Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



baisse de chauffage Commerces avril 2019 .pdf



Nom original: baisse de chauffage Commerces avril 2019.pdf
Auteur: user

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/04/2019 à 18:09, depuis l'adresse IP 217.136.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 24 fois.
Taille du document: 1.7 Mo (33 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Projet 2 : étude de T° des commerces namurois et solutions
de baisse de chauffage.
Constat de problématique : Voir dans le projet 1 : « Appel à une transition plus rapide des
« commerces » namurois ». Prenez réellement le temps d’aller voir ce constat, merci. Pour
ceux qui n’iront pas voir dans ce projet , voici l’étude de Novethic qui montre les efforts à
faire pour rester sous le barre des 1,5°c.

1

Si la sobriété demandée ici est évidemment impossible à obtenir dans l’instant,
il va de soi que des premiers efforts minimums doivent être engagés sur le
champ. Etant namurois depuis 19 ans, je suis un habitué du commerce du
centre et ayant remarqué parfois les températures excessives de certains, j’ai
décidé de faire une petite étude avec un thermomètre à résultat immédiat. Je
n’ai pas été dans tous les commerces, et je n’ai pas fait l’horeca ( où une
hausse de température est justifiée) ni les commerces d’alimentaire qui sont
soumis à des températures à ne pas dépasser.

Marques

T° inté

T° ext

Night and
day
Mac

25,7°
24,3°

18/02
16°

24,1 ;
23,8° ;
25,6°
25,5 °

18/01


Porte fermée

18/01
10°
18/02
16°

Porte fermée

16/02
16°
15/02
15°

Pas de portes

28/02
10°
16/02
16°
18/01


Porte fermée

Venizi
C and A

1er : 24,8°;
23,7°
Rez :
22,5° ;22°

23,9°
24,7°
Rez : 23,8°
Inno
1er : 24,6°
2e : 23,6°
3e : 24°
Histoire d’or 24,3°
23,3°
23,6 °
Di
23,4°
24 °
Di
23,6°

Berska

Remarques (configuration
boutique)
Porte fermée

Portes ouvertes

Portes fermées

Porte ouverte
Porte ouverte

2

Zara
Pronti
Mango
Esprit

Desigual
Rituals
Grain de
Malice
H et M

H et M
Superdry
Eros
Lola Liza
Hema

22,8°
23,5°
23 ,3°
22,2°
23,2°
22,5°
23,1 °
Rez : 22,9 °
20,4 °
1er : 22°
22,8 °
21,1° ;
22,4 °
22,3°
21,7
21,3°
22,2°

16/02
16°
16/02
18°

Pas de porte

16/02
16°
16/02
16°

Pas de porte ( mais entrée
étroite)
Pas de porte

16/02
16°
16/02
16°
16/02
16°

Pas de portes

Rez : 21,7°
1er : 22,2°
2e
: 20,2°
Rez : 21,6
1er : 22,3°
2e : 23,7°
22,3°
21,7
22,3°
21,9°
20,2°
22,1°
21,5°

16/02
16°

Portes fermées

18/01


Portes fermées

28/02
10°
18/02
16°

Porte ouverte

16/02
16°

Pas de porte

Rez 19,8° ;
19,1°
er
1 : 22,1° ;

Porte fermée

Pas de porte
Pas de porte

Porte fermée

3

Celio
Mano
Springfield

Damart
Paprika
Jules
Broze
Planète
parfum
Pharmacie
place
marché au
légume
Ten concept
Store
Tallyweijl
Blooker

Pimkie

22,7°
21,1°
21°
21,8 °
21,3°

16/02
16°

16/02
16°
Rez : 20,8°, 16/02
21°
16°
er
1 : 21,6°
22,1°
21,5°
18/01
22°

21,4°
16/02
16°
21,7°
16/02
21°
16°
21,5°
20/02
12°
21,4°
16/02
16°
21°

18/01


20,9°
20,6°

28/02
10°

19,4°
20,9°
20,6°
21°

16/02
16°
16/02
16°

19,7°

Ouverture immense sur 5 M

Pas de porte
Pas de porte

Porte fermée

Pas de porte
Porte fermée
Portes ouvertes

Porte fermée
Portes ouvertes

16/02 Porte ouverte
4

La maison
des thes
Medimarket
Okaïdi
WE
Club
Du pareil au
même
Yves Rocher
JBC
Promod
Les secrets
du chef
Cricket and
go
Cassis
Clair’S

21,3°
20,7°

16°
18/02 Portes fermées
16°

20,7°
19,8°
20,5 °

18/02
16°
16/02
16°
16/02 Porte ouverte
16°
16/02
16°
16/02
16°

19,6°
20,4°
20,4° ;
20,6°
20,2°
19,7°
20,2°
20°
18,1°
20,3°
19,9°

16/02
16°
15/02
16/02
16°
09/03
13°

Porte fermée
Portes ouvertes
Porte ouverte
Porte fermée

19,7°

16/02
16°

19,3 °
19,6°
19,6°

16/02
16°
16/02 Porte ouverte
16°
18/02 Portes fermées
16°

As
adventure
Camaïeu

19,6°
18,9°

Stargames

19,5°
18,6°
18,9°

19,6°

16/02 Pas de porte
16°
18/02 Porte ouverte
16°

5

Sibnu

19,5°

Papyrus

18,2°
19,2°
18,6°
19°

Naturelle
Bart Smith

17,5°
18,6°
18°

Flying tiger

18,9°

IKKS

18,6°

Mais qui es
tu
Présidence
Home
New
Zealand
rugby spirit
Mama is
cool
Dstreet

18,5°

Coccinelle

28/01 Porte fermée
10°
18/01 Porte fermée


16/02
16°
20/02
12°
20/02
12°

Porte ouverte

18,4°

20/02
12°

Porte fermée

18,4°

20/02
12°

Porte fermée

18,3°

20/02

Porte fermée

18,2°
17,3°

18/02
16°

Porte fermée

18,2°

20/02
12°
20/02
12°

Porte fermée

L’empreinte 18°
belge
17,8°
Expo
Amsterdam

18/01 Porte ouverte

18/02 Porte fermée
16°

16,4°

Porte fermée
Porte fermée

Porte fermée

9/03/19 Porte fermée. Ne chauffe
10°
pas.
16/02
Porte fermée
6

Glam
Produstore

17,8
17,6°

Furet du
Nord
Manice

17,5°
17,3°

16°
16/02
16°
18/02
16°

17,5°
16,9°
16,6°
17,3°

18/01

18/02
16°

Nez Zen

17,3°

9/03
10°

Tant de
fleurs

16,5°
16,8°
17,1°
13,6°
14,4°

18/01


Bibliopolis

Librairie
ancienne
(rue du
président)

18/01


Pas de porte
Porte fermée
Porte fermée
Porte ouverte
Pas de chauffage ce jour là
Personnel en blouson
Porte fermée
Ne chauffe plus quand ouvre
sa porte
Porte fermée

Porte fermée

Constat sur 70 résultats :
Grosso modo, un tiers environs des commerces relevés ont des températures
en dessous de 19 degrés, et leur personnel et leur clientèle s’en portent très
très bien.
Un tiers se situe entre 19 et 21 degrés et le dernier tiers entre 21 et 25 degrés.
Le personnel est très souvent habillé légèrement, avec même parfois des
tenues sans doute imposées par le marketing.
Exemples :
- Deux commerces en face à face : Galler…( non relevé puisque de
l’alimentaire) mais la température ne peut pas dépasser les 18 degrés
7

pour la bonne tenue des pralines ( cela impose un rythme énergétique
imposant en été là par contre), mais leur personnel donc vit toute
l’année avec cette température et cela n’est pas problématique. En face
Histoire d’or ( vente de bijoux) et là presque 25 degrés et un personnel
en jupe…
- Bibliopolis ( livres d’occasion) : « quand j’ouvre la porte alors je ne
chauffe pas mon intérieur sinon ma facture explose » me dit le gérant
très sympa, qui sert sa clientèle avec son blouson.
Certains commerces ne semblent pas posséder de thermostat ? ( ou ne savent
pas les utiliser )…atteindre un température proche de 25 degrés…il y a quand
même un petit souci. Et je vois pas ce qu’il peut y avoir de vendeur à rehausser
la température, bien au contraire, je ne dois certainement pas être le seul à
être incommodé par de fortes températures. Egalement je me pose la question
mais je ne serais pas du tout étonné que l’on me dise que la plupart des
commerces chauffent la nuit, étant donné parfois les températures recueillies
aux heures d’ouverture.
Je recommencerais une nouvelle étude l’hiver prochain 2020 pour voir s’il y a
eu des changements.

8

8 SOLUTIONS à mettre en œuvre directement :
En collaboration avec Mr Pierre Demesmaeker, facilitateur URE
(utilisation rationnelle de l’énergie) tertiaire pour le non-résidentiel,
de l’ICEDD.

-

1 : Baisser à 19 degrés (maximum):

Des moyennes précises sont difficiles à donner car chaque commerce possède
sa configuration propre mais on peut quand même dire que :
- Baisser de 1 degré permet d’avoir une économie de 7 % sur votre facture.
- Pour un commerce de 400 M² chauffé au gaz naturel, si celui-ci passe de 25° à
19° (-30%) , il y a une économie de 18 000 kwH , soit 3906 KG de Co2 évités,
presque 4 tonnes ! ( voir article de fin avec équivalence Co2)
L’importance du thermostat d’ambiance qui régule la température
automatiquement :

Est-ce que tous les commerces en possèdent un ?
Est-il programmable ? Si oui est-il placé dans les
bonnes pièces ? Car si celui-ci se trouve en arrière
boutique non chauffée, c’est compliqué d’avoir un
effet sur les pièces de ventes qui sont les plus
grandes et qui en plus subissent les apports
thermiques des visiteurs ( 100 watts par personne),
des lampes halogènes (50W) et led (10W).

9

- 2 : Couvre feu thermique à la fermeture du magasin.
Si cela n’est pas déjà fait, c’est honteux et cela doit disparaitre de suite. Il faut
impérativement instaurer un maximum de 15 à 17 degrés depuis la fermeture
jusqu’à la réouverture. Attention certains chauffagistes disent à leur client de
laisser le chauffage la nuit car sinon à la reprise au matin il va falloir réchauffer
plus que si celui-ci était resté allumé. C’est FAUX. Plusieurs études ont
démontré que le gain énergétique était clairement énorme lorsqu’on coupe le
chauffage en période de nuit ou de fermeture dans ce cas-ci.

- 3 : Chauffer uniquement les cabines
Pour les commerces de vêtements, si vous voulez que votre clientèle soit à
l’aise lors de l’essayage, ne chauffez qu’en cabine. Beaucoup de commerces ont
des configurations qui le permettraient. Servez vous de l’économie faite grâce à
la baisse de chauffage pour cloisonner correctement les espaces de cabine.
Vous pouvez aussi doter les cabines de miroirs chauffants à infrarouges qui ne
s’allument que lorsque la clientèle rentre dans la cabine. Je joins en fin de
dossier un article sur cette technologie qui s’avère être moins gourmande en
énergie et recommandée ici par Mr Demesmaeker, le facilitateur.

10

- 4 : Insoumission des employés à la politique de leur patron
Beaucoup de grandes marques vont se foutrent totalement de ce type de
demandes. Les dépenses énergétiques étant à milles lieues de leurs
considérations. Il faudrait donc un partenariat de l’ACN avec les employés ou
clients témoins de politiques non économes de ces grandes chaines, afin que
ceux-ci puisent alerter tout en restant dans l’anonymat. Créons une sorte de
guichet d’écoute pour lanceurs d’alerte, suivi d’actions concrètes des citoyens
namurois contre la marque ciblée. La récente polémique sur le jouet de
Delhaize a eu son effet, chacun peut faire bouger les choses. Lors de mes
passages dans les commerces, j’ai pu rencontrer justement plusieurs salariés
assez remontés contre leurs employeurs et leurs gestions et qui ne cachaient
pas leur envie de quitter leur boulot.

- 5 : Le pull :
Les commerçants namurois ont montré cet hiver un enthousiasme débordant
pour la journée du pull moche de Noel. Cette tradition naissante a même
contaminé d’autres secteurs dans l’associatif ou le publique. Bref cette semaine
là nous avons tous vu défiler sur facebook des centaines de namurois avec leur
moche pull de Noel.
Je vais sans doute vous paraitre désagréable (on a tous deux loups en nous , un
blanc très tolérant et un noir qui l’est moins) mais je suis fasciné par cette
faculté à suivre de façon moutonnière ce type de tradition sans se poser de
questions comme pourquoi je le fais ? à quoi ça sert ? et ce que cela
implique ?… pour se retrouver au final être un bon petit serviteur des
industriels…
Ce pull aura été mis pour la plupart une journée, une semaine peut être pour la
moitié ( soyons optimiste) et ceux qui l’auront mis deux semaines à mon avis se
comptent sur les doigts d ‘une main.
L’impacte carbone d’un pull en laine est de 53,4 Kilos de CO2 (ramené à une
année d’utilisation). Il faut 2700 litres d’eau pour produire un simple tee-shirt
11

donc imaginez pour ce pull. (Pour rappel , l’étude de Novethic préconise
d’atteindre un Kilos de vêtements neufs par an par personne pour ne pas
dépasser le seuil des 1,5°c. ). D’après l’ADEME ( voir étude en fin du dossier) le
pull possède un bilan carbone plus élevé qu’un téléviseur 49 pouces ou qu’une
machine à laver de 7kg de capacité. De plus je ne serais pas étonné que la
plupart de ces pulls aient été fabriqués en Chine ou en Asie dans des ateliers
peu éthiques et grâce à une énergie ultra polluante.
Donc étant donné l’enthousiasme constaté pour ce pull, je propose que les
commerçants ( maintenant qu’ils l’ont acheté) le portent pendant l’entièreté
de l’hiver ce qui leur permettrait de baisser la température de chauffage de
l’autre côté. S‘ils estiment avoir encore trop froids avec 19 degrés, alors
puisqu’ils aiment manifestement cela, créons l’année prochaine la tradition de
l’écharpe moche et puis la tradition du bonnet moche pour les vrais frileux.
Et surtout CREONS des traditions qui ont du sens…

- 6 : La rénovation via le plan « Renov-energie Namur »
Réduisez vos factures, améliorez votre confort et contribuez à la lutte contre les
dérèglements climatiques !

Vous souhaitez rénover votre bâtiment mais vous ne savez
pas comment vous y prendre ? L’opération Rénov’Energie-Namur peut vous aider et vous faire gagner 500€ et
plus… dès la 1ère année !
Dans le cadre de son Plan Climat Energie, la Ville de Namur a désigné, par marché public, Corenove scrl pour
coordonner l’opération Rénov’Energie-Namur afin de vous aider dans vos projets de rénovation. En participant à cette
opération, vous recevez l’appui d’experts qui vous conseilleront et vous orienteront gratuitement dans vos projets de
rénovation.
Nos experts sont présents pour :

12



effectuer une visite des lieux et prioriser les travaux à entreprendre;



proposer des entreprises compétentes adaptées aux travaux à effectuer;



remplir la demande de prêt à 0% (Ecopack) ou les documents de primes;



conseiller techniquement dans le choix des devis et le suivi du chantier;



rechercher le financement le plus adapté;



établir le bilan d’économies après réalisation.

L'opération est lancée pour les citoyens, commerçants et entreprises.

LE SAVIEZ-VOUS ?



En Wallonie, seule une toiture sur deux est isolée.



A peine 10% des toitures isolées possèdent une épaisseur d’isolant de plus de 12cm, ce qui est trop faible au regard des
normes actuelles.



Les murs extérieurs sont isolés dans moins de 30% des habitations, et ici aussi l’épaisseur d’isolant est très faible.



80% des habitations situées sur le territoire de Namur ont été construites avant 1981 alors qu’il n’existait aucune
réglementation PEB.



En 2020, la plupart des chaudières auront plus de 20 ans et devraient être remplacées.

COMMENT ATTEINDRE CE GAIN FINANCIER D’AU MOINS 500€/AN?



En isolant totalement ou partiellement votre bâtiment : toit, grenier, murs, sols et/ou remplacement de vos châssis.



En changeant votre système de chauffage par une chaudière à condensation, une chaudière biomasse, une pompe à
chaleur, ...



En remplaçant vos luminaires par des LED.



En installant des panneaux solaires photovoltaïques.

AVEC QUEL ARGENT ? LES GAINS FINANCIERS PAYENT VOS TRAVAUX !
Exemple :
L’isolation du toit, le placement d’une chaudière à condensation et d’une installation photovoltaïque
représentent environ 14.500€, primes déduites. Cette somme peut être avancée par le prêt Ecopack à 0%. En
effet, un prêt ECOPACK jusqu’à 30.000€ est possible !
Un prêt sur 15 ans de 14.500€ :
Coût du remboursement : 81€/mois soit 967€/an.
Votre gain annuel sur les factures d’électricité et de chauffage sera d’environ 1.539€/an.
Gain annuel net dès la 1ère année : 572€/an.
En moyenne, un ménage dépense annuellement 960€ d’électricité et 1.800€ de chauffage, soit un total de 2.760€/an.

L'engagement de la Ville de Namur dans la lutte contre le réchauffement climatique
Se chauffer, s’éclairer, s’équiper, ... coûte de plus en plus cher et participe aux changements climatiques. Réduire sa
consommation d’énergie, cela signifie dépenser moins d’argent et rejoindre d’autres citoyens dans un engagement en
faveur de l’environnement.
La Ville de Namur s’est engagée à lutter contre le réchauffement climatique sur son territoire (avec tous les citoyens,
commerçants et entreprises). Elle s’est également engagée dans la Convention des Maires, un mouvement européen
regroupant plus de 7.500 communes.

13

Le Plan Climat-Energie de la Ville de Namur vise à réduire les émissions de CO2 de 20% entre 2006 et 2020.
Les économies d’énergie dans les habitations, les commerces et les petites entreprises représentent le potentiel le plus
important pour réduire les émissions de CO2.

+ d'infos ?


Participer à une des séances d'information à Wépion, Belgrade, Naninne ou Namur



Télécharger le document relatif aux étapes de l'audit à la réalisation de vos travaux



Déclaration d'engagement et convention

- 7 : Prendre un fournisseur vert
C’est plus qu’important pour ne pas continuer à investir dans des énergies
ultra polluantes.

14

- 8 : La fermeture des portes et le cloisonnement des façades :
Les grandes ouvertures sur 5 m, ça va forcement coincer un jour ou l’autre. Et si
refaire la façade coutait trop cher ? Il faut alors couper le chauffage totalement
et ne chauffer qu’en cabine d’essayage pour les commerces de vêtements.
Voici ci-dessous une étude déjà faite sur l’impacte des portes sur la perte
thermique, lisez bien : pour une porte de 2 m, la perte est de 900euros/an.
Attention, certains vendeurs de rideaux d’air ventent entre autre l’efficacité
énergétique de cet outil permettant l’ouverture en façade. Voici la réponse de
Mr Demesmaecker à ce propos :
« Malheureusement je ne connais pas d’études qui valident l’intérêt et
l’efficacité des rideaux d’air.
Intuitivement, pour des magasins de ville (donc pas des grands halls), le rideau
d’air est pour moi un élément qui limite l’inconfort d’une porte laissée
longtemps/en permanence ouverte.
Ce sera toujours plus intéressant d’un point de vue énergétique et
environnemental de laisser les portes fermées autant que possible ou de prévoir
un sas »

Les pages suivantes ( 16 à 21) montrent une étude sur l’efficacité
des systèmes de portes .

15

16

17

18

19

20

21

Pour un meilleur confort et plus d’économies, la température de chaque pièce doit être modulée
en fonction de son usage : en effet, la température idéale d’une chambre n'est pas nécessairement
la même que celle d'une cuisine ou d'un salon. En théorie, la température de confort serait de
l'ordre de 19°C la journée et de 16°C la nuit.

Je baisse le chauffage d’1°C pour 7% d’économies
d'énergies
La température de votre logement est un élément important de votre confort, et chacun a ses
propres critères de bien-être. Cependant, on dit que “la chaleur idéale est souvent celle que l’on ne
sent pas”. Ainsi, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) préconise
l’instauration d’une température de confort. Elle est de l’ordre de 19° dans les pièces à vivre.
C’est donc un moyen de faire des économies d’énergie, mais également de réduire son impact sur
l’environnement et d’assurer un bon niveau de bien-être.

Pourquoi baisser la température de chauffe de son
logement ?
Au-delà de 20°C, chaque degré de plus coûte en moyenne 7 % sur la facture de chauffage. Il suffit
d’un degré de moins pour que la température ambiante de l’habitation représente une économie
sur la facture !
Plusieurs problèmes de santé sont attribués à la surchauffe du logement : le fait de surchauffer
l’intérieur de son logement entraîne par exemple un assèchement de l’air ambiant entraînant ainsi
un assèchement des muqueuses et des bronches. En effet, le taux d’humidité dans une maison doit
idéalement se situer entre 50 et 55 %.
Un taux d'humidité inférieur à 30 % rend l’air trop sec et peut provoquer des irritations
pulmonaires. En revanche, avec un taux supérieur à 65 %, l'’air trop humide favorise le
développement microbien (allergies, infections…) et la dégradation de certains matériaux
(pourrissement du bois, décollement du papier peint…).

22

Comment baisser le chauffage sans perdre son
confort ?
La clef est de réguler la température de chaque pièce sur une ambiance thermique différente !
Théoriquement cette température de 19°C devrait convenir pour n’importe quelle pièce à vivre,
pour un habitat en état parfait. En revanche, une température de 16°C est un bon
compromis pour les chambres, car sous la couette on ne ressent pas la différence de température.
Il est également inutile de surchauffer la salle de bain, même si vous êtes frileux. Il vaut mieux
veiller à ce que la pièce soit bien aérée pour ne pas garder l’humidité. Attention cependant à rester
au dessus de 18°C pour la chambre d’un bébé.
La température de confort adéquate dépend aussi de l’isolation et des fondements de la maison.
S’ils sont denses, en pierre ou en brique par exemple, ils libèrent naturellement et durablement
l’énergie accumulée (chauffage, ensoleillement…).
Baisser la température de son logement, en voilà une très bonne résolution facile à prendre ! Les
petits éco-gestes font les grandes économies et sont bons pour votrecompte CO2 !

Je baisse le chauffage d’un degré Celsius pour 7 % d’économies
Advertisement (1 of 1): 0:07

Skip

Baisser le chauffage d’un tout petit degré pour faire de très grandes économies : en voilà une très bonne
résolution, facile à prendre !
Rédigé par Annabelle, le 17 Jan 2018, à 14 h 10 min

Le froid s’est bien installé dans tout l’Hexagone et peine à repartir. Le soleil nous manque et le
chauffage tourne, faisant ainsi grimper nos factures d’énergie. Vous ne le saviez peut-être

23

mais,chaque degré compte dans la facture et des astuces simples existent pour limiter atteindre
une température idéale dans son foyer sans casser sa tirelire.

Je chauffe à bonne température
On estime à 19°C la température idéale des pièces à vivre et 17°C pour les chambres. La
température du salon peut même être descendue à 18°C seulement, sans sensation d’inconfort. Mais
tout dépend des matériaux de construction de la maison. S’ils sont denses, en pierre ou en brique par
exemple, ils libèrent naturellement et durablement l’énergie accumulée (chauffage, ensoleillement…) :
c’est la fameuse inertie thermique qui donne cette sensation de confort, même sans surchauffer et
surconsommer.

La température idéale dans votre foyer © Olivier Le Moal

Chauffer davantage est en fait déraisonnable d’un point de vue écologique et économique. Si on est
un peu frileux, il suffit de se couvrir plutôt que de toucher au thermostat ou d’opter pour la petite
bouillotte, le plaid, la boisson chaude ou la chaleur humaine ! Les animaux de compagnie sont aussi
un bon moyen pour avoir chaud, un chat sur genoux, même s’il y laisse plein de poils, saura vous
réchauffer…
L’ambiance surchauffée n’est pas non plus très bonne pour la santé : trop de chaleur aura
tendance à assécher l’air. Un taux d’humidité sain est compris entre 50 et 60 %. En hiver, ce taux
dans l’air de la maison ne dépasse parfois pas 30 %… Or, un air trop sec augmente lasensation de
froid : c’est le cercle vicieux !
Et bien sûr, ce n’est pas le seul inconvénient que procure une atmosphère trop sèche : muqueuses du
nez et de la gorge irritées, peau sèche, yeux qui picotent, maux de tête, système immunitaire affaibli,
fatigue…
Comment baisser le chauffage sans perte de confort ?
Baisser le chauffage d’un degré permet d’économiser 7 % d’énergie, de réduire son impact sur
l’environnement et d’être en meilleure forme Des astuces sont à connaître et des écogestes à adopter
pour que le fait de baisser un peu le chauffage ne soit pas source d’inconfort.
La première des choses : ne pas gaspiller ! Chassez donc toute fuite d’air chaud :
 Vérifiez l’isolation des portes et des fenêtres ; parfois en hiver, de simples rideaux lourds font
barrage lorsque les ouvertures ne sont pas très bien isolées et qu’on ne peut engager de travaux.
Vérifiez les joints également.

24

Consulter aussi notre dossier spécial sur les économies d’énergie
Pour un système de chauffage au top :
 Optimisez vos radiateurs en évitant d’entreposer des objets devant car ils limitent fortement leur
capacité. Veillez aussi à les dépoussiérer pour la même raison.
 Programmez le système de chauffage pour ne pas chauffer inutilement pendant votre absence, ou
la nuit.
 Entretenez votre équipement. Saviez-vous qu’une chaudière mal entretenue consommait 10 %
d’énergie en plus ? Faites entretenir votre chaudière régulièrement (c’est-à-dire tous les ans) pour
éviter ce désagrément.

ÉMISSIONS DE CO2 DU CHAUFFAGE
Les contenus CO2 des énergies permettent d'établir des bilans d'émission de
gaz à effet de serre, à partir de la consommation en énergie des bâtiments


La mesure des consommations d’énergie d’un bâtiment existant ou rénové, d’une nouvelle construction ou d’un
équipement permet de quantifier l’impact de nos actions sur les ressources naturelles et de mieux les préserver.



Les enjeux du changement climatique incitent désormais les personnes privées, les entreprises et les administrations à
évaluer également ces impacts en termes d’émissions de gaz à effet de serre, lesquelles sont liées aux consommations
d’énergie du bâtiment et à l’énergie utilisée pour produire ces énergies et les acheminer sur leur lieu d’utilisation.

A l’exception des énergies renouvelables, toutes les énergies
émettrices de CO2, lors de leur production et/ou de leur utilisation

sont

Il existe 4 étapes au cours desquelles les énergies de chauffage peuvent produire du CO2.





Les énergies fossiles :
produisent l’essentiel de leur contenu CO2 et autres gaz à effet de serre lors de leur utilisation et très peu lors de leur
production.
le contenu équivalent CO2 est augmenté de 10 à 20% si on prend en compte dans les estimations les émissions
équivalentes de CO2 liées à la production, au transport et à la distribution des énergies.

L’électricité :
ne produit pas de CO2 lors de son utilisation mais elle en génère lors de sa production. En France, l’électricité n’est pas
seulement produite par des centrales nucléaires ou hydrauliques. Pendant les périodes de pointe, notamment liées au
chauffage, les centrales thermiques sont fortement sollicitées pour produire de l’électricité.

25



un coefficient de conversion est appliqué pour déterminer la quantité d’énergie primaire utilisée dans la centrale
électrique pour disposer d’une unité d’énergie finale (à l’utilisation). Pour une consommation finale de 1kWh, la
consommation d’énergie primaire est de 2,58 kWh.

Les émissions de CO2 de l’électricité varient fortement selon son usage et
son mode de production




Le contenu en CO2 de l’électricité est complexe à établir du fait de ses différents moyens de production (nucléaire,
hydraulique, éolienne, thermique) qui engendrent des émissions de CO2 très variables. Toute la difficulté est de pouvoir
associer la consommation d’électricité d’un usage (chauffage, éclairage,…) à sa production. Pour cela plusieurs
approches ont été récemment développées. En outre, elles nécessitent une actualisation périodique.
Une première approche, dite moyenne saisonnière, consiste à comptabiliser les émissions de CO2 totales de la
production électrique et de les rapporter aux consommations totales pour la saison considérée. L’ADEME a précisé ce
type d’approche en tenant compte des consommations réparties dans l’année (en base) et des usages saisonniers
(chauffage par exemple).



Cette approche « moyenne saisonnière » permet d’effectuer des bilans des émissions du parc existant mais ne permet
pas de quantifier les effets de la consommation électrique de tout nouvel équipement, notamment de chauffage, et ses
conséquences immédiates en matière de CO2 selon l’origine de la production électrique nécessaire à ce nouvel
équipement. Elle est reprise dans le DPE.



Une deuxième approche consiste à mesurer l’effet sur les émissions de gaz à effet de serre des moyens de production
d’électricité qui devront être démarrés ou construits pour toute consommation nouvelle, ce que permet l’approche, dite
marginale. RTE (Réseau de transport électrique) utilise cette approche pour optimiser le parc de production et prévoir
l’évolution du contenu CO2 face à l’évolution de la demande électrique française.

Exemple comparatif des émissions annuelles de CO2 dues au chauffage pour
un logement neuf
Pour un même logement neuf conforme à la réglementation thermique 2005, d’une surface de 110 m² avec un besoin
énergétique de 10 000 kWh par an pour le chauffage exclusivement, les émissions de CO2 selon les systèmes de
chauffage sont les suivantes en appliquant les approches saisonnière et marginale présentées ci-dessus :

26

Réfrigérateur, ordinateur, vêtements… L’Ademe a
mesuré les émissions de CO2 causées par divers objets
du quotidien, depuis l’extraction des matières premières
pour les fabriquer jusqu’à leur mise au rebut.
Les équipements de la maison et l’habillement représentent une part élevée
des émissions de CO2 des Français, alerte l’Agence de l’environnement et de la
maîtrise de l’énergie dans une étude publiée mercredi 26 septembre.
L’Ademe s’est penchée sur le cycle de vie des objets du quotidien, qui va de
l’extraction des matières premières qui les composent jusqu’à leur élimination en
fin de vie, en passant par les phases de fabrication, de transport, de distribution et
d’utilisation, pourmesurer leur empreinte carbone. En tout, 45 catégories de
biens d’équipement (ameublement, électroménager, vêtements, etc.) ont été
passées au crible.
Résultat, « l’ensemble des équipements, meubles et électroménagers, présents
dans la maison pèse en moyenne 2,5 tonnes ». Or, pour fabriquer les 2,5 tonnes
d’équipements, « il a fallu mobiliser 45 tonnes de matières premières » et « le
CO2 émis pendant tout le cycle de fabrication est de 6 tonnes », soit l’équivalent
de 6 allers-retours Paris-New York.

Les 20 objets du quotidien ayant l’impact carbone le plus
élevé pour une année d’utilisation
Objets

Impact carbone ramené à une année d’utilisa
kg équivalent CO2)

Manteau

88,4

Télévision de plus de 49 pouces

71,5

27

Ordinateur fixe-haute performance

65,8

Armoire

57,2

Pull en laine

54,3

Robe en polyester

53,6

Télévision 40-49 pouces

53,2

Robe en coton

52,2

Lave-linge capacité 7 kg

49

Robe en viscose

47,5

Télévision 30-40 pouces

46,7

Lave-vaisselle standard 12 couverts

46,6

Sèche-linge à condensation

45,2

Gazinière

44,5

Lave-linge capacité 5 kg

42,5

28

Ordinateur portable

42,2

Ecran PC 23,8 pouces

40,1

Anorak

39,3

Congélateur armoire

39,1

Sèche-linge à pompe à chaleur

38,9

Comment limiter son impact carbone ?
L’Ademe recommande de ne pas se suréquiper, d’acheter des biens plus
durables, d’éviter les équipements surdimensionnés (notamment pour les
télévisions, tablettes ou smartphones), de ne pas les renouveler trop souvent et
d’augmenter leur durée de vie en les faisant réparer, en les donnant ou en les
revendant.

29

30

Que représente 1 tonne de C02 ?
Pour parler du changement climatique, on cite en permanence la tonne de C02 émise par nos
diverses activités. Cette unité de mesure adoptée mondialement est pourtant abstraite. Nous avons
voulu savoir ce qu’elle représente concrètement.

Le C02, unité de base du réchauffement
Le C02 est le principal gaz à effet de serre et est la bête noire des
politiques environnementales modernes. On sait que un Français émet en moyenne 8,7 tonnes
d’équivalent C02 par an Mais on ne sait pas très bien à
quoi correspond un kilo ou une tonne de C02.
Que représente 1 kg ou 1 tonne de dioxyde de carbone, le CO2 ? Voici quelques comparaisons
éclairantes :
1 tonne de C02 représente :




un volume de 534 m3 à 15 º C,
une piscine carrée de 8,12 mètres de côté
un volume plus important qu’un bus à 2 étages.

L’émission d’une tonne de CO2
Quelles activités produisent une tonne de C02 ?
Les émissions de CO 2 ne sont pas liées qu’aux activités industrielles mais aussi à nos activités
quotidiennes et donc à notre style de vie.
En gros, plus une personne consomme (nourriture, chauffage, déplacements, voyages, électronique,

textiles, ..) plus elle émet de C02.

31

Pour émettre 1 tonne de C02, il faut :
En moyenne, le volume d’émission de C02 d’un Américain remplit un cube de 3 mètres de haut soit
chaque jour autant de gaz à effet de serre que 2 Français ou 2 Britanniques, que 6 Chinois ou que 27
Bangladais ,
L’impact en C02 de notre nourriture :
Pour produire 1 tonne de C02, il faut :


4700 kilos de pommes de terre



1200 kilos de pain



100 kilos de viande bovine

Miroirs chauffants : que valent-ils ?
Rédigé par Consoglobe, le 28 Oct 2010, à 17 h 09 min

Si on vous dit « miroir chauffant« , cela ne vous dit peut-être rien. Et pourtant, ce nouveau type de
chauffage à la fois intelligent et design profitera éventuellement d’une place de choix dans votre
habitat de par ses promesses de confort et d’économies d’énergie.

Miroir chauffant : le système de chauffage tendance
Le miroir chauffant est un système de chauffage électrique et rayonnant basse température qui
chauffe en continu grâce à l’émission d’infrarouges longs, absorbés par les murs, les objets comme
les meubles et notre corps (mais pas l’air !). Pour cela, un filament carbone est fixé de façon
homogène et régulière sur la surface totale du miroir.

Miroir chauffant, ce qu’il faut savoir
Composé d’un isolant thermique pour éviter les pertes de chaleur, ainsi que d’une résine
imperméable pour qu’il ne craigne pas l’eau, le miroir chauffant peut sans problème être utilisé soit en
tant que chauffage d’appoint soit en tant que chauffage intégral (plus rare).
Conçu à partir de grandes résistances pelliculaires et de panneaux radiants qui transmettent les
rayonnements infrarouges, le miroir chauffant ne dessèche pas l’air. Ainsi, en maintenant l’humidité de
l’atmosphère, contrairement au chauffage traditionnel, vous n’avez pas besoin d’augmenter la
température pour vous sentir bien.

32

Bien sûr, il est important de choisir la taille du miroir selon la superficie à chauffer. Par exemple, si la
pièce que vous désirez chauffer mesure 10 m2, votre miroir chauffant devra posséder une puissance
de 800 W environ. Il faut compter entre 65 et 80 W le mètre carré selon la pièce concernée.
A noter sur les miroirs chauffants
Le rayonnement infrarouge peut être un terme qui fait peur, à première vue. Et pourtant, celui-ci ne
représente aucun danger pour la santé puisque les rayonnements infrarouges longs sont très proches
des rayons émis naturellement par le corps humain, d’où cette sensation de confort en leur présence.

Pourquoi choisir un miroir chauffant ?
Le miroir chauffant possède sans nul doute des atouts prometteurs. Outre le fait qu’il joue un double
rôle : celui de chauffage…et de miroir, non seulement son rendement énergétique est optimal, mais il
permet de réduire jusqu’à 15 % consommation d’électricité.
Silencieux, discret et sain, le miroir chauffant évite la condensation sur les murs ainsi que la
concentration de poussières et d’acariens.

Doté d’une longue durée de vie, aussi bien dans une salle de bains que dans une chambre ou un
séjour, le miroir s’installe assez rapidement, et ne nécessite pas beaucoup d’entretien (un petit coup
de chiffon suffit).
Pour le bien-être qu’il procure, le miroir chauffant au sein de l’habitat est conseillé aux personnes
vulnérables face aux affections respiratoires comme les enfants et les personnes âgées.

33


Documents similaires


Fichier PDF op20 16p a4 chauffage v1
Fichier PDF expose confort et isolation
Fichier PDF s1tableaudi 1
Fichier PDF depliant final alternphoto thermilia
Fichier PDF 03 synthese d espece chimique
Fichier PDF inverter 5006 notice manuel d utilisation mode d emploi pdf


Sur le même sujet..