Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF .pdf



Nom original: GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF.pdf
Auteur: b.guignard

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Publisher 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/11/2018 à 16:14, depuis l'adresse IP 41.111.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 17 fois.
Taille du document: 1.6 Mo (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Page 1/5

GUIDE TECHNIQUE DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

L’assainissement non collectif est une technique d’épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter quelques règles de conception, d’implantation et de réalisation. Réussir votre assainissement non collectif, c’est assurer la pérennité et le bon fonctionnement
du dispositif tout en préservant l’environnement.
La loi sur l’eau du 30 décembre 2006, les arrêtés qui en découlent et les précisions apportées par la
loi du 12 juillet 2010 (loi dite « grenelle 2 ») renforcent cette idée. Elle constitue une véritable alternative à l’assainissement collectif (« tout-à-l’égout ») lorsque ce dernier ne se justifie pas.
On estime qu’environ 10 % des habitations en France ne seront jamais raccordés à l’assainissement
collectif et qu’une forte proportion des équipements d’assainissement non collectif existants ne sont
pas en conformité. Ce guide vous permettra de vous sensibiliser à ces techniques d’assainissement
non collectif.
La Présidente de la Communauté de Communes du Pays Fertois
Jeannine BELDENT

Ce document pédagogique est destiné à tous les abonnés du service public d’assainissement non collectif. Il
a pour but d’expliquer les différentes techniques de fonctionnement des dispositifs d’assainissement non
collectif règlementaires.
Il peut constituer une aide mais ne se substitue en aucun cas aux documents professionnels (et notamment
ceux édités par l’AFNOR) et à la réglementation (notamment l’arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables à l’assainissement non collectif).
Le choix et le dimensionnement des dispositifs d’assainissement nécessitent la connaissance et l’interprétation de multiples paramètres (caractéristiques de l’immeuble, surface du terrain, perméabilité, pente, remontée de la nappe,…). Volontairement, ce document n’aborde pas ces aspects là qui sont de la compétence d’un bureau d’études spécialisé.
Communaute de communes du Pays Fertois
BP 44 - 22 avenue du Général Leclerc - 77261 LA FERTE SOUS JOUARRE CEDEX
Tél : 01 60 22 95 55 Télécopie : 01 60 22 95 96 adresse mél : spanc@cc-paysfertois.fr

Page 2/5

L’assainissement non collectif, définition
Assainissement non collectif, installation autonome, installation d’assainissement individuel sont tous des termes se rapportant à la même notion et au même type d’équipement. En simplifiant à grands traits, une installation d’assainissement non collectif a pour but de recevoir les eaux usées domestiques collectées, de les traiter (assurer leur épuration avec une séparation des matières) et de rejeter ces eaux une fois épurées.

Les différentes étapes d’un dispositif d’assainissement non collectif :
La collecte : Elle consiste à acheminer les eaux usées domestiques provenant des différents équipements de
l’habitation vers le prétraitement.
Le prétraitement : Il retient les matières solides et les déchets flottants . Attention, les effluents en sortie de
prétraitement contiennent encore 70 % de la pollution initiale.
Le traitement : Il disperse les effluents dans le sol en place ou dans des matériaux rapportés. Au cours de l’infiltration, les microorganismes présents dans le sol dégradent la pollution apportée.
L’évacuation : Elle s’effectue soit par infiltration dans le sol, soit par un rejet vers un site naturel ou aménagé.

Les règles de bases de l’implantation de la filière :
Hors zone de circulation, de stationnement, cultures et de plantations (et à 3 mètres de tout arbre).
Prétraitement placé au plus près de l’habitation et facilement accessible pour la vidange.
Filière d’assainissement placée à au moins 35 mètres par rapport à un puits utilisé pour l’eau potable.
Communaute de communes du Pays Fertois
BP 44 - 22 avenue du Général Leclerc - 77261 LA FERTE SOUS JOUARRE CEDEX
Tél : 01 60 22 95 55 Télécopie : 01 60 22 95 96 adresse mél : spanc@cc-paysfertois.fr

Page 3/5

LE PRETRAITEMENT

1 - Le bac dégraisseur : ce dispositif totalement étanche est destiné à la rétention des graisses et des
huiles contenues dans les eaux ménagères. Ce dispositif peut être mis en place dans le cadre d’une
réhabilitation pour le prétraitement des eaux ménagères quand il est séparé des eaux vannes. Il
peut également être utilisé en complément du dispositif principal de prétraitement (fosse toutes
eaux…) pour les eaux ménagères. Cependant, il est obligatoire quand le dispositif de prétraitement
(fosse toutes eaux...) se situe à plus de 10 mètres de la sortie des eaux ménagères.
Entretien : il est conseillé de retirer la couche de graisse qui se forme en surface dès que cette dernière atteint 15 cm d’épaisseur.

2 - La fosse toutes eaux : Ce dispositif doit permettre de prétraiter l’ensemble des eaux usées de
l’habitation (eaux vannes et eaux ménagères) il doit être placé le plus près possible de l’habitation.
Entretien : il est nécessaire de vidanger la fosse toutes eaux dès que la hauteur de boues atteint la
moitié de la hauteur utile de la fosse.

3 - Le préfiltre : Il est fortement recommandé en aval du dispositif de prétraitement. Il est généralement intégré à la fosse toutes eaux. Véritable fusible de sécurité, il permet, en cas de départ accidentel de boues depuis le prétraitement de préserver le système de traitement situé en aval.
Entretien : il est conseillé de laver au jet,
une fois par an, les matériaux filtrants,
sans relarguer les matières dans le dispositif de traitement.

4 - Une ventilation de tous les ouvrages
de prétraitement est obligatoire. Celle-ci
est assurée d’une part, par une prise
d’air en amont des ouvrages
(prolongation de la chute de colonne des
eaux à l’air libre) et d’autre part, par une
canalisation spécifique d’extraction des
gaz, prolongé au-dessus des toits et munie d’un extracteur statique ou éolien
(voir schéma ci-contre).

Communaute de communes du Pays Fertois
BP 44 - 22 avenue du Général Leclerc - 77261 LA FERTE SOUS JOUARRE CEDEX
Tél : 01 60 22 95 55 Télécopie : 01 60 22 95 96 adresse mél : spanc@cc-paysfertois.fr

Page 4/5

LE TRAITEMENT

C’est l’élément fondamental de votre installation, le dispositif de traitement est déterminé en fonction de la nature du
sol, de la pente et de la surface du terrain dont vous disposez. Dans tous les cas, il est nécessaire de demander une
étude d’aptitude du sol à l’assainissement non collectif à une entreprise spécialisée.
La réglementation et notamment l’arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables à l’assainissement non collectif classe les traitements en trois catégories.

1 - Les dispositifs assurant l’épuration des eaux usées par le sol en place (filières non drainées)
Le sol doit présenter les caractéristiques suivantes : surface suffisante, parcelle en dehors d’une zone inondable sauf de
manière exceptionnelle, pente du terrain adaptée, perméabilité du terrain comprise entre 15 et 500 mm/h sur au moins
70 cm de profondeur, l’absence de nappe aquifère à moins d’un mètre du niveau de fond de fouille.
Tranchées d’épandage à faible profondeur dans le sol naturel : Il s’agit du dispositif qui sera mis en place dès que le
terrain le permet (dispositif de traitement prioritaire). Après le prétraitement, les effluents septiques sont répartis
dans les tranchées d’infiltration. L’évacuation des effluents est assurée par infiltration dans le sous-sol. Il existe une
variante de ce système pour les terrains en pente (qui ne doit pas dépasser 10 %).
Lit d’épandage à faible profondeur : Ce système de traitement est utilisé lorsque la réalisation des tranchées d’infiltration s’avère difficile par la mauvaise tenue des parois (cas des sols sableux).
Lit filtrant vertical non drainé : C’est la solution généralement utilisée dans le cas d’un sol filtrant très perméable
(perméabilité supérieure à 500 mm/h) avec la présence d’un sol fissuré. Du sable siliceux lavé est mis à la place du sol
existant et est utilisé comme système épurateur. Sous ce sable, le sous-sol, perméable, est utilisé comme moyen d’évacuation par infiltration.
Tertre d’infiltration : Dans le cas où le sol possède une nappe d’eau souterraine trop proche de la surface, il devient
nécessaire de mettre en place un tertre d’infiltration. On réalise un lit filtrant vertical non drainé au-dessus du sol existant. La technique du tertre d’infiltration nécessite généralement un relevage des effluents.

2 - Les dispositifs assurant l’épuration des eaux usées dans le cas d’un sol à perméabilité insuffisante (filières drainées)
Ces filières ne peuvent êtres mises en place uniquement lorsque le sol en place ne permet l’installation de filière non
drainée (perméabilité inférieure à 15 mm/h).
Filtre à sable vertical drainé : Du sable siliceux lavé est mis à la place du sol existant. Le sable est alors utilisé comme
système épurateur. Sous ce sable, des tuyaux de drainage (identiques aux tuyaux d’épandage) collectent les effluents
filtrés et les évacuent vers le milieu hydraulique.
Lit filtrant drainé à flux vertical à massif de zéolite : Ce dispositif peut être utilisé pour les immeubles à usage d’habitation de 5 pièces principales au plus et est placé en aval d’un prétraitement constitué d’une fosse toutes eaux de 5 m 3
au moins. C’est une alternative au filtre à sable traditionnel. En remplaçant le sable par de la zéolite (à forte microporosité), on augmente le pouvoir filtrant et épurateur du dispositif. La conséquence est une emprise au sol diminuée.
Ce système doit être utilisé lorsque la surface disponible ne permet pas la mise en place d’un filtre à sable.
Lit filtrant drainé à flux horizontal : Il s’agit de la solution utilisée dans le cas où le sol est très peu perméable et où les
conditions ne permettent pas la mise en place d’un lit filtrant vertical (nappe phréatique trop proche par exemple).
L’eau à traiter parcourt une succession de matériaux de granulométrie décroissante pour être épurée. A l’extrémité
aval, un drain collecte les effluents filtrés et les évacue vers les milieux hydrauliques.
Communaute de communes du Pays Fertois
BP 44 - 22 avenue du Général Leclerc - 77261 LA FERTE SOUS JOUARRE CEDEX
Tél : 01 60 22 95 55 Télécopie : 01 60 22 95 96 adresse mél : spanc@cc-paysfertois.fr

Page 5/5

3 - Les autres dispositifs

Dispositif de rétention des graisses (bac dégraisseurs) : Il s’agit du dispositif décrit dans la partie consacrée aux prétraitements.
Fosse chimique et fosse d’accumulation : La mise en place de ces dispositifs ne sont possibles qu’avec l’autorisation de
la commune. Ils ne peuvent être installés que pour des habitations existantes et lorsqu’il y a une impossibilité technique à la mise en place des systèmes de traitement « traditionnels ». Seules les eaux vannes peuvent rejoindre ce dispositif. La fosse chimique est destinée à la collecte, la liquéfaction et l’aseptisation des eaux vannes. La fosse d’accumulation est un ouvrage étanche destiné à assurer la rétention des eaux vannes et de tout ou partie des eaux ménagères.
Puits d’infiltration : Ces dispositif ne peut être mis en place qu’avec l’autorisation du SPANC sur la base d’une étude
hydrogéologique démontrant aucune autre possibilité d’évacuation des eaux usées ayant subi un traitement complet.
Cet ouvrage est installé pour effectuer le transit des effluents à travers une couche superficiel imperméable afin de
rejoindre la couche sous-jacente perméable.

Le cas particulier des toilettes sèches
Le nouvel arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables à l’assainissement non collectif
reconnait les toilettes sèches comme un système d’épuration à part entière. Les toilettes sèches, comme leur nom l’indiquent, n'utilisent pas d'eau. Il est donc possible de récupérer les sous-produits (excréments) pour les valoriser sur la
parcelle (compost par exemple).

Les dispositifs de traitement agréés par les ministères en charge de l’écologie et de la santé à l’issue d’une procédure d’évaluation
Le nouvel arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables à l’assainissement non collectif à
prévu la mise en place de nouveaux dispositifs de traitement à l’issue d’une procédure d’évaluation de l’efficacité et
des risques que ces installations peuvent engendrer directement ou indirectement sur la santé et l’environnement.
La plupart de ces dispositifs présente l’avantage d’assurer un traitement complet sur une emprise réduite par rapport
aux dispositifs de traitement dit « traditionnel ».
La liste de ces dispositifs de traitement agréés sont disponibles sur le site interministériel consacré à l’assainissement
non collectif : http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr

Pour plus d’information…
Vous pourrez trouver de nombreux schémas d’explication sur internet en tapant « assainissement non collectif » ,dans
votre moteur de recherche.
De nombreux fournisseurs de filières d’assainissement non collectif propose des manuels présentant des schémas
techniques compréhensibles par tous.
Si vous souhaitez obtenir des conseils techniques, vous pouvez prendre rendez-vous avec le référent SPANC de la Communauté de Communes du Pays Fertois (Barthélemy GUIGNARD) au 01 60 22 95 55 ou par message électronique à l’adresse suivante : spanc@cc-paysfertois.fr.

Communaute de communes du Pays Fertois
BP 44 - 22 avenue du Général Leclerc - 77261 LA FERTE SOUS JOUARRE CEDEX
Tél : 01 60 22 95 55 Télécopie : 01 60 22 95 96 adresse mél : spanc@cc-paysfertois.fr


Documents similaires


Fichier PDF guide technique de l assainissement non collectif
Fichier PDF lit filtrant vertical draine et non draine
Fichier PDF schema   kit de rehabilitation   procap
Fichier PDF bibliographie eco gestion d habitats
Fichier PDF guideancbonnespratiquesancjanvier2014 1
Fichier PDF sierb assainissement non collectif


Sur le même sujet..