusque là une autorisation tacite de rejet mais qu’elle souhaite
maintenant régulariser leur situation dans un délai de 6 mois, 1 an.

1

Graie, FNCCR - 3
24 novembre 2011

ème

2

Suite à échange avec M. Régis TAISNE (FNCCR) et Mme Prisca VAN PAASSEN (ASCOMADE)

séminaire d’échanges régional – Gestion des rejets d’eaux usées non domestiques –

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

9

Communauté de Communes du Pays Rochois

En ce qui concerne la catégorie des "assimilées domestiques", ces établissements ont un droit
de raccordement au réseau. Par contre, si certaines de ces activités posent problèmes à la
collectivité, (ex : restaurateurs avec la problématique des graisses qui obstruent le réseau) des
prescriptions techniques peuvent toutefois leur être imposées par la collectivité. Par ailleurs,
pour les collectivités engagées dans un politique de réduction des pollutions dans les réseaux et
les milieux et afin d'anticiper la gestion de ce nouveau régime il parait judicieux :
- intégrer un paragraphe sur les "eaux usées assimilées domestiques" et les prescriptions
techniques dans le règlement d'assainissement ;
- prévoir une visite de l'établissement ayant fait sa demande de droit de raccordement en
fonction de son activité ;
- suite à cette visite d'envoyer un courrier officiel fixant les prescriptions et modalités financières
qu'impliquent ce raccordement au réseau.
Ce nouveau régime et sa mise en application reste encore flous à l'heure actuelle, hormis
l'article 37 de la loi Warsmann 2, rien n’encadre ce droit au raccordement.

I.3.2.3.

Problèmes rencontrés sur les réseaux et la station

Les services de la CCPR nous ont informés des problèmes d’exploitation suivant :
-

sur les réseaux : graisses, hydrocarbures ;

-

station d’épuration :
o limon très fin (provenant à priori du secteur Amancy) mais sans doute pas lié à un
industriel,
o graines (ou sortes de coques ou de céréales) provenant peut être de la micro
brasserie à Amancy,
o gros problème de viscosité des boues depuis la mise en service de la nouvelle
station d’épuration (boues collantes). Cela pourrait provenir des agroalimentaires
(pectine) mais l’exploitant n’arrive pas a orienter la collectivité sur une solution.

Par conséquent, les établissements raccordés ayant une activité pouvant être à l’origine de
graisses (métiers de bouche, agro-alimentaires,…), d’hydrocarbures (garagiste, mécanique,…),
de débris végétaux (brasserie, agro-alimentaire,…) devront faire l’objet d’une autorisation de
rejet pour les « non domestiques » ou de prescriptions techniques pour les « assimilés
domestiques ».

I.3.2.4.

Régularisation des « assimilés domestiques »

A partir du fichier de la CCI, nous avons sélectionné les activités « assimilées domestiques »
dont les effluents pourraient potentiellement générés les problèmes d’exploitations rencontrés
sur le réseau et la station d’épuration.
On recense 84 établissements devant faire l’objet de prescriptions techniques. La liste détaillée
figure en annexe 2. Le tableau ci-dessous réparti par activité le nombre d’établissements
concernés et les prescriptions techniques spécifiques.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

10

Communauté de Communes du Pays Rochois

Activité
Cuisson de produits de boulangerie
Boulangerie et boulangerie pâtisserie
Pâtisserie
Commerce de détail de viandes (boucheries, charcuterie)
Hôtel et/ou restauration
Débit de boisson
Supermarché

Nombre d’établissement
2
10
2
7
47
12
4

Les prescriptions techniques consistent en la mise en place d’un bac à graisses dont les
justificatifs d’entretien devront être fournis à la collectivité.
La régularisation de ces 84 établissements « assimilés domestiques » est classée en
priorité 1.

I.3.2.5.

Régularisation des non-domestiques

a) Mise en place de conventions
Nous proposons de mettre en place une convention pour les deux établissements de santé
suivant qui consomme plus de 10 000 m3 d’eau potable par an :
-

l’hôpital Andrevetan à la Roche sur Foron (10 228 m3/an) ;

-

l’Etablissement Public de Santé Mentale (12 025 m3/an).

La mise en place de convention pour ces deux établissements « non domestiques » est
classée en priorité 1.
b) Mise en place d’autorisations
A partir du fichier de la CCI, nous avons sélectionné dans un premier temps les activités « non
domestiques » dont les effluents pourraient potentiellement générés les problèmes
d’exploitations rencontrés sur le réseau et la station d’épuration.
On recense 67 établissements devant faire l’objet d’autorisations prioritaires. La liste détaillée
figure en annexe 3. Le tableau ci-dessous réparti par activité le nombre d’établissements
concernés.
Activité
Industrie alimentaire
Mécanique industrielle
Fab. machines et équipements
Industrie automobile
Réparation et installation de machine et d'équipement
Garage auto et/ou moto

Nombre d’établissement
10
8
4
2
13
28

La régularisation de ces 67 établissements « non domestiques » est classée en priorité 1.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

11

Communauté de Communes du Pays Rochois

L’activité spécifique de l’aire d’étude est le décolletage et plus généralement la fabrication de
produits métalliques. Nous avons donc sélectionné dans un second temps tous les
établissements liés à cette activité.
La liste des 42 établissements sélectionnés figurent en annexe 3.
La régularisation de ces 42 établissements « non domestiques » est classée en priorité 2.
Il reste 231 autres établissements non domestiques. La liste détaillée figure en annexe 3. Le
tableau ci-dessous réparti par activité le nombre d’établissements concernés.
Activité

Nombre d’établissement

Travail du bois
Imprimerie et reproduction d'enregistrements
Fab. produits caoutchouc et plastique
Fab. d'ouvrage en béton, ciment ou plâtre
Fabrication d'ordinateurs et équipement périphériques
Fab. d'équipement électrique
Fab. machines et équipements
Fab. de meubles
Fab. articles de sports
Fab. de mat médico-chirurgical et dentaire
Réparation et installation de machine et d'équipement
Collecte traitement élimination déchets
Construction de bâtiment
Génie civil
Travaux de construction spécialisés
Commerce véhicule et pièces
Commerce de gros
Transport terrestre
Entreposage et service auxiliaire de transport
Poste et courrier

6
3
6
1
2
3
2
7
2
2
4
3
5
5
71
16
65
21
6
1

La régularisation de ces 231 « non domestiques » est classée en priorité 4.

I.3.3.

Extensions des réseaux

Des extensions de réseaux ont été étudiées et chiffrées dans l’étude de zonage
d’assainissement de 2007. Elles sont localisées sur la planche 2.
On recense 2 extensions de réseau sur l’aire d’étude :
-

La Roche sur Foron : extension du réseau le long de la route de Lavillat jusqu’au
hameau de Montissel. Cette extension à fait l’objet de la fiche action « EXT 1 »
présentée en annexe 1.

Le coût estimé à la charge de la collectivité pour cette extension de réseau est de
1 150 000 € HT.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

12

Communauté de Communes du Pays Rochois

-

Eteaux : extension du réseau de collecte au lieu dit Ferme des Crêtes. Cette extension à
fait l’objet de la fiche action « EXT 2 » présentée en annexe 1.

Le coût estimé à la charge de la collectivité (hors subventions) pour cette extension de
réseau est de 100 000 € HT.
Le coût total estimé à la charge de la collectivité (hors subventions) pour ces extensions
de réseau est de 1 650 000 € HT.
Ces extensions de réseau n’ont pas été incluses dans le programme de travaux. En effet,
même si elles sont programmées à court, moyen, et long terme dans le zonage
d’assainissement de 2007 leur mise en œuvre a pris du retard et n’est pas envisagée
dans les prochaines années. Une révision des différents zonages serait alors à
envisager.

I.4.
I.4.1.

Réduction des eaux claires parasites
Eaux claires parasites permanentes

Le volume d'eaux claires parasites permanentes relevé par temps sec a été estimé en phase 2
lors de 5 visites nocturnes. Un débit de 15.8 m3/h propre au réseau de l’aire d’étude a été
mesuré.
Les tronçons sensibles (environ 3 km) ont fait l’objet d’une inspection caméra.
L’exploitation des rapports caméra ont abouti à l’élaboration de 7 fiches actions « ECPP »
concernant la suppression des points d’intrusion d’eaux claires parasites et sont présentées en
annexe 1. La localisation figure sur la planche 1.
Après comparaison dans le cadre de la phase 3 à des travaux neufs uniquement, les travaux
retenus sont des travaux de réhabilitation par l’intérieur ou des travaux mixtes (réhabilitation par
l’intérieur + travaux neufs avec ouverture de tranchée).
Précisons notamment que l’inspection du collecteur traversant le rau de la Madeleine à hauteur
de la rue Adhémar Fabri à la Roche sur Foron permettra de supprimer l’apport d’eaux claires
signalés sur ce collecteur en phase 1 par les services de la CCPR. En effet, l’ITV a permis de
constater 3 points d’infiltrations (fiche ECPP7).
Le coût des travaux à la charge de la collectivité (hors subventions) relatifs à la
suppression d’eaux claires parasites permanentes est estimé à environ 28 600 € HT. Ces
travaux permettront de supprimer 7.3 m3/h d’ECCP soit 46% du débit estimé sur l’aire
d’étude (15.8 m3/h). La différence provenant de branchements fuyards non inspectés et de
travaux déjà réalisés.
La suppression de ces ECPP est classée en priorité 2, 3, ou 4 en fonction du ratio €/m3/j
d’ECPP éliminées.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

13

Communauté de Communes du Pays Rochois

I.4.2.

Eaux claires parasites météoriques

Aucun essai à la fumée n’a été réalisé dans le cadre de la présente étude.
Des contrôles de branchement ont été réalisés chez 39 établissements et 216 particuliers.
Chaque contrôle a fait l’objet d’une fiche contrôle de branchement remise au Maître d’Ouvrage.
Les établissements et particuliers concernés par une collecte des eaux pluviales non conforme
sont présentés dans les tableaux suivant :

Nom

N° fiche

CCD MECA
SAVOIE PALETTES
MJC
GARAGE FIAT
FRUITE (Les Afforêts)

26
22
33ter
17
Plan A0
TOTAL

Adresse
251 Avenue Charles de Gaulle
92 Rue Pierre d'Angeroux
233 Avenue Charles de Gaulle
221 Avenue Charles de Gaulle
207 Avenue Charles de Gaulle
195 Avenue Charles de Gaulle
183 Avenue Charles de Gaulle
169 Avenue Charles de Gaulle
157 Avenue Charles de Gaulle
Faubourg St Martin
Rampe Crétet
75 Faubourg St Martin
Faubourg St Martin
34 Faubourg St Martin
6 Faubourg St Martin
24 Rue des Remparts
12 Place de la République
182 Rue Carnot
30 Faubourg St Bernard

N°fiche
11
12
14
15
16
17
18
19
20
4
8
9
10
15
20
22
10
23
26

Surface active
raccordée à l’EU
2
(m )
70
7000
95
1500
Non estimée
8665

Type non-conformité
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU, EU vers EP
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
EP vers EU
TOTAL

Surface raccordée quand
2
EP vers EU (m )
10
45
200
200
200
200
200
200
200
115
40
370
325
135
70
110
50
95
95
2860

La mise en conformité de ces branchements fait l’objet de la fiche action « ECPM » présentée
en annexe 1. La localisation figure sur la planche 1.
Le coût estimé à la charge de la collectivité pour la remise en conformité de ces
branchements est de 0 €. En effet, les anomalies constatées étant des gouttières ou des
grilles en domaine privé, les travaux de remise en conformité sont entièrement à la charge des
propriétaires.
La mise en conformité de ces branchements est classée en priorité 1.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

14

Communauté de Communes du Pays Rochois

La mise en conformité des ces branchements permettra probablement de résoudre les
problèmes de débordements constatés au niveau de l’avenue du Général de Gaulle à la Roche
sur Foron et signalés dans le rapport de phase 1. En effet, 9 910 m2 de surface active seront
ainsi déconnectés en amont ou au droit du collecteur de l’avenue du Général de Gaulle.
Ces mises en conformité permettront de supprimer 11 455 m2 de surface active soit 53%
de la surface active recherchée (21 500 m2 estimés en phase 2 pour les bassins de
collecte 8 et 9). La différence s’explique par le fait que la totalité des immeubles du bassin de
collecte 9 n’ont pas été contrôlés. De plus, aucun avaloir ou grille eaux pluviales en domaine
public n’a été contrôlé.
Une politique régulière de contrôle des branchements devra également être menée.

I.4.3.

Anomalies d'étanchéité rencontrées sur les regards de visite

Lors du repérage des réseaux d’assainissement, des désordres dont des défauts d’étanchéité
ont été observés sur certains regards de visite inspectés. Ces anomalies ont été regroupées et
listées dans la fiche action « RV ».
Signalons également la présence d’eaux claires :
-

dans le PR privé de la société GEFCO à Cornier,

-

sur deux antennes EP de la société Savoie Palettes à la Roche sur Foron raccordées au
réseau EU.

Ces eaux claires ont été constatées lors des contrôles de branchements de ces sociétés qui
sont non conformes. Ces eaux claires seront donc supprimées lors de leur mise en conformité.

I.5.

Réhabilitation de collecteur suite à inspection télévisée

Environ 13 km de réseau (hors tronçons sensibles aux ECPP traités au chapitre I.4.1) ont fait
l’objet d’une inspection télévisée.
L’exploitation des rapports caméra ont abouti à l’élaboration de 73 fiches actions « ITV »
concernant la réhabilitation des anomalies recensées lors de l’ITV. Elles sont présentées en
annexe 1. La localisation figure sur la planche 1.
Après comparaison dans le cadre de la phase 3 à des travaux neufs uniquement, les travaux
retenus sont dans la quasi-totalité des cas (fiche ITV 1 à 70) des travaux de réhabilitation par
l’intérieur ou des travaux mixtes (réhabilitation par l’intérieur + travaux neufs avec ouverture de
tranchées).
Précisons notamment que la réhabilitation du collecteur de l’avenue Jean Jaurès à la Roche sur
Foron (fiches action ITV 50, 51, 52 et 67) permettra probablement de résoudre les problèmes de
débordements signalés sur ce collecteur en phase 1 par les services de la CCPR. En effet, l’ITV
a permis de constater de nombreuses anomalies (décalages, obstacles, affaissement,…)
gênantes pour le bon écoulement des effluents.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

15

Communauté de Communes du Pays Rochois

Précisons également le cas particulier de la fiche ITV70 concernant le collecteur le long des
berges du Foron sur les communes d’Amancy et de la Roche sur Foron. Dans le cadre de
l’exploitation de ce collecteur le service assainissement de la CCPR a constaté la présence de
radicelles obstruant le collecteur et susceptibles à terme d’entrainer un débordement d’eaux
usées dans le cours d’eau. Suite à ce constat, une intervention de curage et de fraisage de ces
racines a été réalisée en 2009. Elle a alors permis de constater de nombreuses fissures qui
permettront la repousse des racines et à nouveau des risques de bouchage et de déversement
d’eaux usées au milieu naturel. La reprise de ce collecteur est donc une priorité. La
reconstruction d’un nouveau collecteur n’est pas envisageable. Une réhabilitation par
chemisage (pour éviter que les racines repoussent et pour traiter les fissures) a donc été
estimée en tenant compte des difficultés d’accès sur la totalité du linéaire soit 1845 ml.
Le coût des ces travaux a été estimé (hors subventions) à 300 000 € HT.
La réhabilitation du collecteur des berges du Foron a été classée en priorité 1.
Des travaux neufs ont été retenus pour le secteur du Faubourg Saint Martin et de la Place de la
Grenette à la Roche sur Foron. Ces travaux sont détaillés dans les fiches actions ITV A, B et C
présentées en annexe 1.
L’ITV du double réseau entre les regards 919 et 919a (fiche action ITV A) a montrée qu’il
existait un fort risque d’exfiltrations des effluents avec affouillements qui pourraient à terme
entrainer des dégradations dangereuses au niveau de la voirie. La reprise de ce tronçon est
donc une priorité. Il parait également judicieux de profiter de ces travaux pour :
-

supprimer le double réseau EU en amont (du regard 916a au regard 919, fiche action
ITV B),

-

remplacer le réseau EU entre les regards 699 à 916a (fiche action ITV C),

dont les inspections vidéos ont également montré de nombreuses anomalies.
Précisons également que la reprise du réseau entre les regard 699 à 919a (fiche action ITV C)
permettra également de déconnecter une arrivée du regard 697 qui en compte actuellement 4 et
qui a été signalé comme point noir par les services de la CCPR en phase 1.
Le coût des ces travaux neufs a été estimé à 253 000 € HT.
Ces travaux neufs ont été classés en priorité 1.
Le coût des travaux de réhabilitation sur les autres collecteurs (Fiche ITV 1 à 69) à la
charge de la collectivité (hors subventions) a été estimé à 324 100 € HT.
La priorité 1 a été réservée aux travaux à réaliser sur le Faubourg Saint Martin (Fiche ITV A, B
et C) et le long des berges du Foron (Fiche ITV 70).
Les priorités 2, 3 et 4 pour les autres secteurs ont été établies à partir des ratios ou des types
d’anomalies suivant :
o Ratios : coût spécifique des travaux (€HT/ml) ;
o Type d’anomalies recensées : priorité 2 si effondrement.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

16

Communauté de Communes du Pays Rochois

I.6.

Réhabilitation de regards de visite

Lors du repérage des réseaux, l'état des regards a été noté sur des fiches individuelles
descriptives remises au Maître d’Ouvrage.
Les travaux à engager sur les regards sont listés dans la fiche action « RV » présentée en
annexe 1. Ils sont localisés sur la planche 1.
Ces travaux concernent les regards avec des défauts importants (racine, infiltration...) qui
nécessitent une réhabilitation. La prise en compte des regards avec des traces de mise en
charge ou saturation intervient au niveau du curage régulier (cf. chapitre I.7).
Sur les 900 regards de visites inspectés sur l'aire d'étude 40 regards présentent des défauts :
- 9 regards doivent être réhabilités pour améliorer l'écoulement par la création d'une cunette afin
d'éviter tout dépôt,
- 26 regards doivent être étanchés,
- enfin, la reprise de 4 couronnes de regards apparait nécessaire.
Nous intégrons également la création d'un regard de visite au système de vannage du regard
922 et un remplacement de la vanne existante.
Le coût des ces travaux de réfection de regards a été estimé à 35 000 € HT.
Ces travaux de réhabilitation de regards ont été classés en priorité 3.

I.7.

Entretien préventif des réseaux

On considère usuellement que les réseaux d’assainissement doivent être couramment curés à
raison de 10% du linéaire par an afin de s’assurer du bon fonctionnement hydraulique.
Cela permet en outre d’éviter le bouchage ou la saturation des collecteurs sensibles et par
conséquent la dégradation de la canalisation.
Le linéaire de réseau gravitaire de l’aire d’étude à curer annuellement peut être estimé à :
47500 ml x 10% = 4 750 ml.
Le montant de cette opération à la charge de la collectivité est estimé à : 4 750 x 2 €/ml =
9 500 € HT.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

17

Communauté de Communes du Pays Rochois

I.8.

Mise en place de l’autosurveillance des réseaux
d’assainissement collectif

I.8.1.

Rappel réglementaire

Extraits de l’arrêté du 22 juin 2007.

I.8.1.1.

Déversoirs d’orages

La mise en œuvre de l’autosurveillance des réseaux d’assainissement est une obligation
réglementaire pour tous les ouvrages de collecte dont la capacité est supérieure à 120 kg/DBO5
par jour, c’est-à-dire supérieure à 2 000 équivalent-habitants et se traduit de la façon suivante :
∗ Catégorie 1 : Les déversoirs d’orages ou dérivations éventuelles situés sur un tronçon
destiné à collecter une charge brute de pollution organique par temps sec
supérieure à 120 kg/j de DBO5 et inférieure ou égale à 600 kg/j de DBO5,
font l’objet d’une surveillance permettant d’estimer les périodes de
déversement et les débits rejetés.
∗ Catégorie 2 : Les déversoirs d’orages ou dérivations éventuelles situés sur un tronçon
destiné à collecter une charge brute de pollution organique par temps sec
supérieure à 600 kg/j de DBO5, font l’objet d’une surveillance permettant
de mesurer en continu le débit et d’estimer la charge polluante (MES,
DCO) déversé par temps de pluie ou par temps sec.
Le seul ouvrage de délestage recensé au cours de du repérage de phase 1 était celui en amont
de la station d’épuration d’Amancy. Il est maintenant abandonné suite à l’arrêt de cette station.
Il n’existe donc aucun ouvrage de délestage sur le réseau d’assainissement d’eaux usées
de l’aire d’étude.

I.8.1.2.

Débits collectés

Le système de collecte des agglomérations produisant une charge brute de pollution organique
supérieure à 600 kg/j de DBO5 doit être conçu ou adapté pour permettre, au plus tard le 1er
janvier 2010, la réalisation dans des conditions représentatives, de mesures de débit aux
emplacements caractéristiques du réseau (aval des émissaires les plus importants, point de
raccordement d’un émissaire secondaire sur un émissaire principale, au droit d’un DO important
(débit conservé, débit déversé), …).
Le système de collecte des agglomérations produisant une charge brute de pollution organique
supérieure à 6 000 kg/j de DBO5 doit être munie de dispositifs de mesure de débit aux
emplacements caractéristiques du réseau.
L’exploitant doit vérifier la qualité des branchements, en particulier les branchements identifiés
défectueux lors du diagnostic des réseaux, et les branchements sur les nouvelles canalisations
(renouvellement, extensions, …).
L’exploitant doit enfin évaluer la quantité annuelle de sous-produit de curage et de décantation
du réseau (matière sèche).

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

18

Communauté de Communes du Pays Rochois

La police de l’eau peut renforcer les modalités de surveillance par arrêté préfectoral de
prescriptions complémentaires, en particulier sur le milieu récepteur, s’il y a un impact potentiel
sur la qualité du milieu ou sur les usages.
Extrait du commentaire technique de l’arrêté du 22 juin 2007 (MEDDAT, version actualisée du 9
avril 2009) :
Notion d’« emplacements caractéristiques » :
Les mesures doivent être réalisées aux « emplacements caractéristiques ». Peuvent être
considérés comme emplacements caractéristiques :
- les postes de relèvement desservant un bassin produisant plus de 600 kg/j de DBO5 ;
- le déversoir d’orage situe en tête de station bien qu’intégré pour le format Sandre au
« système de traitement », est un des emplacements caractéristiques au sens de l’article 8 ;
- les points de raccordement de réseaux secondaires sur un collecteur.
La collectivité, avec l’appui de l’exploitant, définira les emplacements caractéristiques du réseau
et s’il n’est pas possible de réaliser de mesures temporaires sur certains de ces points, des
aménagements seront à réaliser pour y parvenir. Lors de la réalisation de nouveaux tronçons ou
de travaux de réhabilitation, l’utilité d’intégrer un dispositif de mesure devra être étudiée.
L’appareillage technique à prévoir consiste en l’installation de capteurs ponctuels dans des
regards aménagés aux points caractéristiques du réseau.
Remarque complémentaire :
L’éventuel abandon du principe des points caractéristiques est pressenti dans la prochaine
révision de l’arrêté du 22 juin 2007.

I.8.2.

Débits collectés

Des mesures de pollution ont été effectuées aux points de mesures de débit du réseau d’eaux
usées de l’aire d’étude dans le cadre de la phase 2. En situation future, les charges de pollution
transitant par chacun de ces points ont été déterminées en fonction des projets d’urbanisation et
d’extensions de réseau de collecte futurs (cf. planche 2 et chapitre II).
Les charges polluantes par bassin de collecte en situation actuelle et future sont présentées
dans le tableau suivant.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

19

Communauté de Communes du Pays Rochois

Bassin de
collecte
1
2
3
4
5
6
7

Localisation du point
de mesure associé
Arenthon, Amont PR
autoroute
Arenthon, Amont PR
Chemin du Brachouet
Arenthon, route de la
Crets de Fessy
Arenthon, route de
Fessy
Cornier, Chemin des
Trois Poses
La Roche sur Foron,
route de Thonon
La Roche sur Foron,
aval ZI intercommunale

Charge de pollution organique (kgDBO5/j) avec 60g/j/EH
Situation future
Situation future
Situation actuelle
2017
2027
234

980

980

716

720

720

74

70

70

16

20

20

42

40

50

8

10

10

747

8

La Roche sur Foron,
route deThonon (aval
rond point)

592

590

590

9

La Roche sur Foron,
route deThonon (amont
rond point)

230

230

230

24

180

180

17

20

20

153

180

170

118

130

140

30

50

10
11
12
13

Amancy, route des
Paquis
Amancy, chemin du
Canada
Amancy, chemin des
Tranchées
Amancy, rue de la
Patience

14

La Roche sur Foron,
route des Quatre
Piquets

8

15

Saint Sixt, station
d'épuration

8

Station supprimée, raccordement sur point
14

Ainsi, en situation actuelle et future, deux mêmes bassins de collecte produisent et produiront
une charge organique supérieure à 600 kg/j de DBO5. Il s’agit :
-

du poste de refoulement de Saint-Pierre en Faucigny (Bassin de collecte 1 + 2). Du fait
de la charge actuelle du bassin de collecte 2 et des extensions de réseau projetées, on
retiendra le bassin de collecte 2 ;

-

du bassin de collecte 3 sur la commune d’Arenthon.

Le point de mesure associé au bassin de collecte 3 se situe sur le réseau structurant. Ce bassin
de collecte comprend 7 points de raccordements de réseaux secondaires de taille petite à
moyenne contribuant chacun à la charge observée. Il n’y a donc pas d’autosurveillance à mettre
en place sur ce bassin de collecte.
Le point de mesure associé au bassin de collecte 2 se situe en amont du point de raccordement
d’un unique réseau secondaire en provenance de Saint-Pierre en Faucigny. Ce point devra
donc être équipé ponctuellement d’un appareillage de mesure de débit. La fréquence des
mesures n’est pas réglementée. Nous proposons de réaliser une mesure de débit ponctuelle de

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

20

Communauté de Communes du Pays Rochois

débit 2 fois par an : une semaine en période de nappe haute, une semaine en période de nappe
basse. Le regard concerné ne nécessite pas d’aménagement spécifique pour mettre en place la
mesure.
La mise en place de l’autosurveillance a fait l’objet de la fiche action « AUTO » présentée en
annexe 1.
Le coût de mise en place de l’autosurveillance des réseaux (hors subventions) a été
estimé à 2 300 € HT.
Ces travaux ont été classés en priorité 1 du fait de l’échéance réglementaire du 1er janvier
2010 dépassée.

I.9.

Etudes complémentaires à mener

I.9.1.

Diagnostic de réseaux d’assainissement

Le tableau suivant montre la sensibilité aux eaux parasites des bassins de collecte dont le
réseau de collecte n’a pas été étudié.
Bassin
Linéaire
Sensibilité
Sensibilité
de
Communes concernées
de réseau
aux eaux pluviales
aux eaux claires parasites
2
3
m /ml de réseau
permanentes m /j/ml de réseau
collecte
(m)
1
Saint-Pierre en Faucigny
14 469
0.3
0.011
2
Saint-Pierre en Faucigny, Arenthon
27 603
0.4
0.003
3
Arenthon, Cornier, Amancy
15 605
0.6
0.003
4
Arenthon, Saint-Pierre en Faucigny, Amancy
2 501
5
Cornier
4 961
0.2
0.003
6
La Roche sur Foron
3 168
7
Eteaux
10 832
0.2
0.001
8
La Roche sur Foron
5 577
9
La Roche sur Foron, Eteaux
14 892
10
Amancy
5 920
0.3
0.007
11
Amancy, Saint Laurent
10 747
0.3
0.004
12
Amancy, La Roche sur Foron
8 098
2.3
0.011
13
La Roche sur Foron, Saint-Sixt
22 608
0.5
0.002
14
La Roche sur Foron
3 480
0.1
0.000
15
Saint-Sixt
2 648
0.7
0.002
- : Bassin de collecte entièrement étudié dans le cadre de l'étude
Valeur obtenue à partir des mesures ponctuelles nocturnes et du linéaire de réseau de collecte non étudié
Valeur obtenue à partir du point de mesure de phase 2 et du linéaire de réseau du bassin de collecte

Vu ces résultats et en sectorisant par commune, le tableau suivant présente l’ordre de priorité et
le coût des études diagnostiques à réaliser. La commune de Saint-Sixt a été placée en priorité 1
du fait de la déconnexion prochaine de la station d’épuration et d’un débit important d’eaux de
ressuyage constaté par les services de la CCPR lors des dernières pluies automnales :
Priorité
1
1
2
3
4

Commune

Saint-Sixt
Amancy
Saint Pierre-en-Faucigny
La Roche sur Foron
Arenthon, Cornier, Eteaux

Bassins de collecte associés
15
12, 11, 10
1, 2
13, 14
3, 5, 7

Linéaire réseau de collecte (km)
2.6
20.6
39.3
22.5
27.3

Coût (€ HT)
10 000
80 000
150 000
80 000
100 000

Le chiffrage de ces études inclut : mise à jour des plans avec repérage exhaustif des regards de
visite, levé topographique et numérisation des plans sous SIG, remise à niveau de tampon,
hydrocurage et ITV.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

21

Communauté de Communes du Pays Rochois

Précisons que pour le bassin de collecte 9, les contrôles de branchement ont permis de
localiser 26 % (4 455 m2) de la surface active totale (17 200 m2) mesurée en phase 2. Après
déconnexion de cette surface (cf. fiche « ECPM »), le ratio sur ce bassin de collecte restera de
0.9 m2/ml de réseau. La réalisation d’une étude complémentaire afin de sectoriser les antennes
à l’intérieur de ce bassin de collecte drainant le plus d’eaux pluviales et d’effectuer des contrôles
de branchement sur celles-ci est estimée à 10 000 € HT.
Le coût des études diagnostiques complémentaires à mener sur le territoire de la CCPR
(hors subventions) est donc estimé à 430 000 € HT.

I.9.2.

Zones industrielles

Des mesures de pollution métallique sur le milieu naturel par la méthode des bryophytes ont été
réalisées à l’aval de l’exutoire eaux pluviales des zones industrielles de la Papèterie, des
Afforêts, de la Balme, du Parc des Expositions et des Dragiez. Elles ont montré une pollution
significative uniquement pour le zinc à l’aval de l’exutoire du Parc des Exposition. Cette teneur
élevée en zinc constatée est probablement due à la nature du toit du Parc des Expositions
(tôles laquées) et la surface de parking importante.
Nous ne préconisons donc pas d’études complémentaires à mener sur ces zones.

II.

Etude de la capacité future du réseau d’assainissement

II.1.

Par temps sec

La planche 2 en page suivante présente le nombre d’équivalents habitants supplémentaires
attendu par zone urbanisable (données recueillies dans le cadre de la phase 1 de la présente
étude) et par zone d’extension de réseau eaux usées (données issue de l’étude zonage
assainissement de 2007).
Ces données permettent d’estimer la capacité du réseau à évacuer les effluents à l’horizon
2017 et 2027. Les calculs ont été effectués sur :
-

12 points sur le réseau eaux usées gravitaires correspondant à 12 points de mesures
débimétriques de phase 2,

-

Le poste de refoulement collectant les effluents de Saint-Pierre en Faucigny.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

22

Communauté de Communes du Pays Rochois

Planche 2 : Urbanisations et extensions des réseaux futures

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

23

Communauté de Communes du Pays Rochois

II.1.1.

Points de calculs sur le réseau gravitaire

Le détail des calculs est présenté en annexe 4.
Le tableau suivant présente les résultats obtenus par point de mesure étudié. Ces points sont
localisés sur la planche 2.
Point de
mesure
3
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15

Débit pleine
section l/s
287
123
67
268
334
326
30
281
74
108
12

Situation actuelle
Débit pointe Capacité résiduelle
temps sec l/s
%
34
88%
3
98%
1
98%
30
89%
16
95%
2
99%
2
94%
15
95%
6
92%
0.3
99.7%
3.3
78%

Horizon 2017
Débit pointe
Capacité résiduelle
temps sec l/s
%
49
83%
6
95%
5
93%
41
85%
27
92%
24
93%
5
83%
22
92%
11
84%
5
96%
4
71%

Horizon 2027
Débit pointe
Capacité résiduelle
temps sec l/s
%
52
82%
7
94%
6
91%
42
84%
29
91%
26
92%
5
83%
23
92%
14
82%
6
94%
4
71%

Le réseau actuel de l’aire d’étude est largement dimensionné pour évacuer les effluents
projetés à l’horizon 2017 et 2027.

II.1.2.

Poste de refoulement de Saint-Pierre en Faucigny

Le poste est équipé de deux pompes HOMA MX2460 P94 (débit nominal 100 m3/h) mises en
service en février 2007 pour l’une et janvier 2008 pour l’autre.
Les pompes 1 et 2 fonctionnent en alternance en période normale. En période de fort débit
(fonte des neiges ou orages), elles fonctionnent simultanément.
Ce système de fonctionnement en parallèle a été paramétré en septembre 2011 afin d’éviter
des mises en charges du poste lors des périodes de fort débit.
Ce poste est suivi par un prestataire externe qui gère les astreintes et les alarmes. Il réalise
également une visite lourde chaque année. La dernière visite date d’octobre 2010. Le temps de
fonctionnement des pompes a été relevé (Pompe 1 : 1480 heures, Pompe 2 : 2152 heures) et la
pompe 1 a subit un entretien complet. Le débit de la pompe 1 était de 106 m3/h.
La prochaine visite est prévue courant novembre 2011. Un nouveau relevé des compteurs sera
réalisé et la CCPR envisage également de faire réviser la pompe 2.
Ce poste ne montre pas d’incident particulier si ce n’est des montées en charge lors de forts
débits (ce poste n’est pas équipé de trop-plein vers le milieu naturel). La nouvelle
programmation devrait néanmoins permettre d’éliminer ces mises en charges.


Vérification du débit des pompes

La somme des débits nominaux des pompes doit être supérieure au débit de pointe à l’amont
du poste.
Le débit de pointe actuel est de 50 m3/h (=somme des débits de pointe temps sec mesurés en
phase 2 aux points 1 et 2).
Le débit de pointe estimé en amont du poste à l’horizon 2017 et 2027 est de 108 m3/h (somme
des débits de pointe estimés au point 1 et 2 en situation future, cf. annexe 4)
Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

24

Communauté de Communes du Pays Rochois

En situation future, les pompes actuelles sont suffisamment dimensionnées.


Volume utile

Le volume utile de marnage est le volume compris entre le niveau haut de démarrage de la
pompe et le niveau bas d’arrêt. En considérant un nombre maximal de démarrage horaire par
pompe égal à 8 (au-delà il existe un risque d’usure prématurée des pompes), le volume utile
théorique est de :
Vu =

Qp
.
4.N .n

Qp : Débit de pointe en m3/h
N : Nombre de pompes
n : Nombre de démarrage
Le volume utile de marnage en situation actuelle est de 0.78 m3.
Le volume utile de marnage en situation future est de 1.7 m3
Le volume utile réel du poste est de 1.4 m3.
En situation future, le volume de marnage actuel semble être légèrement sous
dimensionné. Un simple ajustement des poires de niveau haut et niveau bas permettra de
le corriger.
Le poste de refoulement actuel de Saint-Pierre en Faucigny est suffisamment
dimensionné pour accepter les effluents supplémentaires liés à l’urbanisation et
l’extension des réseaux prévues sur la commune à l’horizon 2027.

II.2.

Par temps de pluie

L’étude capacitaire des réseaux par temps de pluie a été réalisée pour une pluie de période de
retour de 2 ans et de durée 1 heure.

II.2.1.

Points de calculs sur le réseau gravitaire

Situation actuelle
Situation future (horizon 2017)
Surface
Q pleine
Q 2 ans**
Q pointe
Q2ans + Q pointe Capacité Q pointe temps Q2ans + Q pointe Capacité
active (ha)* section (l/s)
(l/s)
temps sec (l/s)
tps sec (l/s)
résiduelle
sec (l/s)
tps sec (l/s)
résiduelle
3
3.4
287
210
34
243
15%
49
259
10%
6
0.28
123
17
3
20
84%
6
23
81%
7
0.21
67
13
1
14
79%
5
18
74%
8
2.15
268
133
30
163
39%
41
174
35%
9
1.72
334
106
16
123
63%
27
133
60%
10
3.32
326
194
2
196
40%
24
218
33%
11
0.29
30
18
2
20
35%
5
23
23%
12
3.16
281
184
15
199
29%
22
205
27%
13
1.33
74
71
6
77
-4%
11
82
-11%
14
0.22
108
2
0.3
3
97%
5
7
93%
15
0.18
12
2
1.1
4
70%
4
6
50%
* D'après campagne de mesure de phase 2
** Q = 2.78.i.SA
-b
avec i (mm/h) = a.t
avec a = 362.2 ; b = 0.682 ; t = 60 min
*** Q = 2.78.i.SA
-b
avec i (mm/h) = a.t
avec a = 398,8 ; b = 0.4526 ; t = 60 min
Point

Situation future (horizon 2027)
Q pointe temps Q2ans + Q pointe Capacité
sec (l/s)
tps sec (l/s)
résiduelle
52
262
9%
7
25
80%
6
19
72%
42
175
35%
29
135
60%
26
220
33%
5
23
23%
23
207
26%
14
85
-14%
6
9
92%
4
6
50%

On constate qu’en situations actuelle et future, seul le point 13 montre une sous capacité.
Le point 3 atteint pratiquement sa capacité maximale à l’horizon 2027.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

25

Communauté de Communes du Pays Rochois

II.2.2.


Poste de refoulement de Saint-Pierre en Faucigny
Vérification du débit des pompes

La somme des débits nominaux des pompes doit être supérieure au débit de pointe à l’amont
du poste.
Le débit de pointe actuel pour une pluie de 2 ans est de 381 m3/h (=somme des débits de pointe
temps sec mesurés en phase 2 aux points 1 et 2 (= 50 m3/h) + débit pluie 2 ans aux point 1 et 2
(= 331 m3/h)).
En situation actuelle, le poste de refoulement de Saint-Pierre en Faucigny monte en
charge pour une pluie de période de retour de 2 ans.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

26

Communauté de Communes du Pays Rochois

III.
III.1.

Financement et hiérarchisation des travaux
Financement

Le tableau suivant présente les taux d’aides de l’Agence de l’Eau, du Conseil Général 74 et du
SMDEA 74.
Nature des travaux

Mise en conformité des
branchements privés
anciens et défectueux,
dans le cadre de démarches
collectives portées par les
collectivités (maître
d’ouvrage ou mandataires)

Agence de l’eau
Investigations complémentaires à
l’étude diagnostic globale du
réseau (tests à la fumée, …)
permettant d’identifier
précisément les ouvrages
défectueux : 50 %
Etudes à la parcelle et travaux
sont aidés : 30% L’animation de
la démarche peut également faire
l’objet d’une aide forfaitaire de
100€ par branchement réhabilité.

Etudes complémentaires
(poursuite du diagnostic)

50%

Travaux d’amélioration du
fonctionnement des stations
et des réseaux

Dans la mesure où ils sont
nécessaires au respect des
normes de rejet et lorsqu’ils sont
justifiés par une étude préalable
mettant en évidence leur impact
escompté :
30% d’un coût plafond qui
dépend de la pollution
transportée et/ou du diamètre et
linéaire des canalisations

Travaux de suppression des
rejets directs d’eaux usées
par temps sec et leur
limitation par temps de pluie
(réseaux eaux usées et
unitaires uniquement)
Mise en place de
l’autosurveillance
réglementaire sur les
stations et les réseaux
Extension des réseaux
d’eaux usées

CG74

SMDEA 74

0%

0%

25%
taux 2011 –
« critères
d’éligibilité à
respecter »

0%

0%

25 %
Seule la part des
travaux relevant des
communes de – de
5000 habitants sera
finançable

30%

0%

Les taux de l’Agence de l’Eau indiqués dans ce tableau ne sont valables uniquement en
2012 car l’Agence change de programme d’intervention au 1er janvier 2013. Les critères et
les taux d’aide du SMDEA pour 2012 seront revus d’ici fin février. Précisons également
qu’une enveloppe de l’Agence de l’Eau, fixée annuellement, est utilisée par le SMDEA pour
financer des travaux au titre de la solidarité rurale dans le Département et que dans ce cadre
des travaux de renouvellement de réseaux ou de création/extension peuvent être financés pour
des communes rurales, en particulier si elles ont réalisées une étude diagnostique ou un
schéma directeur.
Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

27

Communauté de Communes du Pays Rochois

III.2.

Hiérarchisation des travaux

Les tableaux suivant montrent la hiérarchisation détaillée des travaux à engager par catégorie
de travaux et par année.
Les tableaux ci-dessous font la synthèse du montant des travaux à engager par catégorie de
travaux, par année et par priorité.

Catégorie de travaux
Suppression des eaux parasites
Suppression des débordements
par temps de pluie
Amélioration de la collecte de la
pollution
Réhabilitation de collecteurs suite
à ITV
Réhabilitation des regards de
visites
Entretien préventif des réseaux
Mise en place de
l’autosurveillance
Etudes complémentaires à mener
TOTAL

Année
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
TOTAL

Priorité
1
2
3
4
TOTAL

Coût estimé
€HT
28 600

Subventions attendues
€HT
3 150

Coût a la charge de la
collectivité €HT
25 450

240 000

132 000

108 000

0

0

0

877 100

86 825

790 275

35 000

0

35 000

9 500

0

9 500

2 300

1 265

1 035

430 000
1 622 500

322 500
545 740

107 500
1 076 760

Coût estimé
€HT
685 300
602 300
96 600
60 300
56 900
55 300
65 800
1 622 500

Subventions attendues
€HT
323 765
210 150
0
2 875
2 850
3 300
2 800
545 740

Coût a la charge de la
collectivité €HT
361 535
392 150
96 600
57 425
54 050
52 000
63 000
1 076 760

Coût estimé
€HT
655 300
517 100
219 900
230 200
1 622 500

Subventions attendues
€HT
151 265
250 175
63 200
81 100
545 740

Coût a la charge de la
collectivité €HT
504 035
266 925
156 700
149 100
1 076 760

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

28

Tableau travaux hiérarchisés par catégories.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

29

Tableau travaux hiérarchisés par catégories.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

30

Tableau travaux hiérarchisés par catégories.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

31

Tableau travaux hiérarchisés par année

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

32

Tableau travaux hiérarchisés par année

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

33

Tableau travaux hiérarchisés par année

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

34

Communauté de Communes du Pays Rochois

IV.

Impact sur le prix de l’eau

L’impact sur le prix de l’eau détaillé est présenté dans le tableau suivant.
Il a été calculé avec :
-

Prise en comte de l’amortissement ;

-

Emprunt sur 30 ans à un taux de 4 % pour l’investissement hors taxes à la charge de la
collectivité subvention déduites ;

-

Emprunt sur 2 ans à un taux de 5 % pour la TVA.

On obtient sur 30 ans :
-

Une augmentation moyenne annuelle de :
o +0.005 €HT/m3/an ;
o +0.6 €HT/abonné/an.

-

Une augmentation maximum annuelle de :
o +0.062 €HT/m3/an ;
o +7.3 €HT/abonné/an.

La part variable de la redevance assainissement collectif est actuellement de
1.60 €HT/m3.
Elle passera à 1.74 €HT/m3 au bout de 7 ans après la mise en œuvre complète du
programme de travaux.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

35

Tableau impact sur le prix de l’eau.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

36

Communauté de Communes du Pays Rochois

V.

Indicateurs de suivi – Tableau de bord
V.1.

Rappel réglementaire

La circulaire Circulaire n° 12/DE du 28 avril 2008 relatif à la mise en œuvre du rapport sur le prix
et la qualité des services publics d’eau et d’assainissement en application du décret n° 2007675 du 2 mai 2007 fournie dans les fiches de son annexe III la liste des récapitulative des
indicateurs de performances.
La description détaillée des indicateurs de caractérisation des services et des indicateurs de
performance est fournie dans une série de fiches techniques où figure le mode opératoire à
suivre pour les calculer. Chaque fiche indique également le domaine d’application de ces
indicateurs. Pour un service public de l’assainissement collectif, l’application des ces indicateurs
dépend globalement de la nature du service (collecte et/ou transport et/ou dépollution) ou de la
capacité des stations d’épuration. Le service public d’assainissement collectif de la CCPR
est concerné par tous les indicateurs listé dans l’annexe III du décret du 2 mai 2007.
Nous avons étudié les indicateurs suivants :
-

Taux de desserte par des réseaux de collecte des eaux usées ;

-

Nombre d'autorisations de déversement d'effluents d'établissements industriels au
réseau de collecte des eaux usées ;

-

Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux de collecte des eaux
usées ;

-

Nombre de points du réseau de collecte nécessitant des interventions fréquentes de
curage par 100 km de réseau ;

-

Taux moyen de renouvellement des réseaux de collecte des eaux usées ;

-

Taux de réclamation.

V.2.

Taux de desserte

Définition :
Le taux de desserte est défini comme le nombre d’abonnés du service public d’assainissement
collectif rapporté au nombre potentiel d’abonnés de la zone relevant de l’assainissement
collectif dans l’agglomération d’assainissement au sens de l’article R. 2224-6 du code général
des collectivités territoriales. Le taux de desserte ne peut être établi qu’après définition des
zones d’assainissement collectif et non collectif.
On estime qu’un abonné est desservi par un réseau d’assainissement dès lors qu’un réseau
existe devant l’immeuble.
Règle de calcul :

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

37

Communauté de Communes du Pays Rochois

Nombre d’abonnés desservis / Nombre d’abonnés potentiels de la zone relevant de
l’assainissement collectif X 100
Le zonage d’assainissement a été réalisé en 2007 sur le territoire de la CCPR. Le taux de
desserte peut donc être calculé selon la formule précédente en prenant :
-

nombre d’abonnés desservis = nombre d’abonnés assainissement dans les rôles de
l’eau de 2008 (cf. rapport de phase 1) = 6548 :

-

Nombre d’abonnés potentiels de la zone relevant de l’assainissement collectif = 6548 +
(nombre d’équivalent habitants estimés dans l’étude de zonage de 2007 pour les
extensions de réseau projetées (=3400) et les zones urbanisables à horizon 2027 (=
6672 (cf. planche 2) / nbre d’hab. par log. (=2.3) = 6548 + (3400 + 6672)/2.3 =10927.

Nous obtenons un taux de desserte actuel sur l’ensemble du territoire de la CCPR de
0,60.
Le tableau suivant montre l’évolution de ce taux avec la mise en œuvre des extensions de
réseaux de l’aire d’étude actuellement prévue dans le zonage d’assainissement 2007 mais non
prises en compte dans le programme de travaux :
Année
2008
2017

2018 à 2027

Travaux influençant
l’indicateur
Amélioration de la
collecte de la pollution
par extension de réseau
(secteur collecte 1 de
l'aire d'étude
uniquement)
Fiche action EXT 2
Amélioration de la
collecte de la pollution
par extension de réseau
(secteur collecte 1 de
l'aire d'étude
uniquement)
Fiche action EXT 1

Nombre d’abonnés
desservis
6548
6548+17=6565

Taux de desserte

6565+148=6713

0.61

0.60
0.60

On constate que la mise en œuvre des extensions de réseau n’influera quasiment pas le
taux de desserte.
A titre indicatif, ce taux de desserte évoluera de la manière suivante en prenant en compte les
zones d’urbanisations et les extensions de réseau sur tout le territoire de la CCPR :
- 2017 : 8520 EH supplémentaires raccordés soit 3704 abonnés supplémentaires desservis d’où
un taux de desserte de = (6548+3704)/10927= 0.94
- 2027 : taux de desserte = 1 (avec les hypothèses d’extension de réseau et d’urbanisations
actuelles).

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

38

Communauté de Communes du Pays Rochois

V.3.

Nombre d'autorisations de déversement d'effluents
d'établissements industriels au réseau de collecte des
eaux usées

Définition :
Nombre d’arrêtés autorisant le déversement d’eaux usées non domestiques signés par la
collectivité responsable du service de collecte des eaux usées en application et conformément
aux dispositions de l’article L. 1331-10 du code de la santé publique.
Un arrêté concernant, pour un même abonné, plusieurs points de rejet dans le même réseau de
collecte est comptabilisé de manière unique
Tous les arrêtés sont comptabilisés, même s’ils ne sont pas assortis d’une convention de
déversement
On recense actuellement 7 arrêtés de rejets sur le territoire de la CCPR. Les établissements
concernés sont : FRUITE, Fromagerie d’Eteaux, ENILV, Centre Nautique des Forons, ALTIA
(en cours en 2009), BALLEYDIER SARL (en cours en 2009), Dechamboux SA (en cours en
2009)
Le tableau suivant montre l’évolution de ce taux avec la mise en œuvre du programme de
travaux :
Année

Travaux influençant l’indicateur

2011
2012

Convention de rejet à établir avec les 2 établissements
suivant :
- La Roche sur Foron : Etablissement Public de Santé
Mentale, Hôpital Andrevetan
Autorisation de rejet à établir avec 84 établissements assimilés
domestiques et 340 non domestiques avec répartition sur 5
ans.

2013
2014
2015
2016
2017

Nombre
d’autorisation
7
9

94
179
264
349
433

On constate que la mise en œuvre du programme de travaux influera fortement cet
indicateur.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

39

Communauté de Communes du Pays Rochois

V.4.

Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des
réseaux de collecte des eaux usées

Définition :
Indice de 0 à 100 attribué selon la qualité des informations disponibles sur le réseau de collecte
des eaux usées. De 0 à 60 les informations visées sont relatives à la connaissance du réseau
(inventaire), de 70 à 100 elles sont relatives à la gestion du réseau
Règle de calcul :
Indice de 0 à 100 obtenu en faisant la somme des points indiqués dans les parties A, B et C cidessous. Les parties B et C ne sont prises en compte que si les 20 points sont obtenus
pour la partie A :
A – Plan du réseau de collecte (0, 10 ou 20 points)
0 : absence de plans du réseau ou plans couvrant moins de 95 % du linéaire estimé du réseau
de collecte hors branchements (quels que soient les autres éléments détenus)
10 : existence d’un plan du réseau couvrant au moins 95 % du linéaire estimé du réseau de
collecte hors branchements
20 : mise à jour du plan au moins annuelle
B – Informations sur les éléments constitutifs du réseau de collecte hors branchements (40
points supplémentaires au maximum)
+ 10 : informations structurelles complètes sur chaque tronçon (diamètre, matériau, année
approximative de pose)
+ 10 : existence d’une information géographique précisant l’altimétrie des canalisations
+ 10 : localisation et description de tous les ouvrages annexes (postes de relèvement,
déversoirs…)
+ 10 : dénombrement des branchements pour chaque tronçon du réseau (nombre de
branchements entre 2 regards de visite)
C – Informations sur les interventions sur le réseau (40 points supplémentaires au maximum)
+ 10 : définition et mise en œuvre d’un plan pluriannuel d’enquête et d'auscultation du réseau (0
pour une réalisation partielle)
+ 10 : localisation et identification des interventions (curage curatif, désobstruction,
réhabilitation, renouvellement) (0 pour une réalisation partielle)
+ 10 : existence d’un plan pluriannuel de travaux de réhabilitation et de renouvellement. On
entend par plan pluriannuel de renouvellement un programme détaillé de travaux assorti d’un
estimatif chiffré portant au moins sur 3 ans
+ 10 : mise en œuvre d’un plan pluriannuel de travaux de réhabilitation et de renouvellement
Avant l’étude diagnostic et d’après le rapport annuel assainissement de 2008 et les informations
fournies par la CCPR, les rubriques suivantes sont effectives :
- Partie A : +20 points : mise à jour du plan au moins annuelle,

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

40

Communauté de Communes du Pays Rochois

- Partie B : +10 points : localisation et description de tous les ouvrages annexes (postes de
relèvement, stations de traitement),
- Partie C : +10 points : définition et mise en œuvre d’un programme pluriannuel d’enquête et
d’auscultation du réseau : étude diagnostic,
+10 points : localisation et identification des interventions (curage curatif,
désobstruction, réhabilitation, renouvellement) : tableau de bord des interventions.
Les 20 points étant obtenus à la partie A, l’indice de connaissance et de gestion patrimoniale
des réseaux de collecte des eaux usées avant la présente étude diagnostique était de 50.
Après réalisation de la présente étude diagnostique et de la mise en œuvre de son programme
de travaux et en se limitant au réseau d’eaux usées de l’aire d’étude, l’indice de connaissance
et de gestion patrimoniale des réseaux de collecte des eaux usées atteindra 90 points. Seule la
rubrique dénombrement des branchements pour chaque tronçon du réseau n’est pas validée.
Après réalisation du programme de travaux et notamment des études diagnostiques
complémentaire de la présente étude diagnostique et en prenant en compte la totalité du réseau
d’eaux usées de la CCPR, l’indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux de
collecte des eaux usées atteindra 90 points. Seule la rubrique dénombrement des
branchements pour chaque tronçon du réseau n’est pas validée.
Le tableau suivant synthétise l’évolution de cet indice avant et après réalisation de cette étude
diagnostique et la mise en œuvre de son programme de travaux :
Indice de connaissance et de gestion patrimoniale
des réseaux de collecte des eaux usées
Année
2008
2012

Année
2008
2012
2013

Réseau eaux usées de l’aire d’étude
Travaux influençant l’indicateur
Avant réalisation de l’étude diagnostique
Après réalisation de l’étude diagnostique et de la mise en
œuvre de son programme de travaux
Réseau eaux usées complet de la CCPR
Travaux influençant l’indicateur
Avant réalisation de l’étude diagnostique
Après réalisation de l’étude diagnostique et de la mise en
œuvre de son programme de travaux
Après réalisations des études diagnostiques complémentaires
du programme de travaux

Valeur indice
50
90

Valeur indice
50
50
90

En prenant en compte la totalité du réseau (ce qui doit être fait pour évaluer cet indice
dans le rapport annuel de l’assainissement), on constate que la réalisation de cette étude
diagnostique n’influe pas sur la valeur de l’indice. En effet, elle ne concerne qu’une partie
du patrimoine assainissement de la CCPR.
Cet indice n’évoluera donc pas tant que les études diagnostiques sur les autres secteurs
soient réalisées.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

V.5.

41

Nombre de points du réseau de collecte nécessitant des
interventions fréquentes de curage par 100 km de réseau

Définition :
On appelle point noir tout point structurellement sensible du réseau nécessitant au moins deux
interventions par an (préventive ou curative), quelle que soit sa nature (contre-pente, racines,
déversement anormal par temps sec, odeurs, mauvais écoulement, etc.) et le type d’intervention
requis (curage, lavage, mise en sécurité...) Les interventions sur la partie publique des
branchements ainsi que les interventions dans les parties privatives des usagers dues à un
défaut situé sur le réseau public (et seulement dans ce cas là) sont à prendre en compte.
L’indicateur indique le nombre de points noirs pour 100 km de réseau de collecte des eaux
usées hors branchements
Nous ne disposons pas des données permettant d’estimer cet indice en situation actuelle.
L’évaluation de cet indice sur l’aire d’étude permettrait de quantifier l’impact des travaux de
réhabilitation des collecteurs suite à ITV, de réhabilitations des regards de visites et de
l’optimisation de l’entretien préventif.

V.6.

Taux moyen de renouvellement des réseaux de collecte
des eaux usées

Définition :
Quotient du linéaire moyen du réseau de collecte hors branchements renouvelé sur les 5
dernières années par la longueur du réseau de collecte hors branchements.
Règle de calcul :
(Longueur cumulée du linéaire de canalisations du réseau de collecte hors branchements
renouvelé au cours des années N-4 à N) / 5 / (Longueur du réseau de collecte hors
branchements au 31/12/N) X 100
Le linéaire considéré comme linéaire renouvelé pour le calcul de l’indicateur est égal au linéaire
renouvelé, auquel il convient d’ajouter les linéaires remplacés à l’occasion de renforcement,
ainsi que les réhabilitations, si ces opérations sont reconnues avoir pour effet d’en prolonger la
durée de vie d’une durée équivalente à celle de la pose d’un réseau neuf.
Les interventions ponctuelles effectuées pour mettre fin à un incident localisé en un seul point
du réseau ne sont pas comptabilisées dans le renouvellement, même si un élément de
canalisation a été remplacé. Il convient d’additionner les linéaires renouvelés d’une part par la
collectivité et d’autre part par l’opérateur, sur le périmètre considéré.
Nous ne disposons pas des données permettant d’estimer cet indice en situation actuelle.
Le tableau suivant montre l’évolution de ce taux avec la mise en œuvre du programme de
travaux en considérant que :
-

ce taux est égal à 0 en situation actuelle,

-

tous les travaux de réhabilitation suite à ITV ont pour effet d’en prolonger la durée de vie
d’une durée équivalente à celle de la pose d’un réseau neuf et que le linéaire inspecté
correspond au linéaire réhabilité,

-

que la solution 1a est retenue pour la suppression du débordement par temps de pluie ;
Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

42

Communauté de Communes du Pays Rochois

Le taux est calculé en prenant comme longueur totale le linéaire de réseau gravitaire de l’aire
d’étude soit 47.5 km.

Année
2008
2012
2013

2014
2015
2016
2017
2018

Travaux influençant l’indicateur
1065 ml de réhabilitation suite à ITV
690 ml de réhabilitation suite à ITV supplémentaires
450 ml de renforcement de réseau pour suppression des
débordements de temps de pluie
1510 ml de réhabilitation suite à ITV supplémentaires
2730 ml de réhabilitation suite à ITV supplémentaires
1330 ml de réhabilitation suite à ITV supplémentaires
2015 ml de réhabilitation suite à ITV supplémentaires
5945 ml de réhabilitation suite à ITV supplémentaires

Taux de
renouvellement
0
2.2%
3.9 %

7.8 %
13.6%
16.4%
18.3%
28.5%

On constate que la mise en œuvre du programme de travaux influera le taux de
renouvellement.

V.7.

Taux de réclamation

Définition :
Cet indicateur reprend les réclamations écrites de toute nature relatives au service de
l’assainissement collectif, Les réclamations peuvent porter notamment sur la prestation
environnementale (pollution, odeurs), la qualité du service (libre écoulement, inondations,
débordements, infiltrations, travaux, mise en service…), la facturation (m3 facturés, mode de
paiement...) à l’exception du niveau de prix Le nombre de réclamations est rapporté au nombre
d’abonnés divisé par 1 000.
Nous ne disposons pas des données permettant d’estimer cet indice en situation actuelle.
L’évaluation de cet indice sur l’aire d’étude nous parait intéressant pour quantifier l’impact des
travaux de réhabilitation des collecteurs suite à ITV (Fiches action ITV A, B et C notamment) et
suppression des eaux claires météoriques (Fiches action ECPM)dans le centre ville de la Roche
sur Foron. En effet, dans ce secteur des riverains ont régulièrement leurs sous-sol inondés par
temps de pluie a cause d’une mise en charge du réseau eaux usées. On viserait donc ici une
diminution des réclamations suite à des débordements par temps de pluie.

V.8.

Tableau de bord

Le tableau suivant récapitule l’évolution des indices étudiés précédemment et intéressant pour
suivre la mise en œuvre du programme de travaux hiérarchisé.

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

43

Communauté de Communes du Pays Rochois

Année

2008
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018

Nombre
d’autorisations
de rejet

7
9
94
179
264
349
433
433

Connaissance et
de gestion
patrimoniale des
réseaux de
collecte des
eaux usées de
l’aire d’étude
(point)
50
50
90
90
90
90
90
90
90

Nombre de points
du réseau de
collecte
nécessitant des
interventions
fréquentes de
curage par 100 km
de réseau
A quantifier

Taux moyen de
renouvellement
des réseaux
d’eaux usées de
l’aire d’étude
(%)
0
0
2.2
3.9
7.8
13.6
16.4
18.3
28.5

Taux de
réclamation

A quantifier

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

Communauté de Communes du Pays Rochois

44

Annexes

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

45

Communauté de Communes du Pays Rochois

Annexe 1

Fiches actions

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

46

Communauté de Communes du Pays Rochois

Annexe 1-1

Fiches actions “DEB”

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

47

Communauté de Communes du Pays Rochois

Annexe 1-2

Fiche action “CONF EU”

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057

48

Communauté de Communes du Pays Rochois

Annexe 1-3

Fiches actions “EXT”

Dossier Ginger Environnement & Infrastructures n°HY69.90057


Documents similaires


Fichier PDF etude diagnostic des reseaux dassainissement
Fichier PDF leduey dossier synthese 2013
Fichier PDF miseajourzonageassainissementmagnac laval
Fichier PDF 5384b6f516935
Fichier PDF guide lotisseurs assainissement
Fichier PDF prescriptions tech eu et  aep


Sur le même sujet..