DAUPHINE LIBERE DU 12 NOV 2018 .pdf


Nom original: DAUPHINE LIBERE DU 12 NOV 2018.pdfTitre: pxAuteur: boucher.sebastien

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par EidosMedia Methode 5.0 / EidosMedia Methode 5.0 output driver 4.1.1.5, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/11/2018 à 09:43, depuis l'adresse IP 86.194.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 306 fois.
Taille du document: 475 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ | MARDI 13 NOVEMBRE 2018 | 3

 

IVALENCEI

ISAINT­MARCEL­D’ARDÈCHEI

“Le facteur Cheval” de nouveau 
en avant­première dans la Drôme

Le salon de la création 
d’entreprise, c’est aujourd’hui

» Après Hauterives, évidemment, Loriol­sur­Drôme et Montélimar, le biopic 

» Environ 25 exposants vous attendent ce mardi 

du facteur Cheval va être présenté en avant­première à Valence. Le mardi 
4 décembre, le réalisateur Nils Tavernier sera présent pour parler au public 
du Pathé de ce film avec Jacques Gamblin et Lætitia Casta, tourné dans la 
Drôme, entre le Palais idéal et le village de Mirmande. Le long­métrage “Le 
facteur Cheval” sortira officiellement sur les écrans le 16 janvier 2019… 
après avoir été projeté sur toutes les toiles drômoises, ou presque, en 
avant­première.

13 novembre, au complexe sportif de Saint­Marcel­
d’Ardèche, pour le troisième salon de la création 
d’entreprise. Quel que soit l’avancement de votre projet, des 
professionnels seront présents pour vous guider, de 
l’émergence de l’idée à l’installation, en passant par le 
financement. Entrée libre de 9 heures à 12 h 30 et de 14 h 30 
à 17 heures, au complexe sportif, quartier Bas Fez, RD 86.

VOTRE RÉGION
DRÔME ET ARDÈCHE | Dans une arrière­saison assez creuse, certains professionnels mettent le végétal en avant pour attirer des visiteurs

Et si le champignon boostait le tourisme ?
D

ans  la  forêt  du  col  du
Pendu,  à  1 430  mètres
d’altitude,  un  groupe
cueille  des  champignons. 
Deux  touristes  retraités,  Si­
mone et Daniel Auville, ori­
ginaires  des  Alpes­de­Hau­
te­Provence,  font  du  touris­
me  mycologique.  L’idée 
originale  a  été  lancée  par 
Magali Esteves et Patrick In­
corvaia,  gérants  des  cham­
bres d’hôtes Quinte & Sens à
Barnas,  dans  le  Sud­Ardè­
che.  « Nous  ramassons  les
champignons  que  l’Ardé­
chois  de  base  ne  ramasse
pas,  sourit  Magali  Esteves.
Nous  avons  des  nonnettes 
voilées, les gens ne connais­
sent  pas  cette  variété  alors
que c’est le meilleur des bo­
lets. Il faut juste retirer la cu­
ticule  visqueuse  sur  le  des­
sus car elle contient des su­
cres laxatifs. »

Sept familles à découvrir
Les gérants se sont spéciali­
sés dans les séjours à thème
durant  les  saisons  mortes. 
Ainsi,  en  automne,  les  sé­
jours mycologiques sont l’oc­
casion d’apprendre aux tou­
ristes  à  reconnaître  les 
champignons  et  découvrir

de nouvelles variétés. Ils dé­
couvrent ainsi sept familles,
dont les russules et les lactai­
res. Les clients attirés par les
séjours  sur  ce  thème  vien­
nent  principalement  des
Bouches­du­Rhône  et  de  la
région lyonnaise.
Les  touristes  partagent  un
pique­nique avec les gérants
sur le sommet, avant de re­
descendre  au  village  pour
cuisiner  le  contenu  du  pa­
nier. De l’entrée au dessert,
les  champignons  sont  pré­
sents dans tous les plats. Pas
de  redondance,  le  champi­
gnon  se  cuisine  sous  toutes
ses formes. « On peut le cui­
siner  frais,  surgelé,  en  pou­
dre, sec, en arôme, en réduc­
tion   »,  rappelle  la  gérante
Elle  propose  des  alliances
surprenantes  pour  appren­
dre à cuisiner le champignon
autrement.  Parmi  les  recet­
tes réalisées par les touristes,
sous l’œil bienveillant de la
gérante, une verrine de crè­
me de maïs avec une fricas­
sée de champignons des bois
et  un  pop­corn  à  la  truffe,
une  île  flottante  salée  aux
cèpes  avec  un  œuf  parfait,
des ravioles de cèpes au foie
gras  et  une  écume  de  ho­
mard, une ganache de cho­

TROIS
QUESTIONS À…
Jean Massol
Président de la société
mycologique de
Montéléger Valence-Sud

« C’est une année catastrophique
pour la cueillette »
Ü 2018 est-elle une année
à champignons ?
«Hélas, non. Enfin, pas en
Drôme, en Ardèche, dans
tout le Dauphiné… Peut-être
qu’ailleurs, c’est mieux,
mais ici, c’est une année catastrophique pour la cueillette des champignons. La
meilleure période, durant
tout le mois d’octobre, est
passée.»

Simone et Daniel Auville cuisinent les champignons qu’ils ont ramassés le matin.

colat aux cèpes. De quoi sé­
duire  les  papilles  et  trans­
mettre  de  nouvelles  idées
recettes aux clients habitués
à  des  recettes  plus  simples.
« D’habitude, on les poêle ou
on  les  cuisine  en  accompa­
gnements  d’une  viande,  là
ça  change  ! »,  explique  Si­
mone  satisfaite  avec  Daniel
du séjour et de l’atelier. 

Ü Aviez-vous déjà connu

Maryline CHALON

« La cueillette est un prétexte pour ouvrir les yeux »
Les gérants de Quinte & Sens présentent sept familles de champignons.

F

élix Larcher est un passion­
né  consciencieux  qui
s’évertue,  depuis  quaran­
te  ans,  à  développer  son  sa­
voir mycologique. Propriétai­
re d’une maison d’hôte à Al­
boussière  (Ardèche),  qu’il 
gère  avec  sa  femme  Véroni­
que, il a joint l’utile à l’agréa­
ble en proposant un séjour sur
le thème des champignons et 
châtaignes, qui attire des di­
zaines de curieux depuis dou­
ze ans. Même si, cette année, 
deux sorties n’ont rien donné, 
ses connaissances ont permis 
de ramener 5 kilos de champi­
gnons lors de l’ultime balade.
« Nous ramassons autant les
bons  que  les  mauvais,  car  la 
détermination de l’espèce est 
très importante. Les amateurs
doivent  être  suspicieux  et  se 
renseigner car les confusions 

sont  fréquentes  et  peuvent
avoir de grandes conséquen­
ces. » Lui­même fait réguliè­
rement appel aux experts qui 
l’entourent et met l’accent sur
la  sécurité  lorsqu’il  cuisine
pour ses convives.

Mais où ramasser 
des champignons ?
« Ramasser  des  champi­
gnons,  c’est  surtout  un  pré­
texte pour ouvrir les yeux ! » 
Mieux vaut ne pas faire con­
fiance à un ramasseur croisé 
au  hasard…  « Pour  trouver 
des  champignons,  il  faut  ob­
server la nature, analyser les 
conditions  météorologiques, 
savoir reconnaître les arbres, 
s’orienter…  Une  fois  qu’on
sait faire tout ça, on n’a plus 
besoin  de  demander !  Bien 
sûr, la cueillette n’est pas une 

Mon cahier
de

science exacte, tout évolue en
fonction des conditions. Pour 
un été sec, comme celui que 
nous  avons  connu,  il  vaut 
mieux prendre la direction de 
l’ubac, dans une zone peu ex­
posée au vent. Mais attention,
la  cueillette  n’est  pas  une 
science  exacte »,  s’amuse  le 
spécialiste.
S’il balade avec ferveur les
touristes  dans  un  rayon  de 
20  kilomètres  autour  d’Al­
boussière,  Félix  Larcher  les
régale aussi, même cette an­
née, avec les rares coulemel­
les  et  nonnettes  voilées  qui 
ont bien voulu pousser.
Une passion qui a de beaux
jours devant elle, à condition 
que  les  mauvais  arrivent  en 
temps  et  en  heure…Un  vrai 
paradoxe mycologique !
Pierre BRUNET

6,90 €*
seulement

pour les années à venir ?
«Je ne peux pas prédire la
météo, mais en ce qui concerne les champignons, il
n’y a pas d’inquiétude à
avoir. Le mycélium est toujours en terre et les spores
survivent des années et des
années.»
Propos recueillis par P.B.

Félix Larcher, accompagnateur passionné, livre ses secrets. Photo DR/F.L.
À Lalouvesc, on trouve des explications sur les champignons le long
d’un parcours balisé ainsi qu’à la maison de la randonnée.

UN CAHIER TOUT-EN-UN
AVEC PLUS DE 90 ACTIVITÉS,
POUR ACCOMPAGNER VOTRE
ENFANT DANS SES PREMIÈRES
/6
3
ANNÉES D’ÉCOLE.

EN VENTE chez votre marchand de journaux ou sur boutique.ledauphine.com

BON DE COMMANDE
o Oui, je souhaite recevoir :

à retourner à : DAUPHINÉ LIBÉRÉ - Service VPC - 650 route de Valence - 38913 Veurey Cedex

.................. exemplaire(s) de Mon cahier de maternelle
au prix de 6,90 € l’unité + 2 € de participation à l’envoi* = ............................ €
Ecrire en capitale, n'inscrire qu'une lettre par case. Laisser une case entre deux mots
I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I
M. Mme, Mlle, Nom et Prénom
I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I
Résidence / Escalier / Bâtiment
I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I
N° Rue / Avenue / Boulevard ou Lieu-dit
I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I__I
Code postal
Commune

Signature

proposé par

Ü Faut-il s’inquiéter

À Lalouvesc, un parcours
pour mieux les connaître

maternelle

96 pages

une telle disette ?
«Jamais depuis vingttrois ans que la société mycologique existe. Cela nous
a obligés à annuler l’exposition annuelle pour la première fois de notre histoire.
Nous n’avons trouvé que
25 espèces différentes de
champignons, contre 400
l’année dernière ! Il en va de
la réputation de la société de

Montéléger Valence-Sud.
Cela n’empêche pas que, si
les gens en trouvent, et
qu’ils ne sont pas sûrs de ce
que c’est, ils doivent impérativement les montrer avant
de les manger. Notre société peut les aider, ou alors ils
peuvent aller chez le pharmacien, voire chez les ramasseurs locaux. C’est important, car il y a encore des
accidents dus à des confusions.»

Je joins mon règlement d'un montant de ................... € par :
o Chèque bancaire à l'ordre de : DAUPHINÉ LIBÉRÉ
o Carte bancaire I _ _ I _ _ I _ _ I _ _ I I _ _ I _ _ I _ _ I _ _ I I _ _ I _ _ I _ _ I _ _ I

I__I__I__I__I

Date d'expiration I _ _ I _ _ I l _ _ I _ _ I

Je peux aussi commander par téléphone (uniquement par CB) au 04 76 88 70 88. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectifications aux données vous concernant.

L

alouvesc, en Nord­Ardè­
che, est un coin à cham­
pignons  bien  connu  des
cueilleurs.  « Quand  c’est 
une année à champignons,
on voit de nombreuses voi­
tures  garées  au  bord  des
routes  entre  Lalouvesc  et
Saint­Bonnet­le­Froid,  au
col du Rouvey et au col des
Baraques »,  énumère  Lu­
divine, de l’office de touris­
me du Val d’Ay.

« Un coin à champignons,
ça ne se dit pas ! »
Pour  accompagner  les
cueilleurs, un parcours ba­
lisé  intitulé  “circuit  des
champignons”  a  été  créé
dans  le  village  de  Lalou­
vesc. « Il se prend après la
fontaine Saint­Régis », ex­
plique  Ludivine.  Sur  3  ki­
lomètres,  des  champi­
gnons en bois et des fiches
explicatives  informent  le
promeneur sur les espèces
existant  dans  la  région.

« On trouve des chanterel­
les,  des  bolets,  des  coule­
melles »,  précise­t­on  à 
l’office de tourisme.
Si  cette  année  n’est  pas
terrible,  il  suffit  générale­
ment de s’éloigner un peu
du  parcours  pour  en  trou­
ver.  « Les  gens  nous  de­
mandent  parfois  où  en 
cueillir  mais,  un  coin  à
champignons, ça ne se dit
pas ! Alors on leur suggère
de  sortir  du  sentier  battu,
de fouiner », sourit Ludivi­
ne.
Pour l’office de tourisme,
le  champignon  n’entraîne
pas vraiment de retombées
pour  l’économie  locale.
« Ce  sont  surtout  des 
cueilleurs  des  alentours 
qui  viennent.  Et  les  gens
arrivent  tôt  le  matin  et  ne 
restent  pas  dans  le  villa­
ge »,  explique  Ludivine. 
Mais le végétal participe à
la renommée du village.
A.B.


Aperçu du document DAUPHINE LIBERE DU 12 NOV 2018.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


dauphine libere du 12 nov 2018
champignons dunes atlantique liste 1 carnets d raymond 2017
week end myco la petite pierre
yr nord 20120405 14
alzheimer
programme toques2015web

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.223s