Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Expériences de Mort Imminente publication sur Effervesciences de Mai 2006 .pdf



Nom original: Expériences de Mort Imminente publication sur Effervesciences de Mai 2006.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/02/2019 à 13:43, depuis l'adresse IP 90.92.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 72 fois.
Taille du document: 9.4 Mo (10 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


EXPERIENCES

DE MORT

IMMINE

Mises en doute, àu mieux négligées

paî les scientifiqu€s, elles ne I
ramenées à des hallucinations.
EN QUOI CO üSTSTE LnE Fj(PERIEI{CE
DEMOI{TIMMINEI,JTE?
Les expériences de mort inminente concerneraient tous les milieux
socioculttrrels, tous les âges, les hommes nutont que les femmes, et
nourrir des croyances religieuses ne prétlisposernit pas daoantage
un indioidtt à être suiet à ce ttlpe d'expérience._L'on distingue
deux types d'expériences de ntort imminente : Ies expériences de
nrcrt imninente positirres et, beaucottp plus rnres, les expériences
de

mort imninente négatiues.

pair, de serénité, de bienétre
de légèreté.

LES
EXPERIENCES

*"i

ffi

§
i

autoscopie (37"" des erperiencers inter:roges).

POSITIVES
Schématiquemenf ces expériences se déroulent en dnq stades
(stades mis en lumière et décrits
parKennethRing)
:

:,

it

:

la sortie hors du corps en

IMMINEN'TE

Pruniet stade:
la sortie du corps dans 1'obscurité (60% des experiencers interrogés). Au cours de ce stade, les
experiencers disent avoir er-r 1a
sensation de quitter letu corps,

de s'é1ever au-dessus de

1u1.

Après tur certain temps d'adap-

tation à ce nouveau type d'expérience, ils disent trvoir été
habités par un sentiment de

instantanément).

Troisiàne stade:

l'entrée dans 1'obscurité (23%
des experiencers intemogés). Au
cows de ce stade, les erperien-

cers ont eu la sensation d'être
.r'pires a grande ritesse au sein

d'un tunr-rel ou d'une spirale
qu'ils ont décrits comme obscure. Lors de cette enfuee dans

tunnel ou cette spirale, les
erperiencers rapporiertt ar oir
cte etonnes de ne pa: aroir
ce

Daaième stade

DEMOKT
§

et

pour s'y trouver transportés

Au cours de

ce

stade, les experiencers disent
avoir été en mesure de rroir leru
corps à 360 degrés, de même
que tout ce qui se passait dans la
pièce oîr ils se trouvaient (des

médecins et des infirmières
s'affairant près du corps du
malheureux si celui-cl était en
d'opératiory par exemple).
I1s disen! également, avoir été
en mesure d'entendre tout ce
qui se dÈait en leur présence, et
de se déplacer où ils 1e souhaitaient par la seule force de letLr
|ensee, ceci a utte r ilesse incroyabie (il leur suffisait de
penser à r-rn endroit particulier
sa1le

6

ressenti de peur au moment oir
1'aspiration s'est proclüte.
Quatrienæ statle:
vision de la lumière (16% des

1a

experiencers interrogés). Au
cours de ce stade, les experiencers ont vu une intense lumière
qui ne les eblouissait pas mais

dégageait une douce chaleur
qui 1es empllssait d'un sentiment de pai-r ct de bien+tre.
Cinrydètne stade:
l'enhee dars ia lumlère (10','o
des experiencers interro-

gés).

Au cours de

ce

stade, la lumière, associée à ure énergie por-

toutes ces expériences

de rtrort imminentes

sont semblables sur

point : que1le que
soit la façon dont les

r.rn

NTE

expériencers

ont

"

reçu"le" nrcsxge",tLs
auraient tous été con-

traints de réintégrer
leur corps au bout

d'un certain laps

de

temps qui, lui, serait

variable d'un expe-

»euvent être

riencer à 1'autre.
A f issue de ces expê

riences de mort imminente,

1es

erperien-

cers, après une période de questionnement concernant la
tetse d'amour infini, a

§^â. €f

en''eloppe

res

erperiencers qui,

W.îil:lî:f

i"Hi

ment-là, rapportent

avoir désiré demeurer en son
sein pour toujours. I1s rappor-

tent, également, avoir eu la
sensation, au sein de cette 1u-

mière, de comprendre toute
chose.

nature de l'expérience
vécue et un temps de
réadaptation à leur r''ie
quc'rtidierure (variabies

d'un sujet à l'autre),
expérim enteraient
une transformation
radicale de leur personnalité.

En effet, ceux-ci

se

découvriraient alors
plus altruistes, plus

attentifs à ce qui,

Ces stades, bien qu'i1s soient
communs à une grande proportion de cas d'expérie.nces de
mort imminente, ne constitueraient pas, toutefois, 1es seules
§pes d'expériences vécus par
les experiencers. En effet, cer-

pour eux, a le pius

tains d'entre eux rapportent
avok vu leur vie défiler à une

n'appréhendent plus

r.itesse inimaginable, et avoir été
en mesure, à ce moment-là, de

veraient, enfin, un sens

réaliser la portée de dracune de
Ier.us actions sur leur entourage
et sur leur enr.irorurement.

intimement persuadés de
1'existence d'une réa1lté

D'autres experiencers rapportent avoir dialogué avec quelqu'un. Certairs d'entre etx disent ar''oir été en mesure de voir
la personle à qui ils s'adres-

dogmatisme religieu-r.
Certains d'entre etx se découvriraient, même, des capacités
psychiques (té1épathie, télékinésie, clairvoyance, don de
guérison, de prédiction, etc.)
qu'ils ne possédaient pas auparavant.

saient (un parent décédé dans la
majorité des cas), mais les autres

n'ont pu déterminer f identité de

leur interlocuteur.Ceci dit,

d'importance dans la

vie (amour, temps
passé ar.ec le conjoint

et les enfants, etc), et

ils

s'apercer.raient,

également,

la mort. Ils

qu'11s

Ce tableau de Jérôme Bosch ("1'Ascension vers
I'Empyrée") évoque irrésistiblement cedaines
étapes décrites par des rescapés de la mot1.

trou-

à

donner à leur vie et seraient

spiritueile indépendante du

LESEXPERIENCES

DEMOK|
IMMINENTE
NEGATTVES
OUIÀTYERSEES
L,es experiences de morl imminente négatives (terrifiantes
dans 1e pire des cas) ne con-

cernent qu'un pourcentage

rduit

de cas (59'n, selolrKenneth

Ring). Ces expériences présentent

1es

mêmes composantes

qu'une exPédence

de mort immi-

appréhension, quelle qu'en soit ln

cause, peLLL)ent

e

ittre des NDE

nente positive,

négntioes, qtti

mais sont res-

souüent par reioindre un déroulement clnssique de NDE

senties de façon
négative par l'exp6
riancer car, alors, celui-ci perçoit
tout comme étant absurde. Ces

finiront cEendnnt

posiüoe ".

Pour Kenneth Ring, e1les s-

expériences négatives sont

eraient induites par

1e refi.rs

du

teintées de fortes connotafion:

sujet de reconnaître que

sa

religieuses.Daniel Maurer,

personnalité, qu'il confond avec

auteur des ouvrages intitulés

son identite, n'est ni reelle, ni
durable.Mais elles pourraient
aussi s'expliquer par 1'appréhension suscitée par la con-

" La vie à corps

perdt",

" L' au" et " [,es expériences de mort imminente ",
a précisé les sept traits caractéristiques d'une expérience de
tue réalité,1'au<1e1à

mort imminente négative,

à

savoir:

- une

angoisse

qui va

en

s'intensifiant,

- des visions de personnages
mer-raçants et de lieux effrayants

(endroits laids, sales, sombres,

plongés dans une chaleur

frontation à f inconruu ou par 1a
crainte de l'enfer à 1aquel1e sont
en proie certains sujets. Craintes
à l'origine d'ur surcroît d'anxiété qui marquerait négativement les experiencers, surtout si
ceux-ci sont réanimés au
moment orh ils sont en hain de
vivre désagréablement l'expérience de mort imminente.

une altération progressive qui
entraîne, notanment, la confusion. Au bout de 3 à 5 minutes
d'absence d'irriga tion sdnguine.
le ceneau subit des dommages
iréversibles qui conduisent à la
mort. En cas d'insuffisance ou
d'absence d'irrigafi on sa-ng'uine
du cerv'eau, i'inconscience survient en quelques secondes,

cepenclant, 1e sujet pourrait
avoir'le temps de üvre certaines
expériences subj*:tives avant de

perdre conscience.Certains
chercheurs, dont Ie biologiste
moléculaire Mario Markus,

chercheur à 1'Institut NIax

Planck en Allernagne, expliqueraient 1a r.ision dr:, " ttLnnel "
pâr cette absence d'irrigation
sanguine du cerrreau. Pour
ilir.rsker cette affinnatiory Mario
Markus aurait simulé, sur or-

dinateur, ce qui pourralt

se

passer au niveau visuel en cas

insupportable, etc.)

- un sentiment d'impuissance
â«:e

àcesvisicrs,

- une impression de solitude et
d'abandon pour f étemité,
- une souffrance extrême, souvent qualifiee d'inhumaine,
- dans la plupart des cas, une
intervention libératrice in extremis grâce à un événement ou
à un personnage providerrtief
- une impression, a posteriori,
d'avoir vécu un horrible cauchemar, parfois décrit comme
éhrrttres realiste.
Ces expériences de mor{ imminentes ru$ativesseaisrtdues à ia
peur de Ia mort qui étreindrait
les expériencers, selon E. Elsaes-

ser-Valarino:

" Ainsi, on potrrrait dire

qtLe ln

T{WOTHESESEruUCATTWS
DES EXPERIENCE,S DE

IMMINENTE

d'anoxie, et aurait obsené que,
dans ce cas, les cellu1es neuro-

TAPPROCHE

nales gérant l'information
visuelle focaliseraient davantage

de
Les expériences de mort imminente pouraient être indrdtes
par f insuffLsance, voire l'absen-

prowqtÉe par la

ce d'irrigation sanguine du

panr, ooire la tmeur, gfuérées par
la perspectioe de la mort de l'ego.
Les personnes qui sotlt incapables

être provoquée par un arrêt
cardiaque. Le cen'eau se trou-

NDE inaersée

de kcher

pise

est

otL

qui entrmt dnns

l'expérience de mort imminente
handicapées paï une ttioLente

MOK|

cen/earL cette demière pouvant

vant, a1on, en état d'hypoxie et

d'hypercapnie, les facultés
cognitives de l'individu subissent, dans un premier temps,

leur attention sur les informations émanant du centre du

champ visuel, au point d'occulter, progressivement, la
vision périphérique quL elle, se
trouverait, peu à peu, plongée
dans fobscurité. Du fait de cette
exclusivité de traitement de
f informationémanant du cenke
du champ visuef tout stimulus
visuel serait, au fur et à mesure,

intensifié au point de donner
f impression d'être conJronté à
une puissante luminosité, alors

asmort

que 1a périphérie visuelie serait donc, conclu que certains
plongée, progressivemenf dans pects des expériences de

l'obscurité. Du fait de
distorsion visuelle, les

cette
expe-

riencers auraient f impression
de se retrouver dans r,rn tLrrnel
au bout duquel ils verraie:rt une
lumière se rapprocher progressivemenf selonMarioMarkus.

imminente

(1a

vision

panora-

forn'ntion joue mt rôle it»dnmnttnl
dnnslesprocessusdemétnorixtiott,
sn désinhiltitittt ltourrait etVliqtrcr

mique, par exemple) pouvaient l'ttcttLalisntion sitrtrtltonée dt:
être induits par des décharges nontbraç sotntenirs ".
neuronales de §pe épileptique Susan Blackmore invoque, e1le
ayant lieu au niveau du lobe atssi, f influence des endorphitenrporai.
nes sur les expériences de mort
Le pédiake américain Melvia imminente.
Morse pense que les ex:ériences
de mort imminente aulaient

un LE_-S_EETETS DE LA
que Suian Blaèkmore les rapport avec 1e lobe temporal KETAMIIÿE : UN
expériences de mort imminente ar-oit, mais il ne réfute pur i'id"" EXEMILE SIIR
po-urraient s'expliquer par l'a- selon laquelle ies expériences de LEQUEL SE BASER
Seion la psychologue

britanni-

noxie:

êke
" Inrsryr le cntenu denahuespirifuelle.
6
sc tneltrt, it
âqA
contitnLt'à rrodé- E-ryUC-{I\ONS
ffi 6
& .g tistr Llcs cttlirut- PIIYS-TLOGIQIIES
ttentputs, tttni; ctt Le rôle supposé§ÿ
trtilisnntln mûrcirc ct {tres endorphffies
mort imminente pourraient

l'itttogirrntion, et non les

sans.

S'ttltparentnnt aux rêi-tes tu
sotr-oenirs, ces puceptions

trir
smu

bien êhre ffectuées

".

nux

afin, notamment, de réduire

la

teurs de §pe NMDA, appelés
parce qu'ils sont activés
par 1e N Méthy1 D Aspartate.
Ces récepteurs NMDA sont

püfiient sensation de stress ressentie ainsi

" à aol

d'oi-

lorsqu'un sujet est confronté à
situation qui nécessite r.rne

de
la
si
de mort 1'on se sent en danger par
exemple : ia tension artérielle et

Elie précise, cependant, que 1'a- reponse adaptative adéquate
noxie n'est probablement pas
1'organisme pour affronter
seule à être en cause concemant sifuation en questioll (courir

la

Le rôle sflnrosé des

décharueéheuronal
dnns

les consommateurs pailent

d'expérience de " aotiage aux
con\kdetn mort ' .
La kétamine agit en se fi-rant,
Les endorphines sont sécrétées dans le ceneau, sur les récep-

r.rne

les expériences
imminente.

?
Cet anesthesique provoque une
sensation de bien-être et des
hallucinations. Lors de sa prise,

lilobe tanporal

Certains §pes de crises d'épi-

lepsie sont connus pour pré-

le rythme cardiaque vont augmenter afin de permettre une
meilleure oxygénation des muscles nécessaires à 1a course).
Présentant des effets comparables à ceux de la morphine,

auditives, olfactives et gusta-

elles ont, egalement, une influence sur la douleur que l'on
peut ressentir lorsque i'on se

tives, et des illusions. C'est

1e cas

blesse, ceci en atiénuant celleci,

de l'epilepsie temporale, qui
touche davantage les adultes

et ont un pouvoir euphorisant

senter des signes sersoriels tels
que des hallucinations visuelies,

que les jeunes. En effet, selon
Yezekiel Ben-Ari, directeur de
recherche à l'lnserm, ces crises
" se traduisent par des halluci-

surf indiüdu.
Selon Philippe Chambon,

"

Ellæ

tutions, des irnpressions de dgà-ru,
des prol,lènrs ,b nwnnire, puis cn

prLr,'ùqttûtl tti lnllLrcilntiotts ui
dissociatiorL. SLuts être tlirectenmi ii
l'origine Llæ NDE, les endoryùirrs
sont phts probnblauent irnlliq uées

s'aggraaant, par une perte de
l'équilibre et de k conscienæ ".

dans la féLicité qtLi les nccon4tngne
générnlenrcnt. De plus, les endor-

Russel Noyes et Kletti, de même

que Michaë1 Persinger, en ont,

1t,'

constitués, notamment, pour
que le Glutamate puisse se fixer
sur eu-x. Si le glutamate est libéré

en trop grande quantité, il
deüent toxique, or, 1'anoie est
l'une des causes principales de
libération excessive de Glutarnate.

La kétarnine ne permet pas au

Glutamate de se fixer sur ces
récepteur NMDA, ce qui permet de protéger le système
nerveux contre f anoxie.

Des substances appelees alpha
et bêta-endopsychosines, équivalentes endogènes (fabriquées
dans notre cerveau) de 1a kétamine, libérées en cas, notamment, d'anoxie, se fixent égale.
ment sur les récepteurs NMD§

comme le fait la ketamine.
K.L.R. Jansen suppose que ces
substances pourraient " être libéréæ

dms wr brt

de

narcprotectiort

plritæs sentblatt bloquu les cellules

et pnrticipa' à ln genèse dc ln

irritibitrices de l'actipité de l'hi1tt)ocafilpt. Dnns ln mexre ttù cette

c4tliqunnt la sitnilnrité dr
r,écu sotts kétotrtite " .

ce

NDE,
qui est

De lA |1y'AtUfe
coffttne unité

un Pru d'otttotogie.
Eke (= noyau)
Le monde spirituel
Concerne " ce qui est à l'intérieur " : c'est le noyau intemporel.
Les noumènes sont le réel voilé.Les noumènes sont les racines
des phénomènes. C'est inconnaissable et inconceptualisable.

, organi.que

tupnvs;{i;

Le monde métaphysique
Plans intermédiaires, voilés, accessibles dans ceftaines limites
à traverc nos sens psychiques et nos facultés supramentales.
Par leurs effeb dans le monde matériel, sont accessibles indirectement.

mét"physique
"

Cherchons comme ceux qui

doinent trouae4 trotraons comme
ceux qui doioent chercher mcore

Exister (= peripherie)
Le monde matériel

"

Vient du latin ex-sistere = " être établi à l'extérieur "
ce qui se manifeste dans l'espace et le temps.
Les phénomènes sont las rialrüés
Les phénomènæexistent

La vie intellectuelle en Occident a fait depuis le Siècle
des Lumières l'économie
du spirituel (qui est au religieux ce que les fruits Érais

sont aux confitures), conçu
comme une addition inutile et
a$itrairc, ékangèrc aux realités de
la

rnhre. Nous posons

à l'inverse

le matérialisme cofiune une sous-

kaction inutile et arbitraire, une
muü1aüon des réalités natureiles
réduites à leur seule dimension
tangible.

Ce manifeste alterscientifique est

une synthèse d'une approche
"différente" de la biologie, de la
prise en compte de la réalité des
ph6romènes improprernent qualifiés de "paranormaux" et de quelques hlpothèses librement inspirées par l'Hernétisme. Ce manifestepropose quelques pistes pour
changer notre regard sur la question du üvant et de son évolution
sur noke planète et ailleurs dans
l'r-rrivers.

Pour abattre le mur qui

1es sépare

aüitrafuernent, nous tenterons non

de démontrer, mais de suggérer
comment les réalités métaphysiques pourraient interagir avec les
réa1ités physiques.

L'Etre, inciusif, englobe les noumènes et ies phénomènes et conjugue ensemble les verbes être et
exisùer. L'Eke, intemporef se manifeste par ies êtres spatiotempo^rels,

qui sont des ré{ractions de

L'Etre. Réa1ité objective, espace et
temps.

la

croyance en une réalité

:

des
illusion,

objective qui contiendrait

Sfructure " verticale " des êtres
vivants. Un être vivant se manirienn'estseparablederien,toutest feste par un corps phénoménal
UN. Réalité objective, objets, es- visible physico-chimique dont la
paceettempsexistentmaisnesont partie " réelle " est le noyau inobjets distincts est urre

pas, ce ne sont pas des

noumàres, temporel nouménal. Entre

ces

mais des phénomènes, des deux extrêmes, se déploie un
élaborations, des interprétations " centre-üe " où s'expérimentent
qui n'ont aucune réalité en clehors et sont mémorisées perceptions,

de la corscience des êtres impliqués dals notre collective aventure évolutir.e. Le monde spatiotemporel est une illusion feconde
permettant le déploiement de 1a
conscience. Une analogie grossiè
rement approximative, peut nous
aider à le comprendre : un film
enregistré est là tout entier, du
début à la fin, mais iI faut 1e projeter sur un écran pendant une
certaine duree pour prendre connaissance et conscience de son

contenu.

émotions, pensées et actions, où
émerge une conscience en évolution à travers cette expérience
vecue. Entre ce " centre.üe " et le
corps, un " corpsénergie " fait le
pont: c'est le grand capteur de
l'énergie cosmique, le " moule "

du corps physique (Sheldrake
dirait " sa chréode ", f image du
morie est insuffisante car staüque,
alors qu'il s'agit de la matrice
dyramique d'urr système archicomplexe de processus coordonnés). En résumé, se différencient

Noumènes iNoyau
*'l'" intemporel

Ty::-l - i::ï: rY:y:=
!l

§
.iÏ +
l.
Ï

l:

centre'üe"enévolution i

Ame

mémoire) i
,--!::,""",::","11:*:tl
,_-!::,*::","11:*:tl
, _i.
bonscience et

i comc;nerde
;co1psénergie

;{torcer.itae,orki,ouprana)

i

hypercompiexe et coordoruré

ldemolecules:

ceàquoi

lnotreépoquevoudrait
lréduire

1es

êhes

vivants)

l

i
l

.

10

__"., _.--..

,Corps
-

I

I

:

.

i

Connaissable

de"haut"en"bas" ÆLJâ
plusieurs nivearx en

B
une unlte vrvante t&.
§

(cl'aufes subdivisions §Êg
sont concevables, mais
cebte proposition esl une approximation suffsante) :
L'Esprit est purement nouménal, le

corps est purement phénoménal,
entre eux l'échelle du nouménal et
du phenoménal est relative : par
exemple, le corpsénergie est nouménal par rapport au corps physique, mais phénoménal par rapport
à llâme. De " haut " en" bas ", d:raque niveau errgendre le niveau suivant. Le monde phénoménal et le
I
:

I

Kenneth Ring et Michaël Sabom
se sont intéressés à f influence
ér,entuel1e des anesthesiques, et
autres stupéfianls, sw les expé
riences de mort imminente, ces

demiers étart corutus, notamment, pour induire des hallucinations en cas d'utilisation. C'est
le cas du LSD, notamment. qui

est une substance clrimique

monde nouménal sont les deux

obtenue à partir de I'ergot de
seig;le et qui se rér,è1e être un
puissant hallucinogène capable

visages del'Etre infini. Fh.x deüe et
informations circulsrt dans les der-x
" *rs ",de "haut«rbas" etde "bâss1

chez ses utilisateus.

haut ",enhe l'éterriÉ etla

knporaliÉ.

Les esprits de la nature. Il existe des

êtres manifestés sur un plan plus
subtil mais assez proches du monde
qui nous est familier, les " esprib de
ia nafure " (ou kamis, ou dévas). Ces
êtres, qui n'ont pas de corps den-

sifi{

mais un corpsénergie, jouent
un rôle actif dans le fonctionnement
du corpsénergie des minérarx, des
plantes et des animaux. Si Ia biologie de demain veut appréhender

des réalités plus vastes et comprendre le vivant et son évolutiorç il
faudra tenir compte de Ia place qui

est la ieur. Ce sont des " ponts "
enke les dimensions animiques ei
spirituelles et le monde des forrnes
manifestées, entre les mondes des
causes et Ie monde des effets : ce
sont des " convertisseurs de noumènes en phénomènes ". Ils expé
rimentent trrre forme d'évolution de
la conscience qui est tres différente
de notre aventure évolutive, tout sr
lui étant tres éfoitement associée.

Effervesciences.com, rubrique
" artides en hgne ".

tair-res furmeurs cérébrales.

krrsque ie rô1e d'urre ér.entuelle
tumeur cérébrale est ecarle, l'on
associe Ia dépersonnalisation à

un mécanisme de défense
>tLn enant, de façon transitoirc,
poLr se protéger des influences

d'une situation stressante.
Noyes et Ketti en ont, donc,
conclu que les expériences de

d'entrainer des modificalit»rs

mort imminente pourraient

sensorielles, voire des dé1ires

correspondre à des mecanismes
de défense du moi dans 1e but
de protéger I'individu des traumatismes vécus par l'Ego lorsque celui-ci se trouverait confronté à sa finitude.

L'expl ication pharmact,logigue
ne demeure, cepcnd.u-rt. plausible que si 1a prise de stupéfian§
de ia part du sujet, est ar,érée et
si Ie recours à une aresthesie a,
eff ectivement, eu lieu.

L'HË,AUTOSCOPIE
EN QUEST/ON

L'héautoscopie est considérée
comme une manifestation dé]j-

EXPLICATTONS

PS\CHIATRIOUES
ET
PS\CHOLOGIOUES
DéAersOnnAlisation
et i:lAMenCeS de mOrt
imtiinente
Pour le DSM IV Qr4anuel diagnostique et statistique des troü-

bles inentaux), 1â dépersonnalisationestcorsidéréecomme
ur trouble dissociatiJ. selon le
niveau de dépersonnalisation,
on observe soit une atteinte

rante,unphénomènehallucina,
toire qui s'observe chez les

individuspsychotiques,pius
précisémentdanslesdélires,
dans Ia confusion mentale ou au

cours d'intoxications induites
par des substances hallucinogenesimpression de
-Cette
dédoublement du suje! accompagnée de 1'apparition d'une
ima5;e héautoscopique, por,urait

être expliquée., d.'un poini de
r..ue psychanalvtique, comme

dédoublement de
gf
légère (observable en cas
térie), soit une atteinte beaucoup f indiridu entre sà pensée con-

dhys-

il i"

plu: grave ; on parle , alors d'e dienteet v pensee incon-sciente,
psychot". Dans ce cas, 1e suiet coml1e s'il y ai'ait matérialisa-

perd le sentiment d'indir

i1a

tion de cette pen-see inconscien-

te. Ce type de délire interréalité de son errvironnement viendrait " à tm rnoment de déperdition na,rcissique, à utt
et est en proie à des
àuahté, se met à douter de

ENR]C,,!\4ËIÂ\ICHIËR
L'ensemble de cet exposé est en
consultation libre sur notre site

nique que la dépersonnalisation
est, 1e plr-rs souvent, obsen,ée,
mais elle s'obsen e, égalemen!
dars le: psychoses confusionnelles et dans le cadre de cer-

i:i::ïïj:"i:HJ:;

Ï;;;:T'';,;; i;,:::")
é&,;':,i:'
p,;ssi'uiiiie
y ,i
'7Lr'ii

ou de néanti:ation. lfuE1fl
C'est au ctrurs de t, §ÿ
dissociation schizophré1t

J,

ttnitriotir,lcslinitcsdtr nroi.y

compris des limites incarnées,

c'est

le

fait d'aooir l'irnpressian qu'il
y a un moi sttpplétif

qui existe

"

(P.

Ajchenbaum).
Tout ceci dans le

but de se sentir

moins

vulné-

rable, voire moins
détruit par les situations vâ:ues
comme kaumatisantes.

nrcs dæz des sujets rc souJÿant ni
hy1:oxie, tri d'lrypcrcnpttie. tri
'1
même d'aucun traumatisme physiqtæ ou de maladie,unbonnombe
aussi sont sut?erLues pendant des
arrêts cnr dio-ttasutlaires, pendant
des noyades ott à la suite d'intoxiutions. De ce fait, k N.D.E. a
lotrlc l appnrrnce d'une npn:trnce
indEendante de l'étnt fonctionnel

En 7997, Karl Jansen, connu
potrr ses études sur la keLrmine,
aurait révlsé son jugement : " /e
ne x.Lispltts opposé aux

etpliutnns

spirituelles com:ernant les EMl.
Après dotLze ans d'étude, ie suis à
l,rë5mt con.)nificlr qut la ktlaninr.
canme d'autres drogues, ouae des
portes aas tm mdroit auqtLel rnus
fie pouiians normakvtnt accéder. Il

du cerueatt ".

existe une âme indépendante de
I etyerun« ". (Sciences et Avenir

Certains scientifiques en ont,
donc, conclu que les phéno-

Selon Pim Van Lommel, Car-

- Féwier 2002).

mènes autoscopiques, vécus lors

des expériences de mort im-

interrogé 344 personnes ayant
été victimes d'r-rn arrêt cardia-

Lemodèle

minente, pourraient corres-

que, dont 41 rapportèrent ar oir

pondre à un dédoublement de
personnalité déclenché par le

vécu une expérience de mort

etbrigitteDutheil

psychisme pour

se

imminerrte (18%), s'inter:roge

:

protéger.

L'APPROCTIE
SPIRTTUAIISTE
L'aowoche
mcitfualiste réfutée
Certains investigateurs refu serrt
1es

diologue Hollandais ayant

théories explicatives maté-

rialistes des expériences de mort
imminente (hallucinations, ex-

plications physiologiques, etc.)
car, seion eux, elles ne résisteraient pas à une étude approfondie du contenu de celles-ci.
Dans son ouwage irr+Jbné " Ll
Mort Tratsfigurie ", Jean-Pierre

jourdan, Médecin ayant fait
partie du Comité Recherches et
Etudes de IANDS-France, fait
remarquer quc ces théories,
censées foumir une explication
du phénomène, négligent certains points : " la conscience est

" Ce qui æt troublant, c'est que ce
pourcentage de 1.8o/" est bmucoup
trop faible pour s'accorder n-oec
l'explimtion scizntifque nctuelle ! Si
I'EMl est un phcnomène physiologique, causé par ul1e ffianque
d'oxygène dans Ie ceraenu, toutes
les personnes dans le comn deuraient plongu darc cet état. Cÿ ce
n'est pns le cas. Ce chiJfte ne patt
pas dnzsantoge se satisfaire de
l' etylication psychologiEæ, c' est-àdire ln crainte de ln tnrt. A utse de
la sottdaineté de l'attaque, settlement tLn faible pourcerLtage de
patients s'est rendu cot'npte de ce
qui lui ariz:ait et n pris pzur. I! y a
là un ruystère.[...] Est-ce qtLe le
ceraenu ne pourrait pas être r.Lne
sorte de poste récEteur, cotnrne la

radio, pour la conscience et la

parfaitement claire, la pensée

mennfue ? De la même façon que ce
que üous perceoez en ce momelTt
n'est pas m rcus. Ce nnt des mdes

sour?nl occélerec, lo nrërnoire

électromagnétiqtLes

extrêmernent efficace. Or, cette

rmdues'otsibles et audibles pour ztos

etyénence se produit très souttent à
trn nmmatt où, précisément , nrtfr e
le ceruanL dont on sttppoæ,fotLte de
prarce dtt contraire, qu'il æt le siège

organes seræoriels. Cela expliquerait

de la pensée, mais aussi de la
con-science. Si, m (fet, il n'n pas été
rdrouaé de rehtion de uuæ à y'fd
attre l'lagoie et læ N.D.Ë., si bon
nombre d'expériences sont stLree-

qui

sont

pourquoi tous les patients cliniquement morts de notre étude EËG plat, atnoæ actiuté du coftex,
pttpilles fixes et dilatées, perte des
rderc - c»tt pwtntt fnit état d'une
conscience totalemaù claire et de

sensntions très bien définies ".
Scienrç et A-æir -Fîïitr2üÿ)

t2

sup erl

u

m ineu-x d e Ré

gis

Au début des années 90,le Professeur et chercheur en Physi
que fondamentale Régis Dutheil, et sa fille Brigitte Dutheil
lrofesseur de Lettres Classi-

ques, auteurs des ouvrages

intituiés " L'homme superlumineux " et " L'uni'ous superlumineux ", ont élaboré un modèle
seion iequel la corscience serait
considérée comme constituée de

particules superlumineuses,
c'est-à-dire infiniment plus rapides que la lumière, et associée
à un espace-temps radicalement

différent de celui que nous
connaissons, qu'ils appellent
" univers superluminer-x ".
Selon eux, cet univers superiuminetx serait régi par f instan-

tanéité, l'éternité, la non-sépa-

rabilité et 1'a-causalité, et le
temps ne s'y écoulerait plr-s.

Seion leur conception de ce
qu'ils appellent "l'homme superhmtùæux ", l'êke humain serait
corstitué de tuois parties

:

- un corps moléculaire sous-

lumineux (sous lumineux =
inférieur à 1a vitesse de la lumière).
- Lrn champs éiechomagnétique
lumineu-x (luminerrx = égal à la
vitesse delalumière).

Essor de l'âme quiitant l'enveloppe
du défunt( art égyptien).

- Une conscience superlumi-

ln lumii,re, à lo

neuse (superlumineux = supérieur à la r.itesse de la lumière).

'JIi"';,j,',i:,,1:,,i1
rrxl)i

D'apres leur modèle théorique,
1e

cerweau serait censé procéder

un tri selectif des informations
pan enant à notre conscience.
Selon Brigitte Dutheil, ce tri
à

T,{"'."

sL)t'ti?

Â

Æ

É

W
concerne, ensuite,
qrt

il

l'impression des experiencerc de

s'expliquerait par 1'existence,

baigner au sein d'un " snuoir
nbsolu " s'expliquerait, selon
Brigitte Dutheil, par 1e fait que

entre la conscience superlu-

1es

mineuse et

1e

corps moléculaire

sous-lumineux, d'un " corps "
intermédiaire constitué de particules (photons) se déplaçant à
ia vitesse de la lumière et gé-

nérant un champ électromagr:rétique se focalisant au niveau

du cerveali.
" AtL nwnerLt de ln ruort,

il

est

fort

probable que le champ

ll::1,x;;;
4@,;ll;;;,;i
dc tcnP'

lc
€B*r*iÿ -P rliciq rnt rrPtë;s
il rt'esl
\ry Itri-ntènre
_".-":''""''qu utt

trtil$filetteLLr d' informntion. En
la conscience doit
srLbsister dn ns l' tutitters super lumineux sous fomte d'énergie "
GigrtteDutheil).

reunnche,

Le fait, Iors des expériences de

experiencer se trouveraient

au sein de l'univers superlu-

totnb et pure ".

Quant à la l.ision de la lumière,
Brigitte Dutheil explique que
" dans trn champ de ntatière
stLperlu.mineuse, les partiailes de
lumière remplissent de manière
miforme l'espace-tenrps de la
consciatce, æ

qtLi expliEre

b brilknt
.

L'être de lumière perçu par les
experiencers est interprété, par
Brigitte Dutheif comrne étant la
conscience superlumineuse, ou
moi supérieur du sujet, celle<i
étant censee pofier en elle toutes
les informations concemant la
r.ie passee, présente et future de

lon

ce

modèle

pæl' "la1ryontitt "

dont bénéficieraient les sensations, les informations recrues ne
se trouvant plus bloquees par 1a

barrière filtrante du champ
e

lechomagnétique se focalisant

conscimt semblmt indiquer qtre le
htrutel delunriùe æt uræ auaerture
dlns la membrone d'énergie non
phvsiqtrc sëytarnnt la dimerrsion
plrysiqtLe de la dimension non
physique parallèle. Le tunnel

d'énergie communément


W

obsertté lors d'une etyérimce de
sQour datæ l'au-delà est en fait une
ottuerl urt' ott brëche tctnporn i re
extrêmement bien structurée dtns

ln

membrane d'énergie non

tl elle scmble s'otrurir
nutonutiquement pour pemtettr e
aux formes de oie de passer au
lrn.trs. Apri's l'mfrëe de la fomr

pltysique

rnient

Auteur américain des our,rages

intitulés "

Voyages nu-delà du
Le secret de l'âtne ",
pams en 1998 et 2001, William
corys

" et "

Bulüman aurait vécu de multiples sorties du colps qui lui au-

raient permis de conclure

monde sous-lumineux

obserontiotts résultant d' explorations hors-corys faites sous contrôle

à

safonrc initinle ".

deWilliamBuhlman

l'existence d'un univers muiüdimensionnel : " ln plus grande

1e

11 considère que la vision du
tunnel des erperiencers correspondrait à un vortex s'ouwant
sur un rurivers paralièle : " Les

rieure, l'ouaerture du tunnel

L'unioers
rrutltiimensionnel

Les sentiments de paix et de
bienétre s'expliqueraient, selon
ce modèle, par la désactivation
ar.ec

dirnmsions inui-

sion d'ûrcrgie

au niveau du cerveau.

des organes sensoriels, le contact

les

de tte (conscience) dnns lç dimatde fréqtLence xLpé-

l'experiencer.

mort imminentes, qu'il y ait
persistance des perceptions
auditives et visuelles, chez les
experiencers, s'expliquerai! se-

duisotrt dnns
sillles

mineux, qui est considéré comme étant celui de " l'infomatnn

gntnrlièrerut inten-v de kltLnière "

Selon 1ui, ia matière " sanble être
finol d'une série d'interactiotts énergétiqrLes se pro-

le réatltat

à

pnrtie de l'unioers n'a pas les

La dir:ine connexion
deMelztinMorse
F,n2002,le Dr Melvin Morse a

fait paraître son
ou\ rage dans

^â.
Æ"'-q
B- ,q.

lairtsurledàernreres decou-

\'e r.t e
§diq-, med
lca les et
s

scientifiques, il

pnrti,'trlc: paur .fotldmrcnl . 0insi
qr ln scictrcc nctueilebtpyrw.ttns

explique i'ensemble

bien

des

étantrompu.
Le passage du tunnel, iui, cor-

fréqtLences. Les particules
physupLes de mntièye rre sont que Le

phénomènes considérés cofirme

respondrait, selon Brigitte

résultat dense des fréquences

expériences de mort imminente

Dutheü " à la traousée dLt tfiur de

bndes) non physiqes d'énerge

les

13

"

.

surnaturels. Selon

lui,

les

ne correspondraient pas à de

nohe lobe temporal droit qui ne
serait que l'element perrnettant
à notre cerveau de commu-

niquer avec

'

,cttr

dontÉes uttit,:rst-ll,:

"

hanqtrc de

'.

" 11 existe maintenant l'u1 accord
global sur 1e fait que notre lobe
temporal droit est " ciiblé " alrr

de nous permettre d'ex1a perception de ce
que la plupart des gens

périmenter

appe.llent Dieu, et de Communiquer avec ce quelque

chose ou Dieu. I l
L'impLication majeure de tout
ceci est que le fait de croire en
Dieu peut maintenant être explore de manière >cientifique.
Nors pourrons même cherd-rer
des kaces de rencontre> spirituelles dans 1'ADN et dans la
chimie de nohe sang. [...]
Sachant que nous avons localj,se

1'origine de la foi en Dieu dans
le cerveau, nous pouvons mainter.artt" souîtthz " Der-r, ou du
moins cette zone precise - le
lobe temporal droit - a de>
analyses scientifiques et suftout
les répliquer " (Le Monde de
1'Lrconnu - Fér,rier 2003)
Selon Melr,in Morse, l'action du
lobe temporal droit se décomposerait en quatre pa*ies :

- il servirait de liaison à une

banque universelle

Représentation du corps éthérique,
avec les flux énergétique et I'aura correspondante
selon les traditions orientales. DR

simples phénomènes

de

conscience modifiee mais à une
véritable sortie du corps et à ture

incursion dans une autre
dimension qu'il eslime exister
réellement. 11 est également
d'accord pour reconnaître que
notre conscience pourrait subsÈter indépendamment de no-

tre corps au point de dire que
1^-lous-

sommes "

ut1 cary)s dnns tule

tune.

S'appuyant sur les études de
de la memoire,
'pecialistes
Melr,in
Morse en conclut que

notre mémoire ne se trouve
sans doute pas dans notre
cerveau mais dans une autre

dimension car, d'après des
scientifiques du laboratoire de
physique de Los Alamos et du

National Insiitute
Discoverv Science, "

of

les
énergies que nous dégngeons sotLs
pensée
de
cornpor tetLent ne disparaissutt

forme de

et

pas. nrnis -trr;'i;'cnl qttclqte pnrt
dnns ln NnttLrt ".
Selon lui, ce serait donc 1à que
nohe cen e.ru pui-serait d..irectement ses sour.enirs et ce grâce à

de
s()uvenirs stockés a l'ertérieur
du coq7s hunrain. Les souvenirs
seraient greffés dans les
composantes subatomiques de
la nature. C est ce qu'il appelJe
Ia " Dioitrt' Con; ption ".

-

i1

nous permettrait de con-

naître " l'expûtatce de DmL " et
de commuriquer ar..ec lui.

- I1 faciliterait 1es décisions et
pensées non-r,erbales et nonlogiques, mieu-r corurues sols

terme " irttuitiott ".
- C'est la partie du
cerve.ru oui esi la

4q
lEF qg
ou G.
fuÿ

^r.§-J
--r,
--,,' ,, lors ^Æ--^â
L)lus- dCIr\e
de ia prrer"e
de la nié,litario.
14

1e

Pour Me1ün Morse, La " Diuine
Conneilon " est " le lien entre le
ccn('âu huma-in et l'esprit universel et/ou la banque de sou-

vcnirs universelle ct/ou le

châmp énergétique associé

t)

f irJormation universelle. Tout
ce qui s'est pas# et tout ce qui
va se Passer se trour.e dans cette
masse énergétique universelle à
laque11e nous pou\rons nous

qui

Ie\

&

fll

contient

uo*

j,irri,r,,,::

\re er roure

la

Fasquelle- 1986
- Elisabeth Kübler Ross: Ia mort
est un nouveau soleil - Editions

sur les moiécules et 1es
atomes tel qu'on i'a appris à
l'ecole, mais plutôt sur un tissu

étape de Ia croissance - Editions
Pocket -2002_la mort, porte de la

'o

énergé

pocket - 2W2'I a mort, demière

vie - Editions

pocket

l9q5_Mémoire de vie, mémoires
d'étemiÉ - Editions Pocket - 1999

tique qui se trouve à Ia source

de la chimie de la vie. Les

La connexion spécifique est le
lobe tempor.rl droit, y compris
lcs tubules de proteines qui
permettent au cen,eau d'inte-

noire - Editions Grasset &

W".:ïi:);$::

connecter grâce à notre lobe
temporal droit. [...]

BIBLIOGRAPHIE
- Patrice Van Eersel : La source

souvenirs de nos vies existent
probablement de 1a mâne façrx-r
dans ce magma énergétique en
mouvement permalent. C'est
ma thèse, mais scientifiquement
elie est plus que logique, nos
souvenirs indir.iduels se trouvent dans cette banqr.re de

Rupert Sheldrake : Une nouvelle
science de la vie - Editions du
Rocher - 1985 *Le septième sens Editions du Rocher - 20O4
-

- Rémy Chauvin :

Quand

i'irrationnel rejoint la science Editions Hachette - 1980*La

lorsqu'on meurt rien ne change
vraiment.

fonction psy - Editions Robert
Laffont - 1991" _La biologie de
l'esprit - Editions du Rocher 1990 _Nos pouvoirs inconnus Editions CGR - 1997 _Le retour
des magiciens - Editions MG -

w,yî[:iî:03:

Nous sommes toujours 1e même
assemblage d'énergie. Alors les

Sylvius. Eux aussi
nous connectent à i'expérience

vies passées, un phénomène
psl,chologique on ne peut plus

- John C. ECCLES : Evolution et
création de la conscience Champs Flammarion - 192

de Dieu.

commun, est parfaitement
possible dan: ceite théorie
puisque tout existe dans ces

ragir a r.rn niveau subatomique

avec Ia nature, les neuro-

transmetteurs qui comprennent

serotonine

â.
6-n'ryâ
\.J
il

et
doPamine. et les

cheminements

eiectriques

au

[...] Les phvsiciens théoriques
ont dejà prouvé que la réalité est
hors temps et espace. Tout ce
que nous pensons êfte " récl "
est simplement

données unirrerselle. Donc,

banques de données unir erse11es et

infinies. Est<e Dieu

?

un magma d'é

nergie hors temps et sans espace

2æ2

- Kenneth Ring : En route vers
Oméga - Editions Robert laffont 1991_Projet Oméga - expéiences
du 3ème §pe - NDE - Editions
du Roclrer - 1ÿ)4_Swk frurtiàe
de la vie - Editions Robert laffont
-1982
- MichaèlSabom: Souverirs dela
mori - Ëditions Robert Laffont 1982

-

Régis et Brigitte Dutheil

L'homme superlumineux

CONCTUSIONS

:

-

Editions Sand - 1990_L'univers
- Editions Sand 1992

En fétat actuel de nos coruraÈsances/ norl.s ne pouvors statuer
concemant 1a nature des expé-

riences de mort imminente.
Correspondent-eUes a de simples hallucinations induites par

l'activité d'un cerveau trans-

iormé par la libération

de

.u b:l.r nces neuroprotectrices,
ou constituent-elles réel1ement
1a preuve d'une sunivance de
la con-science après la mort ?

A chacun, d'après les témoignages et les études

menées sur le sujet de se forger
sa propre opiniory en espérant

que les découvertes scientifiques qui auront lieu dans les
à venir appotteront des
reponses sars équivoque .r ce
sujet car, pour f instant, tout ce
que l'on peut dire, c'est que

arLnees

nous ne sommes pas prêt
d'apercevoir le bout du tunnel...
Céline

Toregrossl

hç: / /mtxtimminentusib.r,oila.Ir

qui ont été

- Jean-Pierre

la mort à

SCIINEIZLER : De
üe - Editiors Deny -

2ffi7

- Melvin Morse : La divine
- Editions te jardin des
livres - 2002 _les enfants dars la

conneion

lumière de I'au-delà - Edidons
laffont - 1992

Robert

louis: La
vie derrière la rie - Editions

-Yves Lignory Borhedi
Michel Lafon- 1998
- Ral.rnond Moody:

la üe aprà
la vie - Editions J'ai 1u - 1994
_Lumières nouveUes sur la vie
aprrs la

15

1a

r,,ie -

Editions J'ai iu - 1993


Documents similaires


Fichier PDF fichier pdf sans nom
Fichier PDF 0be
Fichier PDF une experience de mort imminente extraordinaire
Fichier PDF melita denning osborne guide du voyage hors du corps
Fichier PDF le systeme des koshas dr samuel h sandweiss
Fichier PDF niveaux et stades de dEveloppement moral


Sur le même sujet..