Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Les Oulamas partie 1 .pdf



Nom original: Les Oulamas partie 1.pdf
Titre: Les Oulamas partie 1
Auteur: Hocine SADI

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/06/2019 à 18:15, depuis l'adresse IP 154.121.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 901 fois.
Taille du document: 121 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Les Oulamas que l’on propose en guides de « Février » sont-ils les « précurseurs de
« Novembre » ?

Quand l’imposture règne, la simple vérité est séditieuse
Jean Baptiste Say
 
 
Une  idée  venue  d’ailleurs  
 
«  Pas   de   Soummam  !  »,   «  Pas   d’Évian  !  »   mais   «  Novembre  !  »   et   «  État   Badissiste  !  »  
scandaient   le   2   mai   dernier   dans   une   manifestation   à   Djelfa   les   soutiens   du   «  régime  »  
avant  d’être  chassés  par  la  population  locale.  
 
Nous   revenons   ici   sur   un   point   récurrent   et   essentiel   soulevé   par   ces   slogans,   celui   de  
l’identité   du   pays   toujours   en   suspens.   Un   des   paradoxes   du   mouvement   national  
algérien   est   d’avoir   marqué   son   temps   au   point   d’être   cité   en   exemple   dans   le   processus  
de  décolonisation  du  20ème  siècle  sans  qu’il  ait  réglé  la  «  question  nationale  ».    
Sur   un   thème   aussi   capital   qui   détermine   les   orientations   géopolitiques   du   pays,  
l’éducation  que  nous  donnons  à  nos  enfants,  qui  façonne  notre  environnement  culturel  
quotidien,   pèse   jusque   sur   nos   habitudes   vestimentaires,   alimentaires,   …,   force   est   de  
constater  qu’il  y  a  eu  peu,  ou  presque  pas,  d’échanges,  de  réflexions  approfondies  au  sein  
de  la  principale  organisation  nationaliste  (ENA-­‐PPA-­‐FLN).  Escamoté  et  faussé,  le  débat  
serein   n’a   pas   eu   lieu   sur   ce   sujet  ;   l’anathème   a   toujours   tenu   lieu   d’argument.   À   telle  
enseigne  que  d’authentiques  pionniers  de  la  lutte  armée,  maquisards  dès  1945,  ont  été  
liquidés   physiquement   pendant   la   guerre   de   libération   pour   hérésie   sur   la   question  
identitaire,  alors  qu’ils  défendaient  l’image  la  plus  authentique  de  la  patrie.  
 
C’est   dans   ce   climat   dominé   par   le   sectarisme   hérité   de   la   guerre   que   les   Oulamas   ont  
prospéré.  Ils  ont  imposé  leur  conception  de  la  nation  à  l’ombre  de  la  dictature  militaire  
qui   leur   a   confié   l’appareil   de   l’éducation   nationale.   Présenté   par   la   doxa   comme   la  
quintessence   de   l’identité   nationale,   cette   conception   de   la   nation   est   nourrie   d’une  
doctrine   qui   prend   sa   source   en   dehors   du   territoire   national.   Elle   vient   d’ailleurs,   du  
Proche   orient.   Supranationale,   ignorant   –  quand   elle   ne   les   combat   pas  –   les   réalités  
culturelles   et   historiques   du   pays   qui   ne   cadrent   avec   ses   objectifs,   cette   idéologie   est  
celle  du  mouvement  Nahda.  Le  groupe  de  notables  religieux  algériens  qui  s’est  constitué  
sous   le   vocable   de   «  Savants  »   (Oulamas)   s’est   essentiellement   contenté   de   servir   de  
simple   caisse   de   résonnance   en   se   faisant   le   relais   d’une   idéologie   hégémonique  
élaborée  à  la  fin  du  19ème  et  début  du  20ème  siècle  par  Al  Afghani,  Abdou  et  Rida.  
 
Mais  pour  que  le  modèle  puisse  vivre  durablement  dans  l’Algérie  indépendante,  il  a  fallu  
lui  construire  une  légitimité  nationale.  Dans  le  contexte  politique  de  l’après-­‐guerre,  cette  
légitimité   ne   pouvait   prendre   source   que   dans   la   guerre   de   libération   nationale.   C’est  

cette   construction   que   nous   allons   confronter   aux   faits,   aux   positions   des   différents  
acteurs   du   mouvement   national.   C’est   à   l’aune   de   ces   données   factuelles   que   l’on   pourra  
apprécier  la  vérité  de  la  légende  oulémiste  qui  a  façonné  l’image  de  la  représentation  du  
mouvement  national  et  de  la  nation  telle  que  transmise  par  l’école  algérienne.  
 
Le   mouvement   des   Oulamas   est   indissociable   de   la   figure   d’Abdelhamid   Ben   Badis  
(1889-­‐1940),  son  père  spirituel.  La  famille  Ben  Badis,  tôt  ralliée  à  France,  appartient  à  la  
bourgeoisie   citadine   de   Constantine   et   serait   issue   de   la   tribu   amazighe   des   Sanhadjis  
selon  A.  Ben  Badis  lui-­‐même  et,  plus  précisément  encore,  de  la  tribu  des  Aït  Ourtilane  en  
Kabylie   selon   plusieurs   sources   concordantes.   El   Mekki   Ben   Badis,   le   grand-­‐père  
d’Abdelhamid,   fut   décoré   de   la   main   de   Napoléon   III.   Quant   au   père   Mostefa,   il   fut  
bachagha,   délégué   financier   de   Constantine   et   grand   dignitaire   dans   l’ordre   de   la   Légion  
d’honneur.  
 
En   1930,   lors   de   la   tapageuse   célébration   du   centenaire   de   la   colonisation   française,  
Mostefa   Ben   Badis   accueillit   dans   sa   ville  le   Président   de   la   République   française  
Doumergue   en   déplacement   pour   la   circonstance   en   Algérie   par   ces   termes  :  «  Les  
générations   nouvelles   rêvent   d’une   famille   française   s’élargissant   toujours   pour  
accueillir   tous   ceux   qui   avec   une   foi   vibrante   veulent   travailler   à   son   impérissable  
grandeur.   Monsieur   le   Président   de   la   République,   dites   à   la   France   ces   aspirations   et  
faites   qu’elle   ne   les   déçoive   pas.  »i  Le   bachagha   Ben   Badis   était   l’un   des   plus   gros  
propriétaires  terriens  de  Constantine.  
 
C’est  donc  à  l’abri  de  besoins  matériels  que  le  jeune  Abdelhamid  peut  s’adonner    à  une  
éducation  religieuse  sous  la  direction  de  maîtres  reconnus.  À  l’âge  de  vingt  ans,  il  se  rend  
au   Proche-­‐Orient   d’où   il   revient   fortement   imprégné   des   idées   du   mouvement   Nahda.  
Abdelhamid   Ben   Badis   consacrera   toute   sa   vie   à   la   mise   en   œuvre   de   l’enseignement  
qu’il  a  reçu  dans  cette  contrée.    
 
En   1931,   Abdelhamid   Ben   Badis   crée   l’Association   des   Oulamas   musulmans   algériens  
dont  les  statuts  interdisent  «  toute  discussion  politique  »  (art.  3)  et  se  fixent  pour  objet  
le  combat  contre  l’alcoolisme,  les  jeux  de  hasard,  tout  ce  qui  est  interdit  par  la  religion,  
réprouvé  par  la  morale  et  «  les  lois  en  vigueur  ».  
 
Le  rappel  de  ces  statuts  donne  une  idée  du  fossé  qui  sépare  les  Oulamas  de  l’Etoile  nord-­‐
africaine   (ENA),   une   autre   association   créée   cinq   ans   plus   tôt,   soit   en   1926,   dans   le  
milieu  ouvrier  émigré  en  France  à  dominante  kabyle  nourri  aux  idées  communistes.  Dès  
sa  naissance,  L’ENA  inscrit  l’indépendance  nationale  dans  son  programme.  
 
Mais,  déjà  en  1921,  soit  avant  l’arrivée  de  Messali  en  France  en  octobre  1923,  Si  Djilani  
Mohand   Saïd   et   Hadj   Ali   Abdelkader   participèrent   au   congrès   anti-­‐impérialiste   de  
Moscou.   En   février   1927,   lors   du   congrès   anti-­‐colonial   organisé   sous   l’égide   du   Parti  
communiste   français   à   Bruxelles,   l’ENA   revendique   «  l’indépendance   de   l’Algérie,   le  
retrait   des   troupes   françaises,   la   constitution   d’une   armée   nationale.  »   Les   statuts   de  
l’ENA  tels  qu’adoptés  en  1933  ne  s’embarrassent  pas  non  plus  de  leur  compatibilité  avec  
«  les   lois   en   vigueur  »,   puisqu’ils   rappellent   sans   ambages   dans   l’article   2   que  
l’association   ENA   «  a   pour   but   fondamental   la   lutte   pour   l’indépendance   totale   pour  
chacun  des  trois  pays  :  Algérie,  Maroc  et  Tunisie  et  l’unité  de  l’Afrique  du  Nord  ».  

D’où  vient  donc  l’idée  que  le  mouvement  des  Oulamas  serait  un  précurseur,  voire  le  seul,  
de  la  guerre  déclarée  en  1954  ?  On  la  doit  pour  une  bonne  part  au  travail  d’Ahmed  Taleb  
Ibrahimi,  un  Oulémiste  notoire  qui  occupa  sous  Boumédiène  les  postes  stratégiques  que  
furent   les   ministères   de   l’Éducation   nationale   puis   de   la   Culture   et   de   l’information.  
Écoutons   ce   qu’en   a   dit   Bélaïd   Abdesselam,   lui-­‐même   partisan   d’une   arabisation   sans  
retenue,   fervent   admirateur   de   Boumédiène   et   qui   était   dans   le   même   gouvernement  
qu’Ahmed  Taleb.    
 
«  De  1965  à  1970,  Ahmed  Taleb  avait  sous  sa  direction,  comme  ministre  de  l’Éducation  
nationale,  l’ensemble  de  notre  enseignement,  du  primaire  au  supérieur  […]  Il  introduisit  
en   masse   d’anciens   Oulamas   dans   les   différentes   branches   de   notre   enseignement.   Ces  
Oulamas   finirent   par   acquérir   et   par   exercer   un   véritable   monopole   de   fait   sur   notre  
système   éducatif.   […]   Ils   s’évertuèrent,   en   particulier,   à   graver   dans   leur   [jeunes  
générations]   esprit   et   dans   leur   conscience   que   les  Oulamas,   avec   le   Cheikh   Ben   Badis   et  
le  Cheikh  Ibrahimi,  ont  été  les  promoteurs  uniques  de  l’éveil  de  la  conscience  nationale  
en  Algérie  sous  la  domination  coloniale  et  qu’ils  ont  été  les  promoteurs  du  mouvement  
qui  a  conduit  au  soulèvement  de  1954.  »ii  
 
Contre   la   prétention   à   faire   des   Oulamas   les   précurseurs   de   novembre   1954,   Bélaïd  
Abdesselam  rapporte  également  un  propos  de  Houari  Boumédiène  (qui  s’était  pourtant  
lui-­‐même   appuyé   sur   ce   mouvement   pour   prendre   le   pouvoir   en   1965).   Ce   dernier  
affirme   tout   de   go   que   la   reconquête   de   l’indépendance   algérienne   n’est   pas   l’œuvre   des  
Oulamas  mais  celle  de  sa  génération.  
 
 
Pour   Abdelhamid   Ben   Badis,   les   Algériens   musulmans   et   les   Français   vivent   en  
amis  fidèles,  à  «  l’ombre  du  drapeau  tricolore  français  »  
 
Pour   arriver   à   ses   fins,   la   propagande   oulémiste   a   pris   appui   sur   un   article   de   A.   Ben  
Badis   qui   agita,   à   sa   parution,   la   classe   politique   algérienne.   Publié   sous   le   titre    
«  déclaration   nette  »   en   avril   1936   dans   le   journal   Ach-­‐Chihab   (pp.   42-­‐45),   le   texte  
répondait   à   un   autre   article   de   presse   de   Ferhat   Abbas   publié   dans   l’Entente   franco-­‐
musulmane   du   27   février   1936   dans   lequel   Ferhat   Abbas   revendiquait   l’égalité   entre   les  
indigènes  et  les  Français  et  l’assimilation  de  l’Algérie  à  la  France.  
 
Pour  bien  signifier  qu’il  n’entendait  rien  céder  de  ses  droits  (y  compris  l’enseignement  
de   l’arabe   et   l’exercice   du   culte   musulman   comme   le   demandent   les   Oulamas   dont   il   prit  
la   défense),   il   intitula   son   article   «  la   France,   c’est   moi  » iii .   Quant   au   nationalisme  
algérien,  Abbas  n’y  croyait  pas  et  dit  pourquoi  :  
 
«  Le  nationalisme,  écrit-­‐il,  est  ce  sentiment  qui  pousse  un  peuple  à  vivre  à  l’intérieur  de  
frontières  territoriales,  sentiment  qui  a  créé  ce  réseau  de  nations.  
Si   j’avais   découvert   la   “nation   algérienne”,   je   serais   nationaliste   et   je   n’en   rougirai   pas  
comme   d’un   crime.   Les   hommes   morts   pour   l’idéal   nationaliste   sont   journellement  
honorés   et   respectés.   Ma   vie   ne   vaut   pas   plus   que   la   leur.   Et   cependant   je   ne   ferai   pas   ce  
sacrifice.   L’Algérie   en   tant   que   patrie   est   un   mythe.   Je   ne   l’ai   pas   découverte.   J’ai  
interrogé   l’histoire  ;   j’ai   interrogé   les   morts   et   les   vivants  ;   j’ai   visité   les   cimetières  :  
personne  ne  m’en  a  parlé.  Sans  doute  ai-­‐je  trouvé  “l’Empire  arabe”,  “l’Empire  musulman”  

qui  honorent  l’islam  et  notre  race,  mais  ces  empires  se  sont  éteints.  Ils  correspondaient  à  
l’Empire  latin  et  au  Saint-­‐Empire  romain-­‐germanique  de  l’époque  médiévale  ».  
 
La   réplique   de   Ben   Badis   à   Abbas   fit   date   et   il   vaut   la   peine   de   s’y   arrêter.   De   ce   texte  
intitulé,   rappelons-­‐le,   «  déclaration   nette  »,   des   extraits   très   précis   ont   été  
soigneusement   sélectionnés   pour   être   reproduits   et   commentés   à   l’infini   dans   les  
manuels   scolaires   et   la   documentation   du   lobby   oulémiste   adossé   à   l’État   tandis   que  
d’autres  extraits,  non  moins  précis,  sans  lesquels  la  position  de  Ben  Badis  perd  tout  son  
sens,  ont  été  systématiquement  occultés  et  soigneusement  mis  sous  le  boisseau.    
 
Signalons   d’abord   que   la   charge   du   talentueux   polémiste   Ben   Badis   ne   manque   pas   de  
brio   et   qu’elle   fit   mouche.   Cherchant   sans   doute   à   affaiblir   la   position   d’un   dirigeant  
musulman   concurrent   afin   de   renforcer   la   sienne   propre,   Ben   Badis   commence   par  
reprocher   à   Abbas   de   parler   au   nom   de   tous   les   indigènes   musulmans   (ce   qu’il  
s’autorisera  à  faire  lui-­‐même  dans  sa  déclaration  bien  plus  que  ne  l’a  fait  Abbas)  :  
 
«  Aujourd'hui  en  effet,  à  quelque  occasion  que  ce  soit,  pas  un  orateur  n’élève  la  voix  sans  
se  targuer  de  représenter  la  communauté  musulmane  »  qui  ne  l’a  pourtant  pas  mandaté,  
écrit-­‐il.  Selon  Ben  Badis,  ces  orateurs  auraient  été  «  moins  verbeux,  moins  excessifs  s’ils  
s’exprimaient  »   au   nom   de   leurs   électeurs   ou   bien   des   organisations   qu’ils   représentent.  
Le  ton  suffisant  n’empêche  pas  l’humour  lorsqu’il  compare  Ferhat  Abbas  qui  s’exclame  
«  la  France  c’est  moi  !  »  à  Hallaj,  le  «    grand  mystique  [qui]  disait  
   “Dieu,  je  t’ai  cherché  et  je  me  suis  trouvé,  je  suis  Dieu.”  
Aujourd’hui   le   mystique   de   la   politique   déclare  :  “France,   je   t’ai   cherchée   et   je   me   suis  
trouvé,  je  suis  la  France.”  
Qui   donc,   dorénavant,   pourra   dénier   à   l’Algérien   moderne   la   capacité   d’évoluer   et   de  
découvrir  ?  »,  ironise  Ben  Badis.  
 
Puis,   Ben   Badis   aborde   le   point   cardinal   du   positionnement   doctrinal   sur   la   question  
nationale.  Là,  le  ton  change  et  la  réplique  qui  se  fait  sèche  montre,  à  première  vue,  une  
grande  audace.    
 
C’est  le  passage  connu  :  
 
«  Nous,   nous   avons   scruté   les   pages   de   l’histoire   et   la   situation   actuelle.   Et   nous   avons  
trouvé  la  nation  algérienne  et  musulmane,  formée  et  existante,  comme  se  sont  formées  
et  ont  existé    toutes  les  nations  du  monde.  Cette  communauté  a  son  histoire,  pleine  de  
hauts   faits.   Elle   a   son   unité   religieuse   et   linguistique.   Elle   a   sa   culture   propre,   ses  
habitudes  et  ses  mœurs,  bonnes  ou  mauvaises  comme  chaque  nation  ici  bas.  
De   plus,   cette   nation   algérienne   et   musulmane   n’est   pas   la   France.   Elle   ne   saurait   être   la  
France.   Elle   ne   veut   pas   devenir   la   France.   Elle   ne   pourrait   pas   devenir   la   France,   même  
si  elle  le  voulait.  Elle  est  même  une  nation  très  éloignée  de  la  France,  par  sa  langue,  par  
ses  mœurs,  par  sa  race  et  par  sa  religion  et  elle  ne  veut  pas  s’y  intégrer.  »  
 
Après  la  lecture  de  ce  qui  précède,  comment  ne  pas  adhérer  à  l’idée  que  Ben  Badis  est  
devenu  «  nationaliste  ».  S’il  ne  peut  prétendre  au  titre  de  précurseur  –  car  les  positions  
de  l’ENA  datent  de  dix  ans  plus  tôt  –  du  moins,  son  propos  semble  témoigner  qu’il  fait  
sienne  l’idée  d’une  indépendance  nationale  totale.  

En   apparence   seulement,   car   ce   qui   suit   immédiatement   après   ôte   toute   illusion  
indépendantiste,   puisqu’il   admet   que   la   nation   algérienne   soit   administrée   par   un  
gouverneur  désigné  par  l’État…  français  !  
 
Voici  la  phrase  telle  quelle  :  
 
«  Elle   [la   nation   algérienne   et   musulmane]   a   une   patrie   limitée,   déterminée  :   la   patrie  
algérienne,   dans   ses   frontières   actuellement   reconnues,   et   dont   l’administration   est  
confiée  à  M.  le  Gouverneur  général  désigné  par  l’État  français.  »  
Cette  idée  maintes  fois  réaffirmée  est  longuement  développée  dans  la  suite  de  l’article,  
comme   nous   le   verrons.   Disons   un   mot,   qui   a   son   importance,   sur   la   terminologie  
utilisée.   Le   mot   arabe   watan   est   ici   traduit   par   «  patrie  »   et   «  nation  »   est   retenu   pour  
oumma.  Or  oumma  peut  être  compris  au  sens  de  communauté  musulmane  qui  pourrait  
relever  d’une  administration  française.  Par  ailleurs,  signalons  que  l’adéquation  au  pays  
réel   de   l’identité   sous-­‐jacente   de   cette   nation   algérienne   définie   exclusivement   et  
strictement  par  la  seule  langue  arabe  Koraïchite    et  l’islam  des  salaf   salih  pose  un  autre  
problème  sur  lequel  nous  reviendrons.  
 
Restons  pour  l’instant  sur  le  texte  dont  voici  la  suite  :  
 
«  De   plus,   cette   patrie   algérienne   musulmane   est   pour   la   France   une   fidèle   amie.   Sa  
fidélité  est  celle  du  cœur  et  non  point  une  fidélité  apparente.  »  Elle  attend  de  la  France,  
nous   dit   Ben   Badis,   respect   de   sa   religion   et   de   sa   langue,   ainsi   qu’aide   et   assistance  
«  pour  lui  aplanir  la  voie  du  progrès  dans  le  cadre  de  sa  religion,  de  sa  langue  et  de  sa  
morale  propres.  »  Et,  ajoute-­‐t-­‐il  :  «  De  la  sorte,  la  France  pourra  rivaliser  avec  ceux  qui  se  
flattent  de  leurs  œuvres  dans  leurs  Dominions  ».    
 
Après   avoir   rappelé   le   sacrifice   des   Algériens   toujours   prêts   à   défendre   avec   la   même  
flamme  le  sol  français  et  le  sol  algérien,  il  affirme  que  :  
 
«  Aussi,   nous,   Algériens   musulmans   qui   vivons   dans   notre   patrie   algérienne,   à   l’ombre  
du  drapeau  tricolore  français  et  unis  solidement  avec  les  Français,  dans  une  union  que  
n’affectent   ni   les   petits   événements   ni   les   crises   superficielles,   nous   vivons   avec   les  
Français   en   amis   fidèles.  Nous   respectons   leur   gouvernement   et   leurs   lois,   nous  
obtempérons  à  leurs  impératifs  et  à  leurs  interdits.  »  
 
Conscient   d’avoir   réglé   un   point   doctrinal   essentiel   quant   au   statut   de   l’Algérie,   c’est  
avec  le  sentiment  du  devoir  accompli  qu’il  conclut  son  article  :  
«  Sur   cette   base,   les   choses   sont   à   leur   place.   On   peut   s’entendre   et   cela   dissipe   toute  
équivoque.  »  
 
Avant   de   chercher   à   comprendre   la   cohérence   de   cette   nation   algérienne   arabe   et  
musulmane   qui   ne   veut   pas   s’intégrer   à   la   France   mais   qui   accepte   de   vivre   sous   le  
drapeau   français   tricolore,   en   amie   fidèle   des   Français   et   en   obtempérant   à   leurs  
impératifs  et  interdits,  notons  que  Ben  Badis  qui,  au  début  de  son  article,  avait  contesté  à  
Abbas   le   droit   de   parler   au   nom   tous   les   Algériens   musulmans,   ne   se   contente   pas   de  
défendre  cette  communauté  en  parlant  en  son  nom  mais  se  pose  en  incarnation  de  celle-­‐
ci,   en   disant   ce   qu’elle   est,   ce   qu’elle   doit   être   et   ce   qu’elle   veut   devenir   avec   l’identité   et  
le  statut  qu’il  lui  assigne  !  

Contrairement  à  la  patrie  qui  pour  lui  a  un  ancrage  territorial,  la  conception  de  la  nation  
algérienne  et  musulmane  que  se  fait  Ben  Badis  semble  bien  être  celle  d’une  population  
algérienne   réduite   à   sa   composante   musulmane   considérée   en   tant   que   communauté  
religieuse  à  laquelle  ne  sont  attachés  ni  territoire  ni  droits  politiques  précis,  c’est  ce  qui  
explique   qu’il   ne   fasse   aucune   référence   aux   autres   communautés,  ni   celle   d’origine  
européenne,  ni  celle  juive  dont  la  présence  en  Algérie  est  antérieure  à  l’invasion  arabe.    
 
                                                                                                               
i  Charles-­‐Robert  Ageron,  Histoire  de  l’Algérie  contemporaine,  tome  2/  1871-­‐1954  (p.  
410).  
ii  Bélaïd  Abdesselam,  Chroniques  et  réflexions  inédites,  Dar  Khettab  (p.  140)  
iii  Claude  Collot-­‐Jean  Robert  Henry,  Le  mouvement  national  algérien  Textes  1912-­‐1954,  
2ème  édition,  OPU  (p.65).  De  ce  livre  son  tirés  les  citations  de  l’article  de  Ferhat  Abbas  
ainsi  que  la  version  française  de  celui  de  Ben  Badis.  On  y  trouve  également  les  différents  
statuts  cités.  


Documents similaires


Fichier PDF les oulamas partie 2
Fichier PDF les oulamas partie 1
Fichier PDF chantsnationalistes
Fichier PDF benjamin stora francois mitterand et la guerre d algerie
Fichier PDF total et le gaz de schiste algerien rapport 6mars2015 basta observatoire
Fichier PDF alain minoun


Sur le même sujet..