reponselettreinsultante .pdf


Nom original: reponselettreinsultante.pdf
Titre: Microsoft Word - 12 noveembre 2018 à SLF - sans.docx
Auteur: JPYLG

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/11/2018 à 21:39, depuis l'adresse IP 91.69.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 102 fois.
Taille du document: 369 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


 
 
 
 
 
 
 
 
 
Morlaix,  le  12  novembre  2018  
 
Objet  :  réponse  à  une  lettre  insultante  
 
 
Madame  la  députée,  
 
 
 
J'accuse  réception  de  la  réponse  en  date  du  9  courant  que  vous  avez  cru  
devoir  faire  à  mon  précédent  courrier  adressé  aux  huit  députés  finistériens  LREM.  Elle  
m'a  beaucoup  surpris  par  le  ton  que  vous  adoptez,  le  vouvoiement,  qui  est  nouveau,  et  
par-­‐dessus  tout  le  contenu,  dont  l'accusation  de  "mensonge"  que  vous  présentez  comme  
un  "postulat"  qui  serait  mien.    
 
 
Il  y  a  bien  dans  la  démarche  politique  qui  m'amène  à  vous  écrire  tous  les  
mois  quelque  chose  qui  s'apparente  à  un  postulat.  Je  préciserai  cela  un  peu  plus  loin.  Le  
problème  est  que,  quel  que  soit  le  nom,  je  ne  saurais  y  voir  la  justification  des  propos  
que  vous  me  tenez.  
 
 
Quel  ton  vous  employez  !  Quel  ton  vous  permettez-­‐vous  d'employer  !  Vous  
vous  prenez  pour  qui  et  à  qui  croyez-­‐vous  parler  ?  Je  vous  cite  :  "  Vous  ne  pouvez  plus  
affirmer  que...etc...  Une  démarche  inélégante...  un  objet  mensonger...je  considère  ...  ne  plus  
avoir  à  revenir  sur  le  sujet...Tenez  vous  le  pour  dit...Ce  n'est  pas  la  première  fois  que  je  vous  
l'explique...  etc"  
 
 
Je  pense  que  vous  devriez  vous  relire  avant  d'envoyer.  Ou  plutôt,  vous  
faire  relire,  car  je  crains  que  vous  ne  sachiez  pas  bien  peser  les  mots.    
 
 
Nous  sommes  loin  de  la  relation  que  nous  avions  encore  il  n'y  a  pas  si  
longtemps.  Ceci,  en  raison  du  changement  de  pratique  que  vous  avez  décidé  d'instituer  
concernant  ces  fameuses  rencontres  mensuelles  sans  rendez-­‐vous.  
 
 
A  ce  propos,  c'est  vous  qui  êtes,  délibérément,  dans  la  contre-­‐vérité:  
absolument  jamais  je  n'ai  dit  que  vous  aviez  supprimé  la  possibilité  des  rencontres  
physiques  sans  rendez-­‐vous.  Tout  au  contraire,  pas  plus  tard  que  le  3  novembre  dernier,  
j'ai  reproduit  sur  ma  propre  page  Facebook  l'annonce  de  la  rencontre  que  aviez  décidé  
de  faire  le  17  prochain  à  Garlan.  Soit  dit  en  passant,  si  vous  souhaitiez    véritablement  
recevoir  quelques  personnes,  ne  serait-­‐ce  pas  une  bonne  idée  que  vos  amis  -­‐  et,  tout  
d'abord,  vos  collaborateurs  salariés  -­‐  répercutent  ces  annonces  ?  Je  les    trouve  bien  
discrètes.    Etonnamment    discrètes.  Ce  que  j'ai  dit,  en  revanche,  et  c'est  la  stricte  vérité,  
c'est  qu'après  avoir  modifié  les  lieux  de  rencontre  (d'abord  le  lieu  fixe  à  Morlaix  pendant  
la  première  année,  puis  depuis  mai  dernier,  l'itinérance  aléatoire  dans  la  
circonscription)  vous  modifiez  maintenant  la  date  ;  du  premier  samedi  de  chaque  mois,  
il  s'agit  maintenant  de  n'importe  quel  samedi.  Pourquoi  pas,  bientôt,  n'importe  quel  jour  
du  mois  ?  

 

 
 
J'ai  parfaitement  compris  la  raison  que  vous  invoquez  :  "être  au  plus  près  
de  vos  administrés."  D'abord,  permettez  moi  de  relever  le  terme  d'administrés  pour  
désigner  vos  électeurs.  Pour  ce  qui  me  concerne,  je  le  récuse.    J'ai  voté  pour  vous.  Inutile  
de  rappeler  dans  quelles  circonstances.  J'ai  été  votre  électeur,  je  n'ai  jamais  été  votre  
administré.  Quant  au  fond,  tout  le  monde  a  bien  compris  votre  argument.  Mais  il  n'y  a  
pas  grand  monde  qui  y  croit.  Si  vous  souhaitiez  réellement  vous  rapprocher  de  vos  
électeurs  et  surtout  leur  donner  l'occasion  de  s'exprimer,  il  n'y  avait  rien  de  plus  simple  
que  de  conserver  la  rencontre  sans  rendez-­‐vous  du  premier  samedi  du  mois  à  Morlaix  et  
de  la  démultiplier  par  une  autre,  par  exemple,  le  troisième  samedi,  dans  telle  ou  telle  
commune  de  la  circonscription.  
 
 
En  outre,  lors  de  la  dernière  réunion  du  comité  local  En  Marche  à  laquelle  
j'avais  participé  le  20  décembre  2017,  que  vous  aviez  exceptionnellement  honoré  de  
votre  présence,  je  vous  avais  dit  tout  à  fait  publiquement  que  si  vous  vouliez  que  ces  
réunions  aient  un  impact  sur  l'opinion,  il  fallait  qu'elles  soient  effectivement  ouvertes  à  
tous  et  que  vous  y  soyez  à  chaque  fois  présente.  Dès  lors,  il  serait  devenu  rapidement  
nécessaire  de  chercher  une  grande  salle.  Vous  m'avez  parfaitement  entendu.  Vous  avez  
fait  d'autres  choix.  Depuis  votre  campagne  électorale  du  printemps  2017,  je  ne  crois  pas  
qu'on  vous  ait  beaucoup  vue  en  réunion  publique.  Sauf,  naturellement,  pour  
inauguration  de  chrysanthèmes,  coups  d'envoi,  remise  de  décorations,  etc.  
 
 
Donc,  contrairement  à  vos  affirmations  qui,  pour  le  coup,  constituent  le  
mensonge,  je  n'ai  jamais  dit  que  vous  aviez  supprimé  la  possibilité  de  vous  rencontrer  
physiquement  sans  rendez-­‐vous.  Tout  au  contraire,  je  les  ai  chaque  mois,  depuis  juin  
2018,  annoncées  et  je  continuerai  à  le  faire,  mais  non  sans  dire,  ce  dont  je  suis  persuadé,  
que  ces  rencontres,  vous  en  modifiez  sans  arrêt  le  lieu  et  la  date  parce  que  vous  ne  
souhaitez  pas  qu'elles  soient  fréquentées.  Vous  en  avez  rendu  volontairement  l'accès  
difficile  .  En  fait,  ma  conviction  est  -­‐  ceci  étant  rapproché  d'autres  pratiques  -­‐  que  vous  
fuyez,  vous  continuez  et  vous  continuerez  à  fuir  ce  que  dans  son  ouvrage  PRINCIPES  DU  
GOUVERNEMENT  REPRÉSENTATIF,  Bernard  Manin  appelle  l'épreuve  de  la  discussion.  
 
 
Ce  que  vous  appelez  mon  postulat,  c'est  en  fait,  une  conviction  principielle.  
C'est  celle  qui  m'avait  amené  à  voter  pour  vous  et  à  appeler  à  voter  pour  vous.  C'est  celle  
qui  m'avait  amené  à  croire  ce  qui  était  annoncé  par  le  mouvement  En  Marche,  à  savoir  
que  dans  les  pratiques  politiques,  beaucoup  de  choses  allaient  changer.  
 
 
Je  sais  maintenant  que  si  elles  changent,  vous  n'y  serez  pas  pour  grand  -­‐
chose.  
 
 
Contre-­‐démocratiquement  vôtre.  
 
 
 
 
                     Jean-­‐Paul  Yves  Le  Goff  
 
 
 
 
 
Représentant  des  abstentionnistes  et  des  irréguliers    
 
 
 
 
 
de  la  IVème  circonscription  du  Finistère  
 
PS  :  L'épreuve  de  la  discussion.  
https://www.facebook.com/RicMorlaix29/videos/2256296337715017/


reponselettreinsultante.pdf - page 1/2
reponselettreinsultante.pdf - page 2/2

Documents similaires


c0xfjk9
appel a participations
oe406d6
lettre aux jeunes
pourquoi vous devez etre efficace durant vos seances de td
raptor camp


Sur le même sujet..