Ebook.pdf


Aperçu du fichier PDF ebook.pdf - page 3/91

Page 1 2 34591



Aperçu texte


Après deux années d’études j’avais acquis plein de compétences sur l’acheminement des marchandises sur
le territoire national mais aussi international. J’ai obtenu le BTS avec mention, et étant avide de nouvelles
connaissances, j’ai décidé de me spécialiser dans la douane et le transit de marchandises.
J’ai donc commencé à 21 ans ma License déclarant en douane en alternance que j’ai obtenue sans trop
difficultés aux vues du travail que je fournissais.
Pendant ces 3 années d’études post bac, livré à moi-même j’ai dû apprendre la valeur de l’argent, car
quand vous êtes apprenti étudiant, vous n’avez pas un gros salaire, loin de là, d’autant plus que j’étais logé
dans deux villes différentes. J’ai vraiment dû apprendre à gérer mon argent, ne pas sortir tous les Week end
avec mes amis, éviter des dépenses futiles car je ne pouvais en aucun cas demander l’aide à mes parents. Je
savais que pour eux il aurait été difficile de m’aider bien qu’ils l’auraient fait peu importe la situation.
N’ayant pas encore le permis, j’ai décidé de retourner chez ma mère, afin d’y consacrer tout mon temps. Il
est très difficile de démarcher des entreprises sans le permis, je me suis donc mis au chômage afin de
l’obtenir le plus rapidement possible.
Il faut savoir que j’ai eu beaucoup de mal à avoir mon permis et bien sûr n’ayant jamais connu l’échec, cette
épreuve a été compliquée sur le plan personnel, d’autant plus que je touchais un maigre chômage de 700€
par mois. Moi qui rêvais de grandeur, d’une vie pleine de réussite, j’étais clairement mal parti. Cette période
qui aurait dû être provisoire s’est éternisée sur un an et j’avais énormément perdu confiance en moi. Moi
qui avais l’habitude de toujours réussir du premier coup, je me retrouvais confronté pour une des premières
fois à l’échec.
J’avais l’impression d’être condamné à rester chez ma mère, et à toucher le chômage. Le doute m’était
alors venu de vouloir tout lâcher et faire comme beaucoup de jeunes, trouver un petit boulot qui rapporte
un peu d’argent afin de pouvoir profiter de ma jeunesse. Mais inconsciemment je savais que c’était la
solution de la facilité, qui me satisferai sur le moment mais qui à long terme ne serait pas du tout payante.
Tant bien que mal j’ai réussi à avoir mon permis et j’ai enfin vu ma situation se débloquer. Pour moi c’était
la délivrance, mes diplômes, mon permis et ma voiture j’étais prêt à rechercher du travail et à devenir
indépendant.
Je me suis donc lancé à la recherche d’un CDI, que j’ai trouvé rapidement, et à un salaire plutôt convenable.
Je récoltais enfin les fruits de toutes ses années de galère mais qui avec du recul ont été des expériences
enrichissantes sur le plan personnel. J’ai appris qu’on n’a rien sans rien, que si tu veux réussir tu dois te
débrouiller, faire des sacrifices, travailler mais surtout rien lâcher peu importe les difficultés.
Mais comme je vous l’ai dit je n’aime pas l’autorité et les limites qu’elle impose, donc travailler pour un
patron n’a jamais été concevable pour moi. Malgré que j’étais en CDI, avec pleins d’avantages non
négligeable, que beaucoup de français auraient aimé avoir, je n’étais pas encore satisfait. Pourquoi ? Car je
n’étais pas encore libre de mon temps, j’étais encore prisonnier du salariat. Je ne voulais clairement pas
subir les limites et le conformisme qu’impose un CDI !
J’étais énormément reconnaissant des bonnes opportunités que j’avais eues, mais cela ne me suffisais pas.
J’étais et je le suis encore, ambitieux ! Je ne voulais pas d’une routine salariale, ce que je voulais par-dessus
tout était d’entreprendre ma réussite ! Mais en réalité il y a trois éléments déclencheurs qui m’ont donné le
goût de l’entreprenariat et de l’investissement :
Premièrement mon frère, car on a la même vision de la vie. Il souhaite devenir également indépendant
financièrement et a acheté à l’été 2017 son premier immeuble de deux lots. Je commençais donc à le
questionner sur toutes les compétences qu’il avait acquise, et j’avoue que cela m’a donné l’eau à la bouche,
mon gout à l’investissement commençait à naitre.