CREPUSCULE JUAN BRANCO .pdf


Aperçu du fichier PDF crepuscule---juan-branco.pdf - page 4/112

Page 1 2 3 456 ... 112



Aperçu du document


Cela, et cela seul justifierait la violence qui a explosé. Car comment
ces êtres pourraient-ils se faire entendre, en un système où leur parole n’est pas seulement niée, mais tout simplement invisibilisée ?
En ce paradoxe que personne ne souhaite traiter, la preuve d’une
défaillance profonde, d’un échec qu’il s’agit de corriger2.

Tous semblent pris dans la nasse de ce qu’il conviendra d’appeler,
et nous le justifierons, un système oligarchique. A savoir un espace
public dominé par des individus dont la fortune dépend directement ou indirectement de l’État, et qui l’ont investie pour prendre
le contrôle des médias et ainsi s’assurer de la préservation de leurs
intérêts au détriment du bien commun.
Un État que l’on retrouve aujourd’hui et sans hasards, en une période où le peuple réclame ses droits, non plus dévoué à ce bien
commun, mais au maintien de l’ordre, c’est-à-dire de l’existant, et
de ceux qui y ont placés les leurs. Y compris pour desservir les populations.
Ce qu’il s’agit pour nous maintenant de démontrer, c’est qu’Emmanuel Macron a été « placé » bien plus qu’il n’a été élu. Que la presse
a agi en ce domaine avec complicité. Et que la colère et la volonté de
destitution qui anime une majorité de nos concitoyens s’en trouve
légitimée.
*
Nous avons raconté sur Twitter et ailleurs les mécanismes amenant
à l’organisation des vingt-heures de TF1, des interviews présidentiels de France 2, la nomination et du recrutement des journalistes
selon des affinités diverses, les systèmes de compromis et de redistribution qui se mettent en place à toutes les échelles pour s’assurer
que mot ne sera dit des mécanismes qui président à la production
de l’information.
Nous avons raconté ailleurs comment Emmanuel Macron a opéré
un véritable arrachement démocratique dont le seul débouché pouvait être le raidissement autoritaire du régime – jusqu’à l’excès – ou
l’effondrement.

2

La France Insoumise elle-même, toute à sa quête de renouvellement, ne recherche qu’une dissolution
parlementaire, dont on se demande bien ce qu’elle nous apporterait. Le Rassemblement National, paniqué,
appelle au « respect des institutions de la Ve république ». Les autres sont insignifiants.

4


Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 01915257.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.