Congrès ANDSSSP 11 septembre 2018 Pascal .pdf



Nom original: Congrès-ANDSSSP-11-septembre-2018-Pascal.pdf
Titre: Présentation PowerPoint
Auteur: Pascal Gagnon

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® PowerPoint® 2013, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/11/2018 à 12:03, depuis l'adresse IP 86.239.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 375 fois.
Taille du document: 2.5 Mo (30 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


La prise en charge de la prévention du cancer
chez les pompiers québécois
Congrès ANDSSSP
Pompiers en danger : l’exposition aux fumées tue!
11 septembre 2018
Présenté par :
Pascal Gagnon – APSAM – Canada
Collaboration :
Josianne Roy, M. Sc. Chimie

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
État de la situation
• Le Québec compte près de 700 services municipaux de
sécurité incendie
 Pompiers à temps plein : environ 5 500
 Pompiers à temps partiel : environ 8 000
 Pompiers volontaires : environ 10 500
 Total : environ 24 000 pompiers

• Au Québec, il y a en moyenne 18 500 incendies
annuellement. C’est donc plus d’un incendie à toutes les
30 minutes!

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Bref historique
• 2007
 Le regroupement des associations de pompiers du Québec
(RAPQ) débute ses travaux de sensibilisation suite à la
publication d’une communication détaillée sur l’évaluation de
l’association entre la maladie et le métier de pompier du
Docteur Tee L. Guidotti, Medical Advisory Services, Maryland
• 2011
 Mise à jour des travaux de recherche du Docteur Tee L.
Guidotti

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• 2013
 Le RAPQ publie le Mémoire sur le régime des accidents du travail
et des maladies professionnelles du Québec
• 2015
 Suite à une demande paritaire, l’APSAM organise une rencontre
paritaire avec les autorités compétentes (CNESST) afin de
discuter de la reconnaissance de la présomption du cancer chez
les pompiers
• 4 avril 2016
 Modification de la politique québécoise d’admissibilité à la lésion
professionnelle par la CNESST afin de reconnaître 7 types de
cancers étant possiblement d’origine professionnelle chez les
pompiers

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Un changement de culture s’impose chez les pompiers au Québec!
• Face à ce constat, deux éléments retiennent particulièrement
l’attention du milieu de l’incendie québécois et de l’APSAM, soit :
1. Effectuer une campagne de sensibilisation portant sur
l’importance du port intégral de l’ARI en tout temps

2. Informer les pompiers sur les nouvelles mesures de
décontamination des vêtements et des équipements

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• C’est en consultant les études scientifiques et les normes des
manufacturiers que le Québec a décidé d’adopter volontairement
et paritairement :
 Des mesures de décontamination et d’hygiène personnelle visant
la réduction de la contamination des pompiers, et ce, sur les lieux
même de l’intervention

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Automne 2016
Affiche de sensibilisation

Décembre 2016
Guide des bonnes pratiques

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• La publication du guide lèvera finalement le voile sur plusieurs
lacunes en lien avec :
 L’entretien des vêtements de protection pour la lutte contre les
incendies;
 L’inspection;
 La certification;
 Le nettoyage et le retrait des vêtements de protection non
conformes aux exigences des manufacturiers;
 Le transport des vêtements et des équipements souillés;
 Etc.

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Janvier à mai 2017 : la campagne de sensibilisation québécoise

 L’APSAM (Pascal Gagnon) anime 40 conférences dans 27 endroits
différents au Québec
 1 500 participants, 400 services de sécurité incendie du Québec y
participent
 Mise en ligne sur le site web (www.apsam.com) de 3 nouvelles pages
portant sur le cancer chez les pompiers :
1. Outils de formation et de sensibilisation aux cancers chez les
pompiers
2. Mieux comprendre les risques de cancers chez les pompiers
3. La prévention des cancers chez les pompiers

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Publication d’une affiche de sensibilisation
portant sur le sujet de la décontamination
par l’APSAM, qui a été distribuée à 500
exemplaires

• L’ACSIQ, l’APM, le RAPQ, le SPQ et l’APSAM
ont unis leur voix afin de rendre disponible
une conférence paritaire portant sur le
cancer chez les pompiers, déclinée en sept
capsules vidéo

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Approche préventive globale

Cesser la valorisation de la suie

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Réaliser annuellement :
test d’étanchéité

Programme de protection respiratoire

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Selon toutes les études sur la toxicité de l’air durant
l’incendie et le déblai :
 L’ARI est la meilleure protection respiratoire
recommandée pour toute la durée d’une
intervention en incendie : combat de l’incendie,
déblai et lors de la recherche des causes et des
circonstances de l’incendie
Sources : Fent (2013), Baxter (2014)

 Une fois bien ajustée, elle offre un facteur de
protection caractéristique (FPC) de plus de 10 000
Source : CSA Z94.4-11, Choix, utilisation et entretien des appareils de protection
respiratoire, édition confirmée en 2016

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Les contaminants peuvent se fixer sur des vecteurs solides par dépôt
(solides et liquides), par adsorption (gaz et liquides) ou par absorption
(tous), de façon temporaire ou permanente. Ils peuvent désorber,
s’évaporer et être déplacés par contact direct ou par force mécanique

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Protection respiratoire lors du déblai

Important à savoir lors du déblai

• La concentration des particules
fines et ultrafines est jusqu’à 400
fois plus concentrée que l’air
ambiant
• Les HAP s’y trouvent à des
concentrations supérieures aux
limites d’exposition professionnelle.
Source : Recherche des causes et des circonstances d’incendie,
IRSST, Rapport d’expertise D2016-059

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• La décontamination sur les lieux de
l’incendie consiste à effectuer un rinçage à
l’eau avec ou sans détergent, pression d’eau
pas trop élevée et brossage des débris
avant et/ou pendant le rinçage

• C’est la méthode la plus efficace
actuellement (diminution médiane de 85 %
des HAP) et elle contribue à empêcher la
désorption de contaminants des VPI
Source : Fent (2017)

• Le rinçage à l’eau permet d’éliminer les
contaminants volatiles des habits
contaminés par l’incendie
Source : Horn (2015-2017)

http://www.fcsnwa.org (Healthy in, Healthy out)

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Lorsque la décontamination à l’eau n’est
pas possible (ex : froid), il est possible de
réaliser une décontamination sèche des EPI
par brossage des débris avec une brosse
douce afin d’enlever une partie des
contaminants non volatiles (ex : poussières,
suies)
• L’efficacité sera réduite à 23 %
Source : Jahnke (2017)

• Les pompiers impliqués dans ce processus
devraient porter une protection
respiratoire minimale (N95), des gants et
des lunettes

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
EPI souillés placés dans des sacs hermétiques,
résistants et bien identifiés

Retrait des EPI : endroit ventilé avec N95, gants
jetables et lunettes (au besoin)

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
 L’infiltration de particules à l’intérieur d’un habit de combat (avec ARI)
révèle aussi qu’il y a des « points faibles » aux habits, même lorsqu’ils
sont parfaitement installés et ajustés
 Les photos UV révèlent clairement les endroits où les particules
s’infiltrent et se déposent sur la peau, comme le cou, la tête, les poignets
et les jambes (Source : RTI International (2015))

Vidéo (4min25) : Silent Killer? Study Raises Questions On Firefighter Gear
https://www.youtube.com/watch?v=sqcgDejmPzw

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Le maillon faible : la cagoule

Changer et nettoyer la cagoule
après chaque intervention

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Lorsque les pompiers entrent dans l’aire de
réhabilitation une fois décontaminé, ou
bien lorsque l’intervention est terminée, ils
doivent :
 Se nettoyer la peau (visage, cou, tête,
gorge) à l’aide de lingettes humides
jetables, qui réduit en moyenne de 54 %
la contamination par les HAP au niveau
du cou (Source : Fent (2017)
 Se laver les mains avant de manger et de
consommer des aliments santé et
individuels

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• Si le retrait des habits est impossible, il faut tenter de minimiser le plus
possible la contamination croisée dans le camion
• Ex : baisser les pantalons avant de s’asseoir, ajouter un couvre-banc
protecteur avant de s’asseoir, porter un masque N95 pendant le retour,
ouvrir les fenêtres, etc.
Source : Fent (2015)

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
L’importance de prendre une douche le plus
rapidement possible après l’intervention

Boire beaucoup d’eau après l’intervention

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Nettoyage avancé des vêtements de protection

Nettoyage des équipements et outils

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
Séchage et entreposage

Nettoyer l’intérieur des véhicules

NB : Le port des gants est obligatoire (ceux-ci
sont absents sur la photo)

La prise en charge de la prévention du
cancer chez les pompiers québécois
• En aucun cas, les pompiers ne devraient entrer dans les aires de vie de
caserne avec leurs habits contaminés (surtout les bottes sales); ils
doivent les laisser dans un lieu approprié et ventilé en attendant le
nettoyage
• Ils doivent également avoir pris une douche avant de toucher aux
objets dans les aires de vie

Conclusion
• Un changement de culture et de façon
de faire s’impose chez les pompiers
• La santé des pompiers passe
inévitablement par une évolution de nos
mentalités!
• Éléments clés de départ : ARI, eau,
brosse à soies douces, lingettes humides
et deux cagoules par pompier

Merci de votre attention !
Pascal Gagnon, APSAM
Montréal, Québec, Canada
Courriel : pgagnon@apsam.com
Site web : www.apsam.com




Télécharger le fichier (PDF)

Congrès-ANDSSSP-11-septembre-2018-Pascal.pdf (PDF, 2.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


congres andsssp 11 septembre 2018 pascal
brochure1 ps
calendrier marins pompiers d altis 2024
162 173
patrick lalonde
clan labs french

Sur le même sujet..