eolien lpo 2017 .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: eolien_lpo_2017.pdf
Auteur: Geoffroy Marx

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2013, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/03/2019 à 14:22, depuis l'adresse IP 185.81.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 182 fois.
Taille du document: 3.2 Mo (92 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le parc éolien français
et ses impacts sur l’avifaune
Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015
Juin 2017 – Actualisé en septembre 2017 |

LPO France

LN 1216-54

Le parc éolien français
et ses impacts sur l’avifaune
Titre
Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015

Juin 2017 – Actualisé en septembre 2017 |

LPO France

Rédaction :
Geoffroy MARX
Service SEPN

Cette étude a bénéficié des financements suivants dans le cadre du
programme éolien et biodiversité.

Ligue pour la Protection des Oiseaux
Fonderies Royales
8-10 rue du Dr Pujos - CS 90263
17305 ROCHEFORT CEDEX
Tél 05 46 82 12 34
www.lpo.fr

Table des matières
CONTEXTE ...................................................................................................................... 11
INTRODUCTION .............................................................................................................. 12
1

LE PARC EOLIEN FRANÇAIS ....................................................................................... 14
1.1 Données agrégées ....................................................................................................... 14
1.2 Evolution du nombre d’éoliennes ................................................................................. 14
1.3 Taille des parcs éoliens ................................................................................................ 15
1.4 Gabarit des machines .................................................................................................. 17
1.5 Comparaison avec d’autres pays .................................................................................. 19
1.6 Répartition des éoliennes sur le territoire français ........................................................ 21
1.7 Habitats concernés ...................................................................................................... 22
1.8 Eoliennes et ZPS .......................................................................................................... 24

2

LES SUIVIS REALISES ................................................................................................. 27
2.1 Réglementation applicable aux suivis ........................................................................... 27
2.2 Données agrégées ....................................................................................................... 28
2.3 Robustesse des suivis de mortalité ............................................................................... 29
2.3.1
2.3.2
2.3.3
2.3.4
2.3.5
2.3.6

Nombre d’éoliennes suivies ................................................................................................... 30
Surface prospectée ................................................................................................................ 30
Durée des suivis ..................................................................................................................... 33
Fréquence de prospection ..................................................................................................... 34
Reconduction des suivis ......................................................................................................... 35
Robustesse des suivis en fonction de la localisation des parcs .............................................. 36

2.4 Lacunes et limites ........................................................................................................ 36
2.4.1 Distribution géographique des données ................................................................................ 36
2.4.2 Distribution temporelle des suivis dans l’année .................................................................... 37
2.4.3 Exploitabilité des rapports ..................................................................................................... 38

3

LA MORTALITE CONSTATEE ...................................................................................... 39
3.1 Nombre de carcasses retrouvées .................................................................................. 39
3.2 Espèces impactées ....................................................................................................... 42
3.2.1 Classification par ordres et par familles ................................................................................. 42
3.2.2 Statut de protection et état de conservation ........................................................................ 43
3.2.3 Espèces d’oiseaux les plus retrouvées ................................................................................... 44

3.3 Espèces dont aucun cas de mortalité n’a été rapporté en France................................... 52
3.3.1 Cas particulier de la Grue cendrée ......................................................................................... 52
3.3.2 Autres espèces impactées en Europe .................................................................................... 54

4

L’ESTIMATION DE LA MORTALITE REELLE .................................................................. 56
4.1 Généralités .................................................................................................................. 56
4.2 Discussion ................................................................................................................... 57
4.3 Comparaison avec d’autres pays .................................................................................. 59
4.3.1 Canada ................................................................................................................................... 59
4.3.2 Etats-Unis ............................................................................................................................... 60
4.3.3 Espagne .................................................................................................................................. 60

5

LES FACTEURS D’IMPACTS ........................................................................................ 62
5.1 Gabarit des machines .................................................................................................. 62
5.2 Distribution temporelle des découvertes ...................................................................... 63
5.3 Type d’habitat CORINE Land Cover ............................................................................... 65
5.3.1 Influence sur le nombre de cadavres retrouvés..................................................................... 65
5.3.2 Influence sur les espèces impactées ...................................................................................... 66

5.4 Proximité des ZPS ........................................................................................................ 69
5.4.1 Influence sur le nombre de cadavres retrouvés..................................................................... 69
5.4.2 Influence sur les espèces impactées ...................................................................................... 70

6

CONCLUSIONS .......................................................................................................... 73
6.1 Les parcs ..................................................................................................................... 73
6.2 Les suivis réalisés ......................................................................................................... 74
6.3 Le nombre de cas de collisions ..................................................................................... 74
6.4 Les espèces impactées ................................................................................................. 75
6.5 Préconisations d’implantation ..................................................................................... 75
6.6 Réhabilitation des parcs en fin de vie ........................................................................... 76
6.7 Protocole de suivi ........................................................................................................ 77

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................... 79
ANNEXE I : CAS DE MORTALITE D’OISEAUX IMPUTABLES AUX EOLIENNES CONSTATES EN
FRANCE .......................................................................................................................... 81
ANNEXE II : LISTE DES SUIVIS AYANT ETE COMPILES DANS LE CADRE DE CETTE ETUDE ..... 83
ANNEXE III : LECTURE DES DIAGRAMMES EN BOITE ......................................................... 91

Table des illustrations
Figure 1 : Estimation de l’évolution du nombre d'éoliennes en France ............................................... 15
Figure 2 : Distribution de la taille des parcs éoliens en France (avril 2016) .......................................... 16
Figure 3 : Evolution du gabarit moyen des éoliennes implantées en France de 2000 à 2015 .............. 17
Figure 4 : Hauteur totale des éoliennes en fonction de la distance aux ZPS ........................................ 18
Figure 5 : Hauteur totale des éoliennes en fonction du type d'habitat ................................................ 18
Figure 6 : Puissance éolienne installée dans le monde au 31/12/2016 [MW]...................................... 19
Figure 7 : Densité d'éoliennes installée dans le monde au 31/12/2016 [MW/1 000 km²] ................... 20
Figure 8 : Le gisement éolien français [m/s]. Source : Ademe, novembre 2015 .................................. 21
Figure 9 : Localisation des parcs éoliens français au 1er avril 2016 ...................................................... 22
Figure 10 : Evolution de l'occupation biophysique des sols par les éoliennes...................................... 23
Figure 11 : Evolution du nombre d'éoliennes en ZPS ............................................................................ 25
Figure 12 : Evolution cumulée de la distance d'implantation des éoliennes par rapport aux ZPS ....... 26
Figure 13 : Nombre de parcs dont le suivi de mortalité est disponible ................................................ 28
Figure 14 : Nombre d'éoliennes concernées par les rapports de suivis agrégés .................................. 29
Figure 15 : Répartition des suivis en fonction du pourcentage d'éoliennes prospectées .................... 30
Figure 16 : Surface théoriquement et réellement prospectée sous chaque éolienne ......................... 31
Figure 17 : Distance de découverte des cadavres par rapport à l'éolienne la plus proche .................. 32
Figure 18 : distance de découverte des cadavres d'oiseaux en fonction de la longueur des pales...... 32
Figure 19 : Représentation graphique de la prospection (André, 2009)............................................... 33
Figure 20 : Durée des suivis de mortalité en semaines ......................................................................... 34
Figure 21 : Nombre de prospections par semaines .............................................................................. 35
Figure 22 : Durée des suivis en années ................................................................................................. 35
Figure 23 : Carte des suivis disponibles par département .................................................................... 37
Figure 24 : Répartition des 37 839 prospections dans l'année ............................................................. 38
Figure 25 : Nombre de cadavres par prospection / Nombre de cadavres par année de suivi .............. 41
Figure 26 : Classification par ordres et familles des cadavres d'oiseaux .............................................. 42
Figure 27 : Statut de protection et état de conservation des principales espèces retrouvées ............ 44
Figure 28 : Semaines de découverte des Roitelets à triple bandeau .................................................... 45
Figure 29 : Semaines de découverte des Martinets noirs ..................................................................... 46
Figure 30 : Semaines de découverte des Faucons crécerelles .............................................................. 46
Figure 31 : Semaines de découverte des Mouettes rieuses.................................................................. 47
Figure 32 : Semaines de découverte des Alouettes des champs .......................................................... 47
Figure 33 : Semaines de découverte des Buses variables ..................................................................... 48
Figure 34 : Semaines de découverte des Rougegorges familiers .......................................................... 48
Figure 35 : Semaines de découverte des Faucons crécerellettes ......................................................... 49
Figure 36 : Semaines de découverte des Milans noirs .......................................................................... 50
Figure 37 : Semaines de découverte des Milans royaux ....................................................................... 50
Figure 38 : Semaines de découverte des Busards cendrés ................................................................... 51
Figure 39 : Semaines de découverte des Eperviers d'Europe ............................................................... 51
Figure 40 : Principale voie de migration des Grues cendrées ............................................................... 53
Figure 41 : SRE de Champagne-Ardenne - voies de migration des Grues cendrées (2012) .................. 54
Figure 42 : Estimation de la mortalité réelle dans les rapports de suivi de mortalité .......................... 58
Figure 43 : Influence du gabarit des éoliennes sur la mortalité constatée ........................................... 62
Figure 44 : Distribution temporelle des découvertes des cadavres ...................................................... 64
Figure 45 : Nombre de cadavres retrouvés et type d'habitat CORINE Land Cover ............................... 66
Figure 46 : Localisation des cadavres en fonction du type d'habitat .................................................... 67
Figure 47 : Nombre de cadavres retrouvés en fonction de la distance aux ZPS ................................... 69
Figure 48 : Nombre de cadavres par éolienne et par an en fonction de la distance aux ZPS ............... 70
Figure 49 : Nombre de cadavres appartenant à des espèces inscrites à l'Annexe I de la DO ............... 71

Table des tableaux
Tableau 1 : Liste des 10 plus grands parcs européens .......................................................................... 20
Tableau 2 : Répartition des éoliennes en ZPS suivant les régions de France métropolitaine (données
avril 2016) .............................................................................................................................................. 24
Tableau 3 : Niveau de prospection en fonction de la localisation des parcs ........................................ 36
Tableau 4 : Quelques espèces dont des cadavres ont été retrouvées ailleurs en Europe.................... 55
Tableau 5 : Espèces patrimoniales retrouvées principalement dans les champs ................................. 67
Tableau 6 : Espèces patrimoniales retrouvées principalement en dehors des champs ....................... 68

Sigles et acronymes
ADEME

Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

CPIE

Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement

DREAL

Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement

EDF-SEI

Eléctricité de France - Systèmes Energétiques Insulaires

EWEA

European Wind Energy Association

GWEC

Global Wind Energy Council

ICPE

Installation Classée pour la Protection de l’Environnement

LPO

Ligue pour la Protection des Oiseaux

MEEM

Ministère de l’Environnement de l'Énergie et de la Mer

MNHN

Museum National d’Histoire Naturelle

ONCFS

Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

PPE

Programmation Pluriannuelle de l’Energie

RTE

Réseau de Transport d'Electricité

S3REnR

Schémas Régionaux de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables

SEO

Société Espagnole d'Ornithologie

SEOF

Société d'Etudes Ornithologiques de France

SFEPM

Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères

SRADDET Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Egalité des Territoires
SRCAE

Schéma Régional Climat Air Energie

SRE

Schéma Régional Eolien

UICN

Union Internationale pour la Conservation de la Nature

ZDE

Zone de Développement de l'Eolien

ZICO

Zone d'Importance pour la Conservation des Oiseaux

ZNIEFF

Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique

ZPS

Zone de Protection Spéciale

ZSC

Zone Spéciale de Conservation

P a g e | 11

Contexte
La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte publiée au Journal Officiel du
18 août 2015, ainsi que les plans d’action qui l’accompagnent visent à permettre à la France de
contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique et à la préservation de
l’environnement. Elle fixe des objectifs ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de
serre, reposant sur une baisse de la consommation d’énergies, en particulier d’origine fossile, et
un recours accru aux énergies renouvelables. Les éoliennes terrestres et en mer, faiblement
émettrices de gaz à effet de serre et ayant de faibles impacts sur les compartiments air, sol et
eau (Ademe, 2016), vont contribuer à atteindre ces objectifs.
Ces éoliennes, dont le nombre pourrait doubler à l’horizon 2023, ne sont toutefois pas dénuées
d’impacts potentiels sur la biodiversité, en particulier sur les habitats et les vertébrés volants.
Cette étude s’intéresse spécifiquement à la mortalité directe par collision des oiseaux avec les
éoliennes ; elle vise à mieux cerner cet impact dans le contexte spécifique du développement
du parc éolien français depuis la fin des années 90 et à proposer des mesures permettant une
meilleure intégration environnementale des parcs éoliens terrestres.
A terme, ce travail mériterait d’être complété par une étude des autres impacts potentiels des
éoliennes (dérangement, altération des habitats, mortalité des chauves-souris, etc.). Il gagnerait
également à être étendu aux autres sources de production d’énergie (fossiles, fissiles et autres
énergies renouvelables) qui peuvent elles aussi avoir des impacts sur la biodiversité.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 12

Introduction
Les publications internationales traitant de l’éolien, de ses impacts potentiels sur la biodiversité
et des mesures permettant de les réduire sont nombreuses. La bibliographie du programme
national éolien et biodiversité1 en recense ainsi 737 issues d’une trentaine de pays dont 323
concernent directement la France.
Parmi ces 323 références, 197 correspondent à des suivis environnementaux réalisés sur des
parcs éoliens terrestres en exploitation en France (suivis des habitats, de l’activité des vertébrés
volants ou de la mortalité). Les autres documents correspondent à des guides de cadrage, des
études techniques ou stratégiques ou traitent d’autres thématiques comme l’éolien en mer.
Toutefois, à l’heure actuelle, peu d’études traitent de l’impact cumulé des éoliennes françaises
à l’échelle de plusieurs parcs. On peut toutefois noter la « Synthèse des impacts de l'éolien sur
l'avifaune migratrice sur cinq parcs en Champagne-Ardenne » (Soufflot J - LPO, 2010) ou l’effort
de mutualisation réalisé dans le cadre du « Programme de suivi éolien-biodiversité 2010-2016
en région Centre » porté par la CDC Biodiversité, la région Centre et le programme national
éolien et biodiversité en collaboration avec plusieurs associations naturalistes locales (Eure-etLoir Nature, Loiret Nature Environnement, Loir-et-Cher Nature).
Si certaines études étrangères, en particulier en Amérique du nord ou en Espagne, se sont déjà
intéressées à l’estimation de la mortalité due aux éoliennes à l’échelle d’un pays, ce travail n’a
pas encore été réalisé en France où plus de 5 000 éoliennes ont été mises en service depuis
1997, nombre qui pourrait être amené à doubler d’ici la fin de 2023 pour atteindre les objectifs
de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE).
Depuis 2015, la LPO a entrepris de compiler l’ensemble des suivis environnementaux réalisés
sur les parcs éoliens français afin de mieux comprendre les modalités de suivi mises en œuvre,
d’approfondir les connaissances sur les facteurs d’impact et d’offrir une meilleure vision des
impacts du parc éolien français dans sa globalité sur les oiseaux.
Une compilation de suivis a également fait l’objet d’un rapport de stage réalisé au Service du
Patrimoine Naturel du Muséum national d'Histoire naturelle (Coly, 2015). Cette étude portait à
l’époque sur 52 suivis et avait vocation à évaluer les possibilités d’exploitation de ces données
pour estimer l’impact sur les chiroptères.
En plus de ce travail de compilation de suivis engagé auprès des DREAL, il a été nécessaire de
constituer une base de données des parcs éoliens français incluant, en particulier, les
coordonnées géographiques, le gabarit et la date de mise en service de chacune des éoliennes,
aucune base de données unifiée n’existant à ce jour. Pour ce faire, les données disponibles dans
le Catalogue Interministériel de Données Géographiques2 ont été complétées par celles fournies
par les DREAL et croisées avec les informations du site Internet The Wind Power3. Les
coordonnées de chacune des éoliennes ont ensuite été systématiquement vérifiées et parfois
affinées manuellement à l’aide du logiciel QGIS lorsque les photos aériennes étaient
suffisamment récentes.
Au final, les données récoltées permettent de décrire assez précisément :

1

http://eolien-biodiversite.com/ressources/article/ressources-bibliographiques
http://catalogue.geo-ide.developpement-durable.gouv.fr
3
http://www.thewindpower.net
2

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 13






les parcs éoliens français et les éoliennes qui les composent (coordonnées, hauteur du
mât, longueur de pale, date de mise en service, puissance unitaire, etc.) ;
les suivis qui ont été réalisés (parcs concernés, nombre d’éoliennes suivies, type de suivi
réalisé, dates de début et de fin, nombre de semaines couvertes, nombre de
prospections réalisées sur cette période, surface prospectée, largeur de transect, etc.) ;
les cas de mortalité directe qui ont été constatés (parc et suivi concerné, espèce, date
de découverte, distance par rapport à l’éolienne la plus proche) ;
l’estimation de la mortalité réelle pour les quelques parcs ayant fait l’objet des suivis
les plus robustes.

Ces données peuvent ensuite être croisées avec différentes couches d’informations
géographiques : localisation des Zones de Protection Spéciales (ZPS) et des Zones Spéciales de
Conservation (ZSC), classification CORINE Land Cover 2012, etc. Chaque cadavre peut donc être
relié, en théorie, à ses modalités de découverte et aux caractéristiques du parc et du territoire
où il a été trouvé, le but étant de réussir à estimer la mortalité directe des oiseaux due aux
éoliennes françaises et à identifier les facteurs d’impacts.
Dans le cadre de cette étude, centrée sur la mortalité directe des oiseaux par collision avec les
éoliennes, une attention particulière est portée aux ZPS créées en application de la directive
européenne 79/409/CEE relative à la conservation des oiseaux sauvages (plus connue sous le
nom Directive Oiseaux). La détermination de ces zones de protection spéciale s’appuie sur
l’inventaire scientifique des ZICO (zones importantes pour la conservation des oiseaux) dressé
en France par la LPO4 suivant un ensemble de critères définis à un niveau international, en
particulier en fonction des aires de distribution des espèces mentionnées à l'annexe I de la
Directive Oiseaux. Cette annexe liste les espèces qui doivent bénéficier de mesures de
protection spéciales de leur habitat. Ce sont les espèces menacées de disparition, les espèces
vulnérables à certaines modifications de leur habitat, les espèces considérées comme rares
(population faible ou répartition locale restreinte), et les espèces nécessitant une attention
particulière à cause de la spécificité de leur habitat, ainsi que les espèces migratrices dont la
venue est régulière.
Les ZPS sont des zones jugées particulièrement importantes pour la conservation des oiseaux au
sein de l'Union européenne, que ce soit pour leur reproduction, leur alimentation ou leur
migration. Les ZPS sont intégrées au réseau européen de sites écologiques appelé Natura 2000
et ont pour but d'assurer un bon état de conservation des espèces d'oiseaux menacées,
vulnérables ou rares.

4

La LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) est le représentant officiel de BirdLife international pour la France,
depuis 1993.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 14

1 Le parc éolien français
1.1 Données agrégées
La source la plus fiable sur les raccordements des parcs éoliens en France est le tableau de bord
publié chaque trimestre par le Commissariat général au développement durable5.
Malheureusement, cette publication, fondée sur les données de RTE, Enedis, EDF-SEI et les
entreprises locales de distribution, n’indique que :





le nombre d’ « installations » raccordées, c’est-à-dire le nombre de parcs éoliens
entendus comme « société d’exploitation » (il peut tout aussi bien s’agir d’une éolienne
isolée que d’un parc de 6 éoliennes) ;
la puissance totale raccordée en mégawatts (MW) et la répartition par région ;
les données de production agrégées, en térawattheures (TWh).

Ces données ne précisent ni le nombre d’éoliennes raccordées au réseau ni leur localisation
précise.
Les recherches effectuées dans le catalogue interministériel de données géographiques, auprès
des DREAL et sur le site Internet de The Wind Power ont abouti au recensement de l’ensemble
des parcs puis des éoliennes en exploitation sur le territoire français métropolitain en avril 2016.
A cela s’ajoutent 1 017 autres éoliennes ayant obtenu leurs autorisations de construire et
d’exploiter, mais non encore construites.
Les données obtenues sont les suivantes :





coordonnées précises des 5 156 éoliennes en exploitation en avril 2016 ainsi que de
1 017 autres éoliennes pour lesquelles un permis de construire a été accordé mais non
encore construites (soit un total de 6 173 éoliennes) ;
date de mise en service de 5 120 éoliennes (99,3 % des éoliennes déjà en service) ;
gabarit (hauteur de mât et longueur de pale) de 4 217 éoliennes, soit 68,3 % des 6 173
machines (et 100 % des éoliennes pour lesquelles nous disposons de rapports de suivi
de mortalité).

A chaque éolienne a été attribué un type d’habitat (base de données CORINE Land Cover 2012).
Chaque éolienne est également positionnée par rapport à la zone de protection spéciale (ZPS)6
la plus proche (distance en mètres).

1.2 Evolution du nombre d’éoliennes
Au 31 décembre 2016, la France comptait environ 5 760 éoliennes en exploitation pour une
puissance totale installée de 11 722 MW5. La majeure partie de ces éoliennes a été construite
entre 2000 et 2016, le réel essor de la filière ayant débuté en 2005 avec la loi POPE7 qui instaure
une obligation d’achat pour les éoliennes implantées en zone de développement éolien (ZDE).
Les ZDE étaient en premier lieu des éléments de planification pour le réseau électrique : elles
ont été supprimées en 2013, la planification régionale étant alors définie dans les Schémas
5

Commissariat général au développement durable, Tableau de bord : éolien - Quatrième trimestre 2016. Datalab
essentiel n° 90 - Février 2017.
6
Les zones de protection spéciale (ZPS) sont créées en application de la directive européenne 79/409/CEE, plus
connue sous le nom directive oiseaux.
7
LOI n° 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 15
Régionaux de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3REnR), en coordination
avec les Schémas Régionaux Eoliens (SRE) annexés aux Schémas Régionaux Climat Air Energie
(SRCAE).
La loi NOTRe8 du 7 août 2015, vise à remplacer ces SRCAE, dont certains ont été annulés suite à
des recours juridiques, par des schémas régionaux d'aménagement et de développement
durable du territoire (SRADDT).
Pour l’éolien terrestre, le Décret n° 2016-1442 du 27 octobre 2016 relatif à la programmation
pluriannuelle de l’énergie (PPE) fait état d’un objectif de développement de 15 000 MW à
l’horizon 2018 et entre 21 800 MW et 26 000 MW à l’horizon 2023. Au regard de la puissance
unitaire moyenne des éoliennes et de son évolution, cela correspond à doubler le nombre
d’éoliennes terrestres entre fin 2015 et fin 2023 pour atteindre 10 000 à 12 000 éoliennes.
Figure 1 : Estimation de l’évolution du nombre d'éoliennes en France

Estimation du nombre d'éoliennes installées et objectifs
de la PPE
Eoliennes installées

Tendance actuelle

PPE option basse

PPE option haute

12 000
10 000
8 000

6 000
4 000
2 000
0

Notons qu’il s’agit là d’objectifs non contraignants. Par ailleurs, ces objectifs ne sont pas
accompagnés de moyens nouveaux qui permettraient de garantir leur réalisation. Dans ces
conditions il est peu probable que le nombre d’éoliennes implantées chaque année dévie de la
trajectoire actuelle et dépasse donc 8 000 éoliennes en 2023 (Figure 1).
Au regard de la durée nécessaire au développement et à la construction d’un parc éolien en
France, il est intéressant de souligner que la quasi-totalité des parcs qui seront mis en service
d’ici 2023 sont déjà initiés. Pour certains, les autorisations sont même déjà accordées mais les
parcs non encore construits.
A plus long terme, l’Ademe9 et l’association NégaWatt10 ont par ailleurs évalué la faisabilité
technique d’un mix électrique 100 % renouvelable à l’horizon 2050. Le scénario de l’association
NégaWatt prévoit ainsi la possibilité d’implanter 18 000 éoliennes terrestres à cette échéance.

1.3 Taille des parcs éoliens
Pour évaluer le nombre d’éoliennes constituant les différents parcs il convient d’aller au-delà de
la définition strictement administrative des permis de construire ou des autorisations d’exploiter
8

LOI n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République
http://www.ademe.fr/mix-electrique-100-renouvelable-analyses-optimisations
10
http://www.negawatt.org
9

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 16
au titre des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), un même
ensemble visuel d’éoliennes pouvant être constitué de plusieurs sociétés d’exploitation.
Si l’on considère comme un parc tout ensemble d’éoliennes distantes de moins de 1 500 m les
unes des autres, alors les 6 175 éoliennes construites ou disposant des autorisations de
construire et d’exploiter en avril 2016 sont réparties en 802 parcs constitués en moyenne de
7,7 machines (Figure 2).
La moitié de ces 802 parcs est constituée 6 machines ou moins. Les trois quarts sont constitués
de 9 éoliennes ou moins. Et seul 6,7 % des parcs sont accueillent plus de 16 éoliennes.

Figure 2 : Distribution de la taille des parcs éoliens en France (avril 2016)

Taille des parc éoliens français (en nombre d'éoliennes)
(est considéré comme parc tout ensemble d'éoliennes distantes de moins de 1500
m les unes des autres)

Nombre d'éoliennes par parc

60
50
40

30
20
10
0

Note : se référer à l’Annexe III page 91 pour la lecture des diagrammes en boîte.

Le plus grand ensemble éolien, constitué de 56 éoliennes, se trouve dans les grandes plaines
champenoises. Il s’agit du groupement de deux parcs de 30 et 26 éoliennes distants de 1 350 m.
Le plus grand ensemble éolien situé hors territoire agricole est composé de 4 sociétés
d’exploitations réunissant 32 machines de « petit » gabarit (mât de 57 m et pales de 35 m)
implantées majoritairement en végétation sclérophylle (forêts, terres boisées et broussailles
méditerranéennes) dans l’Aude.
Le plus grand ensemble éolien situé en ZPS est composé de 30 éoliennes. La ZPS concernée –
Beauce et vallée de la Conie – s’étend sur 62 communes d’Eure-et-Loir et du Loiret (71 753 ha)
et est couverte à 80 % par des terres arables. Cette ZPS accueille, en tout, 6 groupes d’éoliennes
pour un total de 73 machines, soit 29 % des 252 éoliennes implantées en ZPS à ce jour. Notons
toutefois que pour ces 30 éoliennes – ainsi que pour la majeure partie des 43 autres – l’obtention
des autorisations de construire et d’exploiter est antérieure à la désignation de ce territoire en
ZPS (mais postérieure à sa désignation en ZICO11).

11

Zone importante pour la conservation des oiseaux.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 17

1.4 Gabarit des machines
Début 2016, sur l’ensemble du parc éolien français, la hauteur moyenne des éoliennes en bout
de pale est de 120 m (80 m de tour et 40 m de pale) avec un écart type de 21,7.
La plus grande éolienne actuellement en service est l’éolienne maritime Haliade 150 d’Alstom
Power qui culmine à 176 m d’altitude. Elle est actuellement en phase de test sur la commune
de Frossay (44). Mise à part cette singularité, aucune éolienne construite ou accordée ne
dépasse 160 m de haut. Il existe toutefois plusieurs projets avec des éoliennes de 180 m et au
moins un, dans les Ardennes, avec des éoliennes de 200 m de haut.
La taille des éoliennes a plus que doublé entre 2000 et 2015 (x 2,1) pour atteindre, en moyenne,
139 m en bout de pale pour les éoliennes érigées en 2015 (Figure 3). La surface moyenne balayée
par le rotor a, elle, été multipliée par 3,3 pour passer de 2 064 m² à 6 888 m².
La vitesse de rotation du rotor a diminué au fur et à mesure que les pales s’allongeaient ; il en
découle une vitesse linéaire en bout de pale relativement stable avec le temps.
Jusqu’en 2006, c’est principalement l’augmentation de la hauteur des mâts qui a contribué à
l’augmentation du gabarit des machines, il en a donc résulté une élévation du bas des pales.
Depuis 2006, l’augmentation de la hauteur des mâts s’accompagne également d’un
accroissement de la longueur des pales, ceci explique que la hauteur du bas des pales reste
relativement stable depuis cette époque.
Figure 3 : Evolution du gabarit moyen des éoliennes implantées en France de 2000 à 2015

Evolution du gabarit moyen des éoliennes mises en
services
Hauteur totale

Hauteur de la tour

Bas des pales

160
140
120
100
80
60
40
20
0

On note que le type d’habitat et la proximité des ZPS sont corrélés avec le gabarit des éoliennes.
Ainsi la hauteur totale moyenne est de 126 m pour les éoliennes implantées en plein champs à
plus de 1 000 m d’une ZPS, mais de seulement 94 m pour les éoliennes situées à moins de
1 000 m d’une ZPS en dehors des plaines agricoles, soit une différence de 32 m en moyenne
(Figure 4 et Figure 5).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 18
Figure 4 : Hauteur totale des éoliennes en fonction de la distance aux ZPS

Hauteur totale en bout de pale [m]

Gabarit des éoliennes en fonction de leur distance aux ZPS
200
180
160
140
120
100

80
60
40
20
0
ZPS ≤ 1000 m

ZPS > 1000 m

Figure 5 : Hauteur totale des éoliennes en fonction du type d'habitat

Hauteur totale en bout de pale [m]

Gabarit des éoliennes en fonction de leur classification
CORINE Land Cover
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
Hors plaines agricoles

En plaines agricoles

Comme nous le verrons dans les paragraphes 1.7 et 1.8, cette situation s’explique par le fait que
les éoliennes les plus anciennes – et donc les plus petites – ont été installées dans les territoires
offrant le meilleur potentiel éolien, ces territoires se trouvant être, le plus souvent, des forêts,
terres boisées et broussailles méditerranéennes. Ce n’est qu’à partir de 2004 que les territoires
moins ventés constitués majoritairement de plaines agricoles situées plus loin des ZPS ont pu
être investis par les promoteurs disposant de machines de plus grand gabarit. Il convient donc
d’être vigilant lorsque l’on compare les impacts de parcs éoliens situés sur des habitats différents
puisque le gabarit des machines varie lui-aussi (et réciproquement).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 19

1.5 Comparaison avec d’autres pays
Il n’est pas possible de comparer le nombre d’éoliennes implantées dans les différents pays du
monde. En effet, toutes les données existantes comptabilisent non pas le nombre d’éoliennes
implantées mais la puissance installée (en MW).
Des pays comme les Etats-Unis, qui ont entrepris le développement de parcs géants dès les
années 70, disposent de milliers d’éoliennes de très faible puissance (inférieure à 0,2 MW) –
près de 13 000 rien que sur les trois parcs de Tehachapi Pass, San Gorgonio Pass et Altamont
Pass – tandis que la France, où le développement de l’éolien n’a réellement débuté qu’au début
des années 2000, ne dispose pratiquement que d’éoliennes de plus d’1 MW (la moyenne et la
médiane s’établissant toutes deux à 2 MW). Le nombre d’éoliennes nécessaires pour atteindre
la même puissance installée est donc, vraisemblablement supérieur aux Etats-Unis qu’en France.
Les données fournies par le Global Wind Energy Council12 permettent toutefois d’établir les
classements suivants :
Au 31 décembre 2016, la France se trouve au 7ème rang mondial et au 4ème rang européen en
termes de puissance éolienne installée derrière la Chine, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Inde,
l’Espagne et le Royaume-Uni (Figure 6). Cette situation s’explique par la disponibilité de la
ressource vent (inégale suivant les pays), par la part de ces territoires libre de contraintes
techniques, réglementaires et environnementales et par les choix politiques opérés en matière
de stratégie énergétique.
Figure 6 : Puissance éolienne installée dans le monde au 31/12/2016 [MW]

Puissance éolienne au 31/12/2016 [MW]
Source : Global wind statistics 2016 (Global Wind Energy council)

Puissance installée [MW]

180 000

160 000
140 000
120 000
100 000
80 000
60 000
40 000
20 000
0

En termes de densité (puissance installée en MW pour 1 000 km²), la France figure à la 11ème
position au niveau mondial, derrière l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas ou la Belgique
(Figure 7).

12

Global wind statistic 2016 (Global Wind Energy Council)

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 20
Figure 7 : Densité d'éoliennes installée dans le monde au 31/12/2016 [MW/1 000 km²]

Puissance éolienne au 31/12/2016 [MW/1 000 km²]
Puissance installée [MW/1 000 km²]

Source : Global wind statistics 2016 (Global Wind Energy council)
150
125
100
75
50
25
0

D’après l’EWEA (European Wind Energy Association) aucun parc éolien français ne fait partie des
10 plus grands parcs éoliens d’Europe13. Le plus grand ensemble d’éoliennes français – tel que
nous l’avons défini plus haut avec ses 56 machines – se rapproche toutefois du parc anglais de
Dorenell situé en dixième position (Tableau 1).
Tableau 1 : Liste des 10 plus grands parcs européens

Parc

Pays

Fantanele and Cogealac
Whitelee
Viking
Clyde
Pen y Cymoedd
Alto Minho
Vento Minho
Andau
Maranchón
Dorenell
Total

Romania
UK
UK
UK
UK
Portugal
Portugal
Austria
Spain
UK

Puissance
[MW]

Nb
d’éoliennes

600
539
371
350
256
240
240
237
208
177
3 218

240
215
103
152
76
120
120
79
104
59
1 268

Date de mise en service
2012
2012
2018 (fully permitted)
2012
2016 (fully permitted)
2008
2009
2014 (under construction)
2007
2018 (fully permitted)

Nous l’avons vu précédemment, les grands espaces américains ont permis l’émergence de
projets hors normes composés, parfois, de plusieurs milliers d’éoliennes. Ainsi, aucun des vingt
plus grands parcs américains n’est constitué de moins de 20014 éoliennes.
Le parc éolien d’Altamont Pass en Californie, dont il est souvent question dans la littérature,
concentre à lui seul 4 930 éoliennes sur une surface de prairie vallonnée de 165 km², c’est-à-dire
pratiquement autant d’éoliennes que toute la France sur une surface inférieure à celle de la
commune de Millau (12). Le gabarit de ces machines n’a toutefois rien de comparable avec les

13

Ten biggest onshore wind farms in Europe (juillet 2013)

14

AWEA U.S. Wind Industry Annual Market Report 2012

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 21
éoliennes que l’on trouve en France (la plupart sont équipées de tours en treillis haubanés de
24 m de haut et de pales de 9 m de long avec des vitesses de rotation élevées).
Il convient donc d’être extrêmement prudent lorsque l’on se réfère à des publications
étrangères et de vérifier si les conclusions sont transposables, ou non, à un autre contexte.

1.6 Répartition des éoliennes sur le territoire français
Deux facteurs principaux permettent d’expliquer la distribution des éoliennes sur le territoire
français :
1. Le gisement éolien. Historiquement, c’est ce critère qui a orienté l’émergence des
premiers parcs français vers le sud de la France et la vallée du Rhône avant d’atteindre
les côtes de la moitié nord ;
2. Les plaines agricoles. Ces grands espaces exempts d’habitations ont ensuite été investis
dans les régions Champagne-Ardenne, Lorraine, Centre Val-de-Loire puis Bourgogne au
fur et à mesure que le gabarit des machines permettait de capter les vents de plus en
plus haut.
Figure 8 : Le gisement éolien français [m/s]. Source : Ademe, novembre 2015

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 22
Les grands territoires, peu voire pas investis par les promoteurs éoliens, présentent un faible
gisement éolien (Aquitaine, Limousin, Alsace, Franche-Comté) ou des contraintes techniques ou
paysagères fortes (Ile-de-France, Alpes, Pyrénées, etc.).
Avec l’augmentation progressive de la taille des éoliennes et la diminution des coûts
d’investissement et d’exploitation, les territoires peu venteux devraient s’ouvrir de plus en plus
aux porteurs de projets éoliens. Il est ainsi possible d’imaginer dans l’avenir un développement
de l’éolien dans ces nouveaux territoires plutôt que dans ceux qui subissent aujourd’hui déjà
une forte pression de la part des développeurs.
Sur la carte ci-dessous, les points représentent les parcs éoliens en exploitation ou disposant des
autorisations de construire et d’exploiter en avril 2016. Les parcs éoliens sur lesquelles nous
disposons de données (suivis d’activité ou de mortalité, découvertes fortuites, etc.) sont
représentés en blanc. Les analyses qui suivent portent sur les jeux de données constitués dans
le cadre de ces suivis.
Figure 9 : Localisation des parcs éoliens français au 1er avril 2016
(En blanc ceux pour lesquelles nous disposons de données)

1.7 Habitats concernés
Les premières éoliennes installées en France, jusqu’en 2000, avaient une hauteur totale
comprise entre 40 et 80 m en bout de pale. Le critère vent primait donc sur toute autre
considération, d’autant que la rentabilité n’était pas assurée par le mécanisme d’obligation
d’achat tel qu’il existe aujourd’hui en France. Le cadre réglementaire n’imposait pas des études
d’impact aussi exigeantes qu’aujourd’hui. Enfin, le réseau Natura 2000 était peu développé,
spécialement les ZPS dont l’essentiel des désignations est intervenu en 2006-2007.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 23
C’est ainsi que les premiers parcs ont été implantés, pour la plupart, dans les espaces naturels
exposés au mistral et à la tramontane, puis sur les côtes de la Manche et de la mer du Nord.
Depuis, grâce à l’augmentation du gabarit des machines et aux exigences accrues des services
instructeurs (déploiement du réseau Natura 2000, classement ICPE des éoliennes, émergence
de la notion de séquence ERC15, etc.), les parcs mis en service chaque année s’implantent de
plus en plus en plaine agricole (et donc hors des territoires forestiers, zones humides, bocage,
etc.). Dans les régions à faible potentiel éolien, les projets deviennent aujourd’hui
économiquement viables du fait de l’augmentation de la taille des pales qui permet de générer
de l’électricité à partir de vitesses de vents plus faibles. Les mâts, de plus en plus hauts,
permettent également de capter les vents d’altitude jusque-là inaccessibles.
Figure 10 : Evolution de l'occupation biophysique des sols par les éoliennes

Evolution de l'occupation biophysique des sols en
fonction de l'année de mise en service des éoliennes
(Données : CORINE Land Cover 2012)

100%

Tissu urbain discontinu
Réseaux routier et ferroviaire et espaces associés
Aéroports
Terres arables hors périmètres d'irrigation
Vignobles
Systèmes culturaux et parcellaires complexes
Forêts de feuillus
Forêts mélangées
Landes et broussailles
Forêt et végétation arbustive en mutation
Végétation clairsemée

Zones industrielles et commerciales
Zones portuaires
Extraction de matériaux
Rizières
Prairies
Surfaces essentiellement agricoles
Forêts de conifères
Pelouses et pâturages naturels
Végétation sclérophylle
Roches nues

90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%

Quelques chiffres pour illustrer :


15

Seules 17,0 % des éoliennes mises en service en 2000 avaient été implantées sur des
"terres arables hors périmètres d'irrigation" (en plein champ), la majeure partie se
retrouvant dans des espaces naturels (prairies, bois, maquis, etc.) ou des cultures
complexes (bocages, etc.). Ce pourcentage a eu tendance à augmenter chaque année
pour s’établir à 78,9 % pour les éoliennes implantées en 2015 et dépasse 82,9 % pour
les projets autorisés mais non encore construits (Figure 10).

Lignes directrices nationales sur la séquence éviter, réduire et compenser les impacts sur les milieux naturels, MEDD
(2013)

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 24


En valeur cumulée, alors que les éoliennes en exploitation en territoire forestier – au
sens Corine Land Cover du terme (forêts, pelouses et pâturages naturels, landes et
broussailles, végétation sclérophylle, etc.) – représentaient 60,6 % des éoliennes en
2003, elles ne représentent plus que 12,8 % du total des éoliennes en 2015.

1.8 Eoliennes et ZPS
Deux constats s’imposent lorsque l’on superpose les éoliennes et les périmètres des Zones de
Protection Spéciale (ZPS) telles qu’elles existent aujourd’hui : d’une part, la répartition des
éoliennes situées en ZPS n’est pas uniforme sur le territoire et, d’autre part, la proximité des ZPS
dépend de la date de mise en service.
Ainsi, 15 régions – parmi les 22 que comptait la France métropolitaine avant l'entrée en vigueur
du nouveau découpage régional le 1er janvier 2016 – n’accueillent aucune éolienne en ZPS16. Ces
régions regroupent pourtant 71,3 % des éoliennes françaises. Au contraire, 5 régions
concentrent 90,5 % des 252 éoliennes situées en ZPS (Tableau 2).
Tableau 2 : Répartition des éoliennes en ZPS suivant les régions de France métropolitaine (données avril 2016)

Région
Champagne-Ardenne
Picardie

846

0

0,0%

0 MW

Bretagne

546

0

0,0%

0 MW

Lorraine

485

0

0,0%

0 MW

Nord-Pas-de-Calais

365

0

0,0%

0 MW

Poitou-Charentes

313

0

0,0%

0 MW

Midi-Pyrénées

213

0

0,0%

0 MW

Basse-Normandie

146

0

0,0%

0 MW

Rhône-Alpes

110

0

0,0%

0 MW

Corse

30

0

0,0%

0 MW

Franche-Comté

26

0

0,0%

0 MW

Ile-de-France

13

0

0,0%

0 MW

Alsace

12

0

0,0%

0 MW

1

0

0,0%

0 MW

148

1

0,7%

1 MW

Limousin

26

6

23,1%

9 MW

Auvergne

139

17

12,2%

26 MW

41

26

63,4%

26 MW

Languedoc-Roussillon

447

38

8,5%

57 MW

Pays-de-la-Loire

384

41

10,7%

60 MW

Bourgogne

332

50

15,1%

101 MW

Centre-Val de Loire

401

73

18,2%

150 MW

6 173

252

4,1%

435 MW

Aquitaine
Haute-Normandie

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Total

16

Nb d'éoliennes
Nb
%
Puissance
construites ou d'éoliennes d'éoliennes installée en
autorisées
en ZPS
en ZPS
ZPS
1 149
0
0,0%
0 MW

Si on intègre la Haute-Normandie où une seule éolienne se trouve en bordure intérieure d’une ZPS.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 25

D’autre part, plus les éoliennes ont été mises en service récemment, moins elles sont implantées
en ZPS ; et les éoliennes sont implantées, en moyenne, de plus en plus loin des ZPS.



Le pourcentage d'éoliennes mises en services en ZPS17 chaque année a été divisé par
trois entre 2000 et 2015 pour passer de 15,1 % à 4,75 % (Figure 11).
En valeur cumulée, la part des éoliennes en ZPS a tendance à décroitre chaque année
depuis 2002 pour atteindre 4,95 % en 2015, bien que leur nombre total continue de
progresser régulièrement (Figure 11).
Figure 11 : Evolution du nombre d'éoliennes en ZPS

Evolution du nombre d'éoliennes en ZPS
% cumulé d'éoliennes en ZPS

Nombre cumulé d'éoliennes en ZPS

25%

300

20%

250
200

15%

150

10%

100

5%

50

0%

0

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015







98,1 % des éoliennes qui ont été mises en service en 2000 se trouvent à moins de 10 km
d’une ZPS, contre 42,2 % en 2015 (Figure 12).
La distance moyenne d’implantation par rapport aux ZPS, telles qu’elles existent
aujourd’hui, n’a cessé d’augmenter pour passer de 2,3 km en 2000 à 16,7 km en 2015.
Parmi les 252 éoliennes situées en ZPS (4,9 % de l’ensemble des éoliennes) 56 % ont
obtenu leurs autorisations de construire et d’exploiter avant la désignation de ces
territoires en ZPS18.
Parmi les 392 ZPS françaises, seules 14 (3,57 %) accueillent des éoliennes. Parmi ces 14,
seules 6 avaient été désignées en ZPS18 avant l’implantation des premières machines.

Cela ne veut pas dire que les développeurs ne cherchent pas à s’établir dans les territoires
à forts enjeux biodiversité mais, plus vraisemblablement, que l’administration accorde ces
autorisations avec parcimonie, prenant de mieux en mieux en compte les enjeux liés à
l’avifaune. Néanmoins, si la proportion d’éoliennes implantées chaque année en ZPS ou en
dehors de plaines agricoles a tendance à diminuer, le nombre d’éoliennes en exploitation
dans ces sites ne cesse d’augmenter mécaniquement par effet de cumul.

17
18

Beaucoup de ces ZPS n’existaient pas encore au moment de l’implantation des éoliennes.
Ces territoires étaient toutefois identifiés comme ZICO (Zone importante pour la conservation des oiseaux).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 26
Figure 12 : Evolution cumulée de la distance d'implantation des éoliennes par rapport aux ZPS

Evolution cumulée de la distance d'implantation des
éoliennes par rapport aux ZPS
En ZPS

]0;1000]

]1000;2000]

]2000;3000]

]3000;4000]

]4000;5000]

]5000;6000]

]6000;7000]

]7000;8000]

]8000;9000]

]9000;10000]

]10000;∞[

100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 27

2 Les suivis réalisés
2.1 Réglementation applicable aux suivis
L’exploitant d’un parc éolien doit s’assurer que la construction et l’exploitation de son parc ne
dégradent pas l’état de conservation des espèces.
Ces impacts sont analysés dans l’étude d’impact réalisée préalablement à l’implantation du parc
éolien puis font l’objet d’un suivi environnemental.
Ce suivi est prévu dans des termes identiques par l’article 12 de l’arrêté ICPE du 26 août 201119
et par le point 3.7 de l’annexe I de l’arrêté du 26 août 201120 :
« Au moins une fois au cours des trois premières années de fonctionnement de
l’installation puis une fois tous les dix ans, l’exploitant met en place un suivi
environnemental permettant notamment d’estimer la mortalité de l’avifaune et des
chiroptères due à la présence des aérogénérateurs.
Lorsqu’un protocole de suivi environnemental est reconnu par le ministre chargé des
installations classées, le suivi mis en place par l’exploitant est conforme à ce
protocole.
Ce suivi est tenu à disposition de l’inspection des installations classées. »
Ce suivi doit également être conforme à la réglementation de l’étude d’impact. Ainsi, l’article
R122-14 du code de l’environnement prévoit que « - La décision d'autorisation, d'approbation
ou d'exécution du projet mentionne :
1° Les mesures à la charge du pétitionnaire ou du maître d'ouvrage, destinées à éviter
les effets négatifs notables du projet sur l'environnement ou la santé humaine, réduire
les effets n'ayant pu être évités et, lorsque cela est possible, compenser les effets négatifs
notables du projet sur l'environnement ou la santé humaine qui n'ont pu être ni évités ni
suffisamment réduits ;
2° Les modalités du suivi des effets du projet sur l'environnement ou la santé humaine ;
3° Les modalités du suivi de la réalisation des mesures prévues au 1° ainsi que du suivi de
leurs effets sur l'environnement, qui font l'objet d'un ou plusieurs bilans réalisés selon un
calendrier que l'autorité compétente pour autoriser ou approuver détermine. Ce ou ces
bilans sont transmis pour information par l'autorité compétente pour prendre la décision
d'autorisation, d'approbation ou d'exécution à l'autorité administrative de l'Etat
compétente en matière d'environnement. »
Le ministre en charge des installations classées a reconnu, le 23 novembre 2015, un protocole
de suivi environnemental applicable aux éoliennes terrestres soumises à autorisation et à
déclaration au titre de la législation relative aux ICPE. Celui-ci n’est toutefois applicable qu’aux
parcs mis en service après cette date.

19

Article 12 de l’arrêté ICPE du 26 août 2011 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie
mécanique du vent au sein d’une installation soumise à autorisation au titre de la rubrique 2980 de la législation
des installations classées pour la protection de l’environnement.
20
Arrêté du 26 août 2011 relatif aux installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent au
sein d’une installation soumise à déclaration au titre de la rubrique 2980 de la législation des installations classées
pour la protection de l’environnement.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 28
Tous les rapports de suivis dont nous disposons et qui sont ici analysés concernent des parcs mis
en service avant novembre 2015. Aucun protocole national n’était alors imposé aux exploitants
de parcs éoliens. Ceci explique, en partie, l’extrême hétérogénéité des suivis qui ont été réalisés,
tant en terme de pression d’observation que de rendu.
Parmi les parcs mis en services avant août 2011, seuls ceux dont l’étude d’impact ou
l’autorisation d’exploiter prescrivait un suivi de mortalité y étaient expressément soumis. Les
autres bénéficient d’un délai de 10 ans à compter de la mise en service pour réaliser un suivi
environnemental conforme au protocole validé par le ministère.
Pour de très nombreux parcs mis en services après août 2011, les exploitants bénéficient d’un
délai de 3 ans pour réaliser leur suivi de mortalité. Cela explique sans doute en partie le faible
nombre de rapports de suivi que nous avons pu réunir concernant ces parcs.
En outre, depuis août 2011 la loi précise que les suivis réalisés par les exploitants de parcs sont
simplement « tenus à la disposition » de l’Inspection des installations classés dans le cadre des
contrôles. Si certaines DREAL ont mis un point d’honneur à réclamer systématiquement les
rapports de suivi, d’autres ne disposent tout simplement pas de ces documents.
De fait, très peu de rapports traitant de parcs mis en service après 2011 ont pu être obtenus
(Figure 13).
Figure 13 : Nombre de parcs dont le suivi de mortalité est disponible

Nombre de parcs pour lesquels nous disposons de suivis
de mortalité en fonction de l'année de mise en service
25
20
15
10
5

0

Année de mise en service

2.2 Données agrégées
Nous avons réuni à ce jour 197 rapports pour un total de 8 696 pages. Tous ne contiennent pas
de suivi de mortalité : certains se contentent de suivis des habitats ou de suivis d’activité – des
migrateurs, des nicheurs, des chiroptères – suivis qui n’excluent pas nécessairement des
prospections rapides ou des découvertes fortuites.
Les données ainsi recueillies (découvertes fortuites, suivis de mortalité ou autres suivis)
concernent 142 parcs (1 065 éoliennes), soit 20,6 % du parc éolien français en exploitation en
avril 2016. Il s’agit en grande majorité de rapports de suivis environnementaux transmis par les
DREAL ou des associations de protection de la nature (APN). Parmi ces rapports, les rapports de
suivi de mortalité concernent 645 éoliennes appartenant à 91 parcs et représentant 12,5 % du
parc éolien français en exploitation en avril 2016 (Figure 14).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 29
Nous verrons par la suite que les parcs situés en zone d’incidence Natura 2000 sont
surreprésentés dans cet échantillon. A contrario, ceux situés en plaine agricole sont sousreprésentés.
Figure 14 : Nombre d'éoliennes concernées par les rapports de suivis agrégés

Rapports de suivis agrégés
Nombre d'éoliennes pour
lesquelles nous ne disposons pas
de données

4 091
79%

1 065
21%

420
8%
645
13%

Nombre d'éoliennes pour
lesquelles nous disposons d'un
rapport de suivi de mortalité
protocolé
Nombre d'éoliennes pour
lesquelles nous disposons de
données mais pas de rapport de
suivi de mortalité protocolé

Suite à nos sollicitations, certains bureaux d’étude ou associations ont parfois accepté
d’apporter des compléments d’informations non spécifiés dans ces rapports (rapports
intermédiaires, dates de découverte des cadavres, largeurs de transects, distance par rapport
au mât, etc.).
Certains cas de mortalité sont également issus de compilations réalisées par le CPIE Pays de
Soulaisne en Champagne-Ardenne et Tobias Dürr (Agence de l’environnement du Land de
Brandebourg) qui tient à jour un décompte des cas de mortalité constatés en Europe21. Pour ces
dernières sources, il n’a pas été systématiquement possible de relier chaque cas de mortalité à
un parc particulier ou à des modalités de suivis ; toutefois, il a été possible de s’assurer de
l’absence de doublons.
Lorsque les informations étaient disponibles, chaque suivi annuel a été décrit aussi précisément
que possible dans une base de données : parc concerné, nature du suivi, date de début et de fin,
nombre d’éoliennes suivies, nombre de prospections par éolienne, surface théorique
prospectée, surface réellement prospectée, largeur des transects.
37 839 prospections réalisées entre 1997 et 2015 ont ainsi pu être répertoriées dont 35 903
issues de suivis de mortalité protocolés (94,88 %).

2.3 Robustesse des suivis de mortalité
91 parcs, composés de 645 éoliennes, ont fait l’objet d’un suivi destiné à évaluer leur mortalité
et précisant, au minimum :




21

le nombre d’éoliennes suivies ;
la surface théoriquement prospectée sous chaque éolienne (mais pas nécessairement
la surface éventuellement non prospectable à certaines périodes de l’année sous
certaines éoliennes en raison, par exemple, de la couverture végétale) ;
la période de l’année sur laquelle se déroule le suivi ;

Bird fatalities at windturbines in Europe (Dürr, 2017)

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 30


le nombre de prospections sous chaque éolienne (mais pas nécessairement la date
exacte de chacune des visites).

Ces 645 éoliennes représentent 12,5 % des éoliennes en exploitation en France.

2.3.1 Nombre d’éoliennes suivies
Pour la grande majorité des parcs (81 %) l’ensemble des éoliennes a été prospectée (Figure 15).
Le choix de ne prospecter que certaines des éoliennes d’un parc peut résulter soit de contraintes
techniques (éoliennes en forêt ou dans un site difficilement accessible) soit d’arbitrages
financiers.
La plupart des suivis montrent une répartition hétérogène des cadavres sous les différentes
éoliennes d’un même parc. Les éoliennes étant espacées de plusieurs centaines de mètres les
unes des autres, les enjeux avifaunes et chiroptères peuvent fortement varier d’une éolienne à
l’autre, y compris lorsque le parc est intégralement situé dans un habitat en apparence
homogène comme une plaine agricole. De même, les suivis réalisés plusieurs années de suite
montrent parfois une évolution de la répartition de la mortalité entre les éoliennes d’un même
parc.
C’est pourquoi il est conseillé de prospecter sous l’ensemble des éoliennes, y compris dans les
parcs importants.
Figure 15 : Répartition des suivis en fonction du pourcentage d'éoliennes prospectées

Quantité de suivis (en pourcentage)

Répartition des suivis en fonction du pourcentage
d'éoliennes prospectées
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%

Pourcentage d'éoliennes prospectées

2.3.2 Surface prospectée
La surface théoriquement prospectée sous chaque éolienne varie de 314 m² (pour un parc) à
31 416 m² (pour un parc également), c’est-à-dire que le rayon de recherche varie de 10 à 100 m
autour de chaque éolienne.
La majeure partie des suivis (80 %) respecte toutefois des préconisations de la LPO (André,
2009), la zone à prospecter étant caractérisée par un cercle d’au moins 100 m de diamètre
(7 854 m²) ou un carré d’au moins 100 m de côté (10 000 m²) (Figure 16).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 31
Figure 16 : Surface théoriquement et réellement prospectée sous chaque éolienne

Surface théoriquement prospectée [m²]

Surface prospectée sous chaque éolienne
35 000
30 000
25 000
20 000
15 000
10 000
5 000
0
Surface théorique

Surface réelle

Note : se référer à l’Annexe III page 91 pour la lecture des diagrammes en boîte.

Précisons qu’il s’agit bien là de la surface théoriquement prospectée, c’est-à-dire la surface sur
laquelle l’organisme en charge du suivi s’est engagé à rechercher des cadavres lorsque cela est
possible. La surface réellement prospectée est quant à elle souvent inférieure en raison de la
couverture végétale qui varie au cours de l’année ou de contraintes d’accès à certaines parcelles.
La surface réellement prospectée n’est précisée que dans 25 % des rapports. Sa prise en compte
dans cette étude est souvent complexe puisque celle-ci varie potentiellement à chaque visite en
fonction de l’évolution du couvert végétal.
Globalement, pour les parcs pour lesquels cette donnée est disponible, la surface réellement
prospectée est, en moyenne, deux fois moins importante que la surface théorique (Figure 16).
Pour les parcs ayant fait l’objet d’une prospection sur un rayon théorique d’au moins 50 m, la
moitié des cadavres d’oiseaux est retrouvée à une distance comprise entre 15 et 35 m par
rapport au mât de l’éolienne la plus proche tandis que la moitié des chauves-souris est retrouvée
entre 6 et 22 m (Figure 17). Le fait que les oiseaux subissent des collisions et les chauves-souris
des barotraumatismes intervient vraisemblablement dans ce mécanisme. Une étude s’appuyant
sur un modèle balistique montre également que la distance potentielle de projection est
corrélée avec le poids des cadavres (Hull & Muir, 2010) ; plus les individus sont grands et lourds
plus ils peuvent être projetés loin des éoliennes.
Si le rayon de prospection, fixé à 50 m, semble adapté pour les chauves-souris, il est possible
qu’il soit insuffisant pour découvrir l’ensemble des cadavres d’oiseaux que l’on retrouve
globalement plus loin du mât de l’éolienne.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 32
Figure 17 : Distance de découverte des cadavres par rapport à l'éolienne la plus proche

Distance de découverte des cadavres des cadavres
d'oiseaux et de chauves-souris

Distance [m]

(données issues des prospections effectuées sur un rayon théorique minimum de
50 m)
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Oiseaux

Chauves-souris

Il est probable que la taille des pales influence également la dispersion des cadavres d’oiseaux
mais ce phénomène est difficile à mettre en évidence du fait de la quasi absence de prospection
au-delà de 50 m. Le sous-groupe constitué par les éoliennes équipées de pales de plus de 41 m
montre, en effet, une dispersion légèrement plus importante des cadavres (Figure 18). Une
prospection généralisée au-delà de 50 m pourrait permettre, dans l’avenir, de mieux rendre
compte de ce phénomène.
Figure 18 : distance de découverte des cadavres d'oiseaux en fonction de la longueur des pales

Distance de découverte des cadavres d'oiseaux en
fonction de la longueur des pales

Distance [m]

(données issues des prospections effectuées sur un rayon minimum théorique
de 50 m)
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Longueur des pales < 41 m
(moyenne = 32 m)

Longueur des pales ≥ 41 m
(moyenne = 45 m)

Notons que cette surface prospectée sous les éoliennes est parcourue suivant des transects
linéaires ou circulaires dont la largeur varie de 3 à 25 m. Nous avons toutefois relevé plusieurs
erreurs dans les largeurs de transects affichées dans les rapports – en particulier celles fixées à
25 m – qui nous amènent à douter de la fiabilité de cette variable. En effet, de nombreux
rapports ont reproduit le graphique ci-dessous (Figure 19), issu d’un document de la LPO (André,
2009), sans le modifier et sans préciser que la prospection avait été réalisée suivant des transects
de largeur inférieure à 25 m.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 33
Figure 19 : Représentation graphique de la prospection (André, 2009)

En outre, il peut exister un décalage entre la largeur de transect théorique affichée dans le
rapport et la largeur effective sur le terrain. Cette dernière est en effet parfois adaptée en
fonction des contraintes (tous les terrains ne peuvent pas être parcourus en lignes droites) ou
des conditions de visibilité. La détectabilité des cadavres étant bien meilleure sur les plateformes
de montage et les chemins d’accès il arrive que les transects soient élargis sur ces surfaces. Au
contraire, certains observateurs peuvent resserrer les transects sur des terrains offrant peu de
visibilité.
Notons enfin, que le manque de précision dans le rapportage des largeurs de transects n’a
finalement que peu d’importance à partir du moment où les tests d’efficacité de recherche sont
effectués pour estimer la mortalité réelle (cf. p 56). Malheureusement, comme nous le verrons
plus loin, ces tests ne sont réalisés que sur trop peu de parcs.

2.3.3 Durée des suivis
Les périodes de suivi sont extrêmement variables d’un parc à l’autre. Certains prétendent
évaluer la mortalité d’un parc en ne couvrant qu’un mois voire une seule semaine, tandis que
d’autres vont prospecter systématiquement chaque semaine de l’année. Entre les deux, il existe
tout un éventail de suivis se concentrant, en général, sur la période de migration automnale et
s’étendant, parfois, aux autres périodes de l’année suivant les enjeux pressentis : migration
printanière, période de reproduction et, plus rarement, période d’hivernage.
Les durées médianes et moyennes s’établissent à 25 semaines de suivi par an soit près de 6 mois
(Figure 20).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 34
Figure 20 : Durée des suivis de mortalité en semaines

Nombre de semaines couvertes par
les suivis

Durée des suivis en semaines
52
48
44
40
36
32
28
24
20
16
12
8
4
0

Pour les parcs qui ont été suivis plusieurs années consécutives, il arrive que la période de
prospection varie d’une année sur l’autre, ce qui peut rendre les comparaisons interannuelles
compliquées.
Le fait de pouvoir choisir la période de prospection peut permettre de concentrer l’effort de
recherche sur la ou les phases du cycle biologique présentant les plus forts enjeux préalablement
identifiés. Toutefois, cela rend les comparaisons entre parcs hasardeuses et, surtout, cela ne
permet pas de conclure à l’absence d’impact sur les périodes non prospectées.
En effet, il est important de souligner que les formules destinées à évaluer la mortalité réelle à
partir du nombre de cadavres trouvés (voir p 56) ne permettent pas d’obtenir des extrapolations
sur les périodes qui n’ont pas été prospectées. Concrètement, si un parc est prospecté
uniquement pendant la période de reproduction, il est impossible d’en déduire le nombre
d’oiseaux qui seraient impactés en période de migration ou d’hivernage.

2.3.4 Fréquence de prospection
La majeure partie des suivis de mortalité a été effectuée à raison d’un passage par semaine
(Figure 21). Lorsque la prédation n’est pas importante, cette fréquence de passage peut suffire
à estimer la mortalité aviaire d’un parc. Il convient toutefois de s’assurer de la durée de
persistance des cadavres en réalisant un test de prédation au moins une fois au début de chaque
saison et d’adapter la fréquence de prospection en fonction du résultat.
Dans les rapports étudiés, la fréquence de passage semble avoir été systématiquement fixée en
amont, les tests de prédation ne servant qu’à fournir des variables pour le calcul de la mortalité
réelle estimée (voir p 56).
Dans de rares cas la fréquence de prospection a été augmentée, soit en cours de suivi soit à
l’occasion d’une deuxième année de suivi. Cette intensification résultait toutefois plus du
constat d’un très faible nombre de cadavres retrouvés que du résultat d’un test de prédation
ayant démontré la disparition rapide des cadavres. Dans ces cas particuliers, cette réduction du
temps entre deux prospections n’avait pas permis de trouver plus de cadavres.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 35
Figure 21 : Nombre de prospections par semaines

Nombre de prospections par semaine

Nombre de prospections par semaine
6
5
4
3
2
1
0

2.3.5 Reconduction des suivis
Un peu plus de la moitié des suivis de mortalité (54 %) ont été réalisés une seule année sans être
reconduits l’année suivante, et seulement un cinquième des suivis (20 %) ont duré plus de trois
ans (Figure 22).
Deux parcs sont suivis depuis maintenant plus de 6 ans : Bouin (85) et Aumelas (34).
Les suivis qui ont été reconduits plusieurs années mettent en évidence des variations
interannuelles parfois importantes, autant dans la quantité de cadavres récoltés que dans la
diversité des espèces impactées. Cela doit nous amener à considérer avec prudence les suivis de
mortalité réalisés sur une seule année.
Figure 22 : Durée des suivis en années

Durée des suivis en années
9

Durée des suivis en années

8
7
6
5
4
3
2
1
0

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 36

2.3.6 Robustesse des suivis en fonction de la localisation des parcs
Les parcs localisés à moins de 500 m des ZPS sont surreprésentés dans notre jeux de données,
vraisemblablement parce qu’ils font plus systématiquement que les autres l’objet d’une
obligation de suivi environnemental destiné à évaluer la mortalité des oiseaux et des
chiroptères. Ainsi, nous disposons de suivis de mortalité pour 30,4 % des éoliennes situées à
moins de 500 m d’une ZPS mais pour seulement 10,2 % des autres éoliennes (Tableau 3).
Les suivis réalisés sur les parcs situés à proximité de ZPS sont également plus robustes (surface
prospectée et nombre de prospections plus importants, suivis plus souvent reconduits).
Parmi les parcs situés à plus de 500 m des ZPS, on observe également que ceux situés en plein
champs bénéficient d’un suivi moins poussé que les autres. En particulier, ceux-ci font l’objet,
en moyenne, de deux fois moins de prospections par année de suivi (Tableau 3).
Tableau 3 : Niveau de prospection en fonction de la localisation des parcs

Nombre
d’éoliennes
suivies

Nombre moyen
de prospections
par éolienne et
par an

299

18,34

1,90

7 771 m²

191

38,32

2,03

9 253 m²

101

44,12

2,53

10 793 m²

En plein champs, à
plus de 500 m d’une
ZPS
Autre habitat, à plus
de 500 m d’une ZPS
A moins de 500 m
d’une ZPS

Durée
moyenne du
suivi (en
années)

Surface
théorique
moyenne
prospectée

On peut y voir une exigence de l’autorité administrative qui peut prescrire un certain nombre
de mesures dans les arrêtés de permis de construire ou d’autorisation d’exploiter au titre des
ICPE pour les projets les plus sensibles. On peut également interpréter ces différences de
traitement comme une volonté des bureaux d’étude et des associations de protection de la
nature, qui réalisent les suivis de mortalité, de proportionner l’effort d’investigation aux enjeux
présumés des sites.

2.4 Lacunes et limites
2.4.1 Distribution géographique des données
Les parcs pour lesquels nous disposons de suivis de mortalité sont largement répartis sur le
territoire, mais recoupent de manière inégale le parc éolien français (Figure 23).
Avec 1 066 éoliennes en exploitation, la région des Hauts-de-France fait partie des territoires
accueillant le plus d’éoliennes. C’est également la région pour laquelle nous disposons du moins
de données puisque nous ne disposons d’aucun suivi de mortalité pour les départements de
l’Aisne (02), de l’Oise (60), du Nord (59), du Pas-de-Calais (62) et de la Somme (80).
Parmi les départements accueillant un nombre important d’éoliennes, les Côtes-d’Armor (22),
l’Eure-et-Loir (28), les Ardennes (08), le Finistère (29) et la Côte-d’Or (21) sont également peu
voire pas représentés dans nos jeux de données.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 37
A contrario, nous avons pu collecter des données relativement nombreuses dans un certain
nombre de départements parmi lesquels : la Haute-Marne (52), la Vendée (85), l'Aveyron (12),
le Maine-et-Loire (49), la Loire-Atlantique (44), la Meurthe-et-Moselle (54) et l'Hérault (34).
Figure 23 : Carte des suivis disponibles par département

Nombre d’éoliennes (de 0 à 440)
Part des éoliennes pour lesquelles les
suivis de mortalité sont disponibles.

2.4.2 Distribution temporelle des suivis dans l’année
Très peu de parcs éoliens ont fait l’objet de suivis couvrant l’intégralité du cycle biologique
annuel (52 semaines). La période de migration postnuptiale, s’étalant de fin-juillet à début
octobre, concentre le plus de prospections (Figure 24).
La période hivernale (de fin novembre à fin février) ne fait, quant à elle, l’objet que de très peu
d’études.
Seuls 12 parcs (65 éoliennes) ont fait l’objet d’un suivi de mortalité couvrant au moins 48
semaines dans l’année.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 38
Figure 24 : Répartition des 37 839 prospections dans l'année

Répartition des 37 839 prospections dans l'année
Nombre de prospections

(hivers, printemps, été, automne)
1 500
1 000
500
0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 1213 14 15 16 1718 19 20 21 2223 242526 27 28 29 3031 32 33 34 353637 3839 40 41 42 4344 45 46 4748 49 50 5152

Numéro de la semaine

2.4.3 Exploitabilité des rapports
Au-delà de leur hétérogénéité méthodologique, une des principales lacunes de ces suivis tient
au fait que les données brutes ne sont pas toujours reproduites dans les rapports de suivis.
Le parc n’est pas systématiquement décrit (nombre, position, gabarit des éoliennes, puissance
et date de mise en service). Ce problème peut assez facilement être surmonté moyennant une
recherche de ces données dans d’autres bases documentaires publiques (DREAL) ou privées (The
Wind Power22).
Les enjeux environnementaux mis en évidence par l’étude d’impact ne sont pas toujours
rappelés, pas plus que les mesures destinées à éviter, réduire ou compenser d’éventuels
impacts. Très peu de suivis s’assurent de la mise en œuvre de ces mesures (plantation de haies,
jachères, création de zone humide, etc.).
Le suivi n’est pas systématiquement retranscrit dans le détail (dates précises des visites, surfaces
théoriquement et réellement prospectées à chaque visite, largeur des transects, etc.). Les
bureaux d’étude ou associations naturalistes en charge de ces suivis ont parfois accepté
d’apporter des compléments d’informations suite à nos sollicitations mais de très nombreuses
lacunes persistent, en particulier en ce qui concerne la surface réellement prospectée et les
largeurs de transects.
Les cas de mortalité constatés ne sont pas systématiquement décrits dans le détail. Par
exemple, sur l’ensemble des cadavres d’oiseaux issus de rapports de suivi de mortalité, seuls
78,5 % sont datés (jour et mois de la découverte dans l’année) et 26,7 % sont positionnés par
rapport à l’éolienne la plus proche (distance en mètres entre le cadavre et le mât de l’éolienne).
A ce niveau, les chiroptères semblent avoir fait l’objet de suivis légèrement plus précis avec
81,7 % des cadavres datés et 59,7 % positionnés par rapport au mât d’éolienne le plus proche.
La mortalité réelle n’est estimée que dans un nombre très faible de dossiers (cf. p 56), soit parce
que le protocole mis en œuvre ne permet pas d’appliquer les formules d’extrapolation (qui
nécessitent de relever les surfaces réellement prospectées sous chacune des éoliennes à chaque
visite et d’effectuer des tests de persistance des cadavres et d’efficacité de recherche une fois
par saison), soit parce que le nombre de cadavres retrouvés est jugé trop faible pour que
l’extrapolation ait un sens. En outre, lorsque les formules sont appliquées, elles donnent une
estimation de la mortalité sur la période prospectée et pas sur l’année complète (sauf à se
risquer à une extrapolation hasardeuse).

22

http://www.thewindpower.net

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 39

3 La mortalité constatée
3.1 Nombre de carcasses retrouvées
1 102 cas de mortalité directe d’oiseaux imputables aux éoliennes et 1 279 cadavres de chauvessouris ont pu être recensés dans le cadre de cette étude. Ils sont issus des documents suivants :






rapports de suivis de mortalité précisant période de prospection, nombre de visites,
surface théoriquement prospectée : 803 cas
autres rapports de suivis ayant amené à la découverte de cas de mortalité : 61 cas
découvertes fortuites : 5 cas
compilation de Tobias Dürr (hors suivis précédents) : 47 cas
compilation du CPIE Pays de Soulaines (hors suivis précédents) : 186 cas (la plupart sont
sans doute issus de suivis de mortalité protocolés mais nous ne disposons pas de ces
rapports).

Les 803 cadavres d’oiseaux mentionnés ci-dessus sont issus de 35 903 prospections réalisées
sous 532 éoliennes appartenant à 91 parcs.
Sur l’ensemble de ces suivis, cela correspond à :




0,02 oiseau par prospection23 (ou 1 oiseau toutes les 45 prospections) ;
0,74 oiseau par éolienne et par année de suivi24 ;
4,29 oiseaux par parc25 et par année de suivi.

Toutefois, comme nous l’avons vu précédemment, ces valeurs sont issues de suivis
extrêmement variés qui ne sont pas toujours suffisamment robustes pour rendre compte
précisément de la mortalité causée par les éoliennes.
Si on se concentre sur les 31 parcs qui ont fait l’objet d’un suivi de mortalité d’au moins 26
semaines à raison d’au moins 1 prospection par semaine sur un rayon de prospection théorique
d’au moins 50 m autour de chaque éolienne, alors 19 870 prospections réparties sur 189
éoliennes ont permis de découvrir 485 cadavres d’oiseaux.
Cela correspond à :




0,02 oiseau par prospection (ou 1 oiseau toutes les 41 prospections) ;
1,24 oiseau par éolienne et par année de suivi ;
7,57 oiseaux par parc26 et par année de suivi.

Enfin, si on ne considère que les 9 parcs qui ont fait l’objet d’un suivi d’au moins 48 semaines à
raison d’au moins 1 prospection par semaine sur un rayon de prospection théorique d’au moins
50 m autour de chaque éolienne, alors 8 084 prospections réparties sur 49 éoliennes ont permis
de découvrir 293 cadavres d’oiseaux.

23

Une prospection s’entend comme la recherche active de cadavres sous une éolienne suivant un
protocole décrit dans un rapport de suivi de mortalité. Selon la surface et la façon dont elle est parcourue
par l’observateur, une prospection peut durer de 10 à 40 minutes.
24
Comme vu en page 32, une « année de suivi » comprend, en moyenne, 25 semaines mais cette durée
peut fortement varier.
25
26

Le nombre moyen d’éoliennes suivies parmi ces 91 parcs était de 5,78.
Le nombre moyen d’éoliennes suivies parmi ces 31 parcs était de 6,10.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 40
Cela correspond à :




0,04 oiseau par prospection (ou 1 oiseau toutes les 28 prospections) ;
2,15 oiseaux par éolienne et par année de suivi ;
11,72 oiseaux par parc27 et par année de suivi.

Comme on le voit, il y a naturellement une corrélation forte entre le nombre de cadavres
découverts et le nombre de prospections effectuées : plus on effectue de prospections, plus on
a de chance de découvrir un nombre important de cadavres dans l’année.
On voit également, et cela est moins intuitif, que les parcs qui ont fait l’objet du plus grand
nombre de prospections dans l’année sont aussi ceux qui mettent en évidence le plus grand
nombre de cadavres par prospection. Cela s’explique sans doute par le fait que les parcs qui ont
fait l’objet des suivis les plus robustes sont également ceux qui sont présumés avoir les enjeux
avifaunistiques les plus forts. Ainsi, les 9 parcs évoqués ci-dessus se trouvent soit en ZPS (pour 5
d’entre eux) soit à proximité immédiate (476 m, 574 m, 1 027 m et 1 874 m de la ZPS la plus
proche), ce qui tend à confirmer cette dernière hypothèse.
Le nombre de cas de mortalité constatés peut donc tout autant refléter le niveau de qualité du
suivi réalisé (le nombre de prospections par an sur une surface donnée) que l’impact réel d’un
parc (lié aux enjeux avifaunistiques présents sur le site). Dit autrement, les parcs où l’on retrouve
le plus de cadavres ne sont pas nécessairement ceux responsables du plus grand nombre de cas
de collision. A contrario, certains suivis ne sont pas suffisamment robustes pour démontrer
l’absence d’impact, y compris lorsqu’aucun cadavre n’a été retrouvé.
Comme le montre la Figure 25, les 31 parcs ayant fait l’objet d’un suivi d’au moins 26 semaines
à raison d’au moins 1 prospection par semaine sur un rayon de prospection théorique d’au
moins 50 m montrent une corrélation relativement forte entre le nombre de cadavres
découverts par prospection et le nombre de cadavres découvert sur l’année. Un parc, le n°12,
échappe toutefois à cette corrélation du fait d’un effort de prospection « hors norme » (165
prospections en moyenne chaque année par éolienne).
On note également que quasiment tous ces parcs ont donné lieu à la découverte de cadavres
d’oiseaux.

27

Le nombre moyen d’éoliennes suivies parmi ces 9 parcs était de 5,44

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 41
Figure 25 : Nombre de cadavres par prospection / Nombre de cadavres par année de suivi

Nombre de cadavres par éolienne et par prospection
(données : 31 parcs ayant fait l'objet d'un suivi d'au moins 26 semaines sur un
rayon d'au moins 50 m)
Nb de cadavres découverts par prospection
Nb moyen de cadavres découverts par éolienne en une année de suivi
0,10

5,0
4,5
4,0
3,5
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0,0

0,08
0,06
0,04
0,02
0,00
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
Numéro du parc

En absence d’informations sur la méthodologie de suivi mise en œuvre, l’efficacité de recherche
de l’observateur ou la durée de persistance des cadavres, ces résultats ne permettent pas
d’avoir une vision, même partielle, de la mortalité réelle causée par les éoliennes sur les oiseaux.
C’est pourquoi il est important de pouvoir appliquer à chaque parc les formules permettant d’en
estimer la mortalité réelle (p56).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 42

3.2 Espèces impactées
Parmi les 1 102 cadavres d’oiseaux retrouvés28, 1 008 appartenant à 97 espèces ont pu être
précisément identifiés.

3.2.1 Classification par ordres et par familles
3.2.1.1 Passériformes
Avec 497 individus appartenant à au moins 43 espèces différentes, les passériformes
représentent à eux seuls 49,3 % des cadavres d’oiseaux découverts (et identifiés) sous les
éoliennes françaises (Figure 26). Parmi ceux-ci, les familles pour lesquels on constate le plus de
cadavres sont les suivantes :
1.
2.
3.
4.
5.

Regulidae (les roitelets) : 147
Alaudidae (les alouettes) : 66
Passeridae (les moineaux) : 63
Turdidae (les grives et merles) : 34
Sturnidae (les étourneaux sansonnets) : 32
Figure 26 : Classification par ordres et familles des cadavres d'oiseaux

Classification par ordre et par famille des cadavres
d'oiseaux retrouvés sous les éoliennes françaises
500
450
400
350
300
250
200
150

Regulidae
Turdidae
Muscicapidae
Sylviidae
Hirundinidae
Laniidae
Laridae
Recurvirostridae
Columbidae
Strigidae
Phalacrocoracidae
Alcedinidae

Alaudidae
Sturnidae
Emberizidae
Corvidae
Paridae
Accipitridae
Scolopacidae
Burhinidae
Phasianidae
Tytonidae
Ciconiidae
Rallidae

Passeridae
Saxicolidae
Fringillidae
Motacillidae
Troglodytidae
Falconidae
Charadriidae
Apodidae
Anatidae
Ardeidae
Meropidae
Picidae

100
50
0

28

Voir la liste complète en

Annexe I : Cas de mortalité d’oiseaux imputables aux éoliennes constatés en France (p 81)

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 43
3.2.1.2 Falconiformes
Les Falconiformes constituent le deuxième cortège d’oiseaux impactés par les éoliennes en
valeur absolue (Figure 26) mais sans doute le premier au regard de leurs effectifs de populations.
En effet, alors que les passereaux évoqués au point précédent se dénombrent généralement par
millions, voire par dizaines de millions si on considère les populations de passage, seules
quelques espèces de rapaces diurnes dépassent le seuil symbolique des 10 000 couples nicheurs
en France (Thiollay & Bretagnolle, 2004).
Les 233 cadavres répertoriés (23,1 % des cadavres identifiés) appartiennent aux deux familles
suivantes :



Accipitridae (Buse variable, milans, busards, Epervier d’Europe, Vautour fauve, Bondrée
apivore, Aigle botté, Autour des palombes, Balbuzard pêcheur) : 127
Falconidae (Faucons crécerelle, crécerellette et hobereau) : 106

3.2.1.3 Charadriiformes
Les 112 cas de mortalité constatés chez les Charadriiformes (Figure 26) représentent 11,1 % des
cadavres et concernent pratiquement tous la famille des Laridae (102 cadavres de mouettes et
goélands).
3.2.1.4 Apodiformes
Les 110 cas de mortalité constatés chez les Apodiformes concernent tous la famille des
Apodidae, essentiellement des Martinets noir (98,2 %) qui constituent la deuxième espèce la
plus retrouvée sous les éoliennes françaises.

3.2.2 Statut de protection et état de conservation







Sur les 97 espèces retrouvées, 75 % sont protégées en France29.
Sur les 1 008 cadavres identifiés, 74 % appartiennent à des espèces protégées en
France29.
10,2 % des cadavres appartiennent à des espèces inscrites à l’Annexe I de la Directive
Oiseaux30.
8,4 % des cadavres appartiennent à des espèces considérées comme menacées sur la
liste rouge française (UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS, 2016) :
o Vulnérable - VU (8,0 %),
o En danger - EN (0,2 %)
o En danger critique - CR (0,2 %).
36,6 % des cadavres appartiennent à des espèces considérées comme quasi-menacée
(NT) sur la liste rouge (UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS, 2016).

Seuls 19 % des cadavres retrouvés appartiennent à des espèces non protégées et ne présentant
qu’une préoccupation mineure quant à leur état de conservation.
La Figure 27 récapitule le statut de protection et l’état de conservation des espèces les plus
impactées (celles dont au moins 10 cadavres ont été retrouvés).

29

Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur
protection.
30
Annexe I de la Directive 2009/147/CE du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009 concernant la
conservation des oiseaux sauvages.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 44
Figure 27 : Statut de protection et état de conservation des principales espèces retrouvées

Principales espèces retrouvées sous les éoliennes, statuts
de protection et de conservation
LC

NT

VU

Protégé

EN

Annexe I

120

Nombre de cadavres retrouvés

110
100
90
80
70
60
50
40
30
20

10

Merle noir

Pouillot véloce

Bruant proyer

Hirondelle de fenêtre

Perdrix rouge

Epervier d'Europe

Busard cendré

Corneille noire

Moineau domestique

Milan royal

Roitelet huppé

Milan noir

Gobemouche noir

Perdrix grise

Grive musicienne

Faucon crécerellette

Pigeon ramier

Rougegorge familier

Pigeon biset

Buse variable

Etourneau sansonnet

Mouette rieuse

Alouette des champs

Martinet noir

Faucon crécerelle

Roitelet à triple bandeau

0

LC : Préoccupation mineure, NT : Quasi menacée, VU : Vulnérable, EN : En danger

3.2.3 Espèces d’oiseaux les plus retrouvées
3.2.3.1 Roitelet à triple bandeau
Avec 117 cas constatés, l’espèce la plus retrouvée sous les éoliennes française est le Roitelet à
triple bandeau. Il s’agit d’une des plus petites espèces d’oiseaux d’Europe (9 cm environ pour
un poids de 4 à 7 grammes pour un adulte).
Contrairement à certaines espèces que l’on ne retrouve que sous un ou deux parcs, les roitelets
triple bandeau ont été retrouvés sur une trentaine de parcs répartis sur 17 départements.
L’analyse des dates de découverte des cadavres montre qu’il est exclusivement impacté en
période de migration, principalement automnale (alors qu’il est présent sur le territoire toute
l’année). Le pic sur le graphique ci-dessous correspond à la première semaine d’octobre.
Précisons que les 18 autres cas de mortalité constatés chez les roitelets huppés et roitelets
indéterminés présentent le même profil.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 45
Figure 28 : Semaines de découverte des Roitelets à triple bandeau

La prédominance de cette espèce dans les cas de mortalité constatés est intéressante à plus
d'un titre. Tout d'abord, il s'agit d'un oiseau essentiellement forestier, qui évolue le plus souvent
à couvert et on ne s'attendrait pas à ce qu'il soit affecté par les éoliennes. Mais les cas de
mortalité se concentrent durant les périodes de migration, indiquant que pendant ces périodes,
les oiseaux fréquentent des milieux très divers et que leur comportement diffère sensiblement,
pouvant les exposer à des dangers différents de ceux existants sur les sites de reproduction ou
d'hivernage.
Enfin, le fait de détecter la présence de cadavres de cet oiseau minuscule constitue un indicateur
de la qualité relative des suivis. A priori, la détectabilité de ces cadavres est bien inférieure à
celle des autres espèces impactées ou potentiellement impactées. Si l'on trouve des cadavres
de roitelets lors des suivis protocolés, on devrait trouver avec d'autant plus de facilité les
cadavres des espèces de plus grande taille.
3.2.3.2 Martinet noir
La deuxième espèce la plus retrouvée est le Martinet noir dont 108 cas de mortalité ont été
répertoriés sur 38 parcs répartis sur 22 départements.
Présent en abondance en France dès le mois de mai, cet oiseau est principalement impacté entre
la mi-juillet (semaine 29) et la mi-août (semaine 32), c’est-à-dire en période d’envol des jeunes
et de migration (Figure 29).
Cette prédominance des martinets noirs dans les cas de mortalité recensés peut sembler
étonnante au premier abord puisqu’il s’agit d’un oiseau extrêmement rapide et agile en vol.
Toutefois, cette espèce a tendance à tenter la traversée des parcs – plutôt que de les contourner
– et est soumise aux turbulences et à la dynamique des courants thermiques. Il est de plus
possible qu’un certain nombre d’individus soient impactés lors de déplacements nocturnes.
Dans tous les cas, cette prédominance des martinets noirs dans les cas de mortalités constatés
pourrait mettre en doute certains modèles mathématiques de collision basés sur la capacité
supposée de telle ou telle espèce à éviter les pales des éoliennes.

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 46
Figure 29 : Semaines de découverte des Martinets noirs

3.2.3.3 Faucon crécerelle
Avec 76 cadavres répertoriés répartis sur 15 départements, le Faucon crécerelle constitue la
troisième espèce la plus retrouvée sous les éoliennes françaises.
Sédentaire, il est impacté de façon plus homogène sur l’année (Figure 30). Les « pics » visibles
en semaines 36 et 40 sur la Figure 30 peuvent refléter le passage de migrateurs nordiques en
période automnale. Ils peuvent également résulter d’un effort de prospection plus fort en cette
saison.
Proportionnellement aux effectifs de population (68 000 à 84 000 couples nicheurs en France
d’après Issa & Muller 2015), le Faucon crécerelle est bien plus impacté que les deux premières
espèces. Classé « quasi menacé » sur la liste rouge des oiseaux de France métropolitaine (UICN
France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS, 2016), il est également plus impacté que la Buse variable
dont les effectifs nationaux sont pourtant deux fois plus importants.
Le vol stationnaire utilisé par le Faucon crécerelle en action de chasse est souvent mis en avant
pour expliquer sa sensibilité aux éoliennes (Barrios & Rodriguez, 2004).
Figure 30 : Semaines de découverte des Faucons crécerelles

3.2.3.4 Mouette rieuse
On notera que certaines espèces sont retrouvées sous un nombre très réduit d’éoliennes. C’est
par exemple le cas des mouettes rieuses dont les 65 spécimens ont été retrouvés quasi
exclusivement sur 2 parcs littoraux.
Là encore, le nombre de cas de collision constatés est très important au regard de l’effectif de
population (25 000 couples nicheurs en France). Etonnamment, assez peu de cadavres ont été

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 47
retrouvés en automne et en hivers alors que des millions d’individus sont présents en France
durant ces périodes.
Le nombre relativement restreint de cadavres correctement datés et l’hétérogénéité des
périodes de suivi ne permettent pas de conclure définitivement sur le caractère déterminant ou
non de la phénologie comme facteur de collision. L’accumulation de nouvelles données viendra
préciser ces résultats.
Figure 31 : Semaines de découverte des Mouettes rieuses

3.2.3.5 Alouette des champs
60 cas de mortalité ont été recensés pour cette espèce désormais classée « quasi menacée » sur
la liste rouge des oiseaux de France métropolitaine, principalement du fait de l’intensification
des pratiques agricoles, de la régression des prairies naturelles et de la chasse (UICN France,
MNHN, LPO, SEOF & ONCFS, 2016).
Aucun cas n’a été répertorié entre décembre et début mars (Figure 32) mais cela peut résulter
d’un défaut de prospection durant la période d’hivernage dans les plaines agricoles présumées,
à tort ou à raison, à plus faible enjeux que les autres habitats.
En valeur absolue, l’Alouette des champs est l’espèce la plus retrouvée en période de nidification
sous les éoliennes françaises.
Figure 32 : Semaines de découverte des Alouettes des champs

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 48
3.2.3.6 Buse variable
56 cas de mortalité ont été constatés sur ce rapace qui est, de loin, le plus abondant de France
(125 000 à 163 000 couples nicheurs en France d’après Thiollay et Bretagnolle 2004).
Le pic en semaine 39 (dernière semaine de septembre) correspond vraisemblablement à la
migration vers le sud (Figure 33). Toutefois, cette concentration sur une seule semaine est
étonnante puisque ce mouvement s’étend bien au-delà du mois de septembre, d’autant que ce
pic ne résulte pas de cas de mortalités multiples qui pourraient, par exemple, être causés par de
mauvaises conditions météorologiques.
Figure 33 : Semaines de découverte des Buses variables

3.2.3.7 Rougegorge familier
24 Rougegorges familiers ont été retrouvés au pied des éoliennes françaises. Il est intéressant
de noter que les collisions ont été constatées exclusivement en période de migration alors que
l’espèce est présente en nombre pendant toute l’année en France avec des effectifs compris
entre 3,5 et 7 millions de couples (Issa & Muller, 2015).
La migration nocturne de ces passereaux explique sans doute les collisions.
Figure 34 : Semaines de découverte des Rougegorges familiers

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 49
3.2.3.8 Faucon crécerellette
23 Faucons crécerellettes ont été retrouvés entre 2011 et 2015 sous un seul et même parc de
l’Hérault situés en ZSC, à environ 1 km de la ZPS « Plaine de Villeveyrac-Montagnac ».
Au regard du nombre extrêmement réduit de couples nicheurs en France (436 suivant les
données LPO 2014) cela en fait une des espèces les plus impactées par les éoliennes en France.
D’autant, rappelons-le, qu’il est ici question des cas constatés et non de la mortalité réelle
(estimée entre 32 et 82 individus pour la période 2011 - 2014).
Classé vulnérable (VU) sur la liste rouge des oiseaux de France métropolitaine (UICN France,
MNHN, LPO, SEOF & ONCFS, 2016), le Faucon crécerellette est également inscrit à l’Annexe I de
la Directive Oiseaux. C’est pourquoi le parc concerné fait l’objet d’une attention particulière de
la part de la LPO Hérault, d’une part pour mesurer l’impact et, d’autre part, pour tenter de le
réduire, principalement par la mise en œuvre de dispositifs techniques (DTBird couplé à des
dispositifs d’effarouchement ou de mise à l’arrêt des machines).
Notons toutefois que la population locale de Faucons crécerellettes a tendance à croître chaque
année. Ceci combiné avec les extensions successives du parc éolien augmente d’autant le risque
de collisions.
Figure 35 : Semaines de découverte des Faucons crécerellettes

3.2.3.9 Milan noir
19 cas de mortalité ont été recensés chez ces rapaces diurnes inscrit à l’annexe I de la Directive
Oiseaux et dont les 25 755 couples nicheurs en France représentent un quart de la population
européenne.
Si l’on s’en tient aux 10 cas pour lesquels la date de découverte est disponible, 70 % des collisions
se sont produites en période de reproduction (de début avril à mi-juillet), le reste en migration
postnuptiale (Figure 36).

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

P a g e | 50
Figure 36 : Semaines de découverte des Milans noirs

3.2.3.10 Milan royal
17 cas de mortalité ont été recensés, exclusivement en période de migration si l’on s’en tient
aux 9 individus pour lesquels la date de découverte est disponible (Figure 37). Ce sont
manifestement les oiseaux de passage, aussi beaucoup plus nombreux que les nicheurs, qui sont
les plus impactés par les éoliennes.
Etonnamment, alors que le flux de migration tend à se concentrer sur quelques voies,
notamment le long de la côte languedocienne, les cadavres ont été retrouvés sur des voies de
migration diffuses situées plus au nord (14 de ces cadavres ont été retrouvés dans la région
Grand Est tandis que les 3 derniers proviennent d’Auvergne).
Il n’est pas possible de conclure que les milans royaux nichant en France – 2 335 à 3 022 couples
nicheurs en France (David F, Mionnet A et Riols R, 2012) – sont moins sensibles aux éoliennes
que leurs conspécifiques de passage. Il est, en effet, plus probable que les services instructeurs
se soient assurés qu’aucune éolienne ne soit implantée dans les espaces vitaux de ces rapaces
patrimoniaux inscrit à l’annexe I de la Directive Oiseaux et classés vulnérables (VU) sur la Liste
rouge des espèces menacées en France. C’est ce que confirme l’expérience allemande qui
montre que le nombre de cas de mortalité recensés chez les milans royaux est directement
corrélé à la proximité des nids (Hötker, 2017).
Figure 37 : Semaines de découverte des Milans royaux

3.2.3.11 Busard cendré
13 cas de collision ont été recensés chez ces rapaces classés quasi-menacés (NT) dans la liste
rouge des oiseaux de métropole et inscrit à l’annexe I de la Directive Oiseaux. Les cadavres ont
été retrouvés exclusivement en période de reproduction. Cette espèce migratrice n'hiverne pas

© LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016


Aperçu du document eolien_lpo_2017.pdf - page 1/92

 
eolien_lpo_2017.pdf - page 2/92
eolien_lpo_2017.pdf - page 3/92
eolien_lpo_2017.pdf - page 4/92
eolien_lpo_2017.pdf - page 5/92
eolien_lpo_2017.pdf - page 6/92
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 01912349.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.