Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Histoire de la CIE Claude Louis Gallien .pdf



Nom original: Histoire de la CIE Claude Louis Gallien.pdf
Titre: Microsoft Word - Histoire de la CIE copie.docx
Auteur: FISU-Gallien

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/02/2019 à 11:55, depuis l'adresse IP 89.91.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 70 fois.
Taille du document: 137.1 Mo (300 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


 

 
 
SPORT UNIVERSITAIRE

 
PREMIÈRE ÉPOQUE
1919-1939

 
 

L’ENTRE DEUX GUERRES
CONGRÈS  ET  JEUX  UNIVERSITAIRES  INTERNATIONAUX  
DE  LA  

CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE
DES ÉTUDIANTS

CLAUDE-LOUIS GALLIEN

 

1  

Chapitre  1    

INTRODUCTION  
 
Les  Universités  

Le  terme  «  université  »  vient  des  racines  latines  unus,  «  un  »  et  vertere,  
«  tourner  »,  et  du  mot  latin  dérivé  universitas  signifiant  «  compagnie  »  ou  
«  corporation  ».    
C’est  à  partir  du  11ème  siècle  que  les  civilisations  occidentales  européennes  ont  
développé  la  notion  d’université,  qui  fait  référence  simultanément  aux  idées    de  
totalité  et  d'unité  pour  désigner  une  institution  :      
• représentant  l'universalité  des  collèges  d'étudiants  (théologie,  droit,  
médecine,  grammaire,  rhétorique,  dialectique,  arithmétique,  géométrie,  astronomie  
et  musique)  ;  
• en  charge  de  la  transmission  de  la  totalité  des  hauts  savoirs  avec  le  
souci  de  les  rattacher  à  un  principe  d'unité.  (1)  
Par  ailleurs,  l’Université  –  Universitas  magistrorum  et  scholarum  -­‐  correspond  à  
un  groupement  corporatif,  plus  ou  moins  autonome,  de  maîtres  et  d’étudiants,  
réunis  pour  transmettre  et  étudier  les  connaissances    dans  diverses  disciplines,  et  
qui  sont  liés  par  un  appareil  spécifique  de  privilèges,  de  droits  et  de  devoirs.  
 

Qualifier  d’  «  universités  »  des  établissements  d’enseignement  supérieur  extra-­‐européens  tout  a  
fait   estimables   mais   qui   délivrent   des   connaissances   très   spécialisées   dans   des   contextes  
culturels   et   avec   des   objectifs   différents   de   ceux   du   modèle   occidental,   ne   serait   donc   pas  
réellement  pertinent  dans  le  cadre  de  cette  étude.  (2)  (3)  
Actuellement,   selon   les   pays,   les   établissements   d’enseignement   supérieur   peuvent   recevoir  
différentes   dénominations  :   Facultés   et/ou   Universités   dans   les   États   francophones,   Colleges  
dans   les   États   anglo-­‐saxons,   Écoles,   ou   «  Grandes   écoles  »   pour   diverses   structures  
d'enseignement   privées   ou   spécialisées   (Écoles   d’ingénieurs   ou   Écoles   de   commerce  
notamment).   Certaines   formations   supérieures   peuvent   aussi   être   dispensées   dans   les  
établissements  d'enseignement  secondaire,  comme  les  sections  de  techniciens  supérieurs  ou  les  
classes  préparatoires  aux  grandes  écoles  en  France.  
 

En  Europe,  l’implantation  territoriale  des  institutions  universitaires  est  
immédiatement  assez  large.  (4)  
• Vers  1040,  l’existence  d’une  école  de  médecine,  la  Ippocratica  Schola  
medica  salernitana  est  déjà  attestée  à  Salerne  en  Italie.  En  1088,  des  maîtres  
grammairiens,  de  logique  et  de  rhétorique  s'intéressent  à  la  compilation  à  l'étude  et  
à  la  transmission  des  connaissances  relatives  aux  connaissances  juridiques  de  
l'époque.  Ce  faisant,  ils  fondent  l’université  de  Bologne,  connue  sous  le  nom  d'Alma  
mater  studiorum  (en  fait,  1088  est  une  date  conventionnelle,  des  documents  
indiquent  qu’à  cette  date  l’université,  probablement  contemporaine  de  l’institution  
de  Salerne,  était  déjà  active).  
• Aux   11ème   et   12ème   siècle,   deux   universités   notoires   sont   fondées  :  
Paris  (1150)  en  France  et  Oxford  (1166)  en  Angleterre.    
• À   partir   du   13ème   siècle   on   constate   une   expansion   des   universités  
européennes  ;   parmi   les   nouveaux   établissements   on   trouve   Toulouse   (1229)   et    
Montpellier   (1289),   où   l'enseignement   de   la   médecine   était   attesté   déjà   en   1150,  
Cambridge   (1224)   et   les   universités   de   la   Péninsule   ibérique,   en   Espagne   à   Palencia  
(1208),   Salamanque   (1220)   et   Séville   (1290),   au   Portugal   à     Coimbra   et   Lisbonne  
(1290).  
 

2  

Les  disciplines  enseignées  s'organisent  autour  des  «  quatre  facultés  »  :    
-­‐  une  faculté  des  arts  libéraux,  qui  est  généraliste  :  grammaire,  rhétorique,  
dialectique   (le   trivium),   arithmétique,   géométrie,   astronomie   et   musique   (le  
quadrivium).  L'enseignement  repose  sur  des  textes  de  référence,  les  «  autorités  ».  La  
pédagogie   consiste   en   la   lectio   (lecture),   la   disputatio   («  dispute  »),   sorte   de   débat  
contradictoire  reposant  essentiellement  sur  le  syllogisme,  enfin,  l’exposé  du  maître  
qui  fixe  une  position  définitive  sur  le  texte,  la  determinatio.  
-­‐  trois  facultés  spécialisées  dans  la  médecine,  le  droit  et  la  théologie. À  cette  
époque  les  universités  contribuent  au  renouveau  des  savoirs,  qui  sont  étroitement  
liés  à  l'église  catholique.  Dans  ce  contexte,  la  théologie  et  le  droit  canon  se  taillent  la  
part  du  lion.  
Les   «  arts   mécaniques  »   et   les   «  sciences   lucratives  »   ne   sont   pas   pris   en  
compte   par   les   universités,   en   raison   du   mépris   pour   le   travail   manuel   et   le   profit  
pécuniaire  affiché  par  les  nobles  et  le  clergé.  
Les  grades  universitaires,  établis  au  XIIIème  siècle,  sont  la  déterminance  (ou  le  
baccalauréat),   la   licence   et   la   maîtrise   ou   le   doctorat,   c’est-­‐à-­‐dire   l'admission   du  
licencié   dans   la   corporation   des   maîtres.   Le   titre   de   «  docteur  »   est     attribué   aux  
étudiants  qui  parviennent  au  terme  de  leur  cursus  dans  une  faculté  spécialisée.  
• Au  14ème  siècle,  le  rythme  des  créations  de  nouvelles  institutions  reste  
d’abord  modéré,  mais  avec  le  «  grand  schisme  »  (1378-­‐1417),  une  crise  
confessionnelle  qui  partage  l’Europe  en  deux  obédiences  distinctes  (catholicisme  et  
protestantisme),  les  États  et  les  Églises  nationales  s’investissent  activement  dans  la  
création  de  structures  universitaires.  En  1300,  on  recense  une  douzaine  
d’universités  réellement  fonctionnelles  en  Europe  ;  elles  sont  une  trentaine  en  1378  
et  plus  de  soixante  en  1500.  Les  pays  les  plus  actifs  de  ce  point  de  vue  sont  la  France  
(+8  universités),  l’Espagne  (+5  universités)  et  l’Allemagne  (+12  universités),  ainsi  
que  l’Écosse,  la  Scandinavie  et  la  Pologne  qui  progressent  aussi  sensiblement.      
• Du  15ème    au  18ème  siècle,  de  nouvelles  universités  sont  créées,  à  un  
rythme  soutenu,  en  Europe,  mais  aussi  dans  les  colonies  européennes  d’autres  
continents.  Les  particularismes  religieux  qui  apparaissent  à  cette  époque  se  
répercutent  sur  les  disciplines  enseignées  ainsi  que  les  modalités  d'enseignements.  
De  plus,  les  structures  politiques  nationales,  en  France,  en  Allemagne  ou  en  
Angleterre  par  exemple,  prennent  progressivement  le  contrôle  des  universités,  qui  y  
perdent  alors  en  autonomie  par  rapport  à  l'État  et  aux  villes.    
• Au  19ème  siècle,  les  courants  libéraux  qui  parcourent  l'Europe  
entraînent  de  profondes  réformes.  (5)  (6)  
Modèle  Napoléonien  -­‐  La  domination  napoléonienne  sur  une  partie  du  vieux  
continent  aura  de  profondes  conséquences  sur  les  universités  occidentales.  
«  L'Empire  »  suscite  un  regain  d'intérêt  pour  les  sciences  et  les  technologies,  encore  
mal  représentées  dans  les  universités.  Ainsi  sont  créées  les  Grandes  Écoles  (École  
polytechnique  ou  École  normale  supérieure  en  France).  Parallèlement,  l'empereur  
réorganise  le  système  universitaire  autour  d’un  modèle  centralisé  et  étatique.  Le  
morcellement  des  connaissances,  dispensées  au  sein  d'écoles  distinctes,  sera  parfois  
perçu  comme  une  impasse  dans  laquelle  la  France  s'engage  alors.  
Modèle  Humboldtien  -­‐  C'est  aussi  à  cette  époque  (notamment  en  Allemagne)  
que  se  développe  l'enseignement  de  disciplines  nouvelles,  comme  la  philologie,  les  
mathématiques  et  la  physique.  L'Allemagne  par  le  biais  de  l'Université  de  Berlin  
fondée  par  Wilhelm  von  Humbolt  propose  un  nouveau  modèle  pour  l'université:  un  
modèle  qui  n’est  plus  pensé  comme  la  division  d'une  philosophie  en  domaines  

 

3  

spécialisés,  mais  comme  la  collection  universelle  des  connaissances  et  des  
recherches.  
Systèmes  Britanniques  -­‐  Les  universités  anglaises  d’une  part,  écossaises  de  
l’autre,  n’ont  pas  de  véritable  inspiration  commune.    
Les  universités  écossaises,  très  dépendantes  de  l’État  pour  leur  financement,  
sont  centrées  sur  l’enseignement  professoral  ;  elles  combinent  les  formations  
professionnelles  générales  intégrant  les  disciplines  nouvelles  et  les  formations  
préparant  aux  carrières  cléricales.    
En  Angleterre,  la  culture  humaniste  continue  de  dominer  dans  les  deux  
universités  historiques  d’Oxford  et  Cambridge.  L’obligation  de  résidence  au  sein  des  
collèges,  le  coût  élevé  des  études,  le  manque  de  formation  professionnelle  en  dehors  
de  la  cléricature  et  l’interdiction  de  s’inscrire  faite  aux  non-­‐anglicans  limitent  la  
population  potentielle  d’étudiants.  
 

 En  Amérique  :  Les  universités  se  développent  de  façon  spécifique  dans  les  
trois  zones  distinctes  que  forment  les  pays  latino-­‐américains,  les  États-­‐Unis  et  le  
Canada  
• Amérique  Latine  -­‐  La  première  université  du  Nouveau  Monde  est  
établie  à  Santo  Domingo  en  1538  ;  elle  est  suivie  par  l’université  nationale  de  San  
Marcos  (Pérou)  et  par  l’université  royale  et  pontificale  du  Mexique,  fondée  en  1551  
après  la  conquête  du  Mexique  par  les  colons  espagnols.    
Au  17ème  siècle,  l’Amérique  latine  compte  treize  universités  Ce  sont  des  
institutions  à  la  fois  publiques  et  catholiques  qui  s’inspirent  du  modèle  universitaire  
de  la  Contre-­‐Réforme  catholique  (7).  Après  leur  indépendance,  les  pays  latino-­‐
américains  modifient  le  modèle  universitaire  «  colonial  ».  Les  réformes  sont  très  
influencées  par  le  modèle  de  l’Université  impériale  napoléonienne,  modèle  à  partir  
duquel  sont  créées  des  institutions  publiques  et  laïques.  Les  États  nationaux  et  
républicains  commencent  à  mettre  en  place  de  nouvelles  structures  ou  à  remodeler  
les  institutions  universitaires,  ce  qui  donne  naissance  à  l’université  de  Buenos  Aires  
(1826),  l’université  centrale  du  Venezuela  (1827),  l’université  centrale  de  l’Equateur  
(1827),  l’université  de  Carthagène  en  Colombie  (1824),  l’université  de  Cochabamba  
en  Bolivie  (1832),  l’université  de  l’Uruguay  (1833)  et  l’université  du  Chili  (1847).  
Dans  la  première  moitié  du  19ème    siècle,  dix-­‐sept  universités  sont  fondées  et  au  
total,  quarante  et  une  universités  publiques  et  deux  universités  privées.  
• États-­‐Unis  -­‐  Après  le  traité  de  Paris  qui  reconnaît  en  1783  
l'indépendance  des  États-­‐Unis  d'Amérique,  le  système  universitaire  collégial  hérité  
du  temps  des  colonies  anglaises  (Harvard,  le  plus  ancien  collège  américain  avait  été  
fondé  en  1636)  se  réinvente  et  devient  profondément  différent  dans  le  nouveau  
pays.  Un  développement  rapide  et  une  importante    immigration  impliquent  un  
enseignement  supérieur  de  masse  dynamique  et  hétérogène.  Sans  que  ce  soit  
explicite,  il  suivra  pour  l'essentiel  le  modèle  allemand,  en  pensant  l'université  
comme  le  lieu  de  la  confrontation  de  tous  les  savoirs.  
• Canada  -­‐    C’est  dans  l’Est  de  la  colonie  britannique  qu’apparaissent  les  
premières  universités  en  raison  de  l’immigration  de  nombreux  «  loyalistes  »  
américains.  Les  universités  du  King’s  Collège  (1789),  Dalhousie  (1818)  et  Acadia  
(1838)  en  Nouvelle-­‐Ecosse,  les  universités  du  Nouveau-­‐Brunswick  (1828)  et  Mount  
Allison  (1858)  au  Nouveau-­‐Brunswick,  McGill  (1821),  Bishop’s  (1843)  et  Laval  
(1852)  au  Québec  sont  les  premiers  établissements  d’enseignement  supérieur  fixés  
au  Canada.    
 

 

4  

En  Asie  :  Ce  continent  abrite  des  institutions  d'enseignement  supérieur  qui  
comptent  parmi  les  plus  anciennes  dans  le  monde  (Nankin  –  3ème  siècle),  cependant  
le  modèle  de  l'université  occidentale  se  propage  à  l'Asie  au  cours  du  19ème  siècle  par  
plusieurs  biais.    Les  puissances  étatiques  sont  l'un  de  ces  vecteurs  :  Le  Japon  adopte  
ainsi  ce  modèle  suite  aux  enseignements  de  la  mission  Iwakura  de  1871,  et  ouvre  
l'université  impériale  en  1877.  
En  Chine,  l'université  impériale  de  Tientsin  est  fondée  en  1895,  et  l’université  
de  Pékin  est  instaurée  par  l'empire  suite  à  la  réforme  des  Cent  jours  en  1898.  En  
Corée,  l’université  Korea  est  créée  en  1905  par  un  membre  de  la  famille  royale.    
Le  modèle  occidental  est  aussi  diffusé  par  des  missionnaires,  qui  ouvrent  dans  
la  région  des  établissements  comme  l’université  Yonsei    fondée  par  un  docteur  
presbytérien  à  Séoul  en  1885,  ou  l’université  Rikkyô    ouverte  à  Tokyô  en  1874  par  
un  missionnaire  de  l’Église  épiscopale  des  États-­‐Unis.  Enfin,  d'autres  établissements  
déjà  existants  se  modernisent  en  adoptant  le  modèle  de  l'université  occidentale,  par  
exemple  l’institut  Keiô  qui  inaugure  sa  première  formation  universitaire  en  1890.  
En  Afrique  :  Dans  ce  continent,  les  universités  de  style  occidental  se  
développent  en  particulier  dans  les  colonies  d’Afrique  du  Sud,  de  la  Sierra  Leone  
(collège  de  Fourah  Bay-­‐1826),  au  Libéria  (Liberia  College-­‐1862),  en  Algérie  
(Facultés  de  médecine,  pharmacie,  sciences-­‐lettres  et  droit  d’Alger  -­‐  1857)  et  à  
Madagascar  (Académie  Médicale  d’Antananarivo-­‐1896)  ;  l’accès  à  l’enseignement  
supérieur  est  toutefois  essentiellement  l’apanage  des  colons.  
En  Océanie  :  Les  premières  universités  ont  été  fondées  en  Australie  et  en  
Nouvelle  Zélande  entre  1850  et  1890,  à  Sydney,  Melbourne,  Adélaïde,  Tasmanie,  
Canterbury,  Auckland  et  Victoria.  
 

Les  étudiants  
 

Le   terme   d’«  Étudiant  »   est   dérivé   du   latin   studere   qui   signifie   «  s'appliquer   à  
apprendre   quelque   chose  ».   Toutefois,   le   mot   désigne   essentiellement   les   personnes   qui  
sont   intégrées   dans   un   parcours   universitaire   d’enseignement   supérieur   ou,   d’une   façon  
plus   large,   qui   suivent   un   cursus   de   formation   «  post-­‐secondaire  ».   On   fait   donc,   de   nos  
jours,   une   distinction   entre   l'«  élève  »   ou   l’«  écolier  »   qui   fréquentent   un   établissement  
d’enseignement   primaire   ou   secondaire,   et   l'  «  étudiant  »   qui   fréquente   un   établissement  
d'enseignement  supérieur  ou  post-­‐secondaire.  
 

La  fin  du  moyen  âge,  du  12ème  au  15ème  siècles  :  Au  12ème  siècle,  les  
universités  françaises  et  européennes  n’admettent  comme  étudiants  que  des  
célibataires  masculins.  Ces  escholiers,  appartiennent  à  la  catégorie  des  clercs  et  sont  
donc  tonsurés.  En  fonction  de  leur  origine  géographique  ils  tendent  à  se  regrouper  
en  nations,  qui  sont  de  fait  des  sociétés  d'entraide.  Chaque  nation  choisit  un  
procureur  qui  la  représente  auprès  de  l'administration  de  l'université.  Les  escholiers  
ne  disposent  en  général  que  de  maigres  ressources  et  les  études  sont  longues  et  
coûtent  cher  :  on  doit  se  loger  et  se  nourrir  et  il  faut  une  dizaine  d’années  pour  
obtenir  les  diplômes  des  facultés  supérieures  ;  enfin  des  cadeaux  en  argent  et  en  
nature  sont  souvent  exigés  des  étudiants  au  moment  des  examens…  (8).  D’une  façon  
générale,  les  escholiers  ont  la  réputation  d’être  turbulents  et  sont  assez  mal  vus  par  
les  bourgeois  !  
Quelques  étudiants,  (une  petite  minorité),  peuvent  bénéficier  de  bourses  mises  
à  leur  disposition  par  des  bienfaiteurs  laïcs  fortunés,  des  ecclésiastiques  ou  des  
institutions  religieuses.  Ces  bourses  leur  permettent  d’être  hébergés  et  nourris  

 

5  

frugalement  dans  des  maisons  d’abord  appelées  «  hostels  »,  puis  «  collèges  ».  Ces  
collèges  sont  gérés  de  façon  largement  autonome  par  la  communauté  des  boursiers.    
En  France,  l’une  des  plus  anciennes  de  ces  maisons  fut  ouverte  en  1253  par  
Robert  de  Sorbon,  chapelain  de  Louis  XI,  à  l’usage  des  étudiants  de  la  Faculté  de  
théologie  de  Paris  ;  elle  prit  bientôt  une  grande  importance  sous  le  nom  de  
«  Sorbonne  ».    En  Angleterre,  les  plus  anciens  collèges  d'Oxford  sont  établis  vers  
entre  1255  ;  le  premier  collège  est  créé  à  Cambridge  en  1284  par  Hugh  Balsham,  
Évêque  d'Ely.  
Au  cours  des  14ème    et    15ème  siècles,  de  plus  en  plus  de  collèges  sont  fondés  en  
France,  en  Angleterre,  en  Italie  (Bologne,  Padoue)  et  en  Espagne  (Salamanque,  
Séville),  et  au  15ème  siècle,  certains  d’entre  eux  changent  sensiblement  de  vocation  ;  
à  l’origine  simples  lieux  d’hébergement  pour  les  étudiants  démunis,  ils  se  
transforment  en  lieux  d’enseignement  réservés  à  quelques  boursiers  privilégiés.    
 

La  transition  éducative,  du  16ème    au    18ème  siècles  :  Le  système  
universitaire  médiéval  se  renouvelle  au  16ème  siècle,  «  siècle  de  l’humanisme  »,  avec  
l’essor  des  arts  libéraux  qui  entraîne  une  augmentation  significative  de  la  
population  étudiante  inscrite  dans  les  universités  et  les  collèges.  L’origine  sociale  
des  étudiants  se  diversifie  et  les  universités  de  France,  d’Angleterre  et  d’Espagne  
recrutent  de  plus  de  fils  de  familles  de  la  bourgeoisie,  de  l’administration,  des  
professions  libérales  et  du  commerce,  mais  aussi  des  jeunes  sans  grandes  
ressources  issus  des  milieux  de  l’artisanat  ou  de  la  paysannerie.  Les  jeunes  garçons  
de  la  noblesse  sont  encore  peu  nombreux  parmi  les  étudiants,  mais  leur  présence  
même  est  un  fait  nouveau  qui  doit  être  soulignée. La  formation  universitaire  répond  
à  l’aspiration  de  certains  jeunes,  issus  des  milieux  les  plus  favorisés,    à  développer  
une  culture  humaniste,  mais  elle  attire  surtout  ceux  qui  prétendent  à  l’obtention  
d’une  charge  ou  d’une  profession  dans  l’administration,  les  emplois  de  justice,  
l’église  ou  l’armée.    
Cependant  le  fait  de  s’inscrire  à  l’université  n’est  pas  nécessairement  suivi  de  
succès  immédiat  aux  examens  et  le  coût  de  trop  longues  études  est  dissuasif.  
Beaucoup  d’étudiants  disparaissent  avant  de  terminer  leur  cursus,  et  ceux  qui  
obtiennent  un  grade  universitaire  ne  trouvent  pas  nécessairement  un  emploi  
vraiment  lucratif.  A  la  fin  du  16ème  siècle  les  troubles  politico-­‐religieux,  les  
épidémies  et  les  rigueurs  climatiques  en  Europe,  avec  leur  corollaire  de  problèmes  
économiques,  entraînent  la  stagnation  du  nombre  des  emplois;  il  résulte  de  tout  cela  
une  certaine  désaffection  vis  à  vis  des  formations  universitaires.  La  population  
étudiante  décroît  de  façon  continue  au  cours  du  17ème    siècle  et  on  ne  note  pas  de  
redressement  avant  l’émergence  du  18ème  siècle,  le  «  siècle  des  lumières  »,  où  
l’adéquation  entre  études  et  carrières  se  développe  dans  les  universités,  qui  
deviennent  aussi  des  centres  de  qualification  professionnelle.  
 

Le  19ème  siècle  :  Le  19ème  siècle  est  pour  l’Europe  une  période  de  
métamorphose  durant  laquelle  le  passé  s’estompe  progressivement  alors  que  la  
modernité  émerge  par  bouleversements  successifs.  Le  passage  ne  s’effectue  pas  sur  
le  même  rythme  pour  tous  les  acteurs  de  cette  période  de  l’histoire,  qui  
«  cohabitent  »  dans  le  siècle  sans  être  réellement  «  contemporains  »  les  uns  des  
autres,  d’où  des  incompréhensions  et  des  ruptures.  
-­‐  De    l’étrangeté  du  passé  à    l’appel  des  possibles    :  En  ce  qui  concerne  les  
étudiants  et  la  France,  Pierre  Moulinier  (9)  propose  un  découpage  en  trois  temps  de  
cette  métamorphose  :  
 

6  

-­‐  Une  «  phase  épique  »  concerne  l’Empire  et  la  Restauration.  Ce  
temps  de  la  refonte  des  facultés  et  des  écoles  française  voit  l’affirmation  d’une  
identité  étudiante,  la  construction  d’un  mythe.  
-­‐  Une  «  phase  critique  »  lui  fait  suite  jusqu'à  la  IIIème  République.  
C’est  le  moment  d’une  légende  noire  de  l’étudiant  parisien  parfois  assimilé  aux  «  
classes  dangereuses  ».  Paresseux  et  jouisseur,  l’étudiant  apparaît  alors  comme  un  
contestataire.  
-­‐  La  dernière  phase,  dite  «  corporative  »,  correspond  à  une  nouvelle  
vague  de  réformes  universitaires  et  aux  premières  expériences  d’organisations  
étudiantes.  C’est  sans  doute  le  moment  le  plus  important  dans  la  genèse  de  
l’étudiant  moderne,  celui  où  quantitativement  et  qualitativement  s’annonce  
l’étudiant  du  20ème  siècle.  
-­‐  Nostalgie  de  l’  «  avant  »  et  invention  de  l’après    -­‐  La  presse  étudiante  :  Au  
début  du  19ème  siècle,  en  France,  c’est  une  élite  bourgeoise  et  citadine,  encore  
presque  exclusivement  masculine,  largement  sélectionnée  par  la  naissance  et  la  
fortune  et  bénéficiant  de  l’enseignement  secondaire  public  qui  a  majoritairement  
accès  à  l’Université.  Les  classes  moyennes  sont  assez  peu  représentées  et  les  classes  
populaires  et  rurales  sont  tenues  –  ou  se  tiennent  –  largement  à  l’écart.    
Toutefois,  ces  étudiants  «  bourgeois  »  n’hésitent  pas  à  afficher  –  parfois  avec  
vigueur  -­‐  leurs  convictions  sociales  et  politiques,  et  à  partir  de  la  fin  des  années  
1830,  une  presse  étudiante  fait  son  apparition.  Premier  journal  étudiant,  «  Les  
cancans  du  Quartier  Latin  »,  propose  son  premier  numéro  imprimé  sur  quatre  
feuillets,  en  janvier  1837.    
Les  publications  plus  ou  moins  éphémères    qui  se  succèdent  dans  la  première  
moitié  du  siècle  mettent  en  lumière  les  revendications  et  la  volonté  d’émancipation  
des  étudiants,  solidaires  des  révolutions  de  1830  et  de  1848.  Ces  positions  
contestataires  s’apaisent  durant  le  Second  Empire  ;  la  presse  étudiante  vise  alors  à  
offrir  aux  jeunes  une  tribune  pour  diffuser  leurs  idées,  faire  connaître  leurs  
aspirations,  donner  des  informations  sur  la  vie  des  facultés  et  renforcer  leur  
confraternité,  y  compris  en  établissant  des  contacts  avec  les  étrangers.  En  1857,  la  
Voix  des  Écoles  s’efforce  ainsi  d’établir  une  correspondance  entre  les  étudiants  du  
Quartier  latin  et  ceux  des  facultés  européennes.  Ce  n’est  que  sous  la  Troisième  
République  que  se  met  en  place  un  véritable  corporatisme,  avec  la  création  
d’associations  qui  veulent  organiser  et  représenter  le  monde  étudiant.  A  partir  de  
1880,  le  développement  du  milieu  associatif  dans  les  facultés  françaises  à  Paris  et  en  
province  favorise  la  multiplication  des  «  feuilles  de  chou  »    destinées  à  faire  
connaître  les  activités  corporatives  ou  festives  de  ces  associations.  
On  retiendra,  avec  Laurence  Corroy,  que  «  Le  19ème  siècle  aura  vu  s’affirmer,  en  
dépit  d’obstacles  importants  d’ordre  financier,  politique  et  fantasmatique,  une  presse  
étudiante  particulièrement  pugnace.  Démiurge,  la  jeunesse  étudiante  se  rêve  et  
s’invente,  nostalgique  d’un  avant  plus  tumultueux,  d’un  âge  d’or.  Ce  sont,  pour  ceux  de  
1880,  les  «  lionceaux  de  1830  »  qui  obtenaient  la  liberté  dont  ils  rêvent,  qui  eux-­‐mêmes  
imaginaient  la  jeunesse  napoléonienne  s’illustrant  au  rythme  des  tambours.  La  
jeunesse  du  Second  Empire  se  réfère  aux  étudiants  des  barricades  de  1848…  et  pour  
l’ensemble  des  étudiants  qui  prennent  la  plume  de  1830  à  1900,  l’  «  escholier  »,  
l’espiègle  étudiant  du  Moyen  Âge,  symbolise  le  mieux  l’esprit  libre  auquel  ils  aspirent.  
Corporatiste,  beau  parleur,  conquérant  de  l’espace  urbain,  effrayant  le  bourgeois  et  
affolant  la  vertu  des  filles...  C’est  au  nom  de  cet  «  escholier  »  que  la  jeunesse  lettrée,  
s’appuyant  sur  une  filiation  hypothétique,  prend  la  parole  ;  c’est  en  pensant  à  lui  

 

7  

encore  que  les  adultes  répondent,  ce  spectre  du  libre  penseur,  de  l’anarchiste,  du  poète,  
de  l’artiste,  du  séducteur  et  désormais  de  l’étudiant  qui  s’accapare  l’espace  public…  ».  
(10)  
 
Le  20ème  siècle    Évolution  des  effectifs  dans  l’enseignement  supérieur  :  
-­‐  Dans  le  monde  :  En  1900,  le  nombre  total  des  étudiants  de  la  planète  s’élève  à  
un  demi-­‐million.  En  2000,  le  nombre  total  des  étudiants  de  la  planète  s’élève  à  100  
millions.  En  2015,  le  nombre  total  des  étudiants  de  la  planète  s’élève  à  200  millions.  
-­‐  En  Europe  et  aux  Etats-­‐Unis    (en  milliers  d’étudiants)  :  
 
 

                                                               Grande  Bretagne    Allemagne    Russie    USA      Belgique    Pays  Bas      Autriche    Italie      
Espagne  

1900/01  –                                          17                            44,2                  16        100              5,3                        -­‐                            -­‐                    26                  8  
1910/11  –                                          26                            60,8                  37        144                  7                      4,2                  12,6            29                
16  
Après  la  Première  guerre  mondiale  
1920/21  -­‐                                            34                          120,7            109      251                  9                            -­‐                          22                53            
23,5  
1930/31  -­‐                                            37                              134                  43        489                10                      10                  21,4            44            
35,5  
1950/51  -­‐                                            106                          246                      -­‐                -­‐                    20,7              29,7                24,8          145            
55  
 

-­‐  En  France  :  En  1809,  on  dénombre  seulement  une  trentaine  de  bacheliers.  En  
1875  on  estime  à  une  dizaine  de  milliers  le  nombre  des  étudiants  en  France,  dont  la  
moitié  à  Paris.  Le  véritable  essor  universitaire  se  produit  à  partir  de  cette  date  ;  la  
population  étudiante,  s’accroît,  se  diversifie  et  se  féminise  (11)  (12).  Pour  
l’ensemble  des  universités  (facultés  de  Droit,  Sciences,  Lettres,  Médecine,  
Pharmacie)  on  compte:  
1900/1901  -­‐  29  900  étudiants,  dont  942  femmes  (3%);  
1905/1906  –33  316  étudiants,  dont  1988  femmes  (9,6%)  
1910/1911  –  41  190  étudiants,  dont  3954  femmes  (14,7%)  -­‐  Les  facultés  de  
droit  et  de  santé  absorbent  les  deux  tiers  de  l’effectif  étudiant  en  France,  et  les  17  
326  étudiants  parisiens  du  Quartier  latin  représentent  plus  de  40%  de  l’ensemble  de  
la  population  étudiante  française  ;  
1913/1914  -­‐  42  037  étudiants,  dont  4254  femmes  (10,1%).  A  titre  de  
comparaison,  l’Allemagne  compte  alors  plus  de  60  748  étudiants  en  1914,  dont  2217  
femmes  (3,6%).  (13)  
• Durant  la  Première  guerre  mondiale  ,  les  effectifs  étudiants  s’effondrent  en  
France,  et  se  réduisent  à  12  566  étudiants,  dont  3208  femmes  (25,8%)  au  milieu  de  
la  guerre  (1915/1916),  la  population  masculine  étant  bien  entendu  sensiblement  
plus  affectée.  En  ce  qui  concerne  l’Université  de  Paris,  les  effectifs  durant  la  même  
période  tombent  à  5522  étudiants,  dont  1447  femmes  (26,2%).    
• La  situation  se  rétablit  assez  rapidement  après  la  fin  de  la  guerre,  et  pour  
l’année  1920/1921,  les  effectifs  français  sont  remontés  à  49  727  étudiants.  
1920/1921  –  49  727  étudiants,  dont  7300  femmes  (6%);  
1925/1926  –  58  242  étudiants,  dont  12  232  femmes  (25,5%);  
1930/1931  -­‐  78  324  étudiants,  dont  20  188  femmes  (21%);  
 

8  

1935/1936  –  73  778  étudiants,  dont  20  281  femmes  (27,5%);  
1938/1939  –  72  715  étudiants,  dont  24  831  femmes  (34,1%).    
• Après  la  Deuxième  guerre  mondiale  le  nombre  d’étudiant  augmente  
rapidement  .  
1945/1946  -­‐  123  000  étudiants  (dont  32,5%  de  femmes)  ;    
1950/1951  -­‐  137  000  étudiants  (dont  34%  de  femmes)  ;    
1955/1956  -­‐  160  000  étudiants  (dont  36%  de  femmes)  ;    
1960/1961  -­‐  210  900  étudiants  (dont  41%  de  femmes).  (14)  (15)  
 

Mobilité  des  étudiants  :  
-­‐  Moyen  Âge  :  Les  populations  universitaires  médiévales  européennes  étaient  
fort  mobiles,  puisqu’en  théorie  aucune  frontière  ne  s’opposait  à  la  circulation  des  
hommes  ni  à  la  validité  universelle  des  diplômes,  et  que  le  nombre  des  universités  
restait  limité.  Cette  tendance  à  la  mobilité  était  renforcée  par  l’appartenance  
commune  au  monde  chrétien  et  par  le  fait  que  les  enseignements  étaient  dispensés  
en  Latin,  principale  langue  de  communication  dans  toute  l’Europe.  Cependant    la  
réciprocité  des  échanges  n’existait  pas,  et  certains  pays  étaient  plus  attractifs  que  
d’autres.  Le  principal  courant  migratoire  de  la  peregrinatio  academica  a  été  celui  qui  
drainait  vers  l’Italie  (Bologne)  d’une  part,  vers  la  France  (Paris)  de  l’autre,  des  
étudiants  des  pays  de  l’Empire  et  de  l’Europe  centrale  ;  en  revanche,  les  français,  les  
espagnols  et  les  britanniques  avaient  davantage  tendance  à  fréquenter  les  
universités  de  leurs  pays  respectifs.    
-­‐15ème/18ème  siècles  :  À  la  fin  du  Moyen-­‐âge,  la  multiplication  des  universités  
nationales  et  régionales  va  contribuer  à  ralentir  le  «  nomadisme  »  des  étudiants.  
Avec  la  Renaissance  (15ème/16ème  siècles),  les  universités  se  multiplient  et  
commencent  à  constituer  de  véritables  réseaux,  ce  qui  permet  la  constitution  en  
Europe  d’une  «  Internationale  des  Intellectuels  ».  À  partir  du  16ème  siècle,  et  jusqu’à  
la  fin  du  18ème  siècle  les  pérégrinations  étudiantes  sont  contrariées  par  les  barrières  
étatiques  et  confessionnelles,  et  l’affaiblissement  du  latin  comme  langue  
internationale  d'enseignement  universitaire.    
-­‐19ème/20ème  siècles  :  La  première  partie  du  19ème  siècle  marque  une  rupture  
nette  avec  l’héritage  universitaire  ancien.  Les  flux  migratoires  étudiants  vers  la  
France  se  stabilisent  dans  un  premier  temps,  avant  de  connaître  une  progression  
rapide  à  partir  de  1875.  Il  est  possible  d'estimer  la  proportion  des  étudiants  
étrangers    dans  l'ensemble  des  facultés  parisiennes  :  leur  nombre  est  multiplié  par  
plus  de  cinq  entre  1875  et  1890,  passant  d'environ  620  à  plus  de  3  200,  soit  près  de  
8%  des  effectifs.  Cette  proportion  passe  à  11%  en  1904,  14%  en  1907,  19%  en  1913.  
Durant  la  guerre  les  étrangers  représentent  plus  de  20%  des  étudiants  parisiens  (ce  
qui  reflète  le  fait  que  de  nombreux  jeunes  français  en  âge  d’entrer  à  l’université  sont  
appelés  sous  les  drapeaux).  (16)  
L'accroissement  du  nombre  des  étudiants  étrangers  en  France  est  en  grande  partie  
le  fait  des  femmes  :  de  13  %  des  étudiants  étrangers  en  1890,  elles  passent  à  plus  du  
tiers  (38,5  %)  dans  la  période  1905-­‐1909,  à  35,5  %  en  moyenne  en  1910-­‐1914,  pour  
baisser  à  22  %  durant  les  années  de  guerre.  Après  l'Armistice,  en  1919,  les  femmes  
représentent  9,4  %  de  la  population  des  étudiants  étrangers  inscrits  dans  les  
établissements  d’enseignement  supérieur  en  France  ;  cette  proportion  remonte  à  
16,5  %  dès  1920.  (17)  
Pendant  les  années  de  l’entre  deux  guerres,  la  mobilité  étudiante  reprend  en  
Europe  avec  une  vigueur  accrue.  Ainsi,  pour  l’ensemble  des  universités  françaises,  le  
pourcentage  d’étudiants  étrangers  passe  de  13%  à  22%  entre  1920  et  1930.  En  
 

9  

Grande-­‐Bretagne  (Université  d'Oxford),  il  atteint  12%  de  la  population  étudiante.  
Enfin,  dans  les  universités  allemandes  pendant  la  même  période,  les  effectifs  
d’étudiants  étrangers  remontent  à  leur  niveau  de  l'avant-­‐guerre,  autour  de  8  %.  
 

Actuellement   (1918),   plus   de   2,5   millions   de   personnes   étudient   en   dehors   de   leur  
pays.   D'après   les   estimations,   ce   nombre   devrait   atteindre   sept   millions   d'ici   à   2020.   L'un  
des   aspects   les   plus   visibles   de   la   mondialisation   est   la   mobilité   étudiante.   Le   flux   des  
étudiants   internationaux   résulte   de   stratégies   nationales   et   institutionnelles   mais   il   est  
également  le  fruit  de  la  décision  des  étudiants  eux-­‐mêmes.  

 

Les  organisations  étudiantes    
 

Les  origines  des  groupements  et  organisations  d’étudiants  :  Dans  
l’université  médiévale  l’organisation  de  structures  ayant  vocation  à  s’occuper  de  la  
vie  des  étudiants  de  manière  plus  ou  moins  indépendante  des  autorités  
académiques  et  du  corps  professoral  est  une  tradition  bien  établie,  dont  on  peut  
retrouver  la  trace  dès  le  début  du  13ème  siècle.  Le  mouvement  associatif  est  alors  
très  fort  chez  les  étudiants,  qui  se  rassemblent  par    «  nations  »    (c’est  à  dire  en  
fonction  de  leur  province,  région  ou  pays  d’origine),  ou  encore  dans  le  cadre  de  
traditions  corporatives  développées  autour  d’objectifs  culturels  ou  folkloriques.  Les  
groupes  d’étudiants  se  donnent  des  statuts,  élisent  des  représentants,  s’organisent  
pour  assurer  l’entraide  mutuelle,  protester  contre  des  réformes  ou  des  atteintes  aux  
libertés  et  aux  droits  acquis,  réglementer  l’exercice  autonome  de  leurs  activités.  
L’existence  de  ces  associations  étudiantes  est  un  phénomène  assez  généralisé,  mais  
qui  prend  des  formes  spécifiques  et  renvoie  à  des  réalités  différentes  selon  les  
périodes,  les  pays  et  les  contextes  politiques  concernés.  
 
Mouvements  de  jeunesse  à  caractère  festif  et/ou  récréatif  :  Les  sociétés  
festives  ou  carnavalesques  et  les  collectivités  fraternelles    d'étudiants  apparaissent  
très  précocement  dans  le  milieu  universitaire.  Elles  sont  les  premiers  
regroupements  rassemblant  les  étudiants  autour  d’activités  «  récréatives  »  diverses.  
Ces  sociétés  ont,  entre  autres  caractéristiques,  de  ne  pas  être  structurées  
bureaucratiquement  et  de  respecter  totalement  les  opinions  de  ses  membres.  Elles  
ne  sont  ni  politiques,  ni  religieuses,  ni  corporatistes  ou  syndicales.  Se  voulant  
neutres  dans  ces  domaines  où  se  rencontrent  souvent  intolérances  et  discordes,  
elles  rassemblent  les  étudiants  autour  de  «  la  fête  »,  sa  préparation  et  sa  réalisation.  
Elles  vivent  par  et  pour  la  récréation  et  la  fraternité,  la  conservation  des  traditions  
et  du  folklore.  
Quand  les  étudiants  s'organisent  pour  s’amuser  ensemble,  ils  le  font  à  l'échelle  
d'une  faculté,  une  université,  éventuellement  une  ville,  si  elle  n'est  pas  trop  grande.  
La  structure  de  la  société  festive  est  basée  sur  le  lien  amical  et  les  anciens  viennent  y  
tenir  leur  rôle  et  sont  les  bienvenus.  Au-­‐delà  de  la  ville,  les  étudiants  festifs  sauront  
se  reconnaître  comme  appartenant  à  une  branche  d'études,  carabins  (étudiants  en  
médecine)  ou  potards  (étudiants  en  pharmacie)  par  exemple,  ou  attachés  à  un  type  
défini  d'activité  (chant,  danse  ou  musique).  
-­‐  La  Goliardia  italienne  et  la  Faluche  française  se  réclameront  de  l'héritage  des  
«  goliards  »  apparus  avec  la  première  université  d'Europe  fondée  à  Bologne  en  
1088.    
-­‐  Les  Sopistas,  sociétés  d'étudiants  chantants  et  voyageurs  qui  prendront  plus  
tard  le  nom  de  Tunas,  surgissent  pour  la  première  fois  à  Salamanque  au  14e  siècle.  
 

10  

Ils  ont  comme  activité  fondamentale  le  chant  choral  accompagné  d'instruments,  
essentiellement  guitares  et  bandurrias.  
 

Mouvements  à  caractère  corporatiste,  syndical  et/ou  politique  :    
-­‐  Échelon  local  au  19ème  siècle    
• En  France,  les  AGE  : Pendant  la  plus  grande  partie  du  19ème  
siècle,  les  différents  régimes  politiques  qui  se  succèdent  en  France,  se  méfient  des  
associations  étudiantes.  Ces  dernières  sont  perçues  comme  des  organisations  
dangereuses  au  service  d’idées  subversives.  Pendant  les  phases  dites  «  épique  »,  
puis  «  critique  »    (entre  1814  et  1851),  la  «  génération  romantique »  anime  les  villes  
universitaires  et  les  étudiants  sont  considérés  comme  une  jeunesse  prompte  à  la  
révolte,  qui  manque  rarement  une  occasion  de  brocarder  le  pouvoir  en  place.  Dès  
lors,  il  s’avère  fondamental  pour  les  défenseurs  de  la  monarchie,  de  démanteler  
systématiquement  leurs  associations  :  un  décret  de  1820  interdit  la  constitution  de  
tout  groupement  d'étudiants.  (18)  La  situation  s’améliore  un  peu  pendant  le  Second  
Empire,  mais  c’est    la  Troisième  République  qui  fera  vraiment  bouger  les  lignes,  
comprenant  qu’il  pourrait  être  utile  d’encadrer  –  voire  de  «  récupérer  »  -­‐  cette  
jeunesse  et  de  lui  inculquer  un  certain  nombre  de  valeurs  citoyennes.  Après  le  
temps  des  faluches  et  des  cortèges  fêtards  les  associations  étudiantes,  qui  ne  
subissent  plus  les  tracasseries  du  pouvoir,  peuvent  orienter  leurs  actions  vers  
d’autres  préoccupations  ;  l’année  1880  marque  l’émergence  de  la  «  phase  
corporative  »  à  l’échelon  local,  les  Associations  Générales  d’Étudiants  (AGE).  
La  première  de  ces  associations  corporatives  locales,  la  Société  générale  des  
étudiants  de  Nancy  (SGE)  fut  créée  en  1877  par  l’étudiant  en  droit  Auguste  Leclaire,  
avec  des  étudiants  alsaciens-­‐lorrains,  qui  avaient  opté  pour  la  France  à  l'issue  du  
conflit  de  1870  entre  la  Prusse  et  la  France,  et  s’étaient    inscrits  à  l’université  de  
Nancy,  ville  restée  française  tandis  que  l’Alsace  et  la  Moselle  étaient  rattachées  à  
l’Allemagne  par  le  traité  de  Francfort.  La  SGE  de  Nancy    reçoit  l'agrément  préfectoral  
en  1878,  puis  le  soutien  du  Ministère  de  l'Instruction  Publique  qui,  en  1883,  abroge  
le  décret  de  1820  et  reconnaît  officiellement  les  Associations  Générales  d'Étudiants.  
(18)  (19)  (20)  Après  Nancy,  de  nouvelles  AGE  sont  fondées  à  Lille  (1881),  Bordeaux  
(1882)  et  Caen  (1884);  c’est  aussi  en  1884  que  l’Association  générale  des  étudiants  
de  Paris  (AGEP)  -­‐  vite  baptisée  «l’A»  -­‐  voit  le  jour.    Toulouse  suivra  en  1887,  puis  
Lyon,  Nantes  et  Dijon  en  1888  ;  par  ailleurs,  Montpellier  qui  avait  déjà  fondé  un  club  
d’étudiants  en  1872  puis  un  cercle  scientifique  et  littéraire  en  1877,  se  dote  d’une  
AGE  en  1889.  En  1891  on  recense  15  AGE  en  France.  En  1896,  une  réforme  
administrative  fait  éclater  «  l’Université  impériale  »  et  rassemble  systématiquement  
toutes  les  facultés  d’une  même  ville  au  sein  d’une  structure  unique  appelée  
«  université  »,  ce  qui  favorise  le  regroupement  et  la  concentration  des  associations  
étudiantes  de  facultés  au  sein  des  AGE.    
Écoles  de  solidarité  et  de  convivialité,    les  AGE  organisent  des  fêtes,  des  bals,  
des  tombolas,  ou  des  rencontres  sportives.  Elles  associent  une  volonté  corporatiste  
de  défense  des  intérêts  matériels  et  moraux  des  étudiants  aux  actions  de  soutien  aux  
initiatives  touchant  aux  domaines  des  enseignements  ou  des  conditions  de  vie.  Les  
revendications  passent  souvent  par  le  biais  de  monômes  où  la  bonne  humeur  et  
l’esprit  de  canular  n’empêchent  pas  d’exprimer  des  attentes  fortes.  Les  AGE  
entendent  à  la  fois  rapprocher  les  étudiants  des  diverses  facultés,  mais  aussi  
développer  les  contacts  entre  les  étudiants,  leurs  enseignants  et  l’administration.  
Elles  sont  apolitiques,  non  confessionnelles,  fonctionnent  sur  le  mode  de  l'élection  et  

 

11  

n’ont  pour  seuls  critères  d’adhésion  que  la  nécessité  d’être  étudiant  et  de  s’acquitter  
d’une  cotisation  modique.    

En  Allemagne,  divers  types  de  corporations  étudiantes  
(Studentenverbindungen),  ont  fait  leur  apparition  au  cours  du  19ème  siècle.  (20)  Elles  
sont  structurées  autour  de  valeurs  et  de  principes  strictement  définis,  et  fortement  
hiérarchisées  de  façon  à  développer  et  maintenir  un  intense  sentiment  
d’appartenance  au  groupe  et  des  liens  étroits  entre  ses  membres  :  
-­‐Les  Burschenschaften,  sont  des  associations  basées  sur  un  principe  
communautaire.  Nettement  politisées,  à    caractère  traditionaliste  et  xénophobe,  
elles    regroupent  des  étudiants  d’origine  bourgeoise  et  sont  présentes  dans  une  
majorité  d’universités;  
-­‐Les  Korps,  sont  des  corporations  à  caractère  conservateur,  réactionnaire  et  
élitiste,  dont  le  recrutement  est  plus  aristocratique;  
-­‐Les  Landsmannschaften  et  les  Turnerschaften  sont  des  sociétés  tournées  vers  
les  activités  physiques  et  sportives  :  on  y  pratique  la  gymnastique  et  le  duel  au  sabre  
(Mensum)  ;  l'origine  sociale  des  étudiants  y  est  moins  élevée;    
-­‐Les  Sängerschaften,  regroupent  des  étudiants  qui  pratiquent  le  chant  choral  ;  
-­‐Les  Freiestudentenschaften,  sont  des  fraternelles  d’étudiants  libres  et  
tolérants  ;  
-­‐Il  existe  aussi  des  associations  d’obédience  religieuse.  
• En  Italie  :  Les  associations  goliardia  sont  des  corporations  qui  
restent  axées  sur  les  traditions  festives.  
• En  Écosse,  puis  en  Angleterre  et  en  Irlande  :  Des  conseils  
représentatifs  d’étudiants  (Students’  Representative  Councils-­‐  SRC)  se  mettent  en  
place.  Le  premier  SRC  écossais  est  formé  en  janvier  1884  à  Edimbourg,  d’autres  
structures  du  même  type  seront  créées  en  Écosse,  Angleterre  et  Irlande  entre  1884  
et  1905.  (20)  
• Aux  États-­‐Unis  :  les  «  Colleges  »  naissent  pendant  la  période  
coloniale,  puis  à  partir  de  1862  apparaissent  des  universités,  établissements  plus  
grands  que  les  collèges.  La  participation  des  étudiants  à  la  vie  universitaire  est  
fortement  encouragée  ;  elle  ne  prend  pas  la  forme  d’associations,  mais  de  
«  gouvernements  étudiants  »  ou  «  Senates  ».  L’Associated  Students  of  the  University  of  
California  (ASUC)  est  fondée  en  1880.  Apparaissent  aussi  des  mouvements  
confessionnels  dont  le  plus  connu  est  le  Young  Men’s  Christian  association  (YMCA)  
qui  se  développe  à  partir  de  1880.  La  National  Student  Federation  (NSF)  ne  sera  
fondée,  expérimentalement  pour  deux  ans,  qu’en  1925  par  les  représentants  de  245  
universités  réunies  à  Princeton.  (20)  
• Au  Canada  :  Les  étudiants  de  McGill  (Montréal)  revendiquent  
dès  1892  la  création  d’une  association  regroupant  l’ensemble  des  étudiants  sur  le  
modèle  des  universités  allemandes  ou  Britanniques;  cependant  cette  association  ne  
verra  le  jour  qu’en  1907.  (20)  
-­‐  Échelon  national  au  20ème  siècle
• En  France,  l’  Union  Nationale  des  Associations  Générales  des  
Étudiants  de  France  -­‐  UNAGEF  :  En  1906,  l’Université  «  moderne  »  a  trente  ans.  Elle  
compte  35  000  étudiants  regroupés  dans  les  associations  des  principales  villes  
universitaires  (Aix-­‐Marseille,  Alger,  Besançon,  Bordeaux,  Caen,  Clermont-­‐Ferrand,  
Dijon,  Grenoble,  Lille,  Montpellier,  Nancy,  Paris,  Poitiers,  Rennes,  Toulouse).  Le  
temps  semble  venu  pour  ces    AGE  de  se  fédérer  afin  de  ne  plus  travailler  en  ordre  
dispersé  et  de  gagner  en  efficacité.    
 

12  

A  Marseille,  dans  le  cadre  de  l’Exposition  coloniale  de1906,  a  lieu  un  congrès  
international  d’étudiants  organisé  par    Me  Camille  Provansal.  ancien  étudiant  en  
droit  à  l’Université  d’Aix.  Les  étudiants  français  (12  AGE  sont  représentées)  
profitent  de  cette  réunion  pour  évoquer  entre  eux  la  création  éventuelle  d’une  
«  Union  Nationale  des  Associations  d’Étudiants  de  France  ».  La  discussion  achoppe  
d’emblée  sur  la  question  du  mode  de  votation.  Les  étudiants  de  province  
préconisent  le  vote  par  centre  universitaire  et  souhaitent  que  chaque  université  
(AGE)  ait  une  seule  voix.  Les  délégués  de  Paris  (AGEP),  protestent  contre  cette  
proposition,  qui  donnerait  aux  14  610  étudiants  parisiens  une  représentation  
identique  à  celle  d'une  petite  université  de  province.    (18)  (21)  (22)  En  définitive,  la  
décision  est  prise  de  mettre  officiellement  la  question  de  «  l’Union  nationale  »  à  
l’ordre  du  jour  du  prochain  congrès  des  AGE,  qui  doit  être  organisé  à  Lille  l’année  
suivante  par  l’Union  lilloise  des  étudiants  de  l’État,  à  l’occasion  de  l’inauguration  de  la  
Maison  des  étudiants.  Un  comité  préparatoire  est  constitué,  il  lui  revient  en  
particulier  de  rédiger  un  projet  de  statuts.  
Lors  du  rassemblement  de  Lille,  le  4  mai  1907,  sept  AGE  sont  représentées  :  
Bordeaux,  Caen,  Dijon,  Lille,  Lyon,  Nancy  et  Paris.  Le  président  de  l’AGE  de  Paris,  
César  Campinchi,  présente  d’emblée  ses  exigences  :  le  siège  de  l’Union  nationale  doit  
être  établi  à  Paris,  la  moitié  des  mandats  doit  être  dévolue  à  l’AGEP,  et  la  présidence  
doit  lui  revenir  de  droit  !  Devant  le  refus  qui  lui  est  opposé  par  les  AGE  de  province,  
le  président  de  l’AGEP  se  retire  purement  et  simplement.  Après  cet  incident,  le  
projet  de  statuts  proposé  par  Me  Maxime  Ducrocq  au  nom  du  comité  préparatoire  
est  accepté  et  le  congrès  décide  la  création  d’une  Union  des  Associations  Générales  
d’Étudiants  de  France.  (22)  Les  statuts  adoptés  sont  ceux  d’une  «  association  
d’associations  »  et  assurent  une  représentation  équilibrée  de  toutes  les  AGE.  Celles-­‐
ci  gardent  une  grande  autonomie  face  à  un  bureau  national  qui  se  réunit  un  
minimum  de  trois  fois  par  an.  Les  «  anciens  »,  seuls  adhérents  directs  à  l’UN,  seront  
représentés  à  un  «  comité  de  patronage  »  de  dix  membres  Le  président  de  l’UN  sera  
celui  de  l’AGE  organisatrice  du  congrès    annuel  de  l’Union.  Les  cinq  membres  du  
premier  Bureau  national  sont  alors  élus.  La  première  présidence  de  l’UN  revient  
donc  à  un  Lillois,  Debrulle,  Le  premier  président  du  comité  de  patronage  est  
Raymond  Poincaré.  
D’autre  AG  viennent  bientôt  rejoindre  cette  structure  qui  prend  le  nom  d’  
Union  Nationale  des  Associations  Générales  des  Étudiants  de  France  (UNAGEF),  que  
l’usage  transforme  rapidement  en  «  Union  des  Étudiants  »  (UE),  «  Union  Nationale  »  
(UN)  ,  «  l’  Union  »  (U)  et  pour  finir,  en  Union  Nationale  des  Étudiants  de  France  
(UNEF).  
 

                         Le  comité  préparatoire  du  congrès  de  Lille                                                    Les  cinq  membres  du  premier  Bureau  national  

 

13  

L’association  parisienne  (AGEP)  rejoindra  l'UNAGEF  en  1909  (après  le  départ  
de  Campinchi),  et  en  1910  «  l’Union  »  rassemble  les  associations  de  treize  villes  
universitaires  ;  l’AGE  de  Lyon  adhère  plus  tardivement  en  1913.  La  structure  de  
l’UNAGEF  est  associative,  régie  par  la  loi  de  1901  sur  les  associations  et  non  par  la  
loi  de  1884  sur  les  syndicats  qui  ne  concerne  que  les  salariés,  L’UNAGEF  deviendra  
formellement  l’UNEF  (Union  Nationale  des  Étudiants  de  France)  en  1925.  
Les  AGE  se  transforment  en  sociétés  de  soutien  mutualistes  qui  créent  
localement  des  services  d’aide  aux  étudiants  pour  tous  les  aspects  «  corporatifs  »  se  
rapportant  à  des  questions  générales  (organisation  des  examens,  logement,  
transport,  bibliothèques,  restauration  ou  même  de  service  militaire).  L’Organisation  
nationale  (UNAGEF),  qui  n’a  pas  été  pensée  comme  un  lieu  de  contestation  sociale,  
ni  même  comme  un  instrument  de  défense  des  étudiants,  s’attache  d’abord  à  
transcender  les  divergences  d’intérêts  disciplinaires  et  à  développer  la  coordination  
entre  les  AGE  ;  elle  se  réserve  cependant  d’élaborer  progressivement  une  plate-­‐
forme  revendicative  et/ou  politique  qu’elle  soumet  aux  pouvoirs  publics,  et  s’efforce  
d’initier  et  de  multiplier  les  échanges  avec  les  structures  nationales  comparables  qui  
se  mettent  en  place  dans  d’autres  pays.  
La   France   est   le   premier   pays   à   voir   naître   une   Union   nationale   (UN)   des  
associations   d’étudiants.   (23)   Les   gouvernements   successifs   de   la   Troisième  
République   soutiennent   le   mouvement   étudiant  ;   ils   souhaitent   s’appuyer   sur   les  
AGE   et   sur   l’UNAGEF   pour   renforcer   le   sentiment   d’une   unité   et   d’une   fierté  
nationale.    
 

La  France,  après  avoir  été  défaite  par  la  Prusse  en  1871  a  perdu  l’Alsace  et  la  
Moselle  et  elle  a  connu  une  période  politique  agitée.  En  1900  l’Exposition  Universelle  de  
Paris  qui  a  pour  thème  Le  bilan  d'un  siècle  doit  masquer  les  échecs,  mettre  en  scène  de  
façon  spectaculaire  le  «  génie  national  »  et  exalter  les  «  lumières  françaises  »  et  le  
progrès.    Dans  un  contexte  européen  de  crise  économique,  de  développement  du  
libéralisme  et  des  nationalismes  et  de  maturation  des  idées  socialistes,  les  
gouvernements  successifs  choisissent  de  rappeler  que  la  France  est  bien  la  capitale  
des  révolutions  :  1789  et  1848  (renversement  des  monarchies),  1871  (Commune  de  
Paris).  En  1879,  la  «  Marseillaise  »  devient  l’hymne  National,  et  en  1880,  l’anniversaire  
de  la  prise  de  la  Bastille  est  déclaré  fête  nationale.  
 

«  Ecoles  de  Républicanisme,  les  AGE  doivent  faire  prendre  conscience  à  tous  que  
la  France  a  un  rôle  messianique  à  jouer  dans  le  monde  en  tant  que  pays  des  droits  de  
l’homme  et  de  la  liberté.  Dès  lors,  il  est  possible  de  concilier  l’exigence  de  solidarité  
universelle  avec  celle  de  patriotisme,  la  République  Française  travaillant  au  bonheur  
et  à  la  libération  de  l’humanité.  »  (24)  Dans  le  contexte  généralisé  du  regroupement  
associatif  à  l’échelon  local,  l’exception  française  de  la  formation  d’une  union  
nationale  d’étudiants  deviendra  vite  un  «  modèle  »  pour  l’Europe.  

En  Allemagne  :  La  Deutsche  Studentenschaft  -­‐  DSt  :  Les  
corporations  étudiantes  allemandes  ont  un  caractère  très  local  et  très  spécialisé  ;  
elles  sont  jalouses  de  leur  autonomie  et  forment  une  nébuleuse  qu’il  n’a  jamais  été  
possible  d’unifier  avant  la  Première  Guerre  mondiale  pour  établir  une  
représentation  étudiante  globale  au  niveau  allemand.  Il  faudra  deux  réunions  
préparatoires,  à  Francfort  en  1917  et  à  Iéna  en  1918,  pour  réunir  des  structures  de  
représentation  conjointes  au  sein  d’un  «  mouvement  de  Hochschulring  »  dans  les  
établissements  d’enseignement  supérieur  du  Reich  et  former  la  Deutsche  
Burschenschaft  (DB).  

 

14  

C’est  finalement  en  juillet  1919,  au  cours  de  la  «Première  Journée  des  
Étudiants  des  Universités  Allemandes»  à  Würzburg  qu’une  organisation  
«  parapluie  »  pour  tous  les  comités  d'étudiants  allemands,  la  Deutsche  
Studentenschaft  (DSt)  a  été  fondée,  devenant  la  seule  organisation  étudiante  
reconnue  officiellement  par  l’Etat  Prussien  comme  instance  représentative  des    
étudiants  dans  les  organes  de  gestion  des  universités,  en  charge  de  promouvoir  les  
intérêts  sociaux  et  matériels  de  tous  les  étudiants  dans  le  cadre  d’un  programme  
tolérant  et  large  d'entr'aide  intellectuelle,  morale  et  économique.  
La  DSt  constitue  une  «  confédération  »  qui  regroupe  toutes  les  associations,  
corporations  et  fraternités  étudiantes  locales  (Allgemeiner  Studenten-­‐Außchuß  –  
AstA),  de  la  «  zone  linguistique  allemande  ».  Les  conseils  représentatifs  de  ces  AstA  
désignent  les  délégués  pour  la  Conférence  annuelle  qui  décide  de  la  politique  de  la  
Deutsche  Studentenschaft  et  procède  à  l’élection  des  membres  de  son  Conseil  
exécutif.  (25)  
 

Émergence  de  mouvements  étudiants  organisés  au  niveau  européen    
C’est  en  Europe  que  des  mouvements  étudiants  décident  pour  la  première  fois  
de  se  rencontrer  et  de  mener  des  actions  communes  au  plan  international.  
• De  1842  à  1902,  onze  «  Conférences  étudiantes  scandinaves  »  
regroupent  des  associations  d’étudiants  de  Suède,  du  Danemark  et  de  Norvège.  
• En1865  se  tient  à  Liège  en  Belgique,  un  «  Congrès  des  étudiants  »  qui  
rassemble  1400  étudiants  de  plusieurs  universités  d’Europe,  réunis  pour  discuter  
d’enseignement,  de  politique,  de  politique  de  l’enseignement  et  même  
d’enseignement  de  la  politique.  Les  belges  sont  (de  très  loin)  les  plus  nombreux  et  le  
caractère  «  international  »  du  congrès  reste  limité  :  72  français,  20  hollandais,  8  
moldo-­‐valaques  («  roumains  »  des  principautés  danubiennes),  4  allemands,  2  
Espagnols...    Par  ailleurs,  tous  les  participants  sont  des  hommes.    
 

 

Le  congrès  de  Liège  –  1865  

Mais  ce  sont  surtout  les  français  qui  vont  défrayer  la  chronique.  Leur  arrivée  
en  cortège  la  veille  du  congrès,  coiffés  de  chapeaux  à  larges  bords,  sacs  au  dos  et  
barbes  au  vent,  fit  sensation  ;  enthousiasmé,  un  poète  Liégeois,  Joseph  Demoulin,  
composa  même  un  hymne  en  leur  honneur,  la  «  Marseillaise  des  Étudiants  »  !    Ces  
jeunes  «  blanquistes  »  surveillés  en  France  par  la  police  de  Napoléon  III,  justifient  
leur  réputation  de  représenter  une  jeunesse  subversive  et  révoltée  et  font  assaut  de  
professions  de  foi  révolutionnaires.  Malgré  les  mises  en  garde  redoublées  contre  les  
«  excès  de  langage  »  et  les  «  propositions  incendiaires  »,  malgré  les  protestations  
d’une  bonne  part  de  l’assistance  qui  demande  qu’on  s’en  tienne  aux  questions  
d’enseignement,  Ils  affirment  leur  athéisme  et  leur  matérialisme,  dénoncent  la  
religion,  vilipendent  le  pouvoir  bonapartiste  et  sa  mainmise  sur  l’Université,  dont  ils  
dénoncent    «  les  professeurs  accroupis  comme  des  squelettes  dans  leurs  chaires  ».  (26)  
Dans  leurs  interventions,  les  étudiants  français  donnent  la  priorité  au  politique  
 

15  

sur  toute  autre  considération  :  «  hors  la  révolution  pas  de  bien-­‐être,  hors  le  bien-­‐être  
pas  d’instruction  »,  déclare  Eugène  Protot,  qui  se  prononce  également  contre  
l’instruction  obligatoire,  dont  le  coût  retomberait  sur  le  peuple.  Protot,  et  beaucoup  
des  orateurs  français  :  Gustave  Flourens,  Ernest  Granger,  Victor  Jaclard,  Paul  
Lafargue,  Albert  Regnard,  Aristide  Rey,  Raoul  Rigault,  Paul  Robin,  Gustave  Tridon  
inscriront  leurs  noms  dans  l’histoire  de  la  Commune  de  Paris  en  1871.  On  peut  
considérer,  avec  L.E.  Halkin,  que  le  Congrès  de  Liège  a  été  «  la  première  expression  
spectaculaire  de  la  protestation  dans  le  monde  des  étudiants  ».  (27)  (28)  
• En  1888,  à  Bologne  en  Italie,  un  Congresso  Nazionale  ed  Internazionale  
degli  studenti  Universitari  (Congrès  National  et  International  des  Étudiants)  est  
organisé  sous  l'égide  du  poète  Giosuè  Carducci  à  l'occasion  du  VIIIème  centenaire  de  
l'Alma  Mater  Studiorum,  l'Université  de  Bologne,  la  plus  ancienne  d'Europe.  (29)  
 

 

 

Cette  grande  rencontre  festive  entre  jeunes  allait  stimuler  le  folklore  étudiant  
de  deux  pays,  la  France  et  l’Italie  ;  c’est  dans  le  cadre  de  cette  fête  que  sont  fondées  
la  Golardia  italienne  ainsi  que  la  Faluche  qui  sera  établie  à  Paris,  après  le  retour  de  
Bologne  de  la  délégation  de  l’AGEP,  qui  adopte  le  berretto  universitario  ou  feluca,    le  
béret  universitaire  qui  fait  aussitôt  sensation  au  Quartier  Latin.  
 

Corda  Fratres,  Première  Fédération  Internationale  des  Étudiants  
En  1898,  le  Primo  Congresso  Internazionale  di  Studenti  (Premier  congrès  
international  des  étudiants)  est  organisé  en  ltalie  ;  il  rassemble  3000  étudiants.  Les  
travaux  débutent  à  Turin  et  se  concluent  à  Rome,  avec  la  proclamation  de  la  
fondation  de  la  Fédération  internationale  des  étudiants  (FIDE)  au  forum  romain,  près  
de  la  colonne  de  Phocas.  (29)  (30)  (31)  
La  Fédération  internationale  des  étudiants,  aussi  appelée  Corda  Fratres  (les  
«  Cœurs  Frères  »  en  Latin),  est  une  organisation  internationale  d'étudiants,  ni  
politique,  ni  religieuse,  mais  festive  et  fraternelle.  Son  président-­‐fondateur  est  Efisio  
Giglio-­‐Tos  (1870-­‐1941)  président  de  l’  Association  Universitaire  Turinoise  
(Associazione  Universitaria  Torinese  –  AUT).  La  langue  officielle  de  la  nouvelle  
association  est  le  français.  À  cette  époque,  l'Italie  compte  un  peu  plus  de  20  000  
étudiants  qui  se  reconnaissent  par  leur  «  discipline  »  (Médecine,  Droit…),  par  leur  
«  école  »  (Faculté  de  Médecine,  Faculté  de  droit…)  et  par  leur  ville  (Bologne,  
Turin…),  ce  n’est  que  subsidiairement  qu'ils  se  reconnaissent  une  appartenance  
nationale.  Pourtant  la  Corda  Fratres,  qui  leur  propose  la    dimension  internationale  
remporte  un  très  grand  succès  auprès  d'eux  :  un  tiers  des  étudiants  italiens  adhère  à  
la  Fédération  !  Lorsqu’il  lance  la  Corda  Fratres,  Efisio  Giglio-­‐Tos  respecte  l’esprit  
souple  et  ouvert  de  la  Goliardia.  Le  formulaire  d'adhésion  à  la  Fédération,  qui  
s'adresse  à  des  recteurs  d'universités,  doyens  de  facultés  ou  présidents  
d'associations  étudiantes,  précise  bien  que  «L'adhésion  est  morale  ».  Reproduisant  
l’organisation  «  insulaire  »  de  la  Goliardia,  il  donne  pour  structure  de  base  à  la  Corda  

 

16  

Fratres  le  «  consulat  »  de  ville  (consolato).  Cette  «  greffe  goliarde  »  est  partout  bien  
acceptée  et  les  étudiants  adoptent  ce  mode  de  fonctionnement  pour  leurs  sections  
de  la  Corda  Fratres.  
 

 

                   Proclamation                              Affiche  du  1er  Congrès                Premier  numéro  du  magazine  
                                                                                               Pise  –  Turin  -­‐  Rome                                    par  Roberto  Bonis                                                Corda  Fratres  
 

En  revanche,  à  l'échelon  de  l’organisation  nationale  et  internationale,  dont  il  
ressent  la  nécessité,  c'est  tout  autre  chose.  Efisio  Giglio-­‐Tos  se  démarque  
complétement  de  la  tradition  goliarde  festive  et  fraternelle.  Il  dote  la  Corda  Fratres  
d'une  structure  administrative  pesante,  pyramidale  et  centralisée,  régie  par  un  
règlement  ne  comptant  pas  moins  de  154  articles  répartis  en  27  chapitres  et  deux  
dispositions  temporaires.  S'y  retrouvent,  entre  autres,  congrès,  direction  élue,  
cotisations  collectées  à  l'échelle  du  monde  entier  et  jusqu'aux  détails  réglant  la  
façon  de  porter  les  toasts  durant  les  assemblées  !  Cette  complexité  bureaucratique  
entraîne  une  énorme  perte  de  temps,  elle  amène  également  les  dirigeants  à  se  sentir  
responsables  de  dysfonctionnements  qu'ils  sont  incapables  de  contrôler,  d’autant  
que  la  Corda  Fratres  rassemble  des  groupes  farouchement  indépendants  les  uns  des  
autres.  Une  autre  faiblesse  de  la  structure  de  la  Corda  Fratres  est  liée  à  la  difficulté  
de  respecter  son  caractère  «apolitique  ».  C’est  ainsi  qu’Efisio  Giglio-­‐Tos,  en  
contradiction  avec  les  objectifs  proclamés  de  la  Fédération  internationale,    fait  voter  
d’emblée  une  résolution  en  faveur  du  soutien  aux  aspirations  nationales  de  tous  les  
peuples.    
-­‐  Congrès  et  développement  international  de  la  Corda  fratres  (1900-­‐1913)  
• Le  deuxième  congrès  de  la  Corda  Fratres  a  lieu  à  Paris  du  7  au  12  août  
1900,  au  moment  de  l’Exposition  universelle,  sous  la  présidence  de  Jean  Réveillaud,  
président  de  l'Association  générale  des  étudiants  de  Paris.    
 

On   retiendra,   pour   l’anecdote   que   les   Jeux   Olympiques   d’été   de   la   IIème   Olympiade   ont   été  
organisés,  comme  le  congrès  de  la  Corda  Fratres,  dans  le  cadre  des  festivités  proposées  par  
l'Exposition   universelle   de   Paris.   Durant   ces   Jeux,   997   athlètes   (22   femmes,   975   hommes)  
de  24  nations  se  sont  affrontés  dans  90  épreuves  et  dans  19  sports.    
 

Les  représentants  de  91  universités  participent  à  l’événement.  Sur  888  
délégués  ou  observateurs,  224  sont  français  et  664  viennent  de  22  autres  pays  ou  
régions  :  Belgique,  Danemark,  Espagne,  Finlande,  Grèce,  Hongrie,  Pays-­‐Bas,  Pologne,  
Portugal,  Roumanie,  Russie,  Suède,  Suisse,  Tchéquie.  L'Allemagne  est  représentée  
par  25  délégués  venus  de  4  universités,  l'Alsace  (sous  contrôle  allemand)  par  9  
délégués,  l'Angleterre  par  35  délégués  de  5  universités,  l'Italie  par  45  délégués  de  19  
universités.  Il  y  a  des  représentants  de  l'Australie,  du  Brésil,  de  l'Égypte,  des  Etats-­‐
Unis  et  de  l'Indochine.      
 

17  

 

 

         

 

   Affiche  de  l’Exposition  internationale                    Les  délégués  du  conseil  fédéral  élus  au    2ème  Congrès  de  la  Corda  Fratres  
                                                                                                                                                                                                                         Au  centre  Jean  Réveillaud  (Paris),  président  du  congrès    
                                                                                                                                                   à  sa  droite  Rudolf  Ludwig  (Budapest),  à  sa  gauche  Efidio  Giglio-­‐Tos,  président  
fondateur  
 

Quelques  orateurs  souhaitent  que  l’appartenance  des  étudiants  soir  rapportée  
à  leur  université,  et  pas  à  une  nation  particulière,  leur  proposition  n’est  pas  retenue  
et  le  principe  de  la  représentation  «  nationale  »  est  maintenu  à  une  forte  majorité.      
Dès  lors  le  congrès  se  dédouble  entre  un  groupe  «  général  »  essentiellement  
consacré  aux  débats  proprement  «  étudiants  et  corporatistes  »,  et  un  groupe  
«  fédéral  »  plus  focalisé  sur  l’organisation  de  la  Corda  Fratres.  C’est  dans  le  cadre  de  
ce  groupe  fédéral  qu’Efisio  Giglio-­‐Tos  fait  reconnaître  les  sections  nationales  de  
Finlande,  de  Pologne  et  de  Bohème,  qui  ont  envoyé  des  observateurs  au  congrès.  
Toutefois,  il  se  trouve    que  la  Finlande  et  la  Pologne  font  à  l'époque  partie  de  
l'Empire  russe,  que  les  tchèques  sont  citoyens  de  l’Autriche-­‐Hongrie,  et  que  par  
ailleurs  la  Roumanie,  qui  revendique  l’annexion  de  la  Transylvanie,  région  
appartenant  à  la  Hongrie,  refuse  d’admettre  les  étudiants  juifs  dans  leur  section.  
Rejoindre  une  organisation  qui  prétend  «  placer  les  nationalités  au  cœur  de  
l'Histoire  »  et  prend  position  pour  des  revendications  nationales  qu'on  ne  partage  
pas  est  pour  le  moins  difficile,  et  les  étudiants  autrichiens,  qui  ont  refusé  dès  le  
début  d'adhérer  à  une  fédération  qui  prône  de  fait  l'éclatement  de  l'Autriche-­‐
Hongrie,  ne  sont  pas  représentés  au  congrès  de  Paris  (32)  (33).  Le  Conseil  fédéral,  à  
la  suite  de  ces  discussions  qui  ont  porté  sur  les  questions  de  nationalité  et  de  
religion  malgré  les  articles  fondamentaux  des  statuts  de  la  FIDE,  et  considérant  qu’il  
y  a  des  étudiants  qui  ne  jouissent  pas,  dans  certains  pays,  des  droits  de  citoyen  à  
part  entière,  décide  de  «  former  une  section  spéciale  pour  les  étudiants  qui  se  trouvent  
dans  cette  situation,    la  Corda  Fratres  devant  pouvoir  admettre  toutes  les  personnes  
inscrites  dans  une  Université,  sans  exception  ».  Un  second  vœu  exige:  «  Que  les  
enseignements  secondaire  et  supérieur  soient,  dans  tous  les  pays,  accessibles  aux  
femmes  et  que  les  étudiantes  rencontrent  dans  les  universités  les  mêmes  facilités  de  
travail  que  les  étudiants  ».  (34)  (35).  A  l’issue  du  congrès,    Rudolph  Ludwig  
(Budapest,  Hongrie)  succède  à  Efisio  Giglio-­‐Tos  à  la  présidence  de  la  Corda  Fratres.  
• Le  troisième  congrès  international  des  étudiants  prévu  à  Budapest  en  
1902  doit  être  ajourné.  Des  tensions  internes  liées  aux  faiblesses  d'organisation  
créées  par  une  volonté  de  centralisation  excessive  affectent  le  fonctionnement  de  la  
Corda  Fratres.  mais  surtout,  comme  on  pouvait  s’y  attendre,  viennent  s’y  ajouter  des  
difficultés  d’ordre  politique.  Certains  groupes  ont  choisi  d’utiliser  le  congrès  comme  
champ  d'action  pour  organiser  des  discussions  et  des  manifestations  relatives  à  la  
 

18  

politique  intérieure  de  l'État  Hongrois  et  à  la  question  des  minorités  nationales  dans  
l’Empire  Austro-­‐Hongrois.  (36).  La  position  du  président  de  la  Cordra  Fratres,  le  
hongrois  Rudolph  Ludwig,  est  intenable.  En  octobre  1902  une  rencontre  
internationale  est  organisée  à  Venise  en  1902  durant  laquelle  Camille  Provansal  
(Marseille,  France)  devient  le  troisième  président  de  la  Fédération  internationale  
des  étudiants.    
Un  temps  assez  long  est  ensuite  nécessaire  pour  parvenir  à  réunir  le  troisième  
congrès,  qui  n'a  lieu  finalement  qu'en  1905  à  Liège,  cinq  ans  après  celui  de  1900  à  
Paris.  Durant  ce  congrès,  Paolo  Masci  (Naples,  Italie)  succède  à  Camille  Provansal  
comme  président  de  la  Corda  Fratres.    Un  objectif  majeur  du  congrès  de  Liège  est  de  
réformer  profondément  la  Corda  Fratres,  jugée  inefficace  par  beaucoup,  qui  
considèrent  qu’elle  donne  trop  d’importance  aux  anciens  étudiants  (avec  un  «  Sénat  
Fédéral  des  Seniors  »,  le  Senatus  Seniorum,  qui  double  le  Conseil  Fédéral  Étudiant).  
Des  débats  houleux  opposent  les  italiens  et  les  français  de  l'Association  générale  des  
étudiants  de  Paris-­‐AGEP,  dont  le  président,  Léon  Delamarche  exige  que  la  Corda  
Fratres  abandonne  sa  centralisation  excessive,  simplifie  ses  statuts,  et  qu’elle  
adopte,  au  lieu  du  vote  par  États  ou  par  Nations,  le  vote  par  Villes  ou  par  Universités  
qui  permettrait  d'éviter  les  querelles  liées  aux  considérations  politiques  nationales.  
(37)  
• Le  quatrième  congrès  international  des  étudiants  de  tient  à  Marseille  
du  30  août  au  5  septembre  1906  ,  dans  le  cadre  de  l’Exposition  coloniale  qui  y  est  
organisée  ;  3600  congressistes  s’y  retrouvent,  représentant  les  villes  universitaires  
de  19  nations  différentes.    
La  nécessité  de  réformer  la  Corda  Fratres  est  encore  à  l’ordre  du  jour,  ce  qui  
aura  pour  effet  inattendu  de  provoquer  ultérieurement  la  naissance  de  l’Union  
Nationale  des  AGE  de  France.    
 

Congrès  international  des  étudiants  –  Marseille  1906  
 

 

Au  cours  des  débats,  certains  congressistes  critiquent  à  nouveau  une  
«  fédération  d’associations  professionnelles  »  dont  les  dirigeants  «  sont  de  trop  
vieux  étudiants  ou  ne  sont  pas  de  vrais  étudiants  »,  et  qui  recrute  ses  membres  à  
titre  individuel.  Ils  proposent  de  refonder  la  Corda  Fratres  sous  la  forme  d’une  
fédération  d’associations  générales  inter  facultés  regroupées  en  unions  nationales,  ce  
qui  permettrait  d’en  faire  une  fédération  des  unions  nationales  d’étudiants  de  tous  
les  pays.  Me  Camille  Provansal  qui  n’est  plus  étudiant  (il  est  notaire)  mais  qui  est  
vice-­‐président  de  Corda  Fratres  et  organisateur  du  congrès,  s’oppose  à  ce  point  de  
vue,  faisant  remarquer  que  de  telles  «  unions  nationales  »  n’existent  encore  dans  
aucun  pays,    et  que  nombre  de  pays  ou  de  régions  membres  ne  sont  pas  en  mesure,  
matériellement  et/ou  politiquement  -­‐  de  créer  ce  type  de  structure  «  les  Polonais,  

 

19  

les  Hongrois,  les  Tchèques,  par  exemple,  dit-­‐il,  réclament  leur  autonomie  ».  (38)  
(39)  
C’est  dans  ce  contexte  que  les  étudiants  français  furent  amenés  à  se  réunir  en  
séance  nationale  pour  réaliser  l’union  des  associations  d’étudiants  de  France,  qui  sera  
créée  l’année  suivante,  en  1907,  à  Lille. 
• Les  congrès  de  la  Corda  Fratres  se  succèdent  ensuite  avec  régularité.  
-­‐  Le  cinquième  congrès  est  organisé  en  France,  à  Bordeaux,  en  1907,  ce  qui  
marque  une  volonté  de  retour  à  la  normalité  dans  les  relations  entre  la  Corda  
Fratres  et  les  étudiants  français,  après  les  tensions  qui  s’étaient  manifestées  à  Liège  
et  à  Marseille.  La  situation  reste  néanmoins  tendue,  et  la  participation  de  
représentants  de  la  France  au  congrès  suivant  n’est    pas  assurée.  
 

       

     

 

Affiche  de  Leonetto  Cappiello  pour  les  fêtes  du  5e  congrès  de  la  Corda  Fratres  tenu  à  Bordeaux  à  en  1907  
Affiche  du  7°  congtès  de  la  Corda  Fratres  tenu  à  Rome  en  1911  
Affiche de I.M. Urband pour le 8ème congrès de  la  Corda  Fratres  tenu  à  Cornell University, Ithaca (N.Y.) en 1913
 

-­‐  Le  sixième  congrès,  tenu  à  La  Haye  (Pays-­‐Bas)  en  Août  1909,  enregistre  pour  
la  première  fois  une  délégation  des  Cosmopolitan  Clubs  des  États-­‐Unis  (MM.  Louis  
Lochner,  George  Fulk  et    Albert  Ochsner),  qui  envisagent  de  former  une  branche  
américaine  de  la  Corta  Fratres.  La  devise  des  Cosmopolitan  Clubs  est  :  Above  all  
nations  is  humanity  (Au-­‐dessus  de  toutes  les  nations  est  l'Humanité)  ;  leur  but  
proclamé  est  de  favoriser  la  compréhension  et  la  fraternité  entre  les  étudiants  
étrangers  et  américains,  afin  de  promouvoir  la  coopération  internationale  et  la  paix  
mondiale.  (40)  Lochner  (Université  du  Wisconsin)  qui  dirige  la  délégation  
américaine  publie  un  rapport  assez  critique  sur  l’état  de  la  Cordo  Fratres  dans  le  
bulletin  de  «  The  advocates  of  peace  »  dans  lequel  il  indique  les  conditions  qui  
devraient  être  réalisées  pour  que  les  Cosmopolitan  Clubs  adhèrent  à  la  Corda  Fratres.  
Il  suggère  en  particulier  que  le  bureau  central  de  la  fédération  soit  établi  à  Paris  et  
que  la  présidence  de  la  Cordo  fratres  soit  dévolue  à  «  Pierre  Julien,  un  travailleur  
exceptionnel,  un  des  hommes  les  plus  capables  que  j’ai  eu  le  privilège  de  rencontrer  ».  
(41)    
Le  message  est  entendu  par  les  membres  de  l’Association  Générale  des  
Étudiants  de  Paris,  qui  organisent  en  1910,  un  congrès  «  sécessionniste  »  (42).  Un  
communiqué  des  étudiants  parisiens  affirme,  à  l’issue  de  cette  réunion  que  le  siège  
social  de  la  Corda  Fratres  est  transféré  à  Paris  «  dans  l'Hôtel  de  l'Association  
générale  des  Étudiants  de  cette  Université  »,  et  qu’une  nouvelle  direction  a  été  mise  
en  place  :  M.  Pierre  Julien  est  nommé  président  de  la  Fédération  internationale  ;  
MM.  Robert  Aubry  et  Legrand,  secrétaires  généraux  ;  M.  Fabien  Soullard,  trésorier  

 

20  

général.  Le  «  putsch  »  n’eut  aucun  retentissement  et  restera  sans  suite,  sinon  
l’absence  de  délégation  française  au  septième  congrès  de  la  Corda  Fratres.  
-­‐  Le  septième  congrès  a  lieu  à  Rome  en  septembre  1911,  en  parallèle  avec  la  
commémoration  du  cinquantième  anniversaire  de  la  naissance  du  Royaume  d'Italie.  
Les  associations  estudiantines  de  neuf  pays  :  Allemagne,  Argentine,  Brésil,  Chili,  
États-­‐Unis,  Hongrie,  Italie,  Malte  et  Pays-­‐Bas  sont  représentées.  L’américain  George  
Namish  (New  York)  devient  le  5ème  président  de  la  Corda  Fratres,  succédant  à  Paolo  
Masci  (décédé).  
-­‐  Le  huitième  congrès  de  la  Corda  Fratres  marque  le  sommet  du  
développement  de  la  Fédération  internationale  ;  il  se  tient  pour  la  première  fois  
hors  d’Europe,  aux  États-­‐Unis,  où  il  est  organisé  du  29  août  au  20  septembre  1913  
par  l’université  Cornell  d'Ithaca,  New  York.  Le  New  York  Times,  dans  un  article  
consacré  au  congrès,  annonce  la  participation  des  universités  de  trente  nations,  
représentant  au  total  60  000  cordafratrini  .  Si  on  considère  les  effectifs  dans  le  
milieu  universitaire  à  l’époque,  on  peut  considérer  qu’il  s'agit  véritablement  d’un  
mouvement  de  masse.  Le  congrès  porte  John  Mez,  originaire  de  Munich  (Allemagne)  
et  habitant  à  New  York  (États-­‐Unis),  à  la  présidence  de  la  Corda  Fratres.  
-­‐  La  Grande  Guerre  et  l’extinction  la  Corda  Fratres  (1914-­‐1924)  
• La  Grande  guerre  de  1914-­‐1918  va  interrompre  les  activités  de  la  
Fédération  internationale  des  étudiants.  L'entrée  en  guerre  de  la  France  contre  
l’Allemagne  et  l’Autriche-­‐Hongrie  en  août  1914  est  saluée  avec  sympathie  par  les  
dirigeants  italiens  de  la  Corda  Fratres.  En  mai  1915  lorsque  l’Italie  abandonne  sa  
neutralité,  se  retire  de  la  Triplice  (Pacte  Italo/Germano/Autrichien)  et  déclare  la  
guerre  aux  Empire  centraux,  les  cordafratrini  saluent  l’événement  avec  
enthousiasme  oubliant  carrément  les  professions  de  foi  pacifiques  de  l’organisation.  
(43)  
 

     

     

Entrée  en  guerre  de  l’Italie  

 

 

• La  paix  revenue,  la  dérive  politique  de  la  Corda  Fratres  se  poursuit  et  
s'exprime  par  la  voix  de  Fabbrizio  de  Cherchi,  secrétaire  général  de  la  Corda  
Fratres  qui,  en  septembre  1923,  affirme  officiellement  son  hostilité  à  l'Allemagne  
vaincue  dans  une  lettre  adressée  à  André  Claude,  secrétaire  général  de  l'Union  
nationale  des  associations  d'étudiants  de  France.  L'apolitisme  de  la  Corda  Fratres  a  
vécu.  
• Le  neuvième  congrès  de  la  Corda  Fratres,  qui  se  tient  en  1924  à  Turin,  
Gênes,  Rome  et  Naples,  sera  le  dernier  congrès  de  la  Fédération  Internationale  des  
étudiants.
• Le  régime  fasciste  de  Mussolini  va  rapidement  mettre  un  terme  aux  
activités  de  la  section  italienne  de  la  Corda  Fratres,  d’abord  parce  que  nombre  de  ses  
dirigeants  sont  notoirement  antifascistes  et  que  certains  d’entre  eux  sont  
soupçonnés  d’être  Francs-­‐maçons  (le  Grand  Orient  d'Italie  est  alors  interdit),  
ensuite  parce  que  le  gouvernement  italien  ne  reconnaîtra  bientôt  plus  que  la  
 

21  

nouvelle  organisation  officielle  étatique  des  étudiants  :  les  Gruppi  Universitari  
Fascisti  (GUFs),  Groupes  Universitaires  Fascistes,  constitués  au  niveau  local  depuis  
1920  et  qui  seront  officiellement  rassemblés  en  organisation  nationale  en  1927  (44)  
.  En  1925,  les  consulati  de  la  Corda  Fratres  des  villes  de  Naples  et  de  Rome  sont  
saccagés  et  détruits  en  1925  par  les  commandos  de  choc  fascistes,  les  squadristi.  
 

Gruppi  Universitari  Fascisti  (GUF)  Squadristo  

 

 

• La  disparition  de  sa  principale  section  porte  un  coup  fatal  à  la  
«  Fédération  Internationale  Des  Etudiants  »  qui  se  met  en  veilleuse    (des  
organisations  qui  en  firent  partie  existent  toujours  de  façon  indépendante  ou  
réunies  par  petits  groupes,  comme  les  Cosmopolitan  Clubs  des  universités  du  
Delaware,  d'Illinois  à  Urban  Champaign  et  du  Colorado  à  Boulder).  La  Corda  Fratres  
compta  des  milliers  d'adhérents  sur  les  cinq  continents.  Elle  se  disloqua  et  disparut  
victime  à  la  fois  de  faiblesses  organisationnelles  et  des  conséquences  de  la  Grande  
Guerre.    
 

Toutefois,  et  en  dépit  de  ses  faiblesses,  la  Corda  Fratres  aura  démontré,  que  la  
création  d’un  mouvement  mondial  étudiant  festif  et  fraternel,  ni  politique,  ni  religieux,  
n’est  pas  nécessairement  une  utopie,  mais  peut  être  une  entreprise  réalisable.  C’est  
ainsi  qu’en  1921,  André  Honnorat,  Ministre  français  de  l’instruction  publique,  et  Paul  
Appel,  Recteur  de  l’Université  de  Paris,  reprennent  à  leur  façon  le  projet  idéal  de  la  
Corda  Fratres  :  «  Pour  bannir  la  guerre,  faire  naître  l'amitié  entre  les  étudiants  qui  
sont  les  futures  élites  des  nations  ».  Avec  le  soutien  financier  d’un  industriel  
philanthrope,  Émile  Deutsch  de  la  Meurthe,  ils  créent  la  Cité  internationale  
universitaire  de  Paris  qui  a  vocation  de  voir  se  côtoyer  les  étudiants  du  monde  entier  
afin  d'assurer  la  paix  future  par  l'amitié.  
On  peut  faire  le  lien  avec  le  fait  que  John  Davison  Rockfeller  Junior  qui  a  financé  
pour  la  Corda  Fratres  new  yorkaise  en  1924  la  construction  de  la  «  Maison  
Internationale  »  de  New  York    financera  la  construction  du  bâtiment  central  de  la  Cité,  
auquel  on  donnera  aussi  le  nom  de  «  Maison  Internationale  ».  (40)  
 

Le  sport  à  l’université  et  dans  les  mouvements    étudiants  
 

Les  débuts  du  sport  à  l’Université  –  17ème/19ème  siècles  :  Les  chroniqueurs  
rapportent   que   de   tous   temps   les   étudiants   se   sont   livrés   à   la   pratique   de   jeux   et   de  
sports  ;   cependant   les   autorités   académiques   refusent   d’intégrer   la   pratique  
physique   éducative   ou   récréative   dans   les   projets   universitaires   –   et   s’efforcent  
même  de  la  réprimer.  C’est  à  partir  du  17ème  siècle,  sous  l’influence  de  la  philosophie  
des   «  Lumières  »,   que   des   universités   de   plus   en   plus   nombreuses   se   préoccuperont  
d’offrir  à  leurs  étudiants  une  éducation  physique  et  sportive,  réduite  le  plus  souvent  
à  quelques  types  limités  d’  «  arts  académiques  »  (escrime,  équitation,  danse).    

 

22  

Un   sport   «  nouvelle   manière  »,   pur   produit   de   la   société   industrielle  
triomphante,   prend   son   essor   en   Grande-­‐Bretagne   au   19ème   siècle,   et   s’intègre   à  
l’éducation   des   jeunes   élites   qui   fréquentent   les   universités   les   plus   prestigieuses.  
Dans   le   Collège   de   Rugby,   de   1828   à   1842,   Thomas   Arnold   entreprend   de   faire   du  
sport   un   moyen   d’éducation,   et   développe   une   pédagogie   de   la   responsabilité  
individuelle   et   de   la   solidarité   sociale.   Cette   prise   en   considération   des   pratiques  
sportives   dans   le   domaine   éducatif   se   répandra   tout   naturellement   dans   l’Empire  
Britannique   et   aux   États   Unis   d’Amérique.   En   France,   Pierre   de   Coubertin,   inspiré  
par  l’expérience  d’Arnold  et  reprenant  les  idées  de  Philippe  Daryl,  fonde  en  1888  le  
Comité   pour   la   Propagation   des   Exercices   Physiques   dans   l’Education.   C’est   une   des  
premières  expériences  visant  à  donner  au  sport  et  à  l’éducation  physique  un  statut  
officiel  dans  les  programmes  scolaires  et  universitaires  de  formation.  
Le   Sport   Universitaire   –   20ème   siècle  :   Il   faut   attendre   le   20ème   siècle   pour  
que   les   associations   étudiantes   s’approprient   véritablement   le   sport   éducatif,  
récréatif  ou  de  compétition.  
-­‐Niveau  local/  C’est  d’abord  au  niveau  local  que  se  créent  les  premiers  Clubs  
ou  
Associations   sportives   universitaires,   qui   peuvent   être   liés   aux   groupements  
étudiants   à   caractère   festif   ou   corporatif,   mais   aussi   placés   sous   la   tutelle   de  
Fédérations   sportives   «  civiles  »,   auto-­‐investies   d’un   pouvoir   monopolistique   et  
soucieuse  de  maintenir  leur  contrôle  sur  l’ensemble  des  pratiques.    
Niveau   national/   Au   début   du   siècle,   peu   de   pays   sont   dotés   d’un   organe  
faisant  la  liaison  entre  tous  les  clubs  ou  associations  sportives  universitaires,  et  qui  
soit  autonome  par  rapport  aux  instances  du  sport  «  civil.    
• États-­‐Unis  :    L'Association  Sportive  Interuniversitaire  des  États-­‐
Unis   (Intercollegiate  Athletic  Association  of  the  United  States - IAAUS)   a   été   créée   à  
l’initiative   du     président   Theodore   Roosevelt,   avec   pour   objectif   initial   d’appliquer  
une   réglementation   garantissant   une   plus   grande   sécurité   dans   la   pratique  
excessivement  violente  du  football  américain  par  les  étudiants.  En  Décembre  1905,  
62  établissements  d'enseignement  supérieur  sont  devenus  membres  fondateurs  de  
l'IAAUS,  qui  est  officiellement  constituée  le  31  Mars  1906.  L’association    a  changé  de  
nom   en   1910,   devenant   la   National   Collegiate   Athletic   Association   (NCAA),   et   le  
premier   championnat   national   universitaire   a   été   organisé   en   1921.   La   NCAA  
regroupait,   en   1923,   les   associations   sportives   de   plus   de   200   collèges   et  
universités.  (45)  (46)  
• Hongrie  :   La   Fédération   du   sport   universitaire   hongroise  
(Magyar  Főiskolai Sportszövetség  -­‐   MFSSZ),   fondée   le   25   Mars   1907   a   été   la   première  
association   sportive   universitaire   nationale   européenne  ;   le   premier   championnat  
national  universitaire  d’athlétisme  a  été  organisé  la  même  année.  
• Pologne  :   L'Union   Sportive   Universitaire   (Akademicki   Zwiazek  
Sportowy  –  AZS),   a   été   fondée   en   1908   à   Cracovie   par   les   étudiants   de   l’Université  
Jagiellonne,   sa   première   réunion   publique   a   eu   lieu   le   15   mai   1909   et   le   permis  
d'activité  a  été  reçu  des  autorités  militaires  étrangères  d’occupation  le  19  Juin  1909.  
Après  l’indépendance  de  1918    l’AZS  a  essaimé  dans  toutes  les  villes  universitaires  
du  pays.  

 
 

23  

• Suède  :  La  Fédération  Sportive  Universitaire  suédoise  (Sveriges  
Akademiska  Idrottforbund  –  SAIF),  a  été  fondé  en  Mai  1913.  
• Norvège  :  L’Association  Sportive  Étudiante  Norvégienne  
(Norske  Studenters  Idrotts  Rad  –  NAIR),  a  été  fondée  le  5  Décembre  1913.  Elle  
deviendra  plus  tard  la  Norges  Studentidrettsforbund    (NSI).  
• Angleterre  :  Le  Conseil  Sportif  Inter-­‐Universitaire  (Inter-­‐Varsity  
Athletics  Board  -­‐  IVAB)  d'Angleterre  et  du  Pays  de  Galles,  réunissant  les  associations  
sportives  de  9  universités,  a  été  créé  en  Février  1918  à  Manchester  par  la  
Conférence  des  Unions  Universitaires.  L’IVAB,  qui  a  tenu  sa  première  réunion  le  28  
Juillet  1919  prend  le  nom  de  Universities  Athletic  Union  (UAU)  en  février  1930  ;  elle  
rassemble  alors  27  universités  et  collèges.  Le  WIVAB  (Women  Inter-­‐Varsity  Athletics  
Board),  organe  prenant  en  charge  l’organisation  du  sport  féminin,  fut  fondé  en  1923.  
Les  universités  écossaises  avaient  leurs  propres  compétitions,  ainsi  que  la  Queen's  
University  de  Belfast,  en  Irlande  du  Nord,  et  n’étaient  donc  pas  membres  de  ces  
associations.  (47)  
§ France  :  À  l’issue  de  la  guerre,  les  étudiants  français    déjà  réunis  
au  plan  national  au  sein  de  l’Union  Nationale  des  Associations  Générales  d’Étudiants  
de  France  (UNAGEF),  sont  déterminés  à  s’affranchir  de  la  tutelle  de  l’Union  des  
Sociétés  Françaises  des  Sports  Athlétiques  (USFSA)  dont  la  domination  est  
hégémonique.  En  1919,  lors  de  son  8ème  Congrès  qui  se  tient  à  Strasbourg,  l’UNAGEF  
se  dote  d’un  organe  sportif,  le  Commissariat  général  des  sports,  que  préside  Jean  
Petitjean.    En  1920,  l’USFSA  disparaît  et  les  diverses  disciplines  sportives,  qui  sont  
désormais  libres,  se  regroupent  au  sein  de  fédérations  autonomes.  Le  1er  Septembre  
1920,  le  Commissariat  des  sports  de  l’UNAGEF,  qui  regroupe  à  cette  date  12  clubs  
universitaires,  est  officiellement  agréé  par  les  ministères  chargés  des  sports  (Guerre  
et  Instruction  Publique)  comme  responsable  de  l’organisation  sportive  dans  les  
universités  de  France  ;  (48)  il  obtiendra  entre  1921  et  1922  la  reconnaissance  de  la  
plupart  des  fédérations  sportives  françaises.  
§ Suisse  :  Une  première  «  Olympiade  Universitaire  Suisse  »  
réunissant  des  étudiants  de  plusieurs  universités  du  pays  avait  déjà  été  organisée  en  
1914  sous  l’égide  de  la  Gymnastische  Gesellschaft  de  Berne.  L’Union  Sportive  
Nationale  des  Étudiants  de  Suisse  (UNES-­‐VSS-­‐USU)  ou  (Schweizerische  Akademische  
Sportverband  –  SASV)  a  été  fondée  le  19  juin  1920  à  Zürich  par  les  associations  
d'étudiants  des  universités  de  Bâle,  Genève,  Lausanne,  Neuchâtel  et  Zürich,  de  la  
Haute  école  de  Saint-­‐Gall,  du  groupement  des  étudiants  tessinois  et  de  quelques  
étudiants  de  Berne.    
§ Belgique  :  la  Fédération  Sportive  Estudiantine  de  Belgique  
(FSEB)  a  été  fondée  en  Février  1921.  
§ Allemagne  :  une  Fédération  Sportive  Universitaire  d’Allemagne  
(Akademischer  Sportbund  -­‐  ASB)  a  bien  été  constituée  le  10  juillet  1910  par  26  clubs  
membres  fondateurs,  après  plusieurs  tentatives  qui  n’avaient  été  que  partiellement  
couronnées  de  succès,  mais  elle  ne  rassemble  pas  vraiment  toutes  les  AS  au  niveau  
national.  (49)  
Niveau  International/  L'idée  d'une  rencontre  sportive  et  culturelle  
universitaire  qui  réunirait  les  étudiants  au  niveau  international  a  été  défendue  par  
le  militant  pacifiste  Hodgson  Pratt,  dans  une  motion  présentée  au  Congrès  mondial  
pour  la  Paix  en  1891  à  Rome.  Cette  proposition  restera  sans  suite  immédiate,  
cependant  Pratt  sera  invité  par  Pierre  de  Coubertin  à  prendre  part  en  tant  que  
membre  d'honneur  au  congrès  de  fondation  du  Comité  International  Olympique  en  

 

24  

1894,  et  le  concept  d’  «  Olympiade  Universitaire  »  fut  bientôt  matérialisé  en  
Allemagne.    (50)  (51)  
Les  Olympiades  Universitaires  :  
En  Allemagne/  Quatre  éditions  de  «  Jeux  sportifs  »  réservés  aux  étudiants  et  
ouverts  à  l’international  ont  eu  lieu  de  1909  à  1913  :  
• La  première  «  Olympiade  Universitaire  d’Allemagne  »  (Deutsch-­‐
Akademischen  Olympiade)  s’est  tenue  le  11  juillet  1909,  à  l’occasion  du  500ème  
anniversaire  de  l’Université  de  Leipzig  (Alma  mater  Lipsiensis),  en  Saxe.  Des  
étudiants  d’universités  allemandes,  autrichiennes  et  de  quelques  autres  
universités  européennes  ont  participé  aux  épreuves.  
• La  deuxième  édition  a  été  organisée  le  3  juillet  1910  à  Berlin,  en  
commémoration  du  100ème  anniversaire  de  l’Université    (Friedrich-­‐Wilhelms  III  
Berliner  Universität  –  «  Unter  den  Linden  »).    
• La  troisième  édition  s’est  déroulée  en  1911  dans  deux  villes  
différentes  :  à  Dresde,  en  Saxe,  du  8  au  9  juin,  en  parallèle  avec    la  première  
exposition  internationale  sur  l'hygiène,  et  à  Breslau,  en  Silésie  (actuellement  
Wroclaw-­‐Pologne),  du  1er  au  3  août,  pour  le  100ème  anniversaire  de  l’Université  
Friedrich-­‐Wilhelms  (Schlesische  Friedrich-­‐Wilhelms  Universität  zu  Breslau).    
 

 

 

 

               Leipzig  1909                                Dresde  1911                                                                                    Breslau  1911                                                                                                                          Leipzig  1913  
 

 

• La    dernière  Deutsche-­‐Akademischen  Olympiade  fut  organisée  à  Leipzig  
les  18  et  19  octobre  1913,  dans  le  cadre  des  cérémonies  de  l’inauguration  du  
monument  «  Aux  luttes  multinationales  contre  Napoléon  ».  célébrant  le  centenaire  
de  la  «  Bataille  des  Nations  »  (Völkerschlachtdenkmal)  qui  dura  du  16  au  19  octobre  
1813  et  s'acheva  sur  une  défaite  de  Napoléon  Ier  face  aux  troupes  coalisées  de  
l'Autriche,  de  la  Prusse,  de  la  Russie  et  de  la  Suède.  
L’Olympiade  Universitaire  de  Rome  (1922)/  Un  groupe  d'étudiants  italiens,  
déçus  que  la  candidature  de  l’Italie  à  l’organisation  des  Jeux  Olympiques  de  1924  
n’ait  pas  été  retenue  par  le  CIO,  décide  d’organiser  à  Rome  en  1922  une  «  Olympiade  
Universitaire  Italienne    de  l'Art,  de  la  Science  et  du  Sport»    qui  permettrait  aux  
étudiants  de  faire  preuve  de  performances  physiques,  mais  aussi  de  démontrer  leur  
culture.    
 

 

 

Prime  Olimpiadi  Universitarie  Italiane  –  Roma  1922  
 

 

25  

 

Pour  faire  aboutir  leur  projet,  Corrado  Petrone,  Spartaco  Orazi,  Giovani  
Destito,  Carlo  Alianello,  Ettore  Cervadoro  et  Ugo  Cirani    créent  une  nouvelle  
structure,  le  «  Comité  Olympique  Etudiant  Italien  (Comitato  Olimpico  Studentesco  
Italiano  -­‐  COSI)  dont  Petrone  assure  la  présidence.    Le  projet  du  COSI  est  reçu  avec  
sympathie  dans  les  milieux  politiques  ;  les  «  goliards  »  reçoivent  le  soutien  de  la  
famille  royale,  et  l’assurance  que  l’armée  leur  fournira  les  moyens  logistiques  
nécessaires  ;    ils  obtiennent  aussi  une  dotation  financière  importante  de  la  Corda  
Fratres.  En  revanche  ils  doivent  compter  avec  l’opposition  du  Comité  Olympique  
Italien  (CONI)  dont  le  président,  Carlo  Montu,  voit  d’un  très  mauvais  œil  
l’outrecuidance  d’une  organisation  d’étudiants  qui  détourne  indûment  le  label  
«  Olympique  »  !  
Quoi  qu’il  en  soit,  la  cérémonie  d'ouverture  de  la  Prime  Olimpiadi  Universitarie  
Italiane  déploie  ses  fastes  le  17  avril  1922  à  Rome,  où  plus  de  2000  étudiants  italiens  
revêtus  de  tuniques  aux  couleurs  de  leurs  universités  et  arborant  leurs  coiffes  pointues  
avaient  été  rejoints  par  une  centaine  d'étudiants  étrangers  (belges,  hongrois,  polonais,  
suisses  et  tchécoslovaques).  Les  étudiants  ont  traversé  les  rues  de  la  capitale  en  
rejoignant  d’abord  le  Teatro  Costanzi,  où  ils  ont  été  accueillis  par  le  maire  Giovanni  
Valli  et  le  Professeur  Francesco  Scaduto,  recteur  de  l’Université  La  Sapienza  de  Rome,  
avant  de  gagner  le  complexe  sportif  du  Foro  Italico  dans  le  quartier  Della  Vittoria  où  
devait  se  dérouler  une  partie  du  programme  sportif    (aviron,  basketball,  boxe,  
cyclisme,  escrime,  gymnastique,  haltérophilie,  tennis,  tir  et…  un  grand  prix  de  moto).  
(52)  
Dès  le  10  mai  1922,  Jean  Petitjean,  président  du  Commissariat  aux  Sports  de  
l’Union  Nationale  des  Associations  Générales  des  Etudiants  de  France,  publie  dans  
l’hebdomadaire  «  Le  Sport  à  l’Université  »,  organe  du  Paris  Université  Club,  un  éditorial  
qui  fait  référence  à  l’Olympiade  Universitaire  Italienne:  
“Les  Jeux  Olympiques  Universitaires  organisés  par  la  Fédération  Sportive  des  
Étudiants  d’Italie  viennent  de  se  terminer  (…)  les  plus  hautes  personnalités  politiques  et  
sportives  d’Italie  honorèrent  de  leur  présence  cette  manifestation.  Les  Jeux  Olympiques  
Universitaires  d’Italie  remportèrent  un  succès  considérable;  ils  se  déroulèrent  pendant  dix  
jours  devant  une  foule  énorme  (…)  Les  athlètes  suisses,  tchécoslovaques,  hongrois,  belges,  
polonais,  italiens  (…)  avaient  reçu  de  larges  subventions  de  leur  Gouvernement  pour  
représenter  dignement  leur  pays;  ces  Gouvernements  avaient  compris  l’importance  pour  
leur  Nation  de  mettre  les  étudiants  de  différents  pays  en  contact.  Les  résultats  ne  seront  
pas  longs  à  se  faire  sentir,  car  au  cours  de  ces  manifestations  estudiantines  s’établissent  
des  relations  d’amitié  qui  ne  s’oublient  pas  au  cours  de  la  vie  (…)  Les  étudiants  français  
étaient  invités  à  participer  aux  épreuves  et  le  Commissariat  aux  Sports  de  l’UNAGEF  avait  
organisé  le  déplacement  de  plus  de  80  athlètes(…)  A  la  suite  de  démarches  faites  auprès  
du  Ministère  des  Affaires  Etrangères  ils  nous  avait  été  promis  un  crédit  de  100,000    francs  
pour  déplacer  nos  athlètes,  mais…  si  en  France  les  promesses  sont  monnaies  courantes,  
elles  ne  sont  pas  toujours  tenues  !  (53)  
Une  semaine  plus  tard  Petitjean  revient  à  la  charge  dans  un  nouvel  éditorial  :    
«  Le  Commissariat  aux  sports  de  l’UNAGEF  regrette  que  les  étudiants  français  
aient  été  privés  de  participer  aux  Jeux  Olympiques  Universitaires  Italiens:  aussi  a-­‐t-­‐il  
décidé  de  se  mettre  en  rapport  sans  tarder,  d’une  part  avec  le  Comité  Olympique  
Français,  d’autre  part  avec  le  Comité  International  Olympique,  pour  organiser  en  
France,  après  les  Jeux  Olympiques  de  1924,  des  «  Olympiades  Interuniversitaires...”  
(54)  
 

 

26  

Chapitre  2  

RAPPROCHEMENT  ET  ORGANISATION  
DES  MOUVEMENTS  ÉTUDIANTS  AU  NIVEAU  INTERNATIONAL  
(1919/1923)  

 
La  Confédération  Interalliée  Des  Étudiants  (1919/1921)  
 

Dés   1913,   toutes   les   Assemblées   Générales   Étudiantes   (AGE)   de   France   sont  
adhérentes  d’une  unique  organisation  nationale  :  l’Union  Nationale  des  Associations  
Générales   des   Etudiants   de   France   (UNAGEF).   La   constitution   d’un   groupement  
national   unitaire   de   tous   les   étudiants   constitue   une   première   en   Europe  ;   elle  
permet   de   comprendre   le   rôle   privilégié   que   va   jouer   l’UNAGEF   (qui   deviendra  
l’UNEF)   dans   l’internationalisation   des   mouvements   étudiants   à   l’issue   de   la   Grande  
Guerre,   qui   a   profondément   bouleversé   l’environnement   social,   culturel   et   politique  
des  étudiants  européens.    
État   des   lieux   à   l’issue   de   la   Grande   Guerre  :   Après   l’armistice   du   11  
novembre   1918   et   le   traité   de   Versailles   signé   le   28  juin   1919,   la   guerre   est  
«  officiellement  »   terminée.   Les   deux   départements   de   l’Alsace   (Haut-­‐Rhin   et   Bas-­‐
Rhin)  et   la   Lorraine   mosellane,   perdus   en   1871,   réintègrent   la   France.   Le   traité  
établit,   dans   l'article  231,   la   responsabilité   morale   de   l'Allemagne   et   des   Empires  
centraux,   jugés   seuls   responsables   du  conflit.   Cependant,   il   faudra   encore   des  
années  de  négociations  et  cinq  autres  traités  signés  entre  septembre  1919  et  juillet  
1923   (traités   de   Saint-­‐Germain,   Trianon,   Neuilly,   Sèvres   et   Lausanne),   pour   que   le  
nouveau  visage  de  l’Europe  apparaisse  plus  clairement,  sans  qu’on  puisse  dire  pour  
autant   qu’il   est   stabilisé  :   le   2ème   Reich   Allemand   s’est   effondré   et   la   «  République   de  
Weimar  »   née   en   février   1919   dans   une   atmosphère   sulfureuse   d’agitation  
insurrectionnelle   est   dans   une   situation   d’extrême   instabilité.   L’Empire   Austro-­‐
Hongrois   est   démantelé,   l’Empire   Russe   est   devenu   la   République   socialiste  
fédérative  soviétique  de  Russie,  L’Empire  Ottoman  a  été  partagé  et  la  Turquie  est  en  
révolution,  la  Pologne  est  ressuscitée  après  avoir  disparu  pendant  plus  d’un  siècle,  
la   Finlande,   la   Tchécoslovaquie,   la   Hongrie   et   l’Autriche   sont   des   nations  
indépendantes,  le  «  Royaume  des  Serbes,  Croates  et  Slovènes  »  est  constitué  (il  sera  
rebaptisé   «  Royaume   de   Yougoslavie  »   en   1929),   l’Ukraine   et   la   Géorgie   ont   repris  
puis  perdu  à  nouveau  leur  indépendance,  et  de  nombreuses  «  minorités  »  ne  savent  
plus  trop  quelle  est  leur  place  dans  ce  grand  chambardement.  La  Société  des  Nations  
(SDN),   créée   pour   garantir   une   paix   mondiale,   tient   sa   première   réunion   à   Genève  
en   janvier   1920,   mais   tous   les   problèmes   ne   sont   pas   réglés,   tant   s’en   faut,   et  
beaucoup  d’inquiétudes,  de  frustrations  et  de  ressentiments  subsistent.  
 

L’Allemagne  d’après  guerre  -­‐  La  République  de  Weimar  (55)  
La   Grande   Guerre   a   laissé   l'Allemagne   exsangue   (1,7   millions   de   morts),   morcelée  
(perte  de  1/7  du  territoire  et  1/10  de  la  population),  ruinée  par  ses  gigantesques  dépenses  
de   guerre   et   incapable   de   se   restructurer   économiquement.   Le   Traité   de   Versailles   lui  
impose,   en   principe,   le   règlement   de   «  réparations   de   guerre   aux   alliés  »   pour   un   montant  
de  132  milliards  de  marks-­‐or  (équivalent  actuel  :  environ  1500  milliards  d’euros)  à  raison  
de   2   milliards   par   an.   La   désintégration   de   fait   du   IIe   Reich   allemand,   l'abdication   de  
Guillaume  II  le  9  novembre  1918  et  l'armistice  du  11  novembre  ont  plongé  l’Allemagne  dans  
un   état   de   vide   politique.   Des   groupements   spartakistes   et   bolcheviques   s’opposent   à   des  
«  corps  francs  »  militarisés  composés  d’anciens  combattants  et  de  chômeurs.  

 

27  

                                                         

                                 

                                 Constitution  de  la  République  de  Weimar                                  Agitation  insurrectionnelle  

 

 

Après   l'écrasement   de   la   révolution   spartakiste   de   Karl   Liebknecht   et   Rosa  
Luxemburg   à   Berlin,   puis   de   la   révolution   bolchevik   en   Bavière,   une   nouvelle   constitution  
du   Reich   allemand   est   votée   le   31   juillet   1919   à   Weimar   où   siège   le   Parlement;   la  
«  République  »   de   Weimar   est   promulguée   à   Schwarzbourg   le   11   août   1919,   sans   pour  
autant  que  le  IIème  Reich  soit  aboli.    
 

En   France,   pendant   la   Grande   guerre,   plus   de   6   millions   de   soldats   ont   été  
blessés  ou  mutilés  et  environ  1,5  million  d’hommes  sont  morts  au  combat,  laissant  3  
millions   de   veuves   et   6   millions   d'orphelins.   Parmi   les   soldats   de   la   «  classe   14  »  
(ceux   qui   étaient   âgés   de   19   à   27   ans   en   1914)   24%   ont   été   tués   (56).   Les  
universités   ont   été   vidées   de   leurs   étudiant   et   de   leurs   enseignants  ;   elles   ont  
fonctionné   au   ralenti   pendant   près   de   cinq   ans.   Pour   les   étudiants   et   les  
universitaires  qui  rentrent  du  front,  comme  pour  tous  leurs  camarades  (au  total,  en    
France,   cinq  millions   d'hommes   retournent   à   la   vie   civile   entre   1918   et   1921)   la  
«  démobilisation  »   n’est   pas   seulement   physique   ou   matérielle,   elle   est   aussi  
culturelle   (57)   et   implique   un   basculement   identitaire.  "Il  leur  faut  se  dépouiller  de  
leurs  identités  combattantes,  faire  le  deuil  des  morts  et  de  la  compagnie  des  survivants  
et   reprendre   leur   place   dans   la   vie   civile."     (58).   Les   étudiants   doivent   aussi  
désapprendre   la   violence,   dépouiller   le   sentiment   d’animosité   antiallemand   et   se  
repositionner   dans   un   environnement   politique,   social   et   universitaire   chaotique.  
Reprendre   les   études   interrompues   peut   poser   de   lourds   problèmes.     Les   femmes  
sont   elles   aussi,   d’une   certaine   manière   «  démobilisées  »,   beaucoup   ont   vu   leur  
trajectoire  de  vie  se  bouleverser  et  doivent  impérativement  se  réinventer  un  statut  
social   dans   un   contexte   qui   n’est   pas   celui   de   la   guerre   et   qui   ne   peut   plus   être   celui  
de   l’avant   guerre.   En   France,   la   féminisation   de   la   population   étudiante   va   en  
particulier   franchir   une   étape   majeure   après   la   création   d'un   baccalauréat   féminin  
en   1919   et   la   publication   du   décret   de   Léon   Bérard   en   1924   qui   aligne   les  
enseignements  masculin  et  féminin  dans  le  secondaire,  et  facilite  l'accès  des  jeunes  
filles  aux  études  supérieures.  (59)  
Les   Associations   générales   d’étudiants   ont   été,   elles   aussi,   vidées   de   leur  
substance   et   n’ont   pu   se   maintenir   que   grâce   au   dévouement   des   anciens   et   des  
étudiants   réformés   ou   trop   jeunes   pour   être   déjà   mobilisés.   A   l’issue   du   conflit   les  
AGE   sont   confrontées   à   une   situation   à   laquelle   elles   ne   sont   pas   en   mesure   de  
répondre  ;   il   est   urgent   d’agir.   L’Union   Nationale   des   Associations   Générales   des  
Etudiants   de   France   (UNAGEF),   qui   a   perdu   deux   présidents   morts   au   combat,  
convoque   un   Conseil   d’administration   dès   avril   1919   sous   l’autorité   de   son   ancien  
président,   élu   au   7ème   congrès   à   Nancy,   en   1914,   Jean   Gérard.   L’ensemble   des   AGE  
envoie   des   représentants   à   cette   réunion  ;   il   est   décidé   d’aller   au   delà   de   la   seule  
dimension   nationale.   Pour   surmonter   les   énormes   difficultés   que   rencontrent   les  
étudiants   dans   tous   les   pays   qui   ont   été   impliqués   directement   par   la   Guerre  
 

28  

mondiale,   l’UNAGEF   décide   de   prendre   l’initiative   et,   en   concertation   avec   les  
associations  étudiantes  des  pays  «  alliés  »,  de  jeter  les  bases  d’une  structure  capable  
de  coordonner  au  niveau  international  les  actions  à  entreprendre.    
 
Les  «  Alliés  »  :  En  1914,  les  six  pays  de  «  l’Entente  »  entrés  en  guerre  contre  la  
coalition  formée  autour  de  l’Empire  Allemand,  l’Empire  Austro-­‐Hongrois  et  l’Empire  
Ottoman   sont  :   la   France,   l’Empire   Britannique,   l’Empire   Russe,   le   Royaume   de  
Serbie,  l’Empire  du  Japon  et  le  Royaume  du  Monténégro.  Par  la  suite  une  vingtaine  
d’états  souverains  ont  combattu  au  sein  de  «  l’Entente  »  ou  ont  soutenu  son  effort  de  
guerre;  ces  états  sont  appelés  généralement  les  "Alliés".  
 

   

 

                                                                             L’Europe  en  guerre                                                                          «  Pas  si  facile  de  rester  neutres  !  »  
 

Parmi  les  «  Alliés  »,  certains  pays  s’étaient  déclarés  neutres  au  début  du  conflit,  
puis  se  sont  plus  ou  moins  rapidement  rapprochés  de  «  l’entente  »  durant  la  guerre  :    
• En  1914,  la  Belgique  (qui  avait  déclaré  sa  neutralité)  et  le  Luxembourg  
ont   été   envahis   par   l’Allemagne.   Le   gouvernement   Belge   en   exil,   établi   après  
l’invasion   sur   le   territoire   français,   à   Sainte-­‐Adresse   près   du   Havre,   a  
immédiatement   lutté   aux   côtés   de   «  l’Entente  »   contre   les   envahisseurs   de   la  
Belgique  ;  
• En  1915,  le  Royaume  d’Italie  qui  avait  opté  pour  la  neutralité  en  1914,    
entre  dans  le  conflit  en  déclarant  la  guerre  à  l’Autriche-­‐Hongrie,  empire  auquel  elle  
était  pourtant  liée  depuis  1882  par  le  Traité  de  la  Triplice    (Empire  austro-­‐hongrois,  
Empire   allemand,   Royaume   d’Italie).   Un   an   plus   tard   (août   1916),   l’Italie   déclare  
également  la  guerre  à  l’Allemagne;  
• En   1916,   le   Portugal,   le   Royaume   de   Roumanie   et   la   République   de  
Chine  se  joignent  à  «  l’Entente  »  ;  
• En  1917,  les  États-­‐Unis,  dont  l’entrée  en  guerre,  quoique  tardive,  sera  
décisive,  et  le  Royaume  de  Grèce,  s’engagent  sur  le  terrain  aux  côtés  des  Alliés  ;    
• C’est   seulement   en   1918   que   cinq   pays   européens   (en   dehors   de   la  
Belgique  et  du  Luxembourg)  demeurés  neutres  pendant  toute  la  durée  de  la  guerre  :  
le   Royaume   de     Hollande,   la   Suisse   et   les   Royaumes   scandinaves   du   Danemark,   de  
Suède  et  de  Norvège,  finiront  par  rallier  opportunément  le  camp  des  «  vainqueurs  »,  
l’Espagne  restant  résolument  neutre.  (60)  (61)  (62)  (63)    
 

Le  Congrès  national  et  interallié  des  étudiants  (20-­‐25  novembre  1919)  :  
En   novembre   1919   un   «  Congrès   national   et   interallié   des   étudiants  »,   qui   se  
superpose   en   fait   au   8ème   congrès   de   l’Union   Nationale   des   Associations   Générales  
des  Etudiants  de  France,  va  définir  ce  que  pourrait  être  une  structure  mondiale  de  
coordination  étudiante.  Des  associations  d’étudiants  de  divers  pays  alliés  ou  neutres  
sont   invitées   par   l’UNAGEF   à   envoyer   des   délégués   à   ce   congrès   organisé,   un   an  

 

29  

après   l’armistice,   dans   la   ville   de   Strasbourg   enfin   libérée   après   avoir   été   durant  
quarante  huit  ans  la  capitale  du  Reichsland  Elsass-­‐Lothringen.    Un  symbole  qui,  plus  
tard   et   le   temps   de   l’émotion   passé,   sera   présenté   avec   une   certaine   mauvaise   foi  
comme  une  manifestation  d’hostilité  à  l’Allemagne,  l’Autriche,  la  Hongrie  et  ceux  qui  
s’étaient  placés  à  leurs  côtés  durant  le  conflit.  

         

         

 

                                                           7ème  Congrès                                                                                        Strasbourg                                                                                                                            8ème  Congrès  
                                                           de  l’UNAGEF                                                                                              libérée                                                                                                                                      de  l’UNAGEF  
                                                   Nancy  -­‐  Mai  1914                                                                Novembre  1918                                                                                                              Novembre  1919  
 

 

C’est  dans  la  salle  des  fêtes  de  l’Université  que  se  déroule  la  séance  solennelle  
d’ouverture  du  congrès  des  étudiants,  en  présence  du  président  de  la  République,  M.  
Poincaré.   Le   président   de   L’UNAGEF   accueille   la   très   nombreuse   assistance,  
remercie   le   Chef   de   l’État   de   sa   présence,   évoquant   le   temps   où   lui-­‐même   était  
étudiant  :    
«  Vous   retrouverez,   parmi   les   étudiants   d’aujourd’hui,   les   mêmes   passions  
généreuses,  l’enthousiasme  spontané  pour  tout  ce  qui  est  grand  et  noble,  l’horreur  de  
l’injustice,   une   confiance   inébranlable   dans   la   science   et,   par   dessus   tout,   un   ardent  
patriotisme.  »  
M.  Poincaré  indique  alors  ce  que  la  France  et  le  monde  peuvent  attendre  des  
étudiants  :   Vous  allez  maintenant  chercher  ensemble,  et  avec  tous  vos  camarades  des  
pays   amis,   avec   vos   camarades   d’Écosse,   d’Angleterre,   d’Italie,   de   Belgique,   du  
Luxembourg,   de   Roumanie,   d’Amérique,   d’Espagne,   du   Portugal,   de   Hollande,   de  
Suisse  ;   avec   vos   camarades   grecs,   tchèques,   polonais,   serbes,   scandinaves,   vous   allez  
chercher  à  rendre  la  paix  féconde  et  bienfaisante.  Vous  allez  travailler  côte  à  côte  au  
développement  de  la  prospérité  publique,  au  progrès  de  la  science,  au  rehaussement  de  
la  civilisation.  N’oubliez  jamais  cette  journée  bénie  où  vous  vous  êtes  retrouvés  et  où  
vous  avez  senti  vos  cœurs  battre  à  l’unisson  !  (64)  
Le   congrès   de   Strasbourg   accueille   effectivement   des   étudiants   venus   de   17  
pays:   Le   président   de   l’Union   Nationale   des   Étudiants   Belge,   les   représentants   de  
l’Association  des  Étudiants  Polonais,  de  la  Société  Générale  des  Étudiants  Roumains,  
de   l’Espagne,   du   Luxembourg   et   de   la   Tchécoslovaquie   sont   invités   à   prendre   la  
parole,  ainsi  que  des  délégués  de  diverses  organisations  étudiantes  de  Norvège,  de  
Suède,   du   Danemark,   de   Hollande   (étudiants   d’Utrecht   et   de   Leyde),   de   Suisse  
(étudiants  de  Genève,  de  Lausanne  et  du  Polyteknikum  de  Zurich)  ,  de  Yougoslavie  
(Association   Pobratimstvo-­‐Belgrade),   d’Écosse   (Edimbourg)  et   d’Angleterre  
(quelques   étudiants   britanniques   venus   à   titre   individuel),   d’autres   observateurs  
représentent   les   États-­‐Unis,   l’Italie   (Corda   Fratres)   et   la   Grèce.   Le   ton   général   des  
interventions   est   assez   grave  :   la   Grande   guerre   a   marqué   une   rupture   pour   les  
universitaires   et   les   étudiants   européens,   et   ses   conséquences   sont   dans   tous   les  
esprits.   Toutefois,   c’est   l’enthousiasme   qui   domine:   les   jeunes   intervenants   qui  
aspirent   à   la   paix   et   à   la   réconciliation   font   volontiers   référence   à   des   valeurs  
inspirées  de  celles  que  l’on  attribue  idéalement  à  la  Grèce  de  l’antiquité.  
Le   congrès   définit   les   statuts   et   les   règlements   d’un   nouvel   organisme   de  
liaison   international   entre   les   étudiants,   qui   sont   adoptés   à   l’unanimité   ce   qui  

 

30  

permet   de   proclamer   sur   le   champ   la   naissance   de   la   «  Confédération  Interalliée  des  
Étudiants  »   (CIE).   La   Confédération   regroupe   sept   pays   membres   fondateurs,   ceux  
qui,  parmi  les  pays  alliés,  nouvellement  indépendants  ou  non  belligérants,  ont  déjà  
formé   une   Union   nationale   d’étudiants  :   la   Belgique,   l’Espagne,   la   France,   le  
Luxembourg,  la  Pologne,  la  Roumanie  et  la  Tchécoslovaquie.      
Il  est  prévu  d’ouvrir  rapidement  la  Confédération  à  tous  les  pays  alliés  et  aux  
pays   neutres.   Ceux-­‐ci   devront   au   préalable   avoir   créé   une   Union   générale   des  
associations   d’étudiants   qui   posera   officiellement   sa   candidature   pour   être   admise  
comme   membre   titulaire   de   la   CIE   (l'adhésion   étant   limitée   à   une   seule   Union  
nationale  par  pays).  
La   question   de   l'admission   éventuelle   des   représentants   d’autres   pays   (et   en  
particulier   des   Empires   centraux)   au   sein   de   la   Confédération   est   alors   posée.   Après  
discussion   le   congrès   décide   que   les   organisations   étudiantes   de   ces   pays   ne  
pourraient   être   reçues   comme   membres   de   la   Confédération   qu'après   leur  
admission  au  sein  de  la  Société  des  nations.  (65)  
 

La  Société  des  nations  (SDN)  a  été  créée  à  l’issue  de  la  guerre,  sous  l’impulsion  des  Alliés  qui  
souhaitent   voir   émerger   une   organisation   internationale   fédératrice   et   garante   d'une   paix  
durable.  Lors  de  la  Conférence  de  la  Paix  qui  réunit  à  Paris  le  25  janvier  1919  l’ensemble  des  
nations   victorieuses,   il   est   décidé   que   le   «  pacte   de   la   SDN  »   dont   le   principal   inspirateur   est  
le  président  des  États-­‐Unis  Woodrow  Wilson  (point  14  de  la  déclaration  en  14  points  du  8  
janvier  1918  devant  le  Congrès  des  États-­‐Unis),  ferait  partie  intégrante  des  traités  de  paix.  
La   première   réunion   de   la   SDN,   le   10   janvier   1920   à   Londres,   marque   son   entrée   en  
fonction.  À  cette  occasion  le  Traité  de  Versailles  est  ratifié.  Le  Sénat  américain  n'ayant  pas  
accepté   la   ratification   du   traité   de   Versailles,   les   États-­‐Unis   ne   feront   jamais   partie   de   la  
SDN  !   Pour   sa   part   l’Allemagne   ne   deviendra   officiellement   membre   de   la   SDN   que   le  
8  septembre  1926.  
 

La   finalité   de   la   Confédération   est   assez   bien   résumée   dans   sa   devise:   «  Pour  
les  étudiants,  par  les  étudiants  »   et   dans   l’affirmation   de   ses   ambitions  qui   visent   à  
«  Créer  des  liens  d’estime  et  une  entente  entre  les  étudiants  et  les  intellectuels  des  pays  
adhérents,  organiser  une  liaison  permanente  entre  les  associations  d’étudiants  de  ces  
divers  pays  ;  coordonner  leur  action  intellectuelle,  étudier  les  questions  internationales  
relatives   à   l’enseignement   supérieur   et   à   la   vie   morale   et   matérielle   des   étudiants   ».  
Cette    profession   de   foi   précise   aussi   que   «  la   CIE   poursuit   ses   objectifs   sans  
considération  de  caractère  politique,  philosophique  ou  confessionnel  ».    
Jean  Gérard,  alors  âgé  de  29  ans,  est  placé  à  la  présidence  du  Comité  exécutif  
de  la  Confédération.    
 
 

Jean  Gérard  en  1916  

 

Etudiant   à   la   Faculté   des   sciences   de   Nancy   en   1914,   Jean   Gérard   est   mobilisé   alors  
qu’il   venait   d’obtenir   son   diplôme   d’ingénieur   chimiste   et   d’être   porté   à   la   présidence   de  
l’UNAGEF.   Il   est   affecté   au   Laboratoire   des   études   et   analyse   des   produits   toxiques   de  
guerre,   à   la   Sorbonne,   comme   proche   collaborateur   de   Victor   Grignard,   Prix   Nobel   de  
Chimie,   lui   même   mobilisé   avec   le   grade   de…   caporal   (!).   Leurs   travaux   porteront   en  

 

31  

particulier  sur  les  moyens  de  détecter  certains  gaz  de  combat  par  transformation  en  dérivés  
iodés.   Le   petit   appareil   de   détection   de   l’ypérite   conçu   par   cette   équipe,   devait   rendre   les  
plus   grands   services   sur   les   champs   de   bataille   en   permettant   de   rechercher   l’ypérite  
pulvérisée,  soit  à  la  surface  du  sol,  soit  sur  des  fourrages,  vivres,  vêtements  ou  tous  autres  
ou  tous  autres  objets  sur  lesquels  elle  n’apparaissait  pas  directement.  
C’est   cette   affectation   parisienne   qui   permit   à   Jean   Gérard   de   garder   le   contact   avec  
l’UNAGEF.  
 

Marc   Van   Laer   (Belgique),   Jean   Biliński-Jundziłł (Pologne),   Marius   Georgescu  
(Roumanie)   et   Georges   Beaufort   (Tchécoslovaquie)   sont   élus   vice-­‐présidents  ;  
Michel-­‐André   Kahn   (France),   Secrétaire   général,   André   Zillhardt   (France),   trésorier,    
Pedro  Sainz  (Espagne)  et  Georges  Schommer  (Luxembourg)  membres.  Des  délégués  
ou   correspondants   provisoires   sont   nommés   pour   que   tous   les   pays   représentés  
restent  en  liaison  avec  le  Comité  exécutif.    
Le  Conseil  de  Bruxelles  (13  septembre  1920)  et  le  Congrès  de  Prague  (28  
mars  -­‐  7  avril  1921)  :    
Un  premier  Conseil  de  la  confédération  se  tient  à  Bruxelles  le  13  septembre  
1920.  La  Belgique  y  est  représentée  par  les  délégués  de  l’Union  Nationale  des  
Étudiants  Belges  (UNEB,  francophone),  toutefois  des  étudiants  néerlandophones  de  
la  Algemeen  Vlaamchs  Hoogstudenten  Verbond  (AVHV)  ont  été  conviés  à  assister  à  la  
réunion.  (66)  Les  débats  portent  sur  la  préparation  d’un  deuxième  congrès  de  la  
Confédération  Interalliée  des  Étudiants,  qui  sera  organisé  en  Avril  1921  à  Prague  
sous  la  responsabilité  de  Jaromír  Kopecký,  délégué  de  la  Tchécoslovaquie.  A  la  
demande  du  correspondant  de  la  Suisse,  Christian  Chatenay,  le  conseil  est  mandaté  
pour  proposer  lors  du  congrès  de  Prague,  la  suppression  du  dernier  paragraphe  de  
l’article  2  des  statuts  votés  à  Strasbourg  en  1919  qui  précise  que  «  La  question  de  
l’admission  des  étudiants  des  Empires  centraux  et  de  leurs  alliés  au  sein  de  la  CIE  ne  
pourra  être  posée  que  lorsque  ces  puissances  auront  déjà  été  admises  dans  la  Société  
des  Nations  ».  
Le  Congrès  de  Prague,  placé  sous  la  présidence  d’honneur  du  Chef  de  l’État  
Tchécoslovaque,  Tomáš  Garrigue  Masaryk  (65)  (67)  se  déroule  dans  une  ambiance  
enthousiaste,  mais  suscite  parfois  des  controverses  passionnée.  Le  Danemark,  les  
États-­‐Unis,  la  Finlande,  la  Grèce,  l’Italie,  la  Norvège,  la  Hollande,  l’Angleterre,  
l’Écosse,  la  Suisse  et  l’Ukraine,  qui  n’avaient  pas  encore  constitué  en  1919  une  Union  
Nationale  d’Etudiants,  vont  être  admis  comme  membres  libres  avec  voix  
consultative.  Toutes  les  instances  représentatives  de  ces  États  se  sont  pliées  aux  
exigences  des  statuts  de  la  Confédération  qui  imposent  à  chaque  postulant  le  dépôt  
préalable  d’une  demande  d’admission,  faisant  valoir  son  caractère  non  politique  et  
ses  buts  purement  corporatif  .  Pour  la  plupart  ces  pays  sont  déjà  en  voie  de  se  doter  
de  groupements  nationaux  et  ont  vocation  à  devenir  rapidement  membres  titulaires.  
Des  tensions  vont  immédiatement  se  manifester  entre  les  membres  
fondateurs  «  alliés  »  et  les  «  neutres»  qui  viennent  d’être  intégrés  comme  «  membres  
libres  »  et  entendent  faire  valoir  immédiatement  leurs  revendications  en  exigeant  
que  les  statuts  votés  en  1919  soient  modifiés,  pour  les  rendre  plus  conformes  à  leurs  
propres  aspirations.  
• Des   débats   très   animés   sont   engagés   par   les   représentants   des   Pays  
Scandinaves,   de   la   Hollande   et   de   la   Suisse.   Les   «  neutres  »   soutiennent   la  
proposition   de   la   Suisse   de   supprimer   la   référence   à   la   SDN   dans   l’article   2   des  
statuts   et   exigent   un   élargissement   rapide   de   la   CIE   aux   Empires   centraux   et   aux  
pays   qui   les   ont   soutenu   pendant   la   guerre.   Ils   envisagent   même   de   créer   une  
 

32  

association   internationale   indépendante   de   la   CIE   s’ils   n’obtiennent   pas   satisfaction.  
Le   Congrès   saura   calmer   le   jeu   au   prix   toutefois   de   longue   négociations  au   cours  
desquelles   il   sera   amené   à   faire   face   à   des   situations   conflictuelles   complexes   et  
parfois  irrationnelles  :      
-­‐  L’Ukraine  représente  un  cas  particulier.  Ce  pays  s’était  doté  dès  
1908  d’une  «  Union  Nationale  »  ;  lorsqu’il  fut  une  nouvelle  fois  démantelée  en  1921,  
des  milliers  d’étudiants  durent  émigrer.  Les  étudiants  ukrainiens  en  exil,  réunis  à  
Prague  à  l’occasion  du  congrès  de  la  CIE,  ont  recréé  une  «  Union  Centrale  des  
Etudiants  Ukrainiens  »  et  déposé  un  dossier  de  candidature  ;  c’est  ainsi  que  cette  
Union  a  pu  être  admise  comme  membre  libre  de  la  Confédération.  (68)    
-­‐  En  Belgique,  la  langue  officielle  est  le  français  dans  les  quatre  
universités  de  Bruxelles,  Liège,  Gand  (Ghent)    et  Louvain  qui  ont  repris  leurs  
activités  en  janvier  1919.  La  langue  flamande  établie  à  Ghent  et  à  Louvain  par  les  
allemands  a  été  supprimée  dans  ces  universités  après  la  guerre.  Le  Congrès  
considère  que  dans  ces  conditions  l’Union  Nationale  des  Etudiants  Belges  (UNEB,  
francophone  qui  revendique  plus  de  8000  étudiants)  représente  légitimement  les  
étudiants  de  Belgique,  et  rappelle  qu’il  ne  peut  exister  qu’une  seule  Union  nationale  
par  pays.  Il  n’y  a  donc  pas  lieu  de  prendre  en  considération  les  arguments  présentés  
lors  du  Conseil  de  Bruxelles  par  la  Algemeen  Vlaamchs  Hoogstudenten  Verbond  
(AVHV,  représentant  950  étudiants).  (66)  (67)  
-­‐  Un  autre  cas  d’espèce  est  celui  de  l’Angleterre  et  de  l’Écosse.  Le  
Conseil  a  d'abord  rejeté  la  possibilité  d'adhésion  distincte  pour  les  organisations  
anglaises  et  écossaises.  Les  délégués  belges,  espagnols  et  yougoslaves  y  étaient  
opposés,  car  ils  refusaient    l'idée  que  deux  Unions  nationales  puissent  représenter  
un  seul  État  ;  ils  craignaient  en  particulier  que  les  associations  étudiantes  flamandes,  
catalanes,  basques  et  croates  demandent  leur  affiliation  à  la  CIE.  Le  Congrès  
adoptera  finalement  un  compromis  en  ce  qui  concerne  l’Angleterre  et    l’Écosse  :  
l'admission  exceptionnelle,  à  titre  provisoire,  de  délégués  des  deux  organisations.  
(67)  La  présence  au  congrès  d’une  centaine  d’observateurs  de  «  l’International  
student  bureau  »  venus  d’Angleterre  est  significative  du  rôle  de  catalyseur  que  joue  
déjà  la  CIE  pour  l’organisation  des  Unions  nationales  étudiantes  en  Europe  :  à  leur  
retour    de  Prague  les  délégués  anglais  créent  «  l’Inter  Varsity  Association  »  (IVA)  et  
convoquent  en  octobre  1921  une  conférence  à  Londres,  qui  dissout  l’IVA  et  établit  
un  projet  de  statuts  pour  une  «  National  union  of  students  of  England  and  Wales  »  
(NUS)  dont  l’objet  est  de    «  représenter  le  passé  et  le  présent  des  étudiants  d’un  point  
de  vue  national  et  international  et  de  rendre  possible  la  coopération  des  groupes  
étudiants  d’Angleterre,  du  Pays  de  Galles,  d’Irlande  et  d’Écosse  avec  les  étudiants  des  
autres  pays  »  (69)  (70)  .  La  NUS  est  fondée  par  14  organisations  en  1922  ;  elle  agira  
aussi  pour  la  formation  d’unions  nationales  dans  les  colonies  britanniques,  et  leur  
participation  aux  activités  de  la  CIE.    
• Le   congrès   prend   note   positivement   de   l’initiative   du   président   de  
l’Union   nationale   des   étudiants   d’Espagne,   qui   souligne   la   force   «  des   peuples   de  
langue  espagnole  »  et  propose,  au  nom  de  la  Fédération  des  étudiants  mexicains  que  
la  CIE  envisage  l’adhésion  à  moyen  terme  des  pays  de  «  l’Ibéro-­‐Amérique  ».  (71)    
• Alors  que  le  congrès  touche  à  sa  fin,  des  étudiants  des  universités  de  
Christiania   et   de   Trondhjem   représentant   la   Norvège,   reviennent   à   la   charge   en  
proposant   explicitement   que   la   Deutsche   Studentenschaf   (DSt),   l’instance  
représentative   des   étudiants   dans   les   organes   de   gestion   des   universités  
allemandes,  soit  invitée  aux  réunions  de  la  Confédération.  Le  Comité  exécutif  de  la  

 

33  

CIE  manifeste  sa  sympathie  pour  les  principes  invoqués  par  les  norvégiens  «  quant  à  
la  propagation  des  idées  de  paix,  lesquelles  sont  à  la  base  de  la  Confédération  »,  (72)  
mais   souligne   que   l’article   2   des   statuts   de   la   CIE   lie   formellement   l’admission  
d’associations   des   États   issus   des   anciens   Empires   centraux     à   l’adhésion   de   leurs  
pays   respectifs   à   la   Société   des   Nations,   ce   qui   n’est   pas   le   cas   de   l’Allemagne  ;   le  
congrès  se  doit  d’appliquer  les  statuts  actuels  –  encore  valables  -­‐    de  la  CIE.  (65)  Par  
ailleurs,  la  Deutsche  Studentenschaf  n’a  pas  officiellement  sollicité  son  affiliation  à  la  
CIE  :   «  En  droit,  nous  ne  pouvons  accepter  que  l'on  invite  les  étudiants  allemands  s’ils  
n'ont   pas   eux-­‐mêmes,   et   conformément   aux   statuts   de   la   Confédération,   sollicité   leur  
affiliation   à   notre   groupement   international  ;   l'Union   de   Norvège   agissant   comme  
personne  interposée,  n’a  pas  justifié  la  demande  d'admission  de  la  DSt.  ».  Les  délégués  
de   la   Norvège   sont   invités   à   présenter   un   dossier   démontrant   que   les   étudiants  
allemands   sont   effectivement   animés   des   mêmes   sentiments   que   ceux   qui   ont   été  
évoqués,   et   qu’ils   sont   bien   désireux   de   rejoindre   la   Confédération.   (72)   Les  
représentants  norvégiens  n’étant  pas  en  mesure  de  produire  un  tel  document,  Jean  
Gérard,  président   de   la   Confédération,  constate  que  la   Deutsche  Studentenschaft  ne  
peut   pas   être   admise   immédiatement   comme   membre   de   la   CIE,   mais   propose  
qu’une   modification   de   l’article   2   des   statuts   soit   mise   à   l’étude   pour   que   cette  
admission   devienne   possible   ultérieurement.   (72)   Le   président   prend   aussi  
l'initiative  de  proposer  que  des  représentant  de  la  DSt  soient  invités  à  participer  à  
titre  d'  «  observateurs  »  à  une  prochaine  réunion  du  Conseil  de  la  CIE.    
 
La   Deutsche   Studentenschaft   avait   initialement   développé,   lors   de   sa   fondation   en  
1919,   un   programme   national-­‐démocrate   relativement   modéré.   (73)   Un   tel   programme  
pouvait   être   compatible   avec   les   objectifs   de   la   CIE,   ce   qui   explique   l’attitude   positive   de  
Jean   Gérard   (qui   lui   permet   peut-­‐être   aussi   d’esquiver   une   éventuelle   question   sur  
l’agrément   donné   par   la   CIE   aux   États-­‐Unis   alors   qu’ils   n’ont   pas   adhéré  à   la   Société   des  
Nations).    
Cependant   des   groupes   d’étudiants   allemands   nationalistes   radicaux   «  völkisch  »,  
rapidement   constitués   après   la   guerre,   ont   fait   élire   en   grand   nombre   leurs   représentants  
aux   conseils   étudiants,   ce   qui   a   poussé   la   DSt   (qui   représente   potentiellement   100   000  
étudiants)   à   se   repositionner,   dès   1921,   vers   des   principes   pangermaniques.   En   1922,  
durant  la  4ème  «  Journée  de  l’Étudiant,  le  Deutsche  Horchschulring  déjà  majoritaire  au  sein  de  
la   Studentenschaft,   impose   ses   prises   de   position   racistes   et   antisémites   par   un   vote  
remporté   à   la   majorité   des   2/3.   Il   fait   désigner   une   direction   conforme   à   la   nouvelle   ligne  
lors  du  congrès  tenu  à  Würtzburg  en  1923.    
Cette   radicalisation   va   s’amplifier   et   pèsera   lourdement   sur   la   suite   des   relations  
entre  la  CIE  et  la  Deutsche  Studentenschaft.    
 

• A   la   fin   du   congrès,   Il   est   procédé   à   l’élection   du   nouveau   Comité  
exécutif.   Jean   Gérard   est   élu   président   pour   3   autres   années.   Les   quatre   vice-­‐
présidents   sont  :   Jaromír   Kopecký   (Tchécoslovaquie),   Fietz   (Suisse),   Jean   Baliński-­‐
Jundziłł  (Pologne),  Marc  Van  Laer  (Belgique).  Sont  élus  par  ailleurs  :  Albert  Sjögren  
(Suède),   trésorier,   Jason   (Belgique),   directeur   du   "Bureau   de   Documentation",  
Nicolas   Romanesco   (Roumanie),     secrétaire   général.   les   délégués   souhaitent  
souligner   la   vocation   internationale   de   la   Confédération   et   décident   de   changer   la  
dénomination   de   la   CIE   (tout   en   conservant   le   même   acronyme)  :   elle   devient   la  
«  Confédération   Internationale   des   Étudiants  »,   ce   qui   atténue   les   références   à   la  
guerre   («  interalliée  »)   et   insiste   sur     la   vocation   d’ouverture   à   une   coopération  
élargie  au  niveau  mondial.  C’est  à  ce  titre  que  la  CIE  sollicite  et  obtient  dès  1921  le  
patronage   de   la   Société   des   Nations  et   qu’elle   participera   aux   travaux   de   l’Institut  
 

34  

International  de  la  Coopération  Intellectuelle  de  la  SDN  (l’organisme  qui  préfigure  le  
futur  UNESCO).  
 
La  Confédération  Internationale  des  Étudiants  -­‐  Du  consensus  aux  divergences  
(1922-­‐1923)  
 

Le   Conseil   de   Paris   (Septembre   1922)  :   Le   premier   Conseil   de   la   nouvelle  
Confédération   Internationale   se   réunit   à   Paris   en   septembre   1922   pour   définir   les  
objectifs   de   la   CIE   et   jeter   les   bases   structurelles   de   son   organisation   qui   seront  
discutées   et   formellement   adoptées   lors   d’un   prochain   congrès.   La   CIE   devra  
respecter  impérativement  un  principe  de  non-­‐ingérence  dans  les  affaires  intérieures  
des   unions   nationales   et,   s’attachera   surtout   à   développer   ses   activités   en   matière  
de  coopération  intellectuelle,  culturelle  et  sportive,  à  promouvoir  des  débats  portant  
sur   les   principaux   thèmes   liés   à   l’enseignement   supérieur,   et   à   encourager   la  
mobilité  des  étudiants  et  les  échanges  entre  les  universités  de  différents  pays,  soit  
directement,  soit  en  s’impliquant  dans  les  activités  de  la  Société  Des  Nations.  
Au   cours   de   cette   réunion   le   Conseil   place   à   l’ordre   du   jour   du   prochain  
congrès,   avec   avis   favorable,   deux   projets   présentés   par   le   délégué   au   sport   de  
l’UNAGEF,  Jean  Petitjean  :  la  création  à  la  CIE  d’un  «  Commissariat  International  du  
Sport   Universitaire  »   et   l’organisation   d’un   «  Championnat   du   Monde   Universitaire  
d’Athlétisme  »  dont  la  première  édition  pourrait  être  organisée  en  1923  à  Paris.    
Le   Congrès   de   La   Haye     (15   Janvier   1923)  :   C’est   le   15   janvier   1923   à   La  
Haye   (Pays-­‐Bas)   que   se   réunit   le   premier   congrès   officiel*   de   la   «  Confédération  
Internationale  des  Étudiants  ».  
*   Toutefois,   la   nomenclature   «  d’usage  »   désigne   le   Congrès   de   La   Haye   comme   étant   le  
«  quatrième  »  congrès  de  la  Confédération  Internationale  des  Étudiants,  en  prenant  en  compte  
les   3   congrès   (et/ou   conseils)   de   la   Confédération   Interalliée   des   Étudiants   qui   se   sont   tenus  
entre  1919  et  1921  (Strasbourg,  1919,  Bruxelles,  1920,  Prague,  1921).    

Les   Unions   nationales   de   20   nations   sont   représentées   à   La   Haye,   ce   qui,  
représenterait   virtuellement   plus   de   171   000   étudiants   mais   seulement   deux  
continents,  Europe  et  Amérique.  (74)  :  
 

a)   16   membres   titulaires   :   Angleterre,   Belgique,   Danemark,   Écosse,   Espagne,  
Finlande,  France,  Luxembourg,  Norvège,  Hollande,  Pologne,  Roumanie,  Royaume  
des  Serbes,  Croates  et  Slovènes  (Yougoslavie),  Suède,  Suisse,  Tchécoslovaquie;    
b)   4   membres   libres:   États-­‐Unis,   Grèce,   Italie*,   Ukraine   (Union   nationale   des  
Associations  d'étudiants  d'Ukraine).  
*L’Italie  sera  admise  en  tant  que  membre  titulaire  durant  le  congrès.  
 

Objectifs  de  la  CIE/  la  Confédération,  en  interaction  avec  la  Société  des  
Nations,  vise  à  consolider  le  nouvel  ordre  international  défini  dans  le  cadre  des  
traités  qui  ont  été  signés  à  l’issue  de  la  Grande  Guerre.      
• Elle  est  fondée  sur  la  souveraineté  de  ses  membres  constituants  ;  
• Elle  est  porteuse  d’une  rhétorique  internationaliste  basée  sur  le    
développement  d’actions  transnationales  ;  
• Elle  considère  que  la  rencontre,  l’entente  et  la  coopération  
intellectuelle  entre  les  étudiants,  qui  sont  les  décideurs  du  futur,  sont  porteuses  de  
la  promesse  d’un  avenir  pacifique  pour  le  monde  à  venir.    
Jean   Gérard,   porté   à   la   présidence   de   la   Confédération   pour   la   période  
1922/1924,   exprime   très   clairement   ces   objectifs:   «  Les   étudiants   ont   l’honneur  
 

35  

d’appartenir   à   l’élite   intellectuelle.   Cet   honneur   leur   impose   des   obligations.   Il   leur  
appartient  de  diriger  vers  des  idées  de  Paix,  de  Justice  et  de  Dignité  humaine  les  esprits  
de   leurs   contemporains   et   de   faire   triompher   partout   la   science   sur   l’ignorance,   le  
droit  sur  l’arbitraire.  Pour  obtenir  ces  résultats,  il  faut  que  la  jeunesse  universitaire  des  
divers   pays   s’unisse   très   étroitement.   La   solidarité   est   devenue   le   vrai   moyen   de   mener  
à   bien   la   réalisation   de   toutes   les   grandes   idées.   Or,   quel   plus   noble   but   que   celui   ainsi  
poursuivi   et   quelle   solidarité   plus   parfaite   et   plus   destinée   à   être   efficace   que   la   nôtre?  
Ne  se  compose-­‐t-­‐elle  pas  de  deux  éléments  souverains:  la  jeunesse  et  la  science?  Grâce  
à   elle,   nous   arriverons   à   être   une   force   dans   le   monde   et   une   force   utile   au   bonheur   de  
l’humanité.  (…).  Le  jour  où,  par  notre  entente  commune,  nous  serons  parvenus  à  créer  
dans   le   monde   un   courant   d’opinions   favorables   au   développement   libre   de   chaque  
nation,  qu’elle  soit  grande  ou  petite,  forte  ou  faible  (…)  Ce  jour  là  nous  aurons  rempli  le  
beau   rôle   qui   nous   était   dévolu   dans   l’histoire   et   bien   mérité   à   la   fois   de   nos   patries  
respectives  et  de  l’humanité  .  »  (75)  
Organisation  de  la  CIE  /  L’organisation  générale  et  les  bases  opérationnelles  
de   la   nouvelle   CIE   sont   définies   par   le   Congrès.   Elles   dessinent   les   contours   d’un  
corps   technocratique,   compétent   dans   la   conceptualisation   de   projets   dans   les  
domaines   de   l'enseignement   supérieur   et   de   la   coopération   intellectuelle,   et   dans  
l’action  directe  pour  les  domaines  des  échanges  étudiants  et  du  sport  universitaire.    
Les  principaux  organes  exécutifs  de  la  CIE  sont  le  Conseil  d’administration,  le  
Comité  exécutif  et  les  Commissions  permanentes  ou  temporaires.  Le  Congrès  est  la  
plus  haute  autorité  de  la  Confédération.  
• Le  Conseil  d’administration  de  la  CIE  est  composé  de  représentants  de  
toutes  les  Unions  nationales  membres  de  la  CIE,  dont  chacune  envoie  cinq  délégués  
au  Congrès.  Le  Conseil  définit  l’ordre  du  jour  du  Congrès,  prépare  une  synthèse  du  
travail  des  Commissions  permanentes  et  assure  la  mise  en  œuvre  de  la  politique  de  
la  Confédération;  
• Le   Comité   exécutif   est   élu   par   le   Congrès   et   représente   l’instance  
dirigeante  de  la  CIE.  Il  désigne  en  son  sein  un  Bureau  directeur  (Conseil  restreint)  et  
il   s’appuie   sur   un   Secrétariat   général   dont   le   siège   (Office   central)   est   établi   à  
Bruxelles,  au  Palais  Mondial  (Mundaneum).  
• Le  Congrès  se  réunit  une  fois  par  an  dans  la  capitale  de  l'un  des  pays  
membres   de   l'organisation.   Il   prend   connaissance   des   rapports   présentés   par   les  
Commissions   permanentes   et   nomme   éventuellement   des   Comités   d’  «  experts  »  
chargés   de   missions   thématiques   spécifiques   portant   sur   des   problèmes  
internationaux  d'intérêt  général  qui  sont  à  l’ordre  du  jour.  Le  Congrès,  qui  fait  office  
d’Assembée   générale   de   la   Confédération   rédige   un   compte-­‐rendu   final   et   des  
recommandations,  qui  sont  ensuite  examinés  par  le  Conseil.  
• Six   commissions   permanentes   sont   constituées  ;   elles   seront   toutes  
fonctionnelles  à  partir  de  1923,  sous  l’égide  du  Secrétariat  général  de  Bruxelles  :  
1  –  La  Commission  des  congrès  assure  la  préparation,  la  logistique  et  le  bon  
déroulement    des  congrès  ;  elle  prépare  les  comptes-­‐rendus  et  les  conclusions.  
2  -­‐  La  Commission  de  la  coopération  intellectuelle  participe  au  développement    
des  échanges  culturels  et  intellectuels  entre  les  étudiants  au  niveau  international,  en  
interaction  étroite  avec  le  «  Comité  international  de  coopération  intellectuelle  »  mis  
en  place  dès  1922  par  la  Société  des  Nations.  
3  –  La  Commission  des  relations  internationales  et  des  voyages  a  un  objectif  
prioritaire  qui  est  de  «  promouvoir  la  mobilité  des  étudiants  »,  encore  confrontés  à  
des    mesures  de  restriction  aux  déplacements  des  personnes  prises  durant  la  guerre  
 

36  

(mais  qui  sont  encore  en  vigueur  en  1923).  Il  s’agit  de  «  gommer  »  des  obstacles  
bureaucratiques  et  financiers  liés  en  particulier  à  la  délivrance  des  passeports,  à  
l’obtention  des  visas,  au  coût  des  transports  et  des  hébergements.  Cette  Commission  
travaille  en  coordination  avec  la  Commission  de  la  coopération  intellectuelle  à  
l’organisation  de  voyages  éducatifs  pour  les  étudiants  qui  se  déplacent  à  l'étranger.  
4  –  La  Commission  des  finances  gère  les  avoirs  de  la  Confédération  (cotisations,  
dons  et  subsides)  et  établit  les  budgets  de  fonctionnement.    
5  –  La  Commission  statistiques  et  informations  sociales  rédige,  diffuse,  et  
archive  les  publications  de  la  CIE  (bulletins,  revues,  annuaires,  guides),  assure  un  
service  de  presse  (liaison  internationale  des  associations  étudiantes),  collecte  des  
données  et  produit  des  analyses  d’informations  universitaires  sur  les  débouchés  
professionnels  et  les  carrières.  
6  -­‐  La  Commission  des  Sports  assure    l’organisation  de  compétitions  sportives  
universitaires  internationales  de  haut  niveau,  en  relation  suivie  avec  les  
Associations  Sportives  Universitaires  nationales,  le  Comité  International  Olympique  
et  les  Fédérations  sportives  internationales  «  civiles  ».  
Le  Commissariat  International  du  Sport  Universitaire  /Constatant  que  tous  
les  pays  membres  titulaires  de  la  CIE  sont  représentés  par  une  Union  nationale,  
mais  que  certains  d’entre  eux  n’ont  pas  encore  créé  une  Association  sportive  
universitaire  nationale,    la  décision  est  prise  de  créer  au  sein  de  la  CIE  
un  Commissariat  International  du  Sport  Universitaire  -­‐  CISU  (parfois  mentionné  
comme  Office  International  du  Sport  Universitaire  –  OISU).  La  mission  du  
Commissariat  sera  de  promouvoir  la  création  d’«  Associations  sportives  
universitaires  nationales  »  dans  tous  les  pays  membres  de  la  CIE  où  elles  n’existent  
pas  encore,  et  de  leur  confier,  sous  l’égide  de  leur  Union  nationale,  l’organisation  
matérielle  de  Championnats  du  Monde  Sportifs  Universitaires  et  d’autres  
compétitions  sportives  internationales.  
• Le  Congrès  accorde  le  patronage  officiel  de  la  Confédération  à  un  
Championnat  du  Monde  Universitaire  d’Athlétisme,  qui  aura  lieu  à  Paris  du  2  au  6  mai  
1923,  en  même  temps  qu’un  Congrès  Sportif  International  Universitaire  chargé  
d’établir  les  modalités  de  fonctionnement  du  futur  Commissariat  international  du  
Sport  Universitaire.  Les  conclusions  de  ce  congrès  seront  soumises  à  l’approbation  
du  prochain  Conseil  de  la  CIE.  
La   «  base   opérationnelle  »     ainsi   définie   par   le   Congrès   de   la   Haye   fera   la  
preuve  de  sa  pertinence  et  de  son  efficacité  tout  au  long  de  l’existence  de  la  CIE.  De  
1923  à  1939  les  commissions  de  la  CIE  vont  effectuer  un  important  travail  de  fond,  
oeuvrant   avec   sérieux   et   efficacité,   fut-­‐ce   à   une   échelle   relativement   modeste,   au  
rapprochement   des   étudiants   du   monde.   (76)   On   retiendra   les   actions  
essentiellement  pratiques  menées  par  la    Commission  des  relations  internationales  
et  des  voyages,    telles  que  l’organisation  et  la  gestion  des  échanges  d'étudiants  entre  
les   différents   pays,  la   publication   du   manuel   de   voyage   pour   l’étudiant   et   la  
production  d’une  carte  d'identité  internationale  des  étudiants,  document  émis  par  la  
CIE   et   distribué   par   les   Unions   nationales   pour   faire   fonction   de   «  lettre  
d’introduction   ou   de   «  passeport  »   à   l’usage   des   associations   étudiantes   affiliées   à   la  
CIE,   la   création   d’un   fichier   d’offres   de   travail   «au   pair»   pour   les   étudiants   qui   se  
déplacent   à   l'étranger   et   l’organisation   de   voyages   éducatifs.   Il   y   a   aussi   la  
reconnaissance   internationale   des   diplômes   universitaires   et   les   échanges  
(transferts)   de   connaissances.   (77)   Au   final   cependant,   c’est   le   Commissariat  
International   du   Sport   Universitaire,   à   travers   l’organisation   des   premières  

 

37  

compétitions  sportives  universitaires  internationales  de  haut  niveau,  qui  a  conféré  à  
la  CIE  sa  meilleure  visibilité  et  sa  principale  force  d’attraction.  La  mise  en  place  et  le  
développement   de   Championnats   du   Monde   Universitaires   ont   très   fortement  
contribué   à   renforcer   les   mouvements   sportifs   étudiants   nationaux   en   Europe,   à  
promouvoir   l’organisation   du   sport   étudiant   dans   de   nombreux   pays   des   autres  
continents  ;  ils  répondent  aussi  à  l’objectif  d’internationalisation  et  de  «coopération  
intellectuelle»   entre   les   membres   de   la   jeune   génération   dans   les   différents   pays.  
C’est  ce  qu’a  bien  compris  Claude  Bréville,  qui  écrit  dans  le  «  Sport  à  l’Université  »  
(78)  :    
«  Le   sport   universitaire   peut   et   doit   être   un   agent   de   liaison   entre   la   jeunesse  
étudiante  française  et  les  groupements  intellectuels  des  différents  pays  d’Europe  (…).  
Nous   avons   tout   à   gagner   à   nous   internationaliser   au   point   de   vue   intellectuel   et   les  
étudiants  peuvent  rendre  au  pays  ce  service  considérable.  Ils  ont  une  occasion  d’aller  à  
l’étranger,   c’est   le   sport,   quel   qu’il   soit,   football,   athlétisme,   rowing,   escrime…   Chacune  
de   leurs   expéditions   sportives   pourrait   être   en   même   temps   un   voyage   d’étude.   Un  
match   inter-­‐nations   serait   l’occasion   de   visiter   une   université,   une   école   industrielle,  
une   académie   d’art   appliqué.   Les   touristes   sportifs   poseraient   les   jalons   d’une   œuvre  
qui  est  à  créer,  l’échange  d’élèves  entre  écoles  supérieures  comportant  un  internat.  Il  
faut   que   le   sport   se   donne   la   gloire   d’avoir   été   un   initiateur,   un   pionnier   du   progrès.  
Alors  ce  sera  la  fin  de  l’absurde  légende  d’après  laquelle  le  sport  et  les  préoccupations  
intellectuelles  sont  incompatibles.  »    
Le   Congrès   International   des   Sports   Universitaires   (2   au   6   mai   1923)  :  Le  
mercredi     2   mai   1923,   le   Premier   Congrès   International   des   Sports   Universitaires  
commence   ses   travaux,   à   Paris,   sous   l’égide   du   Paris   Université   Club   (PUC)   et   de  
l’Association  Générale  des  Étudiants  de  Paris  (AGEP)  en  liaison  avec  la  Commission  
des  Sports  de  la  CIE.  Les  congressistes  se  réunissent  au  siège  de  l’AGEP  en  l’Hostel  
des   Escholiers,   pour   la   séance   d’ouverture   placée   sous   la   présidence   de   M.   Gaston  
Vidal,   Sous-­‐secrétaire   d’Etat   auprès   du   Ministre   de   l’Instruction   Publique,   qui  
prononça  une  brève  allocution  suivie  immédiatement  par  une  première  réunion  de  
travail.    
 

     

       

                                             Jean  Petitjean            Le  siège  de  l’AGEP,  rue  de  la  Bûcherie  à  Paris                      Gaston  Vidal  
 

 

Les  Unions  étudiantes  de  douze  États  (Angleterre,  Belgique,  Danemark,  
Estonie,  États-­‐Unis,  France,  Hollande,  Italie,  Lituanie,  Pologne,  Tchécoslovaquie  et  
Ukraine)  sont  représentées.  Les  travaux  vont  se  dérouler  sur  3  jours.  En  parallèle  
avec  les  délibérations  des  congressistes  qui  sont  programmées  le  matin,  des  
compétitions  d’athlétisme  et  un  tournoi  d’escrime  se  déroulent  dans  l’après  midi.  
L’objet  du  congrès  est  de  discuter  de  la  situation  actuelle  du  sport  universitaire  dans  
les  pays  membres  de  la  CIE,  de  définir  la  nature  des  relations  entre  les  fédérations  
sportives  et  les  associations,  clubs  ou  sections  sportives  étudiantes  au  niveau  
national  et  international,  et  d’établir  les  programmes,  les  règles,  les  protocoles  et  les  
coopérations  permettant  d’organiser  à  l'échelle  mondiale  des  compétitions  uni  

 

38  

sports  et/ou  multi  sports,  associées  à  des  événements  éducatifs  et  culturels.  Une  
séance  est  consacrée  aux  sports  féminins  universitaires  dans  les  différents  pays,  et  
sur  l’opportunité  de  créer  des  fédérations  féminines  spécifiques.  (79)  
Les  débats  sont  animés  et  riches  d’informations  ;  ils  s’appuient  sur  des  
rapports  préparatoires  des  délégués  de  la  France,  de  l’Italie  et  de  la  Pologne.  Jean  
Petitjean  (France)  est  mandaté  pour  rédiger  les  conclusions  du  congrès  qui  devront  
être  validées  par  le  Conseil  de  la  CIE  lors  de  sa  réunion  prévue  à  Oxford  en  
septembre  1923  (80)  :  
1. Un  objectif  prioritaire  pour  la  CIE  est  de  définir  les  modalités  permettant  de  
pérenniser  l’organisation  de  rencontres  sportives  universitaires  au  meilleur  niveau  
mondial.  Pour  cela,  la  nécessité  d’un  organe  centralisateur  se  fait  sentir  au  plan  
international  et  aussi  au  niveau  national.    
• Les  délégués  de  toutes  les  unions  nationales  approuvent  la  création  
du  Commissariat  International  du  Sport  Universitaire  (CISU),  composé  d’un  délégué  
de  chaque  nation  et  d’un  Commissaire  général.  Le  commissariat  se  réunira  lors  de  
chaque  conseil  et  congrès  de  la  CIE,  la  première  réunion  aurait  lieu  en  septembre  
prochain  à  Oxford  ;  
• Des  organes  centralisateurs  nationaux  doivent  être  créés  dans  tous  les  
pays  où  ils  n’existent  pas  encore  ;  
2.  Comment  ces  organes  pourront-­‐ils  jouer  leur  rôle  à  côté  des  organismes  
fédéraux  déjà  existants  :  doivent-­‐ils  être  des  filiales  des  fédérations  ou  l’émanation  
des  groupements  universitaires  ?    
• Il  est  indispensable  qu’il  existe  dans  chaque  pays  une  «  Fédération  
Nationale  du  Sport  Universitaire  »  (FNSU),  et  qu’elle  seule  ait  qualité  pour  
réglementer  la  participation  des  étudiants-­‐athlètes  aux  compétitions  universitaires  ;  
• Il  faut  mettre  à  l’étude  la  formation  d’une  “Fédération  Internationale  
du  Sport  Universitaire”  (FISU)  qui  serait  en  mesure  d’établir  sur  un  pied  d’égalité  des  
relations  directes  avec  le  Comité  International  Olympique  (CIO)  et  avec  les  
Fédérations  sportives  internationales  (FI).  
3. Quels  rapports  ces  organes  centralisateurs  peuvent-­‐ils  entretenir  avec  les  
universités  ?  
• Les  établissements  d’enseignement  supérieur  ne  disposent  pas  dans  
tous  les  pays  des  moyens  pécuniaires  et  matériels  suffisants  pour  entretenir  à  eux  
seuls  le  «  Sport  à  l’Université  »,  ils  peuvent  cependant  lui  apporter  l’appui  moral  qui  
lui  permettra  d’être  reconnus  par  les  pouvoirs  publics  et  d’obtenir  leur  soutien  ;  
• Les  universités,  en  liaison  avec  les  pouvoirs  publics  dans  chaque  pays,  
doivent  accorder  aux  étudiants  le  temps  et  les  moyens  nécessaires  à  la  pratique  du  
sport.  La  brutalité  et  les  excès  qu’entraînent  certains  sports  sont  une  preuve  qu’il  
faut  apporter  un  heureux  contrepoids  culturel  et  intellectuel  aux  débordements  
d’une  pratique  sportive  exclusive  (Éducation  physique).  Le  sport  universitaire  doit  
être  partout  en  première  ligne  pour  réagir  et  assurer  aux  adolescents  de  notre  siècle  
un  heureux  équilibre.  
4. Les  scolaires  et  les  anciens  universitaires  pourront  être  admis  dans  les  clubs  
sportifs  universitaires  ;    
5. Les  étudiants  ne  faisant  pas  partie  des  clubs  universitaires  pourront  être  
admis  dans  les  compétitions  organisées  par  les  étudiants,  à  l’initiative  de  chaque  
nation.  
6. Des  anciens  étudiants  pourront  être  admis  à  participer  aux  compétitions  
internationales  organisées  par  la  CIE,  quatre  ans  au  maximum  après  la  fin  de  leurs  
 

39  

études,  étant  entendu  qu’ils  doivent  pour  cela  demeurer  membres  de  leur  club  
universitaire.  
7. Quelle  sorte  d’événements  le    sport  universitaire  doit-­‐il  organiser  ?  
• Des  équipes  universitaires  de  tous  les  pays  doivent  pouvoir  se  
rencontrer  dans  le  cadre  de  réunions  qui,  sans  avoir  l’importance  des  Jeux  
Olympiques,  contribueront  à  assurer  largement  la  diffusion  d’une  éducation  et  d’une  
culture  physique  et  sportive,  et  entretiendront  entre  les  étudiants  les  liens  de  
solidarité  et  de  cordialité.  
• Les  compétitions  mondiales  universitaires  ne  doivent  pas  se  limiter  
aux  épreuves  sportives,  mais  faire  une  large  place  aux  arts  et  aux  sciences,  
ressuscitant  ainsi  la  tradition  grecque  dont  nous  ne  devons  pas  cesser  de  nous  
inspirer.  Il  faut  rendre  hommage  à  l’Italie  qui  a  souhaité  ajouter  aux  compétitions  
sportives  de  la  «  première  olympiade  universitaire  »  des  concours  artistiques  et  
scientifiques,  donnant  ainsi  aux  jeunes  étudiants  de  notre  siècle  la  facilité  de  
manifester  leur  valeur  dans  trois  grandes  branches  de  l’activité  humaine,  et  tendant  
à  former,  suivant  l’expression  du  grand  poète  Gabriele  d’Annunzio,  «  des  hommes  
complets  »  ;  
• Sous  réserve  de  la  décision  qui  sera  prise  à  Oxford  par  le  Conseil  de  la  
Confédération,  des  Jeux  Sportifs  Universitaires  d’Été  et  d’Hiver  devraient  désormais  
être  organisés  tous  les  quatre  ans  au  cours  de  l'année  précédant  les  Jeux  
olympiques,  et  leur  programme  sportif  serait  complété  par  des  concours  
scientifiques  et  artistiques  ;  
8. La  Commission  des  Sports  a  été  mandatée  pour  évaluer  l’organisation  et  
l’impact  du  Championnat  du  Monde  Universitaire  d’athlétisme  qui  vient  de  se  tenir  à  
Paris.  Ce  premier  essai  est  jugé  très  positif,  et  la  commission  recommande  de  le  
développer  et  de  le  pérenniser.  Les  délégués  ont  pris  en  considération  les  projets  
présentés  au  congrès  par  la  délégation  polonaise  et  la  délégation  italienne  et  
promulgué  les  points  suivants  :  
• La  Pologne,  qui  a  été  choisie  pour  accueillir  le  2ème  Congrès  de  la  CIE  à  
Varsovie  en  1924,  sera  chargée  d'organiser  une  compétition  sportive  universitaire  
internationale,  en  parallèle  avec  le  Congrès  (bien  qu’il  s’agisse  d’une  année  paire).  
• L’Italie,  qui  a  pris  l’initiative  d’étendre  «  l’Olympiade  universitaire  »  
aux  Arts  et  aux  sciences  a  demandé  à  organiser  les  premiers  «  Jeux  Olympiques  
Universitaires  »  de  la  CIE,  qui  pourraient  donc  avoir  lieu  à  Rome  en  1926  ou  1927.  
9. Le  congrès  décide  l’ordre  du  jour  suivant  :  «  Les  délégués  des  douze  pays  
réunis  au  congrès  international  à  Paris  décident  de  n’admettre  l’ingérence  d’aucun  
pouvoir  sportif  dans  leurs  manifestations  sportives  universitaires,  et  décident  en  
conséquence  de  donner  leur  support  à  la  participation  de  leurs  camarades  des  États-­‐
unis  désignés  par  les  universités  américaines  pour  concourir  à  la  réunion  
internationale  universitaire  d’athlétisme  de  Paris.  »  (81)  (82)    
 
Les   Championnats   du   Monde   Universitaires   d’Athlétisme   (Paris,   2   au   6  
mai   1923)  :  Jean  Petitjean,  qui  avait  largement  anticipé  la  décision  du  Congrès  de  La  
Haye   d’accorder   son   patronage   à   l’organisation   des   premiers   Championnats   du  
Monde   Universitaires   d’Athlétisme   à   Paris   était   préparé   à   relever   le   défi.   Avec   le  
soutien   du   Commissariat   des   sports   de   l’Union   Nationale   des   Étudiants   de   France  
(UNEF)   et   de   l’Association   Générale   des   Étudiants   de   Paris   (AGEP),   le   Paris  
Université  Club  (PUC)  s’est  lancé  depuis  deux  ans  dans  la  préparation  et  la  mise  en  
œuvre   accélérée   du   projet   de   compétition   internationale.   Un   nouveau   parc   des  
 

40  

sports   universitaire   a   été   construit   à   Paris   pour   l’occasion,   (83)   (84)   (85)   et   des  
invitations   envoyées   de   longue   date   aux   unions   nationales   étudiantes   et   aux  
universités    de  nombreux  pays.    
L’événement  sera  présenté  en  définitive  comme  les  premiers  «  Jeux  Mondiaux  
Universitaires  »,  avec  deux  sports  au  programme  :  Athlétisme  et  Escrime.  
 

         

       Jeux  Mondiaux  Universitaires                                                                          Parc  des  Sports  Universitaires  –  Porte  Dorée  

 

 

• Participation  :  Une  controverse  est  née,  au  sein  du  Comité  
d’organisation  à  propos  de  l’Allemagne.  Faut-­‐il  inviter  une  association  d’étudiants  
allemands,  alors  que  les  universités  de  ce  pays  n’ont  pas  de  représentation  officielle  
au  sein  de  la  CIE,  que  l’Allemagne  n’est  pas  membre  de  la  SDN  et  qu’elle  n’a  pas  été  
conviée  à  participer  aux  Jeux  Olympiques  d’Anvers  en  1920  ?  De  nombreux  
dirigeants  du  PUC,  dont  l’écrivain  Marcel  Berger,  considèrent  qu’on  ne  doit  pas  
confondre  les  étudiants  avec  les  dirigeants  politiques  et  que  «  ne  pas  aider  les  jeunes  
allemands  à  participer  aux  Jeux  serait  une  lamentable  bêtise  ».  La  question  est  
tranchée  au  niveau  de  la  Commission  des  Sports  de  la  CIE  qui  décide  de  ne  pas  
envoyer  d’invitation  à  l’Allemagne.  
Une   autre   question   est   posée   à   propos   de   la   participation   féminine   aux  
Championnats   du   Monde   Universitaire.   Petitjean,   qui   vient   de   créer   une   section  
féminine  au  sein  du  PUC,  y  serait  très  favorable  ;  il  souhaite  que  des  épreuves  soient  
ouvertes   aux   étudiantes.   Pourquoi   pas   des   escrimeuses  ?   Car   en   fait,   ce   sont   des  
«  Jeux   Mondiaux   Universitaires  »   qui   sont   organisés   et   non   pas   un   simple  
«  Championnat   du   Monde   Universitaire   d’Athlétisme  ».   Dans   un   accès   de   modestie  
inhabituel   chez   lui,   Petitjean   s’était   d’abord   satisfait   de   ne   programmer   qu’un   seul  
sport:   l’athlétisme,   mais   après   réflexion   il   a   décidé   d’organiser   aussi   un   tournoi  
d’escrime,  qui  aurait  pu  s’ouvrir  aux  athlètes  féminines.  C’est  rechercher  la  difficulté,  
car  il  n’est  pas  facile  de  lutter  contre  la  relative  misogynie  ambiante...  Finalement  les  
femmes  ne  participeront  pas  aux  Jeux  de  Paris.  
Les  associations  sportives  d’étudiants  de  quatorze  pays  avaient  prévu  de  faire  
le  déplacement  de  Paris,  mais  le  Canada  et  le  Japon  ne  donneront  finalement  pas  
suite  et  douze  pays  seulement  seront  effectivement  représentés  (Angleterre,  
Belgique,  Danemark,  Estonie,  États-­‐Unis,  France,  Hollande,  Italie,  Lituanie,  Pologne,  
Suisse  et  Tchécoslovaquie),  ce  qui  est  très  convenable  pour  l’époque  (lors  des  J.O.  
d’Anvers  en  1920,  25  nations  étaient  inscrites  dans  les  épreuves  d’athlétisme).    
La  participation  annoncée  de  deux  finalistes  des  Jeux  d’Anvers,  le  Suisse  Paul  
Martin  et  le  hollandais  Adriaan  Paulen,  et  celle  d’une  délégation  des  États-­‐Unis  où  
l’on  note  la  présence  de  Charlie  Paddock,  médaille  d’or  à  Anvers,  doit  transformer  
cette  incontestable  réussite  en  véritable  triomphe:  grâce  à  ces  vedettes  (on  les  
surnomme  les  «  trois  mousquetaires  »),  les  “Premiers  Jeux  Mondiaux  
Universitaires  »  de  la  CIE  entreront  dans  l’histoire...    (86)  

 

41  

...  Mais,  l’American  Athletic  Union  (AAU)  interdit  purement  et  simplement  à  
Paddock  de  se  rendre  à  Paris,  bien  qu’il  ait  reçu  l’accord  de  la  Southern  Pacific  
Association  (branche  régionale  de  l’AAU)  et  le  soutien  de  la  National  Collegiate  
Amateur  Athletic  Association  (NCAAA),  qui  est  la  fédération  universitaire  
américaine...  Paddock  a  très  envie  de  se  rendre  à  Paris,  et  c’est  ce  qu’il  fait  sans  se  
soucier  de  l’AAU,  qu’il  qualifie  «  d’assemblée  de  cerveaux  osseux  ».  En  avril  1923,  il  
écrit  à  L.C.  Schroeder  qui  dirige  la  Young  Men  College  Association  (YMCA)  de  Paris  la  
lettre  suivante:  “Par  l’intermédiaire  de  votre  représentant  en  Amérique,  M.  Percy  R.  
Carpenter,  nous  sommes  arrivés,  je  crois  à  une  solution  satisfaisante  en  ce  qui  concerne  
ma  participation  à  la  compétition  universitaire  internationale  qui  doit  avoir  lieu  à  
Paris  les  premiers  jours  de  mai.  C’est  avec  plaisir  que  j’envisage  de  participer  à  cette  
rencontre,  et  je  vous  remercie  de  l’aimable  invitation  que  vous  m’avez  faite  d’y  prendre  
part.  Cette  réunion  complétera  mon  programme  de  compétition  au  collège  et  il  me  
semble  qu’on  ne  pourrait  choisir  un  meilleur  endroit  que  Paris,  là  où  j’ai  pris  part  à  ma  
première  compétition  internationale,  pour  finaliser  quatre  années  de  compétitions  
universitaires.  
Je  cours  très  bien  en  ce  moment  et  cette  année  est,  de  mon  point  de  vue,  ma  
meilleure  année.  
Je  suis  prêt  à  vous  aider  pour  que  cette  réunion  soit  un  succès,  comme  je  suis  
convaincu  qu’elle  le  sera.”  (87)  
...  Mais  la  Fédération  Française  d’Athlétisme  (FFA)  menace  le  PUC  de  sanctions  
si  Paddock  est  autorisé  à  courir...  Petitjean  n’envisage  pas  une  seule  seconde  de  tenir  
compte  des  injonctions  de  la  FFA!    Il  écrit  rageusement  le  3  mai  1923  dans  un  article  
destiné  à  la  presse  spécialisée:    
“Au  milieu  de  difficultés  inouïes,  parmi  les  jaloux  et  les  gens  intéressés,  pour  des  
raisons  diverses,  le  sport  universitaire  se  débat  depuis  toujours.  Malgré  tout,  il  parvient  
à  prendre  sa  place,  place  qui  doit  être  la  première.  (...)  Ces  fédérations  qui  ont  lutté  
pour  leur  autonomie,  elles  seraient  mal  venues  de  nous  refuser  la  nôtre  (...)  Le  sport  
actuellement  suit  une  mauvaise  orientation.  Partout  les  conceptions  sportives  se  
transforment.  On  va  de  plus  en  plus  vers  le  spectacle.  On  fait  du  sport  pour  les  
actionnaires  ou  pour  son  porte  monnaie,  ou  pour  les  ambitions  démesurées  d’un  
dirigeant.”  (88)  
En  définitive,  et  contre  vents  et  marées,  les  Jeux  auront  lieu  comme  prévu  par  
Petitjean  !  Le  27  avril,  Paddock  est  accueilli  en  fanfare  à  la  gare  St  Lazare  où  il  arrive  
en  même  temps  que  les  représentants  de  la  Good  Will  Delegation,  venue  en  France  
pour  visiter  les  régions  dévastées  par  la  guerre...  Le  sprinter  est  reçu  à  la  maison  des  
étudiants,  puis  au  siège  des  journaux  «  L’Auto  »  et  «  L’Intransigeant  »,  avant  d’aller  
essayer  la  piste  d’athlétisme  du  Parc  des  Sports  du  PUC  à  la  Porte  Dorée,  qu’il  
déclare  aussitôt  être  “supérieure  à  celle  d’Anvers”.  (89)  
• Tournoi  d’escrime:  Les  délégations  se  succèdent  les  jours  suivants,  et  
les  Jeux  débutent  comme  prévu  le  jeudi  3  mai  avec  le  tournoi  d’escrime  organisé  au  
Cercle  Hoche,  une  salle  prestigieuse  mise  à  la  disposition  de  Petitjean  par  la  
Fédération  Nationale  d’Escrime  (dont  le  président  M.Troisgros,  est  déterminé  à  
coopérer  avec  le  sport  universitaire).  Quatre  nations  sont  représentées:  les  États-­‐
Unis,  les  Pays-­‐Bas,  la  Suisse  et  la  France,  qui  s’affrontent  à  l’épée  et  au  sabre.  (90)    
• Athlétisme  :  Les  4  et  5  mai,  ont  lieu  les  diverses  séries  éliminatoires  de  
l’athlétisme,  et  le  dimanche  6  mai,  enfin,  c’est  l’inauguration  triomphale  du  Parc  des  
Sports  du  PUC  à  la  Porte  Dorée,  avec  les  grandes  finales  de  l’athlétisme,  en  présence  
du  Ministre  de  l’Intérieur  Maurice  Maunoury,  du  Recteur  Paul  Appel,  du  colonel  

 

42  

Derendinger,  Chef  de  la  Maison  militaire  du  Président  de  la  République  représentant  
M.  Alexandre  Millerand,  et  de  nombreux  ambassadeurs.  Le  succès  est  considérable,  
à  tous  les  points  de  vue.  Les  tribunes  sont  pleines,  et  plus  de  15  000  spectateurs  
applaudissent  vigoureusement  les  athlètes.  Paddock  remplit  pleinement  son  
contrat,  en  réalisant  une  fois  de  plus  des  performances  sensationnelles.  Vainqueur  
du  100  mètres  en  10.4  (record  du  monde  égalé),  il  s’enlève  comme  à  son  habitude  
dans  un  bond  prodigieux  pour  arracher  le  fil  blanc  qui  marque  la  ligne  d’arrivée,  et  
s'arrête  brusquement,  accueillant  les  acclamations  avec  un  sourire  de  collégien,  le  
visage  aussi  reposé  qu'au  départ.  Laissant  loin  derrière  lui  tous  ses  concurrents,  il  
remporte  ensuite  le  200  mètres  en  21”00  (record  du  monde  battu…  mais  qui  ne  sera  
pas  homologué).  Le  style  très  particulier  du  champion  pour  finir  sa  course  (c’est  
pratiquement  un  saut  en  longueur  !)  sera  copié  pendant  des  années,  avec  assez  peu  
de  bonheur,  par  des  générations  d’athlètes  universitaires  !  Pour  que  la  fête  soit  
complète,  Martin  gagne  le  800  mètres,  devant  Paulen,  qui,  de  son  côté,  l’emporte  sur  
400m.    
 

               

 

                                                                   L’arrivée  «  bondissante  de  Paddock                                                    Le  800m  :  Martin  devant  Paulen  

• Résultats  techniques  
Escrime  
Épée,  finale  individuelle  (10  engagés)  
1/  Crebessac  (FRA),  2/  Jourdan  (SUI),  3/  Milner  (USA)  
Sabre,  finale  individuelle  (10  engagés)  
1/  De  Vries  (HOL),  2/  Jourdan  (SUI),  3/  Winter  (HOL)  
Sabre,  finale  par  équipes  
1/  France  (26),  2/  Hollande  (19)  
Athlétisme  
Les  performances  réalisées  ont  été  d'un  niveau  élevé.  On  note  en  particulier  le  
record  du  monde  égalé  au  100  m  masculin  par  l’Américain,  Paddock.  Dix  huit  titres  
de  Champion  du  Monde  Universitaire  ont  été  attribués  aux  8  pays  suivants  :  
• France  -­‐  5  titres  (1500m,  400m  haies,  relais  4x400m,  saut  en  hauteur  
et  saut  en  longueur)  ;  
• Hollande  -­‐  4  titres  (400m,  110m  haies,  relais  4x  100m,  relais  Medlay)  ;    
• États-­‐Unis  -­‐  2  titres  (100m,  200m)  ;  
• Italie  –  2  titres  (lancer  du  javelot,  pentathlon)  ;  
• Tchécoslovaquie  –  2  titres  (lancer  du  disque,  lancer  du  poids)  ;  
• Angleterre  –  1  titre  (5000m)  ;  
• Suisse  –  1  titre  (800m)  ;  
• Danemark  –  1  titre  (saut  à  la  perche)  ;  
Les  athlètes  de  9  pays  se  sont  partagés  54  médailles  

 

43  

Au  classement  général  par  nations  au  nombre  de  médailles,  la  France  (17  
médailles)  l’emporte  devant  l'Italie  (10  médailles)  et  la  Tchécoslovaquie  (10  
médailles).    
(91)  (92)  (93)  (94)  
 
Résultats  complets  (Athlétisme)  

 

Épreuve
100  mètres

Or

 

Charles  Paddock  
(USA)

Argent

10.40

 
Bohus  Fleischer    
(TCH)  

11.4

21.00

 
Bohus  Fleischer    
(TCH)

22.4

Carlo  Méreu    
(ITA)

-­‐-­‐-­‐

Gossé    
(FRA)

1:57.2

Pierre  Villeneuve  
(FRA)

-­‐-­‐-­‐

Francis  Bordes    
(FRA)

16:28.8

Binder    
(FRA)

16.1

Adolfo  Contoli  
(ITA)

-­‐-­‐-­‐

Maurice  Frichoux    
(FRA)

200  mètres

   
Charles  Paddock  
(USA)

400  mètres

Adriaan  Paulen  

51.20

     
Wilbeaux    
(BEL)

   
 Paul  Martin  

1:57.0

Adriaan  Paulen  

   

(HOL)

800  mètres

 

(HOL)

(SUI)

1500  mètres

5000  mètres

110  mètres  
haies
400  mètres  
haies

Saut  en  
hauteur

Saut  à  la  
perche  

Saut  en  
longueur
Lancer  du  
poids

 

 

Suby    
(FRA)

 
Castells    
(ENG)

 

Otto  van  Rappart    
(HOL)

 

René  Resal    
(FRA)

 

Louis  Zwahlen    
(FRA)

 

Henry  Petersen    
(DEN)

 
   Gabriel  Sempé      

 

4:20.8

René  Chatelain    
(FRA)

16:28.

Pippo  Orio  

 

(ITA)

 

16.00

Gabriel  Sempé    
(FRA)

59.40

Vigoni    
(BEL)

 

 

1m79

 

 
Fournier    
(FRA)

 
 

 

 
 
 
 

-­‐-­‐-­‐
-­‐-­‐-­‐
-­‐-­‐-­‐

2:00.5

-­‐-­‐-­‐
-­‐-­‐-­‐
-­‐-­‐-­‐
-­‐-­‐-­‐

 

Gabriel  Sempé    
(FRA)  
 Ettore  Vicich  
(ITA)

1m75

 
Jay    
(FRA)  

1m60

3m40

---

---

6m59

Aloïs  Sobotka    

   

Adolfo  Contoli  
 (ITA)  
 Jan  Milde  Ivo    
(TCH)

3m70

 

7m06

Georges  Krotoff  

 

12m84

Dušan  Ivkovic    
(TCH)

44  

 

6m54

(TCH)

(FRA)

(FRA)  

Jan  Milde  Ivo    
(TCH)

Bronze

12m22

 

Édouard  Duhour  
(FRA)

11m73

Lancer  du  
disque
Lancer  du  
javelot
Pentathlon  

   

Jan  Milde  Ivo    
(TCH)

   

Carlo  Clemente  
(ITA)

 

200m-­‐1500m  
Longueur  
Disque-­‐Javelot  

Adolfo  Contoli  
(ITA)

Relais  
4×100  m

Hollande

Relais  
4×400  m

France

Relais  
Medlay  
400,300,200,100  

Antonin  Svoboda      
(TCH)

53m80

Marco  Gismondi    
(ITA)

9  points

Antonin  Svoboda      
(TCH)

   

44.80

   

3:32.0

 

2:05.2

Hollande

   

35m99

   

   

Italie

Italie

Gabriel  Sempé          
(FRA)

47m84

Václav  Chmelík    
(TCH)

12  points

Fred  Zinner      
(BEL)

   

44.80

   

3:32.0

     

2:05.2

Belgique

   

35m88

   

 

Belgique
Italie

45  

14  points
45.0
-­‐-­‐-­‐

 

-­‐-­‐-­‐

Belgique

Clôture-­‐Fête  étudiante-­‐Sanctions  :  Le  défilé  de  clôture,  scandé  par  la  musique  de  la  
Garde  Républicaine  eut  beaucoup  d’allure.  Il  fut  suivi  par  une  gigantesque  fête,  dont  
plusieurs  arrondissements  de  Paris  gardèrent  longtemps  le  souvenir  ému  !  
Pour  commencer,  c’est  une  kermesse  monstre  qui  s’installe  sur  toute  la  longueur  
de  l’avenue  Daumesnil.  Les  parisiens  et  leurs  hôtes  étrangers,  le  chef  couvert  d’un  
chapeau  de  paille  enrubanné  de  violet  se  prodiguent  sur  les  manèges  avant  d’assister  à  
un  superbe  feu  d’artifice.  On  chante  des  hymnes  estudiantins  assez  peu  convenables,  qui  
provoquent  un  début  de  panique  chez  les  bourgeois  de  l’endroit.    (95)  
A  l’issue  du  spectacle  pyrotechnique,  450  privilégiés  se  rendent  dans  une  salle  
pour  “Noces  et  Banquets”,  où  ils  ont  été  conviés  à  dîner  par  le  président  du  PUC.  A  la  
table  d’honneur  on  retrouve  en  particulier  le  ministre  Maurice  Maunoury  et  Henry  Paté,  
qui  représentent  le  Gouvernement,  ainsi  que  Michel  Missoffe,  Vice-­‐Président  du  Conseil  
de  Paris.  Au  dessert,  Jean  Petitjean  surexcité  par  le  Jazz-­‐band  qui  n’a  pas  arrêté  de  jouer  
pendant  tout  le  repas,  monte  carrément  sur  la  table,  et  se  lance  dans  un  discours  
enflammé,  parfaitement  iconoclaste,  qu’il  fallut  interrompre  pour  éviter  un  scandale.  
Les  rescapés  du  banquet  se  transportent  alors  jusqu’à  Montmartre  où  le  tapage  
universitaire  autant  que  nocturne  devient  mémorable  ;  les  étudiants  sont  partis  pour  
une  nuit  blanche  au  «  Coliseum  ».  Tout  le  monde  danse  -­‐  on  dansait  beaucoup  lors  de  la  
décennie  qui  suivit  la  Première  Guerre  mondiale  -­‐  pantalons  retroussés  et  bas  de  veste  
remontés,  façon  torero.  Charley  Paddock  chante  au  micro  d’un  orchestre  qui  singeait  
Paul  Whiteman  :  «Some  sunny  day...  with  a  smile  on  my  face...».      
Les  parisiens  du  PUC  n’hésitent  pas  à  offrir  le  champagne  à  leurs  camarades,  mais  
après  que  chacun  eût  vidé  son  (ou  ses)  verre(s)  à  la  santé  de  l’université  française,  la  
présentation  de  l’addition  (quatre-­‐vingts  bouteilles  !)  soulève  la  colère  des  étudiants,  
lesquels  refusent  avec  une  grande  détermination  de  payer  une  note  jugée  parfaitement  
scandaleuse.  On  se  rend  donc  en  troupe  jusqu’au  poste  de  police,  où  Petitjean  est  chargé  
de  se  débrouiller  avec  le  commissaire.  Les  tractations  s’éternisant,  Paddock  (qui  se  tient  
fort  mal  en  compagnie  d’une  accorte  “Lisette”),  Martin,  Paulen  et  les  quelque  200  
survivants  encore  debout  se  font  servir  des  tournées  de  bière  devant  le  commissariat...  
 

47m26

   

Crédit  :  Bell,  Daniel  (2003).  Encyclopedia  of  International  Games.  McFarland  and  Company,  Inc.  
Publishers,  Jefferson,  North  Carolina.  ISBN  0-­‐7864-­‐1026-­‐4    
 

33m46

rendant  plus  difficile,  si  possible,  la  tâche  du  négociateur.  Pourtant,  après  une  heure  de  
débats,  Petitjean  revient  triomphant  vers  ses  troupes,  abandonnant  à  leurs  problèmes  
un  commissaire  médusé  et  un  cafetier  ahuri,  qui  ont  préféré  baisser  les  bras.  Accueilli  
par  une  ovation,  il  dirige  ses  troupes  vers  le  Quartier  Latin  ;  assoiffés  plus  que  désaltérés  
par  d’innombrables  libations,  les  étudiants  se  livrent  à  une  magistrale  course  en  fiacre,  
digne  de  Ben-­‐Hur,  provoquant  un  embouteillage  monstre  sur  le  boulevard  Saint-­‐Michel,  
et  aboutissent  au  «Caveau  de  la  bolée»  où  ils  se  livrent  une  séance  de  tableaux  vivants  
très  réussis.  
 

 
 
La  fête  se  termine  au  petit  jour,  et  d’une  façon  très  hygiénique,  par  un  bain  collectif  
dans  la  fontaine  Saint-­‐Michel  accompagné  de  plongeons  acrobatiques  exécutés  depuis  
les  épaules  de  l’Archange  du  même  nom  jusque  dans  le  bassin...  et  sans  casse,  ce  qui  
prouve  qu’il  y  a  un  dieu  pour  les  étudiants,  surtout  s’ils  pratiquent  le  sport  !  
Et  vient  le  temps  des  sanctions…  Au  matin  du  7  mai,  le  bureau  de  la  Fédération  
Française  d’Athlétisme  prenait,  en  application  de  l’article  45  de  ses  règlements  
généraux,  les  sanctions  suivantes:  
-­‐  Suspension  du  PUC  et  des  membres  de  son  Comité  directeur  ;  
-­‐  Suspension  des  athlètes  ayant  participé  au  Championnat  du  Monde  
Universitaire  ;  
-­‐  Interdiction  à  Charles  Paddock  de  participer  à  toute  épreuve  organisée  
par  une  société  membre  de  la  FFA.  
-­‐  Plainte  déposée  auprès  de  la  Fédération  Athlétique  Amateur  
Internationale  contre  les  athlètes  étrangers  ayant  participé  au  Championnat  du  Monde  
Universitaire.  (96)  
Dès  le  9  mai  le  chroniqueur  Marcel  Delarbre  donne  son  sentiment  dans  un  article  
publié  dans  «  L’œuvre  »  :  
 «  La  FFA  a  voulu  imposer  à  un  club  français  un  ordre  américain,  sans  autre  forme  de  
procès.  La  plaisanterie  jette  une  fâcheuse  lumière  sur  l’esprit  qui  tend  à  s’implanter  dans  
les  groupements  dirigeant  les  sports  en  France  comme  dans  d’autres  pays.  Derrière  le  PUC  
il  y  a  l’Université  de  France,  il  y  a  d’innombrables  sympathies  qui  ne  restent  pas  inactives.  
L’affaire  Paddock  est  bien  capable  de  nous  libérer  d’une  règle  internationale  qui,  pour  être  
sportive  de  titre,  ne  paraît  guère  l’être  de  fait.  »  (97)    Toute  la  presse  française  lui  emboîte  
le  pas  et  le  12  juin,  confronté  à  un  tollé  général,  le  bureau  de  la  FFA  informait  le  PUC  de  
sa  décision  d’appliquer  le  sursis  à  toutes  les  peines  prononcées.    
Comme  on  dit,  «  le  ridicule  ne  tue  pas  »  !  
 
 

46  

Chapitre  3  
AMBITIONS  ET  CONTRADICTIONS  (1923/1926)  
Références  98/130  

 

Relations  internationales  et  rapports  de  force  au  sein  de  la  CIE    
 

De  1923  à  1925  –  Consensus  et  divergences  
La  CIE  a  été  conçue  à  son  origine  comme  une  confédération  «  interalliée  »  par  
des     étudiants   qui   se   donnaient   comme   objectif,   en   accord   avec   les   autorités   de   leur  
pays,  de  consolider  le  nouvel  ordre  international  instauré  par  le  Traité  de  Versailles.    
C’était  effectivement,  selon  le  philosophe  allemand  Julius  Ernst  Lips  (98)  une  
«  Alliance   de   vainqueurs  »   entre   les   représentants   de   pays   qui   avaient   toutes   les  
raisons  de  se  montrer  très  concernés  par  la  notion  d’identité  nationale…  mais  c’était  
aussi   une   alliance   voulue   par   une   jeunesse   étudiante   idéaliste   et   universaliste,  
tournée   vers   la   paix   et   désireuse   d’établir   des   relations   transnationales   dans   les  
domaines   culturels,   éducatifs   et   sportifs.   La   Confédération,   devenue  
«  internationale  »   en   1922,   s’est   élargie   à   de   nouveaux   membres   et   elle   s’est  
rapprochée   de   la   Société   des   Nations   (SDN),   en   particulier   dans   le   domaine   de   la  
coopération  intellectuelle.  (99)  
Après   le   congrès   de   La   Haye,   les   membres   titulaires   de   la   Confédération   se  
répartissent  en  trois  courants  informels:    
• Un  courant  majoritaire  plutôt  «  conservateur  »,  rassemble  autour  des  
français   de   l’UNAGEF,   les   représentants   des   unions   étudiantes   des   pays   «  Alliés  »  
ayant   subi   une   occupation   allemande   pendant   la   guerre   (Belgique,   Luxembourg),  
ceux   dont   les   frontières   ont   été   modifiées   (Danemark,   Pologne,   Roumanie),   ou  
encore   ceux   qui   résultent   de   transformations   territoriales   (Tchécoslovaquie   et  
Yougoslavie).      
• Un   courant    libéral  ,   souhaite   faire   évoluer   la   CIE   dans   le   sens   d’une  
plus  large  ouverture.  Il  réunit  autour  des  délégués  de  l’Angleterre  (National  Union  of  
Students   of   Universities   and   University   Colleges   of   England   and   Wales),   les  
représentants   de   l’Écosse   (Student’s   representative   Council   of   Scotland),   de   la  
Hollande,  de  la  Norvège,  de  la  Suède,  et  de  la  Suisse.      
• Un   troisième   groupe   non   engagé     où   se   retrouvent   les   unions  
étudiantes   d’Espagne,   de   Finlande,   et   d’Italie   demeure   le   plus   souvent   en   retrait   des  
discussions.    
De   1923   à   1925,   l’ambiance   est   plutôt   consensuelle   au   sein   du   Conseil   de   la  
CIE.   Les   contestations,   lorsqu’elles   se   produisent,   sont   liées   aux   méthodes   de  
travail  :   «Dans   certains   pays,   les   unions   nationales   sont   presque   inexistantes   [...]   et  
certaines   unions   nationales   ne   relaient   pas   toutes   les   initiatives   prises   par   les   offices  
techniques   de   la   Confédération”.   (99)   (100)   Les   parties   concernées   parviennent  
assez  vite  à  trouver  un  terrain  d’accord.    
Les  divergences  portant  sur  l’«  ouverture  »  de  la  CIE  à  de  nouvelles  adhésions  
donnent   lieu   à   des   négociations   plus   difficiles,   mais   leur   conclusion   est   souvent  
positive  :  Le  nombre  d’adhérents  de  la  CIE  passera  de  20  en  1923  à  29  en  1925.  En  
particulier,   les   associations   de   trois   pays   qui   avaient   combattu   contre   les   «  Alliés  »  
durant   la   guerre   deviennent   membres   titulaires   de   la   Confédération   durant   cette  
période  (Unions  nationales  étudiantes  de  Bulgarie,  Hongrie,  et  Turquie),  et  l’Union  
des   étudiants   allemands     est   admise   en   tant   qu’organisation   «  en   coopération  »   avec  
la  CIE.  
 

 

47  

1925  
a)   22   membres   titulaires   :   Afrique   du   Sud,   Angleterre,   Belgique,   Bulgarie,   Danemark,  
Écosse,   Espagne,   Estonie,   Finlande,   France,   Hollande,   Hongrie,   Italie,   Lettonie,   Luxembourg,  
Pologne,  Roumanie,  Royaume  des  Serbes,  Croates  et  Slovènes,  Suède,  Suisse,  Tchécoslovaquie,  
Turquie.  
b)   6   membres   libres   :   États-­‐Unis   d'Amérique,   Géorgie   (Association   blanche   des   étudiants  
géorgiens   Émigrés),   Hong-­‐Kong,   Nouvelle-­‐Zélande,   Ukraine   (Union   nationale   des   Associations  
d'étudiants  d'Ukraine),  Russie  (Organisation  Russe  des  Étudiants  Émigrés  «  Oreso  »).  (101)  
c)  1  Organisation  en  coopération:  Allemagne  (Deutsche  Studentenschaft).  
 

Après  1925  -­‐  Radicalisation  et  Affrontements  
Entre   1925   et   1929,   le   nombre   de   membres   de   la   CIE   augmente   encore,  
passant   de   29   à   33.   Les   délégués   étant   plus   nombreux   et   d’origines   géopolitiques  
plus   diversifiées,   des   antagonismes   s’affirment   et   s’accentuent.   Les   tensions   qui   se  
manifestent   reflètent   l’émergence   de   situations   nouvelles   dans   la   politique  
intérieure  de  quelques  pays  et  dans  les  relations  internationales.  Elles  s’expliquent  
aussi   par   le   renouvellement   des   populations   d’étudiants.   La   génération   des  
étudiants   qui   avaient   vécu   la   période   de   la   guerre   a   été   progressivement   remplacée,  
dans   les   associations   universitaires   nationales   et   à   la   CIE,   par   de   nouvelles  
générations  dont  l’origine  sociale,  l’éducation  et  la  culture  politique  sont  différentes.  
Les   débats   au   sein   du   Conseil   deviennent   plus   conflictuels,   et   on   assiste   à   la  
formation  de  trois  blocs  qui  se  radicalisent  (102)  :  
• La   faction   «  conservatrice  »   organisée   autour   de   l’UNAGEF   française  
reste   majoritaire  ;   elle   réaffirme   les   objectifs   initiaux   de   la   Confédération,   exige   le  
strict  respect  des  statuts  de  la  CIE  et  met  l’accent  sur  la  nécessaire  coordination  avec  
la  SDN  ;    
• La   faction   «  libérale  »,   conduite   par   la   NUSF   anglaise,   durcit   ses  
positions   en   faveur   de   l’ouverture   de   la   CIE,   et   se   focalise   en   particulier   sur  
l’ostracisme   que   manifesterait   la   majorité   de   la   CIE   vis   à   vis   des   étudiants  
allemands  (Ivison   Macadam,   le   président   fondateur   de   la   NUSF,   a   explicitement  
dénoncé  l'influence  de  «  la  France  et  d’un  groupe  de  pays  francophiles  »,  c'est-­‐à-­‐dire  
la   France,   la   Belgique,   la   Pologne   et   la   Roumanie,   soulignant   le   «   danger   que   le  
mouvement  devienne  une  arme  politique  »).      (99)  (103)    
 

Les   milieux   universitaires   de   plusieurs   pays   européens   avaient   développé   de   fortes  
relations  avec  des  intellectuels  allemands  dans  la  période  de  l’avant-­‐guerre  ;  les  délégués  de  
ces  pays  se  montrent  en  général  favorables  à  une  politique  d’«  ouverture  »,  en  direction  de  
l’Allemagne.  
 

• Une   faction   «  progressiste  »,   qui   s’oriente   rapidement   vers   une  
attitude  «  d’opposition  »,  se  constitue  à  partir  de  1924  autour  des  délégués  italiens  
de  l’  Unione  Nazionale  Universitaria  (UNU)  (puis  du  Gruppo  Universitario  Fascista  –  
GUF,  qui  succèdera  à  l’UNU  en  1927).  (104)      
Des   rapprochements   opportunistes   et   parfois   des   renversements   brutaux    
d’orientation  se  produisent  entre  et/ou  au  sein  de  ces  trois  groupes,  en  fonction  du  
contexte   politique   national   et   international.   Des   désaffiliations,   des   radiations,   des  
ré-­‐affiliations   se   succèdent.   On   touche   là   aux   faiblesses   majeures   d’une   organisation  
internationale   étudiante   construite   sur   la   base   d’assemblages   improbables   et  
d’intérêts   contradictoires   résultant   des   traités   qui   ont   bouleversé   la   situation  
géopolitique,  en  Europe  plus  particulièrement.    
 

 

48  

Le  problème  des  «  vaincus  »  et  la  question  des  «  minorités  »    
Pour  les  rédacteurs  des  traités  de  Paix,  en  1919,  une  difficulté  essentielle  avait  
été  de  réaliser  une  réorganisation  territoriale  cohérente  des  anciens  empires  
multinationaux  vaincus  et  démantelés  en  tenant  compte  de  la  stratification  de  
populations  diverses  dans  les  zones  concernées.  Tracer  les  lignes  de  nouvelles  
frontières  imposait  d’isoler  des  «  minorités  »  au  sein  de  la  plupart  des  États  
résultant  de  ce  découpage.  
A  ce  moment,  deux  concepts  contradictoires  s’affrontent  :  
• d’une  part  la  logique  hégémonique  des  vainqueurs  qui  conduit  à  
définir  et  à  imposer  un  principe    de  nationalité  d’ordre  étatique  (concept  d’État-­‐
Nation)  qui  paraît  être  le  seul  susceptible    d’imposer  une  paix  durable  dans  le  
monde  ;  
• d’autre  part  le  principe  moral  d’autodétermination  (droit  des  peuples  
à  disposer  d’eux-­‐mêmes)  qui  risque  de  générer  une  multitude  de  micro-­‐nations  
et/ou  des  fédérations  de  mini-­‐états,  rendant  aléatoire  le  maintien  d’un  équilibre  
international.  
Le    «  programme  en  quatorze  points"    de  Woodrow  Wilson  (105)  fait  bien  
référence  de  façon  ambiguë    (autonomous  development)  à  un  droit  à  
l’autodétermination,  mais  surtout  réaffirme  le  principe  des  nationalités,  repris  dans  
le  traité  de  Versailles  (article  80)  pour  officialiser  l’indépendance  de  l’Autriche.  Les  
traités  de  Saint-­‐Germain-­‐en-­‐Laye  puis  du  Trianon  signés  séparément  avec  chacun  
des  vaincus  ,  suivent  le  même  principe  et  divisent  l’Autriche-­‐Hongrie  en  un  État  
Autrichien  réduit  au  territoire  occupé  par  des  germanophones,  et  un  État  hongrois  
indépendant.  Ils  confirment  l’existence  du  nouvel  État  Tchécoslovaque,  de  la  
Pologne  et  du  Royaume  des  Serbes,  Croates  et  Slovènes,    transfère  les  régions  
périphériques  de  l’ancien  territoire  impérial  (la  Transylvanie  avec  de  fortes  
minorités  hongroise  et  germanophone)  à  l’État  Roumain,  et  affecte  au  Royaume  
d’Italie  les  provinces  de  Bolzano  (germanophone)  et  de  Trento,  ainsi  que  la  ville  de  
Trieste).    
En  revanche  l’Allemagne  et  l’Autriche  sont  exclues  de  ce  droit  
«  gouvernemental  »  à  l’autodétermination  qui  leur  aurait  permis  de  fusionner  
comme  elles  l’avaient  souhaité.    
 

Le   12   novembre   1918   le   Conseil   d’État   austro-­‐allemand   formé   par   une   Assemblée  
nationale   provisoire   et   reconnu   par   l’empereur   Charles   Ier   ,   proclame   que   l’Autriche  
allemande   (Deutsch-­‐Österreich)   est   une   République   démocratique  »   (article   1)   et   qu’elle   fait  
partie  de  la  «  République  allemande  ».  
La   Constitution   allemande   du   31   juillet   1919   (Weimar)   reconnaît   à   l'Autriche  
allemande   le   droit   de   s'unir   à   l’Allemagne   ainsi   que   le   droit   de   ses   représentants   à  
participer,  avec  voix  consultative,  au  Conseil  fédéral  allemand.    
Le  traité  de  Saint-­‐Germain-­‐en-­‐Laye  du  10  septembre  1919  interdit  tout  rattachement  
de  l’Autriche  à  l'Allemagne,  et  modifie  le  nom  d'«  Autriche  allemande  »  en  «  Autriche  ».  
 

Le  principe  des  nationalités  apparaît  donc  comme  la  justification  politique  de  
l’État  national  et  la  garantie  de  sa  souveraineté.  Il  est  «  révolutionnaire  en  tant  qu’il  
s’oppose  à  l’ordre  établi  par  les  États  monarchiques  (…).  Il  est  conservateur  dès  lors  
qu’en  légitimant  l’État  national,  il  légitime  également  l’État  souverain  traditionnel  ».    
(106)  Dans  la  rédaction  du  Pacte  de  la  Société  des  Nations,  la  souveraineté  des  États  
et  l’intégrité  du  territoire  ont  été  privilégiés  au  détriment  d’un  droit  absolu  des  

 

49