Thèse F Roux complète .pdf



Nom original: Thèse F Roux complète.pdfTitre: Université de Nantes

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par / Mac OS X 10.6.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/11/2018 à 21:19, depuis l'adresse IP 82.243.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 757 fois.
Taille du document: 11.8 Mo (359 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Université  de  Nantes  
U.F.R. de SOCIOLOGIE

 
THÈSE  
en  vue  Ȃobtenir  le  grade  de  
ȱ ȱ Ȃ ȱ ȱ  
 
Présentée  et  soutenue  publiquement  le  jeudi  6  décembre  2007  
 
par  
 
Frédéric  ROUX  
 
 
 
 
 

DES  «  PÊCHEURS  SANS  PANIER  »    
Contribution  à  une  sociologie  des  nouveaux  usages  culturels    
de  la  nature  

Directeurs :

Monsieur Jean-Michel FAURE 3URIHVVHXU j O¶8QLYHUVLWp GH 1DQWHV
Monsieur Charles SUAUD, Professeur à O¶8QLYHUVLWp GH 1DQWHV
Membres du jury :

Monsieur Sergio DALLA BERNARDINA, profeVVHXU j O¶8QLYHUVLWp GH %UHVW
Monsieur Frédéric LEBARON SURIHVVHXU j O¶8QLYHUVLWp G¶$PLHQV
Monsieur Rémi LENOIR SURIHVVHXU j O¶8QLYHUVLWp 3DULV ,

 
 
 
Jean-­‐‑Michel   Faure   et   Charles   Suaud   ont   montré   dès   le   début   de   mes  
›ŽŒ‘Ž›Œ‘Žœȱœž›ȱ•Šȱ™¹Œ‘Žȱž—ȱ’—·›¹ȱŽȱ–¹–ŽȱŽȱ•ȂŽ—‘˜žœ’Šœ–Žȱ™˜ž›ȱŒŽȱ˜‹“Žǯȱ Žȱ
intérêt   a   été   pour   moi   un   aiguillon   permanent   šž’ȱ –ȂŠȱ œ˜›’ȱ Žœȱ –˜–Ž—œȱ Žȱ
doute.   Je   tiens   à   les   remercier   vivement   Žȱ –Ȃavoir   aidé   à   donner   à   la   pêche,   je  
•ȂŽœ™¸›Žǰȱž—Žȱ•·’’–’·  sociologique  Ž—ȱ–ȂŠŒŒžŽ’••Š—ȱ¥ȱ•Ȃ —’ŸŽ›œ’·ȱŽȱ Š—Žœǯ  
Je   tiens   également   à   remercier   les   animateurs   du   CENS,   particulièrement  
Gildas   Loirand,   notamment   pour   •Ȃ˜›Š—’œŠ’˜—ȱ ž   congrès   de   la   Société   de  
Sociologie   du   Sport   de   Langue   Française   en   octobre   2005.   Ma   participation   à   ce  
Œ˜—›¸œȱ–ȂŠȱ™Ž›–’œȱŽȱŒ•Š›’’Ž›ȱŽȱŽȱœ›žŒž›Ž›ȱ–˜—ȱ›ŠŸŠ’•ǯ  De  la  même  façon,  ma  
™Š›’Œ’™Š’˜—ȱŠžȱŒ˜••˜šžŽȱœž›ȱ•ȂŽŠžȱ˜›Š—’œ·ȱ™Š›ȱ•Šȱ
ȱŽȱ Š—ŽœȱŽ—ȱ–Š’ȱ 2006  a  
participé   profondément   à   cet   élan.   Je   remercie   particulièrement   Fabienne   Le   Roy  
pour  son  accueil  attentionné.  
Žȱ›ŠŸŠ’•ȱ˜’ȱ‹ŽŠžŒ˜ž™ȱ¥ȱ˜žœȱŒŽž¡ȱšžŽȱ“ȂŠ’ȱŒ›˜’œ·s  ŽȱŠŸŽŒȱšž’ȱ“ȂŠ’ȱ·Œ‘Š—·ǰȱ
toujours   de   façon   fructueuse  :   Olivier   Bourdin,   Gérard   Caplanne,   Philippe  
Coulangeon,   Michelle   Ferriere,   Yvon   Lamy,   Frédéric   Lebaron,   Gérard   Mauger,  
Adrien  Meunier,  Frédéric  Neyrat,  Lucien  Orio,  Patrick  Rödel,  Bernard  Traimond.  
Il  me  faut  évidemment  remercier  les  nombreux  pêcheurs,  guides  de  pêche,  
dirigeants   ȂŠœsociations   qui   se   reconnaîtront   et   que   je   ne   peux   tous   nommer,  
Béatrice   Gentil,   ˜Œž–Ž—Š•’œŽȱ Ž’ŒŠŒŽȱ žȱ ȱ ǻŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ Ǽǰȱ ŠŠ–Žȱ
Š›Šǰȱ›Žœ™˜—œŠ‹•Žȱžȱ™›¹ȱ¥ȱ•Ȃ —’ŸŽ›œ’·ȱŽȱ ˜›ŽŠž¡ȱ ǰȱ Nathalie  Fournet  pour  
ses  compétences  en  «  Anglais  halieutique  ».  
Mes   derniers   remerciements   iront   à   mes   amis,   Pierre   Macé,   Walter   Toso,  
Erick  Laucher,  Christophe  Serain,  Robert  Rivière  et  bien   sûr  à  mes   proches  :  mes  
parents,  mes  beaux-­‐‑parents,  ma  femme  Muriel,  soutien  de  chaque  instant,  et  mes  
trois  formidables  enfants  :  Victoire,  Bérénice  et  Etienne.  
 
Žȱ —Žȱ ™Žž¡ȱ Ž—’—ȱ –ȂŽ–™¹Œ‘Ž›ȱ Žȱ ·’Ž›ȱ ŒŽȱ –˜ŽœŽȱ ›ŠŸŠ’•ȱ ¥ȱ ŒŽž¡ȱ šž’ȱ ¢ȱ
contribué   chacun   à   leur   façon   et   qui   ne   pourront   malheureusement   pas   le   lire  :  
Jean-­‐‑Paul  Molinari  et  Vincent  Dal  Corso.  
 

INTRODUCTION  
«   ȂŽœ™·›Š—ŒŽȱŽȱ™›Ž—›Žȱžȱ˜ž“˜—ǰȱŒŽȱ’·Š•ȱŽœȱ‹˜ž’šž’Ž›œdz  »,  Guy  de  Maupassant1    
 
Qui  n'ʹa  pas  pêché  à  la  ligne  ?  La  pêche  de  loisirs  fait  partie  de  l'ʹunivers  des  
évidences,   des   stéréotypes   souvent   mobilisés   pour   évoquer   la   ruralité,  
l'ʹenfance   (figure   1) 2   et   l'ʹattitude   vaguement   indolente   et   contemplative   du  
vacancier.  Passe-­‐‑temps  universel,  banal,  facile,  peu  onéreux  sur  lequel  il  n'ʹy  a  rien  
à  dire  :  les  pêcheurs  n'ʹont  pas  l'ʹidentité  collective  et  politique  des  chasseurs,  
leur   activité   ne   déchaîne   pas   d'ʹhostilité   enfin,   leur   pratique   est   souvent  
solitaire,   stationnaire   et   silencieuse.   Pire,   on   en   fait   régulièrement   des  
abstentionnistes  («  le  parti  des  pêcheurs  à  la  ligne  »3),  comme  pour  rappeler  que  la  
pêche   est   un   loisir   asocial,   une   sorte   de   fuite   gratuite   hors   du   monde   et   hors   du  
temps,  une  quasi  mise  en  sommeil  des  fonctions  intellectuelles.  Les  représentations  
de   la   pêche   sont   souvent   des   représentations   des   classes   populaires,   avec   leur  
aspect   populiste   ou   romantique   qui   voit   derrière   le   symbole   du   bonheur  
dominical   du   «  temps   pour   soi  »   la   conquête   politique   des   congés   payés   et   la  
réappropriation,   parfois   par   la   ruse,   comme   l'ʹévoque   l'ʹimage   du   braconnier,  
d'ʹune   nature   sauvage   longtemps   confisquée   par   les   dominants.   Elles  
peuvent   aussi   faire   écho   à   un   certain   misérabilisme   quand,   mettant   pêche,  
chasse  et  cueillette  dans  le  même  panier  des  pratiques  alimentaires  de  survie,  elle  
1

De   Maupassant   G.,   Une   partie   de   campa—Žȱ Žȱ Šž›Žœȱ ‘’œ˜’›Žœȱ ȂŠ–˜ž›ǰȱ Š›’œǰȱ ˜Œ”Žǰȱ ŗşşśȱ
(1881),  p.  28.  
2
On   peut   par   exemple   faire   référence   à   des   romans   pour   la   jeunesse,   souvent   teintés   de  
—˜œŠ•’Žȱ Žȱ Žȱ ŠœŒ’—Š’˜—ȱ ™˜ž›ȱ •ȂŽŠžǰȱ comme   L'ʹenfant   et   la   rivière   de   Henri   Bosco   ou   aux  
auteurs  "ʺrégionalistes"ʺ  comme  Maurice   Genevoix  (La  boîte  à  pêche)  ou  plus  récemment  Gilbert  
Bordes,  écrivain  d'ʹorigine  corrézienne  et  journaliste  halieutique.
3

On   doit   vraisemblablement   cette   expression   à   Georges   Clémenceau   («  Le   parti   des   pêcheurs   à   la  
ligne,   le   plus   grand   parti   de   France  »).   Le   pêcheur   est   une   figure   en   fait   typiquement   française   de  
•ȂŠ‹œŽ—’˜—ǰȱŒ˜––Žȱ•Žȱ–˜—›Žȱž—ȱœ™·Œ’Š•’œŽȱŽȱ•ȂŠ—Š•¢œŽȱ•Ž¡’Œ˜•˜’šžŽȱen  science  politique.  Barbet  
D.,  «   žŠ—ȱ•Žœȱ–˜œȱŽȱ•ȂŠ‹œŽ—’˜—ȱ™Š›•Ž—ȱŽœȱ–Šž¡ȱŽȱ•Šȱ·–˜Œ›Š’Ž  »,  communication  au  congrès  de  
•Ȃ œœ˜Œ’Š’˜—ȱ ›Š—³Š’œŽȱ Žȱ Œ’Ž—ŒŽȱ ˜•’’šžŽǰȱ œŽ™Ž–‹›Žȱ ŘŖŖśǰȱ ’sponible   en   ligne,   url  
http://sites.univ-­‐‑lyon2.fr/congres-­‐‑afsp/IMG/pdf/barbet.pdf.  

3

réduisent  les  goûts  populaires  à  des  goûts  de  nécessité.    

 
FIGURE  1  :  un  loisir  ?  (Source  inconnue)  
 
Malgré  cette  pesante  banalité,  et  sans  doute  à  cause  d'ʹelle,  la  pêche  à  la  ligne,  
pratique   populaire   fortement   codifiée,  mérite   d'ʹêtre   étudiée   sociologiquement,  
en  renonçant  à  l'ʹattitude  fascinée  et  enchantée  qui  nourrit  la  littérature  sur  le  sujet  
et  parfois  des  écrits  plus  savants  qui,  en  détachant  la  pratique  de  l'ʹenvironnement  
social   qui   lui   donne   son   sens   et   ses   limites,   contribuent   à   nourrir   cette   fascination  
dont  il  est  difficile  de  se  défaire.    

4

Nous   avons   été   frappé   au   cours   de   notre   travail   par   la   pauvreté   des  
recherches  sociologiques  sur  le  sujet4,  pauvreté  déplorée  de  façon  récurrente  par  les  
quelques   auteurs   -­‐‑   souvent   anglo-­‐‑saxons   -­‐‑   qui   se   sont   penchés   sur   ce   loisir5.  
Pourquoi,   alors   qu'ʹil   est   très   répandu,   intéresse-­‐‑t-­‐‑il   aussi   peu   les   sociologues,   les  
anthropologues  ou  les  historiens  ?  La  réponse  est  sans  doute  dans  la  question,  c'ʹest  
cette   banalité   même   qui   rendrait   la   pratique   indigne   d'ʹêtre   étudiée   :  la  banalité  
d'ʹun  «  acte  distrait  »,  facile,  sans  conséquences,  qui  échapperait  à  tout  déterminisme  
social.  La  pêche,  la  chasse  et  tous  les  «  divertissements  futiles  »  ont  été  stigmatisés  au  
début  du  XVIIe  siècle  par  une  certaine  morale  puritaine  qui  les  considérait  comme  
des  pertes  de  temps  improductives  donc  condamnables.  Le  XVII e  siècle  est  en  effet  
marqué   en   Angleterre   par   des   périodes   de   violences   religieuses   entre  
catholiques  et  puritains.  La  morale  hégémonique  et  austère  de  ces  derniers  est  
décrite  de  façon  célèbre  par  Max   Weber6  qui  voit  dans  leur  «  ascétisme  séculier  »  
des   homologies   (plus   qu'ʹune   relation   directe   de   cause   à   effet)   avec   «  l'ʹesprit  
capitaliste  ».   Cette   morale   puritaine   condamne   les   sports   «  inutiles  »   et   les  
divertissements   «  irrationnels  »   qui   sont   finalement   tenus   pour   des   vestiges  
archaïques  des  «  jouissances  naïves  ȎȱȂž—ȱ˜››Žȱ·˜Šl7.  Par  la  suite,  la  pêche  -­‐‑  
loisir   essentiellement   populaire   et   masculin,   n'ʹest   pas   entrée   dans   le   champ   des  

4

Et   même   de   façon   étonnante   d'ʹun   ouvrage   collectif,   par   ailleurs   intéressant,   sur   les  
"ʺpassions   ordinaires"ʺ   :   Bromberger   C.   (dir.),   Passions   ordinaires.   Du   match   de   footbal l   au  
concours  de  dictée,  Paris,  Bayard,  1998.
5
Citons  par  exemple  ce  constat  implacable  de  John  Lowerson,  un  des  rares  historiens  qui  a  analysé  
la   scission   entre   pêche   populaire   et   pêche   distinguée   en   Grande-­‐‑Bretagne,   sur   laquelle   nous  
reviendrons  :   «  Historians   of   mass   sports,   leisure   and   popular   culture   in   industrializing   England   have  
proved   remarkably   short-­‐‑œ’‘Žȱ ’—ȱ ‘Ž’›ȱ ›ŽŠ–Ž—ȱ ˜ȱ ‘Žȱ Œ˜ž—›¢Ȃœȱ •Š›Žœȱ ™Š›’Œ’™Š—ȱ ˜ž˜˜›ȱ œ™˜›ǰȱ
angling  ;  so  short-­‐‑sighted,  indeed,  that  they  have  virtually  failed  to  notice  it  at  all.  »  Lowerson  J.,  "ʺBrothers  
of   the   Angle:Coarse   Fishing   and   English   Working-­‐‑Class   Culture,   1850-­‐‑1914"ʺ   in   J.A.   Mangan   (ed),  
Pleasure,  Profit  and  Proselytisrn,  London,  F.  Cass,  1988.    
6
Weber   M.,   L'ʹéthique   protestante   et   l'ʹesprit   du   capitali sme,   Paris,  Plon,  1964.  Nous  verrons  
šžȂž—ȱŽœȱ˜žŸ›ŠŽœȱ•Žœȱ™•žœȱ·’·œȱŽȱ•Ȃ‘’œ˜’›Žȱ•’·›Š’›ŽȱŽ—ȱ ›Š—Žȱ ›ŽŠ—ŽǰȱWalton   I.,   The   Compleat  
Angler   or     the   Contemplative   Man   Recreation,   Londres,   1653.,   se   veut   une   critique   déguisée   de   cette  
morale  puritaine.
7
ž›ȱ •Ȃ˜Ž—œ’ŸŽȱ Š—’-­‐‑puritaine   que   constitue   le   Book   of   Sports   de   Jacques   Ier   et   Charles   Ier  
Ȃ —•ŽŽ››Žȱ Šžȱ e,   voir   Weber   M.,   L'ʹéthique   protestante   et   l'ʹesprit   du   capitalisme,   op.  
cit.,  pp.  203-­‐‑204.  

5

pratiques  socialement  valorisées  :  ni  travail  («  pêcher  à  la  ligne  c'ʹest  ne  rien  faire  »),  
ni  sport  («  pêcher  c'ʹest  se  reposer  »  ou  encore  «  pêche›ȱŒȂŽœȱž—ȱ“ŽžȱŽȱ‘ŠœŠ›  »).  
Une   approche   historique   (chapitre   1)   nous   permettra   de   mettre   en   évidence   cette  
«  transparence  ȎȱȂž—Žȱ™›Š’šžŽȱšž’ȱŽœȱ™Šœœ·ŽȱžȱœŠžȱȂŠŒ’Ÿ’·ȱŠ•’–Ž—Š’›Žȱ¥ȱŒŽ••Žȱ
de   passe-­‐‑temps,   sans   pour   autant   gagner   une   place   légitime   dans   le   monde   des  
loisirs   valorisés.     La   pêche   est   en   effet   pratiquement   toujours   absente   des  
programmes   sportifs,   des   études   sur   le   sport   et   paraît   éloignée   des  
représentations   spontanées   de   l'ʹactivité   sportive,   plus   marquée   en   Europe  
continentale   par   la   dimension   athlétique8.   ’ȱ •Žȱ œ™˜›ȱ Š’ȱ ·“¥ȱ ’ž›Žȱ Ȃ˜‹“Žȱ
˜–’—·ȱ Š—œȱ •Ȃž—’ŸŽ›œȱ Žœȱ ˜‹“Žœȱ Ȃ·žŽœǰȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ Žœȱ œŠ—œȱ ˜žŽȱ Ž—Œ˜›Žȱ ™•žœȱ
·•Š’œœ·Žǰȱ œ˜›Žȱ Ȃ˜‹“Žȱ ˜œœ’•Žȱ Ž—Ž›–·ȱ Š—œȱ •Žȱ –žœ·Žȱ Žœȱ ȍ  pratiques  
traditionnelles  »  laissées  aux  anthropologues  régionalistesǰȱšžŠ—ȱŒŽȱ—ȂŽœȱ™Šœȱž—ȱ
–·™›’œȱ Žȱ Œ•ŠœœŽǰȱ Œ˜––Žȱ Ž—ȱ ·–˜’—Žȱ ŒŽȱ ™ŠœœŠŽȱ Ȃž—ȱ –Š—žŽ•ȱ Žȱ –·‘˜Žȱ
ethnographique  qui  invite  les  chercheurs  apprentis    à  se  défaire  de  leurs  préjugés  
intellectualistes  :   «   ˜›œšžŽȱ •Ȃ˜—ȱ ™›˜™˜œŽȱ Šž¡ȱ ·ž’Š—œȱ Žœȱ ‘¸–Žœȱ ȂŽ—šž¹Žœȱ ™˜ž›ȱ ž—ȱ
stage  de  terrain,  certains  sujets  ne  suscitent  aucun  intérêt  ou  provoquent  des  sourires  ou  
Žœȱ›’›Žœǯȱ ȂŽœȱ•ŽȱŒŠœȱ™Š›ȱŽ¡Ž–™•ŽȱŽȱ•Ȃ·žŽȱŽœȱœ˜Œ’··œȱŽȱŒ‘ŠœœŽȱ˜žȱŽȱ™¹Œ‘Ž  :  activités  
šž’ȱ œ˜—ȱ™Ž›³žŽœǰȱ ™Š›ȱ‹ŽŠžŒ˜ž™ȱ Ȃ·ž’Š—œǰȱŒ˜––Žȱ des   «  trucs  de  beaufs  »,  catégorie  qui  
manifeste   un   mépris   dont   devrait   se   méfier   de   jeunes   apprentis   sociologues   (le   «  beauf  »,  
ŒȂŽœȱ ˜ž“˜ž›œȱ •ȂŠž›Ž  ?).  »9     ‹“Žȱ ’—’—Žȱ šž’ȱ ·–˜’—Žȱ Žȱ •ȂŽ¡’œŽ—ŒŽȱ Ȃž—Žȱ
hiérarchie  des  objets  scientifiques  moins  fondées  sur  des  motifs  scientifiques  que  
sur   des   préférences   sociales,   comme   le   soulignent   des   chercheurs   qui   ont   pu  
·™•˜›Ž›ȱ •Žȱ ™Žžȱ Ȃ’—·›¹ȱ Ž   la   sociologie   pour   la   chasse   à   courre,   pratique   jugée  
Š›Œ‘ŠÊšžŽȱ™Š›ȱœŠȱŸ’˜•Ž—ŒŽȱŽȱ•Šȱ–’œŽȱŽ—ȱœŒ¸—Žȱœ˜Œ’Š•Žȱšž’ȱ•ȂŠŒcompagne.  «  Autrement  
8

Au   contraire   de   la   Grande-­‐‑Bretagne   où   le   mot   sport   signifie   d'ʹabord   amusement,  
divertissement   et   où   d'ʹailleurs   la   pêche   est   plus   spontanément   classée   parmi   les   sports.   Ce  
classement   peut   susciter   l'ʹétonnement   (que   dire   de   l'ʹintégration   récente   du   bridge   dans   les  
disciplines  olympiques  ?)  et  révèle  l'ʹimpossibilité  de  donner  une  définition  universelle  du  sport,  voir  
sur  ce  point  Defrance  J.,  Sociologie  du  Sport,  Paris,  La  Découverte,  1995,  réed.  1997,  particulièrement  
p.  95.  
9
Beaud  S.,    Weber  F.,     ž’ŽȱŽȱ•ȂŽ—šž¹ŽȱŽȱŽ››Š’—,  Paris,  La  Découverte,  1998,    p.  49.

6

’ȱ•Šȱ‘’·›Š›Œ‘’ŽȱŽœȱ˜‹“ŽœȱœŒ’Ž—’’šžŽœǰȱ•Šȱ™•žœȱ˜žȱ–˜’—œȱ›Š—Žȱ’’Œž•·ȱšžȂ’•ȱ¢ȱŠȱ¥ȱ•Žœȱ
constituer  comme  objets,  ne  tient  pas  à  leur  essence,  mais  à  leur  position  dans  le  système  
des   relations   entre   ceux  qui   sont,   professionnellement,   en   position   de   les  étudier,   et   ceux  
qui   en   sont   les   agents.  »10   Ces   sociologues   expliquent   un   peu   plus   loin   que   ces  
réticences   sociales   sont   moins   vives   chez   les   ethnologues,   traditionnellement  
moins  «  sensibles  »  que  les  sociologues    aux  rapports  de  classe.  
Il  existe  cependant  une  autre  raison  au  silence  de  la  sociologie  sur  la  pêche,  
révélée  indirectement  par  les  données  statistiques  :  la  réalité  sociale  de  la  pêche  
est   aussi   très   déroutante   pour   le   sociologue.   Comme   nous   le   verrons   dans   le  
chapitre  2,  les  statistiques  montrent  que  la  pêche,  si  elle  est  populaire  et  répandue,  
n'ʹest  pas  clairement  une  pratique  du  «  monde  rural  »,  bien  moins  en  tout  cas  que  la  
chasse   et   la   cueillette   avec   lesquelles   on   l'ʹassocie   souvent.   C'ʹest   même   plutôt  
une   activité   ouvrière   et   urbaine   :   son   essor   en   Grande-­‐‑Bretagne   correspond  
d'ʹailleurs   à   la   Révolution   Industrielle.   Alors   qu'ʹune   division   spontanée   du  
travail   de   recherche   conduirait   à   confier   cet   objet   aux   sociologues   ou   aux  
anthropologues  dits  «  ruralistes  »,  il  constitue  sans  doute  plus  un  élément  du  
style  de  vie  ouvrier  et  populaire.  Mais  il  peut  contrarier  par  bien  des  aspects  
•Žœȱ’—·›¹œȱȂž—Žȱœ˜Œ’˜•˜’ŽȱŽȱ•Šȱȍ  classe  ouvrière  »,  plus  encline  à  saisir  les  
ouvriers   dans   le   champ   professionnel   ou   politique   que   dans   un   loisir   aussi  
peu  sociable  -­‐‑en  apparence-­‐‑  que  la  pêche.  
   Les   statistiques   permettent   en   effet   de   situer   ce   loisir   dans   l'ʹespace  
social   et   dans   l'ʹespace   des   loisirs   et   donc   d'ʹinformer   une   démarche   plus  
serrée,   de   type   ethnographique   qui   permettrait   de   saisir   les   principes   de  
différenciation   au   sein   de   la   pratique.   ȂŽœȱ Ž—ȱ ŒŽ•Šȱ šžŽȱ —˜žœȱ ›Žžœ˜—œȱ ȂŽ–‹•·Žȱ
Ȃopposer,   comme   le   veut   une   habitude   méthodologique   tenace,   la   démarche  
«  déductive  »  et  distante  du  sociologue  à  celle  plus  «  inductive  »  et  empathique  de  
•ȂŽ‘—˜•˜žŽǯȱ ˜›Žȱ ›ŠŸŠ’•ȱ Žȱ Ž››Š’—ȱ œŽȱ —˜ž››’›Šȱ Žœȱ ’—˜›–Š’˜—œȱ œŠ’œ’šžŽœȱ Žȱ
10

Pinçon  M.,  Pinçon-­‐‑ ‘Š›•˜ȱ ǯǰȱ ˜¢ŠŽȱŽ—ȱ›Š—Žȱ ‹˜ž›Ž˜’œ’Žǯȱ ˜ž›—Š•ȱȂŽ—šž¹Žǰȱ Š›’œǰȱ ›ŽœœŽœȱ
Universitaires  de  France,  Collection  «  sciences  sociales  et  sociétés  »,  1997,  p.  86.  

7

historiques   de   notre   première   partie,   tout   en   mettant   à   jour   des   pratiques  
œ¢–‹˜•’šžŽœǰȱŽœȱŒ˜ŽœǰȱŽœȱœ¢œ¸–ŽœȱŽȱŸŠ•Žž›œȱŽȱŽœȱ›’ŽœȱȂ’—Ž›ŠŒ’˜—ǯ  
•ȱœȂŠ’ȱ˜—Œ  Žȱ–Ž—Ž›ȱȂŠ‹˜›ȱž—ȱ›ŠŸŠ’•ȱŽȱŒ˜—œ›žŒ’˜—  Ȃobjet  en  saisissant  
le  poids  des  structures  sociales  à  travers  la  position  de  la  pêche  à  la  ligne  Š—œȱ•ȂŽœ™ŠŒŽȱ
social  des  loisirs,  mais  aussi  en  tentant  de  comprendre  le  sens  social  des  modalités  de  
pratique  (chapitre  3)  šž’ȱœŽȱ·Œ•’—Ž—ȱŠž˜ž›ȱȂž—ȱœ¢œ¸–ŽȱȂ˜™™˜œ’’˜—œ  :  lent/rapide,  
statique/actif,   pêche   de   proximité/pêches   distantes,   poissons   communs/poissons  
noblesdzȱ Žœȱ–˜Š•’·œȱ›·Ÿ¸•Ž—ȱ•ȂŽ¡’œŽ—ŒŽȱȂž—ȱŒ‘Š–™ȱŽȱ™›Š’šžŽœ  Žȱ•Ȃémergence  
Ȃž—ȱ›Š™™˜›ȱ’œ’—ž·ȱŽȱŽœ‘·’œŠ—ȱ¥ȱ•ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ‘Š•’Žž’šžŽ  :  la  pêche  sportive,  dont  la  
pêche  à  la  mouche  semble  être  une  des  formes  les  plus  abouties.  
 
Le  «  purisme  »  et  la  revendication  sportive  
La  pêche  sportive,  si  nous  avons  pu  observer  qu'ʹelle  est  une  pratique,  est  avant  
tout  un  discours  et  une  représentation  inséparablement  éthique  et   esthétique.  
Mais  cette  épithète  est  loin  de  faire  l'ʹunanimité  :  tous  les  pêcheurs  ne  l'ʹutilisent  pas  et  
elle   peut   même   paraître   saugrenue   pour   qualifier   une   activité   à   l'ʹimage   paisible,  
–¹–Žȱ œ’ȱ •Ȃ˜›’’—Žȱ žȱ –˜ȱ œ™˜›ȱ ǻdesportǼȱ ›Ž—Ÿ˜’Žȱ ¥ȱ •ȂŽ—œŽ–‹•Žȱ Žœȱ
divertissements.   Elle   prend   parfois   le   sens   d'ʹune   activité   athlétique,  
notamment  chez  les  pêcheur  de  truites  ou  plus  fréquemment  chez  les  pêcheurs  en  
mer   šž’ȱ ˜™™˜œŽ—ȱ •ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ Žȱ •Šȱ ™›’œŽȱ Žȱ ›’œšžŽœȱ Žȱ •Žž›ȱ ™›Š’šžŽȱ ¥ȱ •Ȃ’–ŠŽȱ
commune  de  la  pêche,  plutôt  passive.  Qualifier  sa  pratique  de   sportive  représente  
un   enjeu   symbolique   :   faire   partie   du   «  monde   des   sports  »   c'ʹest   aussi   être  
reconnu   comme   une   pratique   légitime11.  La  pêche  en  mer,  qui  est  gérée  de  façon  
11

Nous   y   reviendrons   dans   cette   étude,   la   littérature   spécialisée   et   certains   journalistes  
«  halieutiques  »  mèneront  ce  que  Howard  Becker  appelait  une  «  croisade  morale  »  pour  donner  à  
•Šȱ ™¹Œ‘Žȱ œŠȱ ’–Ž—œ’˜—ȱ œ™˜›’ŸŽȱ Žȱ •Šȱ œ˜›’›ȱ Š’—œ’ȱ Žȱ •Ȃ’—’—’·ǯȱ ’˜—œȱ ™Š›ȱ Ž¡Ž–™•Žȱ ŒŽŽȱ ™›·ŠŒŽȱ
Ȃž—ȱ˜žŸ›ŠŽȱœž›ȱ•ŽœȱŽŒ‘—’šžŽœȱŽȱpêche,  illustré  de  photos  parfois  spectaculaires  :  «  (...)  il  a  bien  
fallu   -­‐‑ne   serait-­‐‑ce   qu'ʹen   vertu   du   nombre   de   ses   pratiquants -­‐‑   accorder   un   peu   plus   de  
considération  à  la  pêche  dont  on  s'ʹest  aperçu  qu'ʹelle  constituait  un  sport  passionnant  à  plus  d'ʹun  
titre.  Oui,  je  dis  bien  un  sport  et  je  m'ʹempresse  de  signaler,  à  ceux  que  le  mot  ferait  sourire,  qu'ʹil  
faut  avoir  pataugé  dans  un  gave,  en  plein  courant,  de  l'ʹeau  jusqu'ʹaux  aisselles  et  une  canne  de  
quatorze   pieds   entre   les   mains,   avoir   remonté   dix   kilomètre s   d'ʹun   torrent   en   prospectant  

8

différente   de   la   pêche   en   eau   douce   (les   pêcheurs   ne   s'ʹacquittent   pas   de   permis  
mais   peuvent   adhérer   à   des   clubs   fédérés   au   sein   d'ʹune   structure   nationale)  
revendique   fortement   cette   image,   ne   serait-­‐‑ce   que   parce   que   leur   fédération   est  
placée  sous  la  tutelle  du  ministère  de  la  jeunesse  et  des  Sports.  Cette  légitimité  
sportive  fonctionne  comme  le  symbole  d'ʹune  reconnaissance  qui  n'ʹest  pas  aussi  
sans  conséquences  économiques.  Elle  contribue  aussi  à  redorer  l'ʹimage  d'ʹun  loisir  
qui  peut  être  contesté,  comme  c'ʹest  le  cas  pour  la  chasse12ǰȱ–¹–ŽȱœȂ’•ȱ—˜žœȱ™Š›ŠÉȱ‘¦’ȱ
de  le  réduire  à  cette  seule  dimension  stratégique.  
Comme  le  montrera  le  chapitre  4,  c'ʹest  parmi  les  pêcheurs  à  la  mouche  
que  nous  avons  rencontré   une   conception  plus  anglo-­‐‑saxonne  du  mot  sport  :  
un   divertissement   doublé   d'ʹun   état   d'ʹesprit,   le   fair-­‐‑play.   La   pêche   est   alors  
considérée  comme  un  jeu13  (game  fishing)  dont  le  poisson  est  le  «  partenaire  ».  Ce  n'ʹest  
pas   sa   consommation  qui  procure   le   plaisir  mais   sa  prise  et  le  fait   de   le   pêcher,   la  
preuve  étant  la  remise  à  l'ʹeau  appelée  aussi   no-­‐‑kill  ou  catch  and  release.  La  forme  
la   plus   aboutie   de   cet   état   d'ʹesprit   paraît   être   la   technique   de   la   pêche   à   la  
mouche   šž’ȱ Œ˜—ŒŽ—›Žȱ ™Š›ȱ œŠȱ –’œŽȱ Ž—ȱ ꞟ›Žȱ ŒŽŽȱ ›ŽŒ‘Ž›Œ‘Žȱ žȱ ™•Š’œ’›ȱ
(matériel   esthétisé,   gestuelle,   codification)   au   détriment   même   de  
•ȂŽ’ŒŠŒ’·.   Les   adeptes   de   cette   technique   mettent   en   avant,   nous   le  
verrons,   ses   qualités   esthétiques   et   savantes   qui   suppose nt   une   bonne  
chaque   rocher,   ou   s'ʹêtre  "ʺbagarré"ʺ  avec  un  thon  pendant  cinq  heures  pour  réaliser  qu'ʹil  s'ʹagit  là  
d'ʹactivités   exigeant   des   qualités   physiques   comparables   -­‐‑voire   supérieures-­‐‑   à   celles   que  
demandent  d'ʹautres  disciplines.  »  Maury  D.,  Joies  de  la  pêche,  Paris,  Hachette,  1975.  
12
  «  L'ʹélaboration   d'ʹun   nouveau   discours   de   justification   de   la   chasse   et   la   constitution   d'ʹune   nouvelle  
représentation   de   la   pratique   qui   fait   du   chasseur   un   sportif   respectueux   des   équilibres   naturels   et   un   bon  
connaisseur   des   règles   du   jeu   peuvent   ainsi   apparaître   comme   une   réponse   aux   critiques   de  la  chasse  populaire  
traditionnelle  (...).  »  Fabiani  J.  L.  ,    «  L'ʹopposition  à  la  chasse  et  l'ʹaffrontement  des  représentations  de  la  nature  »,  Actes  de  la  
Recherche  en  Sciences  Sociales,  54,  1984,  p.  82..  
13

ȂŽ—Ž—›Žȱœž›ȱž—Žȱ·’—’’˜—ȱžȱ–˜ȱ“ŽžȱŽœȱ˜žȱŠžœœ’ȱ’’Œ’•ŽȱšžŽȱŠ—œȱ•ŽȱŒŠœȱžȱœ™˜›ǰȱŒ˜––Žȱ
en  témoigne  la  définition  classique  de  Roger  Caillois  selon  qui  le  jeu  est  une  activité  qui  réunit    six  
caractéristiques   (fictive,   libre,   séparée,   incertaine,   improductive,   réglée),   définition   plus   large  
™ž’œšžȂŽ••Žȱ ›ŽŒ˜žŸ›Žȱ Žœȱ ŠŒ’Ÿ’·œȱ –˜’—œȱ ™‘¢œ’šžŽœǯ   La   pêche   sportive   semble   se   situer   quelque  
part   entre   le   sport   et   le   jeu.   Caillois   R.,   Les   jeux   et   les   hommes,   Paris,   Gallimard,   1992   (première  
édition  1958).  

9

connaissance   théorique   du   milieu   (poissons,   insectes)   et   un   respect   de  
l'ʹenvironnement   (chapitre   6).   Ils   stigmatisent   volontiers   les   adeptes   d'ʹautres  
techniques,  moins  «  loyales  »,  et  les  soupçonnent  d'ʹêtre  plus  souvent  qu'ʹeux  des  
«  preneurs   obsédés   par   leurs   tableaux  »   voire   des   «  viandards  »  
irresponsables   (chapitre   7).   Cette   représentation   de   la   pêche   a   donc   tout  
de   l'ʹidéologie   Žȱ –·›’Žȱ Ȃ¹›Žȱ ’—Ž››˜·Žȱ :   elle   est   aussi   une  
représentation   de   la   nature   comme   lieu   mythique,   des   poissons   et   des  
autres   pêcheurs.   Faite   pour   séduire   les   détracteurs   traditionnels   de   la  
pêche,  elle  prend  volontiers  des  accents   d'ʹécologie  et  semble  se  répandre  dans  
les  magazines  spécialisés  et  les  discours  d'ʹinstitution,  même  si  nous  verrons  que  
la   sportization   semble   être   en   France   un   processus   inachevé.   Du   coup,   elle  
apparaît   comme   évidente,   «  naturelle  »   à   certains   pêcheurs.   Pourtant   il   a   fallu  
qu'ʹelle  s'ʹimpose  dans  les  esprits.  Notre  recherche  vise  à  comprendre  comment  cette  
œŽ—œ’‹’•’·ȱ œ™·Œ’’šžŽȱ œȂŽ¡™›’–Žȱ —˜Š–ment   chez   ceux   que   nous   pourrons   appeler  
les   «  pêcheurs   sans   panier  »,   comment   cet   habitus   sportif   se   structure   dans   une  
forme   particulière   de   militantisme   écologiste   au   prix   de   certaines   contradictions.  
˜žœȱŒ‘Ž›Œ‘Ž›˜—œȱŠžœœ’ȱ¥ȱŠ—Š•¢œŽ›ȱ•Žœȱ›Š’œ˜—œȱšž’ȱŽ¡™•’šžŽ—ȱ™˜ž›šž˜’ȱ•Ȃ’–™˜œ’’˜—ȱ
Žœȱ—˜žŸŽŠž¡ȱžœŠŽœȱŽȱ•Šȱ—Šž›ŽȱšžȂŽ••Ž  véhicule  reste  un  processus  discontinu  et  
Œ˜—•’ŒžŽ•ǯȱ ȂŠ‹Š—˜—ȱ žȱ ™Š—’Ž›ǰȱ •Žȱ Š’ȱ Žȱ —Žȱ ™Šœȱ Œ˜—œ˜––Ž›ȱ œŽœȱ ™›’œŽœȱ ǻ˜žȱ žȱ
–˜’—œȱ ȂŽ—ȱ •’‹·›Ž›ȱ ž—Žȱ ™Š›’ŽǼȱ ›ŽœŽȱ ž—ȱ ŠŒŽȱ ·–˜—œ›Š’ȱ šž’ȱ Š’ȱ •Ȃ˜‹“Žȱ Žȱ ·‹Šs  
enflammés.  
 
Socialisation  éthique  et  habitus  sportif  
 

Ce  travail  se  présente  donc  comme  un  lent  «  zoom  avant  ȎȱŸ’œŠ—ȱȂŠ‹˜›ȱ¥ȱ

situer  la  pêche  de  loisir14  Š—œȱ•ŽȱŽ–™œȱŽȱŠ—œȱ•ȂŽœ™ŠŒŽȱœ˜Œ’Š•ǰȱ™ž’œȱŠ—œȱŒŽ•ž’ȱŽœȱ
loisirs  pour  ensuite  analyser  plus  finement  des  techniques  de  pêche  différenciées  

14

Nous  avons  choisi  de  privilégier  dans  notre  travail  la  pêche  de  loisir  en  eau  douce  et  en  France,  
–¹–Žȱ œ’ȱ —˜žœȱ ·Ÿ˜šžŽ›˜—œȱ ȂŠž›Žœȱ ¢™Žœȱ Žȱ ™›Š’šžŽœȱ Žȱ ȂŠž›Žœȱ Š’›Žœȱ ·˜›Š™‘’šžŽœȱ ¥ȱ ’›Žȱ Žȱ
comparaison.  

10

(et   parfois   opposées   —˜Š––Ž—ȱ Š—œȱ •Ȃ’—Ž›™›·Š’˜—ȱ Žȱ •Žž›œȱ œ’—’’ŒŠ’˜—œ)   et  
enfin  «  plonger  ȎȱŠ—œȱ•Ȃž—’ŸŽ›œȱŽȱŒŽž¡ȱšž’ȱœŽȱ™›·œŽ—Ž—ȱŒ˜––ŽȱŽœȱȍ  puristes  »,  
les   pêcheurs   à   la   mouche,   pour   y   déceler   encore   des   nuances   techniques   et  
éthiques.  
Jacques  Defrance15,  Œ’Š—ȱ•Žœȱ›ŠŸŠž¡ȱȂ ǯȱ Š™’Ž››Žȱ¥ȱ™›˜™˜œȱdu  microcosme  
des   kayakistes   fortement   structuré   dans   une   opposition   entre   «  touristes  »   et  
«compétiteurs  »,   souligne   la   dimension   culturelle   et   spatiale   du   sport   que   nous  
souhaitons   mettre   en   évidence   dans   notre   travail   ethnographique.   Car   cette  
opposition   entre   des   pratiquants   peu   investis   et   fortement   encadrés   et   des  
«  puristes  ȎȱŒ‘ŽŸ›˜——·œȱŠŒžŠ•’œŠ—ȱ•Žž›œȱ™›Š’šžŽœȱŠž˜ž›ȱȂž—Žȱ·‘’šžŽȱ·Œ˜•˜’œŽȱ
Žȱ•’‹Ž›Š’›Žȱ—ȂŽœȱ™Šœȱ•Žȱ›Ž•Žȱ’¸•ŽȱȂž—Žȱ˜™™˜œ’’˜—ȱŽȱŒ•ŠœœŽȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ›·Ÿ¸•Ž›Š’ȱ
’›ŽŒŽ–Ž—ȱ Ž—ȱ ·Š‹•’œœŠ—ȱ Žœȱ œŠ’œ’šžŽœȱ œž›ȱ •Ȃ˜›’’—Žȱ œ˜Œ’˜-­‐‑économique   des  
pratiquants.  Il  faut  rompre  avec  un  économisme  étroit  qui  ferait   par  exemple  des  
pêches   sportives   des   pêches   «  onéreuses  »   réservées   aux   «  riches  »,   ou   aux  
«  cadres  »ǰȱ •ȂŽœ™ŠŒŽȱ Žœȱ ŽŒ‘—’šžŽœȱ Žȱ ™¹Œ‘Žȱ ›Ž•·Š—   alors   ’¸•Ž–Ž—ȱ •ȂŽœ™ŠŒŽȱ
économique,   et   reconnaître   à   cet   espace   des   pratiques   halieutiques   une   certaine  
autonomie   et   un   pouvoir   de   socialisation   qui   lui   permet   de   générer   ses   propres  
déterminations,   ses   principes   de   différenciations,   ses   intérêts   spécifiques.   Cette  
Šž˜—˜–’Žȱ Žœȱ ˜žŽ˜’œȱ ›Ž•Š’ŸŽǰȱ ˜—ȱ —ȂŠ››’ŸŽȱ ™Šœȱ œ˜Œ’Š•Ž–Ž—ȱ (ni   surtout  
culturellement)   «  vierge  »   Š—œȱ •ȂŽœ™ŠŒŽȱ Žœȱ •˜’œ’›œȱ Žȱ •Žœȱ ™˜œ’’˜—œȱ œ˜Œ’˜-­‐‑
·Œ˜—˜–’šžŽœȱ™ŽžŸŽ—ȱœȂ¢ȱŽ¡™›’–Ž›ǰ  souvent  sous  forme  euphémisée  ou  sublimée.  
Žȱ›â•ŽȱŽȱ•Ȃ˜‹œŽ›ŸŠ’˜—ȱŽ‘—˜›Š™‘’šžŽȱŽȱŽœȱŽ—›Ž’Ž—œȱest  précisément  de  tenter  
Žȱ ·Œ›’›Žȱ –·’Œž•ŽžœŽ–Ž—ȱ Žȱ ȂŠ—Š•¢œŽ›ȱ Ž—ȱ •Žœȱ ·Œ›¢™Š—ȱ les   discours   codifiés,  
les   prises   de   positions   parfois   très   subtiles   Ÿ˜’›Žȱ ȂŠ™™Š›Ž—ŒŽȱ ›’’Œž•Ž   («  ŒȂŽœȱ žȱ
pinaillage  »),   les   conflits   qui   sont   trop   récurrents   pour   être   ramenés   à   des  
«  querelles   de   personnes  »,   les   choix   techniques   en   apparence   libres   pour   en  

15

Defrance  J.,  Sociologie  du  sport,    op.  cit.,  p.  56.  

11

Œ˜–™›Ž—›Žȱ•Šȱ•˜’šžŽȱšž’ȱŽœȱŒŽ••ŽȱȂž—ȱŒ‘Š–™ȱœ™·Œ’’šžŽȱŠŸŽŒȱses  propres  formes  
Ȃ’—·›¹ǯ    
Ce  «  décryptage  »,  préalable  indispensable  à  une  réflexion  sur  la  sensibilité  
écologique   qui   se   cristallise   ici   dans   une   pratique   et   non   seulement   dans   des  
dispositions   pré-­‐‑établies   comme   semble   le   laisser   croire   le   discours   ambiant   qui  
™Š›•ŽȱȂž—Žȱȍ  sensibilité  écologique  »  (chapitre  8)ǯȱ ˜žȱŒ˜––Žȱ•Ȃ·‘’šžŽȱœ™˜›’ŸŽǰȱ
cette   sensibilité   est   portée   par   des   groupes,   elle   se   manifeste   dans   des   pratiques,  
des   représentations   et   des   usages   de   la   nature.   Jacques   Defrance,   parle   ainsi,   à  
propos   des   kayakistes   «  puristes  Ȏǰȱ Ȃž—Žȱ Œ˜—œ›žŒ’˜—ȱ Š—œȱ •Šȱ ™›Š’šžŽȱ Žȱ ŒŽȱ
discours   éthique  :   «  Il   est   possible   de   dire   que   leur   relation   à   la   pratique   sportive  
engendre  une  sensibilité  «  écologique  »  en  offrant  des  situations  inédites  de  contact  avec  les  
éléments  :   le   sport   ne   serait   pas   seulement   le   lieu   où   se   reflètent   des   prises   de   position  
éthiques  déjà  constituées,  il  serait  le  lieu  où  elles  se  construisent,  tout  autant  que  dans  le  
travail  ou  les  relations  familiales.  »16  
 
Une  démarche  multiple  :  des  frontières  traversées  et  ignorées  
 

Nous   avons   choisi   pour   mener   ce   travail   de   recherche   sur   un   terrain   peu  

balisé   par   les   sciences   sociales17,   de   «  faire   feu   de   tout   bois  »   et   de   mobiliser   un  
Ž—œŽ–‹•ŽȱŽȱ˜Œž–Ž—œȱ‘’œ˜›’šžŽœǰȱȂŽ—šž¹ŽœȱœŠ’œ’šžŽœǰȱž—ȱŒ˜›™žœȱȂ˜žŸ›ŠŽœȱ
spécialisés   appartenant   au   genre   de   la   «  littérature   halieutique  Ȏȱ Žȱ Ȃž’•’œŽ›ȱ
•Ȃ˜‹œŽ›ŸŠ’˜—ȱ Ž‘—˜›Š™‘’šžŽ   Žȱ •Žȱ ›ŽŒžŽ’•ȱ ȂŽ—›Ž’Ž—œȱ ™˜ž›ȱ Š’—Ž›ȱ —˜›Žȱ
Š™™›·‘Ž—œ’˜—ȱ Ȃž—ȱ ˜‹“Žȱ šžȂ’•ȱ —˜žœȱ Šž›Šȱ Š••žȱ ȂŠ‹˜›ȱ ȍ  cerner  ».   Ces   entretiens  
˜—ȱ Žœȱ œŠžœȱ ’ŸŽ›œȱ šž’ȱ Œ˜››Žœ™˜—Ž—ȱ Šžœœ’ȱ Šž¡ȱ –˜–Ž—œȱ Žȱ •ȂŽ—šž¹Ž  
(présentée   dans   le   chapitre   5)     šž’ȱ Žœȱ ȂŠ‹˜›ȱ ™Šœœ·Žȱ ™Š›ȱ ž—Žȱ ™‘ŠœŽȱ
«  exploratoire  »   avant   de   se   concentrer   sur   un   «  –’•’Žžȱ Ȃ’—Ž›Œ˜——Š’œœŠ—ŒŽ  »  
16

Ibid.,  p.  56.
ŽȱŠ’ȱȂ¹›Žȱœž›ȱž—ȱŽ››Š’—ȱ›Ž•Š’ŸŽ–Ž—ȱŸ’Ž›Žȱ˜——Žȱž—ȱŒŽ›Š’—ȱ·•Š—ȱ¥ȱ•Šȱ›ŽŒ‘Ž›Œ‘Žȱ–Š’œȱŠžœœ’ȱ
ž—Žȱ˜›–ŽȱŽȱŸŽ›’ŽȱšžŠ—ȱ•Žœȱ™Ž›œ™ŽŒ’ŸŽœȱœȂ˜žŸ›Ž—ȱœŠ—œȱšžȂ˜—ȱ™ž’œœŽȱ˜žŽœȱ•ŽœȱŽ¡™•˜›Ž›ǯȱ Ȃ˜ùȱ
parfois  une  impression  de  «  survol  »  qui  tient  au  caractère  programmatique  de  notre  travail  qui  est  
le  fruit  de  choix  empiriques.  
17

12

comme   le   recommandent   Françoise   Weber   et   Stéphane   Beaud  :   «  Disons   tout   de  
œž’Žȱ•ŠȱŒ˜—’’˜—ȱ˜—Š–Ž—Š•Žȱ™˜ž›ȱšžȂ’•ȱœȂŠ’œœŽȱȂž—ŽȱŽ—šž¹Žȱethnographique  :  il  faut  
Ž—šž¹Ž›ȱ œž›ȱ ž—ȱ –’•’Žžȱ Ȃ’—Ž›Œ˜——Š’œœŠ—ŒŽȱ ǻ ŠŽǼǰȱ ’•ȱ Šžȱ šžŽȱ Ÿ˜œȱ Ž—šž¹·œȱ œ˜’Ž—ȱ Ž—ȱ
relation   les   uns   avec   les   autres   et   non   pas   choisis   sur   des   critères   abstraits.   Dans   le   cas  
contraire,  vous  faites  des  entretiens  ou  des  observations  «  qualitatives  »,  vous  ne  faîtes  pas  
une  enquête  ethnographique.  »18.   ˜žœȱŒ˜—œ’·›˜—œȱšžŠ—ȱ¥ȱ—˜žœȱšžŽȱ•Ȃ’—·›¹ȱȂž—ȱ
tel   réseau   est   plus   dans   son   caractère   durable   et   institutionnel,   lequel   favorise   le  
›ŠŸŠ’•ȱ ™›Š’šžŽȱ Žȱ ›ŽŒ‘Ž›Œ‘Žȱ Žȱ Ȃ˜‹œŽ›ŸŠ’˜—œȱ šžŽȱ Š—œȱ •Žȱ •Š‹Ž•ȱ
«  ethnographique  Ȏȱ šžȂ’•ȱ •ž’ȱ ˜——Žǯȱ Š—œȱ promouvoir   de   façon   péremptoire   et  
arrogante   la   transgression   systématique   des   frontières   disciplinaires,   nous  
revendiquons   plus   modestement   une   pratique   syncrétique   šž’ȱ ’Ž—ȱ ȂŠ‹˜›ȱ ¥ȱ
notre  objet  :  les  approches  historiques,  sociologiques,  anthropologiques  auxquelles  
nous   nous   sommes   livré   furent   avant   tout   guidées   par   le   souci   pragmatique  
ȂŠ™™›·‘Ž—Ž›ȱ ž—ȱ ˜‹“Žȱ Š—œȱ œŠȱ •˜‹Š•’·ǰȱ Šžȱ ™›’¡ȱ ™Š›˜’œȱ Ȃž—ȱ ȍ  bricolage  »  
conceptuel  rendu  nécessaire  par  un  matériau  parfois  difficile  à  saisir.    
Elles  répondent  aussi  à  une  exigence  liée  à  notre  «  vécu  »  de  pêcheur  qui  a  
forcément   eu   des   effets   sur   notre   travail,   ne   serait-­‐‑ce   déjà   que   dans   le   fait   de  
choisir   un   thème   aussi   atypique   que   celui   de   la   pêche   à   la   ligne.   Cette   pratique  
personnelle   présente   des   avantages,     dans   le   travail   «  en   finesse19  »   de   décodage  
des  symboles  corporels,  des  techniques,  danœȱ•ŠȱŒ˜–™›·‘Ž—œ’˜—ȱȂž—ȱ“Š›˜—ǰȱŠ—œȱ
•Šȱ™›˜¡’–’·ȱŠŸŽŒȱ—˜›ŽȱŽ››Š’—ȱŽȱŠ—œȱ•Šȱ•·’’–’·ȱšžȂŽ••ŽȱŠȱ™žȱ—˜žœȱ˜——Ž›ȱ™˜ž›ȱ
réaliser  certains  entretiens.   Š’œȱŒŽŽȱ’––Ž›œ’˜—ȱŠȱŠžœœ’ȱ•Ȃ’—Œ˜—Ÿ·—’Ž—ȱŽȱ›Ž—›Žȱ
™•žœȱ ’’Œ’•Žȱ Žȱ Ž¡’ŽŠ—Žȱ •ȂŽ—›Ž™›’œŽȱ Ȃ˜‹“ŽŒ’ŸŠ’˜—ǯȱ Ȃ˜ùȱ œŠ—œȱ ˜žŽȱ ž—ȱ •˜—ȱ
·˜ž›ȱ™Š›ȱ•Ȃ‘’œ˜’›ŽȱŽȱ•ŠȱœŠ’œ’šžŽȱǻ™›Ž–’¸›Žȱ™Š›’ŽǼȱ™˜ž›ȱ·™ŠœœŽ›ȱ•Žœȱ•’–’ŽœȱŽȱ
18

%HDXG 6 :HEHU ) *XLGH GH O¶HQTXrWH GH WHUUDLQ op. cit. p. 15.
Sur   le   modèle,  la   prise   de   risques   en   moins,   de   celui   mené   par   Loïc   Wacquant   sur   la   boxe   qui  
–˜—›Žȱ˜žȱ•Ȃ’—·›¹  Ȃune  observation  vraiment  participante,  mais  en  dévoile  aussi  les  exigences  
épistémologiques.   Wacquant   L.ǰȱ ˜›™œȱ Žȱ ȱ ¦–Žǯȱ Š›—Žœȱ Ž‘—˜›Š™‘’šžŽœȱ Ȃž—ȱ Š™™›Ž—’ȱ ‹˜¡Žž›ǰȱ
Marseille,   Agone,   2000.   Sur   ce   même   point   voir   aussi   •Žȱ ›¸œȱ œ’–ž•Š—ȱ Œ‘Š™’›Žȱ Ȃž—ȱ ˜žŸ›ŠŽȱ Žȱ
méthode  qui  parle  «  Ȃ˜‹“ŽŒ’ŸŠ’˜—ȱ™Š›’Œ’™Š—Ž  ».  Pinto  L.,  «  Expérience  vécue  et  exigence  scientifique  
Ȃ˜‹“ŽŒ’Ÿ’·  »  in  Champagne  P.,  Lenoir  R.,  Merllié  D.,  Pinto  L.,  Initiation  à  la  pratique  sociologique,  
Paris,  Dunod,  1989,  pp.  6-­‐‑52.  
19

13

—˜›Žȱ Ž¡™·›’Ž—ŒŽǰȱȂ˜ùȱŠžœœ’ȱž—ȱœ˜žŒ’ȱ™Ž›–Š—Ž—ȱȂ’—Ž››˜Ž›ȱ—˜›Žȱ˜‹“Žȱ¥ȱ™Š›’›ȱ
de  travaux  portant  sur  des  objets  parfois  éloignés.    
 
 
 

 

14

Première  partie  :  Du  loisir  «  banal  »  ¥ȱ•ȂŠŒ’Ÿ’·ȱœ™˜›’ŸŽ  
Ȃ˜‹“ŽȱŽȱŒŽŽȱ™›Ž–’¸›Žȱ™Š›’Žȱ—ȂŽœȱ™ŠœȱŽȱ›Ž›ŠŒŽ›ȱž—Žȱ‘’œ˜’›ŽȱŽ¡‘Šžœ’ŸŽȱŽȱ
la   pêche   de   loisir   mais   plutôt   de   chercher   dans   le   passé   des   réponses   à   certaines  
questions   qui   éclaireront   notre   réflexion   sur   le   présent.   Une   entreprise  
historiographique  minutieuse  ne  serait  ȂŠ’••Žž›œ  pas  sans  intérêt,  elle  demanderait  
un   travail   Š™™›˜˜—’ȱ Žȱ ›ŽŒ‘Ž›Œ‘Žȱ œž›ȱ Žœȱ Š›Œ‘’ŸŽœȱ “žœšžȂ’Œ’ȱ très   largement  
laissées   en   friche.   Žȱ ›ŠŸŠ’•ȱ Ȃ‘’œ˜›’Ž—ȱ —˜žœȱ ™Ž›mettrait   sans   doute   aussi  
Ȃ·Œ‘Š™™Ž›ȱŠžx  pièges  Žȱ•ȂŠ—ŠŒ‘›˜—’œ–Ž1ǰȱ—˜Š––Ž—ȱŽ—ȱ›Ž™·›Š—ȱŒŽȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ™Žžȱ
mettre  derrière  le  mot  «  loisir  »  -­‐‑œȂ’•ȱ˜’ȱœȂŽ–™•˜¢Ž›-­‐‑  en  fonction  des  époques  et  des  
milieux   sociaux2.   Elle   permettrait   aussi   de   comprendre   le   peu   Ȃ’—·›êt   que   les  
sciences   sociales   ont   porté   à   la   pêche   récréativeǰȱ –¹–Žȱ œ’ȱ •ȂŠ—Š•¢œŽȱ ȂŽ—šž¹Žœȱ
statistiques  que  nous  mènerons  plus  loin  apporte  un  autre  éclairage  sur  ce  manque  
ȂŠŽ—’˜—ǯȱ Š’œȱ ’•ȱ Žœȱ ’—ž‹’Š‹•Žȱ šžŽȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ ž—ȱ •˜’œ’›   valorisé   et  
›˜žŸŽȱœŠȱ™•ŠŒŽȱŠ—œȱŒŽȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ™˜ž››Š’ȱŠ™™Ž•Ž›ȱȍ  les  loisirs  dominés  ».    Ce  passe-­‐‑
temps   ›Ž—Ÿ˜’Žȱ ¥ȱ •Ȃ’—˜•Ž—ŒŽȱ Ȃž—ȱ Œ˜›™œȱ peu   actifǰȱ ¥ȱ •Šȱ ŠŒ’•’·ȱ Ȃž—Žȱ ŒžŽ’••ŽŽȱ
enfantine.  Il  a  longtemps  été  écarté  du  champ  des  loisirs  «  acceptables  »  et  promus  
par   les   catégories   dominantes   de   la   société.   Žȱ ›Ž“Žǰȱ ˜—ȱ —˜žœȱ —ȂŠŸ˜—œȱ
–Š•‘Žž›ŽžœŽ–Ž—ȱ ™žȱ –Žœž›Ž›ȱ ŠŸŽŒȱ ŒŽ›’žŽȱ •Žœȱ ˜›–Žœȱ Žȱ •Ȃ’—Ž—œ’·ȱ œŽ•˜—ȱ •Žœȱ
milieux   et   les   époques,   est   une   source   féconde   de   réflexion   sur   les   usages  
dominants  du  corps,  du  temps  libre  et  sur  leurs  définitions  légitimes.    

1

«  ǻdzǼȱ •Žȱ •˜’œ’›ȱ ˜žȱ •Šȱ ™ŠžŸ›Ž·ǰȱ ™Š›ȱ Ž¡Ž–™•Žǰȱ œ˜—ȱ Žœȱ —˜’˜—œȱ šžȂ˜—ȱ —Žȱ œŠž›Š’ȱ Œ˜—œ’·›Ž›ȱ Œ˜––Žȱ
›Š—œ‘’œ˜›’šžŽœǰȱ ŒȂŽœ-­‐‑à-­‐‑’›Žȱ ŸŠ•Š‹•Žœȱ ™˜ž›ȱ ˜žŽœȱ •Žœȱ ·™˜šžŽœǰȱ ˜žȱ Œ˜––Žȱ ž—’ŸŽ›œŽ••Žœǰȱ ŒȂŽœ-­‐‑à-­‐‑dire   valables  
pour  toutes  les  sociétés.  Elles  doivent  impérativement  être  reconstruites  et  replacées  dans  leur  contexte.  Même  
œ’ȱŒȂŽœȱœŠ—œȱ˜žŽȱ™•žœȱ’’Œ’•ŽȱšžȂ’•ȱ—Ȃ¢ȱ™Š›ŠÉȱŒŠ›ȱ•ŽȱŠ—Ž›ȱŽœȱ’—œ’’Žž¡ǰȱ’•ȱœȂŠ’ȱŽȱ—Žȱ™Šœȱ™›˜“ŽŽ›ȱŠ—œȱ•Žȱ
passé  des  considérations  actuelles.  »,  Guibert  J.,  Jumel  G.,  La  socio-­‐‑histoire,  Armand  Colin,  Paris,  2002,  
pp.  109-­‐‑ŗŗŖǯȱ ŽœȱŠžŽž›œȱ’œ’—žŽ—ȱŠ’—œ’ȱŽž¡ȱ˜›–ŽœȱȂŠ—ŠŒ‘›˜—’œ–Ž  :  celui  des  pratiques  et  celui  
des  concepts.  
2
 Nous  reviendrons  plus  loin  sur  les  contours  du  concept  de  loisir,  largement  balisé  par  exemple  par  
Joffre   Dumazedier   qui   en   fait   une   notion   spécifique   aux   sociétés   industrielles,   et   nous   nous  
Œ˜—Ž—Ž›˜—œȱ ȂŠ‹˜›ȱ Žȱ ›Ž™·›Ž›ȱ •Žœȱ ™›Š’šžŽœȱ Žȱ ’ŸŽ›’œœŽ–Ž—ǰȱ —˜Š––Ž—ȱ Žȱ •Šȱ —˜‹•ŽœœŽǰȱ œŠ—œȱ
nous  soucier  de  savoir  si  elles  rentrent  dans  ce  type  «  pur  »  du  loisir  post-­‐‑industriel.    

15

 Mais   étudier   et   observer   •Ȃ·–Ž›Ž—ŒŽȱ Žȱ nouvelles   pratiques   de   pêche   et   de  
nouvelles   conceptions   de   la   nature   conduit   inévitablement   à   se   pencher   sur   les  
pratiques  «  traditionnelles  »  et  sur  les  évolutions  qui  rendent  possibles  les  discours,  
les   attitudes   et   les   techniques   du   présent.   Discours   de   pêcheurs,   discours   sur   les  
pêcheurs  également,  car  il  faut  bien  constater  que  la  pêche,  si  souvent  associée  à  la  
Œ‘ŠœœŽǰȱ—Žȱ“˜ž’ȱ™Šœȱžȱ–¹–ŽȱŒŠ™’Š•ȱœ¢–‹˜•’šžŽȱŽȱ—ȂŽœȱpas  par  exemple  liée  aux  
mêmes  vertus  guerrières.  Plutôt  négligée  par  la  noblesse  qui  lui  préfère  la  chasse,  
elle   apparaît   comme   une   activité   à   mi-­‐‑chemin   entre   cette   dernière   et   la   cueillette.  
Žȱ™˜’œœ˜—ǰȱ’—’œ™Ž—œŠ‹•Žȱ¥ȱ•Ȃ·Œ˜—˜–’ŽȱŠ•’–Ž—Š’›Žȱžȱ ˜¢Ž—ȱ ŽǰȱŠȱȂŠ’••Žž›œȱž—ȱ
statut  à  part  dans  les  représentations,  mi-­‐‑animal  mi-­‐‑végétal.  Ce  statut  symbolique  
ne   contribue   pas   peu   à   la   dévalorisation   de   la   pêche   au   sein   du   champ   des  
pratiques  de  prédation.  Très  liée  historiquement  aux  traditions  populaires  rurales,  
la   pêche   ’—’ȱ ™Š›ȱ œȂ’—œ·›Ž›ȱ ¥ȱ •Ȃž—’ŸŽ›œȱ žȱ “Žžȱ ˜žȱ žȱ ’ŸŽ›’œœŽ–Ž—,   notamment  
dans   sa   déclinaison   la   plus   ludique  :   la   pêche   «  à   la   ligne  »,   pratiquée  
individuellement   avec   une   canne.   Cette   forme   de   pêche   devient   un   loisir  
emblématique   des   classes   populaires,   particulièrement   ouvrières   mais   aussi   un  
symbole   de   la   conquête   du   «  temps   libre  »   et   des   «  loisirs   de   masses  ».   Nous  
Ž¡™•˜›Ž›˜—œȱ Š—œȱ ž—ȱ ™›Ž–’Ž›ȱ Œ‘Š™’›Žȱ ŒŽȱ ™›˜ŒŽœœžœȱ Žȱ ›Š—œ˜›–Š’˜—ȱ Ȃž—Žȱ
pratique  alimentaire  en  passe-­‐‑temps  populaire  avec  un  attachement  particulier  à  la  
dimension  symbolique  des  pratiques.  
Nous  essaierons  ensuite  de  situer  sociologiquement  la  pêche  à  la  ligne  dans  le  
champ   des   loisirs   contemporains,   en   caractérisant   le   public   des   pêcheurs.   Un  
ŒŽ›Š’—ȱ —˜–‹›Žȱ ȂŽ—šž¹Žœǰȱ Œ˜––Žȱ ŒŽ•les   sur   les   loisirs   ou   sur   les   pratiques  
culturelles   mais   aussi   des   enquêtes   plus   ciblées   réalisées   à   la   demande  
Ȃ’—œ’ž’˜—œǰȱ™Ž›–ŽŽ—  Ȃ·Š‹•’›ȱŒŽȱȍ  portrait  social  »  et  Ȃ·Œ•Š’›Ž›ȱ•Šȱ™•ŠŒŽȱŽȱ•Šȱ
pêche  dans  le  champ  des  activités  de  temps  libre.  Elle  apparaît  finalement  comme  
ž—ȱ •˜’œ’›ȱ ™•žœȱ ž›‹Š’—ȱ šžŽȱ ›ž›Š•ǰȱ Žȱ ™•žœȱ ˜žŸ›’Ž›ȱ šžȂŠ›’Œ˜•Žǰȱ Žȱ Ž••Žȱ Œ˜——ŠÉȱ Ž™ž’œȱ
ž—Žȱ’£Š’—ŽȱȂŠ——·Žœǰȱ¥ȱ›ŠŸŽ›œȱ•Šȱ·Œ›žŽȱŽœȱŽŽŒ’œȱŽȱœŽœȱ™›Š’quants,  une  crise  

16

sérieuse  de  reproduction.  Les  interrogations  soulevées  dans  notre  premier  chapitre  
œž›ȱ •Ȃ’–ŠŽȱ Žȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ ›ŽœŽ›˜—ȱ ›¸œȱ ™›·œŽ—Žœȱ Š—œȱ ŒŽœȱ Š—Š•¢œŽœȱ ȂŽ—šž¹Žœȱ šž’ȱ
véhiculent  des  définitions  et  des  représentations  parfois  très  normatives.  
 

Nous   montrerons   dans   un   troisième   chapitre,   en   nous   appuyant   sur  

•ȂŠ—Š•¢œŽȱœŽŒ˜—Š’›ŽȱȂenquêtes  générales,  sur  u—ȱŒ˜›™žœȱȂ˜žŸ›ŠŽœȱœ™·Œ’Š•’œ·œȱŽ  
sur   des   observation   que   la   pêche   peut   apparaître   comme   un   jeu   de   plus   en   plus  
Œ˜’’·ȱŽȱœŽ–Ž—·ȱŽ—ȱŽŒ‘—’šžŽœȱšž’ȱŽ—Ž—ȱ¥ȱœȂŠž˜—˜–’œŽ›ȱ™›˜›Žœœ’ŸŽ–Ž—ǯȱLa  
fin  du  XIXe  siècle  voit  en  effet  •Ȃ·–Ž›Ž—ŒŽȱȂž—ŽȱŠ™™›˜™›’Š’˜—ȱŽȱ•Šȱ™¹Œ‘Žȱ™Š›ȱ•Žœȱ
catégories  dominantes  de  la  société,  notamment  en  Angleterre  mais  aussi  dans  une  
moindre   mesure,   en   France.   Ces   catégories,   à   travers   une   codification   sportive  
semblable   à   celle   que   connaissenȱ ȂŠž›Žœȱ ŠŒ’Ÿ’·œǰȱ ›·Š•’œŽ—ȱ ž—Žȱ Ÿ·›’Š‹•Žȱ
sportization,   au   sens   que   Norbert   Elias   donne   à   ce   terme.   La   pêche   à   la   mouche,  
pratique   distinctive   et   relativement   savante,   est   emblématique   de   ce   mouvement  
qui  met   progressivement  à  distance  les  finalités  alimentaires  pour   privilégier  une  
«  sensibilité  »   esthétique,   et   ce   au   moment   où   naissent   de   nouvelles   pratiques  
ȂŠ™™›˜™›’Š’˜—ȱ Žœȱ Žœ™ŠŒŽœȱ —Šž›Ž•œǯȱ ŽŽȱ Œ˜’’ŒŠ’˜—ȱ œ™˜›’ŸŽȱ met   à   distance  
voire  stigmatise  les  pratiques  populaires,  jugées  trop  frustes,  et  trace  une  frontière  
de   valeurs   entre   les   pêcheurs,   leurs   techniques,   leurs   proies   mais   aussi   une  
frontière  sociale  entre  leurs  espaces  de  loisirs.  
 

 

 
Des  sources  lacunaires  (histoire/sociologie)  
Une   réflexion   sur   les   sources   est   un   préalable   obligé   à   toute   entreprise  
‘’œ˜›’šžŽǯȱ ˜žœȱŠŸ˜—œȱ™žȱ–Žœž›Ž›ȱ•Šȱ’’Œž•·ȱȂž—ŽȱŽ••Žȱ·–Š›Œ‘Žǯȱ Žœȱ˜žŸ›ŠŽœȱ
savants  ›Ž›Š³Š—ȱ•Ȃ‘’œ˜’›ŽȱŽȱ•Šȱ™¹Œ‘ŽȱŽȱ•˜’œ’›œȱŽ—ȱŽŠžȱ˜žŒŽȱ—Žȱœ˜—ȱ™Šœȱ•·’˜—ȱŽȱ
la   plupart   de   ceux   que   nous   avons   consultés   appartiennent     au   genre   de   la  
«  littérature   halieutique  »   sur   lequel   nous   reviendrons   plus   loin.   Ce   «  genre  
littéraire  »   comprend   des   écrits   savants   ou   romancés,   destinés   aux   amateurs   de  

17

pêche   et   parfois   au   grand   public,   écrits   souvent   par   des   «   pêcheurs  réputés»,   des  
journalistes  de  la  presse  halieutique  ou  des  collectionneurs,  quand  ils  ne  sont  pas  
les  trois  à  la  fois3.  La  pêche  récréative  Žœȱ™•žâȱŠ‹œŽ—ŽȱŽœȱ˜žŸ›ŠŽœȱȂ‘’œ˜’›Ž 4,  ce  
šž’ȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ •Žȱ ŒŠœȱ Žȱ •Šȱ Œ‘ŠœœŽ5.   Cette   différence   de   traitement   est   déjà   à  
remarquer  car  la  pêche  et  la  chasse  sont  pourtant  souvent  spontanément  associées.  
˜žœȱ ŸŽ››˜—œȱ Šžœœ’ȱ šžȂ’•ȱ Ž—ȱ Žœȱ Žȱ –¹–Žȱ ™˜ž›ȱ •Šȱ œ˜Œ’˜•˜’Žȱ ˜žȱ •ȂŽ‘—˜•˜’Žȱ šž’  
ignorent  fréquemment  ce  loisir.  
ŽŽȱ ™ŠžŸ›Ž·ȱ Žœȱ œ˜ž›ŒŽœȱ œȂŽ¡™•’šžŽȱ œŠ—œȱ ˜žŽȱ Ž—ȱ ›Š—Žȱ ™Š›’Žȱ ™Š›ȱ •Šȱ
position  ˜–’—·ŽȱšžȂ˜ŒŒž™Žȱ•Šȱ™¹Œ‘ŽȱŠ—œȱ•ȂŽœ™ŠŒŽȱŽœȱ•˜’œ’›œǰȱ™˜œ’’˜—ȱšž’ȱœŽ–‹•Žȱ
inséparablement   expliquée   par   le   statut   spécifique   de   la   pêche   dans   cet   espace   et  
™Š›ȱ •Šȱ ™˜œ’’˜—ȱ Žœȱ ™¹Œ‘Žž›œȱ Š—œȱ •Šȱ ‘’·›Š›Œ‘’Žȱ œ˜Œ’Š•Žǯȱ •ȱ —ȂŽœȱ ȂŠ’••Žž›œȱ ™Šœȱ
toujours   facile,   à   •Šȱ •ŽŒž›Žȱ Žȱ ŒŽ›Š’—œȱ ˜žŸ›ŠŽœȱ ˜—ȱ —˜žœȱ ŸŽ››˜—œȱ šžȂ’•œȱ œ˜—ȱ
quelque   part   en   fait   des   entreprises   de   réhabilitation   symbolique,   de   saisir   ce   jeu  
des  positions  à  travers  le  prisme  forcément  déformant  de  la  littérature  et  des  rares  
archives  sur  la  pêche.  
 

Žȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ ¥ȱ ž—ȱ ›ŠŸŠ’•ȱ ‘’œ˜›’šžŽȱ Ž¡‘Šžœ’ȱ šžŽȱ —˜žœȱ ŠŸ˜—œȱ Œ‘˜’œ’ȱ ’Œ’ȱ Žȱ

nous   livrer,   qui   aurait   consisté   par   exemple  à   repérer   la   pêche   dans   les   pratiques  
Š—Œ’Ž——Žœǰȱ •Žœȱ ·Œ›’œȱ Žȱ •Ȃ —’šž’·ǰȱ •Žœȱ Ž—•ž–’—ž›Žœȱ žȱ ˜¢Ž—ȱ Žǰȱ •Žœȱ ›ŠŸž›Žœǯȱ
Ce   type   de   travail   «  muséographique  Ȏȱ Žœȱ ȂŠ’••Žž›œȱ ™•žœȱ ˜žȱ –˜’—œȱ ™›·œŽ—ȱ Š—œȱ
˜žŽȱ ž—Žȱ œ·›’Žȱ Ȃ˜žŸ›ŠŽœǰȱ œ˜žŸŽ—ȱ ·Œ›’œȱ ™Š›ȱ Žœȱ Œ˜••ŽŒ’˜——Žž›œȱ šž’ȱ Œ‘Ž›Œ‘Ž—ȱ
notamment   à   repérer   dans   le   passé   des   techniques   disparues   aux   aspects  
pittoresques   ou   des   «  astuces   oubliées  »   qui   seraient   pourtant   encore   utiles  
Šž“˜ž›Ȃ‘ž’ǯȱ Šȱ ’’Œž•·ȱ Ȃž—Žȱ Ž••Žȱ ·–Š›Œ‘Žǰȱ ˜ž›Žȱ •Žœȱ ’—·Ÿ’Š‹•Žœȱ

3

Citons   par   exemple  :   Winthrop   M.,   100   ans   de   pêche   en   eau   douce,   Paris,   Flammarion,   2001,  
Favard  J.,  Pêches  de  jadis,  de  naguère  ŽȱȂŠ’••Žž›œ,  Paris,  Bornemann,  1976,  Cazeils  N.,  Autrefois  la  
pêche  en  eau  douce.  Insolite,  histoires,  traditions  et  savoir-­‐‑faire,  Rennes,  Ouest-­‐‑France,  2003.  
4
Une  exception  :  le  chapitre  que  lui  consacre  Alain  Corbin  Š—œȱ•Žȱ›ŽŒžŽ’•ȱŽȱŽ¡ŽœȱšžȂ’•ȱŠȱ’›’·ȱœž›ȱ
la  genèse  des  loisirs  modernes.   Corbin  A.,  "ʺLes  balbutiements  d'ʹun  temps  pour  soi"ʺ,  in  Corbin  A.  (dir.),  
L'ʹavènement  des  loisirs  1850-­‐‑1960,  Paris,  Aubier,  1995.
5
Voir   par   exemple   •Ȃ˜žŸ›ŠŽȱ ›¸œȱ Œ˜–™•Ž  DZȱ Š•ŸŠ˜›’ȱ ǯǰȱ Šȱ Œ‘ŠœœŽȱ œ˜žœȱ •Ȃ —Œ’Ž—ȱ ·’–Žǰȱ Š›’œǰȱ
Fayard,  1996.

18

Š—ŠŒ‘›˜—’œ–Žœȱ šžȂŽ••Žȱ ™Žžȱ ·—·›Ž›ǰȱ Žœȱ šžȂŽ••Žȱ Œ˜—˜—ȱ ™Š›˜’œȱ •Ȃ‘’œ˜’›Žȱ Žȱ •Šȱ
pêche  avec  une  succession  téléologique  ȂŠœžŒŽœȱŽŒ‘—’šžŽœȱŽȱȂ’nnovations  pour  
piéger  les  proies  aquatiques  et  finit  par  ŽŸŽ—’›ȱž—ŽȱŒ˜••ŽŒ’˜—ȱȂŠ—ŽŒ˜Žœǰȱ™Š›˜’œȱ
richement   documentées,   qui   alimentent   les   «  histoires   de   pêche  »   et   le   folklore  
halieutique.   Ce   qui   transparaît   également   à   la   lecture   des   trop   rares   ouvrages  
traitant   avec   un   peu   de   ›’žŽž›ȱ Žȱ •Ȃ‘’œ˜’›Žȱ Žȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žǰȱ ŒȂŽœȱ šžŽȱ ŒŽŽȱ ‘’œ˜’›Žǰȱ
œ˜žŸŽ—ȱ •’·›Š’›Žǰȱ Žœȱ –’œŽȱ Šžȱ œŽ›Ÿ’ŒŽȱ Ȃž—Žȱ Ž—›Ž™›’œŽȱ Žȱ ›·‘Š‹’•’Š’˜—ȱ Žȱ ŒŽȱ
passe-­‐‑Ž–™œȱ šžŠ—ȱ ’•ȱ —Žȱ œȂŠ’ȱ ™Šœȱ ™ž›Ž–Ž—ȱ Žȱ •Ȃ’—ŸŽ—’˜—ȱ Ȃž—Žȱ ›Š’’˜—ǯȱ •ȱ
convie—ȱ Žȱ •Ȃ’—Ž››˜Ž›ȱ ŒŠ›ȱ Ž••Žȱ Š™™ž’Žȱ ž—ȱ Ž˜›ȱ Žȱ •·’’–Š’˜—ȱ Žȱ •Šȱ ™Šœœ’˜—ȱ
‘Š•’Žž’šžŽȱŠžȱœŽ’—ȱŽȱ•Šȱœ˜Œ’··ȱšžŠ—ȱŽ••Žȱ—ȂŽœȱ™Šœȱž—ȱ–˜¢Ž—ȱȂž—’ŸŽ›œŠ•’œŽ›ȱž—ȱ
›Š™™˜›ȱ ™Š›’Œž•’Ž›ȱ ¥ȱ •Šȱ ™›Š’šžŽǰȱ Œ˜––Žȱ •Žȱ –˜—›Žȱ •ȂŽ¡Ž–™•Žȱ Žȱ •Šȱ •’·›Šž›Žȱ
consacrée  à  la  pêche  à  la  mouche  dont  nous  verrons  le    souci  de  trouver  par  tous  
les  moyens  des  origines  lointaines  à  cette  technique.  
 

Notre  ambition  est  donc  plus  modeste  šžŽȱŒŽ••ŽœȱȂž—ȱ‘’œ˜›’Ž—  :  mettre  en  

·Ÿ’Ž—ŒŽȱ•ŠȱŽ—¸œŽȱȂž—ȱ“Žžȱ™ž’œȱcelle  Ȃž—ȱœ™˜›ȱŽȱŽ—ȱŽœœ’—Ž›  les  contours  sociaux  
dans   la   France   contemporaine   afin   de   donner   un   cadre   le   plus   précis   possible   à  
•ȂŠ—Š•¢œŽȱŽ‘—˜›Š™‘’šžŽȱšž’ȱŒ˜—œ’žŽȱ•ŽȱŒêž›ȱŽȱ—˜›Žȱ›ŠŸŠ’•ȱŽȱ›ŽŒ‘Ž›Œ‘Ž.  Une  
histoire  sociale  détaillée  de  la  pêche  de  loisirs  en  France  reste  à  écrire.  
 
 

19

Chapitre  1.    De  la  quête  alimentaire  au  passe-­‐‑temps  populaire  
 
 
 
A.  Une  pratique  alimentaire  ™•žœȱšžȂž—ȱ«  loisir  »  
 

Les   premières   civilisations   sont   souvent   qualifiées   par   les   historiens   et   les  

anthropologues   de   «  chasseurs   cueilleurs  ».   Il   semble   que   les   populations  
primitives     étaient   ichtyophages1,   même   si   les   traces   de   la   consommation   de  
poisson,  les  arêtes,   sont   plus  difficiles  à  trouver  que  les  os  de   mammifères  qui  se  
conservent  mieux.  Les  pêches  en  eau  douce  et  en  mer,  individuelle  et  collective  ont  
existé  et  ont  été  ™›Š’šž·Žœȱ¥ȱ•ȂŠ’ŽȱȂŽ—’—œȱ’ŸŽ›œȱǻ™’¸Žœǰȱ•Š—ŒŽœdzǼȱ–Š’œȱœž›˜žȱ
Ȃ‘Š–Ž³˜—œǰȱŸ›Š’œŽ–‹•Š‹•Ž–Ž—ȱ’—ŸŽ—·s  ™Š›ȱ•Ȃ‘˜––ŽȱŽȱ ›˜-­‐‑Magnon  et  dont  on  
a   retrouvé   beaucoup   de   vestiges.   Šȱ ™¹Œ‘Žȱ ’—’Ÿ’žŽ••Žȱ ¥ȱ •ȂŠ’Žȱ Ȃž—Žȱ •’—Žȱ Žȱ •Žȱ
piégeagŽȱ Žœȱ ™˜’œœ˜—œȱ ¥ȱ •ȂŠ’Žȱ Ȃž—ȱ ‘Š–Ž³˜—ȱ œ˜—ȱ ˜—Œȱ Žœȱ ™›Š’šžŽœȱ ›¸œȱ
anciennes.  Il   serait  sans  doute  déplacé  de  les  qualifier  de  loisir,  du  moins  dans  le  
œŽ—œȱ ˜ùȱ ˜—ȱ •ȂŽ—Ž—ȱ Šž“˜ž›Ȃ‘ž’ǰȱ –¹–Žȱ œ’ǰȱ —˜žœȱ •Žȱ ŸŽ››˜—œǰȱ •Ȃ’·Žȱ Žȱ ˜›Žȱ
Dumazedier2,   selon   laquelle   lŽȱ Ž›–Žȱ Žȱ •˜’œ’›ȱ —Žȱ ™Žžȱ œȂŠ™™•’šžŽ›ȱ šžȂŠž¡ȱ
civilisations  industrialisées  est  sans  doute  à  discuter,  sauf  à  adopter  comme  lui  une  
définition  très  restrictive  de  cette  notion.    
 
La  pêche  en  eau  douce,  une  activité  traditionnelle  nécessaire  et  réglementée  
DŠ—œȱ •Ȃ·Œ˜—˜–’Žȱ žȱ ˜¢Ž—ȱ Žǰȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ Žœȱ ž—Žȱ ŠŒ’Ÿ’·ȱ ’–™˜›Š—Žǰ   le  
poisson  étant  un  animal  fondamental  dans  le  mode  de  vie  et  de  consommation  des  
Chrétiens.   Sa   nature   «  froide  »,   sa   chair   blanche   en   font,   entre   autres   raisons,  
•ȂŠ•’–Ž—ȱ Žȱ•ȂŠ‹œ’—Ž—ŒŽ  pour  les  périodes  de  Carême  et  de  jeûne,  qui  à  certaines  
époques   duraient   plus   de   100   jours   par   an.   Dans   le   christianisme   primitif,   le  
1

Pour  une  étude  détaillée  de  la  pêche  alimentaire  à  la  préhistoire,  voir  Cleyet-­‐‑Merle  Jean-­‐‑Jacques,  
La  préhistoire  de  la  pêche,  Paris,  Errance,  1991.
2
Dumazedier  J.,  Vers  une  civilisation  des  loisirs,  Paris,  Seuil,  1962.  

20

poisson   était   même   un   symbole   codé   du   christ,   les   lettres   du   mot   grec   «  ichtus  »  
(poisson)  signifiant  «  Jésus-­‐‑Christ  fils  de  dieu  sauveur  »  
La  pisciculture   en  eau  douce   est   une  activité   primordiale   qui  existe  depuis  
•Ȃ —’šž’·ȱ ›˜–Š’—Ž   –Š’œȱ šž’ȱ œȂŽœȱ fortement   développée   entre   le   XIVe   et   le   XVIe  
siècle   par   exemple   en   Bourgogne   dans   des   étangs   autour   des   monastères.   Un  
poisso—ȱ Œ˜––Žȱ •Šȱ ŒŠ›™Žȱ Š’ȱ –¹–Žȱ ’ž›Žȱ ȂŽ–‹•¸–Žȱ Žȱ ŒŽte   activité   intense  
Ȃ·•ŽŸŠŽǰȱ on   parle   parfois   de   «  carpiliculture  Ȏǯȱ Žȱ ™˜’œœ˜—ǰȱ ’–™˜›·ȱ Ȃ œ’Žȱ
mineure  par  les  Romains,  a  une  excellente  tolérance  aux  variations  de  température,  
une   croissance   assez   rapide   et   est   acclimaté   dans   des   régions   peu   fertiles   ce   qui  
contribue  à  les  valoriser3.    
—ȱ Žœ’–Žȱ ȂŠ’••Žž›œȱ šžȂŠžȱ e   œ’¸Œ•Žȱ •Šȱ ›Š—ŒŽȱ Œ˜–™Žȱ ™•žœȱ Ȃ·Š—œȱ
šžȂŠž“˜ž›Ȃ‘ž’,   les   zones   humides   étant   très   développées   sur   le   territoire.   La  
Révolution  française  tentera  même  sous  la  Terreur  de  les  assécher  pour  des  raisons  
šžŽȱ •Ȃ˜—ȱ Šȱ •˜—Ž–™œȱ Ž—žŽœȱ ™˜ž›   économiques   (augmenter   les   surfaces  
cultivables)  mais  aussi  largement  idéologiques  et  symboliques,  comme  lȂa  montré  
›·ŒŽ––Ž—ȱ•Ȃ‘’œ˜›’Ž—ȱ eynald  Abad  :  «  CependŠ—ǰȱ•Žȱ·Œ›ŽȱŽȱŽœœ¸Œ‘Ž–Ž—ȱǻdzǼȱžȱ
aussi   une   décision   idéologique  DZȱ Ž—ȱ •ȂŽœ™ŠŒŽȱ Žȱ šžŽ•šžŽœȱ Š——·Žœǰȱ •Ȃ·Š—ǰȱ ™Š›ŒŽȱ šžȂ’•ȱ ·Š’ȱ
œž™™˜œ·ȱ¹›Žȱ—·ȱŽȱ•ȂŠ‹˜–’—Š‹•ŽȱŽ—Ž—ŽȱŽœȱ–˜’—ŽœȱŽȱŽœȱœŽ’—Žž›œǰȱŽȱ•Ȃž—’˜—ȱ™Ž›ŸŽ›œŽȱŽȱ
•ȂŠ‹œ’—Ž—ŒŽȱŽȱŽȱ•Šȱ·˜Š•’·ǰȱŽŸ’—ȱž—ȱœ¢–‹˜•ŽȱŽȱ•Ȃ —Œ’Ž—ȱ ·’–Žǰȱ™•žâȱšžȂž—Žȱ˜›–Žǰȱ
™Š›–’ȱȂŠž›ŽœǰȱŽȱ–’œŽȱŽ—ȱŸŠ•Žž›ȱŽȱ•ŠȱŽ››Žǯȱ Š›ȱŸ˜’ŽȱŽȱŒ˜—œ·šžŽ—ŒŽǰȱ•Žȱ™˜’œœ˜—ȱȂ·Š—ȱ
devint   un   animal   contre-­‐‑révolutionnaire,   et   comme   tel,   mérita   de   disparaître,   programme  
que  Danton  résuma  à  sa  manière  en  appelant  à  la  conjuration  contre  les  carpes.  »4.  

3

ž›ȱ•Ȃ’–™˜›Š—ŒŽȱŽȱ•ŠȱŒŠ›™ŽȱŠ—œȱ•Ȃ·Œ˜—˜–’ŽȱŽȱŒŽ›Š’—Žœȱ›·’˜—œǰȱŒ˜––Žȱ•Šȱ ˜–‹ŽœȱŠ—œȱ•Ȃ ’—ȱ
šž’ȱ›ŽœŽȱ –Š›šž·ŽȱŽ—Œ˜›ŽȱŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ™Š›ȱ•Ȃ·•ŽŸŠŽȱǻŠ—œȱŽœȱ·Š—œȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ™ŽžȱŸ’Š—Ž›ǼȱŽȱ•Šȱ
consommation   (pourtant   délaissée   ailleurs)   de   ce   poisson,   on   peut   se   référer   aux   travaux   de  
•ȂŠ—‘›˜™˜•˜žŽȱ Šž›Ž—Œe  Bérard,  notamment  Bérard  L.,  «  Le  poisson.  Une  denrée  périssable  »,  Études  
rurales,  Mort  et  mise  à  mort  des  animaux,  147-­‐‑148,  1998,  pp.  129-­‐‑138.  
4
Abad   R.ǰȱ Šȱ Œ˜—“ž›Š’˜—ȱ Œ˜—›Žȱ •Žœȱ ŒŠ›™Žœǯȱ —šž¹Žȱ œž›ȱ •Ȃ˜›’’—Žȱ žȱ ·Œ›Žȱ Žȱ Žœœ¸Œ‘Ž–Ž—ȱ Žœȱ
étangs  du  14  frimaire  an  II,  Paris,  Fayard,  2006ǰȱ™ǯȱŗŜŞǯȱ ȂŠžŽž›ȱŠ—Š•¢œŽȱ•Žœȱ›Š’œ˜—œȱŽȱ•Ȃ·Œ‘ŽŒȱŽȱŒŽȱ
décret,  il  ne  put  être  vraiment  appliqué  du  fait  de  la  résistance  des  populations  et  de  dissensions  au  
sein  des  révolutionnaires.  

21

ȱŒâ·ȱŽȱŒŽŽȱŠŒ’Ÿ’·ȱȂ·•ŽŸŠŽǰȱ•Žœȱ™˜’œœ˜—œȱœŠžŸŠŽœȱœ˜—ȱ™¹Œ‘·œȱ¥ȱ•ȂŠ’Žȱ
ȂŽ—’—œ   (filets,   sennes,   nasses,   «  engins   de   fil  »   et   plus   rarement   cannes).   Cette  
activité   donne   lieu   à   une   réglementation   abondante,   comme   en   témoignent  
certaines  études  sur  la  Seine  qui  montrent  le  souci  des  monarques  de  préserver  et  
Žȱ™›˜·Ž›ȱ•Žœȱ™˜’œœ˜—œȱȂŽŠžȱ˜žŒŽȱ“ž·œȱ™•žœȱ›Š’•Žœ  :   «  La  notion  de  préservation  
du  milieu  naturel  apparaît  nettement  dans  les  premières  ordonnances  :  la  première  connue,  
de  1289,  et  celle  de  1326  dans  laquelle  Charles  le  Bel  reprend  fortement  les  formules  de  son  
père,   parlent   du   dépeuplement   des   rivières,   par   la   faute   des   pêcheurs,   leur   malice,  
•Ȃ’—ŸŽ—’˜—ȱŽȱ—˜žŸŽŠž¡ȱŽ—’—œȱšž’ȱœ˜—ȱ›˜™ȱ·™Š’œǰȱŒȂŽœ-­‐‑à-­‐‑dire  dont  les  mailles  sont  trop  
serrées.  Tout  ceci,  malhonnêteté  et  mailles  serrées,  empêche  la  croissance  des  poissons  d'ʹeau  
douce.   Les   conséquences   de   ces   prises   trop   petites   sont,   toujours   d'ʹaprès   les   textes,   une  
rareté  et  une  cherté  certaines  des  poissons.  »   5.  On  le  devine,  ce  souci  de  «  préservation  
du  milieu  Ȏȱ™Š›ȱ•Ȃ’—œŠž›Š’˜—ǰȱŽ—›ŽȱŠž›ŽœǰȱŽȱŠ’••Žœȱ–’—’–ž–ǰȱ—ȂŠȱ›’Ž—ȱȂž—ȱœ˜žŒ’ȱ
Ž—Ÿ’›˜——Ž–Ž—Š•ȱŽ•ȱšžȂ’•ȱœȂŽ¡™›’–ŽȱŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ¥ȱ›ŠŸŽ›œȱ•ŠȱœŽ—œ’‹’•’·ȱ·Œ˜•˜’šžŽǯȱ
•ȱ œȂŠ’ȱ ‹’Ž—ȱ Ȃž—Žȱ ’—šž’·žŽȱ ·Œ˜—˜–’šžŽȱ «  anthropocentrée  ».   Elle   montre  
cependant   que   les   rivières   sont   déjà   perçues   comme   des   milieux   fragiles,  
–˜’’Š‹•Žœȱ ™Š›ȱ •ȂŠŒ’˜—ȱ Ž¡ŒŽœœ’ŸŽȱ Žȱ •Ȃ‘˜––Žȱ Žȱ —˜—ȱ Œ˜––Žȱ ž—Žȱ œ˜ž›ŒŽȱ
inépuisable   de   richesses   biologiques.   La   centralisation   progressive   Žȱ •ȂŠ™™Š›Ž’•ȱ
administratif   et   législatif   se   traduit   au   XVIIe   par   une   uniformisation   des  
›·•Ž–Ž—Š’˜—œȱŽȱ•Šȱ™¹Œ‘Žǯȱ Ȃ˜›˜——Š—ŒŽȱžȱ–˜’œȱȂŠ˜úȱŗŜŜşǰȱœ’—·Žȱ™Š›ȱ ˜ž’œȱ
XIV  et  Colbert,  rationalise  le  droit  de  la  pêche6.  La  truite  ne  peut  être  pêchée  lors  de  
la   période   de   frai,   des   tailles   minimales   sont   instituées   pour   les   espèces   les   plus  
›ŽŒ‘Ž›Œ‘·Žœǰȱ •Žȱ œŠžȱ Žȱ –ŠÉ›Žȱ ™¹Œ‘Žž›ȱ Žȱ •Ȃ¦Žȱ –’—’–ž–ȱ Žȱ ŘŖȱ Š—œȱ œ˜—ȱ

5

Rouillard  J.  «  Le  cadre  juridique  :  la  législation  royale  de  la  pêche  en  eau  douce  du  XIII e  au  début  du  XVe  
siecle  »  in  Collectif  (J.  Rouillard,  V.  Maupoumé,  J.M.  Monvoisin,  V.  Bauchet-­‐‑Cubadda,  P.  Benoit,  O.  
Cayla,  O.  Bauchet,  E.Eve-­‐‑Berthaud,  K.  Berthier,  G.  Billen,  J.  Garnier),  La  pêche  en  eau  douce  au  Moyen  
ŽȱŽȱ¥ȱ•Ȃ ™˜šžŽȱ–˜Ž›—Ž,   Š™™˜›ȱȂŠŒ’Ÿ’·ȱŘŖŖŚȱžȱProgramme  Interdisciplinaire  de  Recherche  sur  
l'ʹEnvironnement  
de  
la  
Seine  
(PIREN),  
disponible  
en  
ligne  
URL  :  
http://www.sisyphe.jussieu.fr/internet/piren/rapports/2004/5_dynamiques_lentes/511.pdf,  p.  5.  
6
  Nelson   Cazeils   nous   en   fournit   quelques   grandes   lignes.   Cazeils   N.,   Autrefois   la   pêche   en   eau  
doucedzǰȱop.  cit.,    p.77.  

22

obligatoires   pour   pêcher   les   fleuves   et   les   voies   navigables,   certains   engins,   les  
produits  les  plus  polluants  (les  «  drogues  »,  la  «  noix  vomique  »  dont  on  extrait  la  
strychnine,   la   chaux,   la   «  coque   du   Levant  »   qui   contient   de   la   picrotoxine)   sont  
prohibés.   Žœȱ ™Ž’—Žœȱ œ˜—ȱ ›Ž•Š’ŸŽ–Ž—ȱ œ·Ÿ¸›Žœȱ ™˜ž›ȱ •Ȃ·™˜šžŽȱ Žȱ ™ŽžŸŽ—ȱ Š••Ž›ȱ
“žœšžȂŠžȱŒ‘¦’–Ž—ȱŒ˜›™˜›Ž•ǯȱ ˜žœȱ—ŽȱœŠŸ˜—œȱ™ŠœȱŸ›Š’–Ž—ȱŠ—œȱšžŽ••ŽœȱŒ˜—’’˜—œȱ
et   par   qui   cette   ordonnance   Ȯ   qui   a   duré   160   ans   Ȯ   a   été   appliquée,   ni   avec   quel  
£¸•Žǯȱ ˜žœȱ•ŽȱŸŽ››˜—œǰȱ•Žȱ‹›ŠŒ˜——ŠŽȱ˜žȱžȱ–˜’—œȱž—Žȱ›Š—Žȱ•’‹Ž›·ȱ¥ȱ•Ȃ·Š›ȱŽȱ•Šȱ
loi,   carac·›’œŽȱ Ž—Œ˜›Žȱ Šž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ ŒŽ›Š’—Žœȱ ™›Š’šžŽœȱ Žȱ ™¹Œ‘Žǯȱ —ȱ Žœȱ ™˜’—œȱ
remarquables  de  cette  ordonnance,  outre  son  souci  de  «  protéger  les  poissons  »,  est  
šžȂŽ••Žȱ ’—Ž›’ȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ •Žȱ ’–Š—Œ‘Žȱ Žȱ •Žœȱ “˜ž›œȱ Žȱ ¹Žǰȱ ŒŽȱ šž’ȱ ™›˜žŸŽǰȱ œ’ȱ ŒŽ•Šȱ
restait   à   prouver,   que   la   pêche   est   avant   tout   une   activité   économique   et  
Š•’–Ž—Š’›ŽȱŠŸŠ—ȱȂ¹›Žȱž—ȱ•˜’œ’›ǰȱ—˜’˜—ȱšž’ȱ—ȂŠȱœŠ—œȱ˜žŽȱ™Šœȱ•ŽȱœŽ—œȱ˜›ȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ
™˜ž››Š’ȱ •ž’ȱ ˜——Ž›ȱ Šž“˜ž›Ȃ‘ž’.   De   certaines   enluminures   du   Moyen   Age  
“žœšžȂŠž¡   tableaux   de   François   Boucher   au   XVIIe   siècle,   on   trouve   pourtant  
quelques  représentations  –˜—›Š—ȱŽœȱ–Ž–‹›ŽœȱŽȱŒŽȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ™˜ž››Š’ȱŠ™™Ž•Ž›ȱ•Šȱ
«  classe   de   loisir  Ȏȱ Žȱ •Ȃ·™˜šžŽȱ Ž—ȱ ›Š’—ȱ Žȱ ™¹Œ‘Ž›ǰȱ ·—·›Š•Ž–Ž—ȱ Šœœ’œȱ ŠŸŽŒȱ ž—Žȱ
ŒŠ——ŽǰȱŒŽȱšž’ȱ–˜—›ŽȱšžŽȱ•Šȱ™¹Œ‘Žȱ¥ȱ•Šȱ•’—Žȱ¥ȱ•ȂŠ’ŽȱȂž—ŽȱŒŠ——ŽȱŽȱȂž—ȱ•˜Žž›ȱȮ
ŽŒ‘—’šžŽȱŠŒ’•Žȱ¥ȱ–Ž›ŽȱŽ—ȱꞟ›ŽȱȮ  a  très  tôt  été  élue  comme  la  technique  la  plus  
ludique.  Cependant,  cette  pêche  récréative  est  semble-­‐‑t-­‐‑il  délaissée  par  la  noblesse  
qui  lui  préfère  la  chasse,  pratique  plus  légitime  et  plus  valorisante.    
 
Šȱ™¹Œ‘Žȱ¥ȱ•Ȃ˜–‹›ŽȱŽȱ•ŠȱŒ‘ŠœœŽ  
Žȱ ˜¢Ž—ȱ ŽȱŽœȱž—Žȱ™·›’˜ŽȱŒ˜–™•Ž¡ŽȱšžȂ’•ȱŽœȱ˜ž“˜ž›œȱ·•’ŒŠȱȂ·Ÿ˜šžŽ›ȱ
œŠ—œȱ œ’–™•’’ŒŠ’˜—œȱ Žȱ Š™™›˜¡’–Š’˜—œǯȱ Ȃ·žŽȱ Žœȱ •˜’œ’›œȱ ™Š›ȱ •Žœȱ ‘’œ˜›’Ž—œȱ
–·’·Ÿ’œŽœȱ—ŽȱŠ’ȱŽ—ȱ·—·›Š•ȱ›··›Ž—ŒŽȱšžȂ¥ȱŒŽž¡ȱŽȱ•Šȱ—˜‹•esse,  véritable  «  classe  
de   loisirs  »,   et   plus   rarement   à   ceux   des   paysans,   fortement   encadrés   par   la  
religion.   La   noblesse   du   Moyen   Age   est   une   classe   guerrière   et   il   est   fréquent   de  
rattacher  ses  loisirs  Ȯparticulièrement  ceux  des  hommes  Ȯ  à  une  nébuleuse  de  jeux  

23

martiaux  :   le   tournoi   mais   aussi   la   chasse.   Šȱ ™¹Œ‘Žȱ Ž—ȱ Š—ȱ šžȂŠŒ’Ÿ’·ȱ ›·Œ›·Š’ŸŽȱ
—ȂŽœȱšžŽȱ›Š›Ž–Ž—ȱŒ’·Žȱ–¹–Žȱœ’ȱŽ••Žȱ™ŽžȱŠ™™Š›ŠÉ›Žȱ·™’œ˜’šžŽ–Ž—ȱœž›ȱŒŽ›Š’—Žœȱ
enluminures.   Elle   ne   tient   évidemment   pas   la   comparaison   avec   les   activités  
cynégétiques,  passe-­‐‑temps  fortement  valorisés  et  codifiés  comme  en  atteste  le  très  
célèbre   Livre   de   Chasse   de   Gaston   Phébus.   Cet   ouvrage   normatif   constitue   une  
codification  de  la  chasse  mais  au-­‐‑delà  du  mode  de  vie  de  la  noblesse.  A  travers  une  
description   minž’ŽžœŽȱ Žœȱ ŽŒ‘—’šžŽœȱ Žȱ Œ‘ŠœœŽǰȱ žȱ –Š·›’Ž•ǰȱ Žȱ •Ȃ·•ŽŸŠŽȱ Žœȱ
chiens  ou  encore  des  codes  vestimentaires,  la  chasse  est  présentée  comme  un  «  art  
de   vivre  »   total   et   sa   célébration   est   indéniablement   celle   de   la   noblesse   qui   a   le  
monopole  de  la  manipulatio—ȱœ¢–‹˜•’šžŽȱšžȂŽ••Žȱ’—œ’žŽǯȱ Il   serait  en  effet  erroné  
de  la  réduire  à  un  simple  entraînement  à  la  guerre  ou  pire  à  une  quête  alimentaire  
destinée  à  alimenter  le  château7.  Les  historiens8  œŽ–‹•Ž—ȱœȂŽ—Ž—›Žȱ™˜ž›ȱŸ˜’›ȱdans  
la   pratique   cynégétique   de   la   noblesse   une   dimension   et   une   fonction  
essentiellement  symboliques.  Elle  vise  en  effet  à  «  marquer  »  ȂŠ‹˜›ȱun  territoire  
mais   aussi   les   esprits   qui   le   peuplent  :   en   traversant   les   terres   à   cheval   (autre  
attribut   de   la   noblesse)   de   façon   bruyante   et   brutale,   en   ritualisant   la   traque   du  
gibier  qui  devient  une  véritable  parade,  elle  permet  de  baliser  un  territoire,  parfois  
Šžȱ™›’¡ȱȂž—ȱœŠŒŒŠŽ  des  zones  traversées,  de  rappeler  la  puissance  du  propriétaire  
aux   yeux   de   ses   paysans   mais   aussi   à   ceux   de   ses   invités.   À   une   période   où   le  
pouvoir   se   confond   avec   la   possession   et   la   conquête   de   terres,   elle   permet   une  
consommati˜—ȱ˜œŽ—Š˜’›ŽȱȂŽœ™ŠŒŽȱŽȱŽȱŽ–™œǰȱet  une  démonstration  de  pouvoir  
politique  au  sein  de  la  noblesse,  ce  qui  en  fait  une  «  pratique  de  gouvernement  »9.  

7

Si   les   nobles   sont   les   consommateurs   exclusifs   du   gibier,   celui-­‐‑ci   tient   apparemment   une   place  
minime   dans   leur   alimentation.   Voir   Laurioux   B.,   Manger   au   Moyen   Age   :   Pratiques   et   discours  
alimentaires  en  Europe  au  XIVe  et  XVe    siècles,  Paris,  Hachette,  2002.  
8
Voir par exemple, Š•ŸŠ˜›’ȱ ǯǰȱ ŠȱŒ‘ŠœœŽȱœ˜žœȱ•Ȃ —Œ’Ž—ȱ ·’–Žǰȱop.  cit.  
9
Gauvard  C.,  de  Libera  A.,  Zink  M.  (dir.),  Dictionnaire  du  Moyen  Age,  Paris,  Presses  Universitaires  
de   France,   2004,   p.   271   (entrée   «  Chasse  »).   Les   auteurs   soulignent   que   cette   dimension   politique  
était   particulièrement   criante   chez   les   Mérovingiens,   les   Carolingiens   et   les   Ottoniens.   On   peut  
Œ˜—œŠŽ›ȱ šžȂŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ǰȱ •Šȱ Œ‘ŠœœŽȱ garde   encore   dans   les   couches   élevées   (et   masculines)   de   la  
société  un  aspect  mondain  et  sélectif  qui  permet  de  «  cultiver  »  son  capital  social,  tout  comme  le  golf  
et  le  tennis,  mais  dans  des  espaces  sans  doute  moins  enchantés.  

24

›Žȱ ’—Ÿ’·ȱ ¥ȱ ž—Žȱ Œ‘ŠœœŽǰȱ ŒȂŽœȱ ™Š›’Œ’™Ž›ȱ ¥ȱ ž—Žȱ ›ŠšžŽȱ –Š’œȱ Šžœœ’ȱ ›ŽŒ˜——ŠÉ›Žȱ Žȱ
Š–’›Ž›ȱ •Ȃ·Ž—žŽȱ Žȱ •Šȱ ›’Œ‘ŽœœŽȱ žȱ Ž››Š’—ȱ Žȱ “Žžǰȱ ŠŸŽŒȱ œŽœȱ £˜—Žœ   cultivées   et   ses  
˜›¹œȱŠ—œȱ•ŽœšžŽ••Žœȱœ˜žŸŽ—ȱœŽž•œȱ•ŽœȱŒ‘ŠœœŽž›œȱœȂŠŸŽ—ž›Ž—.    
 

On  comprend  alors  peut  être  mieux  ce  qui  peut  alors  tenir  la  pêche  éloignée  
de  la  chasse.  La  pêche  fait  ¥ȱŒâ·ȱȂŽ••Ž  figure  de  pratique  peu  violente,  peu  risquée,  
peu   valorisante10.   Mise   à   part   peut-­‐‑être   la   pêche   au   harpon,   souvent   assimilée  
ȂŠ’••Žž›œȱ¥ȱž—ŽȱŒ‘ŠœœŽ  (comme  la  chasse  sous-­‐‑marine)ǰȱŽ••Žȱ—Žȱ›Žšž’Ž›ȱ™Šœȱ•ȂžœŠŽȱ
ȂŠ›–Žœǯȱ  Elle  ne  permet  pas  non  plus  une  consommation  collective  ȂŽœ™ŠŒŽœȱaussi  
Ž’ŒŠŒŽȱ œ¢–‹˜•’šžŽ–Ž—ǰȱ •Žœȱ ™›˜’Žœȱ žȱ ™¹Œ‘Žž›ȱ —Ȃ˜—ȱ Ž—’—ȱ ™Šœȱ •Žȱ –¹–Žȱ ™›Žœ’Žȱ
que  celles  du  chasseur.  
 
Le  poisson,  un  «  animal  vrai  »  ?  
Il  faut  ajouter  à  ces  arguments  šžŽȱ•Žȱ™˜’œœ˜—ȱ—ȂŠȱ™Šœȱ•Žȱ™›Žœ’ŽȱŽȱŒŽ›Š’—œȱ
gibiers,   comme   les   sangliers,   les   loups   ou   les   ours.   ȂŠ—‘›˜™˜•˜žŽȱ Sergio   Dalla  
Bernardina   analyse   cette   fascination   pour   les   «  grands   prédateurs  »,   souvent  
présents  dans  les  légendes  et  dont  les  nobles  du  Moyen  Age  pouvaient  parfois  se  
faire   un   ancêtre   totémique11.   «  Les   espèces   animales,   dans   leurs   rapports   réciproques,  
aident   à   décrire   les   rapports   sociaux.   Dans   cette   perspective,   pris   dans   un   réseau  
Ȃéquivalences,   les   grands   prédateurs   de   la   tradition   occidentale   seraient   des   outils  
œ¢–‹˜•’šžŽœȱ ǻŽ¡™›Žœœ’œȱ Žȱ Œ˜—’’œǼȱ ™Ž›–ŽŠ—ȱ Šž¡ȱ ‘˜––Žœȱ Žȱ ›Ž—›Žȱ ’—Ž••’’‹•Žœǰȱ Ȃž—ȱ
seul  coup,  leurs  environnements  social,  naturel  et  surnaturel.  »12  
Tuer  un  animal,  ŒȂŽœȱŠžœœ’ȱœȂŠ™™›˜™›’Ž›ȱœ˜—ȱ’–ŠŽǰȱœŠȱ˜›ŒŽǰȱŒȂŽœȱŽŸŽ—’›ȱ¥ȱ
son  tour  un  «  grand  prédateur  ».  De  ce  point  de  vue,  la  chasse  a  donc  à  voir  avec  la  
10

˜––ŽȱŽ—ȱ·–˜’—Žȱ•Ȃ·™’œ˜Žȱžȱ ˜’ȱ™¹Œ‘Žž›ȱŠ—œȱ•Žȱ ˜—Žȱžȱ ›ŠŠ•ȱŽȱ ‘›·’Ž—ȱŽȱ ›˜¢Žœ  où  
Ž›ŒŽŸŠ•ȱœȂŠ™Ž›³˜’ȱšžȂž—ȱ™¹Œ‘Žž›ȱ¥ȱ•Šȱ•’—Žȱšž’ȱ•ž’ȱ™›˜™˜œŽȱ•Ȃ‘˜œ™’Š•’·ȱŽst  en  fait  un  Roi  infirme.  Il  
—Žȱ™Žžȱ˜—ŒȱŠŸ˜’›ȱȂautres  distractions  que  la  pêche.  
11
  Voir   à   ce   propos     Thomas   K.,   Dans   le   jardin   de   la   nature.   La   mutation   des   sensibilités   en  
—•ŽŽ››Žȱ¥ȱ•Ȃ·™˜šžŽȱ–˜Ž›—Žǰȱ Š›’œǰȱ Š••’–Š›ȱǻ›ŠǯǼǰȱŗşŞśǯ  
12
Dalla  Be›—Š›’—Šȱ ǯǰȱ Ȃ·•˜šžŽ—ŒŽȱŽœȱ ‹¹Žœǯ   žŠ—ȱ•Ȃ‘˜––Žȱ ™Š›•Žȱ Žœȱ Š—’–Šž¡ǰȱ Š›’œǰȱ Métailié,  
2006.,  p.  82.  

25

guerre   mais   de   façon   bien   plus   su‹’•Žȱ šžȂž—ȱ œ’–™•Žȱ Ž—›ŠÉ—Ž–Ž—  :   elle   célèbre  
•ȂŠ™™Š›Ž—Š—ŒŽ  Ȃž—ȱ›˜ž™Žȱ˜minant  au  monde  violent  et  mystérieux  de  la  Nature.  
Elle   devient   une   «  métaphore   du   monde   social  »13,   avec   ses   règles,   ses   rites,   ses  
hiérarchiesǰȱ œŽœȱ Œ˜Žœȱ Ȃ‘˜——Žž›.   On   comprend   alors   peut-­‐‑être   mieux   avec   quel  
zèle   la   noblesse   défendra   ce   monopole   et   punira   sévèrement   les   braconniers.   On  
saisit   Šžœœ’ȱ •Žœȱ Ž—“Žž¡ȱ œ¢–‹˜•’šžŽœȱ Žȱ •Ȃ·šž’Š’˜—ǰȱ Žȱ •Šȱ ŠžŒ˜——Ž›’Žȱ ˜žȱ Žȱ
•Ȃ·•ŽŸŠŽȱŽœȱŒ‘’Ž—œȱšž’ȱœ˜—ȱŽœȱȍ  chasses  gardées  ȎȱŽȱ•ȂŠ›’œ˜Œ›Š’Ž14.  
La   pêche   ne   peut   prétendre   à   ce   statut   valorisantǯȱ Žȱ ™˜’œœ˜—ȱ —ȂŠȱ ™Šœȱ le  
™›Žœ’Žȱžȱ’‹’Ž›ǯȱ •ȱŸ’ȱȂŠ‹˜›ȱŽȱŠ³˜—ȱœ’•Ž—Œ’ŽžœŽȱŽȱ’—Ÿ’œi‹•ŽȱŠ—œȱ•ȂŽŠžǰȱ–’•’Žžȱ
opaque,  difficile  à  domestiquer  et  à  dominer.  Comme  le  rappelle  Laurence  Bérard  
Ž—ȱ ™›·Š–‹ž•Žȱ Ȃž—Žȱ ·žŽȱ œž›ȱ •Žœȱ Œ˜–™˜›Ž–Ž—œ   et   les   représentations   šžȂ’•ȱ
engendre   chez   les   éleveurs   de   carpes   et   de   brochets   de   la   Dombes,   le   poisson   a  
longtemps   été   considéré   comme   «  Ȃž—ȱ Šž›Žȱ –˜—Ž  »,   mourant   au   contact   de  
•ȂŠ’›  :  «   Šȱ™›·œŽ—ŒŽȱŽȱ•ȂŽŠžȱœž™™˜œŽȱž—ȱ–˜ŽȱȂ˜›Š—’œŠ’˜—ȱŽœȱ¹›ŽœȱŸ’ŸŠ—œȱ›Š’ŒŠ•Ž–Ž—ȱ
différent,   qui   les   rŽ—ȱ ˜Š•Ž–Ž—ȱ ·›Š—Ž›œȱ ¥ȱ •Ȃ‘˜––Žǯ  »15   ••Žȱ ›Š™™Ž••Žȱ ȂŠ’••Žž›œȱ šžŽȱ
Ȃ ›’œ˜Žȱ¥ȱ ›’••Š-­‐‑ ŠŸŠ›’—ǰȱŽ—ȱ™ŠœœŠ—ȱ™Š›ȱ ›Šœ–Žǰȱ˜—ȱœȂŽœȱ•˜—Ž–™œȱ’—šž’··ȱŽœȱ
méfaits  que  ferait  courir  sa  consommation  excessive  sur  la  force  et  la  vigueur  selon  
une  vieille  croyanŒŽȱšž’ȱŸ˜ž•Š’ȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱŽŸ’Ž—ȱŒŽȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱ–Š—Ž.  Au  contraire  la  
viande   de   mammifère,   surtout   rouge,   serait   le   seul   aliment   viril   et   fortifiant.   On  
saisit  alors  mieux  en  quoi  le  poisson,  ce  «  non  animal  »,  constitue  par  excellence  le  
«  non  aliment  »  du  jeûne16.  
 

Dans   la   même   ™Ž›œ™ŽŒ’ŸŽǰȱ •ȂŠ—‘›˜™˜•˜žŽȱ ˜Žllie   Vialles   essaie   de  

Œ˜–™›Ž—›Žȱ™˜ž›šž˜’ǰȱŠ•˜›œȱšžȂŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ•ŽœȱœŽ—œ’‹’•’·œȱ˜—ȱ·Ÿ˜•ž·ȱŠžȱ™˜’—t  de  
13

Comme  le  montrent  très  bien  Claude  Pinçon  et  Monique  Pinçon-­‐‑Charlot  à  propos  de  la  chasse  à  
courre,   Pinçon   C.,   Pinçon-­‐‑Charlot   M.,   La   chasse   à   courre.   Diversité   sociale   et   culte   de   la   nature,  
Nouvelle  édition,    Paris,  Petite  Bibliothèque  Payot,  2003.  
14
 On  comprend  peut-­‐‑¹›ŽȱŠžœœ’ȱ–’Žž¡ȱ•ŽœȱŽ—“Žž¡ȱšž’ȱ›Ž•’Ž—ȱŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ•Šȱ·Ž—œŽǰȱ™Š›˜’œȱŸ’˜•Ž—Žǰȱ
Žœȱ™›Š’šžŽœȱŽȱŒ‘ŠœœŽȱŽȱŒŽ••ŽȱŽȱŒŽ›Š’—œȱžœŠŽœȱŽȱ•ȂŽœ™ŠŒŽ  rural  šž’ȱœȂŽ¡™›’–Ž—ȱŠ—œȱ•Š  notion  
de  «  ruralité  ».  
15
Bérard L., « Le poisson une denrée périssable », op. cit., p.129.
16
«  Cet  élément  humide  et  froid  dans  lequel  il  vit  lui  transmet  des  caractères  propres  à  en  faire  une  nourriture  
de  carême,  associée  à  la  pénitence  et  à  la  mortification  »,  Ibid.,  p.  129.  

26

rendre  Šž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ«  invisible  »  la  mort  des  mammifères  ou  des  poulets  destinés  à  
•ȂŠ•’–Ž—Š’˜—,  cette  compassion  est  beaucoup  moindre  comme  en  témoigne  le  peu  
Žȱ ›·ŠŒ’˜—œȱ Žȱ ·˜úȱ Œ‘Ž£ȱ •Žœȱ œ™ŽŒŠŽž›œȱ Ȃž—Žȱ mattanza,   tuerie   à   la   gaffe   de  
thons   rouges   de   Méditerranée,   pourtant   violente,   sanglante   et   éloignée   des  
représentations   habituelles   de   la   pêche.   «  Et   en   effet   les   poissons   sont   généralement  
réputés  ne  pas  saigner,  être  dépourvus  de  sang.  On  sait  bien  qu'ʹil  n'ʹen  est  rien.  Mais  qu'ʹon  
n'ʹen   voie   habituellement   que   des   traces,   qu'ʹon   le   dise   froid,   entretient   l'ʹimage   d'ʹun   sang  
invisible,  résiduel  sinon  totalement  absent.  On  n'ʹimagine  de  sang  que  chaud,  comme  celui  
des  mammifères  et  des  oiseaux  Ȯ  et  celui  des  hommes  ;  s'ʹil  n'ʹest  pas  (comme)  le  nôtre,  on  ne  
peut  ni  le  reconnaître  ni  s'ʹy  reconnaître.  Animaux  à  sang  froid,  les  poissons  n'ʹont  donc  pas  
de  «  vrai  »  sang,  autant  dire  pas  de  sang  du  tout.  »17    
Les  poissons  ne  sont  donc  pas  des  animaux  «  vrais  »,  le  naturaliste  du  XIXe  
œ’¸Œ•Žȱ ž˜—ȱ •Žœȱ Œ•ŠœœŠ’ȱ ȂŠ’••Žž›œȱ Ž—›Žȱ •Žœȱ Š—’–Šž¡ȱ Žȱ •Žœȱ Ÿ··Šž¡ǰȱ •ŽœšžŽ•œȱ
étaient   placés   juste   au-­‐‑dessus   des   pierres.   Noellie   Vialles   remarque   qžȂ˜—ȱ —Žȱ ’ȱ
™ŠœȱšžȂž—ȱ™¹Œ‘Žž›  tue  sa  proie  mais  la  prend.  Elle  —ȂŠ  donc  pas  le  statut  du  gibier  
dont  la  mise  à  mort  génère  plus  de  prestige  chez  le  chasseur  et  de  répulsion  chez  
les   adversaires   de   sa   pratique.   «  Leurs   soubresauts   hors   de   l'ʹeau,   n'ʹimposant   aucune  
image  reconnaissable  de  souffrance  ou  d'ʹagonie,  étonnent  plus  qu'ʹils  n'ʹémeuvent.  On  peut  
donc  les  voir  périr  sans  compassion.  Les  voit-­‐‑on  seulement  mourir  ?  Leur  mort  ne  peut  pas  
avoir  plus  d'ʹévidence  que  leur  vie  n'ʹen  a  eue.   Comment  se  figurer  vraiment  que  l'ʹair  que  
nous  respirons  puisse  asphyxier  ?  Le  fait  que  la  condition  de  leur  mort  soit  l'ʹentrée  à  l'ʹair  
libre,  qui  est  notre  élément,  condition  de  notre  vie,  donne  à  leur  fin  quelque  apparence  de  ce  
qui   pour   les   hommes   est   une   mort   naturelle.   On   ne   «  tue  »   donc   pas   les   poissons,   on   les  
prend  ;   et   on   ne   peut   voir   vraiment   que   la   capture   de   ce   que   les   flots   recelaient.   On   ne  
saurait  tuer  vraiment  que  des  animaux  vrais.  »18  

17

Vialles   N.,   «  La   mort   invisible  »,   Terrain,   Numéro   20   -­‐‑   La   mort   (mars   1993),   consultable   en   ligne.  
URL  :  http://terrain.revues.org/document3062.html.  
18
Ibid.  

27

 

La   pêche   est   finalement,   dans   le   champ   des   activités   de   prélèvement,  

beaucoup   plus   proche   de   la   cueillette   que   de   la   chasse.   La   passivité   du   corps  
šžȂŽ••Žȱ ’–™•’šžŽȱ •Žȱ ™•žœȱ œ˜žŸŽ—   ǻšž’ȱ ™Žžȱ Š••Ž›ȱ “žœšžȂ¥ȱ •Ȃ’––˜‹’•’·ȱ ˜Š•ŽǼ,   la  
mollesse  apparente  des  poissons,  leur  silence  et  leur  froideur  inerte,  mais  aussi  la  
facilité  enfantine  ŽȱœŠȱ–’œŽȱŽ—ȱꞟ›Ž  en  font  un  passe-­‐‑temps  désuet.  
 
B.  Une  pratique  désuète  ?  
«  La  pêche  à  la   ligne  n'ʹappartient  pas  à  la  gamme  des  activités  ouvertement  prônées  
par   les   classes   dominantes.   (...)   Pis,   elle   a   été,   très   tôt,   frappée   du   sceau   de   la   futilité,   de  
•ȇ’—ž’•’·ǯȱ ••Žȱ œȂŽœȱ Žœœ’—·Žȱ Œ˜––Žȱ ž—Žȱ ’ž›Žȱ ·›’œ˜’›Žȱ žȱ Ž–™œȱ Šœ™’••·ǰȱ Œ˜––Žȱ ž—Žȱ
désolante  image  de  la  vacuité  des  heures."ʺ19  
 
Un  symbole  populaire  de  la  conquête  du  temps  libre  
La   pêche   à   la   ligne,   pratique   dévalorisée   est   pourtant   un   passe-­‐‑temps   très  
populaire   et   familial   à   partir   du   XIXe     comme   en   témoignent   de   nombreux  
documents   (cartes   postales,   gravures,   règlements).   Plusieurs   phénomènes  
Ž¡™•’šžŽ—ȱŒŽȱŽ—˜žŽ–Ž—ǯȱ Šȱ–˜—·ŽȱžȱœŠ•Š›’Šȱ˜žŸ›’Ž›ȱȂŠ‹˜›ȱšž’ȱŽ—›ŠÉ—Žȱž—ȱ
nouveau   découpage   du   temps   et   permet   progressivement,   au   fil   des   lois   sur   les  
temps   de   repos,   de   libérer   un   «  temps   pour   soi  Ȏǯȱ ȂŽ¡˜Žȱ ›ž›Š•ȱ Ž—œž’Ž  :   pour  
beaucoup  de  néo-­‐‑citadins  déracinés  le  fleuve  et  la  rivière  fonctionnent  comme  des  
fils  conducteurs  avec  la  campagne  perdue.  Les  rives  de  la  Seine  et  de  la  Marne  sont  
à   la   fin   du   XIXe   siècle   et   au   début   du   XXe   siècle   les   symboles   parisiens   du   repos  
dominical.  Les  concours  de  pêche  sont  très  fréquents  et  des  photographies  montrent  
sans  doute  possible  leur  sžŒŒ¸œǯȱ Š—œȱ•Šȱ›·’˜—ȱ˜ž•˜žœŠ’—Žǰȱ’•ȱŽœȱ›·šžŽ—ȱȂ˜›Š—’œŽ›ȱ
deux   concours  :   un   pour   les   hommes   et   un   pour   les   femmesǰȱ ŒŽȱ šž’ȱ —ȂŽ¡’œŽȱ ™•žœȱ
Šž“˜ž›Ȃ‘ž’,  la  pratique  masculine  étant  dominante.   ȂŽœœ˜›ȱȂž—ȱ–Š›Œ‘·ȱžȱ–Š·›’Ž•ȱ
de  pêche  est  un  indice  fort  de  cette  fièvre  halieutique.  La  canne  en  bambou,  pratique  

19

Corbin  A.,  "ʺLes  balbutiements  d'ʹun  temps  pour  soi"ʺ,  loc.  cit.,  p.  324.

28

car  démontable20ǰȱœȂ’–™˜œŽȱŽȱ’–™˜œŽȱŠŸŽŒȱŽ••Žȱ•Šȱ™¹Œ‘Žȱ¥ȱ•Šȱ•’—ŽȱŠžȱ‹˜žŒ‘˜—ȱšž’ȱŽœȱ
la   technique   dominante   et   au   fil   du   temps   la   seule   autorisée.   Les   appâts   sont  
généralement   des   vers   ou   des   asticots   ˜—ȱ •Ȃ·•ŽŸŠŽȱ ™˜ž›ȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ Žȱ •Šȱ
commercialisation  débutent  à  la  fin  du  XIXe  siècle,  parfois  aussi  des  petits  poissons  
vivants   (les   vifs)   destinés   à   tromper   les   carnassiers   (brochets   ou   perches,   le   sandre  
—Ȃ·Š—ȱ ™Šœȱ Ž—Œ˜›Žȱ ™›·œŽ—ȱ Š—œȱ •Žœȱ ŽŠž¡ȱ ›Š—³Š’œŽœȱ ¥ȱ •Ȃ·™˜šžŽǼǯ   La   pisciculture  
Œ˜——ŠÉȱ Šžœœ’ȱ ž—ȱ ›Ž—˜žŸŽŠžȱ ŠŸŽŒȱ •Ȃ’—ŸŽ—’˜—ȱ Žȱ •Ȃ·Œ•˜œŽ›’Žȱ Š›’’Œ’Ž••Žȱ Žȱ ™˜ž›ȱ •Šȱ
première   fois   des   sociétés   de   pêche   déversent   des   poissons   dans   certaines   eaux,  
même   si   la   pratique   reste   encore   marginale   car   peu   efficace21.   Le   matériel,   les  
‘Š–Ž³˜—œȱ™Š›ȱŽ¡Ž–™•ŽǰȱŽœȱȂŠ‹˜›ȱ–Šœœ’ŸŽ–Ž—ȱ’–™˜›·ȱȂ —•ŽŽ››Žȱ˜ùȱž—ȱ–Š›Œ‘·ȱ
œȂŽœȱœ˜•’Ž–Ž—ȱŒ˜—œ’ž·22,  mais  des  marques  françaises  voient  le  jour  au  début  du  
XXe   œ’¸Œ•Žǰȱ •Ȃ·Œ˜—˜–’Žȱ žȱ –Š·›’Ž•ȱ Žȱ ™¹Œ‘Žȱ Œ˜——Š’œœŠ—ȱ ž—ȱ Žœœ˜›ȱ Œ˜—œŠ—   tout   au  
long  du  siècle.  
La  pêche  est  une  pratique  de  proximité  :  on  la  pratique  près  de  chez  soi.  Plus  
ruraux,  les  pêcheurs  de  truitesǰȱ™˜’œœ˜—ȱȂŽŠž¡ȱplus  froides  et  oxygénées,  šžȂ’•œȱœ˜’Ž—ȱ
Bretons,   Normands,   Pyrénéens,   pêchent   avec   des   techniques   spécifiques   (très  
’·›Ž—ŽœȱȂž—Žȱ›·’˜—ȱ¥ȱ•ȂŠž›ŽǼȱ•Žœȱ™˜’œœ˜—œȱŽȱleurs  rivières.  La  pêche  citadine  est  
quant   à   elle   plus   une   pêche   «  de   masse  Ȏǰȱ Œ˜••ŽŒ’ŸŽȱ Žȱ Š–’•’Š•Žǰȱ šž’ȱ œȂŠœœ˜Œ’Žȱ au  
pique-­‐‑—’šžŽǰȱ¥ȱ•Šȱ™›˜–Ž—ŠŽȱŽ—ȱ‹Š›šžŽǰȱŒ˜––ŽȱŽ—ȱ·–˜’—Žȱž—ȱŒ•’Œ‘·ȱȂune  grande  
modernité  dans  sa  composition  pris  en  1938  par  Henri  Cartier-­‐‑Bresson  sur  les  bords  
de  la  Marne.  
Mais  les  documents  abondent  aussi  pour  montrer  que  cette  facilité  qui  rend  la  
pêche   universelle   et   populaire   la   pousse   vers   la   banalité   et   la   désuétude.  
Ȃ’—Œ˜–™›·‘Ž—œ’˜—ȱ ŠŒŽȱ ¥ȱ •ȂŠ’žŽȱ Œ˜—ŒŽ—›·Žȱ Žȱ repliée   sur   lui-­‐‑même   du   pêcheur,    
le   caractère   peu   spectaculaire   et   silencieux   de   son   attente   (et   de   ses   proies)   et   la  
–·’Š—ŒŽȱ¥ȱ•Ȃ·Š›ȱŽœȱŒ•ŠœœŽœȱ™˜™ž•Š’›ŽœȱœŽȱŒ˜–‹’—Ž—ȱŠ—œȱž—ŽȱŠ’žŽȱŽȱ–·™›’œǯ  
20

Dans  sa  version  la  plus  «  urbaine  »  et  «  moderne  »,  car   bien  souvent,  les  «  gaules  »  «  rustiques  »  
œ˜—ȱȂŠ‹˜›ȱŽȱœ’–™•Žœȱ‹›Š—Œ‘Žœǯȱ  
21
Cazeils  N.,  Autrefois  la  pêche  en  eau  douce,  op.  cit.,    p.  88-­‐‑89.  
22
Nelson Cazeils  ·ŸŽ•˜™™Žȱ•ȂŽ¡Ž–™•Žȱdu  marché  Žȱ•Ȃ‘Š–Ž³˜—.  Ibid.,  pp.  62-­‐‑63.

29

Nelson   Cazeils   rapporte   cet   extrait   du   Grand   Dictionnaire   Larousse   de   1874  qui  
évoque   les   pêcheurs   de   la   Seine   Ȃž—Žȱ Š³˜—ȱ ŠœœŽ£ȱ Ÿ’˜•Ž—Ž  :   «  On   comprend   que   le  
Parisien,   en   général,   dédaigne   cette   pêche   [à   la   ligne]   par   excellence.   Il   a   eu   sous   les   yeux,  
pendant  de  longues  années,  le  spectacle  des  gamins,  des  maçons  en  chômage,  des  marchands  de  
vin  retirés,  des  portiers  en  rupture  de  cordons  et  des  petits  employés  caducs  assis  sur  les  dalles  
de  quais,  les  jambes  pendantes,  mornes,  sinistres,  abêtis,  semblables  à  des  criminels  ruminant  
ž—ȱ–ŠžŸŠ’œȱŒ˜ž™ǯȱ ŽȱœŠȱŸ’Žǰȱ’•ȱ—ȂŠȱŸžǰȱœ˜žœȱ•Šȱ–Š’—ȱŽȱœŽœȱŠž˜–ŠŽœǰȱž—ȱ™˜’œœ˜—ǰȱ–¹–Žȱ•˜—ȱ
Ȃž—ȱ˜’ǰȱœ˜›’›ȱŽȱ•Šȱ›’Ÿ’¸›Žǯ  »23   ȂŠžŽž›ȱŠ—˜—¢–ŽȱŽȱ•ȂŠ›’Œ•Žȱaffirme  un  peu  plus  loin  
šžŽȱŒŽȱ˜‹œŽ›ŸŠŽž›ȱ˜’ȱœŽȱŠ›Ž›ȱȂž—’Ÿersaliser  ce  point  de  vue,  mais  la  charge  est  
bien  rude  et  semble  conforter  un  stéréotype.  La  plupart  des  auteurs  halieutiques  dont  
nous   avons   consulté   les   ouvrages   se   placent   dans   une   posture   défensive   de  
réhabilitation   symbolique   Ÿ˜’›Žȱ Žȱ ·Ž—œŽȱ Ȃž—Žȱ ȍ  citadelle   assiégée  »   par   une  
˜™’—’˜—ȱŒ˜––ž—ŽȱŠ’ŽȱŠžȱ–’Žž¡ȱȂ’—’·›Ž—ŒŽȱ˜žȱŠžȱ™’›ŽȱŽ  raillerie.  Un  exemple  
de  plaidoirie,  ici  donnée  par    Marcel  Aymé,  laquelle  peine  un  peu  à  être  convaincante  
quand  elle  cherche  à  faire  de  la  pêche  un  sport  spectaculaire  :    
«  La   pêche   à   la   ligne   ne   jouit   pas   parmi   le   public   de   toute   la   considération   šžȂ˜—ȱ
™˜ž››Š’ȱ ŠŽ—›Žǰȱ ’•ȱ •ž’ȱ –Š—šžŽȱ •ȂŠž›·˜•Žȱ Žȱ •Šȱ Ÿ’˜•Ž—ŒŽǰȱ ŒŽtte   prestigieuse   parure  
Ȃ‘·›˜Êœ–Žǰȱšž’ȱŠȱŠ—ȱŠ’ȱ™˜ž›ȱ•Žœȱ“Žž¡ȱŽȱ‹Š••˜—ǰȱ™˜ž›ȱ•Šȱ‹˜¡ŽȱŽȱ™˜ž›ȱ•Šȱ‹’Œ¢clette.  Á  vrai  
’›Žǰȱ ˜—ȱ Ž—ȱ Žœȱ Ž—Œ˜›Žȱ ¥ȱ Œ˜—ŽœŽ›ȱ šžȂŽ••Žȱ œ˜’ȱ ž—ȱ œ™˜›ǯȱ ǽdzǾȱ ˜ž›ȱ ŒŽȱ šž’ȱ Žœȱ Ȃ¹›Žȱ
spectaculaire,  je  connais  bien  peu  de  sports  qui  le  soient  autant  que  celui-­‐‑ci  et  il  suffit,  pour  
œȂŽ—ȱŒ˜—ŸŠ’—Œ›ŽǰȱŽȱŸ˜’›ȱšžŽ••Žȱ ˜ž•ŽȱŽȱŒž›’Žž¡ȱ™ŽžȱŠ’rer   un  groupe   de  pêcheurs   jetant  
leurs   lignes   sur   les   quais   de   la   Seine.   Que   serait-­‐‑ŒŽȱ œȂ’•œȱ ·Š’Ž—ȱ Ÿ¹žœǰȱ Œ˜––Žȱ •Žœȱ
˜˜‹Š••Žž›œȱȂž—ŽȱŠ³˜—ȱ¥ȱ–˜—›Ž›ȱ•Žž›œȱŒž’œœŽœȱ˜žȱœȂ’•œȱŒ˜—œŽ—Š’Ž—ȱ¥ȱœȂŠ••˜—Ž›ȱŽœȱŒ˜ž™œȱ
de  gaule  sur  le  crâne  Ƿȱ ž˜’ȱšžȂ’•ȱŽ—ȱœ˜’ǰȱil  semble  que  la  pêche  à  la  ligne  en  est  encore  pour  
longtemps  à  être  considérée  comme  un  divertissement  pour  vieillards  rhumatisants  ou  tout  
le   moins   pour   personnes   somnolentes.»24   De   la   même   façon,   on   peut   rester   sceptique  

23

Ibid.,  p.  100  
Aymé  M.  ,  «  Pêcher  »,  revue  Mieux  Vivre,  n°6,  Mulhouse,  1936  cité  par  Cazeils,  Autrefois  la  pêche  
en  eau  douce,  op.  cit.,    p.  94.  
24

30

ŽŸŠ—ȱ •ȂŠ–‹’ž’·ȱ Žȱ ŒŽ›Š’—œȱ ™laidoyers   «  scientifiques  »   en   faveur   de   la   pêche  
populaire  traditionnelle,  «  la  petite  pêche  »,  cités  par  Alain  Corbin.  Certains  savants  
lui  prêtent  ainsi  au  début    du  XXe  siècle  des  valeurs  hygiéniques  et  thérapeutiques  :  
«  La   pêche,   répète-­‐‑t-­‐‑on,   est   souveraine   contre   le   surmenage   et   la   neurasthénie.   Elle  
Œ˜–™Ž—œŽȱ •ŠȱŸ’Žȱ ›·™’Š—ŽȱŽȱ•ȂŠŒŒ·•·›Š’˜—ȱŽœȱ›¢‘–Žœǯȱ ’Žž¡ȱŽ—Œ˜›ŽȱšžŽȱ•Ȃ·šž’Š’˜—  et  
–’Žž¡ȱ šžŽȱ •Žȱ œ˜––Ž’•ǰȱ Ž••Žȱ ™›˜Œž›Žǰȱ Ȉ™Š›ȱ ŒŽȱ Ž–™œȱ Žȱ —·Ÿ›˜œŽȈǰȱ ž—ȱ Š››¹ȱ ‹·—·’šžŽȱ žȱ
fonctionnement  du  cerveau  »25.  
 
La   pêche   récréative   apparaît   donc   comme   une   activité   «  transparente  »,  
œŽž•Ž–Ž—ȱ –˜‹’•’œ·Žȱ ™Š›ȱ •Šȱ •’·›Šž›Žȱ ™˜ž›ȱ ·Ÿ˜šžŽ›ȱ •ȂŽ—Š—ŒŽǰȱ •Šȱ ŠœŒ’—Š’˜—ȱ Žȱ
•ȂŽŠžȱŽȱ•Šȱ—˜œŠ•’Žȱžȱ–˜—Žȱ›ž›Š•ȱšž’ȱŠ—’–Ž—ȱœŠ—œȱ˜žŽȱ•Žœȱ™¹Œ‘Žž›œȱž›‹Š’—œȱ
qui   peuplent   les   berges   de   la   Seine   ou   de   la   Marne.   Ce   faible   capital   symbolique  
’Ž—ȱœŠ—œȱ˜žŽȱŠžœœ’ȱšžȂŽ••Žȱ™Š›ŠÉȱœ™˜—Š—·–Ž—ȱ¹›Žȱž—ȱ“ŽžȱŽȱ‘ŠœŠ›  :  le  fait  que  
•Žȱ ™˜’œœ˜—ȱ –˜›Žȱ ˜žȱ ™Šœǰȱ Žȱ •Šȱ Š’••Žȱ Žȱ •Šȱ ™›’œŽȱ ›ŽœœŽ–‹•Ž—ȱ Šž¡ȱ ›·œž•Šœȱ Ȃž—ȱ
tirage  au  sort.  Si  certainœȱ™¹Œ‘Žž›œȱœ˜—ȱ–Ž’••Žž›œȱšžŽȱȂŠž›ŽœǰȱŒŽ•ŠȱŽœȱœ˜žŸŽ—ȱ–’œȱ
sur   le   compte   de   leur   chance   plus   que   sur   celui   de   leur   talent.   Les   astuces  
ŽŒ‘—’šžŽœȱ œŽ–‹•Ž—ȱ ȂŠ’••Žž›œȱ ™•žœȱ Žœȱ –˜¢Ž—œȱ Žȱ ˜›ŒŽ›ȱ •Šȱ Œ‘Š—ŒŽȱ šžŽȱ
•ȂŽ¡™›Žœœ’˜—ȱ Ȃž—ȱ Š•Ž—ȱ ’—’Ÿ’žŽ•ǯȱ Žœȱ ’–ŠŽœȱ spontanées   sont   démenties   par   la  
™›Š’šžŽȱšž’ȱ·–˜—›ŽȱšžŽȱ•Šȱ–ŠÉ›’œŽȱŽŒ‘—’šžŽǰȱ•ŽœȱŒ˜——Š’œœŠ—ŒŽœȱŽȱ•ȂŽ¡™·›’Ž—ŒŽȱ
permettent  le  même  sentier  de  progrès  que  la  plupart  des  sports26.    Elle  est  indigne  
de  figurer  dans  le  monde  des  sports  légitimes  comme  le  confirme  sa  place  ambiguë  
Š—œȱ •ȂŽœ™ŠŒŽȱ Žœȱ •˜’œ’›œǯ   Les   statistiques   contemporaines   confirment   cette  
inscription  délicate  de  la  pêche  dans  les  pratiques  en  droit  Ȃ¹›Žȱ·ž’·Žœ  alors  que  
™Š›Š˜¡Š•Ž–Ž—ȱ Ž••Žœȱ –˜—›Ž—ȱ Š—œȱ •Žȱ –¹–Žȱ Ž–™œȱ šžŽȱ ŒȂŽœȱ ž—Žȱ ŠŒ’Ÿité   plutôt  
répandue.  
25

Corbin  A.,  "ʺLes  balbutiements  d'ʹun  temps  pour  soi"ʺ,  loc.  cit.,  p.  332.  
Nous  verrons  dans  la  seconde  partie  que  la  pêche  à  la  mouche,  technique  relativement  complexe  
¥ȱ–Ž›ŽȱŽ—ȱꞟ›ŽǰȱœžœŒ’ŽȱœŠ—œȱ˜žŽȱ•Ȃ’—·›¹ȱŽȱŒŽ›Š’—œȱ™¹Œ‘Žž›œȱŽȱ™Š›ȱŒŽŽȱŒ˜–™•Ž¡’·ȱ–¹–Žǯȱ
Šȱ Ÿ’œ’‹’•’·ȱ ǻ•Žȱ •Š—ŒŽ›ȱ ™Š›ȱ Ž¡Ž–™•Žȱ —ȂŠȱ ›’Ž—ȱ Ȃ’—ž’’ȱ Š—œȱ œŠȱ –’œŽȱ Ž—ȱ ꞟ›ŽǼȱ Žȱ •ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ šžȂŽ••Žȱ
demande   semblent   Ÿ˜ž•˜’›ȱ ·–Ž—’›ȱ ŒŽŽȱ ›·žŒ’˜—ȱ Žȱ •ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ ‘Š•’Žž’šžŽȱ ¥ȱ ž—ȱ ™’·ŽŠŽȱ
hasardeux.  
26

31

 

Chapitre  2.  La  pêche  dans  le  champ  des  loisirs  contemporains  
 
 

Pour   cerner   avec   précision   notre   objet,   les   statistiques   sont   un   outil  

irremplaçable,   non   parce   que   -­‐‑victime   Ȃž—ȱ ™˜œ’’Ÿ’œ–Žȱ ’—œ›ž–Ž—Š•-­‐‑     nous   les  
tiendrions   pour   la   v·›’·ȱ Žȱ —˜›Žȱ ˜‹“Žȱ šžŽȱ •Žœȱ Ž—›Ž’Ž—œȱ —Žȱ œŽ›Ÿ’›Š’Ž—ȱ šžȂ¥ȱ
’••žœ›Ž›ǰȱ–Š’œȱȂŠ‹˜›ȱ™Š›ŒŽȱšžȂŽ••Žœȱœ˜—ȱž—ȱ˜ž’•ȱŽȱ›ž™ž›ŽȱŠŸŽŒȱ•Žœȱ™›·—˜’˜—œȱŽȱ
les   représentations   spontanées.   Celles-­‐‑Œ’ȱ ‘Š—Ž—ȱ ȂŠžŠ—ȱ ™•žœȱ •Ȃž—’ŸŽ›œȱ Žȱ •Šȱ
pêche  de  loisir  que  cette  der—’¸›Žǰȱ—˜žœȱŠŸ˜—œȱ·“¥ȱŽžȱ•Ȃ˜ŒŒŠœ’˜—ȱŽȱ•Žȱ·™•˜›Ž›ǰȱŽœ  
relativement   absente   des   discours   savants.   Dans   les   premiers   temps   de   notre  
recherche,  nous  avons  pu  ainsi  recueillir  auprès  de  notre  entourage,  dans  la  lecture  
de   la   presse,   de   la   littérature   et   il   faut   le   dire   après   un   travail   introspectif,   un  
ensemble   de   «  vérités  »   de   «  bon   sens  »ǰȱ ŒŽ›Š’—Žœȱ ·Š—ȱ Žœȱ Ž››Žž›œǰȱ ȂŠž›Žœȱ Žœȱ
–¢‘Žœȱ ‹’Ž—ȱ ˜—·œȱ Žȱ ȂŠž›Žœȱ œŽȱ ›Š™™›˜Œ‘Š—ȱ Ž—’—ȱ Žȱ •Šȱ Ÿ·›’·ǯȱ   Citons   en  
quelques  unes  :  la  pêche  semble  perçue  comme  «  un  loisir  masculin  »,  «  de  vieux  »,  
«  de   retraités  »,   «  de   chômeurs  »  ;    un   loisir   rural     plus   que   citadin   ,   proche   de   la  
chasse  et  de  la  cueillette,  une  quête  alimentaire  mais  aussi  une  fuite  hors  de  la  vie  
sociale  (et  bien  sûr  politique),  un  passe-­‐‑temps  «  paresseux  »1.  Les  enquêtes  où  nous  
avons   pu   voir   apparaître   la   pratique   halieutique   nous   permettent   donc   de  
«  cadrer  »   notre   travail   empirique   en   caractérisant   la   population   étudiée 2.   Ce  
ŒŠ›ŠŽȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ •Žȱ œ¢–‹˜•Žȱ Ȃž—Žȱ œ˜ž–’œœ’˜—ȱ Žȱ •Šȱ ȍ  raison   qualitative  »   aux  
diktats   de   «  •Ȃ˜‹“ŽŒ’Ÿ’·ȱ šžŠ—’Š’ŸŽ  »,   nous   allons   le   voir,   il   permet   même   de  
mettre   en   évidence   le   poids   de   certains   stéréotypes   sur   la   construction   des  
catégories   statistiques,   des   définitions   et   des   Šœœ˜Œ’Š’˜—œȱ œ™˜—Š—·Žœȱ šžȂŽ••Žœȱ
mettent   en   oeuvre.   Notre   démarche   anthropologique   nous   permet   donc   de  
1

  ˜›œȱȂž—ȱœ·–’—Š’›Žǰȱž—Žȱ·ž’Š—Žȱ—˜žœȱŠȱ’,  sur  le  ton  de  la  boutade  :  «   ¹Œ‘Ž›ǰȱŒȂŽœȱŠ’›ŽȱšžŽ•šžŽȱ
chose  tout  en  ne  faisant   rien  ».  Cette   jolie   boutade   pou››Š’ȱœȂŠ™™•’šžŽ›ȱ¥ȱ•Šȱ™•ž™Š›ȱŽœȱ•˜’œ’›œǰȱ’•ȱŽœȱ
›¸œȱ™Š›•Š—ȱšžȂŽ••Žȱ•ȂŠ’ȱ›·œŽ›Ÿ·Žȱ¥ȱ•Šȱ™¹Œ‘Žǯ  
2
  ˜’›ȱ ŽŠžȱ ǯǰȱ Ž‹Ž›ȱ ǯȱ ǰȱ ž’Žȱ Žȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ Žȱ Ž››Š’—ǰȱ op.   cit.,   particulièrement   le   chapitre   2   :  
«   ›·™Š›Ž›ȱ•ȂŽ—šž¹Ž  ».

32

renverser  la  perspective  :  le  contact  du  terrain  révèle  les  ignorances  du  statisticien  
et   les   problématiques   inconscientes   que   véhiculent   les   découpages   et   les  
questionnaires3.   De   ce   point   de   vue,   la   pêche   de   loisir   apparaît   comme   une  
«  pratique   résiduelle  »,   ballottée   entre   des   problématiques   différentes,   rencontrée  
Šžȱ ‘ŠœŠ›ȱ Žœȱ •’—Žœȱ Ȃž—ȱ Š‹•ŽŠžȱ œŠ’œ’šžŽȱ –Š’œȱ Š’œŠ—ȱ •Ȃ˜‹“Žȱ Žȱ ›Ž•Š’ŸŽ–Ž—ȱ
™ŽžȱȂŠ—Š•¢œŽȱŠ—œȱ•ŽœȱŒ˜–™Žœ-­‐‑›Ž—žœȱȂŽ—šž¹Ž.    
 
A.  La  «  pêche  de  loisir  »,  une  pratique  mal  définie  
 

Šȱ™¹Œ‘Žȱ›·Œ›·Š’ŸŽȱŽœȱž—ȱ•˜’œ’›ǰȱ–Š’œȱšžȂŽœ-­‐‑ŒŽȱšžȂž—ȱ•˜’œ’›  ?  Si  cette  notion  

Žœȱ ‹Š—Š•Žǰȱ ˜›ŒŽȱ Žœȱ Žȱ Œ˜—œŠŽ›ȱ šžȂŽ••Žȱ ™˜œe   des   problèmes   aux   sociologues   car  
elle  repose  sur  un  découpage  du  temps  et  des  activités  (travail/loisir)  qui  a  souvent  
bien   du   mal   à   rendre   compte   des   faits.   La   notion   de   loisir   est   pourtant   centrale  
Š—œȱ •ȂŠ—Š•¢œŽȱ Žœȱ œ˜Œ’··œȱ –˜Ž›—Žœȱ Žȱ Š’ȱ •Ȃ˜‹“Žȱ Ȃ·žŽœȱ œŠ’œ’šžŽœǰȱ Œ˜––Žȱ
«  •ȂŽ—šž¹Žȱœž›ȱ•Žœȱ•˜’œ’›œ  ȎȱŽȱ•Ȃ ǯ  
 
La  problématique  sociologique  des  loisirs  et  du  «  temps  libre  »  
•ȱŽœȱ’’Œ’•ŽȱȂ·Ÿ˜šžŽ›ȱ•Šȱœ˜Œ’˜•˜’ŽȱŽœȱ•˜’œ’›œȱœŠ—œȱ·Ÿ˜šžŽ›ȱ•ŽœȱŠ—Š•¢œŽœȱŽȱ
Joffre   Dumazedier4.  Pour  lui  ce  concept  ne  peut   être  appliqué   sans  anachronisme  
aux   sociétés   pré-­‐‑industrielles  DZȱ œ’ȱ •Žœȱ Œ•ŠœœŽœȱ ˜’œ’ŸŽœȱ Žȱ •Ȃ —’šž’·ȱ ˜žȱ žȱ ˜¢Ž—ȱ
Age  ont  pu  faire  du  loisir  un  «  art  de  vivre  »    et  même  une  pratique  assez  codifiée  
ǻŒ˜––Žȱ ˜—ȱ •ȂŠȱ ·Ÿ˜šž·ȱ ¥ȱ ™›˜™˜œȱ Žȱ •Šȱ Œ‘ŠœœŽǼǰȱ •Žȱ –˜ȱ —Žȱ œȂŠ™™•’šžŽȱ ™Šœȱ
complètement  à  un  contexte  dans  lequel,  pour  parler  comme  les  économistes,  loisir  
et   travail   sont   des   activités   substituables   et   non   complémentaires.   Le   concept  
«  pur  »  de  loisir  ne  se  pense  selon  lui  que  dans  sa  complémentarité  temporelle  au  
3

 Un  ouvrage  méthodologique  anc’Ž—ȱ—˜žœȱŠȱœŽ›Ÿ’ȱȂŠ—’˜ŽȱŒ›’’šžŽȱŠžȱ™˜œ’’Ÿ’œ–Žȱ’—œ›ž–Ž—Š•  :  
Champagne  P.,  Lenoir  R.,  Merllié  D.,  Pinto  L.,  Initiation  à  la  pratique  sociologique,   op.  cit.  Il  repose  
œž›ȱ ž—Žȱ ™·Š˜’Žȱ Žȱ •ȂŽ¡Ž–™•Žȱ Žȱ ’—Ÿ’Žȱ Žȱ Š³˜—ȱ œ’–ž•Š—Žȱ ¥ȱ ž—ȱ žœŠŽȱ Œ›’’šžŽȱ Žȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ
œŠ’œ’šžŽȱ™•žœȱšžȂ¥ȱž—ȱœŒŽ™’Œ’œ–Žȱšž’ȱŒ˜—ž’›Š’ȱ¥ȱœ˜—ȱŠ‹Š—˜—ǯȱ  
4
Voir  par  exemple  ses  ouvrages  classiques   Dumazedier  J.,  Vers  une  civilisation  des  loisirs,   op.  cit.  
ou   le   récent   hommage   qui   lui   a   été   rendu   dans   un   ouvrage   collectif,   Green   A.-­‐‑M.   (dir.),   Les  
–·Š–˜›™‘˜œŽœȱžȱ›ŠŸŠ’•ȱŽȱ•Šȱ—˜žŸŽ••Žȱœ˜Œ’··ȱžȱŽ–™œȱ•’‹›Žǰȱ Ȃ
Š›–ŠŠ—ǰȱŘŖŖŖǯ    

33

travail.     Il   œȂŠ›’Œž•e   autour   de   quatre   caractères  :   un   «  caractère   libératoire  »  
ȂŠ‹˜›ǰȱ Œ˜––Žȱ ˜—ȱ •ȂŠȱ ’ǰȱ •Žȱ •˜’œ’›ȱ œȂ˜™™˜œŽȱ Šž¡ȱ ™·›’˜Žœȱ ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ ȍ  subies  »  
ǻ›ŠŸŠ’•ȱ™›˜Žœœ’˜——Ž•ǰȱœŒ˜•Š’›Žȱ˜žȱ˜–Žœ’šžŽǼȱŽȱ’•ȱœŽȱ·ŸŽ•˜™™ŽȱŽ—ȱŽ‘˜›œȱȂŽ••Žœǯȱ
Žȱ·ŸŽ•˜™™Ž–Ž—ȱžȱœŠ•Š›’ŠȱŽȱȂž—ȱ›˜’ȱžȱ›ŠŸŠ’•ȱŠŸ˜›Š‹•ŽȱŠž¡ȱsalariés  (rendu  
possible   par   les   gains   de   productivité)   a   donc   permis   son   émergence   sociale   en  
définissant  clairement  un  «  emploi  du  temps  »  et  en  instituant  progressivement  des  
Ž–™œȱŽȱ•˜’œ’›œȱǻ’—œȱŽȱ“˜ž›—·ŽǰȱŽȱœŽ–Š’—ŽǰȱȂŠ——·Ž  et  de  vie  pour  reprendre  les  
expressions  de  J.  Dumazedier).  
 Il   a   aussi   un   «  caractère    désintéressé  »  DZȱ •Žȱ •˜’œ’›ȱ —ȂŠȱ ™Šœȱ Žȱ ’—ȱ Ž—ȱ œ˜’ǰȱ —’ȱ
Ȃž’•’·ȱ™›˜™›Žǯȱ ˜žȱ’—·›¹ȱ–Š·›’Ž•ȱ•ŽȱŠ’ȱŽœŒŽ—›ŽȱŠ—œȱ•ŠȱŒŠ·˜›’ŽȱŽœȱȍ  semi-­‐‑
loisirs  »  :  réparer  sa  voiture,  vendre  ses  salades  ˜žȱ–Š—Ž›ȱȱ•Žœȱ™˜’œœ˜—œȱšžŽȱ•Ȃ˜—ȱŠȱ
pêchés  enlèvent  au  bricolage,  au  jardinage  et  à  la  pêche  leur  statut  de  loisir.  
Il  a  ensuite  un  «  caractère  hédonistique  ȎȱŽ—ȱŒŽȱšžȂ’•ȱŽœȱž—Žȱšž¹Žȱ•ž’šžŽȱŽȱ
™•Š’œ’›ǰȱ Žȱ ›Ž•¦Œ‘Ž–Ž—ǰȱ ȂŠŒŒ˜–™•’œœŽ–Ž—ǰȱ –¹–Žȱ œ’ȱ ŒŽŽȱ “˜žissance   récréative  
passe  par  des  efforts  ou  une  ascèse.  La  quête  du  plaisir  opère  comme  un  critère  de  
choix,  de  goût  et  de  dégoût  DZȱŒȂŽœȱŽ••Žȱšž’ȱŽœȱ·—·›Š•Ž–Ž—ȱ–’œŽȱŽ—ȱŠŸŠ—ȱ™Š›ȱ•Žœȱ
individus  pour  justifier  «  librement  »  leurs  préférences.    
Le   dernier   caractère,   le   «  caractère   personnel  »,   est   sans   doute   le   plus   flou  
–Š’œȱ Žœȱ Ȃ’–™˜›Š—ŒŽȱ ™˜ž›ȱ ǯȱ ž–Š£Ž’Ž›ǯȱ •ȱ ›Ž—Ÿ˜’Žȱ ¥ȱ •Ȃ·–Š—Œ’™Š’˜—ȱ Žȱ
•Ȃ’—’Ÿ’žȱ™Š›ȱ›Š™™˜›ȱ  ¥ȱ•Šȱœ˜Œ’··ǯȱ —ȱ™Žžȱ™Ž—œŽ›ȱȂŠ’••Žž›œȱ¥ȱ ž›”‘Ž’–ȱŽȱ¥ȱœ˜—ȱ
évocation   de   la   solidarité   organ’šžŽȱ Žȱ Žȱ •ȂŠ—˜–’Žȱ šžȂŽ••Žȱ ™Žžȱ ·—·›Ž›ǰȱ ¥ȱ Š¡ȱ
Weber   quand   il   évoque   le   désenchantement   du   monde   et   au   concept   marxiste  
ȂŠ•’·—Š’˜—ǯȱ Žȱ •˜’œ’›ȱ Žœȱ ’Œ’ȱ •Žȱ ™›˜ž’ȱ Žȱ •Šȱ šž¹Žȱ ’—’Ÿ’žŽ••Žȱ Ȃž—ȱ œŽ—œȱ ™Ž›žȱ
dans  le  travail  ou  dans  la  famille.  Il  permet  bien  plus  que  du  sens,  de  donner  une  
identité   aux   individus.   «  Je   suis   pêcheur   à   la   mouche  »   pourront   ainsi   nous   dire   les  
™¹Œ‘Žž›œȱ šžŽȱ —˜žœȱ ŠŸ˜—œȱ ›Ž—Œ˜—›·œǯȱ ŽŽȱ ™›·œŽ—Š’˜—ȱ Žȱ œ˜’ȱ —ȂŽœȱ Ž—ȱ ›’Ž—ȱ
anodine   et   illustre   un   effet   structurant   qui   peut   être   chez   certains   individus  

34

·Œ•Šœœ·œȱ ˜žȱ Šžȱ –˜’—œȱ ’—œŠ’œŠ’œȱ ™•žœȱ ™›·—Š—ȱ šžŽȱ •Žȱ ™›˜ŒŽœœžœȱ Ȃ’Ž—’’ŒŠ’˜—ȱ
professionnelle.  
La  définition  quadridimensionnelle  du  loisir  permet  de  saisir  la  difficulté  à  
rendre  ce  concept  opératoire,  particulièrement  pour  le  cas  de   la  pêche  qui  comme  
la   cueillette   et   la   chasse   a   tout   du   «  semi-­‐‑loisir  »   mais   il   a   le   mérite,   en   reliant   de  
façon  sans  doute  trop  mécanique  le  développement  du  loisir  à  celui  de  la  structure  
économique,  de  montrer  les  conditions  de  possibilité  du  loisir  de   masse  et  de  son  
’—žœ›’Žǰȱ ‹›Žȱ Ȃž—Žȱ ȍ  société   de   loisir  »5.   On   est   finalement   frappé   de   voir  
comment   le   sport   «  moderne  »,   codifié   sur   le   mode   anglo-­‐‑saxon,   constitue   le  
modèle  parfait  du  «  loisir  pur  »  :  circonscrit  dans  un  temps  et  un  espace  prédéfini,  
dépouillé   de   toute   fin   utile   autre   que   le   relâchement   des   tensions,   il   permet   à  
•Ȃ’—’Ÿ’žȱŽȱœŽȱǻ›ŽǼconstruire  ŽȱŽȱœȂ·ŸŠŽ›  de  façon  excitante.    
Norbert   Elias,   dans   ses   analyses   de   la   genèse   anglo-­‐‑saxonne   du   sport6,  
récuse  cette  «  polarisation  »  sport/l˜’œ’›ȱ‘·›’·ŽȱŽȱ•Ȃ·Œ˜—˜–’Žȱšž’ȱ˜—Œ’˜——ŽȱŠžœœ’ȱ
souvent   comme   une   opposition   de   valeurs.   Le   loisir   «  libérateur  »   mais   inutile   se  
construirait   ainsi   contre   le   travail   forcément   contraignant,   répétitif   mais   utile.   Or,  
selon   lui,   Ȃž—Žȱ ™Š›ȱ ŒŽŽȱ ˜™™˜œ’’˜—   ›Ž—Ÿ˜’Žȱ ™•žœȱ ¥ȱ Žœȱ ŸŠ•Žž›œȱ šžȂ¥ȱ Žœȱ Š’œǰȱ
ȂŠž›Žȱ ™Š›ȱ la   frontière   entre   les   deux   ŠŒ’Ÿ’·œȱ Žœȱ •˜’—ȱ Ȃ¹›Žȱ —ŽŽǯȱ Žȱ •˜ž  
Ž¡™•’šžŽ›Š’ȱ •Žȱ –Š—šžŽȱ ȂŠ—Š•¢œŽœȱ rigoureuses   du   loisir,   notion   impossible   à  
définir   clairement   par   les   sociologues   et   les   historiens.   Selon   N.   Elias,   tout   temps  
•’‹›ŽǰȱŒȂŽœ-­‐‑à-­‐‑dire  tout  temps  non  travaillé  professionnellementǰȱ—ȂŽœȱ™Šœȱž—ȱŽ–™œȱŽȱ
loisir.   Le   travail   domestique,   dans   la   cellule   familiale,   échappe   ainsi   à   cette  
polarisation  travail/loisir  qui  structure  les  esprits,  sŠ—œȱ˜žŽȱȂŠžŠ—ȱ™•žœȱšžȂ’•ȱŽœȱ
souvent   féminin.   Il   établit   donc   avec   Eric   Dunning   une   typologie   plus   fine   des  
activités,   «  le     spectre   du   temps   libre  »  :   les   activités   routinières   (biologiques,  
5

ŽŽȱ šžŽœ’˜—ȱ —ȂŽœȱ Ž—ȱ ›’Ž—ȱ ·™Šœœ·Ž  :   la   contestation   conservatrice   de   la   société   de   loisir   qui  
œȂŽ¡™›’–ŽȱŠž“˜ž›Ȃ‘ž’ǰȱŠžȱ—˜–ȱŽȱ•Šȱȍ  réhabilitation  »  du  travail  en  tant  que  «  valeur  »,  peut  se  lire  
ȂŠ‹˜›ȱŒ˜––Žȱž—ŽȱŒ˜—ŽœŠ’˜—ȱ¥ȱ™Ž’—ŽȱŸ˜’•·ŽȱȂž—ȱ™Š›ŠŽȱŽœȱ›’Œ‘ŽœœŽœȱŽȱžȱŽ–™œȱŽȱ›ŠŸŠ’•ȱŽȱ
type  keynésien  ou  «  fordiste  ».    
6
Elias   N.,   Dunning   E.,   Quest   for   Excitment.   Sport   and   Leisure   in   the   Civilizing   Process,   Londres,   Basil  
Blackwell,  1986.  Traduction  française  :  Sport  et  civilisation.  La  violence  maîtrisée,  Paris,  Fayard,  1994.  

35

familiales),   les   «  activités   intermédiaires  »   (travail   privé   bénévole,   activités  
›Ž•’’ŽžœŽœdz)  et  enfin  les  activités  de  loisir  (sociabilité,  activités  «  mimétiques  »,  les  
ŠžŽž›œȱ ™›Ž—Š—ȱ œ˜’—ȱ Žȱ ’œ’—žŽ›ȱ •Žœȱ ™˜œ’’˜—œȱ ȂŠŒŽž›ȱ Žȱ Žȱ œ™ŽŒŠŽž›ȱ Žȱ •Žȱ
Ž›·ȱ Ȃ’—œ’ž’˜——Š•’œŠ’˜—ȱ Žȱ •Šȱ ™›Š’šžŽǼǯȱ Žœȱ ŠŒ’Ÿ’·œȱ e   «  jeux   mimétiques  »  
sont   diverses.   «  Parmi   elles,   il   y   a   le   théâtre   ou   le   concert,   les   courses   ou   le   cinéma,   la  
Œ‘ŠœœŽǰȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žǰȱ •Žȱ ‹›’Žǰȱ •ȂŠ•™’—’œ–Ž,   le   jeu,   la   danse   et   la   télévision.  »7   Elles   ont   en  
Œ˜––ž—ȱ Ȃ˜›’›ȱ ž—ȱ ŒŠ›Žȱ ™›··Š‹•’ȱ ¥ȱ ž—Žȱ ˜›–Žȱ Ȃexcitation,   une   «  stimulation  
particulière   des   émotions  »  et  un  «  ressourcement  »8ǯȱ ŽŽȱŽ¡Œ’Š’˜—ȱ—ȂŽ–™¹Œ‘Žȱ˜—Œȱ
pas  de  joindre  «  •Ȃž’•Žȱ¥ȱ•ȂŠ›·Š‹•Ž  »  et  on  évite  ainsi  la  catégorie  intermédiaire  de  
«  semi   loisir  »   forgée   par   Joffre   Dumazedier   pour   qualifier   des   activités  
productives   intenses   qui   ont   pourtant   tout   du   loisir.   Mais   sans   doute   faut-­‐‑il  
œȂŽ—Ž—›Žȱsur  ce  mot  :  si  un  travail  peut  être  un  semi-­‐‑loisir,  il  faut  alors  renoncer  à  
une  définition  hédoniste  du  loisir  issue  du  rapport  des  dominants  au  temps  libre.  
"ʺLe   mot   loisir   est   associé   à   l'ʹidée   d'ʹune   détente,   d'ʹune   relâche   des   forces,   alors  
qu'ʹune  part  notable  du  domaine  qui  s'ʹouvre  ici  à  nous  met  en  jeu  des  personnages  tendus,  
mobilisés,   concentrés   sur   leur   objet."ʺ9.   Olivier   Schwartz,   décrivant   des   ouvriers   du  
Nord  de  la  France  pêcheurs  à  la  ligne,    constate  en  effet  que  les  ouvriers  placés  hors  
de   leur   temps   de   travail   ne   sont   pas   toujours   dans   une   attitude   passive,   «  de  
repos  »   mais   bien   au   contraire   dans   une   intense   activité   qui   accapare   une   grande  
partie  de  leur  «  temps  libre  ».  Par  exemple  le  jardinage,  le  bricolage  et  bien  sûr  la  
pêche.   Nous   avons   ainsi   pu   observer   nous-­‐‑même   que   la   pêche   ne   se   réduit  
ȂŠ’••Žž›œȱ ™Šœȱ ¥ȱ •ȂŠŒŽȱ Žȱ ™¹Œ‘Ž›ǯȱ ••Žȱ œȂŽ—˜ž›Žȱ Ȃž—ȱ Ž—œŽ–‹•Žȱ ȂŠŒ’Ÿ’·œȱ qui  
peuvent   dema—Ž›ȱ ‹ŽŠžŒ˜ž™ȱ Žȱ Ž–™œȱ Žȱ Ȃ·—Ž›’Ž  :   monter   ses   lignes,   acheter,  
préparer,   réparer   son   matériel,   ses   appâts.   Les   compétences   de   bricoleur   sont  
fortement   mobilisées   et   les   pêcheurs   aiment   autant   partager   des   récits   de   leurs  
parties   de   pêche   que   montrer   le   contenu   de   leurs   boîtes   et   autres   musettes,   et  
7

Ibid.,  p.  92.  
Ibid.,  p.  97.
9
Schwartz   O.,   Le   monde   privé   des   ouvriers.   Hommes   et   femmes   du   Nord,   Paris,   Presses  
Universitaires  de  France,  1990,  p.  325.
8

36

dévoiler   leur   ingéniosité,   leurs   trouvailles,   la   «  touche   personnelle  Ȏȱ šžȂ’•œȱ
apportent  à  leur  matériel10.  On  peut  trouver  des  signes  de  ce  paradoxal  «  travail  de  
détente  »   dans   beaucoup   de   sports   et   de   loisirœǰȱ ’•ȱ œž’ȱ Š’—œ’ȱ Ȃ˜‹œŽ›ŸŽ›ȱ ž—ȱ
véliplanchiste   passant   de   longues   minutes   à   préparer   et   monter   sa   planche,   un  
cavalier   prodiguant   des   soins   à   son   cheval   ou   un   motard   réparant   sa   moto.   La  
notion  de  loisir  impose  une  problématique  préconstruite  sur  les  usages  du  temps.  
Elle   —Žȱ ŸŠȱ ˜—Œȱ ™Šœȱ Žȱ œ˜’ǰȱ —˜žœȱ •Ȃž’•’œ˜—œȱ ŠžŽȱ Žȱ –’Žž¡ȱ Žȱ —˜žœȱ Š••˜—œȱ Ÿ˜’›ȱ
šžȂŽ••Žȱ ™Žžȱ Šžœœ’ȱ ™˜œŽ›ȱ Žœȱ ™›˜‹•¸–Žœȱ Šž¡ȱ Ž—šž¹Žž›œdz   et   aux  
enquêtés  confrontés  à  un  questionnaire  qui  leur  demande  de  trancher  entre  travail  
et  loisir.  Olivier  Donnat11  ,  dans  la  lignée  de  Norbert  Elias,  note  ainsi  que  la  plupart  
des   enquêtes   sur   les   emplois   du   temps   véhiculent   une   vision   «  hédoniste  »   du  
temps  libre  (libre  ŒȂŽœ-­‐‑à-­‐‑dire  «  non  travaillé  professionnellement  »)  qui  «  fait  comme  
si   tous   les   individus   se   conduisaient   pendant   leur   loisir   sur   la   logique   du   plaisir  »12.   On  
peut  ainsi  voir  dans  cette  universalisation  du  rapport  bourgeois  et  cultivé  au  loisir,  
•ȂŽ¡™›Žœœ’˜—ȱȂž—ȱŽ‘—˜ŒŽ—›’œ–ŽȱŽȱŒ•ŠœœŽ13  qui  ne  peut  se  représenter  autrement  
que  par  la  notion  de  travail  (par  exemple  «  le  travail  domestique  »)  ou  de  «  semi-­‐‑
loisir  Ȏȱ Žœȱ ŠŒ’Ÿ’·œȱ šž’ȱ œȂ·•˜’—Ž—ȱ Žȱ •Šȱ ·’—’’˜—ȱ •·’’–Žȱ žȱ ™•Š’œ’r14.   A  
•Ȃ˜™™˜œ·ǰȱ šžŠ•’’Ž›ȱ Žȱ •˜’œ’›ȱ Žœȱ ¦Œ‘Žœȱ šž’ȱ ›Ž•¸ŸŽ—ȱ žȱ ›ŠŸŠ’•ȱ ˜–Žœ’šžŽȱ ›ŽŸ’Ž—ȱ

10

On  le  verra,  ce  goût  pour  la  personnalisation  est  particulièrement  exacerbé  chez  les  pêcheurs  à  la  
mouches  qui  montent  leurs  mouches  et  ont  fait  de  cet  «  art  »  une  activité  quasiment  autonome  de  la  
pêche  elle-­‐‑même  (les  Anglais  parlent  de  Fly  Tying  pour  désigner  cette  activité  qui  a  ses  spécialistes,  
«  les  monteurs  »  et  ses  concours  spécifiques).
11
  Donnat   O.,   Les   pratiques   culturelles   de   Français   1973-­‐‑1989,   Paris,   La   Découverte,   La  
Documentation  Française,  1990.  
12
Ibid.,  p.  146.  
13
«  Une  définition  «  hédoniste  »  du  loisir,  qui  fait  de  tous  les  individus  des  épicuriens  potentiels,  présente  le  
–¹–ŽȱŽ—›ŽȱȂ’—Œ˜—Ÿ·—’Ž—œȱšžȂž—Žȱ·’—’’˜—ȱȍ  charismatique  »  de  la  culture,  qui  en  fait  tous  des  esthètes  en  
puissance.  »,  Ibid.,  p.  146.  
14
Žœȱ ·žŽœȱ œŠ’œ’šžŽœȱ ˜—ȱ ™Š›ȱ Š’••Žž›œȱ ™žȱ –˜—›Ž›ȱ šžŽȱ •ȂŠž–Ž—Š’˜—ȱ žȱ Ž–™œȱ •’‹›Žȱ ·—·›·Žȱ
™Š›ȱ •Žȱ ™Š›ŠŽȱ Žœȱ Š’—œȱ Žȱ ™›˜žŒ’Ÿ’·ȱ —ȂŠȱ ™Šœȱ ›·ž’ȱ •Žœȱ ’—·Š•’·œȱ ¥ȱ •Ȃ·Š›ȱ Žȱ œ˜—ȱ žœŠŽȱ
«  récréatif  »,  cette  notion  de  «  temps  libre  »  restant  tout  aussi  problématique  que  celle  des  loisirs.  Le  
Ž–™œȱ•’‹›ŽǰȱœŽ•˜—ȱšžȂ’•ȱŽœȱ›ŠŒ’˜——·ȱ˜žȱȍ  long  »,  choisi  ou  «  contraint  »,  selon  aussi  les  ressources  
économiques   et   culturelles   des   individus   ne   correspond   pas   aux   mêmes   usages,   ce   qui   tempère  
•Ȃ˜™’–’œ–Žȱ de   Joffre   Dumazedier.   Voir   Chenu   A.,   Herpin   N.,   «  Une   pause   dans   la   marche   vers   la  
civilisation  des  loisirs.  »,  Économie  et  Statistique,  n°  352-­‐‑353,  2002,  pp.  15-­‐‑37.  

37

sans  doute  à  valider  trop  rapidement  (de  façon  «  populiste  »15)  le  rapport  cultivé  au  
–˜—Žǯȱ ȂŽœȱ ŒŽȱ šžŽȱ —˜Žȱ ‘’•’™™Žȱ ˜ž•Š—Ž˜—ȱ Ž—ȱ ›Š™™Ž•Š—ȱ •Ȃ˜™™˜œ’’˜—ȱ Ž—›Žȱ
“Š›’—ȱ ȂŠ›·–Ž—ȱ ǻŒŠ·˜›’Žœȱ œž™·›’Žž›ŽœǼȱ Žȱ ™˜ŠŽ›ȱ ǻŒŠ·˜›’Žœȱ ™˜™ž•Š’›ŽœǼȱ šž’ȱ
›Ž—Ÿ˜’Žȱ¥ȱ•Ȃ˜™™˜œ’’˜—ȱ˜›–ŽȦ˜—Œ’˜—ǰȱŒŽ  qui  prouve  la  variété    des  usages  que  peut  
cacher   la   nomenclature   statistique16.   On   peut  toutefois   rappeler   aussi   que   réduire  
•Žœȱ™›Š’šžŽœȱȂŠž˜™›˜žŒ’˜—ȱuniquement  à  leur  dimension  économique  renvoie  
¥ȱ•Ȃ·ŒžŽ’•ȱ˜™™˜œ·ȱǻ•Žȱȍ  misérabilisme  »)  :  la  montée  de  la  précarité  chez  les  ouvriers  
—ȂŠȱ ™Šœȱ Ž–™¹Œ‘·ȱ •Žȱ ·Œ•’—ȱ Žȱ ŒŽœȱ ™›Š’šžŽœȱ šž’ȱ œ˜—ȱ ˜—Œȱ ™•žœȱ •Žȱ ›Ž•Žȱ Ȃž—Žȱ
Šž˜—˜–’ŽȱŒž•ž›Ž••ŽȱšžŽȱȂž—ȱœ’–™•Žȱȍ  instinct  de  survie  ».  Nous  verrons  plus  loin  
que   même   •Žœȱ ™¹Œ‘Žž›œȱ Ȃ˜›’’—Žȱ ™˜™ž•Š’›Žȱ œ˜—ȱ Šž“˜ž›Ȃ‘ž’ȱ peu   nombreux   à  
–Ž›ŽȱŽ—ȱŠŸŠ—ȱž—Žȱ–˜’ŸŠ’˜—ȱŠ•’–Ž—Š’›Žǯȱ •ȱŽ–Žž›ŽȱšžŽǰȱŽȱ–¹–ŽȱšžȂ’•ȱŽœȱ›¸œȱ
difficile   de   ne   pas   balancer   dans   les   interprétations   entre   les   deux   «  écueils  »   du  
misérabilisme   et   du   populisme,   il   est   très   délicat   de   saisir   clairement   ce   qui  
Š™™Š›ŠÉȱ œŠ—œȱ ˜žŽȱ Œ˜––Žȱ Žœȱ –˜–Ž—œȱ Ȃž—ȱ ™›˜ŒŽœœžœȱ šž’ȱ Ÿ˜’ȱ ŒŽ›Š’—Žœȱ
pratiques   se   libérer   de   leur   dimension   économique,   sans   doute   sous   le   poids   du  
•·’’–’œ–Žȱ Œž•ž›Ž•ȱ Žȱ •Ȃethos   bourgeois   ǻšž’ȱ —ȂŠ’ȱ œú›Ž–Ž—ȱ ™Šœȱ Žȱ Š³˜—ȱ
uniforme  et  partout  aussi  intense).  Á  partir  de  quand  la  pêche  cesse-­‐‑t-­‐‑Ž••ŽȱȂ¹›Žȱž—ȱ
travail  pour  devenir  un  loisir  ǵȱ Ȃ¹›Žȱž—ŽȱŒ˜—›Š’—Žȱ™˜ž›ȱŽŸŽ—’›ȱž—ȱ™•Š’œ’›  ?  Ce  
plaisir  ne  se  quantifiant  pas,  il  est  sans  doute  vain  de  répondre  à  ces  questions  mais  
les   statisticiens   y   sont   souvent   contraints   quand   ils   doivent   placer   la   pêche   dans  
leurs  nomenclatures.    
 
 
 
 

15

Grignon  C.,  Passeron  J.-­‐‑C.,  Le  savant  et  le  populaire.  Misérabilisme  et  populisme  en  sociologie  et  
en  littérature,  Paris,  Seuil,  1989.  
16
Coulangeon  P.,  Sociologie  des  pratiques  culturelles,  Paris,  La  Découverte,  2005,  particulièrement  
p.  82  

38

La   pêche  au   fil   des   enquêtes:   sport,   loisir,   production   domestique,   pratique  
culturelle  ?  
 

Rechercher   des   statistiques   pour   cerner   ses   pratiquants   conduit  

inévitablement   ¥ȱ ·Ÿ˜šžŽ›ȱ •Žœȱ ·’—’’˜—œǰȱ œ˜žŸŽ—ȱ ’–™•’Œ’Žœǰȱ šžȂž’•’œŽ—ȱ •Žœȱ
statisticiens   pour   définir   ou   classer   la   pêche.   Ainsi,   quand   on   se   penche   sur   les  
tableaux   statistiques   où   figure   la   pêche   récréative,   on   peut   voir   cette   activité  
fluctuer  dans  le  «  spectre  du  temps  libre  »  entre  travail  et  «  loisir  pur  ».  Un  recueil  
sur   les   agriculteurs   édité   en   1993   ™Š›ȱ •Ȃ 17,   dont   nous   reproduisons   ici   deux  
tableaux  (1  et  2),  permet  de  faire  plusieurs  remarques  sur  cette  fluctuation  et  sur  les  
·’—’’˜—œȱ’–™•’Œ’ŽœȱšžȂŽ•le  permet  de  révéler.  Dans  le  tableau  1,  qui  fournit  des  
statistiques   classiquement   utilisées   pour   mettre   en   évidence   les   inégalités   dans   la  
division   sexuelle   des   tâches   domestiques,   on   constate   que   la   pêche,   associée   à   la  
chasse18,   est   classée   parmi   les   activités   de   «  temps   libre  »   qui   sont   distinguées   du  
«  travail   professionnel  »,   du   «  travail   domestique  »   et   du   «  temps   personnel  »,  
Œ•Šœœ’’ŒŠ’˜—ȱŠœœŽ£ȱ™›˜Œ‘ŽȱŽȱŒŽ••ŽȱȂ •’Šœǯȱ Š’œȱž—ȱ™Žžȱ™•žœȱ•˜’—ǰȱž—ȱŠž›ŽȱŠ‹•ŽŠžȱ
(tableau  2)  ›·œž•ŠȱȂž—ŽȱŽ—šž¹ŽȱŽȱŗ988-­‐‑1989  sur  la  production  domestique  fait  
de   la   chasse   et   de   la   pêche   (séparées   cette   fois-­‐‑ci)   une   production   (et   donc   une  
activité  «  utilitaire  »)  au  même  titre  que  le  bricolage,  la  réparation,  le  jardinage  ou  
•Ȃ·•Š‹˜›Š’˜—ȱŽȱŒ˜—’ž›Žœǯȱ Žȱ™˜’œȱŽœȱŒŠ·˜›’ŽœȱŽȱ•ȂŽ—Ž—Ž–Ž—ȱ·Œ˜—˜–’šžŽȱ
et   la   définition   «  hédoniste  »   du   «  loisir   pur   »   se   font   ici   ressentir   à   travers   les  
‘·œ’Š’˜—œȱ ¥ȱ ™•ŠŒŽ›ȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ Š—œȱ •Šȱ œ™‘¸›Žȱ žȱ •˜’œ’›ȱ ˜žȱ žȱ ›ŠŸŠ’•ǰȱ Žȱ •ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ
symbolique   ou   utilitaire,   du   goût   de   liberté   ou   de   nécessité.   Ce   «  légitimisme  
culturel  »   qui   réduit   ces   activités   -­‐‑bien   souvent   populaires-­‐‑   à   leur   aspect  
Š•’–Ž—Š’›Žȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ ™›˜™›Žȱ Šž¡ȱ ›Ž™›·œŽ—Š’˜—œȱ Žȱ •Šȱ ™¹Œ‘Žȱ ˜žȱ Žȱ •Šȱ Œ‘ŠœœŽǰȱ Žœȱ

17

INSEE,  Les  agriculteurs,  collection  Contours  et  Caractères,  1993.  Cet  ouvrage  thématique  est  un  
recue’•ȱŽȱŠ‹•ŽŠž¡ȱ’œœžœȱȂŽ—šž¹Žœȱ’ŸŽ›œŽœǯ  
18
˜žœȱ ›ŽŸ’Ž—›˜—œȱ ž—ȱ ™Žžȱ ™•žœȱ •˜’—ȱ œž›ȱ ŒŽŽȱ Šœœ˜Œ’Š’˜—ȱ ›·šžŽ—Žȱ šž’ȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ —˜—ȱ ™•žœȱ œŠ—œȱ
poser  des  problèmes.  

39

sociologues   ou   des   anthropologues   ont   aussi   pu   le   démentir   empiriquement   à  
propos  du  jardinage19,  de  la  cueillette20  ou  encore  du  bricolage.  

 
TABLEAU  1  :  Emploi  du  temps  des  agriculteurs,  des  autres  travailleurs  
indépendants  et  des  salariés  (INSEE,  enquête  emploi  du  temps  de  ménages  1985-­‐‑
1986,  champ  :  ensemble  de  la  population  de  15  ans  et  plus).  
 
19

Voir   par   exemple,   Weber   F.,   Le     travail   à   côté.   Étude   d'ʹethnographie   ouvrière ,   Éd.   de  
l'ʹEHESS-­‐‑INRA,  1989.
20
ŽŽȱ ŠŒ’Ÿ’·ȱ Žœȱ ȂŠ‹˜›ȱ ž—ȱ ŠŒŽȱ œ¢–‹˜•’šžŽȱ ȂŠ™™›˜™›’Š’˜—ȱ ȂŽœ™ŠŒŽœȱ —Šž›Ž•œȱ ™Š›ȱ •Šȱ ›žœŽǰȱ
•ȂŠœžŒŽǰȱ•Šȱ·‹›˜ž’••Žǰȱ•ȂŽ¡™·›’Ž—ŒŽȱŠŸŠ—ȱȂ¹›Žȱ ž—ȱŠŒŽȱž’•Žǯȱ ·œ’œŽ›Š’-­‐‑elle,  comme   beaucoup  de  
«  ™›˜žŒ’˜—œȱ ˜–Žœ’šžŽœǰȱ Šž¡ȱ ŸŽ›’Œœȱ Ȃž—ȱ ŒŠlcul   de   rentabilité  ?   Voir   à   ce   propos   un   article  
fondateur   qui   montre   le   caractère   inséparable   des   motivations   symboliques   et   économiques.  
Coujard   J.   L.,   «  La   cueillette,   pratique   économique   et   pratique   symbolique  »,   Études   Rurales,   juil-­‐‑déc.  
1982,  pp.  309-­‐‑323.  

40

 
TABLEAU  2  :  Production  domestique    Žœȱ–·—ŠŽœȱȂŠ›’Œž•Žž›œȱǻŽ—ȱƖǼ  
(INSEE,  enquête  production  domestique  1988-­‐‑1989)  
 
›˜’œȱ¢™ŽœȱȂŽ—šž¹Žœȱ—˜žœȱ˜—ȱœŽ›Ÿ’ȱ™˜ž›ȱ«  capturer  »  les  pêcheurs  dans  les  
«  filets   de   la   statistique  »  DZȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ œž›ȱ •Žœȱ •˜’œ’›œȱ Žȱ •Ȃ ȱ ǻ™Š›’Œž•’¸›Ž–Ž—ȱ
celle   de   1987-­‐‑198821),   les   enquêtes   sur   les   pratiques   culturelles   et   la   toute   récente  
enquête   «  participation   culturelle   et   sportive  »   de   2003   qui   nous   fournira   les  
résultats  les  plus  récents  et  les  plus  précis22.  
Les  enquêtes  sur  les  loisirs  -­‐‑qui  sont  actuellement  au  nombre  de  deux-­‐‑   visent  à  
rendre  compte  de  l'ʹévolution  des  loisirs  des  Français  de  plus  de  14  ans.  Les  questions  
posées   sont   très   précises   et   cherchent   à   mesurer   l'ʹintensité   des   pratiques   en  
demandant   aux   questionnés   d'ʹestimer   leur   fréquence.   Cela   crée   souvent   un  
problème   de   surestimation,   les   enquêtés   ayant   du   mal   à   évaluer   une   fréquence  
moyenne  se  réfèrent  plus  volontiers  à  des  moments  privilégiés  comme  les  dernières  
vacances   par   exemple.   De   plus   certaines   pratiques   peu   légitimes   peuvent   être   au  
contraire   sous-­‐‑estimées   (aller   au   café   par   exemple   ou,   dans   une   moindre   mesure,  
21

›·œŽ—·ŽȱŽȱŠ³˜—ȱ·Š’••·Žȱœž›ȱ•Žȱœ’Žȱ’—Ž›—ŽȱžȱŒŽ—›Žȱ Šž›’ŒŽȱ
Š•‹ ŠŒ‘œȱŽȱ•Ȃ1Œ˜•Žȱ ˜›–Š•Žȱ
Supérieure.  URL  :  http://www.cmh.ens.fr/acsdm2/enquetes/enqloi.php  
22
˜žœȱ•’Ÿ›Ž›˜—œȱŒŽ™Ž—Š—ȱšžŽ•šžŽœȱ›·œž•ŠœȱȂŽ—šž¹Žœȱ™•žœȱŠ—Œ’Ž——ŽœȱŠžȱ’•ȱŽȱ—otre  réflexion  
sur  les  définitions  de  la  pêche  utilisées  par  les  enquêtes  statistiques.  

41

aller   à   la   pêche).   Mais   ces   limites   se   comprennent   :   ces   enquêtes   ont   un   objectif  
comparatif  et  doivent  se  lire  dans  une  perspective  diachronique,  même  s'ʹil  faut  
noter   que   certaines   questions   et   certaines   nomenclatures  (par  exemple  la  grille  
des  CSP)  ont  un  peu  changé  entre  les  deux  enquêtes.  Ces  enquêtes  restent  de  toute  
première  importance,  tant  par  la  taille  de  l'ʹéchantillon  (6637  ménages  en  1967,  10  872  en  
1987-­‐‑1988)   que   par   la   largeur   du   champ   des   loisirs   étudiés   (une   cinquantaine  
d'ʹactivités).  
 
Nous  nous  intéresserons  ici  à  l'ʹanalyse  des  résultats  de  la  deuxième   enquête  
(mai  1987  à  mai  1988)  présentée  par  Michel  Bozon23,  sociologue  à  l'ʹIned.  Elle  est  centrée  
sur  le  cas  des  jeunes  (14  à  21  ans)  et  tend  à  montrer  une  différenciation  précoce  dans  
les  usages  du  temps  libre,  tant  sur  le  plan  de  l'ʹorigine  sociale  que  sur  celui  du  genre  :  
comme  l'ʹécole,  les  loisirs  reflètent  et  accentuent    une  socialisation  différentielle  et  la  
formation  inégale  de  capitaux  culturels.  
Nous  avons  reproduit  (tableau  3)  la  première  partie  du  tableau  construit  par  
Michel  Bozon  qui  a  pris  soin  de  «  surligner  »  les  résultats  significatifs,  c'ʹest  à  dire  ceux  
qui  sont  supérieurs  à  la  fréquence  moyenne  donnée  au  début  de  chaque  ligne.  Les  
données   fournies   sur   la   pêche   permettent   de   caractériser   la   population   des  
pêcheurs  et  de  situer  la  pêche  parmi  un  ensemble  d'ʹautres  pratiques.   Š—œȱ•Ȃ˜››ŽȱŽȱ
fréquence,   elle   est   la   deuxième   activité   de   type   «  sport   et   plein   air  »,   juste   après   la  
pétanque24.  17  %  des  Français  tous  âges  confondus  déclarent  pêcher  au  moins  une  fois  
dans  l'ʹannée,  ce  taux  monte  à  31  %  chez  les  14-­‐‑20  ans.  Parmi  ceux-­‐‑ci,  on  trouve  plus  de  
pêcheurœȱŒ‘Ž£ȱ•ŽœȱŽ—Š—œȱȂŽ–™•˜¢·œȱǻřŝƖ,  la  fréquence  la  plus  élevée)  que  chez  ceux  de  
cadres  (25%),  les  différences  -­‐‑réelles-­‐‑  entre  PCS  étant  moins  marquées  que  pour  certaines  
activités   comme   le   football   ou   la   natation.   On   constate   de   façon   nette   que   la   pêche  
23

Bozon  M.,  «  Les  loisirs  forment  la  jeunesse  »,  Données  Sociales  1990,  INSEE,  pp.  217-­‐‑222.  
˜––Žȱ•Žȱ–˜—›Žȱ•ŽȱŠ‹•ŽŠžǰȱ•Žœȱœ™˜›œȱŒ’·œȱŠ—œȱ•ȂŽ—šž¹Žȱœ˜—ȱ™•žœȱ˜žȱ–oins  institutionnalisés  
Žȱ •·’’–Žœȱ ǻȂ˜ùȱ •Šȱ ™›·œŽ—ŒŽȱ Žȱ •Šȱ ™·Š—šžŽȱ Žȱ œŠ—œȱ ˜žŽȱ Šžœœ’ȱ Žȱ •Šȱ ™¹Œ‘ŽǼȱ Žȱ ™Š›ȱ Š’••Žž›œǰȱ •Žœȱ
«  ŠŒ’Ÿ’·œȱ Ȃ’—·›’Žž›  Ȏȱ ›Ž™˜œŽ—ȱ œž›ȱ ž—Žȱ ·’—’’˜—ȱ •Š›Žȱ Žœȱ •˜’œ’›œȱ Œ˜–™›Ž—Š—ȱ ŒŽȱ šžŽȱ ȂŠž›Žœȱ
enquêtes  tiendraient  pour  des  «  tâches  domestiques  »  (comme  le  jardinage).  
24

42

Œ˜–™Žȱ™•žœȱȂŠŽ™ŽœȱŒ‘Ž£ȱ•ŽœȱŠ›³˜—œȱŽȱ–˜’—œȱŽȱŘŗȱŠ—œȱǻŚŜȱƖǼȱšžŽȱŒ‘Ž£ȱ•Žœȱ’••Žœ  (16  
%).   Si   elle   semble   un   passe-­‐‑temps   rural   souvent   lié   spontanément   aux   vacances   à   la  
ŒŠ–™Š—Žǰȱ Ž••Žȱ —ȂŽœȱ ™Šœȱ ˜›Œ·–Ž—ȱ ž—ȱ ™ŠœœŽ-­‐‑Ž–™œȱ ȂŠ›’Œž•Žž›œȱ ™ž’œšžŽȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ
montre  des  taux  de  pratique  un  peu  plus  faibles  chez  les  enfants25  ȂŠ›’Œž•Žž›œȱǻ27%).  
Cette  désaffection  relative,  sur  laquelle  nous  reviendrons  car  elle  heurte  les  prénotions,  se  
retrouve  aussi  pour  la  pratique  de  la  chasse,  plus  répandue  chez  les  enfantœȱȂŽ–™•˜¢·œȱ
ǻŝƖȱŒ˜—›ŽȱŘƖȱ™˜ž›ȱ•ŽœȱŽ—Š—œȱȂŠ›’Œž•Žž›œȱŽȱřƖȱ™˜ž›ȱ•ȂŽ—œŽ–‹•ŽȱŽœȱŗŚ-­‐‑20  ans).    
 

25

›·Œ’œ˜—œȱ šžŽȱ Š—œȱ •Žœȱ Ž—šž¹Žœȱ œž›ȱ •Žœȱ •˜’œ’›œǰȱ Œ˜––Žȱ Š—œȱ •Žœȱ Ž—šž¹Žœȱ Žȱ –˜‹’•’·ǰȱ ŒȂŽœȱ •Šȱ
™›˜Žœœ’˜—ȱ žȱ ™¸›Žȱ šž’ȱ Žœȱ ›Ž•ŽŸ·Žǯȱ Žȱ ™•žœǰȱ —Ȃ˜—ȱ ··ȱ ›ŽŽ—žœȱ šžŽȱ •Žœȱ “Žž—Žœȱ Ÿ’ŸŠ—ȱ Œ‘Ž£ȱ •Žž›œȱ
parents.  

43

TABLEAU  3      Les  loisirs  des  jeunes  1987-­‐‑1988        (Données  Sociales  1990,  p.218.)  
Ces  résultats  sur  les  loisirs  des  jeunes  permettent  de  cerner  les  premiers  contours  
de  notre  objet.  La  pêche  apparaît  comme  un  passe-­‐‑temps  répandu,  masculin  et  «  petit-­‐‑
bourgeois  »  :  sur›Ž™›·œŽ—·ŽȱŒ‘Ž£ȱ•ŽœȱŽ—Š—œȱȂŽ–™•˜¢·œǰȱŽȱ™›˜Žœœ’˜—œȱ’—Ž›–·’Š’›Žœǰȱ
Ȃ˜žŸ›’Ž›œȱ šžŠ•’’·œȱ Žȱ ȂŠ›’œŠ—œȱ Œ˜––Ž›³Š—œǰȱ œ˜žœ-­‐‑représentée   chez   les   autres  
adolescents,  y  compris  ceux  dont  le  père  est  agriculteur  mais  aussi  ouvrier  non  qualifié.  
Elle  a  ici  une  place  légitime  dans  le  monde  des  loisirs  dans  lequel  elle  apparaît.    
 

44

Les  enquêtes  sur  les  pratiques  culturelles,  financées  par  le  ministère  de  la  culture  
et   de   la   communication,   lui   laissent   aussi   cette   place.   Ces   enquêtes,   très   utilisées   pour  
analyser  la  lecture  ou  les  usages  de  la  télévision,  reposent  sur  une  acception  très  large  du  
mot   culture   et   englobent   un   grand   nombre   de   pratiques   plus   ou   moins   légitimes   (le  
tricot,  les  mots  croisés,  les  jeux  de  hasard  y  côtoient  les  sports,  la  musique  et  le  théâtre).  
Cette  grande  «  ouverture  Ȏȱ—ȂŽ¡Œ•žȱ™Šœȱž—ȱŒŽ›Š’—ȱ•·’’–’œ–ŽȱŒž•ž›Ž•ǯȱ ˜––Žȱ•Žȱ
œ˜ž•’—Žȱ ‘’•’™™Žȱ ˜ž•Š—Ž˜—ǰȱ ŒȂŽœȱ Šžœœ’ȱ ™Š›ŒŽȱ šžȂŽ••Žœȱ ˜—   évolué   dans   leur  
fonction   que   certaines   pratiques   sont   devenues   «  acceptables  Ȏȱ Š—œȱ •Ȃž—’ŸŽ›œȱ Žœȱ
pratiques   dites   «  culturelles  »26.   Le   tableau   4   Žœȱ ’›·ȱ Žœȱ ›·œž•Šœȱ Žȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ
«  PCF  »   de   199727   et   présente   les   caractéristiques   sociales   des   personnes   ayant  
déclaré   être   allés   à   la   pêche   au   cours   des   douze   mois   précéda—œȱ •ȂŽ—šž¹Ž,   en  
même   temps   que   celles   des   Français   ayant   joué   aux   boules   et   ayant   chassé.   Cette  
population   est   découpée   «  à   plat  »   œŽ•˜—ȱ •Žœȱ Œ›’¸›Žœȱ Žȱ •Ȃ·Œ‘Š—’••˜——ŠŽȱ ™Š›ȱ •Šȱ
méthode   dŽœȱ šž˜Šœȱ ž’•’œ·Žȱ ™˜ž›ȱ •ȂŽ—šž¹Žǯȱ Šȱ šžŽœ’˜—ȱ ™˜œ·Žȱ –·›’Žȱ šžȂ˜—ȱ
œȂŠŠ›Žȱœž›ȱ•Žœȱ™›˜‹•¸–ŽœȱŽȱ‹’Š’œȱšžȂŽ••Žȱ™Žžȱ’—ž’›ŽȱŒ‘Ž£ȱ•ŽœȱŽ—šž¹·œǯȱ —ȱŽŽǰȱ
˜—ȱ ™Žžȱ Ȃž—Žȱ ™Š›ȱ Œ˜—ŽœŽ›ȱ •Žȱ ŒŠ›ŠŒ¸›Žȱ Š›‹’›Š’›Žȱ žȱ Œ‘˜’¡ȱ Žœȱ ˜ž£Žȱ Ž›—’Ž›œȱ
mois  :   les   «  flux  »   de   pratiques   culturelles   même   intensives   qui   les   précèdent  
peuvent  donc  passer  inaperçues28.  Il  faut  cependant  souligner  que  cette  convention  
26

«  Si   le   bricolage   ou   le   jardinage,   le   tricot   ou   la   broderie   peuvent   entrer   dans   le   champ   des   pratiques  
Œž•ž›Ž••ŽœǰȱŒȂŽœȱšžŽǰȱ¥ȱ–Žœž›ŽȱšžȂŽ••Žœȱœ˜—ȱŒ˜—Œž››Ž—Œ·Žœȱ™Š›ȱ•ŽœȱŠŒ‘ŠœȱŽȱ‹’Ž—œȱŽȱœŽ›Ÿ’ŒŽœȱ–Š›Œ‘Š—œǰȱŒŽœȱ
activités  acquièrent  une  signification  nouvelle,  plžœȱ—ŽŽ–Ž—ȱŒŽ—›·Žȱœž›ȱ•Žœȱ’–Ž—œ’˜—œȱȂ·™Š—˜ž’œœŽ–Ž—ȱ
personnel   et   de   créativité.   Partiellement   libérées   du   poids   de   la   nécessité,   elles   échappent   aussi   au   statut  
ȂŠŒ’Ÿ’·ȱ Žȱ œž‹œ’ž’˜—ǰȱ ŠžšžŽ•ȱ •Ȃ’—ŠŒ’Ÿ’·ȱ ·–’—’—Žȱ Ÿ˜žŠ’ȱ ž—Žȱ ™Š›’Žȱ ȂŽ—›Žȱ Ž••Žœǯ  »   Coulangeon   P.,  
Sociologie  des  pratiques  culturelles,  op.  cit.  ™ǯȱŞŘǯȱ ’ȱ—˜žœȱ™Š›ŠŽ˜—œȱŠŸŽŒȱ•ȂŠžŽž›ȱ•ŽȱŒ˜—œŠȱȂž—Žȱ
évolution    de  «  •Ȃž’•Ž  »  vers  le  «  futile  ȎǰȱŽȱ•Ȃ·Œ˜—˜–’šžŽȱŸŽ›œȱ•Žȱœ¢–‹˜•’šžŽȱ—˜žœȱ™Ž—œ˜—œȱšžȂ’•ȱ•ž’ȱ
attribue  trop  hâtivement  des  causes  économiques.          
27
˜ž›ȱž—Žȱ™›·œŽ—Š’˜—ȱŽȱ•Ȃ·Œ‘Š—’••˜—ȱ›Ž™›·œŽ—Š’ȱ’—Ž››˜·ȱǻřŖŖŖȱ’—’Ÿ’žœȱŽȱŗśȱŠ—œȱŽȱ™•žœǼȱŽȱ
žȱ šžŽœ’˜——Š’›Žȱ Œ˜–™•Žȱ Žȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ Žȱ ŗşşŝȱ ǻŗŘŞȱ šžŽœ’˜—œǼǰȱ Ÿ˜’›ȱ •ȂŠ——Ž¡Žȱ Žȱ ˜——Šȱ ǯǰȱ Žœȱ
pratiques  culturelles  des  Français.  Enquête  1997,  pp.  319-­‐‑357.    
28
Ȃ˜ùȱ•Ȃ’—·›¹ȱŽȱœŠ’œ’›ȱŽœȱȍ  stocks  »  patrimoniaux  qui  témoignent  de  pratiques  passées,  comme  
la   d靎—’˜—ȱ Ȃ·šž’™Ž–Ž—œȱ Žȱ •˜’œ’›œǰȱ ŒŽȱ šžŽȱ Š’ȱ ™Š›˜’œȱ •Ȃ .   Un   groupe   de   sociologues,   en  
suivant   cette   logique,   a   réalisé   ž—Žȱ ·žŽȱ ›Ž–Š›šžŠ‹•Žȱ œž›ȱ •Šȱ •ŽŒž›Žȱ ¥ȱ ™Š›’›ȱ Ȃž—Žȱ Š—Š•¢œŽȱ
Ž‘—˜›Š™‘’šžŽȱœŽ››·ŽȱŽœȱ‹’‹•’˜‘¸šžŽœȱŽȱ•ŽŒŽž›œȱȂž—Žȱ–¹–Žȱ·—·›Š’˜—ǰȱ–ŽŠ—ȱŠžȱ™ŠœœŠŽȱ¥ȱ
jour  des  variables  déterminantes  que  les  catégories  statistiques  ignorent,  comme  la  distinction  entre  
diplômés   scientifiques   et   littéraires.   Mauger   G.,   Fossé   Poliak   C.,   Pudal   B.,   Histoires   de   lecteurs,  
Paris,  Nathan,  1999.  

45

™Ž›–ŽȱȂ‘˜–˜·—·’œŽ›ȱ•Žœȱ›·œž•ŠœȱŽȱŽȱ›Ž—›ŽȱŒ˜–™ŽȱŽȱ•Šȱ™›·—Š—ŒŽȱŽȱŽȱ•Šȱ
régularité   des   pratiques   et   que   les   tableaux   de   résultats   isolent   les   pratiquants  
›·ž•’Ž›œȱŽȱ•ȂŽ—œŽ–‹•ŽȱŽœȱ™›Š’šžŠ—œ.   —ȱ™ŽžȱŠžœœ’ȱœȂ’—Ž››˜Ž›ȱœž›ȱ•ŽœȱŠ•·ŠœȱšžŽȱ
œž™™˜œŽȱ•Žȱ›ŠŸŠ’•ȱŽȱ–·–˜›’œŠ’˜—ȱŽȱȂ’—›˜œ™ŽŒ’˜—ȱ•’·ȱ¥ȱŒŽȱ¢™ŽȱŽȱšžŽœ’˜—œȱŽȱ
plus   classiquement   sur   les   effets   de   cenœž›Žȱ •’·œȱ ¥ȱ •Ȃ’••·’’–’·ȱ Ž   certaines  
activités,  exacerbées  par  la  thématique  «  culturelle  ȎȱŽȱ•ȂŽ—šž¹Žǯ  
 
 
 
 
 

46

 TABLEAU  4  :  Boules,  pêche,  chasse,  des  pratiques  culturelles  
(  Source  :  Donnat  O.,  Les  pratiques  culturelles  des  Français.  Enquête  1997,  p.  35.)  

 
47

˜žœȱŠŸ˜—œȱ™›’œȱœ˜’—ȱȂŽ—cadrer  dans  le  tableau  les  fréquences  significatives  
ǻœž™·›’Žž›Žœȱ ¥ȱ ŒŽ••Žœȱ Žȱ •ȂŽ—œŽ–‹•Žȱ Žȱ •Šȱ ™˜™ž•Š’˜—Ǽȱ ™˜ž›ȱ –Ž›ŽȱŽ—ȱ ·Ÿ’Ž—ŒŽȱ •Žœȱ
propriétés   sociales   des   «  sur-­‐‑pratiquants  »   et   par   contraste   celles   des   «  sous-­‐‑
pratiquants  ».   La   pratique   régulière   est   nettement   moins   fréquente   (4%   de   la  
population   interrogée)   que   la   pratique   occasionnelle   (les   10%   restants).   Cela  
›Š™™›˜Œ‘Žȱ•Šȱ™¹Œ‘ŽȱȂž—ȱ•˜’œ’›ȱŠ’‹•Ž–Ž—ȱ’—œ’ž’˜——Š•’œ·ȱŒ˜––Žȱ•Šȱ™·Š—šžŽ  qui  
peut   se   pratiquer   de   manière   «  distraite  »   voire   inopinée,   sans   un   investissement  
lourd   en   temps   et   en   argent.   En   comparaison,   la   chasse,   šž’ȱ —ȂŠȱ ™Šœȱ ŒŽœȱ
caractéristiques,   compte   une   proportion   de   pratiquants   réguliers   beaucoup   plus  
forte   (la   moitié)   pour   une   fréquence   générale   plus   faible   (6%).   Cet   usage   «  non  
régulier  »   de   la   pêche   est   particulièrement   répandu   chez   les   jeunes   et   correspond  
vraisemblablement   au   temps   des   vacances.   Il   est   par   ailleurs   remarquable   que   la  
fréquence  de  la  pêche  chez  les  plus  de  65  ans   soit  aussi  faible  (8   %)  que  celle  des  
Ž––Žœȱ ŠŸŽŒȱ ž—ȱ ™Žžȱ ™•žœȱ Žȱ ›·ž•Š›’·ȱ ˜žŽ˜’œǯȱ Ȃ¦Žȱ Žȱ •Šȱ ›Ž›Š’Žȱ —ȂŽœȱ
absolument   pas   celui   des   activités   halieutiques,   contrairement   à   une   idée  
répandue29.  
˜––Žȱ Š—œȱ •ȂŽ—šž¹Žȱ œž›ȱ •Žœȱ •˜’œ’›œǰȱ •Žœȱ ™¹Œ‘Žž›œȱ œ˜—ȱ –Šœœ’ŸŽ–Ž—ȱ Žœȱ
hommesǰȱŽȱ–¹–Žȱœ’ȱŞƖȱŽœȱŽ––Žœȱ·Œ•Š›Ž—ȱŠŸ˜’›ȱ™¹Œ‘·ǰȱŽ••Žœȱœ˜—ȱŗƖȱ¥ȱ•ȂŠŸ˜’›ȱ
Š’ȱ Žȱ –Š—’¸›Žȱ ›·ž•’¸›Žǯȱ Žȱ ™¹Œ‘Žž›ȱ ¢™Žȱ Žœȱ ž—ȱ ‘˜––Žȱ ˜žŸ›’Ž›ȱ ’ž•Š’›Žȱ Ȃž—ȱ
CAP-­‐‑BEP,   âgé   de   35   à   44   ans   (ou   de   55   à   64   ans)   et   vivant   dans   une   petite  
commune   (moins   de   20  000   habitants).   Le   tableau   confirme   donc   globalement   les  
résultats  précédemment  évoqués  sur  les  loisirs  des  jeunes  mais  elle  ne  semble  pas  
séparer  autant  ouvriers  qualifiés  et  non  qualifiés30,  séparation  qui  reste  prégnante  
chez   les   chasseurs.   On   peut   enfin   remarquer   que   si   un   agriculteur   sur   cinq   a  
pratiqué  la  pêche,  la  même  proportion  que  pour  la  chasse,  seulement  2Ɩȱ•Ȃ˜—ȱŠ’ȱ
29

ŽȱŠ’ȱ—˜žœȱŠȱ··ȱŒ˜—’›–·ȱŽȱ–Š—’¸›ŽȱŠ–žœŠ—Žȱ•˜›œȱȂž—ȱŽ—›Ž’Ž—ȱŠŸŽŒȱž—ȱŸŽ—Žž›ȱȂŠ›’Œ•ŽœȱŽȱ
pêche   qui   nous   a   confié   que   le   ma·›’Ž•ȱ Žȱ ™¹Œ‘Žȱ ·Š’ȱ ž—ȱ ŒŠŽŠžȱ ›·šžŽ—ȱ •˜›œȱ Ȃž—ȱ ·™Š›ȱ ¥ȱ •Šȱ
retraite,  fréquent  mais  selon  lui  peu  utilisé  au  vu  des  «  retours  ȎȱŠ—œȱœ˜—ȱ›Š¢˜—dzȱ  
30
Sans  doute  faut-­‐‑il  y  voir  un  effet  de  génération,  les  jeunes  ouvriers  non  qualifiés,  plus  précarisés,  
œȂ·•oigneraient  plus  que  leurs  collègues  qualifiés  de  la  culture  ouvrière  dont  la  pêche  est  sans  doute  
une  composante.  

48

de   manière   régulière   (contre   8%   pour   la   chasse).   La   catégorie   des   ouvriers   reste  
bien   celle   qui   fournit   proportionnellement   le   plus   de   pêcheurs   occasionnels   et  
réguliers.    
 
 

Une  enquête  plus  récente  nous  fournit  un  cadrage  intéressant  de  la  pêche  en  

France  :  elle  figure  en  effet  parmi  les  27  sports  (ou  regroupement  de  sports)  étudiés  
Š—œȱ•ȂŽ—šž¹Žȱȍ  participation  culturelle  et  sportive  »  de  2003  initiée  par  la  division  
˜—’’˜—œȱŽȱŸ’ŽȱŽœȱ–·—ŠŽœȱŽȱ•Ȃ ǰȱŽ—ȱ™Š›Ž—Š›’ŠȱŠŸŽŒȱ•Žȱ–’—’œ¸›ŽȱŽȱ•Šȱ
Jeunesse,   des   Sports   et   de   la   Vie   associative   et   le   ministère   de   la   Culture   et   de   la  
Communication31.   Elle   est   donc   ici   considérée   comme   un   sport   et   non   plus  
seulement  comme  un  loisir  ou  une  pratique  culturelle.  Elle  est  en  revanche  absente  
du   chapitre   consacré   aux   sports   de   nature32,   dont   les   auteurs   rappellent   la  
définition  juridique  :  «  •Žœȱœ™˜›œȱŽȱ—Šž›ŽȱœȂŽ¡Ž›ŒŽ—ȱŠ—œȱŽœȱŽœ™ŠŒŽœȱ˜žȱœž›ȱŽœȱœites  et  
’’—·›Š’›Žœȱšž’ȱ™ŽžŸŽ—ȱŒ˜–™›Ž—›ŽȱŽœȱŸ˜’ŽœǰȱŽœȱŽ››Š’—œȱŽȱŽœȱœ˜žŽ››Š’—œǰȱǻdzǼǰȱŠ’—œ’ȱšžŽȱ
ŽœȱŒ˜ž›œȱȂŽŠžȱ˜–Š—’Šž¡ȱ˜žȱ—˜—ȱ˜–Š—’Šž¡  »33.  Un  peu  plus  loin,  un  encadré  fixe  la  
liste   de   ces   «  sports   de   nature  »   et   justifie   •ȂŽ¡Œ•žœ’˜—ȱ Žȱ ŒŽ›Š’—œȱ sports,   souvent  
Š›··œȱ¥ȱȂŠž›ŽœȱŠŒ’Ÿ’·œ   šž’ȱ—ȂŽ—›Ž—ȱ™ŠœȱŠ—œȱ•Šȱ·’—’’˜—ȱ ˜——·Žȱ™•žœȱ‘Šžȱ
(par   exemple   la   plongée   qui   est   associée   à   la   natation)34.   La   pêche,   pourtant  
fortement  présente  par  ailleurs  Š—œȱ•Ȃenquête,  —ȂŽœȱ™Šœȱcitée  alors  que  les  auteurs  
ajoutent   «   Žȱ šž’ȱ ›Š™™›˜Œ‘Žȱ ǻdzǼȱ •Žœȱ œ™˜›œȱ Žȱ —Šž›Žǰȱ ŒȂŽœȱ Ȃ¹›Žǰȱ ™˜ž›ȱ •Šȱ ™•ž™Š›ǰȱ Žœȱ
sports   de   vacances,   peu   institutionnalisés,   et   des   sports   individuels.»35.     A   lire  
attentivement   la   définition   donnée   plus   haut   et   la   liste   des   sports   retenue,   on  

31

Les  résultats  de  cette  enquête  (que  nous  appellerons  enquête  PCS)  sont  présentés  dans   Canneva  
H.  (dir.),  La  pratique  des  activités  physiqueœȱŽȱœ™˜›’ŸŽœȱŽ—ȱ ›Š—ŒŽǯȱ ·œž•ŠœȱŽȱ•ȂŽ—šž¹Žȱ–Ž—·ŽȱŽ—ȱ
ŘŖŖřȱ Š—œȱ •Žȱ ŒŠ›Žȱ Ȃž—ȱ ™Š›Ž—Š›’Šȱ Ž—›Žȱ •Žȱ –’—’œ¸›Žȱ Žȱ •Šȱ Žž—ŽœœŽǰȱ Žœȱ ™˜›œȱ Žȱ Žȱ •Šȱ ’Žȱ
Šœœ˜Œ’Š’ŸŽǰȱ •Žȱ –’—’œ¸›Žȱ Žȱ •Šȱ ž•ž›Žȱ Žȱ Žȱ •Šȱ ˜––ž—’ŒŠ’˜—ȱ Žȱ •Ȃ ǰȱ Š›’œǰȱ ’—’œ¸›Žȱ Žȱ •Šȱ
Jeunesse,  des  Sports  et  de  la  Vie  associative  et  INSEP,  2005.  
32
·Žȱ ǯǰȱ ž••Ž›ȱ ǯǰȱȃLe  goût  affirmé  des  Français  pour  les  sports  de  nature  :  mythe  ou  réalité  ?  »,  Loc.  
cit.,  pp.  117-­‐‑130.  
33
Ibid.  p.,117.  
34
Ibid.  p.,121.
35
Ibid.  p.,121.

49

Œ˜–™›Ž—ȱ šžȂŽ—ȱ Š’ǰȱ ŒȂŽœȱ •Šȱ Œ˜—œ˜––Š’˜—   active   Ȃespaces   naturels   qui   retient  
•ȂŠŽ—’˜—ȱŽœȱŽ—šž¹Žž›œǯȱ Šȱ™¹Œ‘Žǰȱ™›Š’šžŽȱ“ž·Žȱsans  doute  statique  et  surtout  
peu   «  active  »   (comme   la   chasse)ǰȱ —ȂŽ—›Žȱ ™Šœȱ Š—œȱ ŒŽŽȱ Œ˜—ŒŽ™’˜—   qui   véhicule  
finalement   la   représentation   dominante   des   sports   dont   chasse   et   pêche   sont  
habituellement  exclues.  
 

’ȱŽ••Žȱ—ȂŠȱ™Šœȱ•Žȱ›˜’ȱ¥ȱŒŽȱœŠžȱŽȱœ™˜›ȱŽȱ—Šž›ŽǰȱŽ••Žȱ›ŽœŽȱ›¸œȱ™›·œŽ—Žȱ

Š—œȱ•Žœȱ›·œž•ŠœȱŽȱ•ȂŽ—šž¹Žǯȱ ˜ž›ȱ™˜žŸ˜’›ȱž’•’œŽ›ȱŒŽœȱ›·œž•Šœ,  il  faut  ici  aussi  se  
pencher   sur   les   conditions   de   leur   production  :   définitions,   populations   étudiées,  
conditions   de   recueil   des   réponses   et   type   de   questions   posées.   Lara   Muller,  
consacre  un  chapitre36  à  cette  réflexion  méthodologique.   ••Žȱ›Ž–Š›šžŽȱšžŽȱȂž—Žȱ
enquête   ¥ȱ •ȂŠž›Žǰȱ •Žœȱ ›·œž•Šœȱ ™ŽžŸŽ—ȱ ŸŠ›’Ž›ȱ ›¸œȱ ˜›Ž–Ž—ǯȱ ’—œ’ǰȱ Žœȱ Ž—šž¹Žœ  
successives   –Ž—·Žœȱ ™Š›ȱ •Ȃ ȱ Ž—ȱ ˜Œ˜‹›Žȱ ˜žȱ Ž—ȱ –Š’   2003   laissent   entrevoir   des  
écarts   faibles   (3   à   4   points)   mais   constants.   Ces   résultats   sont   influencés   par   les  
questions   posées  Žȱ •Žȱ –˜–Ž—ȱ Žȱ •ȂŽ—šž¹ŽDZȱ •Šȱ šžŽœ’˜—ȱ posée   en   octobre   «  Avez-­‐‑
vous   pratiqué   une   activité   au   cours   des   douze   derniers   mois  ?  »   donne   des   résultats  
supérieurs,  la  période  des  vacances  favorisant  •Ȃ«  effet  de  mémoire  »  que  sollicite  ce  
type   de   question   rétrospective.   La   question   du   mois   de   mai   («  Pratiquez-­‐‑vous   une  
activité   sportive   (quelle   que   soit   cette   activité  Dzȱ šžȂŽ••Žȱ œ˜’ȱ ™›Š’šž·Žȱ Š—œȱ •Žȱ ŒŠ›Žȱ Ȃž—ȱ
organisme   ou   individuellement  ?  »Ǽǰȱ –Š•›·ȱ œŽœȱ ™›·ŒŠž’˜—œȱ ™˜ž›ȱ ·ŒŠ›Ž›ȱ •ȂŽŽȱ
ȂŠž˜ŒŽ—œž›Žȱ Žœȱ ™›Štiques   occasionnelles   et   faiblement   institutionnalisées,  
produit  des  fréquences  plus  faibles.  Par  ailleurs,  •ȂŠ—Š•¢œŽȱŽœȱŽ—šž¹Žœȱ›·Ÿ¸•Ž  des  
’—Œ˜‘·›Ž—ŒŽœȱ Ȃž—Žȱ Ž—šž¹Žȱ ¥ȱ •ȂŠž›Ž  DZȱ •˜›œšžȂ˜—ȱ Ž–Š—Žȱ Šž¡ȱ Ž—šž¹·œȱ œȂ’•œȱ
™›Š’šžŽ—ȱž—ȱœ™˜›ȱ™ž’œȱ•˜›œšžȂ˜—ȱŽ–ande  quelques  mois  plus  tard  à  ces  mêmes  
enquêtés   de   citer   les   sports   pratiqués   dans   une   liste   préétablie,   des   écarts  
significatifs   apparaissent.   Lara   Muller   appelle   les   «  relancés  »   les   personnes  
(représentant   tout   de  même   30   %   des   enquêtés)   qui   répondent   négativement   à   la  
première  question  («  je  ne  pratique  pas  »)  et  positivement  à  la  seconde  («  je  cite  un  
36

Muller  L.,  «  La  mesure  de  la  pratique  sportive  dans  les  enquêtes  statistiques  »,  Loc.  cit.,    pp.  197-­‐‑212.  

50


Aperçu du document Thèse F Roux complète.pdf - page 1/359
 
Thèse F Roux complète.pdf - page 2/359
Thèse F Roux complète.pdf - page 3/359
Thèse F Roux complète.pdf - page 4/359
Thèse F Roux complète.pdf - page 5/359
Thèse F Roux complète.pdf - page 6/359
 




Télécharger le fichier (PDF)


Thèse F Roux complète.pdf (PDF, 11.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


these f roux complete
encadrer enfants ados loisirs motorises
plandereprisedactivitepleinairvf
place apa en mpr
encadrer sports combat enfants ados
to judo2010 2011 assurances

Sur le même sujet..