Edition savante SHS Quebec.pdf


Aperçu du fichier PDF edition-savante-shs-quebec.pdf - page 5/36

Page 1...3 4 56736



Aperçu texte


Résumé
En réponse à la crise actuelle dans le monde de l’édition savante, des revues de l’Université du Québec
ont coordonné une recherche visant à dresser un portrait des modèles économiques actuels des revues
savantes francophones en sciences humaines et sociales ainsi que la place occupée par les technologies
numériques et le libre accès. Afin de dresser ce portrait, un sondage en ligne a été envoyé, entre octobre
2015 et février 2016, à une centaine de revues canadiennes en sciences humaines et sociales ayant un
contenu francophone. 31 revues ont répondu au questionnaire.
Le modèle économique actuel des revues de notre échantillon est fortement dépendant des revenus
provenant de subventions gouvernementales et, pour plusieurs, de revenus tirés des abonnements.
Selon nos données, le revenu provenant des plates-formes numériques ne semble pas pouvoir assurer
la survie des revues. Pour nos répondantes, la facturation de frais aux auteur.e.s n’est pas envisagée.
Enfin, l’édition savante s’appuie fortement sur le travail non rémunéré pour assurer l’ensemble des
tâches nécessaires. En effet, les revues de notre échantillon parviennent à combler environ 30% de leurs
besoins financiers.
L’intégration des technologies numériques aux pratiques éditoriales reste faible. Pourtant plusieurs
outils numériques peuvent être utilisés dans le suivi des manuscrits et la publication ou faciliter la
diffusion du contenu auprès des lecteurs. En ce qui concerne le libre accès aux publications, l’accès
restreint (12 mois ou 24 mois) est le lot de la majorité, principalement pour des raisons économiques.
En conclusion de ce rapport, nous proposons quelques recommandations aux gouvernements ainsi
qu’aux institutions de recherche et d’enseignement pour favoriser la survie et le développement des
revues savantes francophones en sciences humaines et sociales.

Remerciements
Nous remercions toutes les personnes participantes pour leur temps. Sans le partage des données
concernant les revues qu’elles portent et leurs commentaires, cet état de l’édition savante au Québec
n’aurait pu être effectué. Nous remercions également l’Université du Québec pour son soutien financier par l’intermédiaire du Fond de développement académique du réseau (FODAR).

5