Etude .pdf


Nom original: Etude.pdf
Titre: Acné et folliculites du nourrisson liées à un mésusage du liniment oléo-calcaire
Auteur: N. Korsaga-Somé

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Elsevier / Acrobat Distiller 9.0.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/04/2019 à 20:10, depuis l'adresse IP 78.244.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 109 fois.
Taille du document: 258 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Annales de dermatologie et de vénéréologie (2015) 142, 577—580

Disponible en ligne sur

ScienceDirect
www.sciencedirect.com

LETTRES À LA RÉDACTION
Acné et folliculites du
nourrisson liées à un mésusage
du liniment oléo-calcaire
Acne and folliculitis in infants due to
misuse of ‘‘liniment oléo-calcaire’’
Le terme « liniment » a pour origine le verbe latin linire,
qui signifie oindre. Le liniment oléo-calcaire (LOC) est une
préparation semi-solide lipophile pour applications cutanées, qui fait partie du codex pharmaceutique et peut
donc être achetée à bas prix dans les pharmacies. Il est
composé d’huile d’olive vierge et d’eau de chaux (solution
d’hydroxyde de calcium), avec un émulsionnant, le glycérol.
Il ne s’agit donc pas d’un produit détergent.
Les soins apportés aux nouveau-nés et aux nourrissons
varient selon les modes. Il existe depuis plus de dix ans
une tendance à promouvoir les produits naturels, en particulier sans conservateurs, considérés par la population comme
moins dangereux : essor de l’alimentation « biologique », des
couches lavables, du recours aux techniques thérapeutiques
alternatives (colliers d’ambre pour traiter les douleurs dentaires, ostéopathie, etc.) [1,2]. Concernant l’hygiène du
nourrisson, le LOC, plébiscité pour ses composants naturels,
pour son ancienneté et pour son caractère pratique (pas de
¸age), est utilisé de fac
nécessité de rinc
¸on croissante, depuis
les maternités jusqu’au domicile des parents. Nous rapportons trois cas de nourrissons ayant des lésions d’acné et de
folliculite induites par un mésusage du LOC.
Observations
Cas no 1
Une fillette de 4 mois était vue en consultation pour
un hémangiome du bras. L’examen clinique trouvait, par
ailleurs, une acné rétentionnelle monomorphe du visage
qui évoluait depuis un mois, ainsi qu’un érythème luisant
du siège. Les parents appliquaient du LOC sur le visage et
le siège plusieurs fois par jour depuis six semaines, pour
les nettoyer, sans rinc
¸age. Les cultures d’un prélèvement
cutané du siège montraient la présence de Candida albicans.
L’arrêt des applications de LOC sur le visage, remplacées
par un nettoyage quotidien, au cours du bain, avec un savon
surgras, a permis la régression complète des lésions d’acné
du visage en 15 jours, sans utilisation de produit adjuvant.
La dermite du siège a également été guérie en 15 jours par
la modification des soins d’hygiène (savon surgras pour le
nettoyage, rinc
¸age et séchage soigneux suivis d’application

de LOC) et l’adjonction d’un traitement antifongique local
(oxiconazole, 1 fois/j).
Cas no 2
Un nourrisson de 3 mois était vu en consultation pour un
hamartome épidermique de la joue droite. L’examen clinique trouvait aussi une acné rétentionnelle monomorphe
qui évoluait depuis une semaine. La grande sœur de 4 ans
n’avait pas d’acné. Le nettoyage du visage du nourrisson
était fait avec du LOC depuis 15 jours ; celui de sa sœur
avec un gel lavant classique. Le seul arrêt des applications
de LOC a permis une régression complète des lésions d’acné
en environ 15 jours.
Cas no 3
Une fillette de 5 mois était vue en consultation pour un
eczéma atopique. L’examen trouvait des folliculites du tronc
(une dizaine de lésions), évoluant progressivement depuis
une semaine et quelques lésions d’eczéma sur les membres.
Les lésions de folliculite étaient localisées sur les zones
d’application du LOC (le tronc), alors que c’étaient les
membres qui étaient traités par dermocorticoïdes. Le LOC
était appliqué depuis 15 jours, sur conseil du pharmacien.
Nous avons prescrit un arrêt de l’application du LOC sur les
zones autres que le siège, un produit détergent doux pour le
nettoyage du corps et un baume émollient pour le corps en
complément des dermocorticoïdes sur les zones d’eczéma.
Discussion
Face à l’essor du LOC pour la prévention des dermites
du siège, nous alertons sur les dérives de son utilisation
hors du siège, en rapportant les premiers cas d’acné et
de folliculites induites par ce produit. N’étant pas un produit détergent — il ne contient pas de tensioactifs — le LOC
n’induit pas de nettoyage, en dehors du nettoyage mécanique par frottement du coton imbibé, qui n’ôte que le gros
des salissures. Il ne doit donc pas se substituer à un produit détergent. Le siège doit être nettoyé au moins une
fois par jour et lors de chaque selle à l’aide d’un détergent doux, puis être soigneusement séché [3—5]. Le LOC a
un intérêt protecteur par son caractère isolant et peut être
appliqué sur le siège après nettoyage et séchage. Il peut
éventuellement aussi être utilisé en appoint après changement de couches souillées par les urines seules. Utilisé en
remplacement d’un produit nettoyant, il peut favoriser (par
l’absence de nettoyage en particulier) la prolifération de
levures, comme dans le cas no 1.
On trouve, sur les forums Internet, des conseils
d’utilisation du LOC pour « débarbouiller le visage du bébé,

578

Lettres à la rédaction

le masser après le bain, traiter les croûtes de lait, les eczémas, l’acné du nourrisson. . . », qui contribuent à promouvoir
un mésusage du LOC [6]. Appliqué sur le visage, le LOC
peut provoquer des lésions d’acné ; sur le corps, des folliculites. Chez le nouveau-né et le nourrisson, les acnés de
cause exogène se distinguent par leur caractère rétentionnel monomorphe. L’huile d’olive contenue dans le liniment
agit comme comédogène en obstruant le canal folliculaire
pilosébacé [7]. L’utilisation du LOC sur le visage peut donc
être responsable d’acné, d’autant plus qu’il est appliqué
sans rinc
¸age.
Déclaration d’intérêts
Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en
relation avec cet article.
Références
[1] Maruani A, Lorette G, Barbarot S, Potier A, Bessis D, Hasselmann C, et al. Re-emergence of papulonodular napkin dermatitis
with use of reusable diapers: report of 5 cases. Eur J Dematol
2013;23:246—9.
[2] Taillefer A, Casasoprana A, Cascarigny F, Claudet I. Port
de colliers de dentition chez le nourrisson. Arch Pediatr
2012;19:1058—64.
[3] Lagier L, Mazereeuw-Hautier J, Raffin D, Beneton N, Lorette G,
Maruani A. Les dermites du siège du nourrisson. Ann Dermatol
Venereol 2015;142:54—61.
[4] Blume-Peytavi U, Hauser M, Lünnemann L, Stamatas GN,
Kottner J, Garcia Bartels N. Prevention of diaper dermatitis
in infants — a literature review. Pediatr Dermatol 2014;31:
413—29.
[5] Gupta AK, Skinner AR. Management of diaper dermatitis. Int J
Dermatol 2004;43:830—4.
[6] Forums de discussions 123 BOUTCHOU. Disponible à partir de l’URL http://forum.123boutchou.com. [Consulté le
22/11/2014].
[7] Serna-Tamayo C, Janniger CK, Micali G, Schwartz RA. Neonatal and infantile acne vulgaris: an update. Cutis 2014;94:
13—6.

N. Korsaga-Somé a,b , A. Maruani a,c ,
M. Nadal , C. Dannepond a,c , E. Le Bidre a,∗,c
a,c

a Université Franc
¸ois-Rabelais Tours, CHRU de
Tours, avenue de la République, 37044 Tours cedex
9, France
b Service de dermatologie-vénéréologie, CHU
Yalgado-Ouédraogo, Ouagadougou, Burkina Faso
c Unité de dermatologie pédiatrique, service de
dermatologie, CHRU de Tours, 37044 Tours cedex
9, France
∗ Auteur

correspondant.

Adresse e-mail : emmanuelle lb@yahoo.fr
(E. Le Bidre)
Rec
¸u le 28 novembre 2014 ;
accepté le 9 avril 2015
Disponible sur Internet le 26 mai 2015
http://dx.doi.org/10.1016/j.annder.2015.04.014
0151-9638/© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Phénomène de Kasabach-Merritt
(PKM) aggravé par des transfusions répétées de plaquettes
Kasabach-Merritt phenomenon (KMP) exacerbated by
platelet transfusions
Le phénomène de Kasabach-Merritt (PKM) se définit par
l’association d’une tumeur vasculaire et d’une thrombopénie majeure en rapport avec une coagulopathie de
consommation plus ou moins marquée. Il survient chez le
nouveau-né ou le nourrisson de moins de 6 mois. La tumeur
vasculaire sur laquelle se greffe le PKM est soit un angiome
en touffes (AT), soit un hémangio-endothéliome kaposiforme
(HEK) [1].
La problématique que pose le PKM est, d’une part,
son traitement de fond, d’autre part, sa prise en charge
par les services d’urgences pédiatriques lors des poussées.
Devant la thrombopénie profonde, les praticiens prescrivent
souvent des transfusions de plaquettes pour arrêter ou
prévenir un saignement. Cependant, cette transfusion de
plaquettes a pour conséquences leur consommation rapide,
en quelques heures, avec une augmentation notable de la
taille de la tumeur et potentiellement une aggravation des
signes associés et de la coagulopathie de consommation
[1,2].
Nous rapportons une observation de PKM sur HEK chez
un nourrisson, aggravé par des transfusions répétées de plaquettes.
Observation
Un nouveau-né à terme, de sexe féminin, était vu le lendemain de sa naissance pour un PKM compliquant une
tumeur vasculaire typique de HEK. Cette tumeur, de localisation axillaire droite, mesurait 7 cm × 5 cm et infiltrait
l’hypoderme, sans atteinte viscérale sous-jacente (Fig. 1).
L’hémogramme montrait une thrombopénie à 87 × 103 /mm3
(normale entre 150 × 103 /mm3 et 400 × 103 /mm3 ) et un
taux d’hémoglobine à 9,7 g/dL (normale entre 11,5 et
17 g/dL). L’hémostase (TP, TCK, fibrinogène) était normale. Un traitement par propranolol (avec des doses
allant de 2 à 10 mg/kg deux fois par jour), aspirine (à
des doses variant de 5 à 15 mg/kg/j) et compression élastique de la tumeur était instauré, sans résultat notable
sur le volume tumoral ni la thrombopénie au bout de
20 mois.
L’évolution était marquée par des poussées plus ou moins
sévères (deux poussées par mois en 2011, une tous les
deux mois en 2012 et trois poussées en 2013), caractérisées cliniquement par une augmentation modérée de la
taille de la tumeur et de la chaleur locale, avec apparition de purpura et d’ecchymoses, et biologiquement par une
thrombopénie allant de 50 × 103 /mm3 à 10 × 103 /mm3 . Dans
l’intervalle, le taux de plaquettes fluctuait spontanément,
retrouvant parfois des valeurs normales. À quatre reprises,
une thrombopénie sévère (taux inférieur à 20 × 103 /mm3 ),
associée une fois à une régurgitation sanglante (à l’âge
de 2 mois) et une autre fois à une hématurie macroscopique (à l’âge de 11 mois), a conduit à une prise en


Etude.pdf - page 1/2
Etude.pdf - page 2/2

Documents similaires


etude
trt gale nrs enfant
02 bebes
thrombopenie
thrombopenie 1
sani gel pur eco ft


Sur le même sujet..